suivi de mon blog
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

07/03/2011

Balade estivale au Saint-Guiral

saint-guiral,carotte,ronsard,cévennes

 

Le printemps montre le bout de ses pétales sur les amandiers. En attendant qu’il s’installe définitivement, je vous propose aujourd’hui de remonter le temps et de revenir au cœur de l’été 2010.

Dirigeons nous au pied du mont  Saint-Guiral, au cœur des Cévennes, là où les nuits restent fraîches même en plein mois d’août, la terre humide exhalant au petit matin une haleine dorée sous la caresse des rayons du soleil.

 

saint-guiral,carotte,ronsard,cévennes

 

Nous prenons peu à peu de l’altitude. Des bataillons de sapins en rangs serrés, bannissant tout intrus, colonisent les crêtes et les pentes ensoleillées alors que des hordes indisciplinées et métissées de feuillus, hébergeant champignons, lichens, fougères, insectes, oiseaux, mammifères, privilégient les vallons et les pentes humides et fraîches. Ainsi même dans le peuple arboricole, on trouve des individus xénophobes et d’autres ouverts aux étrangers.  Chez les uns la vie explose alors que le désert règne chez les autres.

 

saint-guiral,carotte,ronsard,cévennes

Le dix-neuvième siècle a été fatal aux forêts qui recouvraient autrefois les Cévennes. Les industries du verre, du bois et du papier conjugués au surpâturage des moutons ont eu raison d’elles et ont conduit, sous la violence des orages fréquents dans cette région, à une érosion dévastatrice menaçant les villages et villes des vallées.

Pour endiguer cette évolution le reboisement a été entrepris à partir de la fin du dix-neuvième et tout au long du vingtième siècle afin de redonner à cette majestueuse chaîne de montagnes un manteau forestier protecteur.

 

saint-guiral,carotte,ronsard,cévennes

Nous voilà au pied de la masse rocheuse granitique qui coiffe le Saint-Guiral qui culmine à 1366 mètres d’altitude. Sa forme pyramidale en fait un des plus beaux sommets que je connaisse, le sens esthétique n’étant pas incompatible avec le port de gros godillots, comme la vulgarité avec des escarpins vernis.

 

saint-guiral,carotte,ronsard,cévennes

 Du sommet la vue porte par temps clair jusqu’à la Méditerranée  et par temps de brouillard jusqu’à la pointe de vos chaussures, et dans ce dernier cas il vaut mieux éviter d’y grimper.

 

 

saint-guiral,carotte,ronsard,cévennes

 

J’aime fréquenter les sommets qui offrent de vastes espaces à mon regard, rapetissant arbres et montagnes et me donnant le don d’ubiquité qui me permet de voltiger ici et là. Je ne suis alors qu’un pur esprit (pas très raffiné, mais esprit quand même !) débarrassé de mon corps. Un ange, en quelque sorte, auquel il est – heureusement – permis de pécher !

 

saint-guiral,carotte,ronsard,cévennes

 

 Il est toujours émouvant de rencontrer des cairns, symbole de la solidarité qui lie les randonneurs et vient de la nuit des temps, quand l’homme  s’étant décidé à descendre des arbres commença à explorer la terre. Depuis lors il a inventé le GPS et ces magnifiques édicules qui défient les lois de l’équilibre risquent de disparaître. Je vous invite donc tous et toutes à œuvrer pour leur préservation et déposer votre pierre sur chaque cairn que vous rencontrerez.

 

 

saint-guiral,carotte,ronsard,cévennes

 Parfois la configuration du terrain nous permet de découvrir sur de longues distances le chemin qui nous reste à parcourir. Ainsi un bout de notre avenir se déroule devant nous et nous pouvons donc voyager dans le temps. Le chemin de notre vie est-il aussi déjà tracé quelque part dans la galaxie où sommes nous vraiment libre du choix de notre route ? Peut-être  prenons nous dix mille routes à la fois et avons autant de vies pour en prendre conscience ? Dans ce cas, j’espère en être à mes toutes premières à condition qu’il y ait des vignes partout où je suis passé et où je passerai !

 

saint-guiral,carotte,ronsard,cévennes

La descente traverse de fabuleuses hêtraies où le soleil, roi du système solaire, ne fait que de timides incursions. Les frondaisons des arbres se nourrissent de l'énergie de cet astre dont on peut faire ensuite un feu de joie ou griller des saucisses ! Imaginez la tête d'Aton s'il apprenait un jour que ses divins rayons servent à faire griller de la "charcutaille" !

 

saint-guiral,carotte,ronsard,cévennes

Dans notre pays hyper-réglementé le code de la route s’applique même sur les sentiers de randonnée où l'on est sensé garder sa droite même en l’absence de marquage ! Gibus un brin rebelle ne se plie guère à cette obligation et ce n'est pas moi qui irait le dénoncer !

 

saint-guiral,carotte,ronsard,cévennes

 

Nous traversons un vaste « abattoir » où s’entassent les troncs mutilés de centaines  d’arbres. Qui se soucie de la douleur d’un arbre que l’on scie ? Cette remarque vous fera peut être sourire mais pourtant un botaniste indien Jadgadish Chandra Bose a établi au moyen de diverses expériences que les plantes avaient une sensibilité et réagissaient à des courants électriques ou à du chloroforme. Des jardiniers prétendent également avoir  entendu des carottes crier alors qu’ils les arrachaient ! 

 

Ronsard lui même a pris la défense des arbres dans son élégie contre les bûcherons de la forêt de Gastine qui commence ainsi :

Écoute, bûcheron, arrête un peu le bras;

Ce ne sont pas des bois que tu jettes à bas;

Ne vois-tu pas le sang lequel dégoutte à force

Des nymphes qui vivaient dessous la dure écorce ?


Militons donc pour que les arbres des exploitations forestières soient anesthésiés avant d’être abattus !

 

saint-guiral,carotte,ronsard,cévennes

Nous passons discrètement le long de la scierie afin de ne pas  nous faire remarquer de peur qu’il y ait méprise, car avec Gibus nous sommes un peu « tête de bois » et nous n’avons pas envie de finir sous forme de plaques d’aggloméré !

 

Texte  & Photos Ulysse

 

Commentaires

bonjour mon ami Ulysse,

les photos de la scierie sont superbes!

une idée de balade aux beaux jours (bientôt!)

je te souhaite un bon lundi et une agréable semaine,

bien amicalement,

Laurent

Écrit par : laurent - mon journal de bord | 07/03/2011

Ah Ulysse... que je mette-je mes jambes à mon cou... au risque de me casser la gueule... pour aller faire
quelques unes de ces balades que tu nous offres généreusement !
Mais voilà que tout d'un coup je me sens des jambes de plomb, même si des ailes me poussent dans le dos, je n'arrive pas à décoller !
Mais non je ne suis pas un ange !!!!!!!
Alors en te lisant, je m'imagine parcourant ces chemins, escaladant les montagnes, et trinquant à ta santé... ce que je manquerai pas de faire, promis, dès ouverture de la prochaine bouteille de ce nectar dont tu sais si bien nous vanter les mérites.

Écrit par : françoise | 07/03/2011

une belle promenade ... et beaucoup de verdure .. heureusement le printemps arrive. Nous ne sommes pas assez sensibles pour entendre le cri des arbres, des carottes et des herbes, mais n'oublions pas que ce sont aussi des organismes vivants.
bonne semaine

Écrit par : andrée | 07/03/2011

doucement, mon genou droit avec ses 2 prothèses ne suit pas le rythme ... rire

Écrit par : Chantal_Tootsie | 07/03/2011

quand on a une tête de bois , qu'il faille se cacher quand on passe près d'une scierie, je n'y aurais pas pensé..mais peut-être, en effet, est-ce plus prudent...Tête de bois ou non, les photos sont toujours très belles

Écrit par : gazou | 07/03/2011

Une de mes balades préférées après bien d'autres. mais mes jambes maintenant rapetissent et les balades aussi.
Je connais l'étroite passe finale pour se hisser sur ce sommet ainsi que la triste histoire des trois frères aimant la même femme et partis à la croisade.

Bois ou granit, la Cévenne a la tête dure. Sans dire des Cévenols.

Écrit par : jeandler | 07/03/2011

Encore une belle ballade dans les Cévennes où l'esprit vagabonde autant que les jambes, où les questions se posent et pas n'importe lesquelles, un vagabondage qui vaut le détour et laisse à chacun le soin de ses réflexions, "chacun est seul et doit trouver son chemin" A.Comte Sponville
même avec l'absence de marquage-;) surtout sans marquage, ainsi chacun va où il veut sur le chemin de sa vie mais là ce n'était pas mal du tout d'après les photos, ce sommet me plairait bien.

Écrit par : monique | 08/03/2011

J'ai bien rigolé avec ton article....Des carottes qui pleurent...J'ai pensé aux carottes de mon mari...Je n'ai même pas réussi à en faire une soupe, tellement elles étaient petites....Elles, elles doivent pleurer de se voir si petites dans un miroir..
Anesthésié les arbres ? C'est la plus belle que j'ai entendu de l'année....
Par contre, je trouve tes photos, presque surréalistes, surtout celle des tas de bois, avec les nuages au dessus..On dirait des photos prises au début du 20e siècle...Très belle...Tu l'as "trafiquée" ?

Écrit par : juju | 08/03/2011

Encore une belle randonnée. Connais-tu le "Chateau Balestard la Tonnelle" ? Il s'agit d'un grand St Emillon et sur l'étiquette on peut y lire quelques mots de François Villon :
Vierge Marie, gente déesse,
Garde-moi place en paradis
Oncque n’aurai joie ni liesse
Ici-bas, puisqu’il n’est permis
De boire ce divin nectar,
Qui porte nom de Balestard,

Qu’à gens fortunés en ce monde.
Or, suis miséreux et pauvret,
Si donc au Ciel ce vin abonde,
Viens, doulce Mort, point ne m’effraye,
Porte-moi parmi les élus
Qui, là-haut, savourent ce cru.

Déjà la même question à son époque ! Peu importe la route et la destination pourvu que...

Écrit par : robert | 08/03/2011

Ulysse, vous avez la tête de bois, et l'âge tendre aussi ...

Écrit par : Mikèt | 08/03/2011

Bonjour les ami(e)s je suis heureux de me voir en aussi belle et heureuse compagnie.

Laurent des idées de balades je n'en manque pas , n'hésite pas à me consulter en cas de besoin !

Françoise tes jambes sont peut être de plomb mais ta plume est alerte et l'on voyage aussi pas mal avec l'écriture !

Andrée as tu déjà collé ton oreille contre une arbre au printemps quand la sève se remet à circuler , c'est comme si on l'entendait chuchoter !

Chantal pour toi je vais ralentir le pas

Gazou dans ce monde hélas tout peut arriver !

Pierre oui la Cévenne a la tête dure mais le coeur généreux

Monique oui chacun est seul dans la vie pour trouver son chemin, mais le bonheur de la randonnée est de pouvoir faire un bout de chemin ensemble !

Juju si les carottes de ton mari restent petites c'est peut être parce qu'il ne leur parle pas assez ! Quant aux photos je les ai bien sûr retouchées pour leur donner un coté un peu fantastique

Robert merci pour ce délicieux poème, mais n'étant pas sûr que l'on me serve du bon vin au paradis j'en bois par précaution ici !

Mikèt l'âge de mes rêves n'est hélas plus celui de mes artères !

Belle soirée à toutes et à tous

Écrit par : Ulysse | 08/03/2011

Sais tu que, en bonne Cheyenne que suis ( donc animiste) je demande pardon aux fleurs, fruits et légumes à chaque fois que je les épluche, les arrache ou les mange?
Sinon j'aime la douceur de ces paysages sur lesquels sont passés les hivers...

Écrit par : Viviane | 09/03/2011

Wouhaaaaaaaa!! Si tu savais quand je te lis comme je me retrouve dans tout ce que tu dis !!! on sent l'amoureux de la nature à chaque pas que tu fais!!!! C'est un réel plaisir que de venir dans ton univers!!!Et tes photos!!!! j'aime aussi beaucoup les sépia!! Merci à toi pour cette randonnée!!! C'est aussi sur les chemins que je me retrouve!! Bisoussssssssssss

Écrit par : gootchai | 09/03/2011

Viviane es tu vraiment cheyenne et si oui par quel hasard es tu arrivée en notre pays ? Je suis admiratif de la culture des amérindiens et j'ai lu "Burry my heart at wounded knee " qui retrace l'histoire dramatique des tribus indiennes lors de leur rencontre avec les blancs

Gootcha peu importe où les chemins mènent puisque c'est toujours à la recherche de soi même que l'on part


belle soirée

Écrit par : Ulysse | 09/03/2011

Prenant connaissance de vos commentaires et de ceux de vos amis je me permets de vous signaler un jeune et talentueux auteur canadien, Joseph Boyden.
"Le chemin des âmes" et "Les saisons de la solitude",ses deux premiers romans et j'espère, pas les derniers, traitant de la condition des Indiens d'Amérique, au debut du 20ième pour le premier et de nos jours pour le second. Saisissant !

Écrit par : Mikèt | 10/03/2011

Merci beaucoup Mikèt pour cette référence que je note précieusement

Écrit par : Ulysse | 10/03/2011

De retour de Haute-savoie,après le brouillard et le froid,
c'est avec grand plaisir que je revis cette rando ensoleillée.
Certe, tête de bois nous le sommes un peu, donc pas de honte
lorsque l'on a un peu la gueule de bois..........d'autres
n'ont que la langue !!!

Écrit par : Gibus | 10/03/2011

Le printemps, ses couleurs, ses parfums, ses appels à la vie me font frissonner voire plus. De retour avec plaiz.

Écrit par : lutinbleu | 10/03/2011

A en croire la photo, joli sommet que je n'ai pas encore eu le plaisir de grimper.

Écrit par : bernard | 13/03/2011

Toujours aussi spectaculaires tes photos.
J´adore celle des troncs d´arbres.

Écrit par : alba | 16/03/2011

Très heureux de découvrir ces textes et ces belles photos. Depuis peu nous habitons une partie de l'année à Montpellier et je sens que je vais faire de belles découvertes sur ce blog.

Écrit par : Oncle Dan | 26/03/2011

Bonjour Oncle Dan bienvenue sur mon blog qui célèbre la beauté de la région .Je suis heureux qu'elle ait un "amateur" de plus !

Écrit par : Ulysse | 27/03/2011

Les commentaires sont fermés.