suivi de mon blog
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

29/03/2011

On frémit, on tremble, on soupire d’aise à Mourèze

 

DSC00432.JPG

 Saviez vous qu’il y a des montagnes solubles dans l’eau ? Il en est une en particulier à Mourèze constituée de couches sédimentaires dolomitiques déposées par la mer il y a 150 millions d’années qui ont été taraudées, sculptées, creusées par la pluie .

 C’est un scientifique français , Déodat Dieudonné Sylvain Guy Tancrède Gratet de Dolomieu (1750-1801) qui a le premier mis en évidence la composition et les propriétés de la dolomie (double carbonate de calcium et de magnésium) qui conduisent à la formation d’étonnants et extravagants paysages à travers le monde.

 

 

DSC06328.JPG

Le cirque de Mourèze est devenu ainsi un vaste amphithéâtre abritant un bestiaire fabuleux creusé sur le flanc sud de la Montagne de Liausson qui fait face au Pic de Vissou .

 

 

DSC06380.JPG

Un lacis de chemins suit les étroits canyons creusés dans la roche et si des balises n’étaient pas là pour nous guider on se perdrait vite dans ce labyrinthe.

 

 

DSC00542.JPG

Ici et là de formidables forteresses se dressent sur lesquelles des arbustes audacieux se sont perchés, avides sans doute d’étendre leur vue du paysage, eux qui sont si souvent condamnés à ne voir que la chevelure de leurs congénères.

 

DSC06395.JPG

Par endroits des tours émergent des frondaisons qui ressemblent aux ruines d’un temple écroulé. Ne serait ce point ces œuvres de la nature qui ont donné à l’homme l’audace de construire des édifices qui défient le ciel ?

 

 

DSC06350.JPG

 En suivant les chemins il faut toujours garder un œil vers le sol afin de déjouer les pièges tendus par les racines et un autre vers le ciel en raison des rochers en équilibre instable. Il est vrai que les garçons sont généralement plus doués pour ce genre d’exercice, vu que depuis l’adolescence ils sont entraînés à avoir un œil sur leur environnement immédiat et l’autre sur les jolies filles qui passent.

 

 

DSC06356.JPG

Cela dit il ne sert pas à grand chose de surveiller les rochers en équilibre instable,  car si ce magnifique caillou que vous voyez  perché se décidait à tomber au moment où l’on passe, on aurait tout juste le temps de dire « Amen » avant d’être transformé en crêpe (N’oubliez donc pas avant d’aller visiter ce site de confier à vos proches où vous cachez les clés de votre cave !)

 

DSC00531.JPG

 Le lent travail de sape de la pluie sur cette roche soluble produit des formes étonnantes. Ainsi à certains endroits le cirque de Mourèze ressemble à un vaste jeu d’échec dont on voit ici une tour…

 

 

DSC06368.JPG

…qui s’apprête à « dévorer » un cavalier !  On pourrait imaginer que la pluie n’est que l’instrument des dieux qui veulent se divertir !

 

 

DSC06323.JPG

En d’autres endroit,  des statues se dressent qui semblent être les soeurs de celles érigées dans l’île de Pâques.

 

 

DSC00423.JPG

Et le doute s’insinue dans notre esprit. La pluie  est- elle vraiment  la talentueuse sculpteuse de ces œuvres ?  Je me suis  surpris à scruter les fourrés environnants pour y déceler la présence de farfadets qui seraient leurs véritables créateurs, mais je n’en ai point vu. Tout témoignage à ce sujet m’intéresserait !

 

 

DSC00412.JPG

La plus belle statue du cirque est, sans conteste, celle de cette princesse qui protège du soleil son teint de lait sous l’ombre d’un pin parasol.

 

 

DSC00450.JPG

Le cirque abrite aussi un fabuleux bestiaire tel cet aigle chapeauté dont le bec redoutable vous dissuade d’approcher son nid.

 

 

DSC00415.JPG

Un peu plus loin, on pénètre dans Jurassic Park et on frémit devant un pétrosaure qui jaillit soudain au dessus de la frondaison des arbres

 

 

DSC06362.JPG

On reprend ses esprits en croisant un autre mastodonte dont l’allure débonnaire  trahit le tempérament pacifique.

 

 

DSC00462.JPG

Mais la terreur vous saisit quand vous entendez rugir le Mourèziozaure, le roi incontesté des lieux, qui semble heureusement plus avide de ramure de pins que de chair humaine.``

 

DSC00533.JPG

 Cela dit tous les visiteurs ne gardent pas pour autant leur sang-froid et certains préfèrent se mettre la tête dans le sable plutôt que de contempler de pareils monstres. Mais cet homme-autruche n'est-il pas à notre image, nous qui nous effrayons parfois de maux imaginaires ?

 

 

 

DSC00495.JPG

On ne peut pas quitter ce lieu fantasmagorique sans grimper au sommet de la montagne de Liausson pour aller jeter un œil au lac Salagou qui s’étend juste derrière. On y jette d’abord l’œil gauche  pour découvrir la partie gauche du lac que domine le pioch de la Sure, ancien volcan assagi.

 

 

DSC00504.JPG

 

 Puis on y jette l’œil droit pour contempler la partie droite du lac , paysage tout aussi somptueux offert quotidiennement aux heureux habitants du village de Liausson niché non loin de sa rive.

 C’est pour moi l’un des plus beaux panoramas que j’ai vus de par le monde et il est accessible pour le prix d’une paire de chaussures de randonnées !

 

 Texte & Photos Ulysse

23/03/2011

Z’avez pas la pêche ? Grimpez sur le Pic de Naudech !

 

 

ronsard,caroux,vialès,naudech

Le prix de l'essence et des carambars a augmenté, le syndicat des cloches a annoncé des réductions dans le lâcher d'oeufs et de cocottes en chocolat pour Pâques en raison de l'augmentation du prix du cacao, B.H.L. le Bellâtre Habillé par Lanvin est le nouveau porte parole de la diplomatie française et le coq au vin  gratin dauphinois d'hier soir vous est resté sur l'estomac; conséquence : vous avez le moral dans les chaussettes ! Et bien plongez vos pieds dans des chaussures de randonnée et partez pour le Pic Naudech. Le choc répété de vos talons sur le sol caillouteux des sentiers fera peu à peu remonter votre moral au niveau de vos muscles zygomatiques, ce qui aura pour effet de les activer. Vous verrez alors la vie en fuschia qui est mieux que de la voir en rose, car la rose a des épines !


 

ronsard,caroux,vialès,naudech

Le départ pour l’ascension du Naudech se fait du pittoresque  hameau de Malviès au dessus d’Olargues. On emprunte un chemin qui sinue en sous-bois dans un vallon abrité des vents où règne un micro climat propice à l’exubérance du monde végétal.

 En ces lieux hospitaliers, lichens, mousses, lianes et arbres se partagent harmonieusement le terrain, chacun trouvant sa place pour le plus grand profit de tous. C’est l’immense avantage qu’ont les végétaux sur l’homme de ne pas  avoir d’Ego ! C’est heureux qu’il en soit ainsi car vous imaginez une guerre entre petits pois et haricots verts ou entre carottes et pommes de terre  dans votre potager !

 

 

ronsard,caroux,vialès,naudech

 

 La présence d’un cours d’eau et la densité de la végétation favorable à la présence du gibier ont attiré les hommes depuis des temps immémoriaux. En témoignent ces arcs gravés il y a des millénaires sur une paroi rocheuse au bord du chemin par des chasseurs qui y  voyaient peut être un moyen d’accroître leurs chances d’attraper leurs proies. Les amoureux qui aujourd’hui dessinent des cœurs sur les arbres ou les murs avec leur nom de leur bien aimée  n’espèrent-ils pas ainsi assurer le succès de leur amour ?

 

ronsard,caroux,vialès,naudech

 

Dans la première partie du parcours le chemin grimpe mollement. Les cimes nous narguent au dessus du feuillage  et semblent nous mettre au défi d’y accéder. Mais le randonneur expérimenté ne se laisse pas impressionner et sait qu’il viendra à bout de la difficulté.  La randonnée nous révèle ainsi l’énergie latente qui est  en nous et que nous ne soupçonnons pas si nous ne nous lançons pas de défi.

A cet égard Henri Guillaumet qui s’est écrasé dans les Andes au cours d’un vol de l’aéropostale le 13 juin 1930  nous a donné l’un des plus beaux exemples d’énergie et de courage en marchant plusieurs jours dans des conditions épouvantables vêtu de son seul blouson d’aviateur pour rejoindre un village. A Saint Exupéry venu a son secours il a déclaré « Ce que j’ai fait, aucune bête ne l’aurait fait ! » Sans (heureusement) atteindre ces extrêmes la randonnée est une école de courage et de ténacité.

 

 

ronsard,caroux,vialès,naudech

 

Nous voici au hameau de La Salle dont l’un des édifices surprend par sa taille. Ceux qui l’ont édifié méritent notre estime car ils disposaient d’outils rudimentaires que leur génie savait transcender. Quel art dans le choix et l’ajustement des pierres et l’audace des lignes !


 

ronsard,caroux,vialès,naudech

Un raidillon à gravir, le souffle qui se fait court et le cœur qui bat la chamade et nous voilà au sommet du Naudech d’où l’on découvre l’Orb qui d’un cingle magnifique enserre le pioch sur lequel est perché le village de Vieussan.

Les fleuves et les rivières sont des maîtres en matière de persévérance et d’efficience car, quels que soient les obstacles qu’ils rencontrent, ils trouvent toujours un chemin selon la loi de moindre résistance.

 

 

ronsard,caroux,vialès,naudech

 

Du sommet nous jouissons également d’une vue somptueuse sur le massif du Caroux délimité à gauche par les Gorges d’Héric et à droite par celles de La Colombière. Ce massif est familier à mes fidèles lecteurs et lectrices -que je salue au passage – car nous l’avons maintes fois arpenté ensemble .

 

 

ronsard,caroux,vialès,naudech

 

Il est vrai que cette gigantesque masse de gneiss et de granite au relief tourmenté est le fleuron du parc régional du Haut-Languedoc et heureux sont ceux qui peuvent arpenter des paysages d’une telle beauté.

 

 

ronsard,caroux,vialès,naudech

 

Après un revigorant pique-nique et une sieste réparatrice (fortement recommandée par le corps médical) il est temps de redescendre en prenant son temps et en jouissant des odorantes exhalaisons nées de l’imperceptible respiration des pins qui nous environnent.

 

 

ronsard,caroux,vialès,naudech

A l’échelle d’une vie d’homme les montagnes apparaissent immuables et pourtant des forces sont en permanence  à l’œuvre – la pluie, le vent, le gel, le soleil – qui les taraudent, les fissurent et finissent par les anéantir.

 

 

ronsard,caroux,vialès,naudech

 

Les strates de schistes s’effritent en une myriade de morceaux qui ressemblent à des copeaux de bois. Toute matière est ainsi périssable. Roses ou chardons nous vivrons ce que vivent les roses ou les chardons et ce ne sont pas les crèmes anti-rides qui changeront le cours des choses.

 

ronsard,caroux,vialès,naudech

Il faut se faire une raison, un jour nous ne serons plus que des ombres dans la mémoire de ceux qui nous auront connus.  Alors suivons le conseil de ce cher Pierre de Ronsard à sa muse Hélène :

 

Quand vous serez bien vieille, au soir, à la chandelle,

Assise auprès du feu, dévidant et filant,

Direz, chantant mes vers, en vous émerveillant :

« Ronsard me célébrait du temps que j’étais belle ! »

Lors, vous n’aurez servante oyant telle nouvelle,

Déjà sous le labeur à demi sommeillant,

Qui au bruit de Ronsard ne s’aille réveillant,

Bénissant votre nom de louange immortelle.

Je serais sous la terre, et, fantôme sans os,

Par les ombres myrteux je prendrai mon repos ;

Vous serez au foyer une vieille accroupie,

Regrettant mon amour et votre fier dédain.

 Vivez, si m’en croyez, n’attendez à demain :

 Cueillez dès aujourd’hui les roses de la vie.

 

 

ronsard,caroux,vialès,naudech

En attendant l'inexorable échéance, cueillons donc les roses de la vie (même si elles comportent quelques épines). Il nous reste tant de merveilles à découvrir, de livres à lire, de poèmes à réciter, d’émotions à éprouver, d'amour, d'affection et d'amitié à donner. La splendeur du monde nous est ainsi offerte sans autre  restriction que celles de notre désir et de notre volonté.

 

 

ronsard,caroux,vialès,naudech

 

Les chaînes de Montagne du Haut-Languedoc qui s’entrecroisent forment comme un mer agitée sur laquelle émerge le mât-clocher de l’église d’Olargues, symbole de l’orgueil dérisoire des hommes qui s’imaginent pouvoir obtenir les faveurs des dieux du ciel.

 

 

ronsard,caroux,vialès,naudech

 

Mais si les dieux du ciel restent généralement sourds à nos prières, certaines déesses sont plus complaisantes à notre égard. Ainsi peut-on dans les anfractuosités de rochers humides cueillir à profusion des « nombrils de vénus » qui agrémentent délicieusement une salade ou des tapas

 

 

ronsard,caroux,vialès,naudech

Fière d’avoir résisté vaillamment tout l’hiver une feuille de hêtre jouit avec ardeur du soleil printanier car elle sait qu’elle devra bientôt faire place à de nouvelles venues.

 

 

ronsard,caroux,vialès,naudech

Nous voilà de retour à  Malviès où une maison entrouvre ses volets bleus comme  une invitation à rester en ce lieu idyllique pour y contempler l’arrivée du printemps.

Mais il nous reste tant de lieux à parcourir dans ce pays d’Oc que nous déclinons son aimable invitation. Mais qui sait, peut être qu’un jour  nous  irons nous y réfugier.

PS: Dans ma note "Monts et merveilles de Lauroux à Labeil " je vous ai alerté sur les risques que posent pour l'environnement les projets d'exploitation du gaz de schiste en France. Si vous êtes sensible à ce problème je vous invite à aller signer la pétition organisée par Pascal Terrasse député et président du Conseil Général  de l'Ardèche en vue d'une initiative parlementaire :

cliquez ici 

Texte & Photos Ulysse

 

18/03/2011

Dépaysez vous au Salagou !

 

neck,ziggourrat,mas des chimères,salagou

 

Quand la météo annonce une température « frisquette » pour le lendemain matin, il est tentant de rester sous sa couette quand on n’a plus, comme moi, d’obligation d’aller faire tourner la « baratte » pour mettre du beurre dans ses épinards. Quand je parle de « beurre » j’ai conscience qu’avec l’évolution des salaires c’est plutôt de la margarine que les travailleurs d’aujourd’hui  récoltent. Sauf bien sûr nos « courageux » hommes (et femmes ) politiques  qui font don de leur personne à la République et cumulent plusieurs « barattes » à se mettre sous la patte !

Mais chez moi l’appel du grand large l’emporte sur celui de la couette et j’aime à partir dès potron-minet sur les chemins au moment où l’on sent encore l’haleine fraîche de Gaïa qui baille en se réveillant.

 

neck,ziggourrat,mas des chimères,salagou

 

Les vignes qui surplombent le lac du Salagou ont encore leur aspect hivernal, mais on ressent déjà dans la luminosité des rayons du soleil les prémisses du printemps à venir.

 

neck,ziggourrat,mas des chimères,salagou

 

On est ébahi de trouver en ce lieu des capitelles ayant la forme de ziggourats, ces édifices qui chez les sumériens et les babyloniens symbolisaient la volonté de l’homme d’atteindre le ciel.

 

neck,ziggourrat,mas des chimères,salagou

 

Que des vignerons aient édifié de telles bâtisses destinées au seul  rangement de leurs outils témoigne de leur appartenance à une grande civilisation. Celle-ci nous a laissé en héritage un breuvage digne des dieux qui  nous ouvre aussi le chemin du ciel !

neck,ziggourrat,mas des chimères,salagou

Le paysage ici nous parle du travail immense accompli par ces hommes qui génération après génération ont arraché au sol ses os de pierre pour y faire le lit de vitis vinifera.

 

 

neck,ziggourrat,mas des chimères,salagou

 

Dopée par l’air frais matinal Louna, notre "feu-follette", s’envole pour aller contempler le lac Salagou qui étend ses eaux ultramarines au pied du plateau.

 

neck,ziggourrat,mas des chimères,salagou

 

Vous qui rêvez d’exotiques paysages et n’avez aucun mandat de la République qui vous permette de vous y rendre comme notre vaillante Ségolène ou notre ardent François pour un  déplacement « de travail », ne soyez pas désespéré, le Salagou vous offre ses eaux et ses rives enchanteresses. Au passage je suis étonné que notre pays ait encore  autant de problèmes alors que nos élus de tous bords passent leur temps à faire des voyages d’études à l’étranger pour  y chercher des solutions aux dits problèmes !

 

 

 

neck,ziggourrat,mas des chimères,salagou

 

Nous sommes ici au royaume des « ruffes » sédiments argileux ou gréseux imprégnés d’oxyde de fer qui se sont déposés lors de phases d'envahissement lagunaires qui remontent à l'époque permienne (fin de l'ère primaire, entre 280 et 225 millions d'années).

 

neck,ziggourrat,mas des chimères,salagou

 

Dans ce monde minéral, que colonisent des bataillons de pins et de chênes verts d’un tempérament rustique, la floraison d’un amandier  apporte une touche de grâce et de légèreté. Le génie du monde végétal est ici à l’œuvre qui transforme la roche dont il se nourrit en pétales de fleurs.

 

 

neck,ziggourrat,mas des chimères,salagou

 

 Allez, lâchez donc pour un temps vos « barattes » et venez en ce lieu pour larguer les amarres et vivre quelques moments paradisiaques.  Une goulée d’air pur, deux de ciel bleu et trois de vin du Languedoc vous remettront sur pied !(un flacon d’oeillade » du Mas des Chimères tout proche vous régalerait j’en suis sûr !)

 

neck,ziggourrat,mas des chimères,salagou

Ne vous fiez pas toutefois à la couleur de l’eau qui n’est à cette saison propre à la baignade que si vous avez au moins quatre ascendants esquimos ou si votre organisme supporte, aussi bien que le mien, l’anti-gel !

 

 

neck,ziggourrat,mas des chimères,salagou

 

Mais si vous voulez malgré tout en faire l’expérience et que celle-ci se termine mal pour vous, il y a à proximité une chapelle où l’on pourra vous donner les derniers sacrements (si bien sûr, vous avez reçu les premiers !) dans un site si beau qu'après l'avoir vu , on peut accepter de mourir (bon là je suis un peu Tartuffe car je l'ai vu plusieurs fois et je serais fort marri de devoir à jamais abandonner ma cave).

 

 

neck,ziggourrat,mas des chimères,salagou

Il règne en ce lieu une atmosphère si spirituelle que l'on devient en le contemplant pur esprit (c'était il est vrai après le pique-nique qui nous avait permis de  satisfaire nos besoins charnels !)

 


neck,ziggourrat,mas des chimères,salagou

 j’ai rarement vu au cours de mes voyages des paysages d’une telle richesse  où le minéral et le végétal s’entremêlent et créent un si sublime maelström de couleurs .

neck,ziggourrat,mas des chimères,salagou

 

Un peu plus loin, un ancien volcan assagi (mais pour combien de temps) dresse son « neck » de basalte au dessus de la plaine. De la violence d’hier est née la beauté d’aujourd’hui. Ne désespérons pas de la vie !

 

Texte et photos Ulysse

 

07/03/2011

Balade estivale au Saint-Guiral

saint-guiral,carotte,ronsard,cévennes

 

Le printemps montre le bout de ses pétales sur les amandiers. En attendant qu’il s’installe définitivement, je vous propose aujourd’hui de remonter le temps et de revenir au cœur de l’été 2010.

Dirigeons nous au pied du mont  Saint-Guiral, au cœur des Cévennes, là où les nuits restent fraîches même en plein mois d’août, la terre humide exhalant au petit matin une haleine dorée sous la caresse des rayons du soleil.

 

saint-guiral,carotte,ronsard,cévennes

 

Nous prenons peu à peu de l’altitude. Des bataillons de sapins en rangs serrés, bannissant tout intrus, colonisent les crêtes et les pentes ensoleillées alors que des hordes indisciplinées et métissées de feuillus, hébergeant champignons, lichens, fougères, insectes, oiseaux, mammifères, privilégient les vallons et les pentes humides et fraîches. Ainsi même dans le peuple arboricole, on trouve des individus xénophobes et d’autres ouverts aux étrangers.  Chez les uns la vie explose alors que le désert règne chez les autres.

 

saint-guiral,carotte,ronsard,cévennes

Le dix-neuvième siècle a été fatal aux forêts qui recouvraient autrefois les Cévennes. Les industries du verre, du bois et du papier conjugués au surpâturage des moutons ont eu raison d’elles et ont conduit, sous la violence des orages fréquents dans cette région, à une érosion dévastatrice menaçant les villages et villes des vallées.

Pour endiguer cette évolution le reboisement a été entrepris à partir de la fin du dix-neuvième et tout au long du vingtième siècle afin de redonner à cette majestueuse chaîne de montagnes un manteau forestier protecteur.

 

saint-guiral,carotte,ronsard,cévennes

Nous voilà au pied de la masse rocheuse granitique qui coiffe le Saint-Guiral qui culmine à 1366 mètres d’altitude. Sa forme pyramidale en fait un des plus beaux sommets que je connaisse, le sens esthétique n’étant pas incompatible avec le port de gros godillots, comme la vulgarité avec des escarpins vernis.

 

saint-guiral,carotte,ronsard,cévennes

 Du sommet la vue porte par temps clair jusqu’à la Méditerranée  et par temps de brouillard jusqu’à la pointe de vos chaussures, et dans ce dernier cas il vaut mieux éviter d’y grimper.

 

 

saint-guiral,carotte,ronsard,cévennes

 

J’aime fréquenter les sommets qui offrent de vastes espaces à mon regard, rapetissant arbres et montagnes et me donnant le don d’ubiquité qui me permet de voltiger ici et là. Je ne suis alors qu’un pur esprit (pas très raffiné, mais esprit quand même !) débarrassé de mon corps. Un ange, en quelque sorte, auquel il est – heureusement – permis de pécher !

 

saint-guiral,carotte,ronsard,cévennes

 

 Il est toujours émouvant de rencontrer des cairns, symbole de la solidarité qui lie les randonneurs et vient de la nuit des temps, quand l’homme  s’étant décidé à descendre des arbres commença à explorer la terre. Depuis lors il a inventé le GPS et ces magnifiques édicules qui défient les lois de l’équilibre risquent de disparaître. Je vous invite donc tous et toutes à œuvrer pour leur préservation et déposer votre pierre sur chaque cairn que vous rencontrerez.

 

 

saint-guiral,carotte,ronsard,cévennes

 Parfois la configuration du terrain nous permet de découvrir sur de longues distances le chemin qui nous reste à parcourir. Ainsi un bout de notre avenir se déroule devant nous et nous pouvons donc voyager dans le temps. Le chemin de notre vie est-il aussi déjà tracé quelque part dans la galaxie où sommes nous vraiment libre du choix de notre route ? Peut-être  prenons nous dix mille routes à la fois et avons autant de vies pour en prendre conscience ? Dans ce cas, j’espère en être à mes toutes premières à condition qu’il y ait des vignes partout où je suis passé et où je passerai !

 

saint-guiral,carotte,ronsard,cévennes

La descente traverse de fabuleuses hêtraies où le soleil, roi du système solaire, ne fait que de timides incursions. Les frondaisons des arbres se nourrissent de l'énergie de cet astre dont on peut faire ensuite un feu de joie ou griller des saucisses ! Imaginez la tête d'Aton s'il apprenait un jour que ses divins rayons servent à faire griller de la "charcutaille" !

 

saint-guiral,carotte,ronsard,cévennes

Dans notre pays hyper-réglementé le code de la route s’applique même sur les sentiers de randonnée où l'on est sensé garder sa droite même en l’absence de marquage ! Gibus un brin rebelle ne se plie guère à cette obligation et ce n'est pas moi qui irait le dénoncer !

 

saint-guiral,carotte,ronsard,cévennes

 

Nous traversons un vaste « abattoir » où s’entassent les troncs mutilés de centaines  d’arbres. Qui se soucie de la douleur d’un arbre que l’on scie ? Cette remarque vous fera peut être sourire mais pourtant un botaniste indien Jadgadish Chandra Bose a établi au moyen de diverses expériences que les plantes avaient une sensibilité et réagissaient à des courants électriques ou à du chloroforme. Des jardiniers prétendent également avoir  entendu des carottes crier alors qu’ils les arrachaient ! 

 

Ronsard lui même a pris la défense des arbres dans son élégie contre les bûcherons de la forêt de Gastine qui commence ainsi :

Écoute, bûcheron, arrête un peu le bras;

Ce ne sont pas des bois que tu jettes à bas;

Ne vois-tu pas le sang lequel dégoutte à force

Des nymphes qui vivaient dessous la dure écorce ?


Militons donc pour que les arbres des exploitations forestières soient anesthésiés avant d’être abattus !

 

saint-guiral,carotte,ronsard,cévennes

Nous passons discrètement le long de la scierie afin de ne pas  nous faire remarquer de peur qu’il y ait méprise, car avec Gibus nous sommes un peu « tête de bois » et nous n’avons pas envie de finir sous forme de plaques d’aggloméré !

 

Texte  & Photos Ulysse