suivi de mon blog
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

30/08/2007

Faites le tour du monde à pied en quatre heures !

medium_IMG_5106-1.JPG

En passant devant les vitrines des agences de voyages qui n'a pas rêvé en contemplant les posters de canyons de l'Arizona, d'îles polynésiennes, de fjords norvégiens ou d'haciendas mexicaines, tout en poussant un soupir de dépit en constatant que le prix alléchant proposé correspondait malheureusement au montant du prochain tiers provisionnel.

Il est vrai que tout le monde n'a pas dans sa famille un président de la république qui peut vous confier une mission humanitare pour sauver de l'extinction le crabe de cocotier ou soutenir l'industrie touristique de l'île Maurice. Mais ne soyez pas désespéré pour autant car je peux vous proposer un dépaysement garanti pour le prix de quelques litres de gazoline (pendant qu'elle est encore abordable).
medium_IMG_5116.2.JPG

Vous êtes partant ? Alors rendez vous au petit hameau de Vailhes au bord du Lac salagou (où je vous ai déjà emmené lors d'une précédente note) et préparez vous à faire pédibus jambus en trois heures un tour du monde, avec en prime le bonheur de nager dans les eaux émeraudes d'un lagon aussi beau que ceux du pacifique (les vahinés en moins je vous l'accorde mais leur réputation est surfaite car je peux vous assurer qu'elles ne sont pas plus belles que les filles de marseillan Plage !)
medium_IMG_5112.JPG

Nous commençons notre périple en longeant les bords du lac qui en cet endroit ressemble fort à son lointain homologue le lac Powell situé en plein coeur de l'Arizona. Ainsi sans avoir eu à subir les interminables attentes dans des aéroports transformés en bétaillères et les non moins isupportables babillages de votre voisin de vol vous vous retrouvez dans l'ouest américain, la seule note discordante étant dans le coassement des grenouilles dont l'accent trahit leur origine méditerranéenne.
medium_IMG_5125.JPG

Puis au détour du chemin vous entrez dans un décor digne d'un western de Sergio Léone en découvrant une église mexicaine entourée d'agaves avec son patio orné de magnifiques portails en ferronerie ouvragée qui surplombent les eaux bleues de la Laguna de Chapala.... pardon du lac salagou....On se dit alors qu'à la prochaine visite il ne faudra pas oublier son sombrero, sa bouteille de téquila (la blue azul pas une autre) et ses copains mariachis!
medium_IMG_5135.JPG

Et puis vous retrouvez les berges envoutantes du lac qui se donnent des airs d'océan pacifique avec ses lagons émeraude et ses iles soeurs jumelles de Bora Bora. ..
medium_IMG_5174.JPG


medium_IMG_5176.JPG


Puis en l'espace d'un kilomètres ou deux l'on change de nouveau de continent pour se retrouver sur des falaises dominant un fjord norvégien....
medium_IMG_5181.JPG

Après un atterissage en douceur sur les rives du lac on est surpris de retrouver son véhicule que l'on croyait avoir laissé à des milliers de kilomètres de là !

Des précisions sur l'itinéraire sont en fichier joint.

Texte & Photos Ulysse

08:50 Publié dans tourisme | Lien permanent | Commentaires (10)

22/08/2007

Allez de Valquière à Dio, sac au dos !

medium_DSC06366.JPG


Je vous invite aujourd'hui à aller de Valquières à Dio sac au dos, mais pas en empruntant la route, ce serait trop fastoche ! Au demeurant, venant de ma part, une telle proposition vous paraîtrait supecte ! Fidèle à mes habitudes je vous suggère, une fois de plus, de prendre les « cols buissonniers » et de passer par le Puech Caubel et le Plo de Laurier histoire de vous faire faire un électrocardiogramme et un test de l'effort « in vivo » qui ne creusera pas le trou de la sécu.
medium_DSC06382.JPG

Mais n'ayez pas trop d'inquiétude, la balade que je vous propose est du genre bucolique avec écran panoramique sur les monts d'Orb et de l'Escandorgue au nord, la plaine de l'Hérault et la mer au sud et, quand les prévisions météo sont mauvaises, les Pyrénées au loin à l'ouest. Seul petit problème, l'ombre est une denrée rare sur ces hauts plateaux et il vaut mieux programmer cette sortie quand la température n'excède pas 25° au soleil De même il vaut mieux éviter les jours où la Tramontane montre ses biceps, si l'on ne veut pas être transformé en ULM.
medium_DSC06369.JPG

Mais quand les conditions sont idoines, c'est une balade paradisiaque, à la différence que personne ne sera là pour vous chasser des lieux si par hasard l'envie vous prend de croquer une pomme en chemin. Vos seuls témoins seront les vaches de Salers dont la discrétion est légendaire.

On commence par prendre un peu de hauteur pour savourer la vue du village de Valquières niché sur les contreforts du Puech Caubel. De fait, comme de trop nombreux villages de l'Hérault défigurés par cinquante ans de laisser faire, il faut voir Valquières de haut pour en avoir une vue pittoresque, car la distance masque les nombreux rajouts de bric et de broc qui défigurent trop souvent l'urbanisme de la région.

Tout en grapillant (l'été) de savoureuses mures, on grimpe alors doucettement vers le puech Caubel, malheureusement défiguré par des antennes pour satisfaire les besoins impérieux de communication des hommes qui se parlent sans cesse mais ne s'entendent plus.
medium_DSC06375.JPG

Les flancs du Puech sont colonisés par un champ de fleurs que le ciel de ses lèvres de nuage semblent vouloir embrasser. Parvenus au sommet, le regard prend alors possession du monde. A l'encontre de ces singes naïfs et incultes qui prétendent prendre possession d'un territoire en y plantant un drapeau, la contemplation est à mon avis la seule possession qui vaille, car l'on fait alors entrer l'univers en soi. Il devient source d'émotions et élargit votre esprit et votre âme jusqu'au ciel et la ligne d'horizon.
medium_DSC06392.JPG

Bientôt au loin apparaissent les corps graciles d'éoliennes posées sur le Plo de Laurier comme d'immenses échassiers à la huppe tournoyante. Descendantes des moulins à vent, elles sont la preuve que l'homme, quand il veut s'en donner la peine, sait parfois allier la beauté et la technologie.
medium_DSC06411.JPG

Puis le chemin surplombe le village de Dio dont la chapelle St Jean de Prades et l'imposant château rappellent que ces terres aujourd'hui quasi désertiques ont connu dans le passé une certaine prospérité. Le château fut construit au XIIème siècle sur les ruines d'une forteresse wisigothique puis racheté et embelli au XVème siècle par la famille Fleury dont l'un des membres fut le premier ministre de Lousi XV.
medium_DSC06440.2.JPG

Pour clore les découvertes culturelles, le chemin passe à proximité d'une magnifique capitelle intégrée dans le flanc du coteau sur lequel des générations d'hommes à la force de leurs bras ont entaillé jusqu'au sommet une cascade de terrasses autrefois cultivées.
medium_DSC06444.JPG

Les seuls êtres qui s'activent encore en ces lieux brûlés par le soleil sont d'imposants criquets peu farouches et qui vous dévisagent avec curiosité.
medium_DSC06453.JPG

Mais, passé le dernier col, voici que le clocher de la chapelle de Valquières se découvre annonçant la fin du périple. La beauté et l'immensité des paysages parcourus restent en nous longtemps après que l'on ait quitté ses chaussures couvertes de leur poussière.
medium_DSC06459.JPG


Le circuit détaillé est en fichier joint

Texte & Photos Ulysse

11:55 Publié dans tourisme | Lien permanent | Commentaires (22)

18/08/2007

Je vous attends....

medium_DSC05572.JPG

Cette nuit à la pleine lune,
J'ai tissé ma toile patiemment,
En filant les mailles une à une,
Et ce matin je vous attends !

Vibrant moucheron, buzzante abbeille,
Vagabonde libellule,
Qui jouissez des nectars sans pareils,
De ce matin de canicule,

Je vous guette tapie sur ma toile,
Moi, l'impitoyable épeire,
J'attends patiemment ce moment fatal,
Où elle deviendra votre cimetière.

medium_DSC05564.JPG


Texte & Photos Ulysse

16/08/2007

Léo et la marchande de glace...

medium_bagnas-grau_080.jpg


Il y a foule l'après midi,
Sur la plage de mes vacances,
c'est pire que le métro d'Paris,
Quand la marchande de glace s'avance,
Il est vrai qu'elle est plus jolie,
Que les filles de ma classe,
Elle vous promet le paradis,
Lorsqu'elle passe,
Quand la plage est une fournaise,
Sous le soleil de l'été,
Avec ses glaces à la fraise,
Au chocolat, au café,
Et ses sorbets à la myrtille,
Au caramel, aux amandes,
Tous les garçons la trouvent gentille,
Et lui commandent,
Des dizaines de sorbets, de glaces,
En espérant,
Dans son coeur de s'faire une place,
Un p'tit moment,
Mais pour ma part elle m'indiffère,
Tout comme ses sorbets,
Car aux glaces et aux filles je préfère,
Les ricochets !

Texte & photo Ulysse