Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog


15/04/2014

Le Pic Saint Loup par les crêtes

 

pic saint loup,sénat,montferrand,pape

Du dépaysement ? Vous voulez du dépaysement ! Vous avez été nombreux, chères lectrices et chers lecteurs,  à nous écrire pour nous demander d’élargir quelque peu notre périmètre d’exploration. Soucieux de continuer à jouir de votre sympathique compagnie, nous avons décidé, Gibus et moi de gravir le Pic Saint Loup. Mais attention pas en empruntant le sentier « pépère »  des Montpelliérains qui viennent y digérer leurs agapes du week-end. Non nous l’avons fait en suivant le sentier des crêtes beaucoup plus sportif !

 

 

pic saint loup,sénat,montferrand,pape

Le Pic Saint loup est un gros morceau de plateau sédimentaire qui a basculé à la verticale lors de la surrection des Pyrénées, il y a quarante millions d’années. La pluie qui y tombe dissout le calcaire et disparaît aussi vite que nos impôts entre les mains de nos élus. Ici pas le moindre cours d’eau et l’air dessèche nos organismes habitués au climat plus humide du parc régional du Haut Languedoc. C’est l’une des rares fois où nous sommes contraints de boire avant le pique nique et pas le même breuvage !

 

 

pic saint loup,sénat,montferrand,pape

Cette photo vous donne une idée du parcours chaotique qui est le nôtre, naviguant à vue tantôt en sous bois, tantôt le long de la falaise.

 

 

pic saint loup,sénat,montferrand,pape

Mais nous en avons vu d’autres et j'espère que longtemps encore nous vous ferons souffler, frémir, trembler pour nos vieux abattis ! (enfin surtout nos lectrices) 

 

 

pic saint loup,sénat,montferrand,pape

Ici pas question de rêvasser en marchant comme je le fais parfois. Il ne faut pas perdre le cap et trop s’écarter de la trace laissée par ceux qui nous ont précédé, sous peine de suivre le sort  désastreux d’Icare.

 

 

pic saint loup,sénat,montferrand,pape

Mais l’expérience aidant nous approchons du but et apercevons la croix du sommet,  but de notre expédition. Bon , nous avons un dernier promontoire à gravir mais ce n’est qu’une simple formalité pour nos vieilles jambes qui  grimpent environ 50 km de dénivelé par an.

 

 

pic saint loup,sénat,montferrand,pape

Après avoir franchi la crête, nous rejoignons les ruines du château de Montferrand situé sur un promontoire dans le prolongement du Pic Saint Loup.

 

 

pic saint loup,sénat,montferrand,pape

Ce château construit au cours du XIIème siècle a été confisqué par le pape au Comte Raymond VI durant la croisade contre les Albigeois pour être confié à l’évêque de Maguelonne.

 

 

pic saint loup,sénat,montferrand,pape

Ensuite les protestants et les catholiques se le sont disputés. Dieu ! que de crimes on a commis en ton nom !

 

 

pic saint loup,sénat,montferrand,pape

Le roi scélérat louis XIV ( l’un des plus grands criminels, avec napoléon, de l’histoire de France) autorisa l’évêque Colbert de Croissy à faire détruire les bâtiments, les pierres étant offertes en dédommagement à ceux acceptant de procéder à sa démolition.

 

 

pic saint loup,sénat,montferrand,pape

Heureusement les difficultés de transport ont permis de limiter sa destruction. Ce qui nous permet aujourd’hui de déambuler au cœur de ces magnifiques ruines.

 

pic saint loup,sénat,montferrand,pape

Certes il est vrai que les hommes d’aujourd’hui leur ont donné un petit coup de pouce pour leur redonner un peu de leur magnificence d’antan. On éprouve toujours un frisson en découvrant ces murailles qui dominent des à pics vertigineux en pensant à ceux qui les ont construites et dont certains n’ont pas dû les voir achevées !

 

 

pic saint loup,sénat,montferrand,pape

Installés dans ce qui devait être l’ancienne salle d’apparat du château nous portons un toast à celle est ceux qui y ont vécu et sont peut être morts en le défendant, sans vous oublier chères lectrices et lecteurs !

 

 

pic saint loup,sénat,montferrand,pape

Nous revenons ensuite tranquillement à notre point de départ en descendant sur le versant nord du PIC Saint Loup d’où l’on découvre perché sur son promontoire le château que nous venons de visiter. Nous avons une pensée compatissante pour ceux qui ont eu à l’assiéger,  car cela n’a pas dû être une partie de plaisir.  Mais malgré sa position inexpugnable il a été pris, ce qui n’est pas le cas des postes de sénateur qui sont imprenables tant que l’impétrant cacochyme ne meurt pas dans son lit !

 

PS: Je vous invite à aller écouter un concert de guitare classique donné par ma petite fille Louna sur mon blog musical OLD NUT  en cliquant ICI

 

Texte & Photos Ulysse

 

 

06/04/2014

Allez on se chausse, on file à Caramaus !

 

caissenols,rosis,casselouvre,nemrod,sénat

Comment ! J’en vois qui ne sont pas encore chaussés !  Vous traînez un peu chères lectrices et chers lecteurs ! Quoi ? Qu’entends je ? La rando de la semaine dernière vous a fatigués, alors que Gibus et moi on s’est efforcé de vous vous emmener sur des chemins carrossables ! C’est sûr que le Caroux même par des bons chemins n’est pas le Mont Valérien où le Mont Saint Clair, c’est une MONTAGNE !  De toute façon, on ne peut pas attendre les retardataires, car cette fois ci une rude montée nous attend, vu que nous allons grimper hors sentier au sommet de la Plane (1020m) par la serre d’Esparic et le col de Caramaus. Allez celles et ceux qui sont prêts, prenez votre sac et zou, on y va !

 

caissenols,rosis,casselouvre,nemrod,sénat

Ne nous quittez pas des yeux car il n’y a pas de chemin et on va naviguer à vue en suivant les quelques balises bleues peintes ici et là sur des rochers. Ceux qui parlent le russe ne seront pas trop dépaysés vu que le parcours a un profil de montagnes russes. Je sais, ma blague n’est pas très subtile mais c’était juste pour détendre l’atmosphère !

 

caissenols,rosis,casselouvre,nemrod,sénat

Que celles et ceux qui ont le vertige ne regardent pas vers la gauche ou qu’ils ferment les yeux et  s’accrochent à mon sac à dos. Attention « pierre » ! , Attention «  trou » ! Attention « crottes de mouflons » ! 

 

caissenols,rosis,casselouvre,nemrod,sénat

Bon, le passage le plus difficile est passé, vous pouvez maintenant ouvrir les yeux pour jouir du panorama.

 

caissenols,rosis,casselouvre,nemrod,sénat

Je vous rassure nous n’allons pas avoir à grimper ce monticule mais nous allons le contourner. Je tiens beaucoup à vous garder chères lectrices et lecteurs !

 

 

caissenols,rosis,casselouvre,nemrod,sénat

Avant de descendre par le vallon du ruisseau des Fabre nous allons passer en revue les sommets que l’on aperçoit et où nous avons déjà emmenés certains d’entre vous. En face à gauche , on aperçoit le Plo des Brus où j’ai essuyé une tempête de neige il y a trois semaines. La pyramide au milieu recouverte d’une forêt sombre est le Mont Agut (1030m) qui domine l’ancien bassin minier de Graissessac aujourd’hui abandonné. Tout au fond entre les deux on aperçoit les Cévennes. Et si je me retournais je pourrai vous montrer le Caroux où nous étions la semaine passée. Ca donne le vertige n’est ce pas ! Le Népal est une pénéplaine à coté (bon là c’est mon coté sudiste qui parle !)

 

 

caissenols,rosis,casselouvre,nemrod,sénat

En descendant nous trouvons quelques lambeaux de neige que la fraicheur de ce versant nord a préservés. Non ! on n’a pas le temps de faire une bataille de boules de neige ! Vous y tenez !! Vous êtres de vrais gamins ! Gibus et moi aussi d'ailleurs ! OK mais alors pas plus de cinq minutes !

 

 

caissenols,rosis,casselouvre,nemrod,sénat

Oh ! vous avez vu la laie qui vient de s’enfuir avec ses petits. J’ai juste eu le temps de prendre au vol une (mauvaise) photo d’un marcassin ralenti par une vielle souche. Je pense qu’il a eu la première peur de sa vie. Il en verra d’autres quand plus tard les « nemrods » voudront sa peau !

 

 

caissenols,rosis,casselouvre,nemrod,sénat

 

Nous arrivons au havre de paix qu’est Caissenols, merveilleusement restauré par une association de bénévoles (que je salue au passage) et où j’ai personnellement de merveilleux souvenirs pour y avoir emmené de nombreux amis ainsi que mes enfants et petits enfants pour de mémorables « saucisses grillées «  parties !

 

caissenols,rosis,casselouvre,nemrod,sénat

Désolé pour celles et ceux qui ne sont pas avec nous mais je ne poste pas pour cette fois de photo de notre pique-nique ! J’ai en effet reçu de trop nombreuses lettres de lectrices et lecteurs frustrés d’être arrivés trop tard pour les délicieux œufs-bacon au plat  préparés par Maître Gibus . Donc, on «squeeze la pause » dinatoire et la sieste et on se remet « fissa en route »  en empruntant un chemin des plus confortables. Ce n’est pas que je tiens à vous ménager, mais  généralement l’après midi, Gibus et moi, adoptons un « train de sénateur », bien qu’il soit évident qu’aucun des vieillards cacochymes qui peuplent le Sénat ne pourrait nous suivre !

 

caissenols,rosis,casselouvre,nemrod,sénat

J’en profite pour vous donner des nouvelles de cet arbre mort qui borde le chemin et avec lequel j’ai souvent de longues conversations, comme en décembre dernier. Il tient le coup ma foi et garde « bonnes racines et bon œil » et je vous transmets son amical salut, notamment à mon ami Marc qui le connaît bien aussi.

 

 

caissenols,rosis,casselouvre,nemrod,sénat

Bon, il va quand même falloir affronter une dernière « légère » (au sens montagnard du terme)  montée pour accéder à la serre de More avant de redescendre vers notre point de départ.  Les protestations ne sont recevables que par pli recommandé avec accusé de réception dans les vingt quatre heures après l’ascension, le cachet de la poste faisant foi.

 

 

caissenols,rosis,casselouvre,nemrod,sénat

Mais une superbe récompense vous attend pour prix de vos efforts : une baignade dans le site magnifique des méandres du Casselouvre. A quelle température est l’eau, me demandez vous . Désolé mais ce n’est pas un question que l’on pose quand on part en randonnée avec Gibus et Ulysse . On se déshabille et on plonge, point barre !

 

PS: Je vous invite à faire connaissance de Jennifer, femme fatale, sur mon blog musical OLD NUT  en cliquant ICI

 

Texte & Photos Ulysse

 

29/03/2014

Un chef indien m'a dit ....

 

amérindien,caroux,oie,marcescent

Après vous avoir, chères lectrices et chers lecteurs, accordé une semaine de pause (du moins pour ceux qui n’ont pas fait l’ascension de la Soufrière sur PIQUESEL) Gibus et moi vous invitons à partir à l’assaut de « l’Olympe ». Quand je dis « l’Olympe » c’est une façon de parler, disons que c’est notre « Olympe » à nous, c’est à dire le Caroux. Car c’est pour nous une montagne sacrée où vivent cachés quelques anciens dieux, dont Bacchus,  mis « au placard » par les humains influencés par des prophètes qui leur ont promis le paradis à condition qu’ils se tiennent à carreau ! Ceci dit après avoir  renié leurs vieilles idoles, les humains n’ont pas adopté pour autant une conduite exemplaire, je dirais même que la Terre est devenue un vrai bazar, pour ne pas utiliser un mot plus grossier .

Mais revenons à cette montagne qui nous est chère où Bacchus a trouvé refuge (nous trinquons avec lui chaque fois que nous y montons) et dont nous allons faire de nouveau l’ascension. Mais, je vous rassure tout de suite, cette fois ci pas d’éboulis à traverser, pas de corniche à gravir, aucune crainte d’avoir le vertige car nous allons emprunter une ancienne draille à moutons des plus confortables, enfin quand on a le pied montagnard et que l’on ne grimpe pas en espadrilles !

 

 

amérindien,caroux,oie,marcescent

Les montagnards savent pourquoi on appelle notre chère Terre « la planète bleue » car de « là haut » on la voit ainsi ! En effet la diffraction de la lumière du soleil dans l’atmosphère crée un voile bleuté qui noie les chaines de montagnes  ou de collines qui se succèdent jusqu’à la mer.  Mais ce bleu là ne donne pas le « blues », au contraire, il vivifie, il revigore, il stimule,  il rassérène, il exalte, comme une triple dose de vitamine C dont  sont riches les oranges. Ce que Paul Eluard, ce grand poète, a d’une façon fulgurante pressenti dans ce vers apparemment mystérieux et pourtant limpide : « La Terre est bleue comme une orange….. »

 

amérindien,caroux,oie,marcescent

Les anciens dieux ne sont pas les seuls à avoir trouvé refuge sur le Caroux, quelques chefs amérindiens, qui ont échappé au massacre des « yankees », ont fait de même . Ainsi  croisons nous Seattle, un  chef indien Suquamish avec lequel nous nous mettons à parler du triste état de notre planète.

 « La terre n'appartient pas à l'homme » nous dit-il « c'est l'homme qui appartient à la terre. Nous le savons: toutes choses sont liées. Tout ce qui arrive à la terre arrive aux fils de la terre.L'homme n'a pas tissé la toile de la vie, il n'est qu'un fil de tissu. Tout ce qu'il fait à la toile, il le fait à lui-même."

« Nous le savons bien, nous qui passons une partie de notre vie sur les chemins à parler aux plantes aux animaux  et aux pierres »  lui répondons nous  « mais nous ne sommes hélas pas aux commandes et ceux qui y sont ne semblent pas prendre le chemin de la sagesse »

Seattle nous sort alors le Grand livre de la sagesse indienne qu’il a précieusement conservé et qui reprend les propos que lui et  tous ses amis ont adressé en vain aux autorités américaines.

« Je vous le prête jusqu’à votre prochain passage ici » nous dit-il « parlez en autour de vous, faites le lire à vos enfants et petits enfants et ainsi vous sèmerez des graines qui aideront peut être à sauver le monde »

Je ne peux pas hélas vous le confier chères lectrices et lecteurs mais vous pouvez découvrir ce « trésor » de sagesse indienne sur le fabuleux site de SYTI-NET que tout terrien devrait mettre dans ses favoris. Parcourez le menu de ce site et vous y découvrirez d’autres merveilles).

 

amérindien,caroux,oie,marcescent

Nous poursuivons notre ascension et sommes surpris de rencontrer de la neige sur le plateau sommital. Mais avec le soleil radieux et l’infinie « bleuitude » du ciel cette neige là crée une atmosphère festive. L’envie nous prendrait presque de danser mais vous imaginez la tête des mouflonnes  nous contemplant Gibus et moi en train de danser ! Cela ferait jaser !

 

 

amérindien,caroux,oie,marcescent

Nous entendons soudain « cancaner » et nous apercevons avec stupeur une oie affamée en train d’essayer de se sustenter d’un caillou.  « Avec toute cette neige, je n’ai pas grand chose à « becqueter » nous explique-t-elle. Ayant pitié de son triste sort nous lui donnons un quignon de pain prélevé sur notre pique-nique. « Mais que fais tu en ces lieux » lui demandons nous ? «J’ai fait une halte sur le Caroux pendant ma migration et ce sont les mouflons qui, ayant entendu dire que les oies du Capitole avaient permis aux Romains de repousser l’attaque des gaulois, m’ont invitée à rester parmi eux pour les prévenir de l’arrivée des chasseurs ! Comme le coin est chouette j’y suis resté mais je dois avouer que j’y crève un peu la dalle » répond-t-elle. On fait vraiment des rencontres extraordinaires sur le Caroux !  Il faut vraiment que vous y montiez un jour !

 

amérindien,caroux,oie,marcescent

Comme à l’habitude nous allons pique-niquer dans le refuge de Fontsalès dont un graffiti nous apprend que Claude Lelouch aurait dormi ici et un autre que « Mumu aime Gégé ». C’est quand même plus distrayant que les nouvelles diffusées aux journaux télévisés, non ? Et espérons que Mumu et Gégé s’aiment toujours sinon s’ils lisent cet article l’un d’entre eux aura peut être le bourdon, et j’en serais fort marri !

 

 

amérindien,caroux,oie,marcescent

Le pique-nique englouglouti (le bis du « glou » c’est pour la partie liquide !) nous entamons la descente, l’horizon bleuté commençant à se parer d’or du fait de la plongée du soleil qui fait que la diffraction de ses rayons dans l’atmosphère vire vers l’orange (je me suis relu trois fois, tellement c’est beau !).

 

 

amérindien,caroux,oie,marcescent

Certains hêtres ont conservé leur feuillage marcescent qui, bien que mort, ne tombera que lors de la sortie des nouveaux bourgeons.  Ces feuilles se gavent de soleil et illuminent le sous-bois comme certains défunts qui laissent un souvenir lumineux dans nos mémoires.

 

 

amérindien,caroux,oie,marcescent

La nature est un magnifique musée ouvert à tous vents où les œuvres d’art, en majorité des antiquités, sont encadrées de façon artistique !

 

 

amérindien,caroux,oie,marcescent

Et admirons le courage de ces bataillons arboricoles qui, comme les phalanges romaines, partent à l’assaut de pitons rocheux que l’on croit imprenables. Prenons en de la graine, nous qui trop souvent nous trouvons des prétextes pour ne rien faire et plutôt boire un coup alors qu’il n’est pas si difficile que ça d’en boire deux !

 

 

amérindien,caroux,oie,marcescent

Mais nous allons vous montrer Gibus et moi que nous ne manquons pas de courage. Vous voyez cette belle cascade : c’est de l’eau, n’est ce pas et qui plus est glaciale et bien vous qui croyez que nous n’avons pas vraiment d’affinité avec ce liquide, ce qui est vrai, quand il s’agit d’un breuvage…..

 

 

 

 

amérindien,caroux,oie,marcescent

…vous constatez que nous ne sommes pas en si mauvais termes que ça, je dirais même, par un jeu de mot facile  mais auquel je ne peux résister que nous sommes en excellents « thermes » quand il s’agit de s’y baigner. Il est vrai, toutefois, que nous n’y sommes pas restés aussi longtemps que lorsque nous nous sommes baignés en janvier dernier dans la mer des Caraïbes !

 

amérindien,caroux,oie,marcescent

Pour celles et ceux qui pourraient douter que j’accompagne mon ami Gibus dans ses ablutions purificatrices, voici la preuve que je ne me défile pas ! Allez la prochaine fois on changera de montagne c’est promis ! Mais il n’ y a aura pas de baignade à la clé ! J’en suis désolé pour mes lectrices !

 

PS: Je vous invite à découvrir une nouvelle note "Ecoute ton âme" sur mon blog OLD NUT agrémentée d'une chanson en cliquant ICI

 

Texte & photos Ulysse

 

 

23/03/2014

...and the flamingo rose !!!

 

Chères lectrices et chers lecteurs,

soucieux de ne pas vous soumettre à une overdose de Caroux,  je vous emmène cette semaine sur les bords de l'étang de Thau à la découverte de ses flamants roses, sujet d'une plaisante anecdote historique (note reprise des archives)

 

Je convie ceux qui ont néanmoins envie de randonner à partir à l'assaut de la Soufrière sur mon autre blog PIQUESEL (cliquez sur le nom). 

 

Et après cette ascension qui vous laissera je l'espère un souvenir mémorable (ce qui fut le cas pour nous !) je vous invite à aller fêter l'arrivée du printemps en musique et en compagnie de jolies jeunes filles sur mon blog musical OLD NUT (cliquez sur le nom) où je me demande en chanson "A quoi rêvent les jeunes filles ..." ?

 

 

 

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC09494-1.JPG

Vous ne vous êtes jamais posé la question de savoir pourquoi on appelait le flamant rose ainsi alors que le flamant est toujours rose (sauf les jeunes impubères qui sont blancs) ?

De fait, on parle de panthère noire parce qu'il en existe également des tachetées ou de perdrix rouge parce qu'il y il y en a aussi des grises. Mais quand on veut désigner l'éléphant ou la girafe on ne dit pas  l'éléphant gris ou la girafe tachetée car il ou elle sont toujours ainsi. Alors pourquoi dit-on : des flamants  roses?

 

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC00014.JPG


Et bien l'explication est assez cocasse, Elle remonte à l'époque où le Docteur Livingstone en 1871 explorait la Tanzanie. Il découvrit un jour une lagune aux eaux saumatres dans laquelle pateaugeaient une colonie de magnifiques volatiles roses qu'il ne connaissait pas. Il s'agissait bien sur de flamants inconnus à l'époque en Europe, car ces volatiles ne s'y étaient pas encore aventurés au cours de leurs pérégrinations migratoires (le « Christophe Colomb » des flamants n'était pas encore né en quelque sorte).



http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC00009.JPG

Dès qu'ils virent le Docteur Livingstone les flamants s'envolèrent en cancanant pour s'installer un peu plus loin dans la lagune, comme nous les voyons faire aujourd'hui dans le bassin de Thau dès qu'un quidam veut les approcher (sur ce point pour ceux qui sont intéressés par le langage des flamants roses je les invite à lire dans mes archives mon article du 30 janvier 2007)

Ce manège se produisit à chaque fois que le bon docteur Livingstone s'approchait d'eux pour mieux les observer (il ne disposait pas à l'époque des appareils photos et des jumelles de Yann Arthus Bertrand). Il constata aussi que lors de leur envol l'écartement des ailes faisait apparaître des bandes de plumage rouge sur leurs flancs ressemblant à des flammes. Il leur donna donc le nom de « Flamingo ».
 
 Prenant des notes sur l'allure et le comportement des ces magnifiques volatiles il écrivit donc en anglais bien sur dans son carnet de voyage « as soon as I came near them, the flamingo rose in the sky... » ce qui veut dire « dès que je m'approchais d'eux, les flamants s'élevaient dans le ciel... » (le verbe anglais s'élever est « rise » au présent et « rose » à l'imparfait)

 

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/ste_marie_037.jpg

 

Lorsque quelques jours plus tard, le 10 novembre 1871 pour être précis, affaibli et malade il rencontre par hasard Stanley, journaliste du Hérald Tibune, parti à sa recherche, il lui fait part de son étonnante découverte. Un article sur les «flamingos » paraît quelques jours après dans le Herald tibune avec mention des notes de Livingstone.

Ce numéro du Hérald Tribune vint à tomber entre les mains d'un ornithologue français qui comme la plupart de ses compatriotes ne connaissait de la langue anglaise que les mots « God save the queen ».

 

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC09123-1.JPG

Cet ornithologue, dont par égard pour ses descendants je tairai le nom, cru comprendre en lisant ce reportage que Livingstone avait donné le nom de "flamingo rose" à ces bestioles et ce nom francisé par ses soins est devenu flamant Rose.

 

DSC00551.JPG

Depuis lors les flamants ont découvert l'Europe et se sont installés dans les lagunes du midi de la France pour notre plus grand bonheur. On continue de les appeler "flamant rose" alors qu'ils peuvent être rouges !

 

PS : Je vous invite également à découvrir un nouvel article  "A quoi rêvent les jeunes filles" sur mon  blog musical  OLD NUT agrémenté d'une nouvelle chanson auquel vous pouvez accéder en cliquant ICI

 

Texte & photos Ulysse