suivi de mon blog
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

14/03/2009

Entre vignes et amandiers....

DSC00056.JPG


Les revues des agences touristiques nous font rêver pour mieux nous appâter en nous montrant des

paysages ou des lieux grandioses ou idylliques: Grand Canyon, Taj Mahal, plages de Bali, Temples d'Egypte,

etc...Certes ces lieux méritent le détour mais le problème souvent est que nous sommes des milliers à les visiter en

même temps et que ces marées humaines en gâchent la beauté et font obstacle à leur sereine appréciation.


Or j'ai la chance de disposer à ma porte de lieux offrant une beauté simple magnifiée par le fait que je peux en

jouir en toute intimité. Ces lieux ordinaires mais magnifiques nous les avons déjà visités ensemble : il s'agit de

la garrigue de Castelnau de Guers. A cette saison où les amandiers, sentinelles du printemps, illuminent le paysage,

je vous convie à y retourner.


DSC00059-1.JPG


Quel bonheur de pouvoir marcher au sein de paysages où nos yeux et notre âme peuvent, dans le silence,

vagabonder à perte de vue. Ces perspectives infinies ouvrent en nous des chemins et lèvent les barricades dont nos

esprits sont bardés par la vie stressante en société. Débarassé du babillage et de la frénésie du monde nous

pouvons retrouver celui que trop souvent nous perdons de vue, c'est à dire nous même. Comme l'a écrit Jean Guéhenno

, écrivain français du vingtième siècle, il faut de temps en temps se retirer du monde pour trouver le meilleur de soi

même et ensuite lui apporter.


DSC00061-1.JPG


En ces lieux la présence de l'homme est partout manifeste bien qu'il y soit peu visible. Parfois l'on aperçoit

au loin la silhouette de quelques vignerons affairés dans leurs vignes, mais ces hommes là, artistes créateurs de

ce paysage, font corps avec lui.


La splendide floraison des amandiers semble nous annoncer le retrait prochain de l'hiver, mais bien fol qui s'y fie et

les vignes plus prudentes gardent pour quelque temps encore leurs bourgeons à l'abri


DSC00063.JPG


Ces vignes dressent leurs ceps dans un champ de fleurs qui n'en rendront que le vin meilleur en permettant

de maintenir une riche vie organique dans le sol. Crions haro sur les Tartuffes, souvent d'ex alcolos condamnés au

sevrage, qui osent diaboliser un breuvage né dans un tel paysage. Boire du vin c'est s'imbiber de la beauté du monde.


DSC00066-1.JPG


Et puis la forme en croix de ces vignobles ne nous rappelle-t-elle pas que le vin est le sang du Christ ?

DSC00069.JPG


Les fils des palissages tissent une immense toile d'araignée qui permettra aux feuilles à venir de capturer

les rayons du soleil


DSC00070.JPG


A ceux qui craindraient de se perdre dans cette mosaïque de vignes et de chemins innombrables les cyprès

offrent des points de repère incontournables, à condition toutefois de ne pas prendre un cyprès pour un autre...


DSC00072.JPG


La garrigue de Castelnau est un magnifique patchwork géologique, les terres blanches alternant avec les terres

rouges ou grises, les zones pierreuses avec les zones granuleuses.


DSC00080.JPG


Comment ne pas méditer devant un tel paysage où le chemin au loin nous invite à aller à la découverte

des beautés du monde, le cyprès nous montre la direction du ciel et la frêle floraison d'un amandier, nous rappelle

le coté éphémère de nos existences


DSC00082.JPG


La porte grande ouverte de ce mazet nous invite à y faire une sieste mais le risque est grand de ne pouvoir

ensuite en repartir. Si un jour vous n'entendez plus parler de moi, vous saurez où me retrouver !



Texte & Photos Ulysse

02/03/2009

Les enfants sont à bonne école à Caissenols (Fin)

DSC09168.JPG


Profitant de l'occasion Léo et Louna apprennent une chose fondamentale, que l'on n'enseigne pas dans les

écoles de la République, et qui peut un jour, pourtant, assurer leur survie : comment cuire à la perfection sur un feu

de braise des chipolatas et des merguez ! Car c'est tout un art que de conserver le moelleux des chairs tout en

assurant une belle couleur caramélisée aux peaux qui les entourent, il y faut des années de pratique ! Il n'y a pas

alors de mets plus délicieux, quand on les accompagne d'un rosé de cinsault du Mas Neuf, dont la légère acidité

et les arômes de coquelicot se marient à la perfection avec les épices des merguez et le gras des chipolatas.


DSC09172.JPG


Celà dit, quand on fait un feu de cheminée, il est sage d'aller vérifier si l'issue de secours est opérationnelle.

Léo est allé constater qu'elle l'était, bien qu'un peu périlleuse!


DSC09176-1.JPG


Il faut aussi prendre la peine de bien aérer la pièce afin d'éviter toute intoxication à l'oxyde de carbone...

DSC09178.JPG


Ces sages précautions prises, ces pique-niques en refuge sont un moment de grand bonheur, comme en

témoigne la mine réjouie de Louna qui a battu ce jour là son record personnel d'ingestion de merguez !


DSC09180.JPG


Nous envisageons un instant de rester ici quelques jours mais l'état des toitures et les prévisions météo plutôt

pessimistes nous en dissuadent...


DSC09185.JPG


Nous prenons donc à regret le chemin du retour, les ruines, nostalgiques du temps où y résonnaient nuit et

jour des pas et des voix humaines, arborent de magnifiques écharpes de lierre pour tenter de nous retenir


DSC09192.JPG


Certaines d'entre elles dotées d'un toît moussu et entourées d'un moelleux matelas de feuilles mortes

nous ouvrent en grand leur porte, mais leurs tentavives de séduction restent infructueuses, l'air frais nous fait

presser le pas et nous murmurons de vagues excuses en promettant de revenir à la belle saison.


DSC09197.JPG


Il n'y a pas ici une once de paysage qui n'ait été façonnée par la main de l'homme. Celui-ci a a brodé sur

le flanc des montagnes ces murs qui tiennent une succession de terrasses, hier cultivées et aujourd'hui peu à peu

reconquises par les arbres. Là où l'homme se retire la forêt prend sa place. C'est ainsi que l'histoire d'une région

se révèle, en apprenant à déchiffrer le territoire....


DSC09220.JPG


Passant un col, nous admirons la course des nuages poussés par le vent dont les ombres escaladent et

dévalent les pentes du Mont Marcou. Ce sommet qui culmine à 1087 m offre, sur sa face sud , l'un des plus beaux

raidillons du pays d'Oc


DSC09223.JPG


Après avoir descendu le vallon de l'Adrech nous traversons au niveau d'un gué le Casselouvre dont les belles

vasques se prêtent à la belle saison à de délicieuses baignades.


DSC09227.JPG



Louna, qui a pourtant un tempérament de sirène, n'est ,pour une fois, pas tentée d'aller tâter l'eau.

DSC09236.JPG


Un antique mur de pierres protège vaillamment de l'assaut de la forêt le sentier que nous empruntons pour

revenir à notre point de départ.


DSC09235.JPG


Attendant les retardataires, Louna s'octroie une dernière pause et son visage en dit long sur le bonheur de

cette journée passée dans un pays enchanté : pour elle, comme pour Léo, cela ne fait aucun doute, Caissenols c'est

bien mieux que l'école !


DSC09241-1.JPG


Texte & Photos Ulysse