suivi de mon blog
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

24/07/2008

L'âme des chênes, l'esprit du vin ! (actualisation d'archive)

medium_img_3723.jpg



Amis des Arbres et de Vitis Viniféra, souvenez vous, il y a un an on procédait à l'abattage du fleuron de

la Forêt de Tronçais : le chêne de Morat agé de 340 ans, planté sur les ordres de Colbert et qui était menacé par

un coléoptère : le grand capricorne !



Un arbre qui meurt, c'est toujours triste, mais la grande famille des vignerons a accueilli dignement les

dépouilles de ce géant (39m de haut) qui ont servi à fabriquer environ 60 barriques de type bordelais (225 litres).

Les chênes de Tronçais sont, en effet, très recherchés pour l'élevage du vin car leur croissance très lente donne

au bois des arômes de vanille et de clou de girofle et surtout une élégance et une discrétion qui ne marque pas

le vin
.


Ainsi l'âme de ce chêne majestueux est elle allée se mêler à celle de quelques pieds de Vitis Viniféra

dans les entrailles d'opulentes barriques, puis de divins flacons. Si vous souhaitez, qu'à votre tour, cette âme

vous habite, il vous faut casser votre tirelire, car seuls les grands crus bordelais, californiens, espagnols, italiens

et chiliens se sont partagés ses dépouilles. Cela m'amène à me poser une question : s'il advient qu'un jour le

jour les plus beaux chênes ne finissent plus leur existence sous la forme de « barriques » mais de copeaux, pour

suivre la mode des vins du « nouveau monde » leur âme survivra-t-elle et que deviendra alors l'esprit du vin ?


medium_img_3892.jpg



Texte & photo* Ulysse

* il s'agit d'une photo d'un dessin représentant une chênaie qui a été fait au stylo bille par Henri Ulrich et fait partie d'une collection intitulée "Arbres : Sources de Vie" publié dans un magnifique ouvrage par l'éditeur "Le Verger"

09:05 Publié dans Divagations | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : chêne, Tronçais, vin

Commentaires

Cher Ulysse, j'ai apprécié le Pic de Nore, qui me convient parfaitement, je suis habitué au plat, Franquevaux grimpe de -2 m à + 5m sur le pont qui passe le canal du Rhone à Sète. Il est possible que Samedi je sois absent, car je dois faire une folie d'altitude dans la commune des Mages, au dessus d'Alès, qui doit bien se situer aux alentours de 250 m. Auriez vous l'amabilité de laisser le post du schmilblog, jusqu'au Lundi soir, pour que je puisse malgré tout y participer ? Je vous remercie et vous souhaite une belle fin de semaine.

Écrit par : michel, à franquevaux. | 24/07/2008

Très belle page...qui réveille un épisode semblable..mon chêne avait à peu près 200 ans mais il n'a pas reverdi ce printemps et comme il menaçait le bastidon..il a fallu le couper...il dégage encore de délicieux aromes dans le garage...et j'ai gardé les "têtes" qui servaient de nid aux loirs...mais quel vide! A bientôt Ulysse..belle soirée***~~

Écrit par : D'Ocean~ | 24/07/2008

j'ai horreur de cette nouvelle mode des vins ou on ajoute des copeaux; je trouve ces vins d'un gout absolument dégueulasse

Écrit par : saadou | 24/07/2008

oui pour les fûts de chêne mais NON aux copeaux, respectons comme tu le dis l'esprit du vin et " divin" ajouterait Rabelais

Écrit par : colette | 24/07/2008

bonjour Ulysse,

ce dessin est vraiment magnifique!

je te souhaite un bon week-end,

bien amicalement

Écrit par : laurent | 26/07/2008

Que c'est triste la plainte de l'arbre qu'on abat ! Brrrr, je ne m'y ferai jamais !!!
Je crois qu'une fois les modes passées, la tradition et le vrai s'imposent à nouveau ... C'est juste une question de patience ! Ouf ! Nous avons encore la liberté de choisir ;-) Et il y a peut-être aussi quelques trésors à découvrir ailleurs, sur d'autres continents, d'autres hommes qui respectent les traditions ;-)
Beau dimanche Ulysse !

Écrit par : Bandolera | 27/07/2008

Belle histoire, même si la récupération du mythe par quelques fabricants de vin à fortune, qui ont lancé le dossier de presse, me laisse un peu dubitative...

Si vous travaillez avec un tonnelier fiable et digne de ce nom, vous savez toujours, de quel bois sont fait vos barriques, vous pouvez choisir leur origine, leur grain, leur chauffe - même si vous ne connaissez pas forcement le "nom" de l'arbre. C'est des futaies, qui sont planté pour faire du bois - par des générations avant nous - et qui sont régulièrement renouvellées par des plantations de jeunes arbres.

Comme pour le liège, le vrai, de chênes liège, qui ont poussés lentement, qui sert pour nos bouchons, le vigneron a le choix entre différents qualités - et le bon choix se paye (plus cher).

Il y a aussi du bois américain ou des pays de l'est - mais ce bois pousse plus vite, a un grain moins fin, donc des tannins plus vulgaires - et le résultat sur le vin n'est pas le même.

Là, où je défie l'amateur de base, c'est de pouvoir faire la différence en dégustation, c'est entre copeaux, staves (des planches, quand met dans les grands cuves) et d'autres artifices en véritable chêne, que propose l'industrie œnologique à très bas prix... Pour vraiment savoir, comment le vin était fait, il faut connaitre le vigneron et savoir, que c'est un homme / une femme digne de confiance.

La différence entre ces tisanes aromatisées et un vin élevé patiemment en barriques pendant des longues mois, voire années, elle existe, mais ce n'est pas dans les bouteille commercialisées au supermarché à vilain prix, qu'on va trouver ces vins.

Un bon vigneron va d'ailler rarement mettre ce tampon du marketing moderne: "fut de chêne" sur sa bouteille - pour lui, c'est un contenant, qu'il a choisi, parce qu'il permet une lente évolution de ses vins à l'obscurité de sa cave, qui aide à les clarifier lentement au fil des soutirages, ce qui économise des filtrations qui décharne le vin, un contenant à échelle humaine, qu'on peu manipuler (même une femme) à force de bras, une fois vide - et qui, matière vivante, prélève sa "part des anges" par évaporation au cours de l'élevage.

C'est cela, la magie du chêne dans le vin - la panoplie de l'œnologie moderne face à cela, c'est du Maggie-Mix pour ménagère (ou cuistot) flemmard.

Écrit par : Iris | 27/07/2008

Meric Iris pour ton commentaire très documenté et avec lequel je suis entièrement d'accord. La mention sur un vin "veilli en fût de chêne" a pour moi la même valeur que "vu à la télé " c'est à dire que c'est du pipeau marketing. Ce qui compte c'est l'ensemble du processus de vinification et la qualité du chêne et son niveau de chauffe n'est qu'un paramètre parmi de nombreux autres. Sur le chêne américain je serai moins sévère que toi car ils conviennent bien aux vins blancs
J'espère que l'automne me permettra d'aller découvrir ton domaine.

Écrit par : ulysse | 27/07/2008

Partage à la fois vos passions et vos indignations.
Que rajouter de plus ?
Si ce n'est, qu'y'en à un qui les a bien chanté; les tourments du chêne quand les boniments font douter plus qu'il n'advienne les sentiments....
Vu et lu sur :

http://www.paroles.net/chanson/15462.1

Cordialement à tous.
(...)

Et que survive le Shmilblog aux "frimas" de l'été !!!!

Écrit par : Ji-el-Bê | 29/07/2008

Les commentaires sont fermés.