suivi de mon blog
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

03/07/2010

A Rouet, on accède au paradis par les escaliers….

 

DSC05893.JPG

Je vivais jusqu’à ces derniers jours dans l’insouciance, jouissant sans retenue des menus plaisirs de l’existence, qualifiés par les « Saintes Ecritures » de péchés véniels de la gourmandise et de l’intempérance. Razzias de desserts et festins de chocolat noir, généreuses rasades de jus de vitis vinifera, balades oculaires dans les décolletés féminins (ah ! que de doux vertiges !) constituaient ainsi mon ordinaire, sans tourmenter mon sommeil.

Mais voilà que l’autre matin, attendant mon tour chez mon arracheur de dents, je m’emparai d’une édition des Confessions de Saint Augustin qui traînait curieusement sur la table au milieu des magazines de W.C (Gala , Voici, Point de Vue, Paris Match, et autres titres de la presse laxative) et tombai au hasard sur un passage qui me désespéra :

« L’homme » disait ce saint, qui fut d’abord, rappelons le, un pochtron et un mécréant « ne peut, tant qu'il est dans la chair, éviter tout péché, du moins les péchés légers. Mais ces péchés que nous disons légers, ne les tiens pas pour anodins : si tu les tiens pour anodins quand tu les pèses, tremble quand tu les comptes. Nombre d'objets légers font une grande masse ; nombre de gouttes emplissent un fleuve ; nombre de grains font un monceau. Quelle est alors notre espérance ? »  Aucune, semblait être sa conclusion !

A la lecture de ces paroles péremptoires le ciel, si je puis dire, m’est tombé sur la tête. Je compris que si je ne faisais pas pénitence et ne renonçais pas à ces doux plaisirs de l’existence j’étais cuit au sens propre et figuré, car j’étais condamné à rejoindre au jugement dernier la rôtissoire de Lucifer

C’est donc l’âme au fond de mes chaussettes (lieu guère agréable pour une chose aussi délicate) que je décidai d’aller me changer les idées du côté de Notre Dame de Londres, modeste et beau village doté d’un étonnant château féodal remanié à la renaissance.

 

 

DSC05888.JPG

L’harmonie et la sérénité de la place centrale du village, ornée d’un platane multiséculaire, m’apporta un peu de réconfort. Basta, me dis-je, si je ne peux plus goûter aux délices solides et liquides du monde, au moins puis je en contempler sa beauté. Mais les privations à venir étaient malgré tout, pour utiliser un oxymore, dures à avaler, car si la beauté nourrit l’esprit, elle ne remplit pas un estomac, surtout aussi vaste que le mien !

 

 

DSC05916.JPG

Prenant alors hagard et au hasard un chemin s’engageant dans les garrigues de la commune du Rouet, j’aperçus au loin la chapelle Saint Etienne de Gabriac, joyau de pierre émergeant des frondaisons de chênes verts couvrant le plateau calcaire, prolongeant celui de l’Hortus.

Je me dirigeai alors vers cet édifice sacré en me disant que trouverai sans doute en ce lieu spirituel une ambiance propice à apaiser mes tourments.

 

 

DSC05948.JPG

Mais la chapelle était fermée et entourée d’herbes folles qui prouvaient qu’elle n’était plus fréquentée. Il faut dire que vu l’état désastreux du monde, Dieu malgré son omnipotence, ne peut pas être partout et l’Eglise préfère assurer des permanences dans les endroits les plus courus comme Notre Dame de Paris ou Lourdes où elle recueille le maximum d’oboles. Il faut dire qu’avec l’augmentation du coût de l’essence la « papamobile » lui coûte de plus en plus cher et on voit mal les vieux barbons qu’elle choisit pour papes marcher comme le faisait Jésus.

 

 

 

DSC05908.JPG

Le cimetière semblait également abandonné et les ornements de certaines tombes qui étaient de travers donnaient le sentiment qu’elles avaient basculées quand leurs locataires lassés de ne pas avoir de visite avaient quitté les lieux. C’est ainsi que naissent les fantômes et si vous ne voulez pas en avoir chez vous, honorez vos morts !

 

 

DSC05907.JPG

Je quittai donc ce lieu l’âme en peine et empruntai un chemin menant vers le Pic Saint Loup espérant que l’effort de la marche secrèterait dans mon organisme assez de dopamine, de noradrélaline et de sérotonine pour me remonter le moral, ne pouvant plus, pour ce faire, avoir recours au jus de Vitis Vinifera !

 

 

 

DSC05921.JPG

A ma grande surprise, le chemin me conduisit vers un escalier menant au sommet du plateau semblant avoir été taillé pour des géants.

 

 

DSC05928.JPG

Parvenu au sommet , je contemplai admiratif la face nord du Pic Saint Loup me faisant face et oubliai un instant le champ de larmes qu’était devenu mon existence. Soudain, comme cette antique bergère qui eut ses heures de gloire et de tourment , j’entendis des voix ……

 

 

DSC05932.JPG

Je me retournai, mais ne vis personne….je levais alors les yeux vers les nuages qui me frôlaient le crâne car les voix venaient de là-haut ! J'étais tombé par hasard sur l'endroit du ciel où est localisé le paradis !

J’entendis alors clairement une voix dire « Il est excellent ce café, mon cher Pierre, ça me change du jus de chaussette de notre adorable Marie. Avec du chocolat noir , c’est délicieux ! Comment te l’es-tu procuré ? »

Une autre voix répondit alors « Mon cher Yahvé, j’ai un peu triché car j’ai appelé avant l’heure ce cher Georges, VRP de Racket-Espresso et lui ai fait comprendre qu’il pourrait retourner sur terre s’il me laissait la cafetière et les capsules qu'il venait d'acheter»

« Bien joué Pierrot » lui répondit Yahvé « Quand il n’y en aura plus, n’hésite pas à recommencer. Au fait, as-tu vu passer hier ces jolies randonneuses avec leur mini shorts ? Quel délicieux spectacle, je suis assez fier des mes créatures ! »

A ce moment là, je reçus sur la tête l’enveloppe froissée d’une tablette de chocolat noir, comme quoi les détritus que l’on trouve sur les chemins ne sont pas tous jetés par des randonneurs ! Il faut dire que Yavhé est excusable car vu comment les hommes traitent la planète qu'il leur à confiée, il n'a aucune raison de se gêner !

 

 

DSC05950.JPG

Je tirai de cette conversation céleste de quoi me remonter le moral : En effet, il apparaissait que Yahvé lui même se livrait sans vergogne au péché de gourmandise et n’était pas indifférent, en tout bien tout honneur, aux charmes féminins. Saint Augustin et ses malheureux lecteurs s’étaient donc inutilement privés des douceurs de l’existence. Je m’empressai alors d’aller faire une petite sieste au pied d’un chêne vert jouxtant une vigne et dormir du sommeil de l’innocent et du juste

 

 

DSC05977.JPG

Quand on y réfléchit, l’attitude de Yahvé n’apparaît pas surprenante car son fils n’est-il pas venu sur terre pour nous dire que le jus de Vitis Vinifera était son sang et qu’il fallait donc en boire.

D’ailleurs cette plante par sa capacité à transformer l’eau de pluie et la substance des sols les plus ingrats en un nectar ayant une variété d’arômes infinie est véritablement divine. C’est un des rares miracles que je suis prêt à admettre. Ceux qui en interdisent la consommation sont des hérétiques !

 

 

DSC05986.JPG

Il y a sur cette terre des hommes mal embouchés qui oeuvrent pour en faire une vallée des larmes et qui nous content des balivernes . Ils font ainsi de la chair l’instrument du démon, ils nous assurent que nous devons enfanter dans la douleur, gagner notre pain à la sueur de notre front, jeûner et faire pénitence, être abstinent et soumis, nous prosterner, et appliquer des principes obscurantistes.

Ce ne sont rien que des propos absurdes, alors que celui dont ils se réclament nous a parlé de pardon, d’amour de tolérance et a multiplié le vin, les pains et les poissons quand ceux qui le suivaient avaient la dalle ….. le chocolat noir n’existait pas hélas à cette époque là !

Ne laissons pas les paroles péremptoires et fumeuses des ayatollahs de tout poil qui ont peur des femmes, de l’amour et de la vie entraver nos existences. Vivons, buvons, jouissons, aimons nous les uns les autres et pas que platoniquement ! Que nos vies soient des ponts lancés vers les autres, vers le monde et jetons nos mesquineries, nos haines rancies et nos jalousies dans les rivières qui coulent en dessous....


Texte & Photos Ulysse

 

Commentaires

Quelle joie,
au 10 Juillet.

En passant et très vite:
"Où le péché abonde, la grâce surabonde."

Écrit par : michel, à franquevaux. | 03/07/2010

Vos succulants jeux de mots mettent KO les maux fondés sur la frustation et la privation. Oui, la vie est trop courte pour faire abstraction des plaisirs d'autant que le chocolat J'adooore !

Écrit par : PLANET TAKA-YAKA | 03/07/2010

A la fin de la lecture de ta note, j'ai eu un grand sourire pour ajouter : AMEN

Écrit par : ginette | 03/07/2010

Et voilà la vie, la vie la vie, ha ha, et voilà la vie que tous les moines font. Bravooo Ulysse!!!

Écrit par : lutinbleu | 03/07/2010

J'ai suivi; mais à pied, et sous cette chaleur, je suis épuisé (lol) Superbe texte et superbes mots.

Écrit par : AKELA | 03/07/2010

Du chocolat ? et noir!!Miammmmmm, c'est pas autorisé aux chats ? si si j'adore!
Bon, génial ton reportage surtout qu'au ROUET j'y étais la semaine dernière,
et le Saint Loup, mais au moins tu as complétée ma promenade et c'est superbe, dommage que
je n'ai pas eût le temps d'aller voir autour ! MERCI Ulysse ! MIAOUUUUUUUUU!!!!!!!!!!!!!!!

Écrit par : Mistigris | 03/07/2010

Encore une belle promenade, mais as-tu fais le détour par le Château de Viviourès, qui se trouve à côté, de là, la vue est magnifique et c'est aussi un régal pour les chaussures et mollets.
bon WE

Écrit par : jacques | 03/07/2010

Que c'est bon de sourire ! Merci

Écrit par : Claudine | 03/07/2010

bonsoir mon cher ami Ulysse,

pas de "sex on the beach" pour moi ...
je te souhaite un agréable dimanche,
profite bien du soleil : il va chauffer encore demain

bien amicalement

Laurent

Écrit par : laurent - mon journal de bord | 03/07/2010

toujours un plaisir de paasser dans tes mots
sans tes pas

Écrit par : jeanne | 04/07/2010

Loin de nous les sires de la triste figure, vive la vie, l'amour et le bon vin (raisonnablement) si Yahvé qui a toute l'éternité nous a créés à son image fait preuve de gourmandise, alors nous qui ne sommes ici que de passage, profitons du chocolat, du soleil de la pluie, des beaux paysages qu'il nous a donnés afin de créer tel "Dieu le Père" notre vie !

Écrit par : la hulotte | 04/07/2010

Merci pour ce photo reportage interéssant, Ulysse.

Je vous souhaite un bon dimanche.

Écrit par : olivia | 04/07/2010

Chouette voyage et le récit trés intéressant ,un petit faible pour la photo de la petite place avec le platane ,jolie !
Merci et bon dimanche .
Thérése .

Écrit par : un peu de tout | 04/07/2010

Il fait une chaleur telle que les tablettes de chocolat fondent avant qu'on ait eu le temps de les ouvrir aussi je pars me réfugier sur les cimes pyrénéennes pour trois jours....mais avant de partir je viens vous saluer chères lectrices et chers lecteurs

Michel je ne sais si la grâce surabonde maisj'aimerai bien m'en faire livrer un petit stock !

Geneviève je constate que vaste est le club des amateurs de chocolat....

Ginette plutôt qu'amen je te dis à bientôt...

Lutin bleu les producteurs de camembert et de vin de bourgogne savent ce qu'ils font quand ils mettent des moines sur leurs étiquettes !

Akela tu as mérité un verre de rosé bien frais à me suivre ...allez j'irai même jusqu'à deux !

Mistigris tes moustaches t'ont trahie elles sont tachées de chocolat !

Jacques pour sur que je connais le chateau de Viviourès superbe belvédère sur le Pic saint Loup je vois que nous suivons les mêmes chemins !

Claudine on ne sourit jamais assez....et j'espère que chez moi il n'y aura jamais de rupture de stock

Laurent demain je serai au frais sur les sommets !

Jeanne tes mots font aussi de beaux chemins

La hulotte voilà une profession de foi que toutes celles et tous ceux qui passent par ici doivent à mon avis approuver

Merci Ollivia et Thérèse pour vos mots d'encouragement

Belle soirée à toutes et à tous

Écrit par : ulysse | 04/07/2010

De bien belles paroles Ulysse ou vous savez faire la différence entre ce qui est à boire et à manger ce qui est à croire et ce qui ne l'est pas ; en résumé vous savez faire la bonne part des choses et votre conclusion me convient absolument foi de Sainte Monique mère de Saint Augustin!!!

Écrit par : monique | 04/07/2010

J'adore... ceci dit, en fervente quoique athée lectrice de Saint Augustin, j'affirme que cet homme qui adorait sa femme et l'amour écrivit dans ces mêmes confessions à propos des plaisirs de la chair ( tant cela lui fut difficile de quitter ceux de ce monde pour devenir un saint) " Seigneur, éloignez de moi cette tentation... mais s'il vous plait, pas tout de suite!"
Cela le rend plus sympa ;o)) Merci encore du beau reportage gouleyant et gouteux!

Écrit par : Viviane | 05/07/2010

diaboliquement drôle cette plume trempée dans les "rôtissoires" d'un enfer ... paradisiaque pour continuer avec les oxymores !

Écrit par : colette | 05/07/2010

j'aime tes belles photos et ton récit plein d'humour et j'apprécie la conclusion....cueillons, cueillons les douceurs de chaque jour sans excès certes mais avec délices!

Écrit par : gazou | 06/07/2010

Sur les photos 7,8,9, notamment, quel ciel, et quelle lumière ! Les anges ont parlé, semble-t-il.

Écrit par : amira | 06/07/2010

Il faudra bientôt ériger une nouvelle chapelle, pour Saint Ulysse du Caroux....
Je veux bien, et avec plaisir, faire partie des bâtisseurs.
Les photos sont gravées, et partiront demain.
Bonne soirée ami Ulysse.

Écrit par : marc | 06/07/2010

Je constate avec plaisir chères lectrices et lecteurs que vous n'avez pas craint de me suivre jusqu'au paradis ....

Monique vous savez aussi faire la bonne part des choses et je pense que vous faites partie de ces personnes dont les croyances et les engagements sont toujours ornés d'un sourire ! Fuyons ceux qui se prennent au sérieux !

Viviane voilà un trait de St Augustin que je ne connaissais pas et qui me le rend encore plus sympathique

Colette merci pour ce bel oxymore

Gazou oui il faut tout faire avec tempérance en se permettant parfois quelques excès !

Amira oui les anges parlent et boivent et rient et s'aiment ...

Marc une chapelle c'est excessif , un simple caveau......rempli de divin breuvage suffira ! Merci pour l'envoi des photos

Belle journée d'été à toutes et à tous

Écrit par : ulysse | 07/07/2010

Ulysse, je ne sais pas d'ou vous êtes mais vous feriez un bon adhérent à l'Atelier Osons de Brignon qui cette année présentait un spectacle sur les sept péchés capitaux à partir des textes écrits par ses adhérents. Vous devriez les rejoindre, d'autant que les pauvres manquent d'homme. Si ça vous fait tilt, je vous dirai à qui vous adresser.

Écrit par : marjolaine | 08/07/2010

Bonjour Marjolaine et bienvenue sur mon blog. Je suis honoré de votre proposition mais j'habite le sud de l'Hérault, donc assez loin de Brignon ce qui rend impossible une coopération avec cet atelier. Merci néanmoins de me l'avoir proposé

Écrit par : ulysse | 08/07/2010

Tant pis, mais je sens bien que vous auriez été un bon élément. Ou allons -nous trouver u gardois qui s'intéresse à autre chose que les taureaux et les crocodiles ?

Écrit par : Marjolaine | 08/07/2010

Une note pleine de sagesse et de réjouissance... une note sur les plaisirs de la vie... et une chute qui me réjouit...
Un ciel n°9 insolite et de toute beauté

Bel été monsieur Ulysse

Écrit par : Maria-D | 09/07/2010

Oh là là, Ulysse, la solitude ne te convient guère !
je ne reconnais point là mon compagnon de naguère.
Il est temps, vieux mécréant, de reprendre nos randos
lourdement chargés de nos sac à dos,
contenant quelques sublimes vins d'Oc
ou quelquefois de vieux Médoc !

Écrit par : Gibus | 09/07/2010

Et comme l'on dit chez moi il a "fresette", ou bien il a la "frésille", l'orthographe n'est pas garantie, il est sept heure moins dix, ne tardez pas trop cher Ulysse , je ne suis là que jusqu'à neuf heure ce matin.

Écrit par : michel, à franquevaux. | 10/07/2010

Maria je suis heureux que mon ciel vous plaise moi qui aime nager dans vos océans....

Ami Gibus tu es parti à l'aventure,
Frotter les semelles de tes chaussures,
Sur les flancs du Toubkal,
Condamné à l'eau minérale.
Comment veux tu que je garde l'esprit sain,
Quand mon compagnon "es vin",
Me laisse ainsi en tête à tête
Avec magnums, bouteilles et "fillettes" !

PS je précise par précaution que "la fillette" est une demi-bouteille en pays de Loire où je suis né .

Michel qu'est ce donc qu'une frésette ou une frésille ?

Écrit par : ulysse | 10/07/2010

Que de photos sublimes qui nous font planer.....
et tes récits laissent nos esprits "tous azimuts" vagabonder....
Quant au chocolat Suisse dont nous avions découvert les délices,
je te soupçonne fort cher Ulysse,
d'en avoir consommé tant et plus,
certainement un lot laissé par notre ami Gibus !(lol)
Un très bel été à tous !!!
Amitiés !

Écrit par : Eric | 13/07/2010

Bonjour Eric merci pour ce chaleureux morceau de poésie et pour les photos que Gibus vient de me remettre (il était parti 3 semaines au Maroc)

Je te souhaite également un bel été avec je l'espère à la clé quelques belle randonnées

Amitiés à dispenser également à ton entourage

Écrit par : ulysse | 14/07/2010

Merci pour cette très belle ballade.

Écrit par : Al | 17/07/2010

Bienvenue Al sur mon blog et merci pour le commentaire

Écrit par : ulysse | 17/07/2010

ton texte est excellent comme d'hab ... mais les photos là me ravissent, pour moi, c'est le paradis tout simplement : vieilles pierres, ciel bleu, fleurs, nuages, arbres ..
et je commence à en avoir mare de ces gens qui sans arrêt parle de la vie mécréante de Saint Augustin, de celle aussi mécréante de C. de Foucault, de François d'Assise, mais non de non, pour être un saint, il est nécessaire d'être un vivant, un bon vivant ...

bonnes vacances et j'attends tes nouvelles photos ...

Écrit par : andrée | 23/07/2010

Les commentaires sont fermés.