suivi de mon blog
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

28/02/2006

Premières violettes !

medium_img_4927.jpg

Premières violettes,

Humeur festive,

Laisse au clou ta jaquette,

Le printemps arrive !


PS: Si vous attrapez un rhume de cerveau, ne vous en prenez qu'à vous même, car ce n'est pas une prévision météo, mais seulement un poème !

23/02/2006

Promeneur va, cours, vole à La Gardiole !

medium_img_4626.jpg

Le massif de la Gardiole comporte un joyau : l'abbaye de Saint-Felix-de-Montceau que l'on rejoint par une petite route qui part du centre de Gigean, village situé sur la N 113 à 15 km au sud ouest de Montpellier.
medium_img_4637.jpg
medium_img_4638.3.jpg
L'abbaye, tel un vaisseau de pierre se dresse sur les flancs du massif dans une mer de garrigue. Fondée au tout début du XII ème siècle par des moniales, elle fut tour à tour cistercienne puis bénédictine. Malgré les atteintes du temps et des hommes qui s'en sont servis comme pierrier après son abandon au XVIème siècle ,suite au recul de la foi, les ruines restent imposantes.Elles comprennent deux églises l'une, la plus petite, qui date de la fondation et l'autre plus majestueuse, qui est de l'époque gothique.

medium_img_4648.jpgLes moniales du temps où l'abbaye était bénédictine avaient la réputation d'être très « accueillantes » si bien qu'on l'avait surnommée l'abbaye des « douze nonnes et des treize berceaux ! ». En dépit de sa position sur les hauteurs l'abbaye ne manquait jamais d'eau, étant située à la confluence de plusieurs sources. Quand la sécheresse sévissait sur la région, les villageois s'emparaient du buste de Saint Felix, patron de l'abbaye, et allaient lui faire boire la tasse dans la citerne de l'abbaye. Ainsi bien abreuvé Saint Felix faisait pleuvoir sur la région environnante (il n'était pas rancunier le bougre !!). D'autres légendes courent sur les diverses apparitions dont auraient été témoins dans le passé des visiteurs de l'abbaye....mais quand j'y suis passé le site était paisible !medium_img_4649.jpg

Le groupe de bénévoles qui a entrepris sa restauration a récemment recréé « l'herbularius », jardin de plantes médicinales appelées « simples » qui occupait traditionnellement une grande place dans les abbayes et atteste des connaissances médicales des ordres monastiques.

medium_img_4662.jpgDe même ont ils reconstitué « le jardin des senteurs » qui était à la fois un lieu de recherche et de méditation, un lieu de dialogue entre Dieu et l'homme, un passage entre la terre et le ciel et la préfiguration du paradis. Ainsi, la configuration circulaire symbolise le ciel; le carré interne évoque la terre (qui était plate à l'époque ne l'oublions pas !) la croix évoque les 4 axes du monde ou les 4 fleuves de l'Eden, au centre figure l'arbre de vie et enfin, les fleurs louent la bonté du Seigneur.

Ce site est magique et comme l' y invite l'une des pancartes plantées en ce lieu où sont inscrites des paroles de sagesse : « promeneur, arrête toi un peu, repose toi, pense à toi et tu seras le maître de ta vie. Ne cours pas après elle, mais profite du jour présent. »
medium_img_4654.jpgVous êtes convaincus j'espère que cette visite vaut « plus qu'un clou » ! Aussi n'oubliez pas de planter le votre (ou les votres que vous paierez chacun un euro) pour contribuer à la poursuite de la restauration de ce chef d'oeuvre.medium_img_4670.jpg
Pour vous imprégner pleinement de la beauté des lieux, parcourez ensuite les routes forestières du massif à pied ou en VTT qui offrent, selon leur orientation, des panoramas magnifiques sur la Méditerranée, les Pyrénées où les Cévennes. Pour ce faire, le mieux est, après la visite de l'abbaye, de poursuivre par la route empierrée qui gavit le massif pour aller se garer au sommet près de grandes antennes . A partir de ce point 20 à 30 km de chemins sont à vous.Pour vous orienter munissez vous de la carte IGN Top 25 2743 ET Montpellier/Palavas les Flots.
medium_img_4690.3.jpgmedium_img_4696.3.jpg





NB: Le massif de la Gardiole est menacé par un projet de méga-décharge qui le défigurerait et serait une source de nuisances pour les villages environnants. Si vous aimez cet endroit, apportez votre soutien à l'association qui s'oppose au projet en allant sur ce site Les Gardiens de la Gardiole.

15:55 Publié dans tourisme | Lien permanent | Commentaires (5)

21/02/2006

L'arbre qui danse

medium_10img_3877.jpg

Dans un square de mon village caché derrière une chapelle, trône un arbre curieux ou plutôt devrais je dire une arbre curieuse en raison de sa chevelure de branches noueuses et ébouriffées qui donne l'impression qu'elle tournoie sur elle même comme une danseuse de flamenco. Et de fait, je pense que la danse de cette arbre n'est pas perceptible à l'oeil humain. Car cette danse s'inscrit dans un temps différent du notre.. C'est une danse infiniment lente que l'on pourrait capter en prenant pendant plusieurs années, chaque jour, une photo de l'arbre et en les projetant ensuite en continu. On verrait alors l'arbre danser, comme l'on voit dans certains films des fleurs germer et fleurir en accéléré.

(feuilleter l'album ci-contre pour la voir danser)

17/02/2006

La grammaire est une chanson douce...

medium_img_3848.jpg

Vous n'avez certainement aucune nostalgie des cours de grammaire qui vous ont été généreusement dispensés à l'école primaire et vous prêterez sans doute un oeil distrait à mon conseil de lire "La grammaire est une chanson douce" d'Erik Orsenna. et sa suite « Les chevaliers du Subjonctif »! Pourtant vous auriez tort , car lire ces livres c'est faire un désopilant et déroutant voyage dans le royaume des mots !

Vous découvrirez le mystère de leur création et de leur disparition en suivant les périgrinations de Jeanne et de son insupportable frère Thomas dans l'île étrange où ils sont arrivés suite à un naufrage. Vous suivrez en riant à gorge déployée leurs démêlés avec madame Jargonos, inspectrice d'académie et le dictateur Nécrole qui ne veut garder que les mots nécessaires au règlement des affaires. Vous les suivrez ensuite dans l'Ile des subjontifs, ces dangereux révolutionnaires qui veulent changer le monde !

Quand on a lu ces livres on caresse d'une langue plus douce les mots que l'on prononce ! Car "les mots sont de petites bêtes sentimentales. Ils détestent que deux êtres humains cessent de s'aimer......Pour eux, le désamour c'est du silence qui s'installe sur Terre. Et les mots haïssent le silence"

NB: Ces livres ont été publiés, le premier, par le Livre de Poche (n° 14910) et le second par les éditions Stock.

16:16 Publié dans Bonheurs | Lien permanent | Commentaires (1)