suivi de mon blog
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

30/10/2006

Un caillou dans ma chaussure...

medium_essais2_003.jpg


C'est un phénomène courant quand on marche sur des sentiers sablonneux ou empierrés de se retrouver, au bout d'un certain temps, avec un petit caillou dans la chaussure. Ce passager clandestin devient vite une source de gêne et d'agacement. Notre irritation est double lorsque l'on porte des chaussures de montagne nouées jusqu'en haut des chevilles qu'il va falloir délacer et relacer pour se débarasser de l'intrus! Certains prennent toutefois cela avec philosophie en s'inspirant d'un dicton de l'Indoukouch selon lequel « lorsque l'on est heureux on doit mettre un petit caillou dans sa chaussure pour ne pas oublier les malheurs du monde ! »  Mais avec moi cela ne marche pas, je n'arrive malheureusement pas à circonvenir mentalement l'intrus et je dois reconnaître qu'il me gâche mon plaisir.

Voulant savoir comment un tel objet inanimé pouvait se retrouver ainsi dans ma chaussure sans y être invité, j'ai interrogé un ami spécialiste de la physique des objets inertes sur les lois pouvant expliquer, et le cas échéant prévenir, le phénomène. Et bien l'explication qu'il m'a donnée est toute simple: en comprimant le caillou contre le sol, l'arrière de la semelle, qui est animée d'un déplacement horizontal avant, lui imprime un mouvement rotatif ascensionnel dans le sens inverse des aiguilles d'une montre. Le caillou vient ainsi buter contre le haut de la cheville et s'infiltre dans la chaussure en profitant du baillement provoqué par le mouvement de la marche. La seule mesure préventive possible est de marcher sur la pointe des pieds, mais c'est plutôt fatigant à la longue, surtout si vous avez décidé de faire le tour du Larzac ou le pélerinage à St Jacques de Compostelle.

Cela étant aussi pertinente soit elle, l'explication donnée par mon ami ne me satisfait pas pleinement, je pense qu'elle laisse dans l'ombre un aspect fondamental qui tient à la motivation du caillou. Je suis de ceux qui pensent que le monde minéral est vivant à l'instar du monde végétal et animal. Nul scientifique d'ailleurs ne conteste que nous sommes tous constitués, cailloux, arbres, fleurs, zèbres et humains etc, de poussière d'étoiles issue du Big Bang. Ce qui nous différencie est le mode d'organisation de la matière dont nous sommes constitués et le niveau de conscience, rien de plus, et encore trouve-t-on des similitudes entre les différents règnes. Ne dit on pas d'un homme parfois que c'est une vrai mule ou qu'il a une tête de bois ou encore que c'est un « roc ».

Partant de ce postulat, je pense donc que le caillou, qui ne dispose pas d'organe de locomotion, a développé, selon les principes de Darwin, un moyen astucieux de se déplacer en sautant délibérément dans nos chaussures ! Il peut ainsi à sa guise changer d'environnement si l'ennui le gagne. Certes le moyen utilisé n'est pas forcément très agréable pour ledit caillou si le porteur de chaussures est un adolescent qui n'a pas quitté ses baskets depuis quinze jours, mais bon je suppose que les organes olfactifs du caillou ne sont pas très développés et qu'il n'en est donc pas trop affecté.

En tout état de cause il faut donc que je me fasse une raison et que je me console en me disant, en tant que républicain convaincu, que les cailloux ont, comme tout le monde, le droit reconnu par la Constitution d'aller et venir librement sur notre territoire.

Bienvenue donc.....au prochain caillou dans ma chaussure !


Texte & Photo Ulysse

27/10/2006

Le jardin Méditerranénen de Roquebrun

medium_roquebrun_115.jpg

L'automne est déjà bien avancé et les vignes commencent à se couvrir d'or et de pourpre....La beauté du spectacle qu'elles offrent ne dissipe pas la nostalgie de l'été passé et du soleil éclatant qui réchauffait nos vieux (pour ce qui me concerne) os ! On aimerait pouvoir remonter le temps ou vivre dans un pays connaissant un éternel été ! Et bien, figurez vous que je crois avoir trouvé cet endroit ....et qui plus est pas loin de chez moi ! Il s'agit du jardin Méditerranéen de Roquebrun (localisation) où je vous invite à courir le week end prochain !
medium_roquebrun_033.jpg

Pour y accéder, garez vous sur le parking situé à gauche après avoir traversé le pont qui enjambe l'Orb, puis empruntez la ruelle qui grimpe vers l'église magnifiquement restaurée et à partir de là suivez les flèches qui mènent au travers d'un dédale de ruelles médiévales jusqu'au jardin.
medium_roquebrun_038.jpg

Ce jardin extraordinaire où croissent à profusion des plantes dites « succulentes » (parce qu'elles possèdent des organes charnus et riches en eau) et exotiques est installé sur les terrasses exposées plein sud qui surplombent Roquebrun et qui sont protégées du vent du nord par des orgues dolomitiques.
medium_roquebrun_041.jpg

C'est en raison de ce climat très clément que Roquebrun est surnommée le « Petit Nice » (la températre moyenne annuelle est de 15° !)
medium_roquebrun_048.jpg

On a le sentiment en parcourant les allées du jardin que domine une tour carolingienne d'avoir changé de saison et de continent : aloès, palmiers, cactus, agaves de toutes sortes prennent la pose et se laissent volontiers photographier malgré leur aspect parfois patibulaire.
medium_roquebrun_046.jpg

medium_roquebrun_060.jpg

medium_roquebrun_071.jpg

Et les vues dont on jouit sur la vallée de l'Orb valent également le détour.
medium_roquebrun_069.jpg

medium_roquebrun_057.jpg


Votre visite terminée vous pourrez acheter dans un format certes réduit mais transportable un certain nombres des plantes que vous aurez admirées.

Dates et heures d'ouverture:
Du 2ème dimanche de février au 3ème dimanche de novembre: de 9H à 12H et de 13H30 à 17H30

En juillet et août :de 9H à 19H

Tel : 04 67 89 55 29

18:05 Publié dans tourisme | Lien permanent | Commentaires (13)

24/10/2006

A vélo le long du canal du Midi (2ème journée)

medium_DSC00422.2.JPG

Après une soirée fort conviviale passée aux Volets Bleus (pour les détails pratiques voir la première journée) en compagnie d'américains, d'anglais et d'un norvégien venus découvrir le Canal (ce qui illustre sa notoriété internationale) je pars à la découverte du Canal en direction de Colombiers (70Km AR)
medium_DSC00456.JPG

En longeant ces eaux si calmes où les remous et les rapides sont bannis, les vers d'Aragon me reviennent en mémoire « Le canal du Midi, Une veine à fleur de peau, Une rivière au cordeau, Un coin de paradis !... » ..Certes ce n'était pas le cas pour les chevaux qui halaient autrefois les bateaux commerciaux qui descendaient ou remontaient le canal. Mais ce temps est révolu et aujourd'hui aujourd'hui avec le vent qui souffle dans la bonne direction, ma bicyclette avance seule sous le couvert rafraichissant des frondaisons des platanes qui bordent le canal.et je ne demande rien de plus à la vie !.
medium_IMG_2133.JPG

J'avance ainsi dans un état semi hypnotique les yeux parfois éblouis par des éclaboussures de soleil qui arrivent à traverser les épaisses frondaisons. Avec ses méandres et ses eaux luisantes le canal prend parfois l'allure d'un gigantesque anaconda assoupi. Qui sait si parfois il ne s'empare pas d'une péniche qui passe et se repaît de ses touristes insouciants trompés par son apprence indolente et pacifique.
medium_DSC00521.JPG

Mais voici qu'à travers les frondaisons j'aperçois la Collégiale Saint Etienne de Capestang qui domine de sa masse imposante les toitures du village. (voir le blog de Marie pour des précisions sur ce magnifique monument). La grand place du village comporte des terrasses de café accueillantes où l'on peut déguster des breuvages moins insipides que l'eau du canal. Après Capestang le canal longe les vignobles des terrasses de Béziers qui transforment l'eau du Canal en divin nectar....
medium_DSC00518.JPG

avant de passer guoguenard devant la bouche rouillée d'un vieux canon napoléonien installé sur la rive du pittoresque port fluvial de Poilhès.
medium_DSC00560.JPG

Notons au détour que Napoléon qui rêvait d'envahir l'Angleterre doit se retourner dans sa tombe de voir les sujets de sa gracieuse majesté envahir ainsi le canal et passer insouciants devant les temoins de sa gloire passée. A signaler également que ce village arbore un orme (hélas fort mal en point) dit de Sully (ministre d'Henri IV) planté en 1604 !
medium_DSC00576.JPG

Mais nous voici maintenant en vue du tunnel de Malpas, (mauvais passage) creusé par 400 hommes en l'espace de 6 jours et dont l'entrée est ornée d''une gravure représentant une oie tenant une pièce de monnaie dans son bec avec cette inscription 'mon oie fait tout » (monnaie fait tout) faisant sans doute référence aux primes payées aux ouvriers pour les inciter à creuser cet étonnant ouvrage sans doute au péril de leur vie dans une colline de roche friable.
medium_DSC00491.JPG

Ne pouvant traverser le tunnel à vélo, je prends le temps au passage de m'attarder à la Maison du Malpas, vitrine de la culture et des paysages languedociens située au dessus du tunnel et qui vend des produits du terroir ainsi que des ouvrages et des vidéos sur la région

Parvenus au joli village de Colombiers, je reviens sur mes pas ou plutôt sur mes traces de pneu en remerciant Eole d'avoir mis la Tramontane au repos. Mais ce n'est qu'un au revoir et je salue en pensée la mémoire de pierre Paul Riquet en me promettant de revenir bientôt en ce lieu hors du temps et de l'agitation du monde.
medium_IMG_1612.JPG

18:22 Publié dans tourisme | Lien permanent | Commentaires (12)

21/10/2006

A vélo le long du Canal du Midi (1ère journée)

medium_DSC00368.2.JPG

Vous avez encore du désserrer d'un cran votre ceinture et vous vous dites qu'il serait temps de refaire un peu d'exercice. Sortez donc votre bicyclette qui se morfond dans votre cave ou votre garage et commence à être couverte de toiles d'araignée. Mettez là dans le coffre de votre voiture et partez pour Sallèles d'Aude (localisation) pour un périple de 2 jours le long du Canal de Midi. Cette petite ville occupe une position idéale au bord du canal qui fait la jonction entre le canal du Midi et le canal de la Robine qui descend jusqu'à la mer.
medium_DSC00345.2.JPG

Réservez au préalable une chambre d'Hôte aux « Volets Bleus » magnifique maison vigneronne transformée en hâvre de paix et de convivialité par des écossais convertis aux charmes de la culture languedocienne et qui servent de surcroît une délicieuse cuisine (tel 04 68 46 83 03)
medium_DSC00480.JPG

Avant d'enfourcher notre bicyclette, rappelons brièvement l'histoire du canal du Midi. Il fut construit à l'initiative et sous la direction de Pierre Paul Riquet natif de Béziers et fermier général du Languedoc, Roussillon et cerdagne. L'objectif était d'assurer la liaison entre l'Atlantique et la Méditerranée en évitant les dangers de la navigation maritime, le détroit de Gibraltar et les pirates. Les travauxqui mobilisèrent près de 12000 hommes et coûtèrent 15 millions de livres durèrent de 1667 à 1681. Pour franchir des obstacles réputés infranchissables P.P. Riquet imagina des ouvrages d'une hardiesse étonnante qui nous impressionnent encore aujourd'hui :notamment le pont canal du Répudre, le tunnel du Malpas, les neufs écluses de Fontséranne. Long de 241 km et reliant la Garonne à Toulouse au bassin de Thau à Sète, cet ouvrage unique au monde comprend plus de 300 ouvrages d'art et soixante trois écluses.P.P. Riquet mourut hélas peu de temps avant don inauguration alors qu'il ne restait plus qu'une lieue à creuser.Complété dans les siècles suivants par le canal de la Garonne puis celui de Beaucaire pour rejoindre le Rhône, le canal du Midi connut un trafic intense jusqu'au milieu du XIXème siècle, période à laquelle le chemin de fer commença à le concurrencer. Aujourd'hui le « chemin d'eau » de Riquet fait le bonheur des touristes....à pied, en vélo ou en bateau !
medium_DSC00350.JPG

La première journée nous conduira jusqu'à Homps (soit environ 58km aller-retour). Partant de Sallèles d'Aude vers le nord, on emprunte une petite route qui jouxte le canal de jonction bordé de magnifiques pins parasols qui passent leur temps à contempler leur reflet dans les eaux du canal. Parvenus au niveau du Canal du Midi, nous le suivons vers l'ouest. Voici bientôt notre première étape, le joli hameau du Somail avec son fameux pont St Marcel accolé à la chapelle construit avec du calcaire, du basalte et du grès.
medium_DSC00374.JPG

Mais d'autres lieux pittoresques vous y attendent, telles que la péniche épicerie « Tamata » (qui veut dire essayez en tahitien) tenue par Sylvie Couraud qui a quitté le lagon du pacifique pour les eaux moins bleues mais aussi moins troublées du Canal du Midi. Vous y trouverez tout ce dont vous avez besoin pour votre pique-nique ainsi que bien d'autres choses encore.
medium_DSC00381.2.JPG

medium_DSC00382.JPG

Mais ne quittez pas le Somail sans avoir également visité l'extraordinaire librairie de livres anciens tenue par Anne marie Gourgues. Elle doit contenir tout le savoir humain et on se sent plus instruit rien qu'à la visiter.
medium_DSC00464.JPG

Reprenons notre périple en suivant les méandres du canal ombragé par les majestueux platanes. De magnifiques ponts véritables bracelets de pierre qui se réflètent dasn les eaux du canal, ponctuent à intervalles réguliers le parcours .
medium_DSC00394.JPG

Nous voici à Ventenac où les vignerons coopérateurs vous font déguster leurs vins dans un véritable château témoin de l'age d'or que connut au siècle dernier le vignoble languedocien!
medium_DSC00404.JPG

Puis nous passons sur l'acqueduc de Répudre, premier pont canal construit en France (le deuxième au monde!) qui permet au canal du Midi de franchir ce torrent impétueux.
medium_DSC00411.JPG

Nous longeons ensuite le village de Parana dont les maisons étagées et colorées rappellent – toute proportion gardée - Lisbonne se mirant dans le Tage
medium_DSC00412.JPG

Notre périple est égayé par les embarcations de toutes formes des bateliers qui ont élu domicile au bord du canal, certains non dépourvus d'humour !
medium_DSC00415.JPG

Puis nous longeons les doubles écluses d Argens , d'Oignon et de Homps terme de notre périple. Le retour se fait par le même chemin qui offre toutefois un spectacle différent du fait de la lumière et des reflets constamment changeants. C'est le charme infini du Canal du Midi intemporel et toujours différent ! Si vous êtes séduit par ce site, rendez vous dans quelques jours pour la seconde étape)
medium_DSC00486.JPG

PS: Cliquez ici pour accéder au site vous donnant les infos pratiques