suivi de mon blog
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

03/12/2009

Etonnez vous, allez sur le caroux ! (fin)

 

DSC05534.JPG

Nous nous remettons en chemin après un déjeuner que bien des chefs étoilés ne sauraient nous offrir car il manque à leurs menus, aussi raffinés soient-ils, le buzzetis des abeilles attirées par l’odeur des mets, la caresse des rayons du soleil sur nos maxillaires affairés, le clapotis du torrent qui coule à nos pieds et la mignardise suprême d’une sieste, allongés dans l’herbe avec la frondaison des arbres pour ombrelle.

Notre sentier, qui escalade le versant nord du massif du Caroux, est bordé de hêtres qui y trouvent la fraîcheur et l’humidité qu’ils affectionnent. J’aime leur écorce claire tachetée et le vert lumineux de leurs feuilles qui leur confèrent une grâce particulière.

Outre leur dénomination habituelle qui vient de l’allemand « heister », ces arbres sont appelés aussi « fayard » qui vient du latin « fagus ». Leurs fruits ou « faînes » sont appréciés des animaux sauvages et le bois est recherché en ébénisterie et pour le chauffage.

DSC05510.JPG

Après avoir rejoint le col de l’Ourtigas, nous grimpons un dernier raidillon  qui accède au plateau sommital dominant le vallon du Vialay, où nous suivons la piste qui descend vers le hameau de Douch.

Vous qui étouffez dans l’espace restreint de vos bureaux, de vos ateliers, de vos chaumières , voire de vos jardinets entourés de murs, venez un jour en cet endroit pour découvrir ou retrouver l’ivresse des vastes espaces où seule la courbure de la terre fixe une limite à votre vision.

 

DSC06174.JPG

Marchant comme un funambule sur le fil blanc de la piste tendu à travers un océan de bruyères, notre esprit progressivement sort de sa carapace et empli l’espace, ravivant cette sensation enfantine de ne faire qu’un avec l’univers qui nous entoure.

 

DSC06190.JPG

L’égo se dissout alors dans l’éther et vous devenez l’oiseau qui passe, le nuage qui s’effiloche , l’air chaud qui vibrionne au loin.

 

DSC06196.JPG
De telles balades sont un excellent antidote à la frénésie qui nous gagne tous de temps en temps de posséder, de consommer, d’être reconnu ou admiré, actes qui nous rassurent et nous donnent un sentiment de pouvoir éphémère dans un monde qui nous échappe et où nous sommes ballottés en quête d’un sens à donner à nos existences.

 

DSC06192.JPG
Sur ces chemins, nos vies retrouvent la simplicité de la vie des cailloux, des arbres, des oiseaux : je suis, tu es, il ou elle est, nous sommes  vous êtes, ils ou elles sont, . Ici nous conjuguons le verbe être sans avoir besoin de paraître ou d’avoir ! 

Il n’y a qu’un autre lieu où je me retrouve ainsi en communion avec le monde : au fond de ma cave car j’y trouve un chemin liquide qui me conduit du cœur de la terre au ciel!

 

DSC06197.JPG

Admirez ces arbres courageux postés en sentinelle en haut de la colline. Ils ont été envoyés par leurs congénères du vallon pour trouver de nouvelles terres propices à leur développement. Certains ne survivront pas à leur audace, mais d’autres donneront naissance à une nouvelle génération qui colonisera peu à peu ces nouveaux espaces.

 

DSC05577.JPG

Nous parvenons bientôt au niveau d’anciennes terrasses autrefois cultivées par les hommes qui ont déserté ces lieux austères pour rejoindre les villes. Qui pourrait les en blâmer ? Ce sol est aussi aride qu’il est majestueux et qui accepterait aujourd’hui de mener une vie battue par le vent, brûlée par le gel ou le soleil et privée du confort de nos demeures et du « régénérant » spectacle des « feux de l’amour ( trop souvent devenus des braises)  ou de la « roue de l’Infortune »

 

DSC05573.JPG

Mais nous approchons du hameau de Douch dont les habitants ont serré leurs maisons les unes contre les autres au creux du vallon afin de mieux se protéger du vent. On a beau être à 40 km à vol d’oiseau de la Méditerrannée , il n’est pas rare en l’hiver de voir le Caroux balayé par des blizzards de neige, comme nous en avons affronté un en décembre 2008 . Celles et ceux qui me lisent régulièrement s’en souviennent peut être ?

 

DSC08139.JPG

Deux magnifiques murs de pierres, comme seuls les anciens savaient en monter, nous guident vers l’entrée du village. Des sorbiers aux oiseaux offrent généreusement leurs fruits à la gent ailée, dernier festin qu’ils peuvent faire avant les frimas de l’hiver qui est souvent pour eux une longue période de disette.

Heureux est l’homme qui a su maîtriser son destin en inventant le placard qui lui permet de ranger ses stocks de nourriture pour affronter la mauvaise saison. On peut d’ailleurs vivre sans yacht, sans rolex, sans 4X4, sans ferrari, éléments superflus d’une existence sans substance, mais pas sans placard plein, symbole du capitalisme triomphant !

Encore plus heureux et aussi plus finaud est celui qui a pris la précaution de se creuser une cave et qui n’a pas à battre la campagne en hiver pour trouver par moins dix degrés un caviste ouvert !

Heureux et finaud donc je suis !

Texte & photos Ulysse

10:38 Publié dans tourisme | Lien permanent | Commentaires (25) | Tags : caroux, douch, vialay, caviste

Commentaires

Salut Ulysse tu es un véritable romancier et chaque chapitre de tes randonnées sont un vrai plaisir a lire J'aime beaucoup quand tu fait allusion a son Ego Génial. j'ai un sacré faible pour ta dernière photos avec ces deux petits murets qui rendent accueillant l'entrée du petit sentier de l'arbre aux oiseaux. Bonne journée Ulysse Amitiés André

Écrit par : André | 03/12/2009

Ulysse, génial funambule entre l'essentiel et le clin d'oeil, au coeur de la réalité et la tête dans les nuages, émotion et rires mêlés...

Écrit par : Mikèt | 03/12/2009

Ulysse, mes commentaires se font rares parce que je ne trouve plus les mots pour te les écrire.
Je crois que j'ai déjà tout dit...
Merci de nous faire partager ces balades que je ne ferai.... jamais ! Les murs de pierre, oui ils sont faits de la main de l'homme. J'en ai vu beaucoup autour de Cadaqués et ailleurs en Catalogne. J'enrage quand je vois les arrières petits enfants les démolir avec leur moto cross ou les horribles quads polluants, bruyants... Ceux qui les ont "bâtis" pour empêcher la terre de glisser, doivent se retourner dans leur tombe ! Heureusement, d'autres plus attachés à leur terre, entretiennent les oliveraies et certains ont replanté de la vigne.
La vie est là, la nature sera toujours plus forte que l'homme ! Ne voit-on pas l'herbe pousser entre les pavés ?

Écrit par : Françoise | 03/12/2009

Tu as mille fois raison: désertons nos immeubles et venons ici respirer en ces champs de callune, en plein ciel, et macher jusqu'à en perdre le souffle!
Quelle chance d'habiter le pays de ses rêves!

Écrit par : jeandler | 03/12/2009

la muraille de chine
c'est du pipi de chat à côté de ce chemin
qui inspire lui la liberté

Écrit par : ColàPat | 03/12/2009

J´adore les chemins qui longent les crêtes, moi aussi.

On ressent pleinement l´infini.

Voir loin apaise, fait oublier nos soucis et nous transporte dans un autre monde.

Écrit par : chantalina | 03/12/2009

Communion avec la nature ...oui, je comprends bien, Ulysse, quand tu marches ainsi...heureux, sachant qu'à la clef, le vin de la treille t'imprègnera les papilles avec délice. C'est la même émotion quand je plonge...mais après, seulement une bière fraîche m'attend le soir, au coeur de la chaude nuit tropicale.
Gros bisous

Écrit par : siratus | 03/12/2009

"devenir oiseau qui passe
nuage qui s'éffiloche
air chaud qui vibrionne..."
Voilà un bien joli programme à vous faire rêver surtout en voyant ces photos merveilleuses, merci pour ces belles ballades et vivement le printemps.

Écrit par : monique | 03/12/2009

les photos sont belles !!! et dans ma ville grisounette ce soir, je prends un bon bol d'air pur ... bonne soirée

Écrit par : andrée | 03/12/2009

bonjour mon cher ami Ulysse,

merci pour la balade,
bien sûr qu'on n'a pas besoin de richesse superflue,
la santé et l'amitié sont de grandes richesses, n'est ce pas??

bonne fin de semaine, à toute la famille et aux ami(e)s,

bien amicalement,

Laurent

Écrit par : laurent - mon journal de bord | 04/12/2009

Bonjour chères lectrices et lecteurs, vos nombreuses visites me ravissent et vos commentaires titillent ma plume qui en est toute ébouriffée....

A André : il est vrai qu'il est beau ce chemin bordé de murets...il y en a des centaines de kilomètres qui courent sur les coteaux et monts des hauts cantons et je ne me lasse jamais de les découvrir

A Mikèt : oui j'ai souvent la tête dans les nuages, j'y trouve une fraîcheur propice à la stimulation de mes pensées

A Françoise : comme toi je suis triste de voir ce patrimoine inestimable tomber en ruine mais heureusement

A Pierre (jeandler) : outre la callune qui fleurit de juin à août nous avons la chance d'avoir aussi la bruyère arborescente qui fleurit de février à mai et la bruyère multiflore qui fleurit de septembre à janvier

A Colapat : comme toi je préfère les murs qui guident et protègent les chemins à ceux qui enferment

A Chantal : nos gouvernants devraient faire plus souvent des randos en altitude afin qu'ils apprennent à voir loin et qu'ils n'aient plus les yeux rivés sur les sondages

A Siratus : je ne déteste pas non plus une bonne bière à la fin d'une rando dans l'estaminet d'un petit village
des hommes ici et là tentent de redonner vie à ce savoir faire séculaire

A Monique : bienvenue sur mon blog, mais ne soyons pas trop impatient vis à vis du printemps, j'aime aussi les froides journées d'hiver où le givre et la neige recouvre les sommets

A Andrée : heureux d'apporter un peu de ciel bleu dans ta ville grisounette...

A Laurent : tu as raison l'amitié est une grande richesse et les échanges que nous avons les unes et les autres à travers nos blogs font partie des bonheurs de l'existence

Bon week end à toutes et à tous

Écrit par : ulysse | 04/12/2009

Merci pour la balade..Quand on a pas le moral, ça fait du bien de se balader sur ces petits chemins qui sentent bon, non pas la violette, mais la bruyère...

ps : tu nous parles beaucoup de ta cave...J'espère que tu n'y fais point de trop longs séjours..Un verre, ça va..Plusieurs, bonjour les dégats....Quoique, si tu abusais de la divine bouteille, tu ne pourrais point faire d'aussi longues balades pour notre plus grand plaisir...

Écrit par : juju | 04/12/2009

Bonsoir Ulysse ! il n'y a rien à ajouter de plus, tout est génial comme dab !
Je vais moins loin mais sur Cabrières Villeneuvette il y a aussi des bruyères
en ce moment et les abeilles se régalent, ainsi que les arbousiers !
Bon week-end et encore merci de cette belle balade, miaouuuuu!!!!!!!

Écrit par : mistigris | 04/12/2009

merci cher Ulysse, pour ce très beau voyage... je viens de rentrer après un séjour au royaume du gris et au pays des petits-enfants, et me voilà grâce à vous replongée dans l'univers du bleu et de la lumière.
Merci Ulysse pour ces magnifiques photos, j'aime beaucoup, beaucoup, celle des chaises dans l'église, avec cette lumière, elle est splendide !
Bon voyage Ulysse ! à tout bientôt !

Écrit par : michelle | 04/12/2009

Depuis le pays d'Oc, je viens t'inviter Ulysse à manifester via internet... En effet
Il y a urgence à manifester que la mer n'est pas une poubelle ! Sur la galère j'inaugure la manifestation via internet, pour ceux qui sont loin mais sont solidaires. Un clic sur un tableau animé, un com "je manifeste via internet depuis...(ta ville, ton pays)". C'est tout, en toute confidentialité... et un soutien qui nous donnera plus de force encore plus, nous sur le terrain, à Vannes, le 12 décembre.
Nos amis, profiteront-ils de ce moyen pour s'exprimer ? Je l'espère. Merci.
Gros bisous de la nuit

Écrit par : siratus | 05/12/2009

Vu l’heure, je ne sais si je dois dire bonjour, bonsoir ou encore bonne nuit Ulysse. Un jour nous finirons bien par nous rencontrer, ce Caroux si bien décrit je le parcours depuis plusieurs décennies. D’ailleurs sur mon ordonnance médicale à la ligne Caroux, il est écrit à consommer sans modération, de préférence au moins une fois par semaine, mais ce n’est pas toujours facile de suivre ce traitement à la lettre. Mais chuuuuuut ! Il ne faudrait pas trop crier sur les toits que c’est là le remède miracle à tous les maux, sinon nous y perdrions un peu de la solitude que nous venons y chercher. Pour ma part l’hiver est la plus belle saison pour le parcourir, surtout lorsque la neige crisse sous les pas et que le vent glacial fouette les oreilles. Si par chance le brouillard vient encore s’en mêler, alors là c’est l’apothéose !

Écrit par : bernard | 05/12/2009

Nom de Zeus, quel Pays !
Mes godillots me démangent un maximum en ce samedi matin et il va falloir patienter d'ici notre visite pour Pâques prochain ...
Dans votre dernier commentaire sur notre blog, vous concluez :"Heureux sont les marcheurs". Nous pourrions disserter des heures sur cette drogue - le mot n'est pas trop fort - que représente la marche dans notre vie. Pied de nez à cette société axée sur la vitesse, la consommation, la propriété etc... En marchant, c'est notre corps qui commande et nous ne sommes tributaires que de notre propre énergie comme de notre propre faiblesse. Nous sommes à l'écoute du vent, des oiseaux, de la nature et des gens rencontrés au hasard de nos escapades.
Loin du bruit des villes et de ses magasins (ouverts le dimanche sic!), notre esprit s'envole avec nos pensées : qui sommes-nous, où allons-nous, quel but avons-nous ? C'est amusant de constater comment nous trouvons souvent en marchant sereinement la solution à tel ou tel problème ou tracas quotidien.

Amis marcheurs, je vous conseille l'ouvrage de Bernard OLLIVIER "Longue marche". En partant avec lui sur la Route de la Soie, vous comprendrez peut-être un peu plus ce qui nous pousse à marcher, encore et encore ...
Bon WE à tous et ... bonne marche !

Écrit par : olivier33 | 05/12/2009

bonsoir finaud funambule qui aime tant aller par monts (et mots) et par vaux (et vins !)

Écrit par : colette | 05/12/2009

J'aime beaucoup votre conjugaison du verbe être...

Écrit par : alix | 06/12/2009

bisous Ulysse et bonsoir

Écrit par : ginette | 06/12/2009

Heureux qui comme Ulysse a franchi le Caroux !

Écrit par : lacalmette | 07/12/2009

bonjour mon ami Ulysse,

je te souhaite une très bonne semaine, ainsi qu'aux ami(e)s d'ici et d'ailleurs,


bien amicalement,

Laurent

Écrit par : laurent - mon journal de bord | 07/12/2009

Bonjour et bon début de semaine à tous ...Quelques mots en réponse à vos commentaires dont je vous remercie :

- A Juju : c'est vrai que l'oxygène est un bon euphorisant comme le jus de la la treille au demeurant ...mais dont je n'abuse point je te rassure...enfin pas tous les jours !

- A Mistigris : Cabrières et Villeneuveyye sont aussi de joilis coins ..je suppose que tu es montée sur le sommet du Vissou magnifique belvédère où l'on voit jusqu'à la mer

- A Michelle : pour une fois le ciel a viré au gris ici aussi mais toujours pas de pluie .....j'ose avouer que cela
me manque !

- A Siratus : je vais te rendre visite et signer la pétition pour la mer car si la mer meurt , nous mourrons aussi !

- A Bernard : le Caroux sous une tempête de neige je connais et j'adore surtout quand on est dans l'abri de Fontsalès avec un bon feu de bois et un thermo de vin chaud ! Au plaisir de t'y croiser un jour !

- A Olivier : merci pour la référence livresque. Connais tu les récits de Sylvain Tesson et notamment son Petit traité sur l'immensité du monde ? Si ce n'est pas le cas je te le recommande vivement

- A Colette : bonsoir à toi qui tisse des chemins avec les mots

- A Alix : bienvenue sur mon blog ...comme quoi on peut rendre la grammaire passionnante . Je vous recommande à cet égard l'ouvrage d'Orsenna "La grammaire est une chanson douce "?

- Ginette : bises venteuses à toi qui ne peut plus courir sur les chemins

-A La calmette : oui heureux, c'est le mot ! le Caroux guérit de tout et même de la grippe A !

- A Laurent : Bonne semaine à toi également et à toutes celles et ceux qui passent par ici

Écrit par : ulysse | 07/12/2009

Bonjour,

Superbes photos d'un Caroux que je connais depuis plus de 35 ans mais incomplètement. Vos hors pistes (ou sentiers) sont très attirants. Mais je n'ai personne pour m'y accompagner car ne suis pas sûr du tout que ma femme me suive dans ce genre de virée bien que ayons beaucoup parcouru ce massif. Cette nature est exceptionnelle et tellement loin de la médiocrité de cette société de consommation.
Mais au fait quelle est l'origine de cette nature si belle et harmonieuse ?

Écrit par : Paul | 27/05/2014

Paul le Caroux est un des plus vieux massifs de France , vestige du massif hercynien vieux de 600 millions d'années qui a été soulevé par la surrection des Pyrénées il y a 45 millions d'années puis de nouveau raboté depuis . Le climat méditerranéen a permis le développement des forêts de chêne qui ornent ses flancs sud

Écrit par : Ulysse | 27/05/2014

Les commentaires sont fermés.