suivi de mon blog
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

27/06/2010

Mettez la clé sous la porte et filez à Aigues-Mortes

 

DSC05719.JPG

Edifiée au mitan du treizième siècle par le roi Saint Louis pour doter son royaume d’un port en eau profonde sur la Méditerranée, Aigues-Mortes dresse aujourd’hui ses remparts au dessus des vignes et des marais partiellement ensablés.

Après quelques décennies de prospérité qui virent épices, céréales, toiles, soie, draps venus de Catalogne, du Moyen Orient ou d’Italie transiter par ses quais, le déclin commença au début du quatorzième siècle. Raids arabes, mauvaises récoltes, ensablement conduisent à alors la récession du trafic. Le rattachement de Montpellier (1349) puis de Marseille (1481) à la France lui portera le coup fatal.


DSC05716.JPG

Le port connaîtra un bref sursaut au seizième siècle avec le développement du commerce du sel, mais la création du port de Sète sonne le glas de ses espoirs, malgré l’ouverture du Grau du Roi en 1725 qui lui redonne un accès direct à la mer.

Ses dimensions hors du commun et son relatif isolement des constructions modernes lui donne un caractère irréel, étonnant rêve de pierres sorti du cerveau des hommes.

 

 

DSC05700.JPG

Les remparts de onze mètres de haut forment un immense quadrilatère de 520 m sur 300m orné de dix portes et de cinq tours. Les trompettes qui pourraient abattre de tels murs murs comme le firent celles de Jéricho ne sont pas encore forgées !


 

DSC05798.JPG

Les pierres extraites des carrières de l’arrière pays ont été acheminées par bateau. On célèbre toujours, et à juste titre, les hommes qui ont conçu de tels ouvrages ; mais il ne faut pas oublier les milliers d’anonymes qui ont permis leur édification et dont on trouve, ici et là sur les murs des remparts, la signature symbolisant les corps de métiers auxquels ils appartenaient.


 

DSC05704.JPG

Les bâtisseurs ont apporté à cette redoutable citadelle un brin de fantaisie en adoptant une facture différente pour certaines des dix portes . J’y verrais bien là l’influence d’une femme, sans doute la Reine dont d’ailleurs l’une des portes porte le nom.



DSC05732.JPG

Ces formidables forteresses témoignent des temps troublés qu’a connu dans le passé notre pays. Aujourd’hui les palais de la république se font plus discrets mais les privilèges de ceux qui y vivent sont bien mieux protégés que ceux qui vivaient derrières ces remparts.


 

DSC05735.JPG

Les chiens-gargouilles qui autrefois avaient l’importante mission d’aboyer à la vue de l’ennemi ne voient plus poindre que des hordes de touristes débonnaires. Ils aimeraient sans doute pouvoir aller gambader avec eux sur les pelouses qui environnent aujourd’hui la citadelle


 

DSC05806.JPG

Le rempart nord-ouest de la cité longe le canal qui mène au Grau du Roi . Il est orné de la Tour de Constance haute de trente quatre mètres et qui servait à l’origine de vigie et de phare. Ayant perdu cette fonction, elle servit de prison pour les protestants qui refusèrent d’abjurer leur foi après la révocation de l’Edit de Nantes par le roi scélérat Louis XIV.


 

DSC05682.JPG

La galerie des souverains de France comporte hélas, à coté de quelques rares vrais « gentilhommes » une belle collection d’abrutis et d’êtres sanguinaires qui ont œuvré pour la ruine de notre pays. La république a apporté sur ce point un progrès certain, car si nos dirigeants contemporains ne brillent ni par leur intelligence ni par leur moralité, ce ne sont pas des assassins.


 

DSC05694.JPG

Après cette brève présentation historique, il serait temps que je vous emmène faire un tour au cœur de la citadelle. Les piétons y sont heureux car les voitures y sont bannies et l’on retrouve le plaisir de flâner sans avoir la crainte de finir la visite estropié, ce qui n’est pas le cas dans de nombreuses villes du sud où certains chauffeurs ont le sang aussi chaud que le soleil et le cerveau de la taille d’une olive.


DSC05754.JPG

Nous voilà au cœur de la cité, sur la Place Saint Louis, illustration exemplaire du sud, avec ses platanes séculaires, ses terrasses de café et sa fontaine, hélas à sec . On m’a dit qu’il y coulait autrefois du rosé mais que, suite à des abus, elle a été fermée ….(ce n’est pas ma faute, je le jure !)


DSC05789.JPG

Une statue de Saint Louis, le père de cette cité, y trône . C’est de là qu’il partit pour les croisades, la huitième lui fut fatale car il mourut de la peste à Tunis. Ce qui est pour moi la preuve la plus éclatante que « Dieu », qui était supposé le protéger, doit être exaspéré par nos querelles de chiffonniers à son sujet.


DSC05793.JPG

Bien que le calme règne dans les ruelles, j’aperçois un garde en armure qui continue de veiller sur le seuil d’une demeure. Charitable, je lui glisse à l’oreille que nous sommes en paix depuis 1945 et qu’il peut lever le camp. Mais il ne veut rien entendre et exige un ordre écrit de son roi Saint Louis. Ainsi dans la vie s’accroche-t-on parfois à de vieilles lunes ou reste-t-on prisonnier de vieilles peurs qui nous empêchent d’évoluer et nous font manquer des opportunités qui auraient enrichi nos existences.


 

DSC05778.JPG

Dans cette citadelle où la pierre est reine, des Aigues-Mortais ont créé sur le pas de leur porte un minuscule jardin d’Eden qui a eu les honneurs du Midi Libre l’année dernière. Comme quoi les journalistes ne sont pas toujours, comme on leur reproche, à la recherche de « scoops » qui font frémir.


 

DSC05767.JPG

Aigues-Mortes est riche aussi de galeries d’art dont certaines exposent des œuvres dont la qualité tranche avec l’habituelle production industriello-touristique qui envahit aujourd’hui les lieux de villégiature. Ainsi dans l’une d’elle ai-je vu évoluer ces magnifiques danseuses flamenca, auxquelles le talent de l’artiste a su donner vie.


 

DSC05800.JPG

On passe aussi devant des havres de paix où l’envie vous prend de poser votre sac et de recommencer une nouvelle vie. Mais on a hélas oublié son pyjama et sa brosse à dent et aucune boutique n’en vend dans les parages. On passe alors son chemin en se promettant la prochaine fois d’y penser….


 

DSC05817.JPG

Il ne faut pas quitter la région d’Aigues Mortes sans rendre visite au plus grand domaine viticole de l’Europe, Listel, qui produit notamment des « vins de sable » à partir de cépages n’ayant pas été détruits par le phylloxera, ce puceron ravageur de la vigne qui a détruit le vignoble français à la fin du XIXème siècle mais qui ne peut se développer dans les terrains sableux.

Ce magnifique domaine, que l’on peut visiter, produit des vins blancs, rosés et rouges d’un excellent rapport qualité prix, dont la réglementation m’oblige, hélas, à vous dire qu’il faut les consommer avec modération. C’est l’une des absurdités et des hypocrisies dont nos gouvernants sont coutumiers, eux qui viennent d’autoriser les paris en ligne tout en obligeant chaque publicité pour ces jeux à être suivi d’un message sur leur danger potentiel. Par contre on ne nous met pas en garde sur les risques qu’il y a à vivre près d’une centrale nucléaire ou d’une ligne à haute tension qui sont autrement plus nocifs pour la santé qu’un verre de rosé !


 

DSC05819.JPG
Les vignes du domaine de Listel jouxtent les lagunes exploitées par les Salins du Midi, que l’on peut aussi visiter, et dont les collines de sel confèrent au paysage une ambiance féerique.

 

DSC05810.JPG

Ainsi comme vous pouvez le constater les raisons ne manquent pas d’entreprendre un périple à Aigues Mortes. Osons le dire, un tel périple ne manque pas de sel !


 

DSC05823.JPG

 

 

Texte @ photos Ulysse

Commentaires

Beau Dimanche,
première sortie à la mer.
Franquevaux n'est pas loin d'Aigues Mortes,
je vous suggère, passant par le rond point de la ceinture au hameau de Montcalm
de remonter vers Gallician, par la petite route longeant le canal de passer par le mas de la Cigale suivi immédiatement par le mas de la Fourmi, par le lieu dit Quatret, n'oubliez pas de compter les ragondins écrasés sur la route, à Gallician prenez à gauche Franquevaux est à cinq kilomètres.
Première sortie vers la mer,
beau Dimanche.

Écrit par : michel, à franquevaux. | 27/06/2010

Merci Ulysse pour cette belle description d'Aigues Mortes. Elle me donne vraiment l'envie de m'y rendre. J'ai un terrible coup de coeur pour ce petit jardin devant la maison. Aujourd'hui, le soleil est de la partie et un petit rosé serait apprécié. Beau dimanche.
Christine

Écrit par : Christine | 27/06/2010

Superbes photos. Sur qu'on viendra y faire un tour. Merci.

Écrit par : Claudine | 28/06/2010

Un agréable billet pour un bel endroit, que je connais un peu maintenant grâce à toi ! Merci ! C'est vraiment beau....
J'aime beaucoup aussi la peinture des danseuses de flamenco, de l'émotion !
Merci Ulysse de ta visite !
Amicalement bien à toi !

Écrit par : josie | 28/06/2010

Bonjour Ulysse,

merci beaucoup pour ce beau photo reportage sur Aigues Mortes,

une de mes villes préferées dans le midi.

Bien à vous,

Olivia

Écrit par : olivia | 28/06/2010

lutinbleu avait installé son premier terrier de la région à Aigues Mortes. Pendant 1 an, j'ai réalisé mon reve d'habiter dans un chateau. Ce lieu est pour moi plus magique que le monde d'harry potter. Ta ballade est exhaustive et conforme à l'histoire. Mais, cher Ulysse, comment as-tu pu oublier LA fougasse à la fleur d'oranger. La meilleur se deguste à la boulangerie en bas de la rue Emile Jamet...Il est prudent de reserver(!?)

Écrit par : lutinbleu | 28/06/2010

Lutinbleu a raison ! oublier la fougasse d'Aigues-Morte, je sais pas si on va te la pardonner celle-là ! Une bien jolie balade dans une ville assez extraordinaire.

Écrit par : La Calmette | 28/06/2010

Ah ben ça alors!!!!!
avec 50 Boucoirannais, nous étions à Aigues-Mortes Dimanche.
Patacol passera bientôt les photos sur le blog.
Dommage qu'on ai pas eu ce repôrtage avant...
et surtout dommage qu'on ai pas vu Ulysse.

Écrit par : ColàPat | 28/06/2010

une belle cité, merci pour la balade

bonne semaine mon ami Ulysse,

ton commentaire du jour m'a bien fait rire (hé oui, tu as le crane rasé!)

bien amicalement,

Laurent

Écrit par : laurent - mon journal de bord | 28/06/2010

Joli notre région n'est-ce pas ? MIAOUuuuuuuuuu!!!!!!!!!!! peut-être cette fois mon message restera !

Écrit par : Mistigris | 28/06/2010

Heu, n'avais-je pas mis un com, disant que j'avais été déçue par Aigues-Mortes ? Déçue 2 fois...

Écrit par : juju | 28/06/2010

Explication : j'ai dû changer de navigateur car Explorer refuse de me laisser mettre des coms chez toi, je suis donc sur Opéra ! Enfin cela fonctionne pour le moment, je venais toujours lire
et admirer tes reportages ! MIAOUUUUUUUUUUU!!!!!!!!!!!

Écrit par : Mistigris | 29/06/2010

Quel dommage que l'autoroute ne permette pas de voir cette cité lorsque nous nous rendons à Marseille... Une idée de halte que tu nous donnes là avec le guide de voyage incorporé. J'aime beaucoup ces signatures en forme d'outils...

Écrit par : Viviane | 29/06/2010

j'ai découvert moi aussi à Aigues Morte de superbes galeries et plein de peintres et artistes de talent, avec toi, j'ai fait le tour des remparts grâce à tes magnifiques photo, sais-tu qu'à sète,nous avions aussi des salins et petite j'admirais ces montagnes blanches, les petits chemins qui serpentaient dans le marais ; maintenant qu'en Reste-t-il ? Nostalgie de la petite route en bord de mer, remplacée par un genre de promenade des anglais......et beaucoup d'immobilier avec des palmiers qui se demandent ce qu'ils font là.

Écrit par : ginette | 29/06/2010

comme c'est agréable de voyager avec toi..tes photos sont superbes et m'ont rappelé le passage que j'ai fait à Aygues-Mortes et me donne envie d'y retourner

Écrit par : gazou | 29/06/2010

Hello je viens vous écrire quelques mots chères lectrices et chers lecteurs

Merci Michel pour les coordonnées de Franquevaux , quand je repasserais par là je vous ferai signe...

Christine moi aussi j'ai eu le coup de coeur pour le jardin , quant au verre de rosé avec l'été enfin arrivé c'est tous les jours !

Bienvenue Claudine sur mon blog, je suis heureux de vous avoir donné envie de visiter cette magnifique cité

Josie je vois avec plaisir que chacun picore ce qui lui plaît : certains c'est le jardin, d'autres les remparts et toi les danseuses..;c'est une ville pour tous les bonheurs !

Olivia je comprends que ce soit l'une de vos villes préférées : elle est vraiment étonnante !

Lutin bleu et la Calmette pardon d'avoir oublié la fougasse à la fleur d'oranger, la prochaine fois que j'irai j'irai dans cette boulangerie

Colapat c'eut été drôle qu'on se rencontre en ce lieu !

Laurent cette ville décoiffe aussi quand le mistral y souffle !

Mistigris je suis heureux de retrouver tes commentaires Vive l'Opéra !

Viviane ces symboles de compagnons qui ont participé à la construction de la cité sont effectivement émouvants

Ginette le littoral en dépit des engagements pris se couvre de béton , heureusement il nous reste l'arrière pays

Gazou merci pour le compliment pour les photos mais il faut plutôt féliciter AIgues Mortes elle même !

Belle soirée à toutes et à tous

Écrit par : ulysse | 29/06/2010

Ulysse, en attendant que sorte mon compte-rendu sur notre journée passée à Aigues-Mortes -quel regret de ne pas s'être croisés- je vais mettre en ligne le lien vers votre reportage, ça fera agréablement patienter "mes" lecteurs et leur fera découvrir autre chose que des péniches, du sel, des bious et des demis bien frais sous la bienveillante -mais néanmoins guerrière- présence de ce cher Louis IX.
Merci et bravo pour ce magnifique reportage

Écrit par : Patacol | 29/06/2010

Merci Patacol pour votre commentaire , mais dîtes moi que sont "les bious" ? je suppose que ça se mange !

Écrit par : ulysse | 30/06/2010

Ben voyons Ulysse ce sont les taureaux ! de camargue ! et oui çà se mange, en gardianne !
ou bien il faut aller les voir dans le courses à la cocarde.... Allez me revoilà !
MIAOUUUUUUUUUU!!!!!!!!!!!!!!!

Écrit par : Mistigris | 30/06/2010

Ah là, mon cher Ulysse, vous me ramenez à de bien beaux souvenirs !
Lorsque j'ai visité Aigues-Mortes pour la première fois (il y a plus de quarante ans, eh oui !), j'en suis immédiatement tombée amoureuse, et mon époux pareil. Nous étions cordonniers à l'époque et nous aurions bien aimé nous installer là dans ces murs, ces ruelles, ces ateliers de rêve et ces maisons de poupées, hélas ce projet était hors de nos moyens... nous sommes allés nous installer en Ardèche... mais je retourne volontiers à Aigues-Mortes, et j'y retrouve intacts, chaque fois, cette émotion, cette sensation particulière, cette attirance, presque cet envoûtement, que l'on y ressent quand on laisse les murs nous susurrer à l'oreille leurs histoires sacrées...
Merci Ulysse, une fois de plus, pour le très beau voyage, dans les lieux et dans les souvenirs... merci mille fois !
Amitié
@+ michelle

Écrit par : michelle | 01/07/2010

Pour ma part il me suffit de voir une seule de ces pierres gravées ou non et aussitôt j'ai une pensée pour ces bâtisseurs inconnus.

Écrit par : bernard | 01/07/2010

Les commentaires sont fermés.