Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog


11/04/2013

Le cercle des poètes disparus

 

JE VOUS INVITE A SUIVRE LE RECIT DE MON PERIPLE EN ANDALOUSIE SUR MON AUTRE BLOG

 
 
PENDANT CETTE PERIODE JE POSTERAI DES NOTES TIREES DE MES ARCHIVES SUR

ELDORAD'OC
 
DSC03068.JPG


Si vous avez vu le film « Le cercle des poètes disparus » (sorti en 1989) vous n’avez certainement pas oublié ce magnifique et surprenant professeur de lettres anglaises, John Keating, joué par Robin Williams. Cet enseignant de la prestigieuse et austère académie de Weston, ignorant le conformisme qui imprègne l’institution, encourage Todd Anderson, un élève timide et ses amis à refuser l’ordre établi et à ne pas sacrifier sa vie dans une quête vaine du pouvoir et de l’argent. Il leur fait ainsi découvrir les richesses de la poésie et bouleverse leur vie en leur faisant cette profession de foi :

« On ne lit pas et on n’écrit pas de la poésie parce que ça fait joli. Nous lisons et nous écrivons de la poésie parce que nous faisons partie de la race humaine  et que cette même race foisonne de passions. La médecine, la loi, le commerce et l’industrie sont de nobles occupations, et nécessaires pour la survie de l’humanité. Mais la poésie, la beauté et le dépassement de soi, l’amour : c’est tout ce pour quoi nous vivons. Écoutez ce que dit Whitman : « Ô moi ! Ô vie !... Ces questions qui me hantent, ces cortèges sans fin d’incrédules, ces villes peuplées de fous. Quoi de bon parmi tout cela ? Ô moi ! Ô vie ! ». Réponse : que tu es ici, que la vie existe. Que le spectacle continue et que tu peux y apporter ta rime.... Quelle sera votre rime ? »

DSC03069.JPG

Ainsi au cours de ma vie, j’ai eu, sans doute comme beaucoup d’entre vous, des activités professionnelles de nature plutôt « alimentaires » mais je n’ai jamais perdu de vue mes amis les poètes, dont les recueils écornés trônent en bonne place sur mes étagères. J’y reviens sans cesse car ils sont le contrepoint et l’antidote à un monde plus préoccupé par la réussite matérielle que par l’acquisition d’une certaine sérénité qui vous permet d’affronter les difficultés et les aléas de l’existence.

La poésie donne à ma vie et à mes humeurs la densité et la constance des arbres, nos maîtres en matière d’existence et de rayonnement vital. Voilà des êtres condamnés à l’immobilité qui dans leur frondaison abritent une myriade d’autres êtres, refuges et foyers d’une vie foisonnante et souvent discrète.

DSC03072.JPG


Aussi imaginez quel fut mon bonheur quand j’ai récemment découvert qu’en un endroit du massif du Caroux que je tiendrai secret, sous le couvert d’arbres séculaires, les poètes disparus se rencontrent chaque nuit du 10 novembre, date anniversaire de la mort d’Arthur Rimbaud, et s’assoient en cercle pour déclamer à haute voix leurs poèmes.

DSC03076.JPG

L’un des arbres qui les abritent connaît par cœur leurs oeuvres et lorsqu’un poète a un trou de mémoire (certains d’entre eux, tels François Villon ou Ronsard ont un age plus que respectable ) il leur souffle de sa voix tonitruante les vers qu’ils ont oubliés. Certains chasseurs qui sont passés par hasard dans les parages et les ont entendus prétendent qu’il s’agit du brâme des cerfs ou du grincement de vieux arbres agités par le vent ; mais que peut comprendre à la poésie quelqu’un qui a pour passion d’enlever la vie ?

DSC03077.JPG

Le lieu qu’ils ont choisi est l’un des plus sauvages et des plus beaux du Caroux. Les pierres qui bordent le chemin qui y mène nous parlent d’éternité et sont les sœurs des poètes. Ceux ci sont également immortels, même quand on les assassine comme Fédérico Garcia Lorca ou Robert Desnos, car comme l’a écrit Aragon :


Contre le chant majeur, la balle que peut elle,
Sauf contre les chanteurs que peuvent les fusils,
La terre ne reprend que cette chair mortelle,
Mais non la poésie…
.

DSC03078.JPG

Un chemin en part qui monte vers les cîmes sur lesquelles les poètes déambulent après leur réunion nocturne. En tendant son oreille dans le vent on entend de nouveau Aragon qui susurre :


Je vois sans yeux, je suis une clameur sans bouche,
Je suis le phare obscur que l’on appelle pensée,
J’ai fait de mon désir une force insensée,
Le mystère à mes pieds terre à terre se couche….


DSC03093.JPG

Mais vous vous demanderez probablement comment nous avons découvert que ce lieu était hanté par les poètes disparus ? Et bien, c’est un vieux mouflon qui, nous entendant chanter « Mon dieu que la montagne est belle de Jean Ferrat.. » et voyant donc en nous des amoureux de la poésie, nous en a fait la confidence.

Nos voix et nos conduites avenantes l'ont agréablement surpris lui qui est plutôt habitué aux coups de fusil des chasseurs (les seuls à parfois s’aventurer en ces lieux) et à leurs borborygmes (les jurons impliquent un minimum d’instruction) qu’ils profèrent quand par maladresse (ou par chance !) ils se tirent dans les pieds ou dans les fesses, ce qui vaut mieux que dans celles des autres. Aussi a-t-il volontiers fraternisé avec nous .

 

DSC03087.JPG

Soudain le chemin débouche sur une ruine et l’on croit entendre une course affolée dans les sous-bois . Aurait on surpris un poète assoupi dans sa rêverie ? Il faut dire que l’endroit est propice à la méditation.

DSC03092.JPG

Une magnifique toile d’araignée qui, à défaut de proie, a piégé les rayons du soleil témoigne de la tranquillité des lieux

DSC03096-1.JPG

Après nous y être reposés un instant espérant sans trop y croire au retour du poète enfui, nous reprenons nos pérégrinations dans cet univers minéral et végétal dont l’inexorable dissolution nous chuchote que les secondes sont sournoisement à l’œuvre au cœur de nos cellules et qu’un jour nos yeux seront de nouveau des pierres et retourneront à la nuit. Comme dit le poète « Nous serons arrêtés comme un train dans un tunnel de suie » (Aragon)

DSC03111.JPG

Mais en attendant cet instant funeste (ou qui sait heureux ?) jouissons des nourritures, plaisirs et breuvages terrestres y compris l’eau mais seulement pour s’y baigner quand elle prend la forme d’une délicieuse vasque alimentée par une fraîche cascade.

 

DSC03116.JPG

Revigorés par cette baignade où ne manquaient que les nymphes (mais sans doute préfèrent elles la compagnie des poètes) nous reprenons notre route et passons près d’une masure dont la fenêtre ouverte à tous les vents depuis fort longtemps nous offre une vue imprenable sur le roc Fourcat.

 

DSC03115.JPG

Puis nous plongeons dans le sous-bois où nous croisons un loup de belle envergure qui nous hurle sa rage contre nos hypocrites congénères, défenseurs des moutons pour mieux en faire des côtelettes, accusant lui le loup ou son frère l’ours, de crimes commis par de vulgaires chiens errants, pour toucher de grasses subventions.

Si notre monde prend le parti des soi disants défenseurs de moutons contre le loup et l’ours nous deviendrons nous mêmes moutons et un jour un berger prétendant assurer notre sécurité nous parquera pour mieux nous tondre et nous passer à la broche. N’entendez vous pas déjà les bêlements qui emplissent les plateaux de télé ?

DSC03140.JPG

Le ruisseau d’Héric que traverse notre chemin nous offre une dernière halte rafraîchissante et nous quittons à regret le pays où déambulent en secret les poètes disparus……Me reviennent alors en mémoire ces vers de Pablo Néruda (Chant général) :


« Je vois près de l’eau une rose, une petite coupe
Aux paupières vermeilles,
Un son aérien la maintient dans l’espace :
Une clarté de feuilles vertes touche les sources
Et transfigure la forêt avec des êtres solitaires,
Des êtres aux pieds transparents :
L’air n’est plus que vêtures claires
Et l’arbre instaure sa grandeur dans le sommeil. »


PS : je vous invite à signer la pétition visant à amener les autorités européennes à prendre les mesures pour protéger nos agriculteurs de la volonté de la société américaine  Monsanto de breveter les semences de  fruits et légumes en vue de les contraindre à les acheter chaque année. Cliquez ICI.



Texte & photos Ulysse (sauf citations de poètes)

 

Commentaires

Comme à chaque fois, un instant de bonheur, un instant de fraicheur, merci Ulysse

Écrit par : ginette | 12/10/2009

Un immense merci Ulysse... même si aujourd'hui tu me fais pleurer. Je te rassure tout de suite, ce sont de bonnes larmes... celles qui montent dans mes yeux et coulent sur mes joues... qui traduisent l'émouvant bonheur que je ressens au fond de moi en découvrant la poésie de tes mots en harmonies avec les "images".... Oui, mon merci est VRAI.

Écrit par : Françoise | 12/10/2009

Emouvant,trés émouvant.
Et gouleyant comme un bon vin..
Meci de votre partage...

Écrit par : Mikèt | 12/10/2009

Salut Ullysse tes photos allient la magnificence et le mystique elles sont tout simplement envoutantes de plaisir bonne soirée et bonne semaine amitiés André.

Écrit par : André | 12/10/2009

Wahou : belle bête que ce mouflon ! Et sacré réflexe que d'avoir saisi au vol son effrénée échapée belle. Une rando des plus féériques et poétiques.

Écrit par : Jean-Luc | 12/10/2009

Ravi par cette note , sa qualité et ses photos

Écrit par : AKELA | 12/10/2009

Surapsid ?
Sel setêop ?
Siam non !!
Ut ne se al evuerp, ô Essylu

Écrit par : Gene | 12/10/2009

Ulysse, vous êtes généralement très bon poète, mais c'est toujours dans le Caroux que vous atteignez le sublime !
C'est une montagne qui a une âme et vous avez sù la capter.
GRAND MERCI

Écrit par : Niddoche | 12/10/2009

tu est notre poete, celui qui a chaque lecture nous fais oublier nos tracas quotidiens.
merci !

bonne soirée !

Écrit par : norbert | 12/10/2009

Oh ! merci ... tout ceci est si beau ... si beau ... la poésie est là à portée de main tout autour de nous et vous êtes ce ceux qui savent la cueillir cher Ulysse...

en écho ceci ...

Les arbres

Nous regardions nos arbres, c'était du haut
De la terrasse qui nous fut chère, le soleil
Se tenait près de nous cette fois encore
Mais en retrait, hôte silencieux
Au seuil de la maison en ruines, que nous laissions
À son pouvoir, immense, illuminée.

Vois, te disais-je, il fait glisser contre la pierre
Inégale, incompréhensible, de notre appui
L'ombre de nos épaules confondues,
Celle des amandiers qui sont près de nous
Et celle même du haut des murs qui se mêle aux autres,
Trouée, barque brûlée, proue qui dérive,
Comme un surcroît de rêve ou de fumée.

Mais ces chênes là-bas sont immobiles,
Même leur ombre ne bouge pas, dans la lumière,
Ce sont les rives du temps qui coule ici où nous sommes,
Et leur sol est inabordable, tant est rapide
Le courant de l'espoir gros de la mort.

Nous regardâmes les arbres toute une heure.
Le soleil attendait, parmi les pierres,
Puis il eut compassion, il étendit
Vers eux, en contrebas dans le ravin,
Nos ombres qui parurent les atteindre
Comme, avançant le bras, on peut toucher
Parfois, dans la distance entre deux êtres,
Un instant du rêve de l'autre, qui va sans fin.

Yves Bonnefoy / Ce qui fut sans lumière

Écrit par : Maria-D | 12/10/2009

Avant de nous présenter les messages sur votre Blog que nous aimons bien retrouver, vous avez escaladé ces belles montagnes, admiré et parcouru leurs belles vallées, accompagné de bons amis, profité de réconfortantes haltes : pain, saucisson, Rosé... qui là-haut ont un goût spécial.

Puis, une fois reposé, vous vous replongez dans vos trésors, les redécouvrez en préparant les messages pour vos visiteurs.

De bons moments pour vous et pour nous, n' est-ce pas ?

Écrit par : Chantal | 13/10/2009

Redescendant d'une nouvelle virée sur le Caroux dans le secteur d'Albine et du Bastion que je n'avais pas encore pleinement exploré et où j'ai croisé le sphinx (oui le sphinx !) je découvre vos chaleureux messages auxquels j'ai plaisir à répondre :

A Ginette : la fraîcheur tu l'auras quand je te conterai la virée d'aujourd'hui car la tramontane soufflait à 100km /h et à 1000M elle était plutôt glaciale !

A Françoise : pleurer c'est ce que les hommes ne savent pas faire (parce qu'on leur a dit qu'il n'y avait que les filles qui pleuraient !) et pour moi c'est une infirmité surtout quand ce sont des larmes de joie !

A André : je me rafraîchis à tes fontaines et trouve une ombre précieuse dans les ruelles que tu es le seul à savoir dénicher

A Jean Luc : grâce au vent contraire le mouflon ne nous a pas senti venir ...dès que je l'ai vu j'ai "dégainé" plus vite que mon ombre !

A Akela : j'aime aussi les histoires du Clan du Loup ....c'est une cure de jouvence

A eneg : tu parles verlan mais celà ne m'étonne guère car chez toi on voit souvent le monde à l'envers

A Niddoche : le poète c'est le caroux moi je ne suis que son scribe !

A Norbert :tu nous rappelles qu'il est important de rire ....autant que de marcher et de respirer !

A Maria : merci pour ce texte magnifique de Yves Bonnefoy que je vais imprimer pour le lire à haute voix au cours de l'une de mes balades

Chantal : vous avez raison je fais deux fois mes balades quand je suis sur le terrain et quand je vous les raconte mais je mange qu'une fois du saucisson !

Belle soirée à tous

Écrit par : ulysse | 13/10/2009

bonsoir mon cher ami Ulysse,

tu es la mémoire du Caroux, pour les générations futures ;-)

bonne soirée,

bien amicalement

Écrit par : laurent | 13/10/2009

Très belles photos, comme nous avons l'habitude chez toi:-)! Et plein de poésie. Juste un petit mot sur les mouflons et les chasseurs: les habitants (et surtout les agriculteurs) de la vallée en bas seront contents, si ils se rencontreront plus souvent -bientôt il ne serait plus possible, de cultiver quoi que ce soit au pied du Caroux, tellement les mouflons ont proliféré et perdu toute peur - comme des chèvres, ils ratiboisent les vignes, les jardins et les arbres fruitiers - jusque là, le Jaur les arrêtait, mais quand ils viendront de notre côté, unis aux sangliers, chevreuils et blaireaux, il ne me restera plus qu'à abandonner la culture de ma vigne... et Lisson deviendra vite une de tes ruines pittoresque au milieu d'une nature, qui aura repris le dessus....

le revers de la médaille...

Écrit par : Iris | 13/10/2009

Quel merveilleux voyage vers les arbres qui parlent et comme j'approuve (sourire) l'allusion au cercle des poètes...
tout cela me rappelle d'autres cercles dans la forêt de Brocéliande
http://www.vlamarlere.com/article-23727890.html
L'humain a besoin de rêve, tout ce qui est non marchand mais marchant...

Écrit par : Viviane | 13/10/2009

"C nul, sans interet. La poésie pffff! les foto beurk!" signé Madhof qui t'emm...( Lutinbleu semble jaloux, on dirait...)

Écrit par : lutinbleu | 13/10/2009

Ton texte est si vrai qu'un moment mes yeux ne veulent que des mots, pas de tes photos .... les poètes aujourd'hui ne sont publiés qu'à compte d'auteur ... même les plus grands.
Et les métiers alimentaires s'ils nourrissent son homme, étouffent aussi ceux qui aiment les mots.
J'aime beaucoup la photo de la cascade...
bonne soirée

Écrit par : andrée | 13/10/2009

Est-ce à cause d'un trop profond désespoir ??
Ou simplement un manque de culture ?
Je ne comprends que très rarement la poésie...
Malgré cela j'ai bien aimé cette note

Écrit par : Colapat | 13/10/2009

Etes vous poète ?
Les poètes me reconnaissent comme tel !

(Azazel a bougé les oreilles)

Écrit par : michel, à franquevaux. | 14/10/2009

Nous avions fait cette ballade l'année derniere. Ce leiu est magique, chargé d'émotions pour ceux qui, dans les années 70, y passaient quelques jours.

Notre derniere rando :http://les-ulm.blogspot.com/?zx=12f4d6fd6c774e5e

A plus...

Écrit par : Lecabour | 14/10/2009

Ce que j'aime chez toi (en tout bien et tout honneur), ce sont tes arbres vivants et parlants...J'aime aussi faire vivre les arbres...Pour moi, ils ont une vie..
Je suis un peu comme colapat (tiens, ça me dit quelque chose), la poésie et moi, nous ne sommes pas très copines...Je voulais mettre un com en poésie..C'est rapé..
Connais-tu le blog de Môa qui a laissé tomber son ancien blog pour se consacrer uniquement à la poésie ?..J'aime bien ses poésies, souvent consacrées à l'amour...

J'aime bien les photos qui collent toujours aux mots..La photo du loup est hurlante..

Écrit par : juju | 14/10/2009

A Laurent : je commence effectivement à bien connaître le Caroux mais il me reste encore un ou deux chemins à parcourir...

A Iris : la solution c'est de remettre des loups et des lynxs dans le Caroux mais à condition que les chasseurs ne les exterminent pas PS : je vais bientôt publier mon article sur tes vins

A Viviane : je retiens votre belle formule ...nous avons besoin d'un monde marchant !

A LutinBleu : merci de ton regard facétieux. Tu ne peux être jaloux toi qui fait rire les enfants !

A Michel : je cours chez Azazel ...quant à être poète , j'écris des vers ce qui n'est pas la même chose !

A Lecabour : je suis heureux que vous connaissiez et appréciez aussi cet endroit

A Juju : je vais te faire une confidence, il m'arrive d'enlacer des arbres pour prendre un peu de leur énergie ! Quant au blog de Moa j'aimerais bien avoir son adresse

A Andrée : le bonheur et le miracle des mots est qu'ils permettent à chacun de se faire"sa" photo !

A Colapat: pour te familiariser avec la poésie essaie de lire les Fêtes galantes et les Romances sans paroles de Verlaine

Écrit par : ulysse | 14/10/2009

Un petit tout et puis s'en va..
Blog de poésie de Moâ...Son 1er blog est dans les liens, mais, maintenant, il préfère se consacrer à la poésie..Bonne journée...
http://amoa.over-blog.fr

Écrit par : juju | 16/10/2009

Je ne me rappelle plus si nos coms sont modérés, car, je ne vois pas celui que je viens de poster..
Bon, je remets le lien du blog de poésie de moâ...
http://amoa.over-blog.fr

Écrit par : juju | 16/10/2009

Merci Juju pour ce lien

Écrit par : ulysse | 16/10/2009

bonjour mon ami Ulysse,

je te souhaite un très bon week end,

couvrez vous bien si vous devez sortir ;-)

bien amicalement

Écrit par : laurent | 17/10/2009

Magnifique et si rare hommage ( "de la part de nos hypocrites congénères" ) à nos vrais frères d'âme les POETES

Aujourd'hui
Ulysse, la Vie
rime avec merci !

Écrit par : colette | 20/10/2009

Ou peut on trouver les itinéraires des balades--.. car je ne vois pas la rubrique balade
merci

Écrit par : Fourriques | 20/10/2009

A Fourriques :Bienvenue sur mon blog et merci pour votre intérêt; les circuits que nous empruntons sont des circuits que nous définissons nous mêmes à partir des cartes topographiques de l'IGN série Topo 25 Ils sont assez compliqués à décrire et souvent très sportifs. Si vous voulez randonner dans le secteur je vous conseille de vous procurer les guides de la Fédération Française de randonnée l'Hérault à pied , le Gard à pied , l'Aude à pied , le languedoc roussillon à pied (autour des voies historiques) les sentiers forestiers du languedoc roussillon qui sont en vente à Sauramps (grande librairei de Montpellier ou dans certains magasins décathlon ou intersport de la région

Avec un peu d'expérience, une boussolle un altimètre et les cartes appropriées on peut ensuite combiner ou inventer de nouveaux circuits

Bonnes balades

Écrit par : ulysse | 20/10/2009

oui j'ai vu ce film,et j'en garde ,un souvenir ..inoubliable ....et toi Ulysse en tous les poêmes que ,tu écris ( tu aurais pu être ce professeur ,)cette faculté d'appréhender les faits ,cette intelligence ,elle t'appartient,depuis ....des"années"....oui je suis fan "de toi" Bisous .........

Écrit par : france | 20/10/2009

Très bel série d'un endroit ou sans aucun doute je me plairai à une rando.
Je bloque totalement devant la majesté de l'arbre de la seconde photo.
Merci pour cette balade alors qu'ici le temps est d'une tristesse...
Bises et bonne soirée

Écrit par : Nokomis | 11/04/2013

Mes petits fils s'agitent bruyamment pendant que je suis devant ton article. Je ne pouvais pas ne pas ouvrir ton blog. J'ai tout admiré surtout les photos de ces êtres étranges et mystérieux.
Un fort bel endroit, une balade qui m'a bien détendu.
Bon mais c'n'est pas tout, je retourne illico à mon devoir de mamie-nounou !
Gros bisous et bonne soirée
Anniclick

Écrit par : Anniclick | 11/04/2013

Moi Gibus, ne suis-je pas un privilègié ?
non pas comme nos sénateurs et députés qui roupillent sur leur siège et se remplissent les poches sur le dos des contribuables et s'octroyent des retraites dorées !!
Mes privilèges; randonner hors des sentiers battus, découvrir une faune devenue rare ou quelques vasques et cascades pour une baignade vivifiante.
Et tout celà en compagnie de mon ami Ulysse; le poête !!!

Écrit par : GIBUS | 11/04/2013

Que du bonheur, textes et photos tout est superbe! Un gros merci pour ce magnifique partage! bise et bonne journée toute douce!

Écrit par : Maria-lina | 11/04/2013

Nokomis oui certains arbres sont fascinants

Annick c'est une noble tâche d'ête une mamie nounou

Gibus nous sommes deux à être des privilégiés

Maria-Lina et nous nous avons eu un grand bonheur à faire cette balade

Écrit par : Ulysse | 11/04/2013

Bonjour Ulysse

oh oui j'ai vu le superbe film
et j'admire les personnes capables d'écrire de la poésie, je n'en suis pas capable et je dois bien l'avouer j'ai bien essayé mais ça ne m'inspire pas du tout

je suis très sensible a la beauté des photos qui reflètent la beauté de la nature et de cette magnifique terre , bien mise a mal, mais elle n'a pas besoin de nous pour subsister mais nous avons besoin d'elle et grandement besoin

bonne journée Ulysse :o))

Écrit par : nays | 12/04/2013

On ne peut que s'extasier devant la beauté de la nature qui nous offre tant.

Je vais signer la pétition.

Bonne journée Ulysse , nos amitiés

Écrit par : patriarch | 12/04/2013

Bonjour,
Tes mots sont en harmonie avec tes photos. J'ai adoré toute ta série de photos et tes écrits. Un grand Bravo à toi.
Oui, j'ai vu "le cercle des poètes disparus" c'est un magnifique film que l'on ne peut oublier. Un des meilleurs que j'ai pu voir.
Bonne fin de semaine à toi. Bravo

Écrit par : elisa-bonheurs | 12/04/2013

Bonjour Ulysse, c'est un enchantement de vous lire en compagnie de vos superbes photos. De bien beaux poèmes également. Je comprends vos sentiments pour ce merveilleux endroit qui me fait rêver.
Bien amicalement

Écrit par : Denise | 12/04/2013

Nays on peut être ôétique sans écrire de poésie

Patriarch espérons que nos descendants pourront encore s'extasier

Elisa oui il faudrait régulièrement revoir ce film qui aide à bien vivre

Denise les poètes nous font voir le monde différemment

Beau WE à toutes et à tous

Écrit par : Ulysse | 12/04/2013

SUPERBE POST ! Mille mercis Ulysse pour cette leçon de vie.
Hélène

Écrit par : Hélène | 13/04/2013

Merci pour tout ! la balade, les poèmes, les photos, le récit ............j'ai vu le film et je l'ai même en DVD, une magnifique leçon de Vie !

Écrit par : Colette 43 | 13/04/2013

Quel bonheur que d'avoir découvert ce lieu hanté ... ! Et la muse des poètes ?? Etait-ce une dame blanche qui glissait près de l'onde ? belle journée de dimanche Ulysse

Écrit par : katara C.Néri | 14/04/2013

Hélène oui les poètes nous apprennent à vivre

Colette il faut de temps en temps revoir ce film pour ne pas perdre le cap

Katara oui peut être était ce la damae Blanche aperçue par Victor Hugo


Beau dimanche à toutes et à tous

Écrit par : Ulysse | 14/04/2013

Quel poète tu es Ulysse! Dans tes mots, dans tes photos, dans tout ce que tu transmets.
Merci
Bonne et douce journée à toi
Martine

Écrit par : Martine | 15/04/2013

Une de tes plus belle note. simple et classe, tout ce qu'on aime.

Écrit par : lutinbleu | 15/04/2013

Martine la poésie m'est aussi nécessaire que l'air que je respire

Lutin bleu on est un peu frères non?

Écrit par : Ulysse | 15/04/2013

Écrire un commentaire