suivi de mon blog
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

08/06/2012

Prenons soin de nos ombres !

REPRISE D'ARCHIVE
 
medium_img_4710.jpg


Il est une part de nous même que généralement nous ignorons, voire même que nous méprisons : notre ombre ! Et, de fait, les quelques expressions qui y font référence sont toutes péjoratives : on parle de « faire de l'ombre à quelqu'un » pour signifier qu'on lui fait du tort ou l'on dit « qu'il n'est que l'ombre de lui même » quand il est très diminué. De même « on met quelqu'un à l'ombre » quand on le met en prison ou encore on déclare « qu'il y a une ombre au tableau » lorsqu'une situation présente un motif d'inquiétude. Bref pas un mot pour mettre un peu de baume au coeur de nos ombres.


De fait, on s'en soucie comme d'une guigne et on la traîne derrière soi en lui infligeant les flaques d'eau et les déjections canines. Pire encore, les passants et les automobiles lui passent allègrement dessus sans que cela nous émeuve!


Et pourtant certaines cultures dans le passé leur ont accordé beaucoup d'importance, ainsi la tribu Blacknoose (Nez noir, appelés ainsi car ils se peignaient cet appendice avec du charbon de bois) considéraient que notre ombre reflétait notre état de santé : plus elle était sombre et plus nous étions vigoureux, par contre une ombre très claire indiquait une mort prochaine


Ce savoir ancien a été réhabilité récemment par un scientifique américain, le docteur Shadowy du Sunrise Institute (Californie) dans son traité d'Ombrologie (Pullmyleg Editions) qui a étudié au spectromètre sa propre ombre et a vérifié qu'effectivement son état de santé affectait sa densité colorimétrique.


Aussi ferions nous bien de prêter un peu plus d'attention à notre ombre car notre sort en dépend ! Et puis peut être qu'un jour elles en auront marre de ces mauvais traitements et qu'elle renverseront les rôles...elles nous traîneront alors derrière elles, nous infligeant de ramper le nez dans les flaques d'eau et les crottes de chien ! Ne venez pas alors vous plaindre, car je vous aurai prévenus !

 

PS : Je vous invite à suivre le 8ème épisode de mon périple en Egypte : « A travers les déserts de l’Ouest » sur mon blog PIQUESEL


Texte & Photo Ulysse

Commentaires

J'aime bien ce siamges d'ombres elle sont géantes, sueprbe.
Belle journée

Écrit par : Nicou | 08/06/2012

Notre ombre reflète notre état de santé? Très intéressant! je vais étudier la mienne! :-)))

Écrit par : Patou | 08/06/2012

bonjour Ulysse . une superbe analyse de la chose . il fallait y penser . bonne journée

Écrit par : jean-pierre | 08/06/2012

holala!!! mais qu'est ce que tu nous dis là !!! je vais marcher à reculons pour la voir mieux !!!!!!!!!!!!

Écrit par : maevina | 08/06/2012

Bon,ouf ! nous aurons droit encore à de bons articles car ton ombre est en bonne santé :)
Je lis en ce moment "Le voleur d'ombres" de Marc Levy ... un très bon roman que je recommande, je me régale. Une lecture totalement appropriée à ton article du jour.
T'es rudement grand ! hi hi ....
A bientôt M'sieur le géant
Gros bisous

Écrit par : mamychachat | 08/06/2012

parfois le matin très tôt elle est si longue et mince qu'elle me surprend... je marche sans bâton.

Écrit par : telos | 08/06/2012

Il me semble que t'es un peu fatigué !!! Tu vas finir par n'être plus que l'ombre de ton ombre...
Des croyances pareilles, faut déjà en avoir un grain ! Et c'est surement un docteur fou qui s'emploie à vouloir le démontrer...
Moi, je suis trop cartésienne pour croire à ce genre de truc.
Bisous et bonne fin de journée.

Écrit par : chantal | 08/06/2012

Je ne regarderai plus mon ombre du même oeïl...J'aime prendre aussi en photo mon ombre..
C'est vrai que toutes les expressions sont péjoratives...J'ai beau cherché, je ne vois rien d'optimiste..Je pense que je vais y penser cette nuit..Tu as oublié le film "marche à l'ombre"...

Écrit par : juliette | 09/06/2012

Dans nos grandes villes, notre ombre sort de moins en moins souvent de l'ombre !

Écrit par : jacques robert | 09/06/2012

Bonjour Ulysse,
Les nez noirs devaieut habiter une région où le soleil régnait en maître car ici mon ombre est le plus souvent très pâle, voir inexistant!!! ;-)
Bon weekend,
Frans

Écrit par : Frans | 09/06/2012

C'est pour cela que lorsque je travaillais avec de jeunes enfants, il y avait des moments passionnants de découverte de l'ombre: tout y était, la poésie... et même la physique.Ne jamais oublier que l'ombre est indissociable de la lumière et que la vie est un éternel va-et-vient de l'une à l'autre.
Bon we.

Écrit par : Maïté/aliénor | 09/06/2012

ben je préfère regarder mon ombre que marcher sur une merde de chien!!!!lol

Écrit par : l'Angevine | 09/06/2012

"Il n'y a pas de lumière sans ombre"
écrivait Aragon
et il s'agit bien de cela ici, sans notre part d'ombre notre lumière ne serait point lumière, alors vous avez bien raison prenons en bien soin... et bien des cultures anciennes et dites sauvages en avaient compris l'essentiel...
j'aime la part d'ombre des êtres c'est avec elle que je travaille.

Écrit par : Maria-D | 09/06/2012

Nicou sais tu que les ombres se dilatent avec le soleil et rétrécissent dans les flaques d'eau

Patou n'oublie pas de prendre son pouls aussi

Jean Pierre tout est sujet de réflexion

Maevina prends la précaution avant d'acheter des rétroviseurs

Mamychachat bigre un voleur d'ombres ! mais que fait la police !

Telos le soir aussi au coucher du soleil elle s'allonge à l'infini

Chantal tu as tort de douter le docteur Shadowy est un expert reconnu

Juliette merci pour ta contribution avec ce titre de film "Marche à l'ombre" que j'avais oublié

Jacques oui le gris ne ressort pas sur le gris

Frans effectivement un coup de soleil sur le nez c'est rare en Belgique

Maïté tu as raison de nous rappeler que l'ombre naît de la lumière

L'Angevine oui mais attention aux poteaux devant toi

Bon WE à toutes et à tous

Écrit par : ulysse | 09/06/2012

Notre ombre reflèterait notre état de santé?
Pourquoi pas?
De toute façon notre ombre est une partie de nous

Écrit par : gazou | 09/06/2012

Notre ombre est notre "clone" non ?
Aimons là, protégeons là...
Elle est unique et précieuse.

Écrit par : Françoise | 09/06/2012

il n'y a pas d'ombre sans lumière

Écrit par : ginette | 09/06/2012

Notre ombre est notre double, la perdre serait comme perdre son reflet dans un miroir.
Parfois des êtres sont si lumineux que leur ombre s'abstrait de tout support. J'avais écrit un truc il y a des années, alors que je m'occupais beaucoup dans notre région de l'intégration ( tout à fait réussie) des gens du voyage. Je te l'offre.
***
C´est un hiver comme celui-ci que je l’ai vue la première fois
un de ces hivers où le vent emporte au loin les paroles.
J’allais au silence.

Seule
elle était là
échappée de l’enfance
vêtue de mosaïques
à elle seule une idée de lumière dans ces rues mal loties.

Je me suis arrêtée tant elle me paraissait jeune
trop jeune pour traîner ainsi dans les rues de la nuit
je me suis arrêtée
trop lentement peut-être
pour ne pas la brusquer pour nous garder intactes de toutes les crudités
celles qui se crient et celles qui se pensent
dans le sillage des freins chauffés au macadam
mais elle a refusé

Monte je te ramène chez toi

Je ne sais pas ce que ça veut dire
chez moi je ne sais pas
je suis trop sale pour monter
je suis une gitane


Bouche gourmande et regard louve
dans sa main repliée aux ongles tous crasseux
traînait peut-être un sort
appris par cœur le soir au bord du feu qui couve

D’un geste à déchirer les terres les plus sèches
elle remontait sans cesse l’épaulette tombée
s’attarda un moment à la rondeur des seins
éclata d’un grand rire et s’enfuit en courant
voleuse de ma surprise

Je l’ai revue souvent elle a grandi elle a même des enfants qui s’accrochent à sa jupe

Elle a toujours aux pieds les mêmes sandalettes
et l’été ou l’hiver la voient à demi nue
sans aucune malice elle n’est pas coquette
elle est déjà promise à un bel inconnu

Elle est si lumineuse
qu’elle n’a presque pas d’ombre à traîner sous ses pieds
et quand elle est passée
il reste ce parfum
de calme après la pluie

Écrit par : Viviane | 10/06/2012

Gazou notre ombre connaît tous nos secrets heureusement qu'elles ne sont pas bavardes !


Françoise peut être que c'est aussi notre ange gardien ?

Ginette les jours de pluie notre se fait discrète mais elle est néanmoins là tapie dans l'ombre !

Viviane merci pour cette magnifique et émouvante poésie

Beau dimanche à toutes et à tous

Écrit par : ulysse | 10/06/2012

J'avoue que marcher sur mon ombre était un de mes jeux préférés d'enfance. Mais suis-je coupable? Est-cela qui a nuit à ma santé?
Pourtant j'ai la chance de vivre dans la région de France où les ombres sont les plus vives, au bord de la mer, elles sont mêmes bleues. Comment font pour survivre les gens du Nord, très au Nord qui passent 6 mois dans la nuit? Car je crois qu'il ne faut pas confondre ombre et nuit. Le peintre sait que une ombre est d'autant plus en bonne santé qu'elle est bordée de lumière. Elle lui donne son bon teint et l'ombre vibre grâce à sa réflexion. Pas grâce à la mienne, en tout cas!!! Pensez au jeux d'ombre sous un bel arbre un jour de vent modéré, slurp, cela me donne envie de retourner faire la sieste sous mon cerisier, j'évite depuis que j'ai fait connaissance de Newton, le chien du voisin à faire la sieste sous le pommier qui commence à être chargé. Bonne après-midi à l'ombre, car celle-ci peut aussi être une amie vitale. Autre question, l'ombre existe-telle sous mes pieds lorsqu'ils sont parterre? Ceci détruirait mes doutes sur ma culpabilité quant à ma mauvaise santé.Et pour Chantal, je dis qu'avec la poésie tout est possible. C'est ça qu'est chouette même en plein jour.

Écrit par : Béal Arlette | 10/06/2012

Lucky Luke a du s'inspirer de ta note.

Écrit par : lutinbleu | 10/06/2012

Excellent texte.
Bonne semaine.
Yvon.

Écrit par : Yvon | 10/06/2012

Arlette je constate que le thème de l'ombre vous inspire ce qui est normal pour un peintre car ce sont les ombres qui donnent du relief aux oeuvres. Les impressionnistes nous ont appris d'ailleurs que les ombres pouvaient être bleues, rouges jaunes ou vertes...Quant à savoir si les ombres sous nos pieds , je le confirme car en soulevant son pied on voit l'ombre apparaître !

Lutin Bleu non c'est plutôt Lucky Luke qui m'en a donné l'idée

Yvon prends bien soin de ton ombre

Écrit par : ulysse | 11/06/2012

oui notre ombre
celle qui nous en fait point !
et tant qu'il y aura la lumière !!!

Écrit par : jeanne | 11/06/2012

Après ce bel exposé, il n'y a plus "l'ombre d'un doute" (film d'Alfred Hitchcock).

Écrit par : bernard | 11/06/2012

Intrigante l'ombre et parfois farceuse, peut-être que notre ombre a plus d'humour que nous même elle ne s'embarrasse pas des détails ni des couleurs.
Retrouvé deux petits textes à lire pour le plaisir :
Friedrich Nietzsche
Le voyageur et son ombre (dialogue)

"L’ombre : Il y a si longtemps que je ne t’ai pas entendu parler, je voudrais donc t’en donner l’occasion.
Le voyageur : On parle : où cela ? et qui ? Il me semble presque que je m’entends parler moi-même, seulement avec une voix plus faible encore que n’est la mienne.
L’ombre (après une pause) : Ne te réjouis-tu pas d’avoir une occasion de parler ?
Le voyageur : Par Dieu et toutes les choses auxquelles je ne crois pas, mon ombre parle : je l’entends, mais je n’y crois pas.
L’ombre : Mettons que cela soit et n’y réfléchissons pas davantage ! en une heure tout sera fini.
Le voyageur : C’est justement ce que je pensais, lorsque dans une forêt, aux environs de Pise, je vis d’abord deux, puis cinq chameaux.
L’ombre : Tant mieux, si nous sommes patients envers nous-mêmes, tous deux, de la même façon, une fois que notre raison se tait : de la sorte nous n’aurons pas de mots aigres dans la conversation, et nous ne mettrons pas aussitôt les poussettes à l’autre, si par hasard ses paroles nous sont incompréhensibles. Si l’on ne sait pas répondre du tac au tac, il suffit déjà que l’on dise quelque chose : c’est la juste condition que je mets à m’entretenir avec quelqu’un. Dans une conversation un peu longue, le plus sage même devient une fois fol et trois fois niais.
Le voyageur : Ton peu d’exigence n’est pas flatteur pour celui à qui tu l’avoues.
L’ombre : Dois-je donc flatter ?
Le voyageur : Je pensais que l’ombre de l’homme était sa vanité : mais celle-ci ne demanderait pas : « Dois-je donc flatter ? »
L’ombre : La vanité de l’homme, autant que je la connais, ne demande pas non plus, comme j’ai fait deux fois déjà, si elle peut parler : elle parle toujours.
Le voyageur : Je remarque d’abord combien je suis discourtois à ton égard, ma chère ombre : je ne t’ai pas encore dit d’un mot combien je me réjouis de t’entendre et non seulement de te voir. Tu sauras que j’aime l’ombre comme j’aime la lumière. Pour qu’il y ait beauté du visage, clarté de la parole, bonté et fermeté du caractère, l’ombre est nécessaire autant que la lumière. Ce ne sont pas des adversaires : elles se tiennent plutôt amicalement par la main, et quand la lumière disparaît, l’ombre s’échappe à sa suite.
L’ombre : Et je hais ce que tu hais, la nuit ; j’aime les hommes parce qu’ils sont disciples de la lumière, et je me réjouis de la clarté qui est dans leurs yeux, quand ils connaissent et découvrent, les infatigables connaisseurs et découvreurs. Cette ombre, que tous les objets montrent, quand le rayon du soleil de la science tombe sur eux, – je suis cette ombre encore.
Le voyageur : Je crois te comprendre, quoique tu te sois exprimée peut-être un peu à la façon des ombres. Mais tu avais raison : de bons amis se donnent çà et là, pour signe d’intelligence, un mot obscur qui, pour tout tiers, doit être une énigme. Et nous sommes bons amis. Donc assez de préliminaires ! Quelques centaines de questions pèsent sur mon âme, et le temps où tu pourras y répondre est peut-être bien court. Voyons sur quoi nous nous entretiendrons en toute hâte et en toute paix.
L’ombre : Mais les ombres sont plus timides que les hommes : tu ne feras part à personne de la manière dont nous avons conversé ensemble.
Le voyageur : De la manière dont nous avons conversé ensemble ? Le ciel me préserve des dialogues qui traînent longuement leurs fils par écrit ! Si Platon avait pris moins de plaisir à ce filage, ses lecteurs auraient pris plus de plaisir à Platon. Une conversation qui réjouit dans la réalité est, transformée et lue par écrit, un tableau dont toutes les perspectives sont fausses : tout est trop long ou trop court. – Cependant je pourrais peut-être faire part de ce sur quoi nous serons tombés d’accord.
L’ombre : Cela me suffit : car tous n’y reconnaîtront que tes opinions : à l’ombre nul ne pensera.
Le voyageur : Peut-être t’abuses-tu, amie ? Jusqu’ici, dans mes opinions, on s’est plutôt avisé de l’ombre que de moi-même.

L’ombre : Plutôt de l’ombre que de la lumière ? Est-ce possible ?
Le voyageur : – Sois sérieuse, chère folle ! Déjà ma première question veut du sérieux."

et

Pierre Reverdy

Le voyageur et son ombre dans Plupart du temps

"Il faisait si chaud qu'il laissait au courant de la route tous ses vêtements un à un. Il les laissait accrochés aux buissons. Et, quand il fut nu, il s'approchait déjà de la ville. Une honte immense s'empara de lui et l'empêcha d'entrer. Il était nu et comment ne pas attirer les regards?
Alors il contourna la ville et entra par la porte opposée. Il avait pris la place de son ombre qui, passant la première, le protégeait."

J'espère que vous ne m'en voudrez pas de la longueur du commentaire-;)

Écrit par : monique | 12/06/2012

Jeanne quand il fait chaud on ne peut hélas se mettre à l'ombre de notre ombre

Bernard quand on a l'ombre d'un doute....on doute quand même !

Monique merci pour ces deux délicieux textes que je ne connaissais pas. Et ne soyez surtout pas gênée de me laisser des commentaires aussi longs que vous voulez je les lis toujours avec grand intérêt


belle soirée à toutes et à tous

Écrit par : ulysse | 12/06/2012

J'ai pensé à Peter Pan au début il vient rechercher son ombre qui se trouvait dans un tiroir de la chambre d'enfant...

Écrit par : Pâques | 12/06/2012

bonjour mon ami Ulysse,

pas très présent pour cause de travail en petite camargue,

je te souhaite une bonne journée

bien amicalement,

Laurent

Écrit par : laurent - monjournaldebord | 14/06/2012

J'ai souvent photographié mon ombre mais je n'ai jamais fait attention à sa couleur...je n'ose plus la regarder maintenant que j'ai lu...

Écrit par : tanette2 | 15/06/2012

J'ai souvent photographié mon ombre mais je n'ai jamais fait attention à sa couleur...je n'ose plus la regarder maintenant que j'ai lu...

Écrit par : tanette2 | 15/06/2012

Moi, dès que l'on me parle d'ombre, je pense à celle de Lucky- Luke qui tirait plus vite qu'elle.

Bises ;)
Martine

Écrit par : Martine | 19/08/2012

Pâques je constate que tu n'as pas oubliée tes contes de l'enfance

Laurent moi j'ai la chance d'être en vacances

Tanette il ne faut pas avoir peur de son ombre car elle est très affectueuse

Martine qui est Lucky Luke?

Bises àt outes et à tous

Écrit par : LOUNA | 19/08/2012

Les commentaires sont fermés.