suivi de mon blog
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

01/08/2015

Qui a vu le coeur d'un arbre ? (reprise d'archive)

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/IMG_0293bis.JPG

Par un chaud dimanche de septembre où je parcourais les sentiers de l'Aveyron dans la région de Nant, je me suis reposé un instant à l'ombre d'un châtaignier. Il n'y avait pas un souffle d'air et pourtant les feuilles étaient animées d'un infime mouvement qui m'a semblé provenir d'une lente pulsation de l'arbre lui même. Je me suis alors demandé si les arbres avaient un coeur ? Pour qu'ils puisent dans le sol l'eau et les éléments nécessaires à leur croissance, il faut bien qu'à l'origine de cette action il y ait un « moteur ». Quand ce moteur s'arrête l'arbre meurt. Ainsi j'en suis arrivé à la conclusion que les arbres ont un coeur, bien que je n'en ai jamais trouvé la mention dans aucun ouvrage de botanique ! Mais où se cache ce coeur ? 

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC07153.JPG Dans les chloroplastes des feuilles qui captent le soleil et le transforment en bois? Je ne le pense pas, car lorsque à l'automne les feuilles tombent, l'arbre hiberne mais ne meurt pas ! Il n'est pas non plus dans le tronc, car lorsque l'on coupe un arbre, très souvent des rejets se forment. Alors dans les racines ? Sans aucun doute, car lorsque l'on coupe les racines d'un arbre, il meurt !!

 

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC07146.JPG

Mais quelle forme a ce coeur ? Mystère ! J'ai souvent observé des arbres déracinés par les tempêtes et je n'ai jamais aperçu le coeur d'un arbre ! Qui peut m'aider à résoudre ce mystère ?

 

*******

C'est la période des vacances  et vous allez vous retrouver à coincer la « bulle » quelque part dans un jardin, sur une plage ou au bord d’un ruisseau, votre MP 3 collé sur les oreilles, car c’est connu la musique adoucit les mœurs et vu l’état du monde vous avez bien besoin que vos mœurs soient apaisées ! Pourquoi ne pas y mettre quelques chansons de mon cru qui figurent dans mon dernier album "Ti Punch" et qui vous emmèneront aux Antilles, lieu éminemment dépaysant ! Vous pourrez ainsi écouter "la complainte du Coupeur de canne",  vous laisser bercer par la langueur de Marie-Galante, sentir les envoutantes effluves du Ti’ Punch ou écouter la sensuelle histoire du Bernard-l’hermite…..

C’est sur Deezer (cliquez sur Deezer) ou Spotify  ou encore Itunes…(faites une recherche sur Old Nut).

Vous y trouverez aussi mes autres albums "Bidochon dream " et "Jennifer" (cliquez sur le titre)

 

Vous pouvez également vous tenir au courant de la parution de mes prochains albums en vous inscrivant sur ce nouveau blog Old Nut Zimbalam 

 


Texte & Photos Ulysse

15:12 Publié dans Divagations | Lien permanent | Commentaires (16) | Tags : arbre, coeur

25/07/2015

Sympa la descente en canoë, ohé ! ohé !

canoë,hérault,pédicure,alevin

Hello ! chers lecteurs du blog Eldorad’oc de mon papi Ulysse, pour ceux qui ne me connaissent pas encore, je m’appelle Romain et je prends la succession de ma soeurette, Emilie qui vous a fait le récit de notre périple dans les Pyrénées, pour vous faire celui de notre descente de l’Hérault en canoë. L’équipe habituelle est présente au rendez vous, avec papa, maman, Gibus et ses deux petits enfants, Carla et Tom. Les deux mamies ont préféré rester sur la terre ferme et elles ont eu bien raison, car notre périple a été plutôt mouvementé.

 

canoë,hérault,pédicure,alevin

 Au début tout va pour le mieux, Carla et Tom sont avec leur papi Gibus tandis que je suis tranquillement installé entre papa et maman. Emilie a pris le risque de monter avec papi, qui l’année dernière avait chaviré dans les rapides. Mais la situation se corse très vite car le niveau de l’eau étant assez bas du fait de la canicule les rochers affleurent de toutes parts et il faut une vigilance de chaque instant pour ne pas les heurter et chavirer.

 

canoë,hérault,pédicure,alevin

A ce stade tout le monde s’en sort bien et négocie avec maestria les rapides qui se succèdent. Bon je dois reconnaître que je n’y suis pas pour grand chose  car je ne me sers guère de la pagaie que l’on m’a confiée et je crois que c’est aussi bien!

 

 

canoë,hérault,pédicure,alevin

Même mon papi qui avait eu quelques soucis l’an passé, dont Carla sa coéquipière d’alors se souvient amèrement, franchit les rapides comme un « pro », se permettant même le luxe de prendre des photos entre deux coups de pagaie ! Chapeau l’artiste ! Je dois préciser que pour les photos il est secondé par Emilie qui révèle un réel talent de reporter photographe.

 

 

canoë,hérault,pédicure,alevin

Mais au sortir d’un rapide nous apercevons la canoë de Gibus qui est en embuscade, nous avons à peine le temps de nous préparer …

 

 

canoë,hérault,pédicure,alevin

 …que Gibus passe à l’abordage en précipitant son canoë contre le notre. Nous résistons vaillamment au choc  et réussissons à prendre le large.

 

 

canoë,hérault,pédicure,alevin

Nous nous arrêtons dans un endroit idyllique pour pique-niquer.

 

 

canoë,hérault,pédicure,alevin

..et ma soeurette, déjà coquette, en profite pour se faire pédicurer par les alevins comme c’est la mode dans les grands salons de pédicure parisiens, sauf qu’à Paris cela coûte une fortune alors qu’ici c’est gratuit. Comme le disait Alphonse Allais, on devrait construire les villes à la campagne !

 

 

canoë,hérault,pédicure,alevin

Après le déjeuner, nous modifions les équipages. J’accepte de monter avec Papi qui a fait ses preuves au cours de la matinée.

 

 

canoë,hérault,pédicure,alevin

Et je me réjouis de mon choix, car c’est le seul qui réussit à franchir une rapide particulièrement difficile sans se retrouver bloquer dans les rochers. Pour une fois qu’il fait preuve d’un réel savoir faire technique autre que de plaquer des accords de guitare, il ne manque pas de « bicher » et de claironner haut et fort son exploit. Même les anciens se conduisent parfois comme des gamins et pourtant ça ne les empêche pas de nous morigéner quand on se conduit de la même façon.

 

canoë,hérault,pédicure,alevinPuis nous accostons à un endroit particulièrement recherché au bord de l’Hérault où l’on peut plonger d’une plateforme rocheuse et pour les plus courageux du haut d’un arbre qui y pousse. Carla, qui fait de l’escalade comme hobby, se lance du haut de l’arbre, tandis que mon papa et moi nous contentons de sauter de la plateforme.

 

 

canoë,hérault,pédicure,alevin

Gibus suit les traces de sa petite fille pour lui montrer que les anciens aussi n’ont peur de rien.

 

 

canoë,hérault,pédicure,alevin

Tandis que mon papi, Tom et Emilie se contentent  de sauter de la plateforme, ce qui n’est pas si évident que ça, croyez moi !  Mais bon, sans vouloir lui manquer de respect, ça met mon papi et moi sur un pied d’égalité !

 

 

canoë,hérault,pédicure,alevin

A peine avons nous repris notre descente, que Gibus part une nouvelle fois à l’abordage du canoë de papa et maman, mais cette fois ci en se jetant à l’eau et en s’emparant de la proue, le problème est que je suis retourné dans leur canoë, choix que je regrette amèrement !

 

 

canoë,hérault,pédicure,alevin

Gibus réussit dans son entreprise et nous nous retrouvons à l’eau, ce qui finalement n’est pas pour nous déplaire, car la température de l’air est à 36° et celle de l’eau proche de 25° !

 

canoë,hérault,pédicure,alevin

Ayant réembarqué, nous achevons ensuite tranquillement notre périple, en se promettant de recommencer l’année prochaine.

 

C'est la période des vacances  et vous allez vous retrouver à coincer la « bulle » quelque part dans un jardin, sur une plage ou au bord d’un ruisseau, votre MP 3 collé sur les oreilles, car c’est connu la musique adoucit les mœurs et vu l’état du monde vous avez bien besoin que vos mœurs soient apaisées ! Pourquoi ne pas y mettre quelques chansons de mon cru qui figurent dans mon dernier album "Ti Punch" et qui vous emmèneront aux Antilles, lieu éminemment dépaysant ! Vous pourrez ainsi écouter la complainte du Coupeur de canne,  vous laisser bercer par la langueur de Marie-Galante, sentir les envoutantes effluves du Ti’ Punch ou écouter la sensuelle histoire du Bernard-l’hermite…..

C’est sur Deezer (cliquez sur le nom) ou Spotify  ou encore Itunes….

PS Vous y trouverez aussi mes autres albums "Bidochon dream " et "Jennifer" (cliquez sur le titre)

 

Vous pouvez également vous tenir au courant de la parution de mes prochains albums en vous inscrivant sur ce nouveau blog Old Nut Zimbalam 

 

Texte Romain & Ulysse et Photos Ulysse et Emilie

 

17/07/2015

Pentu et long le chemin pour le refuge de l'étang d’Araing (Ariège)

 

araing,ariège,verrat,bacchus

Notre papi vous a un peu laissé tomber ces derniers temps en recyclant sur son blog d’antiques chroniques. Il faut dire qu’il passe son temps à gratouiller sa guitare en se prenant pour Paul Mc Cartney, sauf qu’il n'a ni les cheveux, ni le talent de cet ex-Beatle. La seule chose qu’ils ont en commun c’est qu’ils étaient ados avant l’invention de l’ordinateur, ce qui remonte presque au temps des dinosaures ! Il était donc temps qu’on vienne le sortir de sa crise néo soixante-huitarde et qu’on l’emmène se balader pour qu’il puisse vous raconter une nouvelle histoire !  Nous voilà donc partis de bon matin, Romain, Tom et moi Emilie, accompagnés de nos géniteurs et grands géniteurs (dont Ulysse et Gibus) en route pour le refuge de l’étang d’Araing en Ariège situé à 1965 mètres, soit 1100mètres de dénivelé !

 

 

araing,ariège,verrat,bacchus

A peine avons nous attaqué la longue montée qui mène au refuge que Gibus veut nous faire croire que l’on doit traverser un talweg sur un tronc d’arbre mort. Mais lui comme mon papi Ulysse, n’ont pas encore compris que leurs blagues ne sont plus de notre âge et que je suis une pré-ado à qui on ne la fait pas ! C’est curieux comme les adultes croient que leurs enfants et petits enfants sont crédules, alors que ce sont eux qui se laissent embobiner à chaque élection !

 

 

araing,ariège,verrat,bacchus

 

A peine sortis de la magnifique hêtraie dans laquelle nous progression, nous découvrons un paysage beau à  couper le souffle, souffle au demeurant déjà bien coupé par la pente qui se fait plus raide. Mais cela ne nous empêche pas Tom, Romain et moi de faire la course en tête. Bon, il faut reconnaître que les sacs de nos géniteurs sont un peu plus lourds que les nôtres, ce qui n’est que justice car quand on voit l’état du monde qu’il nous laisse en héritage, il est naturel qu’ils portent aujourd’hui la plus grosse part du barda !

 

 

araing,ariège,verrat,bacchus

Parvenus à 1400mètres d’altitude, nous géniteurs décident de faire la pause pique-nique, décision que nous ne contestons pas, l’esprit frondeur de la jeune génération d’aujourd’hui cédant le pas aux exigences du ventre ! Gibus découvre alors avec stupéfaction que son vieux copain de « sommets, caves & brasseries » n’a pas emporté son flacon de nectar habituel sous les pressants conseils de sa descendance qui a jugé qu’il faisait trop chaud pour rendre hommage à Bacchus! Mais sa générosité ne l’empêche pas de partager le sien, malgré l’infâme  trahison de son vieux copain.

 

 

araing,ariège,verrat,bacchus

Revigorés, nous regagnons le chemin, qui devient de plus en plus pentu et rocailleux. Parvenus à 1700mètres d’altitude, ruisselants de sueur - la chaleur étant inhabituellement élevée  à cette altitude (le réchauffement climatique n’est pas une fadaise !) nous nous précipitons tous dans le cours d’un maigre ruisseau pour tenter de nous rafraîchir.

 

 

araing,ariège,verrat,bacchus

Mais il nous faut reprendre l’ascension de plus en plus ardue et j’avoue être assez fière de faire la course en tête. Bon, si l’on réfléchit un peu , on se dit qu’il y a forcément mon papi devant pour prendre la photo, mais on peut considérer que papi et Gibus sont hors-jeu, vu leur entraînement.

 

 

araing,ariège,verrat,bacchus

Et après quatre heures de montée (auxquelles il faut ajouter une heure de pique-nique) Tom, Romain et moi  suivis de papi arrivons enfin en vue du refuge.

 

 

araing,ariège,verrat,bacchus

Nous nous y précipitons avec en tête la vision d’une bouteille d’Orangina glacée ….alors que c’est plutôt une belle blonde qui hante celle de mon papi et de Gibus, malgré leur âge canonique !

 

 

araing,ariège,verrat,bacchus

Aussi fiers qu’Amstrong le jour où il a posé le pied sur la lune nous saluons notre papi photographe afin de fixer cet exploit pour la postérité ! Bon, mon propos vous paraîtra un peu grandiloquent, mais quand même : grimper 1100mètres de dénivelé en quatre heures par une température de 30°avec un sac à dos à nos âges respectifs de 11 et 9 ans, ce n’est pas rien.

 

 

araing,ariège,verrat,bacchus

Il faut dire que la vue que l’on a du refuge sur le cirque de montagnes qui plongent dans un lac aux eaux turquoises nous récompense et au delà des efforts de la montée.

 

 

araing,ariège,verrat,bacchus

Mais à peine avons nous repris notre souffle que mon papi me propose d’aller faire une partie de luge K-Way au col situé à 200mètres au dessus du refuge et qui est recouvert d’un névé. Nullement fatiguée par mon ascension, je réponds favorablement à cette invitation bien que je ne sache pas vraiment en quoi consiste la luge K-Way, mais les jeunes filles d’aujourd’hui n’ont peur de rien !

 

 

araing,ariège,verrat,bacchus

De fait le jeu consiste à se mettre un K-way sous les fesses et à se laisser glisser sur le névé. Mon papi, qui a dans sa très lointaine jeunesse pratiqué ce sport, me fait une brillante démonstration.

 

 

araing,ariège,verrat,bacchus

Et sans vouloir me vanter je me montre une excellente élève !

 

 

araing,ariège,verrat,bacchus

Un peu épuisés par nos exploits sportifs, nous nous asseyons un instant au col pour contempler la succession de chaines de montagnes dont est constitué ce majestueux et sauvage massif Pyrénéen, royaume de l’ours et de l’izard, ilôt paradisiaque de notre belle planète peu à peu ravagée et dévastée par les adorateurs du veau d’or qui pense que les dollars qu’ils accumulent sur leur compte en banque leur assurera le bonheur. Or comme l’a dit Sitting bull, le grand chef sioux « Quand les hommes blancs auront coupé le dernier arbre, pollué la dernier ruisseau, pêché le dernier poisson,alors ils s'apercevront que l'argent ne se mange pas".

 

 

araing,ariège,verrat,bacchus

 

Pendant que nous restons à admirer le paysage, Gibus qui n’a pas eu son comptant de dénivelé grimpe au sommet du Crabère (2630m) qui domine le col.

 

 

araing,ariège,verrat,bacchus

Mais il est temps de redescendre au refuge pour prendre possession de notre dortoir, endroit qui n’est pas le plus recherché car c’est là où se concentrent odeurs de chaussettes et concerts de ronflements. Mais pour une parisienne habituée au métro parisien, le lieu semble presque agréable. De toute façon pour jouir des merveilleux panoramas qu’offre la haute montagne et de l’ivresse que procure les cimes, il faut en passer par là !

 

 

araing,ariège,verrat,bacchus

près avoir installé nos couchages, vient le temps de la détente au cours duquel les loisirs vont du sirotage de jus de houblon pour les plus anciens ou, pour ce qui me concerne, à la lecture d’un livre. Et oui, n’étant pas encore ado et je n’ai pas encore de portable et suis condamnée aux loisirs antiques, que j’apprécie au demeurant !

 

 

araing,ariège,verrat,bacchus

Puis vient le moment, tant attendu par nos estomacs affamés, du dîner. L’aspect du premier plat, une garbure ariégeoise, refroidit un peu notre enthousiasme mais elle se révèle délicieuse et tout le monde en reprend, même moi qui habituellement n’aime pas les soupes avec des « trucs » dedans !

 

 

araing,ariège,verrat,bacchus

Après une nuit en pointillés à cause de certains ronfleurs dont par solidarité familiale je tairai les noms, nous nous levons aux aurores pour prendre un copieux petit déjeuner. Prendre un café ou un thé qui s’apparente au jus de chaussette  à  7 heures du matin ne correspond pas à priori  à la définition de vacances idylliques. Et pourtant je peux vous assurer qu’en jetant un œil à travers la fenêtre du refuge à la montagne magnifiée par le soleil levant, on ne regrette pas la nuit chaotique que l’on a passée au son des trompettes, sauf papi qui avait ses boules Quiès  et s’est révélé être un épouvantable musicien  (finalement je n’ai pas pu résister à cafter l’un des coupables du concert nocturne)

 

 

araing,ariège,verrat,bacchus

Le temps étant aussi radieux que la veille, la descente s’annonce idyllique et c’est d’un cœur léger que nous nous remettons notre barda sur le dos !

 

 

araing,ariège,verrat,bacchus

Et effectivement, pour descendre il suffit de mettre un pied devant l’autre et de laisser agir la force de gravité tout en gardant un œil ouvert pour surveiller les cailloux facétieux qui n’ont qu’une idée : vous mettre le cul par terre !

 

 

araing,ariège,verrat,bacchus

Mais la descente se passe sans incident et les benjamins, qui ont eu un peu de mal à me suivre à la montée, font les fiérots, mais ça c’est l’effet des gênes XY toujours prêt à faire le fanfaron quand il n’y a aucun péril en la demeure !

 

 

araing,ariège,verrat,bacchus

Ce que j’aime dans la montagne c’est qu’elle nous rappelle que  malgré nos gratte-ciels et nos prouesses technologiques en tous genres nous ne sommes que des fourmis et qu’il suffirait que la Terre donne un coup d’épaule pour se débarrasser de nous qui prenons si peu soin d’elle.

 

 

araing,ariège,verrat,bacchus

Mais « que la montagne est belle » comme l’a chanté un artiste du siècle dernier que mon papi aime bien et j’avoue que je suis étonné que, vu son grand âge il soit encore capable d’y grimper. Je vais finir par croire que ses divins nectars y sont pour quelque chose !

 

 

araing,ariège,verrat,bacchus

Le seul obstacle que nous rencontrons lors de notre descente se présente sous la forme d’un troupeau de vaches dont les cornes nous incitent à leur laisser bien volontiers la priorité !

 

 

araing,ariège,verrat,bacchus

 

Et nous voici revenus quasiment au point de départ. C’est avec nostalgie que nous contemplons ce torrent qui va continuer à descendre la montagne alors que nous allons devoir la quitter. Mais c’est promis l’année prochaine nous reviendrons !

 

 C'est la période des vacances  et vous allez vous retrouver à coincer la « bulle » quelque part dans un jardin, sur une plage ou au bord d’un ruisseau, votre MP 3 collé sur les oreilles, car c’est connu la musique adoucit les mœurs et vu l’état du monde vous avez bien besoin que vos mœurs soient apaisées ! Pourquoi ne pas y mettre quelques chansons de mon cru qui figurent dans mon dernier album "Ti Punch" et qui vous emmèneront aux Antilles, lieu éminemment dépaysant ! Vous pourrez ainsi écouter la complainte du Coupeur de canne,  vous laisser bercer par la langueur de Marie-Galante, sentir les envoutantes effluves du Ti’ Punch ou écouter la sensuelle histoire du Bernard-l’hermite…..

C’est sur Deezer (cliquez sur le nom) ou Spotify  ou encore Itunes….

PS Vous y trouverez aussi mes autres albums "Bidochon dream " et "Jennifer" (cliquez sur le titre)

Vous pouvez également vous tenir au courant de la parution de mes prochains albums en vous inscrivant sur ce nouveau blog Old Nut Zimbalam 

Texte Emilie  et photos Ulysse (sauf 7, 15 et 20 Buffler ainsi que 14 Sébastien )

 

12/07/2015

Le mystère de la pantoufle bleue.....(reprise d'archive)

IMG_4104.JPG


Alors que je promenais de bon matin sur le rivage, je suis tombé nez à nez, ou plutôt devrais je dire, pied à pied avec cette pantoufle bleue. Regardant aux alentours, je ne vis rien ni personne, pas même un sac ou une serviette sur la plage qui puissent être associés avec cette pantoufle. En l'examinant de plus près je constatais qu'elle était faite d'un cuir de qualité et arborait des broderies qui lui donnaient un air de babouche de mille et une nuits.

Que pouvait bien faire cette pantoufle sur le rivage de si bon matin ? Elle était détrempée ce qui me conduisait à deux hypothèses : soit on l'avait perdue sur la plage et les vagues l'avaient submergée, soit elle venait du large, mais alors, dans quelles circonstances ?

Examinant la première hypothèse, j'imaginais que Cendrillon avait fini par se lasser de son prince charmant et nous refaisait le coup de la pantoufle perdue, espérant qu'un riche estivant la retrouverait et chercherait à savoir à qui elle appartenait, lui donnant l'espoir d'une nouvelle idylle dorée sur tranche (ou sur semelle comme vous préférez !) Mais si c'était le cas, sa chance l'avait abandonnée car en guise de carosse, tout ce que je pouvais lui proposer c'était un vélo avec une seule selle ! Mais je renonçais très vite à cette hypothèse car, après réflexion, je pense que Cendrillon aurait plutôt choisi Cannes et la période du festival pour perdre sa pantoufle plutôt que les environs de Palavas les Flots (vous imaginez un nom pareil dans un conte de fée !)

J'examinais donc la seconde hypothèse d'une arrivée par la mer et j'imaginais un drame de la passion au cours d'une croisière au long cours, tel que la dispute d'un couple en plein coeur de la nuit avec la lune pour seul témoin. Sans aucun doute un mari jaloux des oeillades lancées par sa belle 
au moussaillon qui les servait lors du dîner  (pour avoir du rab, je suppose vu la pointure de la pantoufle : un bon 40 !) et qui lui fait une scène une fois revenus dans leur cabine. Il s'emporte, frappe sa dulcinée qui se tue en se fracassant la tête sur le coin du lit. Affolé le mari la balance par dessus bord par la fenêtre pour ne pas laisser de trace de son méfait. La belle sombre dans la mer avec une seule pantoufle aux pieds, l'autre est restée dans la cabine à l'insu du mari. Il suffirait donc d'alerter les autorités maritimes afin qu'ils inspectent les cabines de tous les paquebots de croisière étant passés au large de Palavas les Flots cette nuit là, pour démasquer le criminel en découvrant la pantoufle manquante. Mais vous connaissez la police, si je l'alerte, bronzé comme je suis, elle risque de me suspecter et de me mettre en garde à vue ! Et puis après tout d'autres hypothèses sont possibles et peut être que vous même avez une petite idée ? Alors aidez moi, j'ai besoin de vos conseils car je ne sais que faire !

C'est la période des vacances  et vous allez vous retrouver à coincer la « bulle » quelque part dans un jardin, sur une plage ou au bord d’un ruisseau, votre MP 3 collé sur les oreilles, car c’est connu la musique adoucit les mœurs et vu l’état du monde vous avez bien besoin que vos mœurs soient apaisées ! Pourquoi ne pas y mettre quelques chansons de mon cru qui figurent dans mon dernier album "Ti Punch" et qui vous emmèneront aux Antilles, lieu éminemment dépaysant ! Vous pourrez ainsi écouter la complainte du Coupeur de canne,  vous laisser bercer par la langueur de Marie-Galante, sentir les envoutantes effluves du Ti’ Punch ou écouter la sensuelle histoire du Bernard-l’hermite…..

C’est sur Deezer (cliquez sur le nom) ou Spotify  ou encore Itunes….

PS Vous y trouverez aussi mes autres albums "Bidochon dream " et "Jennifer" (cliquez sur le titre)

Vous pouvez également vous tenir au courant de la parution de mes prochains albums en vous inscrivant sur ce nouveau blog Old Nut Zimbalam 

 

Texte & Photo Ulysse