suivi de mon blog
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

30/01/2011

Dans Arles où sont les Alyscamps ...(suite et fin)

Reprise d'archive
http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC06906.2.JPG



On ne peut parler d'Arles ou la visiter sans évoquer la mémoire de Frédéric Mistral (1830-1914) cet écrivain provençal fondateur en 1854 de « Lou Félibrige » association littéraire ayant vocation à assurer la défense des cultures régionales traditionnelles et la sauvegarde de la langue d'Oc. Après avoir reçu le prix nobel de littérature en 1904, il fonda à Arles le "Museon Arlaten" consacré à l'art de vivre dans l'ancienne Provence et contenant des collections représentatives des arts, de l'ethnologie et de l'histoire du pays d'Arles.

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC06913.JPG


Sa statue trône sur la place du forum où Van Gogh, qui vécut à Arles de février 1888 à mai 1889, a peint son magnifique tableau intitulé « Terrasse du café le soir » qui montre une terrasse de café illuminée sous un somptueux ciel étoilé.

Que vous soyez ou non croyant, il faut aller visiter l'église St Trophime située au coeur de la vieille ville et dont le portail est l'un des chefs-d'oeuvre de l'école romane provençale de la fin du XIIème siècle ainsi que son cloitre. Saint-Trophime, premier évêque d'Arles, aurait été un des sept missionnaires envoyés par Rome pour évangéliser la Gaule, sous le règne de l'empereur Dèce. Il serait arrivé à Arles en 46

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC06916.JPG



On découvre au centre du tympan le Christ qui, d'après les commentaires officiels, bénit l'assistance les deux doigts levés en tenant l'évangile sur ses genoux. Il est entouré des symboles des quatre évangélistes : l'aigle de Saint jean, le lion de St Marc, le boeuf de St Luc et l'ange de St Mathieu.


Quant à moi, qui suis un parfait mécréant, j'ai plutôt l'impression que ce pauvre Jésus semble nous dire « arrêtez un peu vos âneries et vos querelles de chiffonniers et faites un effort pour vous entendre car je ne reviendrai pas une seconde fois pour vous épargner les colères de mon père qui risque un jour de perdre patience et de vous  envoyer tous rôtir dans les chaudrons de Lucifer ! »

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC06838.JPG



Bien évidemment quand on va à Arles une visite s'impose aux Alyscamps immortalisés par les vers de Jean Paul Toulet (1867- 1920) :


Dans Arles, où sont les Alyscamps

Quand l'ombre est rouge, sous les roses,

Et clair le temps,

Prends garde à la douceur des choses,

Lorsque tu sens battre sans cause

Ton coeur trop lourd,

Et que se taisent les colombes:

Parle tout bas si c'est d'amour,

Au bord des tombes.



Le nom de ce « cimetière » étonnant vient d'Alysii campi (c'est-à-dire les champs Elysées, la voie qui conduisait au royaume des morts les guerriers valeureux)Son implantation remonte à l'antiquité, les cimetierres étaient à l'époque toujours construits à l'extérieur des cités le long des grands axes routiers afin que l'on puisse en permanence rendre hommage aux morts.

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC06843.JPG



A Arles dès le début de l'empire les sarcophages et les mausolées s'égrenèrent au bord de la via Aurelia, pratique qui s'est ensuite perpétuée à l'époque chrétienne avec l'installation de la sépulture des premiers évêques d'Arles entourée par des milliers de tombes pressées sur plusieurs rangs


Cette sépulture est devenue en 1040 un prieuré sous le nom de Saint Honorat qui fut lui même au XIIème siècle transformé en église de style roman couronnée par une splendide tour lanterne octogonale.

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC06853.JPG


Devenue une étape obligée du pélerinage de Saint jacques de Compostelle, son charme romantique a attiré de nombreux artistes, dont Gauguin et Van Gogh qui y posèrent leurs chevalets.

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC06847.JPG



Pour conclure en beauté une visite d'Arles il faut faire pédibus jambus un pélerinage à l'un des sites les plus pittoresques également immortalisé par Van Gogh : il s'agit du pont basculant « Réginel » situé sur le canal d'Arles à Port le Bouc

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC06924.2.JPG



Vincent Van gogh lui a donné le nom de pont Langlois qui était le nom de celui chargé d'actionner le pont, il l'a peint car il lui rappelait son pays natal la Hollande. Certes à l'époque ce site avec ses lavandières et sa voiture à cheval avait plus d'allure qu'aujourd'hui !

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC06922.JPG



Si vous aimez ce peintre vous pouvez également visiter à Arles sa chambre reconstituée telle qu'il l'a peinte, aller faire un tour à la magnifique Fondation Van Gogh et suivre un cheminement piétonnier dans la ville comportant une dizaine de haltes où figurent des reproductions d'oeuvres qu'il a peintes (voir le circuit au SI)

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC06790.JPG



C'est avec regret que nous quittons cette cité si vivante où le cheminement dans ses ruelles nous fait franchir les siècles et où rode l'ombre tourmentée de Vincent Van Gogh.

 

PS: Je suis absent quelques jours et prendrait connaissance de vos commentaires à mon retour. je vous remercie de votre visite

Texte & Photos Ulysse

24/01/2011

Dans Arles où sont les Alyscamps....(première partie)

Reprise d'archive
 
http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC06790.JPG


Qui n'a pas entendu parler d'Arles, ou du moins de ses Arlésiennes, celles que l'on attend toujours et que l'on ne voit jamais ! Mais peut être n'avez vous pas encore visité cette ville provençale très animée, et si c'est le cas je vous invite à la faire "fissa", d'une part pour les merveilles architecturales de l'époque romaine et du haut moyen age qu'elle recèle et d'autre part, pour l'accueil chaleureux de ses habitants.


http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/thau_124.jpg



Les Arlésiens, ont hérité de leurs ancêtres romains une stature impressionnante digne d'Hercule. Ils sont certes un peu peu exhibitionnistes mais sont aussi forts affables

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC06770.JPG



Quant aux Arlésiennes, elles ont le tempérament ombrageux et impudique des filles du sud, mais n'allez pas croire pour autant qu'elles soient complaisantes !


C'est d'ailleurs la beauté des Arlésiennes qui conduisit à la colonisation de la région dès le 6ème siècle avant J.C par les Grecs puis par les Romains. Arles devint sous le règne de César (50avant J.C) un grand port fluvial et maritime, puis préfecture des Gaules sous le règne d'Auguste. On vient d'ailleurs de retrouver dans le rhône une magnifique collection d'oeuvres d'art de l'époque romaine dont un exceptionnel buste de César qui étaient transportés par une péniche qui a fait naufrage

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC06771.JPG



Rendons nous tout d'abord au théatre antique en franchissant la tour de Roland aménagée au moyen age dans l'une des travées de l'enceinte extérieure

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC06776.JPG



Ce théatre (en cours de restauration) était l'un des plus importants du 1er siècle avant J.C. Il conserve deux superbes colonnes de marbre qui se dressent orgueilleusement vers le ciel, ultime défi de Rome à travers le temps aux barbares qui ont mis fin à son règne.


http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC06806.JPG



Quelques blocs de pierre sculptés subsistent qui donnent une idée de la richesse des décorations qui ornaient le fronton du théatre. Ces pierres témoignent d'une époque où le souci  de la beauté imprégnait l'ensemble des oeuvres humaines qu'elles fussent grandioses ou modestes.


Aujourd'hui dans tous les domaines la notion d'utilité l'a emporté sur l'esthétique ou le sens moral et l'homme lui même est devenu « jetable » et mis au rebut dès que l'on considère qu'il n'est plus à même de servir aux besoins des entreprises.

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC06809.JPG


En pénétrant plus au coeur de la ville, on voit soudain se dresser les impressionnantes arcades des arênes (amphitéatre) construites par Vespasien (75 après JC) et qui peuvent contenir 20.000 spectateurs

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC06890.JPG



On y donne aujourd'hui des corridas qui ne déparrent pas des spectacles sanguinolents organisés par les romains. Ainsi est l'homme, capable d'édifier des oeuvres grandioses pour y commettre des massacres. Mais peut être qu'en assistant dans le confort d'un fauteuil à des scènes de mise à mort, les spectateurs exorcisent-ils la terreur que leur inspire la perspective de leur propre mort

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC06884.JPG


Il faut arpenter les galeries qui font sur plusieurs niveaux le tour des arênes pour apprécier la magnificence et la prouesse architecturale que représente l'édifice. Les galeries situées au niveau de la scène centrale semblent encore retentir des rugissements des lions et des clameurs des gladiateurs qui s'y affrontaient

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC06876.JPG


Plus paisibles étaient les thermes de Constantin construits vers le IVème siècle en bordure du Rhône où, chaque après midi, toute la population, les femmes d'abord, les hommes ensuite, allaient au sauna, puis se plongeaient dans des bains chauds, tièdes et froids avant de conclure par un massage.

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC06825.2.JPG



Les différentes pièces et piscines étaient chauffées par de l'air chaud circulant sous le plancher dans des conduits en briques. Ce sens de la propreté s'est hélas perdu en occident avec la chute de l'empire Romain et il a fallu l'invention de la savonnette Cadum en 1907 par l'américain Michaël Winburn pour redonner aux Gaulois, qui se lavaient juste le gosier avec de la cervoise, le goût de l'eau !

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC06902.2.JPG


Et les Alyscamps me direz vous ? Ils sont comme les Arlésiennes vous en parlez et on ne les voit pas ! Patience mes cher(e) ami(e)s , nous irons les visiter lors de la prochaine note....

A SUIVRE....

 

PS : je suis absent quelques jours et prendrai connaissance de vos commentaires à mon retour . Merci de votre visite

Texte & photos Ulysse

06/01/2011

Sur les pas de Cézanne à Bibémus…

 

DSC01253.JPG

 

Je vous invite dans les anciennes carrières de Bibémus pour y mettre vos pas dans ceux de Paul Cézanne (1839-1906), considéré comme le père de la peinture moderne. Cézanne, issu du milieu de la bourgeoisie d’Aix en Provence, a failli être banquier comme son papa. Dieu merci pour l’Art et pour nous, après bien des hésitations et malgré son échec au concours d’entrée à l’école des Beaux-Arts de Paris, il choisit la carrière de peintre. Grâce à son ami Zola, qu’il a connu au collège et qui le soutient moralement et financièrement, il rencontre Bazille, Renoir, Monet, Sisley puis Manet.

Autodidacte son style n’a rien à voir avec celui de ses amis  impressionnistes, mais il partage toutefois avec eux le désir de la nouveauté et la révolte contre les normes académiques. Influencé au début par Delacroix et par Courbet et ne peignant qu’en atelier, il va progressivement trouver  son propre style grâce à Pissaro qui va l’inviter en 1872 à venir travailler avec lui à Pontoise, où il  découvre la peinture en plein air. Mais pendant les années 1870 les tableaux qu’il présente aux expositions impressionnistes sont très mal reçus par le public et la critique.


DSC01335.JPG

 

 

Meurtri Cézanne prend au début des années 1880 ses distances avec ses amis, sauf Pissaro, Renoir et Monet avec lesquels il garde quelques contacts et renonce à présenter ses tableaux à Paris. Il travaille dorénavant de plus en plus souvent et longuement en Provence à Aix où il se donne notamment comme objectif « de tenter de percer le secret de la montagne Saint Victoire » cette montagne hautement symbolique pour les gens de la région.

A l’occasion de ses excursions pour aller peindre cette montagne mythique, il découvre le site des anciennes carrières de Bibémus où il loue un cabanon afin d’y entreposer son matériel de peinture et ses toiles.

 

DSC01276.JPG

 

 

Le jour où j'ai voulu mettre mes pas dans ceux de Cézanne, il neigeait à gros flocons  à Bibémus conférant à ce lieu  une atmosphère éminemment « impressionniste ».

 

DSC01330.JPG

 

Mais cette averse fut de courte durée et ce site extraordinaire se révéla bientôt à mes yeux étonnés. Rien que son origine, déjà fait rêver, puisqu’il est né d’une mer qui s’était installée en ces lieux il y a un peu moins de dix millions d’années et qui a laissé derrière elle des dépôts sédimentaires auxquels l’oxydation a donné une magnifique couleur orangée.

 

DSC01265.JPG

La roche de Bibémus est une molasse d’assez médiocre qualité qui comporte des fissures et des poches de sable. Elle est de surcroît poreuse et le nom de Bibémus vient probablement du latin  « bibere » qui veut dire « boire »

 

 

 

DSC01285.JPG

 

Exploitée depuis l’antiquité, cette molasse a aussi été utilisée en raison de sa belle couleur et de la proximité des carrières pour construire de nombreux bâtiments d’Aix en Provence au XVIIème et au XVIIIème siècle. Mais sa friabilité a fait qu’on l’a ensuite abandonnée au profit de la pierre de Rognes plus solide.

 

DSC01297.JPG

 

Les carrières sont alors retournées à l’état sauvage et leur aspect romantique a séduit Cézanne qui y trouvait une ambiance propice à son inspiration.

 

 

DSC01397.JPG

 

 

Il y loua un cabanon pour y déposer son matériel et où il venait se reposer et même y passer des nuits car il aimait se promener et peindre dans les anciennes carrières.

 

DSC01358.JPG

 

Il y invitait son ami le sculpteur Philippe Solari qui a sculpté quelques pierres sur le site. On comprend que Cézanne aimait venir séjourner en ce lieu qui condense toute la beauté et la singularité de la Provence.

 

DSC01309.JPG

 

En déambulant entre les falaises ocres que reconquiert peu à peu la végétation, on se croit revenu aux premiers matins du monde.

 

DSC01315.JPG

 

La densité de la végétation d’où sourdent de suaves essences aromatiques et l’intensité de la couleur de la roche exacerbent nos sens et nous donnent envie de suivre l’exemple de Cézanne et de tenter de restituer l’âme de cet univers avec un pinceau.

 

DSC01389.JPG

 

A l’endroit même d’où nous contemplons ces falaises couvertes de grands pins, Cézanne s’est tenu à la fin des années 1890 et avec son pinceau les a immortalisées. Les intempéries peuvent les éroder et les faire disparaître elles existent ainsi pour l’éternité.

 

DSC01390.JPG

 

Fidèle à son approche si particulière, Cézanne a déconstruit dans son esprit le paysage pour le recomposer en préservant son essence. Il a ouvert ainsi la voie au cubisme et à la peinture moderne qui ne donne pas seulement à voir mais à comprendre de quoi sont  faits les êtres et les choses !

 

DSC01324.JPG

 

Il faut dire que ce lieu même, où règne une intense intrication végétale et minérale, ne pouvait que séduire Cézanne.

 

DSC01375.JPG

 

Ce peintre  plaçait très haut les finalités de l’Art et voulait peindre des tableaux « qui soient un enseignement » . Ce n’est qu’en 1895 que son génie commença à être reconnu grâce à une exposition de 150 tableaux organisée par un jeune marchand d’Art de 27 ans, Ambroise Vollard. De jeunes peintres comme Maurice Denis (le théoricien  des Nabis qui contesta l’académisme en peinture) vont alors se réclamer de lui et les critiques d’Art commencer à s’intéresser à lui.

 

DSC01380.JPG

 

Cézanne va néanmoins rester à Aix en Provence où il y trouve une nature généreuse  propice au déploiement de sont art. Il invitera souvent son ami le sculpteur Philippe Solari  à l’accompagner à Bibémus, où ce dernier laissera quelques études sculptées sur des rochers ou des falaises comme cette silhouette d’homme accroupi et ce visage que l’on aperçoit ici.

 

DSC01403.JPG

 

En ce lieu s’est établi aujourd’hui un sculpteur qui aime à reproduire les chapiteaux de cloîtres  perpétuant ainsi la démarche de Cézanne et son ami Solari qui en avaient fait un foyer d’art !

 

DSC01405.JPG

Cette statue qu’il a sculptée exprime la sérénité et l’intense méditation qui vous gagnent quand on parcourt les allées ombragées de Bibémus sur les pas de celui qui n’avait pour maître que la nature.

J'ajoute à ma note un poème que Marsel Brignon, l'un de mes lecteurs, a posté en commentaire et qui est un merveilleux hommage à Cézanne :

Cézanne,

Je t’ai rêvé souvent, marchant dans la campagne,
Epiant la nature par une aube embellie,
Le béret de travers sur ton front dégarni,
Et sur ton dos le sac qui toujours t’accompagne.

Ton regard accroché au rocher qui t’obsède,
Bijou serti de pierres aux reflets bleus et gris
Que les matins réveillent sous tes yeux éblouis,
Par un élan de joie, à ses appels tu cèdes.

Alors, dans la fièvre de ces instants bénis,
Ton chevalet calé entre deux cailloux roses,
Tu te joues des couleurs que la nature impose
Et la Sainte Victoire renaît à l’infini.

Sais-tu ce que j’ai vu, après un jour de pluie,
Quand le soleil soudain écarte les nuages ?
Sur ses flancs éclairés, se formait un visage.
J’ai reconnu ta barbe et ton front dégarni.

 

 

NB : Le site des carrières de Bibémus a été acquis par la ville d'Aix-en-Provence en 1988 grâce au legs du peintre américain George Bunker qui a demandé « qu’il n’y ait pas d’exploitation commerciale mais que ce lieu soit conservé comme parc public à la mémoire de Paul Cézanne. Si vous êtes intéressé par sa visite cliquez ici.

 

Texte ( utilisant diverses sources internet concernant la vie de Paul Cézanne et les carrières Bibémus)  & Photos Ulysse


Et si vous voulez faire un petit tour en Suisse, cliquez sur la rubrique "mon autre blog" (PIQUESEL) en haut de la colonne de droite. 

 

Merci de votre visite......