suivi de mon blog
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

12/03/2010

Raquettes en cavale sur le Puigmal !

 

DSC01974.JPG

On parle souvent de l’attirance du vide, mais pour ma part je suis plutôt attiré par les sommets. Voir le monde de haut règle la plupart de vos problèmes et c’est souvent un lieu où les huissiers, les banquiers et les percepteurs , gens des bas fonds et des mauvais coups ne viennent pas !

 

DSC02006.JPG

Mais pour grimper sur les sommets enneigés rien de tel qu’une paire de raquettes qui vous permet en quelque sorte de marcher sur l’eau ! Alleluia , Allah est grand mais mon verre, hélas, est trop petit, comme aurait pu dire ce regretté Alexandre Vialatte, ce grand écrivain qui a écrit (entre autres) cette phrase immortelle « l’homme n’est que poussière, c’est dire l’importance du plumeau »

 

 

DSC02010.JPG

On évolue dans un monde en trois couleurs : bleu, blanc , vert qui sont curieusement les couleurs du drapeau des esquimaux Gervais .

 

DSC02022.JPG

La maîtrise des raquettes ne demande pas d’aptitude particulière sinon d’avoir de bons mollets (un conseil à cet égard : manger des œufs mollets au petit déjeuner) un bon souffle (les souffleurs de théâtre et les souffleurs de verre sont avantagés) un bon sens de l’orientation (plus questions de suivre des chemins ) des rations et un équipement de survie, l’évolution du temps en montagne étant aussi imprévisible que les horaires des T.E.R. du Languedoc-Roussillon.

 

DSC02026.JPG

Si on est un brin casse-cou (disons deux brins !) on peut partir à la conquête de n’importe quelle pente. Certains esprits faussement rationnels se demanderont quel intérêt présente l’ascension d’un sommet puisque l’on est toujours obligé de redescendre ! A ceux là je demanderai quel intérêt de naître puisque l’on doit mourir ?

 

 

DSC02031.JPG

Généralement ce genre d’exercice intense qui vous coupe vite le sifflet s’accompagne, comme au matin du premier janvier, de l’adoption d’un certain nombre de résolutions : fuir la compagnie de Bacchus, planquer les tablettes de chocolat, bannir choucroute et cassoulet ….

 

 

DSC02032.JPG

Plus la pente est raide, plus déterminé vous êtes dans vos résolutions ….

 

 

DSC02035.JPG

Mais une fois arrivés au sommet, comme personne n’a été témoin de vos intimes engagements vous les mettez sans vergogne dans votre poche avec votre mouchoir dessus. C’est la raison pour laquelle j’emporte toujours un mouchoir avec moi. C’est, au demeurant, grâce à des gens comme moi qui ne tiennent jamais leurs bonnes résolutions que les fabricants de mouchoirs de Cholet ont pu résisté à la concurrence de ceux « merde in china » .

 

 

DSC02039.JPG

Si la descente réclame moins d’effort, elle est techniquement plus difficile et l’on se retrouve assez souvent sur le postérieur (sauf Gibus, bien évidemment) où cette fois vous louez choucroute, cassoulet et tablettes de chocolat qui vous ont garni de bons amortisseurs . Alleluia, Allah est grand mais mon verre, hélas,  est trop petit !

 

 

DSC02057.JPG

Parvenus en bas de la pente nous poussons un ouf de soulagement quand soudain nous apercevons terrifiés (sauf Gibus bien évidemment)  un ours blanc. Mais celui ci est simplement venu se désaltérer de l’eau d’un torrent et nous ignore superbement.

 

 

DSC02056.JPG

Ayant retrouvé nos compagnes qui n’ont pas voulu partir à l’assaut des cîmes (qui osera encore dire que les garçons sont plus paresseux que les filles ! ) nous nous installons pour des agapes neigeuses.

 

 

DSC02064.JPG

Nos neurones moteurs ayant fait le plein d’énergie nous reprenons la position verticale pour aller à la découverte de superbes champs de neige où nous faisons moisson de lumière, de beauté, de douceur et de grand air. Et tout ça "gratos" ! Par ces temps de crise c'est toujours ça de pris, d'autant qu'avec le creusement du déficit, il y a des risques qu'un jour on paie aussi des taxes sur ces signes extérieurs de sérénité.

 

 

DSC02080.JPG

Les montagnes enneigées prennent sous le soleil une allure sereine et paisible qui vous donnent envie d’aller vous blottir dans le creux de l’une de leurs épaules. Mais comme le dit le poète Paul-Jean Toulet il faut prendre garde à la douceur des choses, car la haute montagne est d’une beauté souvent fatale !

 

 

DSC02069.JPG

Nous n’avons aucune difficulté à résister à la tentation car d’autres plaisirs nous attendent en bas dans la vallée dont je vous tairai la teneur pour ne pas tomber sous les fourches caudines des hygiénistes cancrelatesques qui rêvent d’une humanité de zombies grabataires adeptes de l’eau de Vichy et des haricots verts sans sel. Alleluia, Allah est grand mais mon verre, hélas, est trop petit !


Texte & photos Ulysse