suivi de mon blog
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

02/10/2010

Périple en Andorre : 1) La collada de Ferrerols

 

DSC08182.JPG

Celles et ceux qui me suivent fidèlement pourraient s’étonner de me voir retourner en Andorre et fielleusement susurrer que mon sac à dos était rempli de « noisettes » à mettre à l’abri en prévision des années de vaches maigres et des tours de vis fiscaux qui menacent notre beau royaume. Que nenni , car étant du genre « bête au jardin » plutôt que « bête en cour » je n’ai (hélas) rien à cacher de ma fortune à notre grande (par la taille) argentière Christine !

Je n’y suis pas allé non plus parce que c’est le pays du « petit prince » vu que ce prince là n’a rien de celui de Saint Exupéry, mais est plutôt du genre exaspérant, n’en déplaise à Carla qui commet pourtant rarement des fautes de goût, but nobody’s perfect ! Non je suis retourné en Andorre parce que ce pays, à la beauté sans fard, le vaut bien !

Pour qui vient des plaines de l’Hérault, royaume du bris à brac urbanistique et des mur de cairons bruts, le choc esthétique est saisissant. Mise à part la verrue commercialo-touristique du Pas de la Casse où se précipitent les cars de gaulois tabagiques qui se lavent les dents au pastis, les vallées sont constellées de villes harmonieuses aux édifices en pierres de taille dont chaque fenêtre est ornée d’un géranium.

Au dessus des toits surgit la montagne omniprésente qui vous invite à la marche. Marcher, c’est donc ce que nous sommes venus faire en ce pays et si ça vous tente, sortez vos chaussures du placard et garnissez votre sac à dos et suivez nous : en avant marche !

Bon, ce qui est sûr, c'est qu'il ne faut pas être un lève tard pour nous suivre. On part dès les premières lueurs de l’aube alors que le soleil émerge à peine au dessus des cimes et ne pénètre pas encore les sous-bois. Mais c’est aussi bien, car en ce pays les pentes en tous lieux sont raides et la fraîcheur stimule notre énergie.

 

 

DSC08193.JPG

Quand nous émergeons du sous-bois la lune n’a pas encore regagné ses quartiers diurnes et traîne au dessus des cimes. Elle a dû pendant la nuit s’assoupir et heurter un sommet car elle est ébréchée, mais elle a heureusement une capacité illimitée à se régénérer comme la salamandre céleste dont elle est un œuf.

 

DSC08220.JPG

Nous cheminons bientôt dans un champ d’or. Deux univers climatiques ainsi souvent se font face en montagne : l’ubac, ou versant nord, ombreux, humide et frais que colonisent les arbres, et l’adret, ou versant sud, ensoleillé et plus sec, domaine des pâturages où s’épanouissent fleurs et graminées.

 

DSC08165.JPG

Un nuage ariégeois tente vainement de franchir la frontière, mais les vents andorrans veillent et le refoulent pour notre plus grand bonheur. L’année dernière nous avions subi quelques averses andorranes et je peux vous assurer que l’eau andorrane mouille autant que l’eau française !

 

DSC08171.JPG

Soudain, nous entendons stupéfaits un barrissement ! Nous balayons alors les alentours du regard et voyons surgir des fourrés avoisinants un éléphant d’âge canonique ! Nous pensons tout d’abord qu’il s’agit d’un descendant de l’un des éléphants qu’Hannibal, venu d’Espagne emmena avec lui pour conquérir Rome . Mais à la morgue méprisante qu’il affiche nous devinons vite que nous avons affaire à "Fafa" l'un des éléphants du PS.  On distingue les éléphants du PS de ceux d'Afrique au fait qu'ils raffolent du caviar qui est beaucoup moins cher en Andorre.

 

DSC08236.JPG

Ignorant Fafa et ses  « tromperies », nous progressons vers la Serrat de la Platat dont l’ascension doit nous conduire au col de Ferrerols (2553m) . La montagne, à condition qu’on la respecte, est la meilleure école pour prendre confiance en soi. Elle déploie devant vous ses sommets qui sont autant de défis à votre volonté. Quand vous en êtes au pied vous n’imaginez de pouvoir les gravir et pourtant vous découvrez qu’en mettant un pied devant l’autre avec constance vous y parvenez. Cela vous prendra, certes, plus ou moins de temps, mais ce qui compte n’est pas tant  la performance que  d’atteindre votre objectif.

 

DSC08252.JPG

Outre la découverte de panoramas somptueux , vous cueillez alors au sommet quelques brins de fierté excellents pour le moral et votre énergie intérieure, le « chi », conditions nécessaires à une vie sereine et harmonieuse. C’est pour cela que les chaussures de randonnée devraient être remboursées par la sécurité sociale. Mais on préfère nous gaver aux anti-dépresseurs qui nous rendent dépendants du lobby médical et des laboratoires.

 

DSC08258.JPG

Nous approchons du sommet de la Serrat de la Platat et nous évoluons dans un environnement essentiellement minéral où le règne végétal se limite à quelques touffes d’herbe et de rares arbrisseaux qui témoignent des conditions climatiques extrêmes qui règnent en ces hauts lieux.

 

DSC08262.JPG

Parvenus à la Collada de Ferrerols nous apercevons un paysage quasi lunaire qui nous fait prendre conscience de la fragilité du monde vivant qui a réussit à coloniser certains endroits de la terre. Si nous poursuivons notre développement de façon aussi irresponsable que nous l’avons fait au cours des deux cents dernières années, nous courrons le risque de voir ce type de paysage recouvrir l’ensemble de la planète. C’en sera alors fini du petit vin blanc que l’on boit à l’ombre des tonnelles avec Mod ération ( ce n’est pas vraiment ma copine, mais la L.A.O nous impose systématiquement sa présence !)

 

DSC08261.JPG

Au fond du cirque montagneux quasi désertique l’œil noir du lac de l’Estanyo nous contemple et nous invite à venir nous y rafraîchir.

 

DSC08286.JPG

Mais avant de jouir des délices d’une baignade dans ses eaux cristallines, il nous faut descendre le flanc abrupt de la serra de Coma Obaga qui impose une vigilance de tous les instants. Autre leçon que la montagne nous dispense gracieusement : se concentrer sur ce que l’on accomplit et veiller à la cohérence de sa pensée et de ses gestes si l'on ne veut pas finir comme ce bon vieux "Jauni" les bras en croix dans la poussière.

D’ailleurs, si les montagnards comme les marins sont rarement bavards (sauf les montagnards catalans, mais j'en parlerai un autre jour !) , c’est que la montagne comme la mer bannit les gestes et les mots inutiles. Les bateleurs des médias qui radotent et répètent en boucle des pseudo informations sur des "pipole" aussi importants qu'un pet de puce feraient bien de courir les montagnes plutôt que les lieux dits branchés.

 

DSC08299.JPG

Suprême récompense, nous nous immergeons voluptueusement dans l’eau du lac de Estanyo. L’échelle du plaisir variant considérablement d’un individu à un autre, je ne suis pas sûr que vous auriez toutes et tous utilisé ce terme « voluptueux », vu que la température de l’eau était proche de celle que certains versent avec parcimonie dans leur pastis.Notez que dans ce cas Parcimonie, qui est la soeur jumelle de Modération, m’est plutôt sympathique.

Mais pour nous, avaleurs de névés et renifleurs de blizzards, voluptueux était cet instant. C’est comme ça d’ailleurs que nous savons que nous vieillissons : à trente ans pour nous la volupté était d'être en bonne compagnie sous une couette, aujourd’hui elle est de se baigner entre amis dans un lac de montagne.

 

 

DSC08309.JPG

Il ne nous reste plus ensuite qu’à suivre le fil d’ariane du chemin qui redescend vers la vallée, les sommets que nous avons côtoyés reprenant peu à peu leur masse imposante et nous renvoyant à notre statut de fourmis besogneuses.

 

 

DSC08319.JPG

Mais à la différence des fourmis qui consacrent leur courte existence à un labeur incessant sans jamais prendre conscience de la beauté du monde, nous ouvrons grand nos yeux, notre cœur et notre âme pour nous emplir, nous nourrir des somptueux paysages qui s’offrent à nous. Et la question se pose  alors à nous : pourquoi tant de mesquinerie, tant d’injustices , tant de violence et tant de mauvais vins dans ce monde si beau…..

 

A suivre…


Texte & Photos Ulysse

Commentaires

Super, je suis la première !!! Trés jolis souvenirs, vivement la suite ! Bisous à vous deux.

Écrit par : chris | 02/10/2010

Après tous ces merveilleux périples, je me demande combien ça peut faire de kilomètres dans les mollets ?
Bravo !

Écrit par : PLANET TAKA-YAKA | 02/10/2010

Qu'est-ce-que je fais ? Je lis ton article ou je pars au boulot ?...C'est qu'il a l'air long..Il vaut mieux que je revienne le lire tranquillement ce soir, tu n'es pas de mon avis ?....15 heures...quoiqu'il paraît qu'il y a encore des manifs...On ne va encore pas voir un client, des retraités pour beaucoup, qui auront peur de se faire traiter de sales nantis par des travailleurs en colère et affolés de devoir travailler jusqu'à 80 ans au lieu de se balader et de rapporter de belles images à des lecteurs avides de sensations fortes...Au fait, as-tu + de retraités que de travailleurs ? Bon, je me sauve avant de me faire lyncher...(ah, ah !)

Écrit par : Juliette03 | 02/10/2010

très contente de te savoir à nouveau parmi nous avec un esprit toujours aussi caustique et spirituel ..
et je me pose la même question que toi : pourquoi tout ça, alors que le monde "gratuit" est beau merveilleux ...
drôle comme je préfère ces petits bouts de blogs aux potins des pages d'accueil de yahoo et autres
très bon dimanche

Écrit par : andrée | 02/10/2010

la conclusion de cette note et des images qui en découlent serait donc : tous à vos chaussures de randonnée, approchons nous de la nature, dépassement et volupté.
remarque que j'ai employé le conditionnel car s'il y de nombreux appelés, il n'y a que quelques volontaires toutefois à te lire ils vont devenir de plus en plus nombreux...
.

Écrit par : ginette | 03/10/2010

Bonjour Ulysse, merci pour cette nouvelle promenade
(pour moi devant l'ordinateur)
J'aimerai savoir...
jamais :
- d'ampoules ?
- de crampes ?
- de rhumes ?
- de mauvaise humeur ?

Écrit par : Arécol | 03/10/2010

Ce "Chi" et ces paysages reçus dans le jour levé font du bien à l'âme et au cœur !
Merci pour ces mots ici et chez moi

Écrit par : colette | 03/10/2010

le bonheur est dans cette montagne Ulysse, ce qui serit aussi le boneur de mes frères et de mes belles soeurs qui sont des vrais passionnés des randonnées en monragne.ils sont même allés en hymmalaya .bonne journée .

Écrit par : dominique. | 03/10/2010

Bonjour cher(e)s ami(e)s blogonautes je m'en viens papoter avec vous autour d'un bon café :

Salut Chris et Jo, me voilà de retour, j'espère que nous allons bientôt pouvoir reprendre nos randos

Geneviève j'estime que je parcours environ 2000km par an, ce qui correspond à la durée de vie d'une paire de chaussures de randonnée

Juju je ne vais pas te conseiller de donner la préférence à mon blog par rapport à ton travail car je ne tiens pas à avoir un jour la visite de ton cher et tendre. Quant à l'âge de mes lectrices et lecteurs je dirais qu'ils sont tous jeunes d'esprit puisqu'ils aiment, comme moi, la nature

Arécol je vais te surprendre mais je n'ai jamais d'ampoules (mais j'ai de vrais sabots de cheval) pas de crampes ( mais parfois quelques raideurs) plus de rhumes (grâce aux bains dans l'eau glacée des torrents) Quant à la mauvaise humeur je la réserve aux quelques emmerdeurs que l'on croise inévitablement dans l'existence.

Colette le "chi" à notre insu nous relie

Dominique salue tes frères et belles soeurs de ma part , ces heureux confrères "es" sentiers !

Beau dimanche à toutes et à tous

Écrit par : ulysse | 03/10/2010

Quel plaisir de lire cette note ! comme j'aurais aimé la baignade, c'est divin :) merci pour ce bon moment.
bon dimanche à vous (je viens de chez Michel...)

Écrit par : if6 | 03/10/2010

combien l'eau ?

bien lebonjour ulysse

Écrit par : pierrot le zygo | 03/10/2010

L'Andorre est un petit pays mais un immense paradis.

Écrit par : bernard | 03/10/2010

C'est très juste cette réflexion sur la montagne!
Lameilleure école pour prendre confiance en soi et aussi ce qui compte n'est pas tant la preformance que d'atteindre votre objectif;J'adhère totalement.
Amicalement
Marcelle

Écrit par : Pâques | 03/10/2010

Quelle épopée encore mon cher Ulysse !
Si vous saviez comme j'aime pouvoir me promener grâce à vous dans ces coins où je ne risquerais pas de mettre un seul pied !
Ces temps-ci je me cantonne dans ma maisonnette, avec une petite visite quotidienne à la veille dame plus haut dans la calade, et encore, en prenant moultes précautions, un sac en bandoulière pour n'avoir rien dans les mains, et ainsi pouvoir m'appuyer de l'une sur ma canne tout en me cramponnant de l'autre aux quelques aspérités que je trouve, le dos est en capilotade, les douleurs coupent le souffle et les jambes se dérobent. Y a des jours. C'est la crise. Depuis qu'on nous bassine avec la crise, j'ai bien le droit de m'en faire une petite aussi, non ?
Et tout passe, alors ça passera ! Avec un bon moral comme moteur, l'optimisme peut prendre le gouvernail !
Merci pour ces photos magnifiques une fois encore, merci pour vos récits qui nous font vivre tout ça comme si l'on y était, et merci merci pour "la volupté de cette baignade dans ce lac de montagne"... Vous nous gâtez très cher Ulysse !
Bonne fin de dimanche !
Bises
@+ michelle

Écrit par : michelle | 03/10/2010

Ah Ulysse, que de souvenirs ton texte fait ressurgir de notre mémoire !!
les Pyrénées Andorranes nous semblent lointaines, car depuis, nous avons gravis d'autres cimes, dont tes écrits et photos raviront prochainement tes lectrices et lecteurs.
Une précision; température de l'eau dans l'Estany de l'Estanyo : 12 cm à l'entrée et 3 cm en sortie de l'eau, selon le temps de baignade !! eh oui !(la volupté ne se mesure pas en degrés Celsius), mais en température, il y a pire ....stop; je n'en dis pas plus, vous le découvrirez très probablement dans un prochain récit de mon confrère Ulysse !

Écrit par : Gibus | 03/10/2010

Comme je suis une lève-tard, je ne vous accompagnerai pas un jour dans vos randonnées..Encore moins dans l'eau des lacs de montagne..N'auriez-vous pas été dans une autre vie, moines bouddhistes... pour supporter des températures aussi fraîches ?
ps : je n'ai pas bien compris ce que voulait dire Gibus : qu'est-ce-qui faisait 12 cm en entrant dans l'eau et 3 cm en sortant....Vos maillots de bain qui avaient rétréci ?

Bien jolie balade..Je commence de plus en plus à me demander si je ne devrais pas choisir la montagne comme lieu de vacances au lieu de la mer...Qui dit Ulysse, que tu ne vas pas créer des vocations, faire des émules, économiser des sous à la sécu...

Écrit par : juju | 04/10/2010

bonjour mon ami Ulysse,

tu es de retour?? plaisir de te retrouver!

merci pour la balade, et pour ces belles photos, il y a une éternité que je n'ai pas été à Andorre, il est clair que marcher dans les vallées doit être un vrai plaisir !

je te souhaite une agréable semaine,

bien amicalement,

Laurent

Écrit par : laurent | 04/10/2010

j'aime tes voyages ulysse
tu arrives en me faire sentir l'odeur du petit matin
perlé de rosée
la coueur du soleilqui sort de loin
merci

Écrit par : jeanne | 04/10/2010

Michelle je constate que si vous n'avez plus bon pied vous avez toujours bon moral et savez garder le sens de l'humour...je suis heureux que mes récits vous apportent un peu de dépaysement

Gibus s'il est vrai que la température des lacs de montagne peut se mesurer en centimètres, on peut l'apprécier également en décilitres "d'anti-gel" consommés...

Juliette tu joues les candides pour mieux te faire préciser les choses...mais je n'en dirai pas plus ! Quant à partir en vacances en montagne je t'invite vivement à y aller tu ne seras pas déçue !

Laurent si tu retournes en Andorre visite la région d'Ordino et d'El Serrat : c'est magnifique !

Jeanne n'oublions pas le bleu du cielet des lacs de montagne qui t'est si cher !

Belle journée à toutes et à tous

Écrit par : ulysse | 04/10/2010

Belle région aride, je n'en connais hélas que la rue principale de la ville d'Andorre la vieille, ayant attendu là pendant une semaine avec le bras cassé que ma petite famille descende chaque soir des pistes. Mauvais souvenir en vérité... Mais ton reportage donne envie d'en parcourir d'autres facettes...

Écrit par : Viviane | 05/10/2010

bonjour l' Andorre paradis des randonneurs ...nous y allons chaque année fin juin ...et nous nosu régalons de belels rando..ls Pessons..TRistina...le val de Ribes etc.. BONNE JOURNEE YVETTE DU SUD

Écrit par : YVETTE | 06/10/2010

Viviane l'Andorre mérite véritablement que tu leur fasses une nouvelle visite...

Bienvenue Yvette sur mon blog et bienvenue au fan club des randonneurs qui apprécient l'Andorre

Écrit par : ulysse | 07/10/2010

Ah... volupté quand tu nous tiens... quel que soit notre âge tu nous offres
joie et bonheur ! même si c'est dans l'eau glacée d'un lac que tu te caches... coquine !

Écrit par : françoise | 07/10/2010

Les commentaires sont fermés.