suivi de mon blog
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

30/09/2007

Périple pyrénéen - dernier jour : retour au Pont d'Espagne

medium_DSC07462-1.JPG

Après avoir joué les bergers toute la nuit (voir l'étape précédente) nous enfilons une grosse laine pour affronter les frimas du matin et prendre le chemin nous ramenant à Pont d'Espagne, notre point de départ.

Derrière nous les premiers rayons du soleil rebondissent sur la dent du Vignemale pour se refléter dans le torrent qui s 'écoule du glacier.
medium_DSC07441.JPG

Nous jouissons en silence du spectacle sans cesse changeant des montagnes environnantes qui surgissent dans le jour naissant. La nature nous offre des joies inépuisables que rien ne peut remettre en cause, au contraire des possessions matérielles ou des êtres qui, lorsqu'ils ne sont plus, sont source de frustration ou de tristesse. La nature se donne à qui veut la recevoir et ne vous quitte jamais. Tout le monde peut se l'approprier sans qu'elle n'appartienne à personne. C'est de fait la seule vraie richesse.
medium_DSC07500-1.JPG

La descente vers le Pont d'Espagne révèle peu à peu des paysages qui s'élargissent pour atteindre l'infini. L'arbre au bord du chemin qui envahissait notre champ de vision, n'est plus bientôt derrière nous qu'une silhouette, puis qu'un point dans le panorama de vallées et de sommets qui nous environnent.
medium_DSC07485-1.JPG

Ainsi en est il de notre existence où certains évènements occupent à un moment donné tout le champ de notre conscience pour devenir au fil du temps une simple péripétie sans importance.
medium_DSC07482-1.JPG

Les montagnards ont souvent une âme d'artiste et les cairns qu'ils édifient le long des chemins pour guider le randonneur sont souvent des oeuvres d'art .

De même le glacier au cours de son glorieux passé a labouré le fond rocheux de la vallée et laissé un lacis de sculptures là où la roche était plus dure et lui a résisté.
medium_DSC07536-1.JPG

Au détour du chemin nous découvrons bientôt le lac de Gaube, immense miroir d'argent dans la semi obscurité de la vallée
medium_DSC07501-1.JPG

Les montagnes environnantes un brin narcissiques s'y mirent se croyant à jamais éternelles. Mais aussi impressionnante et formidable soient elles les montagnes ont des ennemis, le vent , le froid et la pluie qui les taraudent et désagrègent petit à petit leur corps de pierre.
medium_DSC07512-1.JPG

Face à nos vies éphémères elles semblent éternelles et pourtant elles disparaissent transformées en cailloux et grains de sable. mais aucun homme ne verra jamais mourir une montagne.!
medium_DSC07525-1.JPG

En attendant cette échéance fatale elles jouissent de leurs reflets qui changent sans cesse comme un kaléidoscope avec l'ascension puis le déclin du soleil dans le ciel.
medium_DSC07530-1.JPG

Et c'est la dernière image que nous gardons d'un magnifique périple dans les Pyrénénes où en conquérant des cîmes nous sommes partis à la rencontre de nous mêmes.

Texte & photos Ulysse

25/09/2007

Périple pyrénéen - 4ème jour : L'ascension du Petit Vignemale (3032m)

medium_DSC07434-1.JPG

Les marmottes ronflent encore au fond de leurs terriers lorsque le matin du 3ème jour nous partons faire l'ascension du Petit Vignemale (3032M). Nous avançons dans la pénombre en nous guidant sur la dent du grand Vignemale (3247m) où un rayon de soleil s'est blessé et se met à saigner tout doucement le long de ses parois.

L'ascension du petit Vignemale (3032m) se fait par un chemin qui grimpe sur d'anciennes moraines glaciaires jusqu'à la hourquette (genre de col) d'Ossoue (2734m). A partir de là on vise le sommet du Petit Vignemale et on grimpe tout droit vers lui ....ou presque !
medium_DSC07341-1.JPG

Pendant le première heure, nous grimpons en silence face au glacier des Oulettes qui n'est plus qu'un modeste vestige de l'immense glacier qui, il y a 10.000 ans, descendait jusqu'au Pont d'Espagne situé en aval à près de 10km. Depuis 30 ans il a reculé de près d'un kilomètre et continue de se réduire de façon accélérée, ce qui menace la survie à terme du magnifique lac de Gaube situé en contrebas.
medium_DSC07339-1.JPG

Nous avons le sentiment d'être seuls au monde, grosses fourmis dans ce monde minéral, éphémères ombres chinoises qui se dessinent contre les parois éclairées du Chabarrou.
medium_DSC07335-1.JPG

Partout ailleurs dans la nature, la présence de l'homme se manifeste sous la forme d'un patchwork de champs ou de vignes, d'un réseau de murets ou de chemins, de la succession de terrasses, de capitelles ou de mazets. Mais la haute montagne est vierge de toute signature humaine, elle nous révèle la terre avant l'homme, cet homme dont elle tolère tout juste la présence et qu'elle peut à tout instant foudroyer comme un insecte. Les fleurs qui la colonisent se terrent au ras du sol pour recueillir le maximum de chaleur et échapper aux vents violents. Les marmottes se réfugient dans leurs terriers à la moindre alerte. Seuls les izards ou les chamois, les bouquetins, les mouflons et les rapaces y sont parfaitement adaptés .
medium_DSC07399-1.JPG

La haute montagne est une ensorceleuse. Par temps clair les sommets réduits par la perspective semblent facilement accessibles et vous incitent à les escalader. Mais au fur et à mesure que l'on se rapproche ils prennent de l'importance et révèlent leurs parois redoutables jonchés de blocs de pierre ou parcourues d'arêtes vertigineuses.
medium_DSC07358-1.JPG

Nous voici enfin rendus à la Hourquette d'Ossoue (2734m) dominée par la silhouette trapue du petit Vignemale dont nous allons faire l'ascension.
medium_DSC07412-1.2.JPG

Lorsque l'on s'engage dans une ascension le temps semble s'étirer et suivre le rytme lent de nos pas, le reste du monde se dissout et la pente caillouteuse occupe le champ de notre conscience, son défilement étant rythmé par les battement du coeur et le va et vient du souffle. On ne fait alors qu'un avec le sommet que l'on gravit.. Quand le souffle vient à manquer que le coeur s'emballe, la tentation est forte de renoncer, mais l'aiguillon de l'amour propre nous pousse et lorsque l'on arrive au sommet une joie intense nous saisit de n'avoir pas céder aux perfides sirènes du renoncement.
medium_DSC07369-1.JPG

Et quelle récompense la montagne nous offre alors en dévoilant des espaces infinis piquetés de sommets que l'on a le sentiment de survoler. Notre corps semble se dissoudre dans l'espace et notre esprit s'étend aussi loin que porte notre regard. Comme disent les amis suisses qui m'ont accompagné, en montagne on est toujours déçu ....en bien !
medium_DSC07371-1.JPG

D'ailleurs quelle merveilleuse « déception » de découvrir au sommet du Petit Vignemale la langue argentée et fissurée du grand glacier d'Ossoue que domine la formidable Pique Longue (3298m) qui semble nous mettre au défi de l'escalader.
medium_DSC07367-1.JPG

Mais peu soucieux de finir congelés pour être retrouver dans 3000 ans comme l'homme d'Ossi nous nous gardons bien de relever le défi.
medium_DSC07377-1.JPG

Il est temps de descendre, ce qui ne nous réjouit guère, la descente n'étant pas plus facile que la montée, car ce corps qu'il a fallu hisser il faut maintenant le retenir, et ce n'est pas une sinécure quand le chemin ou plutôt le semblant de chemin comporte des pierres instables et des ruptures de niveau qui vous font redécouvrir l'utilité de vos fesses.
medium_DSC07402-2.JPG

Notre descente hasardeuse ne passe pas inaperçue d'un vautour fauve qui rode en ces lieux et nous surveille du coin de l'oeil espérant que l'un d'entre nous va chuter. Mais nous arrivons au pied du sommet sans encombre et il s'en va dépité en quête d'une autre proie.
medium_DSC07404-1.JPG

Avant de reprendre le chemin de la vallée nous faisons un détour par le refuge de Baysselance (2651m) pour nous y réchauffer d'un café.
medium_DSC07393-1.JPG

En tout autre endroit nous aurions refusé le café qui nous fut servi ! Il avait en effet le goût de chaussettes et vu la densité de randonneurs qui y faisaient halte on peut raisonnablement penser que c'était effectivement du jus de chaussettes, le stock de café devant être épuisé !
medium_DSC07389-1.JPG

De toute façon peu nous importait le goût du café, il était chaud et nous l'avons bu en contemplant au loin la Brêche de Roland dominant le cirque de Gavarnie, cet endroit mythique où le neveu de Charlemagne mourut en 778 suite à une attaque perfide des Basques
medium_DSC07396-1.JPG

Mais l'heure avançant nous nous décidons à prendre chemin du retour et refranchissons la Hourquette d'Ossoue. Il était temps car nous apercevons une marée de nuages qui monte de la vallée
medium_DSC07411-1.JPG

La haute montagne ne pardonne aucune imprudence: même quand le temps est grand beau au moment du départ , il faut toujours prévoir le coupe-vent, la laine polaire, la couverture de survie, le sifflet, de l'eau et de la nourriture en abondance car le brouillard peut tomber ou un orage de pluie ou de neige survenir d'une heure à l'autre.

Et d'ailleurs très vite, alors que nous redescendions vers le refuge des Oulettes, les nuages venus de la vallée ont envahi la totalité du cirque.
medium_DSC07425-1.JPG


La nuit venue malgré la fatigue nous avons du mal à trouver le sommeil, sans doute excités par l'air des cîmes.

Alors en coeur dans le dortoir nous nous mettons à compter les moutons : 1
medium_DSC07428-2.JPG


2........

medium_DSC07430-3.JPG



BZZZZ BZZZZ RRRRON RRRRON !

20/09/2007

Périple Pyrénéen 3ème étape: le refuge des Oulettes de Gaube

medium_Copie_de_DSC07133-1.JPG

6H45 du matin, branle bas de combat dans le dortoir, c'est l'heure de se lever. Un peu d'eau froide sur le museau, un bol de café ou de thé chaud dans le gosier, pain rassis, beurre rance et confiture comme carburant musculaire et c'est le départ pour le refuge des Oulettes de Gaube avec notre barda sur le dos.
medium_Copie_de_DSC07246-1.JPG

Au moment où nous partons la nuit traine encore ses guêtres bleutées dans le vallon que l'on remonte en direction du Col des Aratilles. Le soleil, que le Pic Chabarrou nous cache, darde ses rayons au travers de la brêche du Pouey Trenous qui illuminent le massif de la Cardinquère derrière nous.
medium_Copie_de_DSC07247-1.JPG

L'air froid mordille le bout des doigts et chacun se recroqueville dans sa polaire pour y trouver un peu de chaleur. Le soleil a fini d'escalader le Chabarrou et daigne enfin nous réchauffer les oreilles lorsque nous arrivons au bord du lac des Aratilles (2247m)
medium_Copie_de_DSC07255-1.JPG

C'est l'occasion une courte pause « fruits confits-pain d'épices » aliments de base du randonneur. Puis le périple reprend à un rythme soutenu, le lac d'Aratille s'estompant déjà dans le lointain.
medium_Copie_de_DSC07271-1.JPG

130, 140 c'est le rythme de mes battements de coeur quand on aperçoit enfin le lac du Col d'Arratille ( 2528m) dominé par le grand Pic du même nom qui culmine à 2798 m
medium_Copie_de_DSC07272-1.JPG

Le chemin bascule alors en territoire espagnol vers la vallée du Rio Ara d'où nous découvrons le col des Mulets (2559m), notre prochain objectif.
medium_Copie_de_DSC07277-1.JPG

le chemin nous oblige à nous transformer quelques instants en izards pour franchir une arête de pierre,
medium_Copie_de_DSC07278-1.JPG

avant de s'engager sur le flanc du Pic Chabarrou pour traverser une zone d'éboulis assez périlleuse, comme un fil de funambule tendu entre les deux cols.
medium_DSC07281-1.JPG

Mais à peine avons nous fait quelques mètres que nous faisons corps avec les blocs de pierre du chemin, nous sommes devenus des pierres qui bougent !
medium_DSC07292-1.JPG

Une marmotte pointe son nez intriguée de savoir qui ose s'aventurer dans des parages aussi inhospitaliers
medium_DSC07287-2.JPG

Un dernier effort et nous franchissons le col pour basculer dans la vallée en direction du refuge des Oulettes de Gaube
medium_DSC07302-1.JPG

Ce refuge est situé sur un contrefort rocheux qui fait face au formidable massif du Vignemale
medium_DSC07303-1.JPG

Nous restons à contempler le spectacle sans cesse changeant de la course du soleil sur les parois du cirque de montagnes, jusqu'à ce qu'il décide d'aller se coucher en enflammant les pics et le ciel environnant.
medium_DSC07313-1.JPG

Puis l'incendie gagne l'ensemble du ciel....
medium_DSC07321-1.JPG

...puis finit par s'éteindre. Les cîmes se drapent alors dans une écharpe de nuages pour affronter la nuit qui s'annonce glaciale.
medium_DSC07316-1.JPG


Texte & Photos Ulysse

08:23 Publié dans tourisme | Lien permanent | Commentaires (8)

16/09/2007

Périple pyrénéen 2ème étape : le massif de la Fache

medium_DSC07135-1.JPG

Le soleil commence à peine à dévaler les pentes des cîmes environnantes lorsque nous quittons le refuge pour faire l'ascension de la Grande Fache (3005m).

Stimulés par l'air vif nous gagnons bientôt la zone des alpages où le soleil daigne enfin nous réchauffer la couenne.
medium_DSC07139-1.2.JPG

mais notre passage n'est pas sans inquiéter un couple de marmottes qui se demandent ce que viennent faire ces bipèdes dans des lieux aussi désertiques.
medium_DSC07143-2.JPG

Au fur et à mesure que nous prenons de l'altitude la végétation se fait plus rare et l'ossature minérale des Pyrénées envahit le paysage.
medium_DSC07183-3.JPG

Les parois et le sol sont un patchwork de grès sédimentaires, de granites, de quartz, de minerai de fer dont la texture révèle un passé tumultueux de roches en fusion.
medium_DSC07161-1.JPG

Il faut dire que les Pyrénées ont eu une existence mouvementée. Une première chaine de plus de 6000 mètres a surgi il y a environ 300 millions d'années, sous l'effet du choc de la plaque Africaine contre la plaque eurasienne.
medium_DSC07159-1.JPG

Cette chaine a été érodée puis recouverte par la mer avant que la chaine actuelle n'émerge il y a 60 millions d'années, sous la poussée de la plaque Ibérique contre la plaque eurasienne.
medium_DSC07167-2.JPG

Après 2h30 d'ascension nous parvenons au col de la Fache dominé, vers le sud, par la Grande Fache (3005m) et, au nord, par le Pene d'Aragon (2916m) et la Petite Fache (2947m). Au loin vers l'ouest nous apercevons le Pic dOssau dont le sommet ressemble à la gueule d'une baleine mordant le ciel. Au fond de la vallée en territoire espagnol resplendit le lac de Respumoso, semblable à un gigantesque oeil bleu de Gaïa. Et oui , notre planète se fait vieille mais elle a encore de beaux yeux !
medium_DSC07170-1.2.JPG

Gibus, notre meneur, contemple d'un oeil sceptique la Grande fache (3005m) que nous avions prévu de gravir, mais ses abords rébarbatifs nous amènent à lui préferer le Pene d'Aragon (2916m) qui lui fait face et dont dont les rondeurs relatives sont plus rassurantes.
medium_DSC07200-1.JPG

Mais ces rondeurs ne sont qu'une apparence trompeuse car son ascension se révèle assez vite sportive et nous conduit à abandonner nos prétentions de bipède pour redevenir par endroits d'humbles quadrupèdes.
medium_DSC07172-1.JPG

De fait le Pene d'Aragon n'est qu'un énorme tas de cailloux et de blocs de rochers qu'il faut contourner ou escalader un à un. Après 6743 cailloux on arrive enfin au sommet où le panorama nous récompense de nos efforts.
medium_DSC07182-3.JPG

Nous découvrons alors le sommet de la Petite Fache et celui de la Grande Fache dont la silhouette fort pentue ne nous fait pas regretter de l'avoir dédaignée.
medium_DSC07185-2.JPG

A la descente nous découvrons que les cailloux sont toujours en place et sont encore plus difficile à descendre qu'à monter !
medium_DSC07197-2.JPG

mais fort heureusement le chemin du retour passe au bord d'un lac dont les eaux fraiches nous ragaillardissent.
medium_DSC07215-1.JPG

La rencontre avec un troupeau de moutons nous indique que nous approchons de la zone des estives où se situe notre refuge.
medium_DSC07226-1.JPG

nous hatons alors le pas pour célébrer notre ascension en dégustant un délicieux vin chaud !
medium_DSC07239-1.JPG

Ainsi revigorés nous sommes prêts à aller prendre un bain dans notre baignoire panoramique !

Texte & Photos Ulysse

09:29 Publié dans tourisme | Lien permanent | Commentaires (9)