suivi de mon blog
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

21/12/2009

Au hasard dans le brouillard sur le Caroux !

 

DSC09736.JPG

Les nordistes nous imaginent, nous les sudistes, passant la majeure partie de nos journées à jouer aux cartes en sirotant un pastis, sous un ciel éternellement bleu. Et bien pour ce qui concerne le ciel,  leur vision est idyllique, car il arrive qu’il soit gris, voire même qu’on ne le voit point, en raison d’un brouillard à couper au couteau, digne des bords de la Tamise !

C’est la mésaventure qui nous est arrivée l’autre jour que nous avions quitté, pour une fois, notre terrasse de café, pour baguenauder sur le Caroux. Ce majestueux massif, qui offre généralement des panoramas à perte de vue, était recouvert d’un épais brouillard londonien.

Il est vrai que les enfants d’Albion aiment bien notre région et nous leur rendons cette affection, vu que leurs gosiers accueillent généreusement les nectars produits par nos vignerons, mais on espère qu’ils n’ont pas amené avec eux un genre de virus provoquant brumes et brouillards. Ils ont déjà provoqué la panique avec leurs vaches folles et conduit l’un de nos ex-présidents à se ridiculiser  avec des histoires de Princesse . Ca suffit !

 

DSC09742.JPG

Cela dit, mes amis et moi avons en commun avec les grand-bretons de ne pas nous laisser impressionner par les intempéries. Il est vrai que nous ne sommes pas des sudistes d’origine, qui eux sortent le duffle-coat et le passe montagne quand la température descend en dessous de 15° et ne supportent la vue de la glace que dans le pastis.

Aussi avons nous décidé d’effectuer la balade prévue au risque de nous perdre ; mais n’est ce pas quand on se perd que l’on fait les plus belles découvertes !

 

DSC09745.JPG

Nous avons révisé lors de notre dernière balade  la règle N°1 du randonneur (cf. ma note « première neige sur la montagne de Rosis) et bien voici un rappel de la règle N°2 : quand en montagne tu partiras, un sifflet tu emporteras !

Un sifflet qui ne pèse que quelques grammes peut, en effet, vous sauver la vie. Son chant strident est entendu à des centaines de mètres et vous permet d’être localisé si vous êtes pris dans une tourmente de neige ou un brouillard à couper au couteau. Vous pouvez vous en procurer dans tous les magasins de sport ou bien subtiliser celui d’un agent de police, mais cette dernière solution  présente quelques risques.

 

DSC09747.JPG

Quand il fait du brouillard, toute une faune qui habituellement se terre pour ne pas être vue des humains, en profite pour batifoler librement. Ainsi avons nous surpris la souris-tortue géante du Caroux, animal fabuleux dont parle les légendes languedociennes du moyen age .

 

DSC09748.JPG

Un vieux berger arborant une barbe de plusieurs jours, que nous avons croisé sur le chemin, nous a conté son histoire : Il est né il y plusieurs siècles, dans le hameau de Douch situé sur le Caroux,  et y a vécu avec ses deux filles jumelles, sa femme étant morte en couche. Toutes deux raffolaient des fromages de chèvre qu’il fabriquait et les dévoraient avant qu’il n’ait eu le temps de les vendre . Il était ainsi au bord de la ruine .

Ne sachant plus que faire, il invoqua la fée Viviane pour qu’elle trouve une solution. Elle l’avertit que le sort qu’elle jetterait pourrait être dramatique. Mais il était tellement désespéré qu’il confirma à Viviane son accord. Celle-ci, qui était un brin cruelle  (comme Merlin en a fait l’amère expérience) transforma l’une de ses filles en souris et l’autre en tortue et  les lia ensemble en leur disant : en tant que souris vous serez dévorées par l’envie de fromage mais comme tortue vous n’irez jamais assez vite pour pouvoir  vous en emparer avant que votre père ne les vende et cela pour l’éternité.

Pris de remords en voyant ce qu’étaient devenues  ses filles, le berger supplia Viviane de lever le sort. Celle-ci qui aimait aussi le fromage de chèvre lui promis qu’elle le lèverait  quand il lui aurait livré son millionième fromage. Et c’est pourquoi ce vieux berger séculaire mène encore son troupeau sur le Caroux, alors qu’il a largement dépassé les 40 trimestres de cotisation et pourrait jouir d’une retraite méritée.

 

DSC09764.JPG

Emus et attristés par cette sombre histoire, nous poursuivons  à tâtons notre cheminement jusqu’au bord du plateau sommital où le vent, montant de la plaine, provoque une déchirure dans le brouillard. Nous jouissons alors d’une vue somptueuse sur les falaises, dont le pied est ourlé d’un magnifique feston arboré aux couleurs automnales.

 

DSC09781.JPG

Contournant le plateau  par l’ouest nous apercevons au loin, les sommets qui dominent les gorges d’Heric sur le point d’être submergés par une mer de nuages,

 

 

DSC09784.JPG

Nous revenons vers le cœur du plateau où l’alternance des bruyères, de graminées et de genêts composent une fresque vivante que nul artiste ne pourra jamais égaler. Certes les grands peintres nous apprennent à voir le monde et les différents aspects de la réalité et nous ouvrent parfois  la porte d’univers insoupçonnés, mais il manque à leurs œuvres le chant du vent, la prégnance des senteurs et le courant d’énergie tellurique qui parcourt certains lieux.

 

 

DSC09798.JPG

Nous disparaissons soudain dans une masse de brouillard intense que le soleil, déployant toute son énergie, tente vainement de percer. Ce maître du système solaire, adoré des Incas et des anciens Egyptiens, n’est plus qu’un pauvre lumignon blafard pendu dans le ciel gris.

 

DSC09802.JPG

Nous redescendons alors vers le hameau de  La Fage d’où nous sommes partis. Pour notre plus grand bonheur, des mouflons  ébahis de voir des bipèdes affronter de telles intempéries en restent figés sur place. Ils comprennent vite voyant nos sacs à dos que nous sommes inoffensifs, ces magnifiques animaux étant au moins, sinon plus intelligents que ceux qui les chassent.

 

DSC09805.JPG

Et comme pour nous récompenser d’aimer et de respecter leur pays, les mouflons nous accompagnent dans notre descente en nous offrant un spectacle rare, que seuls ceux qui osent affronter frimas et brouillards peuvent contempler.

 

 

DSC09811.JPG

Je ne résiste pas au plaisir de vous montrer leur ballet car je sais que comme moi vous allez en être enchantés.

 

 

DSC09815.JPG

 

Rares sont les moments de l’existence où vous sentez monter en vous une onde de joie intense qui vous met en vibration avec l’univers qui vous entoure. Tels furent ces instants où nous étions à la fois homme et mouflon, intimement liés par nos regards croisés.


Texte & Photos Ulysse

Commentaires

Pour une fois, je serai la 1ere à mettre un com....Je devais aller au boulot...Mon mari devait m'appeler à partir du 10e cadeau à faire..Il n'appelle pas..J'en conclus que les clients préfèrent aller s'enfermer dans les grandes surfaces ou faire comme vous, profiter d'une accalmie pour s'offrir une petite promenade d'après sieste, dans les parcs de Vichy...

Je croyais Ulyssse qu'en hiver, nous aurions droit à tes légendes, que tu nous aurais contées, en siflottant une petite gnole au coin de ta cheminée...
Point de tout ça, de courageux retraités bravent les frimas de l'hiver, pour nous ramener de belles photos sous le regard ébahis de mouflons, et nous content des légendes à faire pleurer le plus endurci des bouts de bois.


En remerciement, je vais t'offrir la recette de la dinde ramenée de Jaligny, quand je me serai décidée à lui couper le cou....Quoi de pire que le cri de la dinde qu'on va tuer !....Ils ont bien de la chance tes mouflons de vivre en liberté et de ne croiser que de gentils randonneurs, car une dinde n'a aucune chance d'en réchapper, enfermée toute sa vie dans un enclos..Et encore, ma dinde a de la chance, car elle peut savourer sa brêve existence en liberté, contrairement à ses soeurs élevées en batterie..Quand je pense que chez Leclerc, on trouve des dindes de 10kg..
Quel est l'abruti qui élève des dindes de 10kg ? Et pour qui ? D'abord, qui peut avoir un four pour enfourner une dinde de 10kg ?..C'est comme essayer de faire entrer une vache dans son four...Et pis, ça doit être dégueulasse..Et pis, il doit falloir 8 jours pour la cuire...

Tout à l'heure, nous avons mangé une andouille grosse comme une dinde, achetée aussi à Jaligny, l'andouille de Charlieu...Mon mari adore les andouilles..C'est bien la seule chose que j'arrive à lui faire manger, avec l'andouilette Dromard de St Pourcain, les meilleures andouillettes de France...Oui, en Auvergne, on adore les andouilles....Normal que je leur fasse de la pub...

Écrit par : juliette03 | 21/12/2009

BRAVO ! encore un superbe reportage apprécié puisque conaissant un peu cette région, pas
trés loin d'ici, même avec le brouillard c'est génial, quand au berger, le pôvre !...
Les mouflons difficile de les voir avé les touristes en automne qui vont ruiner la forêt
pour les cèpes ! Bon j'arrête là, mais je reviendrai te relire ! Bonne semaine et Bon Noël
si tu le veux bien avec ta famille ! MIAOUUUUUUUUUUUU!!!!!!!!!!!

Écrit par : Mistigris | 21/12/2009

A Juliette : ton commentaire est un délice digne de quatre AAAA comme la meilleure des andouillettes qui est selon tes dires la Drommard de Saint Pourçain (je note le nom pour mon prochain périple dans ta région) Quant aux dindes de 10Kg tu ne penses pas qu'ils ont importé des autruches d'Australie qu'ils ont baptisées "Dinde" pour les fêtes ? De toute façon dans les grandes surfaces on est toujours le dindon de la farce, on y va pour acheter 6 yaourts et on repart avec un semi remorque de bouffe . c'est pour ça que dorénavant j'achète "local" J'attends ta recette de dinde de jaligny j'irai voir sur ton blog

A Mistigris : il y a effectivement des promeneurs que l'on ne voit qu'à la période des champignons, ces gens là ne veulent pas marcher "pour rien" la beauté de la nature étant pour eux "Rien"

Écrit par : ulysse | 21/12/2009

Fabuleux, c'est vraiment magique ces vues de mouflons...

Écrit par : Colapat | 21/12/2009

le sifflet fait partie de notre panoplie de campeurs ... très belles photos , ta région est magnifique
je te souhaite de bonnes fêtes de Noël en bonne compagnie ... avec un bon petit repas .. pas obligatoirement caviar et langoustes .... bonne soirée

Écrit par : andrée | 21/12/2009

Neige, brouillard et mouflons, voilà un cocktail que j'affectionne particulièrement. Combien de fois il m'est arrivé de partir seul sur le plateau, marcher au hasard de mon inspiration du moment, quitter les sentiers battus à la recherche du petit détail qui va me combler de joie. D'ailleurs, demain c'est ce que je vais faire.

Écrit par : bernard | 21/12/2009

ULYSSE ARRIVE MÊME À ENCHANTER LES MOUFLONS.

NOUS EN SOMMES RAVIS.

Écrit par : chantalina | 21/12/2009

Bonsoir Ulysse ! Tu nous contes là une bien belle histoire de rand. En lisant ton texte, je ressens une très grande tendresse et passion à parcourir ces montagnes . Un accompagnement animal fabuleux, une chance de pour voir profiter de cette faune.
J'aurai acheté mon sifflet très rapidement si j'étais plus près de ces lieux magiques et, vous accompagner m'aurait comblé de plaisir !
Bonne soirée !
Merci pour le petit mot.
Joyeuses fêtes de Noël !

Écrit par : josie | 21/12/2009

bravo !! quel courage d'affronter ce vent glacial !! bon, aujourd'hui c'est le redoux général, mais quel froid la semaine passé.
bravo encore pour la balade et merci pour le conseil du sifflet
bonne soirée et je te souhaite de passer d'agréable fêtes.

Écrit par : norbert | 21/12/2009

J'imagine, non je crois imaginer et rien n'est moins sûr les merveilleuses sensations éprouvées lors de cette promenade sur le Caroux au travers des voiles de brumes et cette superbe rencontre dotée d'un spectacle d'exception avec les mouflons. Cela vaut la peine quelque fois de braver le mauvais temps car ces moments là sont sûrement délectables et inoubliables, merci pour ces belles images que vous partagez avec nous et qui nous laissent un goût d'envie de voir, merci aussi pour ces commentaires pétillants qui accompagnent les compte-rendus de vos balades, je me régale à vous lire à défaut de pouvoir vous accompagner.

Écrit par : monique | 21/12/2009

Un vrai cadeau de Noël cette note alerte, rafraîchissante, poétique !
Enfin d'autres brumes que celles des boissons à venir pendant ces fêtes(=faîtes du gras)

Bien plus gai que mon avant dernière note ... où je t'ai d'aiileurs répondu au sujet de ton interprétation

Celà dit je te souhaite une belle fin d'année, de même qu'à tes passants bien sûr !

Écrit par : colette | 22/12/2009

Bonjour chères et chers visiteurs merci de vos commentaires toujours aussi chaleureux .Un petit mot pour chacy-un:

A Colapat : il est vrai que j'ai rearement vu autant de mouflons que ce jour là et aussi longtemps

A Andrée : je vois que tu es expérimentée en matière d'activité de plein air....quant au caviar je n'en consomme jamais je préfère les anchois !

A Bernard j'espère que ta balade de ce jour sera agréable, le Caroux que j'aperçois de chez moi semble bien "bouché' !

A Chantal ; je ne sais pas si j'enchante les mouflons mais du moins je ne les effraie pas !

A Josie : oui marcher est ma passion , il en est d'autres plus ruineuses encore qu'un bon équipement permettant d'affronter les intempéries n'est pas donné !

A Norbert : pour le sifflet je te conseille de l'acheter plutôt que de le piquer à un policier!

A Monique : oui il ne faut pas hésiter à braver ce que nous appelons le "mauvais" temps mais qui est pour moi un temps comme un autre avec ses charmes et ses couleurs différents

A Colette : je ne renie pas non plus les autres brumes Colette tu t'en doutes...

Et avec un peu d'avance Joyeux Noêl à toutes et à tous

Écrit par : ulysse | 22/12/2009

bonsoir mon cher ami Ulysse,

tu me fais bien sourire avec ta description du sudiste...
je saurai où me procurer un sifflet, promis je le demande au prochain policier que je rencontre, sourire!

je te souhaite une bonne suite à ta semaine, de bonnes fêtes de fin d'année et un très joyeux noël!

bien amicalement

Écrit par : laurent - mon journal de bord | 22/12/2009

Ulysse, effectivement le Caroux était bien bouché, comme nous l'aimons, un vrai délice. Il a été pour moi tout seul, je n'ai rencontré personne de toute la journée, excepté deux ou trois mouflons.

Écrit par : bernard | 22/12/2009

Bonsoir Ulysse, c'est un message rapide pour te souhaiter très sincèrement de joyeuses fêtes de Noël. Message en copié-collé, une fois n'est pas coutume, mais sinon, je n'aurai jamais le temps de passer.
Je t'avoue que je n'ai pas eu le temps de lire le texte mais j'ai admiré ces photos, comme une offrande de la nature à qui sait l'apprécier à sa juste valeur ;-)

Écrit par : Bandolera | 22/12/2009

Merci pour ce ballet avec les mouflons... c'est rare... beau... là on peut dire sans mentir
"Ah, que la vie est belle" Merci Ulysse. Je te souhaite de bonnes fêtes, arrosées du meilleur nectar de ton choix... je sais qu'il sera excellent parce que tu es un connaisseur dans ce domaine... aussi calé que pour les photos et les mots qui les accompagnent harmonieusement !

Écrit par : Françoise | 22/12/2009

Bonjour Ulysse,
Alors, tu as rencontré les mouflons du Caroux, ils remontaient des gorges d'Héric. De 19 implantés en 1960, il y en aurait maintenant entre 2 et 3000, là haut, sur le plateau.
Merci pour ton message sur mon blog.
Amicalement,
Christophe

Écrit par : cpa34 | 22/12/2009

J'ai aimé rencontrer grâce à toi, la souris-tortue et le vieux barbu ;)
Quant aux moufflons, attentifs à ta progression, ils sont magnifiques. Merci pour ce beau partage, Ulysse.
Joyeux Noël et très Bonne année nouvelle !
Gros bisous

Écrit par : siratus | 22/12/2009

Oups, j'ai oublié de dire:
Bonnes fêtes de Noel, Ulysse.

Écrit par : cpa34 | 22/12/2009

un bref passage avant de rejoindre les bras de Morphée pour vous saluer chers visiteurs de la nuit

A Laurent : j'ai un peu exagéré pour les sudistes car ces derniers jours il n'y avait guère de monde aux terrasses de café ! bonne chance pour ton sifflet !

A Bernard : heureux homme qui a vu des mouflons, malgré les nuages ce fut donc une belle journée

A Bandolera : je sais que ton temps plus qu'à moi est comptée et j'apprécie d'autant plus ton passage

A Françoise : effectivement nectar il y aura, sans doute un Montcalmès 2006 l'un des meilleurs coteaux du Languedoc qui soit, né dans le terroir de Puéchabon et fait par un vigneron dont la grand mère a vécu au superbe hameau de Montcalmès que je vous ai fait visiter le printemps dernier

A Cpa34: oui les mouflons venus de Corse se plaisent dans notre pays Mais qui ne s'y plairait pas ?

A Siratus : tu vois que dans notre région il y a des animaux aussi singuliers que dans les récifs de corail dont tu nous fais découvrir les merveilles

Et avec un peu d'avance car je passerai vous voir d'ici je vous souhaite à tous aussi un joyeux Noël

Écrit par : ulysse | 22/12/2009

Un vrai joyeux Noël cher Ulysse !

Connaissez vous Gene, slamblog, disparue, si oui, avez vous de ses nouvelles ?

Écrit par : michel, à franquevaux. | 23/12/2009

Noêl peut être joyeux, fêtard, consumériste, détestable ou détesté.
Il est pour moi un rite, un symbole qui nous unit par-delà les frontières, les croyances, les différences. Ce moment de réflexion, de douceur, de convivialité je l'appelle ainsi car je suis née de parents chrétiens ; il aurait un autre nom, un autre visage sur une autre terre...
Alors joyeux Noël à vous aussi Ulysse,qu'il soit tel que vous le désirez.

Écrit par : Mikèt | 23/12/2009

Le soleil dans le brouillard ... comme une étoile de Noël... joyeux et bon Noël à vous Monsieur Ulysse

Écrit par : Maria-D | 23/12/2009

DEMAIN CE SERA REVEILLON DE NOEL , ainsi qu'à tous tes nombreux amis, je te souhaite un bon NOêl.

Écrit par : ginette | 23/12/2009

Joyeux NOEL à toutes et à tous qui passez par ici

A Michel : j'ai constaté aussi avec tristesse que Gène avait fermé son blog ...je vais aller aux nouvelles

A Mikèt : les hommes ont toujours fait de Noël une trève, un moment de paix espérons que cela durera

A Maria : le soleil comme une étoile de Noël dans le ciel du Caroux pour guider les rois mages.... l'image est belle !

A Ginette : toujours présente et fidèle je passerai te saluer demain ainsi que mes amis de la blogosphère

Écrit par : ulysse | 23/12/2009

Le brouillard, j'ai connu une aventure similaire sur le caroux, mais en plein mois de juillet!
Avec ma femme et deux de mes enfants, ce fut une galère pour parvenir a la table d'orientation, et mon fils parti de la vallée en t shirt était presque aussi bleu qu'un schtroumpf la-haut!
Bon souvenir maintenant, mais a l'époque, ma femme ne rigolait pas!
Bonne soirée et bon réveillon de fin d'année.

Écrit par : marc | 26/12/2009

Marc, l'année dernière nous sommes également partis au mois d'août pour le lac de Vézoles légèrement vêtus et la haut il faisait 12° ! Autant te dire que nous n'avons pas traînassé ! Bonne fin d'année

Écrit par : ulysse | 27/12/2009

Magnifique reportage comme d'habitude, j'ai relevé ta tirade sur les sudistes, (dont je suis !!!) il va falloir qu'on s'explique !!! Je ne croyais pas être comme ça !
Bisous à vous deux, j'espère que Noël s'est bien passé, et Jo se joint à moi pour vous souhaiter une trés bonne année 2010. A bientôt

Écrit par : chris macaronade | 29/12/2009

Salut Chris ..je te rassure moi aussi je me considère comme sudiste ! Mais j'espère qu'on s'expliquera bientôt sur les pentes du Caroux ou ailleurs autour d'un bon rosé ! Nous vous souhaitons également à vous deux une excellente année 2010 et de nombreuses balades à faire ensemble Bisous

Écrit par : ulysse | 29/12/2009

Les commentaires sont fermés.