suivi de mon blog
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

26/06/2011

Périple dans la chaîne des Puys (2ème partie)

 

cheire de côme,birlouette,corot,puy de dôme

Comme vous pouvez le constater notre tenue n’a guère changé pour ce deuxième jour de notre périple dans la chaîne des Puys , le ciel faisant toujours grise mine. Au demeurant le mot sécheresse n’existe pas en patois auvergnat. De même qu’on y trouve le mot « bottes » et pas le mot » chaussures ».

Mais à quelque chose malheur est toujours bon, car grâce aux Nymphes Néphélées qui passent leur temps à remplir des grandes cruches dans l’océan pour aller les déverser sur la tête des Auvergnats, le Puy de Dôme est doté de magnifiques forêts qui n’ont rien à envier à leurs consoeurs tropicales.

 Mais pourquoi s’acharnent-elles ainsi sur l’Auvergne me direz-vous ? Et bien c’est à cause des Auvergnats eux mêmes qui dans les temps anciens les ont implorées pour venir éteindre leurs volcans. Elles ont été séduites par la beauté de la région et la qualité de la gastronomie (bien que nymphes, elles ont besoin d’un maximum de calories pour accomplir cette lourde tâche) et ont décidé d’y rester. De temps en temps , elles vont faire un petit tour ailleurs pour se changer les idées mais elles reviennent vite à leur lieu de prédilection.

 

 

cheire de côme,birlouette,corot,puy de dôme

Pour cette seconde journée, nous avons décidé d’explorer la cheire de Côme qui est une curiosité géologique constituée de l’empilement de coulées de basaltes et de scories, d’une dizaine de kilomètres de long, issues des puys environnants (avant que les Néphélées les aient éteints) .

Le mot « cheire » est la transcription d’un mot auvergnat venu du celtique « cairn » qui veut dire pierre. Et des pierres, à vrai dire, il n’en manque pas sur la cheire. Les anciens n’ont eu qu’à les ramasser pour édifier ces magnifiques murs qui empêchaient aux animaux de divaguer sur  les parcelles qu’ils cultivaient. La mousse qui les recouvre témoigne, s’il en était besoin, du taux d’hygrométrie de l’air.

 

cheire de côme,birlouette,corot,puy de dôme

 Les hêtres trouvent en ce lieu frai et humide un terrain de prédilection. Ils sont, à l’image des Auvergnats, prévenants et offrent aux pieds des promeneurs un douillet tapis de feuilles mortes qui  couvrent les aspérités tranchantes des blocs de lave sous-jacents.

 

cheire de côme,birlouette,corot,puy de dôme

 Même morts, ces arbres se rendent utiles et offrent l’hébergement et le couvert à des champignons au comportement grégaire. Il est émouvant de les voir ainsi serrés les uns contre les autres. La solidarité des auvergnats étant reconnue, les champignons de cette région  auraient-ils aussi l’esprit de famille ?

 

cheire de côme,birlouette,corot,puy de dôme

Le chemin que nous suivons comporte une dalle dénommée « pierre signée » dont les signes qu’elle comporte n’ont pas été déchiffrés à ce jour. Certains pensent qu’il s’agit  d’une borne marquant la limite d’un domaine seigneurial comme il en existe dans la région. Personnellement j’y vois  deux volcans, l’un à l’endroit et l’autre à l’envers surmontés de croix que j’interprète comme un imploration faite au ciel de ne pas réveiller le feu souterrain  provoquant les éruptions volcaniques.

 

cheire de côme,birlouette,corot,puy de dôme

Dans ce lieu sauvage d’où l’homme s’est retiré on assiste au ballet perpétuel de la vie et de la mort qui « nourrit » les nouveaux danseurs avec le corps de ceux qui sont tombés. De le contempler nous rend serein. Nos atomes rejoindront un jour ce grand maelstrom et nous ressurgirons quelque part, fleur animal ou humain (mais dans ce dernier cas  dieu fasse que ce soit dans un pays de vignes).

 

 

cheire de côme,birlouette,corot,puy de dôme

Jean Baptiste Camille Corot célèbre peintre du début du XIXème siècle, célèbre, entre autres, pour ses prodigieux paysages de sous-bois et qui voyagea en Auvergne est peut être passé en ce lieu. Car on  retrouve dans ses œuvres cette lumière voilée et cette  atmosphère si particulière pleine de mystère . Notez que la tache rouge, qu’il mettait dans ses toiles pour équilibrer le vert, est également ici présente, délicieux clin d’œil du hasard.

 cheire de côme,birlouette,corot,puy de dôme

Ayant fait le tour de la cheire, nous nous dirigeons vers le puy le plus proche pour en faire l’ascension. Mais il nous faut au passage franchir le tronc d’un sapin abattu, ce qui pour Gibus n’est qu’un jeu d’enfant. Pour ma part j’évite de me faire photographier dans ce genre d’exercice de peur de perdre de nombreuses lectrices.

 

 

cheire de côme,birlouette,corot,puy de dôme

Les obstacles se multipliant nous finissons  par nous demander si la nature ne nous envoie pas là un signe nous invitant à faire demi-tour. N’y aurait-il pas une éruption imminente ? Nous collons notre oreille au sol et n’y percevant aucune rumeur menaçante nous poursuivons notre chemin.

 

 

cheire de côme,birlouette,corot,puy de dôme

Et nous voilà en route pour le sommet où nous allons pouvoir apprécier de plus près la qualité du coton dont sont faits les nuages auvergnats.  Et bien, ce dont je peux vous assurer c’est qu’ils ne rétrécissent pas au lavage ni au rinçage (de ceux qui sont dessous !)

 

 

cheire de côme,birlouette,corot,puy de dôme

Le sommet nous offre une vue somptueuse sur le cratère du puy  où un petit bois de pins s’est réfugié pour se mettre à l’abri des vents dominants. Aussi pittoresques soient-ils, ces pins et leurs confrères (autres conifères, noisetiers, hêtres ) sont une menace pour le paysage si typique de la chaîne des puys qu’ils risquent de faire disparaître en les recouvrant.  Pour limiter ce phénomène la région soutient des éleveurs afin qu’ils fassent pâturer leurs bêtes sur les puys afin de maintenir un paysage « ouvert ».

 

 

cheire de côme,birlouette,corot,puy de dôme

Le lieu est un balcon idéal pour observer le puy de Dôme sur lequel les nuages viennent s’écraser nous donnant l’impression qu’il entre en éruption.

 

 

cheire de côme,birlouette,corot,puy de dôme

Mais nous sommes ici dans un monde de beauté de paix et de sérénité et si le soleil n’est pas dans le ciel il est dans nos âmes émerveillées (l’Auvergne me rend lyrique !)

 

 

cheire de côme,birlouette,corot,puy de dôme

Quelques nuages rebondissent sur le Puy de Dôme et se dirigent tout droit vers nous. Nous prenons  nos chaussures à nos oreilles (formule auvergnate équivalant à « prendre ses  jambes à son cou » mais qui exprime une vitesse encore plus grande tenant compte de l’intensité des pluies)  et dévalons le puy pour aller nous réfugier dans le calme et la volupté de notre Archipel où nous attend notre chère Birlouette (pour celles et ceux qui ne connaissent pas Birlouette,voir la notre précédente)

 

A suivre ….

 

Texte & Photos Ulysse

20/06/2011

Périple dans la chaîne des Puys (1ère partie)

 

lassolas,la vache,laschamp,archipel volcans

L’audacieux et somptueux Viaduc de Millau est, pour nous sudistes, la porte d’entrée des vastes espaces frais et sauvages de l’Aubrac, de la Margeride et de l’Auvergne. Ainsi en trois heures et demie, sans compter une halte culturelle  « aligot, saucisse aveyronnaise » incontournable à mi-parcours ((la gastronomie française est inscrite au patrimoine de l’humanité) nous voilà rendus à Laschamp, modeste village niché quasiment au pied du Puy de Dôme.

 

 

lassolas,la vache,laschamp,archipel volcans

Si le village de Laschamps est – soyons honnête-  moyennement pittoresque, le gîte d’étape- auberge « Archipel Volcans », où nous allons séjourner pour une semaine de randonnées à travers la chaîne des Puys, est un magnifique chalet en bois situé dans un vaste parc dominé par le maître incontesté des lieux : le  Puy de Dôme.

L’accueil de Marc et de Nathalie ainsi que de leur équipe  est des plus chaleureux et le talent d’Aurélie, qui œuvre à la cuisine avec Flo,  font de cet endroit une étape gastronomique.

 

 

lassolas,la vache,laschamp,archipel volcans

Cet accueil nous fait oublier la couverture nuageuse qui pour l’heure (en Auvergne ce genre d’heure dure souvent plus de soixante minutes !) recouvre le ciel et dispense une fine bruine rafraîchissante. Sans doute une initiative du syndicat des eaux minérales du Puy de Dôme qui souhaite ainsi donner aux bienheureux touristes un avant-goût de l’eau de Volvic.

Mais vous connaissez notre détermination et ce léger impedimenta ne nous dissuade pas d’aller « pedibus cum jambis » (j'ai retenu la leçon Alex !) à la conquête des premiers volcans de notre programme : les Puys de Lassolas et de la Vache

 

 

lassolas,la vache,laschamp,archipel volcans

Parlant de vache, si les auvergnats ont l’art et la manière  d’accueillir les touristes, ils savent aussi prendre soin de leurs bovidés. A l’opposé de ces odieux élevages en batterie où les animaux ne voient jamais le soleil, l’Auvergne, avec ses vastes prairies fleuries épargnées par la sécheresse, est le « club med » des ruminants.

 L’homme aussi, à vrai dire, est un ruminant, mais au contraire des bovidés auvergnats qui ruminent de  l’herbe pour nous offrir de délicieux fromages (Saint nectaire, Salers, Murol et Cie) notre espèce rumine souvent des idées noires ou de vengeance qui font le malheur de l’humanité. Nos hommes politiques, et nos présidents (ou "ex") en particulier, sont  de grands ruminants qui ne pensent qu’à pendre leurs rivaux sur des crocs de boucher (un comble !) ou à vanter traîtreusement les mérites du fromage de Hollande.

 

 

lassolas,la vache,laschamp,archipel volcans

S'il offre de dyonisiaques prairies, le Puy de Dôme est aussi un pays de forêts. De fait c’est l’Amazonie ou le Congo, mais sans - et c'est bien dommage - les petites et grosses bêtes qui pullulent dans les films d’aventure Hollywoodiens et qui font se jeter de belles héroïnes dans les bras de vieux aventuriers. Il faut dire que le bon mètre de pluie qui tombe annuellement dans la région n’est pas étranger à cet écosystème même si le sol volcanique relativement poreux l’absorbe rapidement.

 Si l’eau était si bonne que ça pour la santé, les arbres qui en boivent des mètres cubes ne devraient jamais mourir. Et c’est un spectacle émouvant de voir un grand résineux dont la cime narguait hier les étoiles finir ses jours allongé dans les bras bienveillants d’un congénère. Je songe en le voyant à une « pietà » forestière ! Vraiment, la nature n'a rien à envier à Michel-Ange.

 

 

lassolas,la vache,laschamp,archipel volcans

Nous arrivons au pied du puy de Lassolas dont le flanc offre un  tendre chemin herbeux qu'apprécient nos pieds habitués à la rocaille du Caroux. Car les pieds sont la vraie richesse du randonneur et le monde serait meilleur si tous les randonneurs aimaient leurs prochains comme leurs pieds.

Le nom de ce puy lui viendrait du patois « l’assolas » :  celui qui n’est pas seul » car il est accolé au puy de la Vache. On devrait enseigner à l’école la toponymie qui est une clé pour comprendre l’esprit ou l’histoire des lieux.

 

 

lassolas,la vache,laschamp,archipel volcans

Vous avez souvent l’occasion d’admirer l’agilité de mon ami Gibus et sa capacité à avaler les pentes les plus raides. Mais je veux rendre justice pour une fois à nos épouses qui font preuve d’un allant et d’une détermination remarquables. Le secret de leur vitalité et de leur éternelle jeunesse, ne vient pas de chez l’Oréal mais de chez Décathlon! Et elles le valent bien, assurément !

 

 

lassolas,la vache,laschamp,archipel volcans

Il faut dire que les paysages que l’on découvre en randonnée vous récompensent au « miltuple » des efforts fournis. On survole ces lieux où les hommes ont écrit sur le sol avec leurs mains et le soc de leurs charrues l’histoire de notre civilisation. Randonner c’est plonger dans nos racines et s’inscrire dans la chaîne infinie de leurs vies.

 

 

lassolas,la vache,laschamp,archipel volcans

Ayant gravi le puy de Lassolas, nous nous dirigeons vers celui de la Vache. On pourrait penser que son nom est inspiré du juron éponyme  qui nous vient spontanément aux lèvres quand on fait l’ascension du raidillon qui mène à son sommet. Mais non, il s’agirait plutôt d’une déformation « chuintée » - car ici les gens chuintent, comme ce bon vieux Valery (les morts comme les vieux sont toujours « bons ») - de l'expression « la Vaysse » qui correspond à une zone couverte de noisetiers.

 

 

lassolas,la vache,laschamp,archipel volcans

Des noisetiers il n’y en a pas au sommet mais par contre on découvre vers le sud un magnifique chapelets de puys sur lesquels se vautrent des nuages qui ressemblent à des fumerolles et nous font croire un instant au réveil des volcans. Ne souriez pas, car ce réveil n’est pas exclu par les experts….. mais à une date encore indéterminée ! (même en Auvergne où les pluies sont généreuses les experts ne se mouillent pas )

 Les puys de Lassolas et de la Vache sont parmi les volcans les plus jeunes de la chaîne (moins de 8000ans) et leurs éruptions ont éclairé les nuits des chasseurs-cueilleurs du néolithique qui vadrouillaient dans les parages. Quant ça pétait, ils devaient décamper dare-dare et de là vient peut être l’expression triviale « avoir le feu au cul !

 

 

lassolas,la vache,laschamp,archipel volcans

Ces deux puys étaient des volcans du type « strombolien »  c’est à dire éruptifs et ont projeté dans l’atmosphère  en abondance cendres, scories et « bombes » dont on voit ici  une relique sur le bord du cratère.

 

 

lassolas,la vache,laschamp,archipel volcans

Vers le nord, on découvre le Puy de Dôme qui domine la chaîne du haut de ses 1465mètres. Il s’agissait d’un volcan du type « péléen » d’où sont sorties d’énormes coulées de lave qui ont recouvert une partie de la plaine environnante. Mais nous irons le voir d’un peu plus près un autre jour.

 

 

lassolas,la vache,laschamp,archipel volcans

Le crachin poursuivant sa douce œuvre brumisante et régénérante sur nos visages habituellement brûlés par le soleil méditerranéen , nous prenons le chemin de notre gîte en pressant le pas.

 

Dès notre arrivée, des Birlouettes à la châtaigne viennent délicieusement clore cette première escapade. Car la pluie auvergnate, aussi fraîche soit-elle, ne désaltère pas !

 A suivre......

Texte & Photos Ulysse (Sauf la 7ème Gilbert B.)

14/06/2011

En route pour Rosis, la montagne d’or !

 

sénat,or,hercule,rosis

Notre pouvoir d’achat est en berne mais le cours de l’or n’a jamais été aussi élevé. Les bijoutiers nous font ainsi des offres mirobolantes pour racheter nos bijoux de famille (les vrais !) et des apprentis « forty-niners » écument le moindre ruisseau à la recherche de pépites.  Un conseil donc : ne dormez pas la bouche ouverte sous peine de vous réveiller sans vos couronnes en métal doré. On sait pourtant que l’or rend fou mais ça ne calme pas pour autant la frénésie de ses adorateurs. Qui possède un million en veut deux ; qui en a deux en veut quatre et ainsi de suite, tous ces millionnaires étant engagés dans une compétition forcenée pour être le plus riche macchabée du cimetière.

Heureusement épargné par cette frénésie grâce à l’attention sans faille de mon inspecteur des impôts (qu’il en soit remercié) je vous propose de partir en quête du seul or qui vaille, de cet or qui ne corrompt pas mais enchante : l’or des genêts qui fleurissent  dès la fin mai sur la montagne de Rosis.

Nul besoin d’exploiter ou de truander son prochain ou d’appartenir à la confrérie des banquiers, assureurs, sénateurs, marchands de téléphones mobiles, de produits pétroliers ou d’eau minérale pour pouvoir contempler cet or là.  Bien au contraire. Des goûts simples, l’aptitude à l’amitié et à la solidarité ainsi que de bons mollets sont de rigueur. Tout ce que l’on risque dans l’aventure c’est de prendre un bain non désiré dans le torrent qu’il faut traverser pour partir à l’assaut de cette somptueuse montagne.

 

sénat,or,hercule,rosis

La beauté de cet endroit vous donne, je n’en doute pas, l’envie de séjourner quelques jours dans cette masure. Profitez en car pour le moment elle est libre ! Certes le confort en est plus que sommaire et les voisins, mulots, fouines, mouflons, n’arrêtent pas d’aller et venir la nuit, mais quel bonheur de pouvoir assister au lever et au coucher du soleil sur ces genetières.

 

 

sénat,or,hercule,rosis

Outre leur somptueuse beauté , ces genetières tiennent le sol, évitant ainsi l’érosion. Autrefois, elles étaient broutées par les moutons et servaient, notamment dans le lodévois tout proche,  à fabriquer de la toile plus résistante que celle en chanvre ou en lin.

 

 

sénat,or,hercule,rosis

Nous arrivons en vue d’un lieu familier à mes plus fidèles  lectrices et lecteurs : le portail de Roquandouire, curiosité géologique située sur le chemin qui mène au hameau de Caissenols et au Plo de Bru.

  

sénat,or,hercule,rosis

Cet étonnant vestige d’une couche sédimentaire mise à la verticale par la surrection des Pyrénées est un lieu idéal pour faire une halte un jour de grand vent, qu’il vienne de la Méditerranée ou de la Montagne Noire .

 

sénat,or,hercule,rosis

Si l’or  en barre n’a pas d’odeur (bien que certains aient du flair pour le repérer !) celle des genetières est envoûtante et nous prenons de la hauteur pour ne pas en être grisés.

 

 

sénat,or,hercule,rosis

Parvenant, ahanant et soufflant en vue du Plo de bru, un arbrisseau nous tend une branche secourable pour nous aider à franchir les derniers mètres. Nous déclinons son offre charitable de peur de le briser. Ce n’est pas que nous soyons lourds car sveltes - vous n’en doutez pas j’espère - nous sommes. Mais nos sacs, eux le sont, car chargés de nombreux flacons (leur contenu relève du domaine privé)

 

 

sénat,or,hercule,rosis

Cet arbrisseau n’est que l’avant-garde d’une vaste pinède qui couvre  la partie orientale du Plo de Bru et abrite un champ de myrtilliers, témoin d’un sol léger et acide.  Les baies riches en vitamine C et en polyphénols (qui ont un rôle préventif contre le cancer)  sont délicieuses. Malheureusement il est déconseillé de les consommer dans les regions où le renard est malade de l'échinococcose ou "ténia du renard" à cause du risque de contamination à l'homme. C’est pourquoi nous sommes contraints d’aller chercher nos polyphénols dans le jus de vitis-vinifera (les plus mauvaises excuses font le sel de la vie).

 

sénat,or,hercule,rosis

Ayant atteint le col de l’Ourtigas, nous  redescendons vers le hameau de Caissenols pour y faire la pause pique-nique. Quelques amoureux de ce lieu ont, au cours des mois précédents, refait la toiture de la bâtisse principale qui prenait l’eau et réhabilité l’intérieur pour le plus grand bonheur des randonneurs de passage. Je saisis l’occasion, si jamais ils me lisent, de les en remercier chaleureusement.

 

 

sénat,or,hercule,rosis

Il faut dire que c’est un lieu idyllique hiver comme été où l’on peut se livrer sans vergogne (pourquoi vergogne y aurait-il d’ailleurs ?) à une sieste à l’air libre ou sous abri. Les polyphénols du raisin auraient, paraît-il, outre leur bénéfice anti-cancer un effet légèrement soporifique.

 

 

sénat,or,hercule,rosis

Sortis de nos flacons vides comme le  génie de la lampe d’Aladin, un bestiaire fantasmagorique vient alors peupler nos rêves. On y voit ainsi le taureau de Crète poursuivi par Hercule…

 

 

 

sénat,or,hercule,rosis

Soudain le barrissement de l’un des éléphants perdus par Hannibal  au cours de son périple nous réveille en fanfare pour nous signaler qu’il est temps de lever le camp.

 

 

sénat,or,hercule,rosis

Et là , sur le chemin du retour, une émouvante scène nous attend : Un mouflon juvénile accompagné de sa mère sont sur le sentier. Grâce au vent contraire la mère ne nous a pas sentis venir et continue de brouter. Le juvénile qui n’a jamais rencontré d’homme et n’a donc pas appris à le craindre nous regarde ébahi, instant d’étonnement pour lui et d’émerveillement pour nous, gratifiés par cette confiance spontanée et innocente.

 

 

sénat,or,hercule,rosis

Mais la mère, mue sans doute par son instinct, lève la tête et nous découvre : stupeur et effroi se lisent dans son regard !

 

 

sénat,or,hercule,rosis

En une demi seconde c’est la fuite ! Cette scène illustre la piètre image dont jouit l’homme dans le monde sauvage où la rumeur court, aussi bien sur la  terre, dans le ciel que sous la mer, que nous sommes des prédateurs impitoyables. Et me reviennent en mémoire ces images insupportables d'un documentaire animalier, où l’on voit un chasseur embrasser la crosse de son fusil chaque fois qu’il tue un animal. Bourreau sans merci et pitoyable ayant autant d’intelligence qu’une bûche et  imperméable à la beauté du monde. J'espère que ces "bûches" là brûleront , au moins quelques jours, en enfer ! 

 

Texte & Photos Ulysse (sauf Marie B  pour la photo de sieste car je faisais partie des « rêveurs »)

 

19:31 Publié dans tourisme | Lien permanent | Commentaires (26) | Tags : sénat, or, hercule, rosis

06/06/2011

Jouez la fille de l'air vers le Puech-Haut !

st etienne de gourgas,cendrars,puech-haut,aubaygues

Vous êtes maussade, morose, désabusé(e), abattu(e), attristé(e),  en clair vous  avez le moral dans les chaussettes et l’humeur qui rampe derrière votre ombre. Et il y a de quoi ! Le chocolat noir a encore augmenté, le prince William est marié et le prince Albert le sera bientôt (je m’adresse là à mes lectrices) les seins nus sur les plages sont passés de mode et Pippa Middelton a un petit ami (là, je vise mes lecteurs) et, « patate sur la tartiflette » (formule savoyarde équivalente à « cerise sur le gâteau ») notre "tsarounet" Nicolaïev remonte dans les sondages !

Face à cette avalanche de mauvaises nouvelles, vous n’avez qu’une envie : jouer la fille de l’air (c’est aussi permis aussi aux garçons !). Ca tombe bien je connais un chemin qui part du charmant village d’Aubaygues et qui mène dans les airs . Je vous invite donc à le suivre

 

 

st etienne de gourgas,cendrars,puech-haut,aubaygues

 A vrai dire avant de gagner les airs, le chemin  ménage notre souffle et nos gambettes en restant à l’horizontale le temps que l’on s’échauffe. On peut ainsi profiter pleinement du splendide spectacle qu’offrent les cimes environnantes nimbées d’un voile bleuté.

 

 

st etienne de gourgas,cendrars,puech-haut,aubaygues

Nous traversons une magnifique forêt de feuillus d’où émerge un pin solitaire lancé dans une course éperdue vers le ciel. Qu’il se rappelle le destin funeste de Nicolas Fouquet dont la devise était «  Quo non ascendet » (jusqu’où ne montera-t-il pas).

 

 

st etienne de gourgas,cendrars,puech-haut,aubaygues

Pour vous récompenser de votre fidélité à me lire, je me décide à vous livrer enfin le secret qui nous permet de grimper sur les cimes plus vite que Nicolaïev ne monte les marches du  perron de l’Elysée (et pourtant, dieu, qu'il aime les monter ces marches !).

La vérité est que nous « carburons » à la pâte de figue de Chris….

 

 

st etienne de gourgas,cendrars,puech-haut,aubaygues

 …et aussi à la pâte de coing de Nelly ! Ceci dit, je ne peux pas, hélas vous en donner les recettes car elles sont protégées de génération en génération par le secret de famille !

 

 

st etienne de gourgas,cendrars,puech-haut,aubaygues

  Avec de tels « carburants » aucune côte ne nous effraie et nous « avalons » celle qui nous fait face en moins de temps qu’il n’en faut à mes petits enfants pour avaler une fraise « Tagada »

 

 

st etienne de gourgas,cendrars,puech-haut,aubaygues

Je me doute que vous avez du mal à nous suivre et je vous mets une photo avec un replat pour que vous repreniez votre souffle.

 Admirez au passage le faisceau de lumière irisée qui descend des nues. Nous aurions été au XIXème siècle j’aurais pu prétendre avoir vu la vierge Marie entourée d’angelots et j’aurai été canonisé. Mais nous sommes au XXIème et on me répondrait en ricanant que c’est un génie sorti de la bouteille de rosé que j’emporte toujours avec moi dans mon sac.

 

 

st etienne de gourgas,cendrars,puech-haut,aubaygues

Que le ciel soit vide ou pas (je laisse à chacun d'en décider)  le monde ici-bas est une splendeur que les hommes feraient mieux de contempler plutôt que de s'étriper aux quatre coins de la planète (je sais qu'elle est ronde, mais c'est une formule!)

 

 

st etienne de gourgas,cendrars,puech-haut,aubaygues

 Admirons l’art des anciens qui, sans autres matériaux que des pierres ramassées ou arrachées au sol, bâtissaient des merveilles, telles que la bergerie du Puech Haut.

 

 

st etienne de gourgas,cendrars,puech-haut,aubaygues

Bâtisseurs nous le sommes aussi, à une plus modeste échelle. Gibus parachève, en effet, le cairn placé au sommet  du Puech-Haut (756m). Les cairns étant destinés à mettre les hommes sur le droit chemin, la Bible dit (verset 924) que ceux qui contribueront à leur édification se verront  à leur mort ouvrir les portes du paradis et y bénéficieront de la pension complète avec vin à volonté. Mon ami Gibus, étant comme moi, sceptique à l’égard de  ce genre d’offre commerciale, je suis sûr que son geste est totalement désintéressé.

 

 

st etienne de gourgas,cendrars,puech-haut,aubaygues

 Le résultat est un chef d’œuvre d’équilibre auquel les fleurs déposées par Marie, la femme de Gibus, confère une note de poésie. Bien que l’on n’en ait jamais trouvé aucune  preuve, je suis  certain que les femmes de Cro-Magnon avaient déjà dans leurs grottes des vases avec des bouquets de fleurs et mettaient des rideaux en vichy pour en fermer l’entrée.

 

 

st etienne de gourgas,cendrars,puech-haut,aubaygues

En matière de poésie, la nature n’est pas en reste car le sommet du Puech-Haut est couvert d’iris nains qui résistent ainsi au  vent souvent violent qui souffle en ces lieux.

 

 

st etienne de gourgas,cendrars,puech-haut,aubaygues

Redescendant des « airs » en direction d’Aubaygues, nous passons en contrebas de l’église du XIIème siècle de St Etienne de Gourgas qui se dresse fièrement à l’entrée du Cirque du Bout du Monde creusé par un méandre du ruisseau de la Bronzinadouïre dans les falaises calcaires des contreforts du plateau du Causse du Larzac.

 Avec ses appellations exotiques, cet endroit aurait plu à Blaise Cendrars grand écrivain-voyageur qui disait « qu’il ne trempait pas sa plume dans un encrier mais dans sa vie et dont il faut lire « Bourlinguer ».  Heureux Gorgasiens et Gorgasiennes  qui vivent au milieu d’un tel décor  qui les protège de surcroît du glacial vent du nord !

  

 Texte & Photos Ulysse (sauf l'antépénultième Marie B.)