suivi de mon blog
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

22/10/2014

Heures propices dans la montagne de Rosis (Reprise d'archive)

 

DSC00853.JPG

C‘était un de ces jours de félicité dont on voudrait que jamais ils ne finissent et qui ravivent dans notre mémoire quelques vers du poème « le lac »  écrit par le grand Alphonse dans lesquels il s’épanche sur la fuite inexorable du temps :

 

 Ainsi, toujours poussés vers de nouveaux rivages,

Dans la nuit éternelle emportés sans retour,

Ne pourrons-nous jamais sur l'océan des âges

Jeter l'ancre un seul jour:

………

" Ô temps ! suspends ton vol, et vous, heures propices,

Suspendez votre cours :

Laissez-nous savourer les rapides délices

Des plus beaux de nos jours !

 

Oui vraiment, j’aurais aimé que ce jour là, où je suis parti avec des amis baguenauder sur la montagne de Rosis, le temps suspende son vol .

 

DSC00849.JPG

Imaginez, tout d’abord, un chemin en pente douce couvert de feuilles mortes chuintant avec douceur sous nos pas, tandis que les dernières feuilles accrochées aux branches réfléchissent et diffusent les rayons couleur de miel d’un soleil automnal.

 

 

DSC00841.JPG

Puis soudain de terribles grognements se font entendre qui nous clouent sur place et font se dresser nos cheveux sur la tête (sauf moi qui suis chauve, bien évidemment). De derrière un énorme châtaignier surgit alors le monstrueux sanglier qu’Héraclès (l’Hercule des romains), dans le cadre des travaux d’intérêt public auxquels il a été condamné pour avoir tué ses enfants (on était indulgent à l’époque), a piégé et ligoté sur les pentes de l’Erymanthe pour le ramener à Eurysthée, roi de Thyranthe. Ce fabuleux animal a dû profiter de l’inattention de ses gardes pour s’évader et se réfugier dans notre région où les chasseurs sont d’inoffensifs tartarins qui passent leur temps à banqueter et à courir après leurs chiens perdus. Mais le sanglier n’ayant pas oublié sa capture par Héraclès préfère, en nous voyant, prendre la poudre d’escampette, ce qui n’est pas pour nous déplaire.

 

 

DSC00842.JPG

Pour nous remettre de nos frayeurs, nous restons quelques instants au pied de l’énorme châtaignier derrière lequel le sanglier s’était caché et celui-ci en profite pour nous ouvrir son cœur (aux sens propre et figuré comme l’illustre la photo !)  :

 « Bien malheureux nous sommes, moi et mon peuple, autrefois choyés par les hommes qui nous appelaient arbres à pain et se nourrissaient de nos fruits, ainsi que leur bétail. Mais aujourd’hui les humains nous ont abandonnés et délaissent nos délicieuses châtaignes pour s’empoisonner chez Maquedo. Faute de soins, le chancre et l’encre, deux terribles maladies, nous déciment et si vous n’y prenez garde notre espèce disparaîtra bientôt de la surface de la terre. Malheur alors à vous le jour où vos terres exploitées à outrance et saturées de pesticides seront devenues stériles, nous ne serons plus là pour nourrir vos ventres affamés »

Emus par sa confession, nous l’entourons de nos bras réunis et l’assurons de toute notre affection. Mais que peuvent faire quelques humains pour empêcher le monde d’aller au suicide quand nos dirigeants n’arrivent pas à s’entendre pour restreindre la boulimie dévastatrice de nos économies ?

Vraiment, un jour de félicité pour nous, vous étonnerez vous ! Après avoir été effrayé par un monstre et entendu la confession désespérée d’un vieux châtaignier, comment peut-on se réjouir !

 Le constat apparaît , en effet paradoxal, mais outre le ravissement que procure le spectacle de la nature, la plénitude de la vie ne s’éprouve-t-elle pas justement au travers d’ émotions comme la peur, la tristesse, la compassion, qui aiguisent notre sensibilité, ouvre notre esprit et nous permettent d’enrichir notre vision et compréhension du monde.

 

 

DSC00850.JPG

La marche est, à cet égard,  une source intarissable  d’émerveillements et de méditations. Ainsi ces deux feuilles  quasi-mortes protégées des vents et qui s’accrochent encore quand toutes leur congénères sont tombées attirent notre attention. Nous aussi cherchons à retarder le plus longtemps possible l’heure fatale usant parfois d’artifices. Mais n’est ce pas le caractère éphémère de notre  existence qui lui donne du sens ?

 

 

DSC00832.JPG

Nous approchons du col de la Serre de Majous ou pointe la dent minérale du Portail de Roquendouire. Les nuages poussés par le vent prennent garde à ne pas s’y accrocher.

 

 

DSC00872.JPG

Nous parvenons enfin au col et laissons derrière nous « le portail » pour nous diriger vers le hameau en ruine de Caissenols. Nous mettons nos pas dans ceux de milliers d’hommes et de femmes qui ont emprunté ce chemin au cours des siècles le cœur lourd ou joyeux, l’esprit serein ou préoccupé. Quelque chose d’indicible subsiste de leur passage qui  tisse un fil invisible entre eux et nous.

 

 

DSC00879.JPG

Vous qui  suivez fidèlement nos périples, vous avez sans aucun doute noté que j’ai une prédilection pour les cairns, ces mini phares de la montagne qui permettent en cas de neige ou de brouillard ou dans des zones essentiellement minérales de ne pas perdre le fil du chemin. Cette tradition doit remonter aux premiers temps de l’homme quand les chasseurs les édifiaient  dans une nature alors vierge pour retrouver le chemin de leur abri. Par ailleurs, le cairn a l’énorme avantage sur son substitut moderne, le GPS, de ne pas nécessiter de batterie  et d'être insensible aux intempéries !

 

 

DSC00888.JPG

L’un de mes autres sujets de prédilection en matière de photographies sont les vieilles masures. Chacune d’elles est une leçon de vie qui illustre la détermination et le savoir faire des hommes qui les ont édifiées mais qui nous rappelle aussi que toute oeuvre humaine est éphémère et nous invite donc à jouir du moment qui passe. Et ne croyons pas, orgueilleux que nous sommes, que nos gratte-ciels de 800 mètres de haut échapperont à la destruction !

 

 

DSC00908.JPG

N’oublions pas non plus de prêter attention aux arbres, les seuls êtres vivants  dont la beauté et la vigueur croissent en vieillissant. On les croit immobiles, mais ils sont engagés dans un lent voyage vers le ciel et la lumière qui leur fait prendre parfois d’extravagantes poses et leur donnent l’apparence d’étranges danseurs figés par un sortilège !

 

 

DSC00911.JPG

Leur parure, qui l’été passé absorbait goulûment les rayons du soleil, est tombée à terre qu’elle recouvre d’un dais ocre dont la substance contribuera à la formation de nouvelles feuilles. La nature est bien faite qui pourvoit ainsi à leur nourriture alors que les animaux (dont nous sommes, et certains plus que d’autres !) grâce à leur mobilité peuvent aller en tous lieux la quérir. Mais cette mobilité n’est pas forcément un avantage si, comme le disait le vieux châtaigner, c’est pour aller chez Maquedo !

 

 

DSC00927.JPG

Soudain le ciel s’obscurcit, un énorme nuage engloutit le soleil plus vite que mon petit fils Romain avale une fraise tagada. Un spectacle féerique s’ensuit qui nous laisse sans voix et mon mulot sans mots….D’ailleurs c’est aussi bien car les mots sont parfois incapables de décrire ce qui est …

 

 

DSC00922.JPG

 Le nuage prend possession de la quasi totalité du ciel où ne subsiste plus qu’un halo de lumière dans lequel se dresse la  vigoureuse silhouette d’un vieux châtaignier. Jour de félicité, vous avais je annoncé ! Oui c’en était un, vraiment, si riche du spectacle constamment renouvelé de la nature et des traces que l’homme y a laissées du temps où ils vivaient tous deux en bonne entente. Alors viennent sur mes lèvres, de nouveau, ces quelques vers :

 

" Ô temps ! suspends ton vol, et vous, heures propices,

Suspendez votre cours :

Laissez-nous savourer les rapides délices

Des plus beaux de nos jours !

 

Et si vous avez envie d'un intermède musical je vous convie à vous rendre sur mon blog musical OLD NUT pour écouter ma nouvelle chanson "Les Doudous et les Blessures"

Cliquez :

ICI

Texte (sauf poème ) & photos Ulysse

 

Commentaires

bonjour mon ami Ulysse,

parfois je me dis qu'au lieu de lire, je ferai mieux d'aller randonner comme tu le fais!
Je verrai de beaux paysages,
bravo pour tes 2 dernières photos, on se croirait dans un autre monde!

bon vendredi et bonne fin de semaine,

bien amicalement,

Laurent

Écrit par : laurent - mon journal de bord | 17/12/2010

C'est super ! Bonnes fêtes Ulysse et à l'an qué vin

Écrit par : La Calmette | 17/12/2010

sur le raDO du temps qui reste

( petite variation sur "l'Ô TEMPS" en game diatonique)



Sur le raDO du temps qui reste

J’aimeRÉ voguer sans souci

MI-sérieux et MI-burlesque

FAvoriser la belle vie

Le SOL se dérobe à la fin

Chez tous les hommes de Pouvoir

Qui abusent et rendent serviles

les simples gens



LA vie c’est au contraire

Le don l’échange l’imaginaire

Avec la liberté de prendre ou de laisser

C’est ainSI que je recopie sur la partition des ESSAIS

cette note dernière :

"J’ai été si épargnant à promettre

que je pense avoir plus tenu

que promis ni dû "

Écrit par : jjd | 17/12/2010

Ulysse, absolument féérique tes images de ce ciel annonciateur... de bonheur, je suis sûre.

Un billet comme je les aime.

Merci de ton dernier commentaire si intéressant.

Bon week-end

Écrit par : alba | 17/12/2010

Quelle belle balade ! les bouleaux sont superbes, mais en hiver, ils sont magiques de joie et de splendeur.
J'ai un besoin urgent d'aide aujourd'hui sur mon blog, svp !
http://createrres.over-blog.com

Écrit par : ♫ Aude Terrienne | 17/12/2010

Extra ton aide, j'étais sûre que les amis d'Akela avaient de l'humour!
Bien sûr, un conseil extraordinaire se tiendra entre les membres de la famille chargés du menu et de dresser la table pour voter selon les propositions, moi je me contente de cuisiner ;-). Quand le vote démocratique (!)aura eu lieu, j'espère que ton idée sera retenue !!!
Bonnes fêtes si tu fêtes la fin de l'année, c'est pas une obligation...
MERCI !
:0010:

Écrit par : ♫ Aude Terrienne | 17/12/2010

je ne sais pas si ce sont mes yeux qui s'éveillent, mais tes photos sont quasi toutes de petits chefs d'oeuvre. Est ce la blanc de par ici qui me fait admirer les couleurs de la nature ? Je ne sais pas mais c'est un bon moment que je viens de passer.
Très bonne fin de semaine

Écrit par : andrée | 17/12/2010

Les textes d'Ulysse sont des poèmes à eux seuls. L'écrit et la beauté des photos nous entraînent près de vous sur ces chemins de randonnées, dans les traces de vos pas.
Bon week-end.

Écrit par : PLANET TAKA-YAKA | 17/12/2010

Et c'est encore plus beaux en vrai, je vous l'assure !MERCI Ulysse, tes photos sont trés belles et les écrits aussi. Bonne fin de semaine; MIAOUUUUUUUU!!!!!!!!!!!!!

Écrit par : Mistigris | 17/12/2010

Belle promenade romantique et belles pensées philosophiques existentielles à travers images, textes et poèmes. Comme les feuilles rouillées qui s'accrochent à la vie, nous avons tous envie de voir perdurer ces moments de pur bonheur, ils ont de plus le pouvoir de soustraire un instant les moments plus austères de l'existence, pour savourer le moment présent. J'ai mis l'accent sur votre image de ces deux petites feuilles qui s'accrochent, je la trouve très belle et encore plus belle en ce qu'elle m'inspire. Quel délice de se promener à vos côtés et de vous écouter.
(J'ai aussi un petit fils qui s'appelle Romain;-)

Écrit par : monique | 17/12/2010

j'aime ta façon de voir les choses immobiles du monde
vous avez dit immobiles ?

j'aime ces marches dans ces lieux de silence
où les seuls bruits sont ceux du monde

Écrit par : jeanne | 18/12/2010

Bonjour Ulysse,

Chez Jeanne, ton commentaire m'a attirée :)

Et je suis maintenant sous le charme de cette balade que tu racontes merveilleusement. Tout me plaît. Ta prose délicieuse, les photos somptueuses. Elles sont toutes très belles. Les dernières avec ce nuage dévorant! Mais aussi celle aux deux feuilles! Dans celle-là , j'y vois un tableau à l'huile. Comme j'aurais aimé l'avoir faite! Le choix des poèmes est la cerise sur le gâteau.
Instants de plaisir total! Merci pour ce partage. Je reviendrai découvrir le reste plus tard

Bonne journée :)
Martine

Écrit par : Martine | 18/12/2010

Laurent tu as raison de lire car cela nourrit notre imaginaire mais c'est sympa aussi de se balader car la nature a aussi beaucoup à nous apprendre !

Jack j'aime bien l'occitan quand il parle de "vin"....

Merci jjd pour votre sympathique contribution poético-musicale

Alba les nuages permettent à la vie de prospérer...chérissons les !

Aude terrestre bienvenue sur mon blog .Une petite correction ce sont des fayards (hêtres ) et non des bouleaux qui ne se plaisent pas trop chez nous car il y fait trop chaud et trop sec l'été !

Andrée je suis heureux de t'avoir apporter quelques couleurs

Geneviève c'est la nature qui est poétique je ne suis que son scribe !

Mistigris tu as raison rien ne remplace jamais l'original !

Monique j'aime aussi particulièrement ces feuilles esseulées qui symbolisent la fragilité mais aussi la détermination de la vie. Les "Romains" sont d'adorables coquins !

Jeanne sous l'immobilité il y a souvent un grand chambardement !

Martine bienvenue sur mon blog Pourquoi ne pas faire un tableau à partir de ces feuilles?Seriez vous tentée ?

Beau week-end à toutes et à tous

Écrit par : ulysse | 18/12/2010

quel magnifique cadeau de fin d'année, tu vois maintenant je ne trouve plus de mots , mais d'autres blogueurs en trouvent de super et je me joins à eux.

Écrit par : ginette | 18/12/2010

Pour les yeux et l'esprit
merci Ulysse

Écrit par : Arécol | 18/12/2010

c'est vrai la marche nous permet de nous émerveiller et de nous étonner sans cesse...J'aime bien ces deux feuilles mortes qui s'accrochent et refusent de tomber avec les autres...C'est toujours un bonheur de se promener avec toi !

Écrit par : gazou | 18/12/2010

Magnifique... jadore ta philosophie de vie: faire feu de tous bois sans détruire la forêt, vivre de l'énergie renouvelable des cairns, une batterie personnelle inépuisable (sourire) et cette amitié pour les pierres et les arbres qui m'atteint, chaque fois.

C'est beau cette photo d'arbres au tronc clair sur sol rougi, très très beau... Presque un tableau.

Écrit par : Viviane | 18/12/2010

Encore une fois que du bonheur!
J'ai ri aussi (les cheveux dressés sur la tête)...
De la philosophie, j'aime bien ta réflexion sur la plénitude de la vie, et puis j'ai aimé particulièrement la photo avec les deux feuilles, splendide!!
Ah! j'ai moi aussi un petit Romain, 9 ans :-)
Merci Ulysse pour cette belle balade.
Marcelle

Écrit par : Pâques | 18/12/2010

Eh oui Ulysse, ce fut encore une superbe ballade au travers des forêts de châtaigners.
Comme tu le cites si bien, ces arbres ont une bien triste fin.
Dire qu'il eut suffit que leurs fruits fussent plus sucrés, pour fermenter en un breuvage divin, et tout autre aurait été leur destin !!
J'admire autant que toi, les cairns artistiques qui jalonnent notre chemin et guident nos pas.
C'est autrement plus respectueux de la nature que les barils usagés qui balisent les pistes du hoggar !!

Écrit par : Gibus | 20/12/2010

L'avantage de te lire régulièrement, c'est qu'on anticipe maintenant tes pensées...Avant d'avoir vu tes écrits sur l'arbre sanglier, mon imagination avait aussi anticipé...Je ne vois plus les arbres comme des choses inertes, mais, ressemblant à des êtres humains et ayant aussi un cerveau...
Tu as raison pour les châtaigniers..Ils se meurent...C'est la 1ere année que ma mère ne me donne pas de châtaignes...Elle n'est pas allée en ramasser...Nous ne daignons plus les consommer...Mes enfants ne veulent pas les arranger...Il n'y a que moi qui en mange....
J'adore aussi prendre en photo les vieilles masures (pourquoi je dis vieille ?..Une masure est en générale vieille)....Ce me fait mal de penser que des gens se sont "saignés aux 4 veines" pour les construire ou les acheter....La nature reprend ses droits très vite...
Au fond, nous ressemblons à ces vieilles pierres...Nous disparaîtrons aussi vite qu'elles....Que dis-je ! : 100 fois plus vite, 1000 fois plus vite....

Écrit par : juju | 21/12/2010

Magnifique offrande que tu nous fais partager et que la Nature et les arbres et les pierres et les cairns etc ... nous donnent sans compter ( mais à conter) quand, comme toi, on sait les VOIR et les ENTENDRE !
De Lamartine au Maquedo, des photos aux mots c'est un article de très grand cru "Ulysse" !

Viendras-tu "chez moi" poser Un mot pour mon jeu d'écriture ?

Écrit par : colette | 21/12/2010

Ginette peu importe que tu n'aies plus de mots car tu parles avec tes pinceaux !

Arécol merci d'être passée ici

Gazou depuis l'age de 18 mois je marche et je ne suis pas près j'espère de m'arrêter !

Viviane oui aimons les arbres et les pierres ces êtres inoffensifs mais un peu taquins parfois quand un caillou se glisse dans une chaussure

Pâques cette photo des deux feuilles a ému beaucoup de visiteurs , elle est effectivement tout un symbole de la fragilité et de la ténacité de la vie

Gibus on pourrait peut être essayer de distiller du jus de châtaigne ?

Juju on ne dira plus bientôt c'est la fin des haricots mais c'est la fin des châtaignes !

Colette le langage des pierres et des arbres s'apprend avec le coeur il est donc accessible à tout le monde

Belle journée à toutes et à tous

Écrit par : ulysse | 21/12/2010

Quels mots puis-je vous offrir pour clore cette année et accueillir la nouvelle ?

Choisissez Ulysse ceux qui résonnent pour vous, vous qui savez si bien les manier !

Allez, je vous embrasse et à un de ces jours ...

Écrit par : Mikèt | 21/12/2010

Mikèt merci pour votre chaleureuse proposition : souhaitez moi pour 2011 un bouquet de belles randonnées à partager avec mes fidèles lectrices et lecteurs et moi je vous souhaite....ce qui vous est le plus cher !

Écrit par : ulysse | 21/12/2010

Ulysse,

j'ai retrouvé avec beaucoup de plaisir ces beaux paysages que nous avons arpentés ensembles. C'est à chaque fois un ravissement, et nous sommes tellement bien, entre amis, que cela rajoute encore plein de choses. Je t'embrasse, ainsi que Monique, et vous souhaite de trés bonnes fêtes, si l'on ne se revoit pas avant.

Écrit par : chris | 21/12/2010

Chris cela a été un vrai plaisir et vivement que le beau temps revienne pour reprendre nos périples...Nous vous souhaitons également d'excellentes fêtes

Écrit par : ulysse | 21/12/2010

Oh !! Ulysse

J'adore te lire.

Tu as une façon de décrire le monde,la nature,ce que tu vois,d'une façon terrible.
Terrible,par la narration.C'est interessant,plaisant et sans le savoir,que de souvenirs tu éveilles quelque fois.

Désolée,moi,je n'ai que ma main et mon pinceau....Disons que c'est autre chose.

Je te mets en lien,ainsi,je viendrais te voir plus souvent.

A bientot et bonne soirée.Aimée

Écrit par : Aimée | 23/12/2010

Aimée ce que j'écris je le ressens en me baladant dans ce merveilleux et méconnu pays qu'est le Languedoc ...les pinceaux que tu manies te êrmettent de recréer le monde faisant naître d'autres émotions

Écrit par : ulysse | 23/12/2010

Merveilleuse randonnée avec de belles photos. La nature a ceci de particulier, nous offrir de belles images et gratuitement, une denrée rare par les temps qui courent.

Écrit par : Bernard | 24/12/2010

Combien de plaisirs,combien de joies,combien de jouissances partagées à la lecture de vos commentaires.
Encore aurai-je le priviége de vous lire,mais aussi de partager les émotions que la Nature nous offrent,y compris le nectar de ses terroirs ainsi que les baignades dans les lacs glaciéres....
Ps: les "Fayards" ne se plaisent pas aussi en terrain calcaire.
En tout cas ,BONNES FETES à tous y compris les lecteurs de ce blog.

Écrit par : PIERRE-BEZIERS | 25/12/2010

Bienvenue Pierre Béziers sur mon blog et merci pour votre chaleureux commentaire, nous sommes nombreux autour de ce blog à partager le bonheur d'être dans la nature Je vous souhaite de Joyeuses fêtes

Écrit par : ulysse | 25/12/2010

Ah ce ciel ... waouuuuh ! que ce c'est beau. C'était aussi mérité, l'effort de la grimpette récompensé.
Mais la suite ? je vous imagine ... trempés jusqu'aux os ! lol !
Merci pour cet article que je me souviens avec vu et lu mais pas commenté ... j'étais encore toute timide en ces temps-là, débutante sur le net ! Mais vite, je file, ma fille aînée habitant Lourdes va bientôt arriver en gare d'Amiens ...
Gros bisous
AnnickAmiens

Écrit par : AnnickAmiens | 22/10/2014

Bonjour Ulysse. Enfin, un nouvel article. Même si c'est un plat réchauffé, ça fait plaisir. Et puis, la nature ne change pas...enfin, presque pas.
Tu plaignais les châtaigniers, tu avais raison. Il y a quelques jours, avec mon mari, nous sommes partis à leurs recherches dans la Montagne Bourbonnaise (oui, là même où la station de ski est à vendre, la Loge des Gardes, allez, je mets le nom des fois que vous ayez envie d'y randonner ou d'acheter la station, c'est si désert qu'un peu de pub ne peut que leur faire du bien) mais, point de châtaignes, que des marrons. Même que mon mari croyait que je ne savais pas faire la différence entre ces 2 arbres. Nous sommes de très mauvais randonneurs, car, point de champignons non plus, mis à part des mauvais.
ps : ah, ah, je rigole en lisant le commentaire d'Annick d'Amiens. Je me souviens qu'au tout début, moi-aussi, je ne commentais point, mais, depuis, mes doigts se sont déliés, et, comme une pie bavarde, quand je commence, on ne peut plus m'arrêter.
A bientôt pour un article plus chaud, car, j'ai lu le com de l'ami Gibus sur ton précédent article. Il m'a fait saliver. Lui-aussi attend la suite de vos aventures avec impatience, pourtant aventures partagées de concert. Tu sais si bien broder tout ça.

Écrit par : juliette | 22/10/2014

Beau le tronc de ce châtaigner derrière lequel le sanglier ouvre son cœur.
Bon Cremerdi apm Ulysse

Écrit par : H-IL | 22/10/2014

Bonjour cher Ulysse, quel magnifique billet comme toujours, c'est tellement bon de vous lire et d'admirer vos merveilleuses photos, merci pour ce beau moment, moment de partage et de douceur dans cette magnifique Nature qui ne cesse de nous émerveillée! Bise et bonne journée dans la tendresse!

Écrit par : Maria-lina | 22/10/2014

Bonsoir Ulysse, j'apprécie beaucoup ce billet, qui à l'époque, je ne connaissais pas encore.
C'est merveilleux de lire tes belles randonnées avec ton ami et les photos sont magnifiques. J'imagine que l'on doit bien se sentir sur ses belles montagnes, libre de tout.
Belle soirée et beau week-end.

Écrit par : Denise | 23/10/2014

ANNICK non le ciel ne nous est pas tombé sur la tête, mais il faut dire que les anciens dieux ceux qui savaient rire et danser que nous vénérons nous ont à la bonne .

Juju la brodeuse que je suis a perdu son aiguille et avec la vue qui baisse ça va pas être facile de la retrouver. Il y a des moments comme ça ou on a l'impression de radoter, il faut alors attendre que ça passe et que le jus revienne et je pense qu'un jour il reviendra

HIL comme quoi les sangliers sont des êtres sensibles

Maria-Lina c'est bon aussi de courir les montagnes

Denise je dirais que sans la montagne la vie aurait moins d'attrait

Écrit par : Ulysse | 23/10/2014

Ah Ulysse! Quel conteur remarquable!
J'adore te suivre dans tes balades sans jamais me lasser
Et tes photos si belles! Celle avec les troncs et la feuille rousse est un bijou
Bravo pour le tout
Passe une douce journée
Martine

Écrit par : Martine | 24/10/2014

la photo du ciel extra .que l'endroit est sympa mais pour moi en compagnie peur du silence grrr ,vendredissime

Écrit par : la griffe du loup | 24/10/2014

je craque pour l'avant dernière, grandiose
les cairns, un partage silencieux anonyme de passion

Écrit par : FreeB | 24/10/2014

de très belles photos qui se regardent toujours avec beaucoup de plaisir. Bonne soirée

Écrit par : durgalola | 24/10/2014

Martine on parle bien de ce que l'on aime

La Griffe du loup let pourtant le silence est d'or dit on !!

Andrée parfois la chance sourit au photographe ...

Écrit par : Ulysse | 25/10/2014

J'ai encore passé un bon moment dans ces montagnes. Rien n'échappe à ton oeil sagace et c'est ce qui rend la balade heureuse et confortable.
Merci pour ce bon moment automnal

Écrit par : Framboise à Pornic | 25/10/2014

Tu as raison de nous redonner à lire de si beaux articles si bien contés et pleins d'odes à la belle nature et à ses merveilles.
Je ne te connaissais pas à l'époque et j'apprécie ces escapades sous un ciel divin et des arbres façonnés par le temps.
Le temps qui passe n'a pas de prise sur tes billets.

Écrit par : Maïté/Aliénor | 25/10/2014

Magnifique balade une fois encore et si bien accompagnée par Lamartine ! comme quoi dans la nature, la belle nature, les poèmes prennent tout leur sens quoi que ce soit ce qu'on contemple, ce qu'on prend le temps de contempler ! bon dimanche !

Écrit par : Colette | 25/10/2014

Framboise la marche développe le sens de l'observation

Maïté mais le temps qui passe a hélas prise sur moi

Colette je pense que ce cher Alphonse aurait aimé la balade...

Écrit par : Ulysse | 25/10/2014

Heureux l'homme qui sait apprécier avec ferveur ce que la NATURE lui offre !...
C'est à chaque fois un Bonheur de te lire ; merci à toi :)

Écrit par : chris H | 26/10/2014

Encore une fabuleuse rando cher poète! :-))
Les deux dernières photos sont à damner un saint. :-)))

Bises Ulysse

Écrit par : Gaya Nature | 27/10/2014

Ulysse, je me vois très bien dans tes deux derniers nuages.

Écrit par : bernard | 27/10/2014

Chris heureux surtout l'homme qui peut en profiter

Caroline le ciel était effectivement fabuleux ce soir là

Bernard moi aussi je t' y vois

Écrit par : Ulysse | 27/10/2014

Les commentaires sont fermés.