suivi de mon blog
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

27/11/2006

Miracles à Sylvanès !

medium_sylvanes_021.2.jpg

Avant d'aller visiter l'Abbaye cistercienne de Sylvanès je ne croyais pas aux miracles, mais en me rendant en ce lieu mon chemin a croisé celui d'un homme dont les récits m 'y ont fait croire.....Toutefois avant de vous conter par le menu les raisons de cette conversion inattendue, je vous invite à suivre mes pas au travers du domaine de cette Abbaye (localisation).
medium_sylvanes_055.jpg

Sise dans un vallon bucolique du sud du parc Régional des Grandes causses, cette abbaye vue de l'extérieur n'a ni la majesté ni la grandeur des abbayes bourguignonnes ou de celle de Fontfroide que je vous ferai découvrir un prochain jour. De fait, une grande partie de ses bâtiments et les trois quarts de son cloître ont été démantelés par des générations peu respectueuses de l'élan spitituel qui l'a fait naître en 1136.
medium_sylvanes_067.jpg

Elle doit son existence à la repentance d'un seigneur, Pons de l'Héras, brigand impitoyable qui fut touché, dit on, par la grâce divine un soir de noël et qui fonda l'ermitage de Sylvanès pour se racheter. Après un rayonnement de quelques siècles, elle fut vendue comme bien national lors de la révolution et fut transformée en bergerie puis utilisée comme « pierrier » pour les constructions des environs.
medium_sylvanes_068.jpg

Son salut et sa renaissance sont dues à l'action déterminée du père dominicain André Gouzes et d'un chanteur M. Wolkowitsky. Tous deux passionnés par la musique et le chant vont rendre Sylvanès à sa vocation première d'accueil, de louanges, d'art et de rencontre.
medium_sylvanes_057.jpg

Grace à leur action, elle abrite chaque année le festival International de Musique Sacrée et recèle en son sein quelques splendeurs qui valent le voyage. Ainsi faut il visiter l'église abbatiale dont la nef surprend par sa forme (elle est aussi large que longue) son harmonie et sa luminosité. Sa voute bâtie en tuf, pierre poreuse qui absorbe les sons, lui confère une acoustique remarquable.
medium_sylvanes_066.2.jpg

Une porte sur le coté droit de la nef conduit à l'ancien Cloître dont il ne reste qu'une allée qui parvient néanmoins à ressusciter la magie des lieux.
medium_sylvanes_061.jpg

La visite se termine par la salle capitulaire (dont le style roman originel est malheureusement gaché par décor en stuc du XVIII ème siècle) et surtout le scriptorium où les moines recopiaient les manuscrits de la bibliothèque de l'Abbaye.
medium_sylvanes_064.jpg

Les piliers qui soutiennent la magnifique voute présentent un symbolisme intéressant. La base de celui le plus éloigné de l'église est carrée, symbole de ce qui est terrestre et humain, alors que celle du plus proche est circulaire, symbole du divin et du spirituel. Les moines ne passent de l'un à l'autre qu'au terme d'une vie laborieuse, symbolisée ici par la base octogonale d'un pilier central représentant la transition entre la terre et le ciel.
medium_sylvanes_023.jpg

En sortant du scriptorium il vous reste un joyau à visiter : la chapelle orthodoxe en bois dite de « l'Unité » ou « Etimasis » qui se situe à quelques kilomètres de l'Abbaye. Pour vous y rendre il vous faut emprunter vers le sud la D 540 puis la D92 et tourner à gauche en direction du hameau des Bertrands, le dépasser pour aller se garer sur un parking d'où part un sentier forestier qui mène en 10 mn à cette chapelle édifiée au coeur de la forêt des Pessalles.
medium_sylvanes_038.jpg

medium_sylvanes_026.jpg

C'est en ce lieu magique que je me suis mis à croire aux miracles ! Habituellement cette chapelle n'est ouverte que pendant les offices qui y sont donnés, or le jour de notre visite, l'le père Gouzes venait de dire une messe et nous a accueilli à bras ouverts pour nous permettre de contempler cet étonnant et splendide édifice dont une partie des murs ornés de magnifiques icônes. Le rêve du Père Gouzes est d'ailleurs de recouvrir d'Icônes l'ensemble des murs et des plafonds...avis aux mécènes !
medium_sylvanes_030.jpg

C'est à sa demande que cette chapelle fut construite en 1994 dans la forêt de Khirov à 700km de Moscou pour symboliser le rapprochement des églises catholique et orthodoxe voulu par jean XXIII. Mais une fois construite le problème se posa de son rapatriement en France....et là un premier miracle se produisit sous la forme d'une rencontre du Père Gouzes avec le responsable du fret international de la SNCF qui rechercait une opération de mécénat pour inaugurer l'ouverture d'une ligne de fet international vers la Russie..Ainsi la SNCF accepta t elle d'acheminer gracieusement la chapelle jusqu'à Millau où des agriculteurs bénévoles en prirent livraison avec leurs charrues et leurs tracteurs pour l'amener jusqu'au lieu d'édification.
medium_sylvanes_029-1.jpg

Mais une année après sa reconstruction le bois de sapin qui avait résisté au climat rigoureux de son pays d'origine commençait à pourir et à être attaqué par les parasites dans le climat doux et humide de la région de Sylvanès. Les sommes nécessaires au traitemnt des boiseries dépassaient de loin les moyens de l'abbaye de Sylvanès.Et c'est à ce moment là que le second miracle intervint ! Un visiteur de la chapelle auquel le père Gouzes fit part de ses préoccupations au sujet de sa détérioration se révéla être un menuisier à la retraite qui offrit au père de consacrer son temps libre à sa restauration. Avec l'aide de quelques apprentis compagnons et d'une subvention accordée par le département soucieux de préserver une telle merveille, il assura le sauvetage de la chapelle.
medium_sylvanes_050.jpg

Voilà le récit qui me fut conté avec passion par le père Gouzes, à moi le mécréant qui ne croyait pas aux miracles mais qui se demande aujourd'hui si certaines rencontres ne sont pas organisées par celui qui la haut jongle avec le soleil la lune et les étoiles....Je vous laisse en juger par vous même, mais je dois ajouter que le père Gouzes rayonne d'une foi sereine et tolérante qui imprègne le lieu. L'épitathe inscrite sur la tombe du père Serge de Lauzier de Beaurecueil co-fondateur avec le père Gouzes de cette chapelle et inhumé en ce lieu, illustre cette foi sereine et gaie que l'on aimerait rencontrer chez tous les religieux du monde. Cette épitaphe est une pensée d'un mystique afghan, Ansari, qui a écrit ceci :

« Frère si tu viens visiter ma tombe, ne t'étonnes pas si tu vois le monument danser et n'oublie pas ton tambourin, la tristesse ne convient pas au banquet de Dieu
medium_sylvanes_049.jpg


Pour connaître les horaires des offices de la chapelle et la visiter appeler au 05 65 49 90 34

PS: Merci à Ginette Ayral du blog Free Art de m'avoir révéler l'existence de ce lieu magique grâce à une photo postée sur son blog.

Texte & Photos Ulysse

17:30 Publié dans tourisme | Lien permanent | Commentaires (18)

24/11/2006

Amon et le vieux cep (fable languedocienne)

medium_vignesoir_016.jpg

Amon en allant se coucher
Un joli soir de novembre
Comme un bleu s'est fait prendre
Par un vieux cep rusé.
Ce cep un brin frileux
Voyait avec effroi venir l'hiver
Qui mettrait ses feuilles à terre
Et dénuderait son corps noueux.
Aussi en bon stratège
Il entrelaça ses sarments
En fit un noeud coulant
Subtil et redoutable piège.
Quand vint le soir fatidique
Où cet imprudent Amon
Laissa traîner ses rayons
Au travers du vieux cep maléfique,
Le noeud coulant se referma
Prenant au piège quelques rayons
Que piteusement ce cher Amon
Au vieux cep abandonna.
Depuis lors sur le coteau
Où ce vieux cep prospère
On ne connaît plus d'hiver
Il y fait toujours chaud!

PS :Photo et texte d'Ulysse

22/11/2006

Trouvé caniche blanc, prière de nous appeler rapidement...

medium_DSC00286.2.JPG

Les propriétaires du caniche blanc que nous avons récupéré hier dans la montagne de la Gardiole sont priés de venir le récupérer d'urgence car il a une facheuse tendance à prendre nos chaussures et nos tapis persans pour des croquettes. Merci de nous appeler au numéro suivant 08 92 68 02 34


PS: Photo d'Ulysse

21/11/2006

Un pont peut en cacher un autre...

medium_sylvanes_008.jpg

Parmi les vestiges que nous ont laissé les siècles passés, les ponts suscitent toujours mon émerveillement. D'ailleurs, le 16 juin dernier j'ai consacré une note à ces traits d'union de pierre jetés audacieusement par les hommes au dessus des fleuves dont les crues sont parfois dévastatrices. Dès que ma route en croise un je ne peux m'empêcher d'aller contempler ses arches qui sont un défi lancé à la fois à la force de l'eau et au poids des pierres. J'en ai récemment découvert deux magnifiques exemples qui m'ont impressionné et que je vous invite à contempler, si jamais un jour vous passez à proximité. Ils enjambent la Sorgue (celle qui coule dans l'Aveyron et non dans le Vaucluse) le premier se trouvant à St Maurice de Sorgues et le second à une dizaine de kilomètres à St Félix de Sorgues le long de la D7 qui va de Cornus à ST Affrique (qui possède aussi un pont magnifique que nous découvrirons un autre jour) au sud du magnifique parc régional des Grandes Causses
medium_sylvanes_002.jpg

Le pont de St Maurice sur Sorgue construit en 1723-1724 est long de 61m et possède 8 arches en plein cintre, dont trois principales sur le lit habituel de la rivière et cinq autres qui permettent de rejoindre l'autre rive en évitant le dos d'âne. Une superbe demeure le jouxte dont les bâtiments se reflètent dans les eaux de la Sorgue qui étaient alors paisibles lorsque je suis passé.
medium_sylvanes_003.jpg


medium_sylvanes_015.jpg

Le pont de Saint Félix de Sorgues, construit au moyen age, a une forme en dos d'âne caractéristique des ponts de cette époque. Il fait près de 70m et comprend trois arches, la rivière coulant au milieu de la seconde. Du fait de sa forme, il n'est emprunté aujourd'hui que par les piétons, un pont « neuf » assurant un peu plus loin le passage des voitures.
medium_sylvanes_009.jpg

medium_sylvanes_012.jpg



PS: Texte & Photos Ulysse

10:15 Publié dans tourisme | Lien permanent | Commentaires (10)