suivi de mon blog
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

25/09/2011

Périple pyrénéen : 2) Le Pic Rouge de Bassiès (2676m)

 

DSC07275.JPG

Pour entreprendre une course en montagne, il faut se lever généralement avant le soleil, ce gros paresseux qui aime faire son lit dans le fond tiède des vallées. On baigne alors dans une atmosphère gris-bleutée qu’illuminent les taches argentées des lacs où se déverse la lumière qui envahit peu à peu le ciel.

 

 

DSC07683.JPG

Soudain vers l’occident, la cime d’un sommet s’allume d’une lumière rose orange ; puis le feu s’étend et gagne les cimes avoisinantes et dévale les pentes, brûlant bientôt les derniers oripeaux de la nuit qui s’enfuit.

 

 

DSC07293.JPG

L’esprit encore un peu ensommeillé nous suivons notre guide Gibus, profitant  des quelques mares d’eau que le sentier longe, pour nous rafraîchir les idées et  finir de nous réveiller.

 

 

DSC07288.JPG

Nous sommes ici au pays de l’ours et d’ailleurs nous en croisons un qui se repose au soleil insouciant des polémiques que sa présence fait naître dans les vallées. Au nom de quel principe l’homme peut-il prétendre décider des espèces qui ont le droit de vivre en ces montagnes ? Une heureuse cohabitation est possible pour peu que chacun y mette du sien, n’en déplaise à ceux qui ont une approche exclusivement « picaillonnesque » de l’existence humaine.


 

DSC07294.JPG

A un détour du chemin, nous apercevons au loin notre objectif, le Pic Rouge de Bassiès (2676m) dont la pente qui mène au sommet ressemble à une piste d’atterrissage. Peut-être est ce en ces lieux d'ailleurs qu’atterrissent et décollent les anges gardiens qui viennent de temps en temps sur terre pour veiller sur nous ; de moins en moins souvent au demeurant, ne trouvez vous pas, mais il faut dire que le comportement de l'humanité a de quoi les désespérer !.

 

 

DSC07296.JPG

Quand on part faire un sommet mieux vaut ne pas trop regarder le but à atteindre sous peine de se décourager. La mesure de nos pas paraît en effet incongrue par rapport à la distance qui nous sépare de l’objectif et l’on doute de  jamais pouvoir l’atteindre.  Il faut alors se concentrer sur soi même, sur sa respiration, son cœur qui bat, s’installer dans son effort comme si c’était un état naturel  et avoir les dix prochains mètres du chemin pour horizon. Cet horizon « glissant » vous aspire alors dix mètres après dix mètres et vous arrivez enfin surpris et infiniment heureux au sommet.

 

 

DSC07307.JPG

Mais pour l’heure nous n’y sommes pas encore  et nous levons quand même parfois les yeux pour jouir du spectacle féerique des montagnes environnantes qui forment une galaxie bleutée dont nous occupons le centre.

 

 

DSC07312.JPG

Parvenus à un col, nous apercevons en contrebas le refuge et le chapelet d’étangs de Bassiès dont pas un souffle d’air ne vient troubler la surface. S’il n’y avait nos coeurs qui battent dans nos poitrines nous pourrions croire le monde frappé, par un sortilège, d’immobilité.

 

 

DSC07314.JPG

Plus nous nous rapprochons de notre objectif et plus la pente devient ardue. Chacun se concentre et regarde ses pieds. Ce qui est beaucoup mieux que de se regarder le nombril comme nous y invite la société d'aujourd'hui. N'oublions pas que c’est avec ses pieds que l’homme a conquis le monde alors que la contemplation de son nombril conduit à un repli sur soi et à une conduite infantile, comme l'illustre abondamment la rubrique "pipole" des tabloïds.

 

 

DSC07326.JPG

Nous faisons une halte « fruits secs » (indispensable aliment du randonneur) sur un replat herbeux, d’où l’on aperçoit le Pic des Carrots dont les contreforts sont revêtus d’une toison forestière. Celle-ci doit atténuer la morsure des grands froids sur sa peau pendant l’hiver, ce qui est bienvenu.  Car quand la montagne a froid, elle frissonne, ce qui provoque des avalanches et des chutes de pierres.

 

 

DSC07330.JPG

 Passant au dessus de l’un des étangs de l’Escalé, nous apercevons à sa surface un immense papillon argenté, surprenant et éphémère mirage crée par le vent.

  

DSC07359.JPG

Nous faisons  une dernière pause avant d’attaquer la pente finale constituée d’éboulis. Quand on voit les montagnes ainsi  taraudées, crevassées, leurs pentes jonchées de blocs de pierres on se les imagine dans leur prime jeunesse avec des parois lisses vertigineuses vierges de toute érosion. Mais il n’en a jamais été ainsi car leur gestation a pris plusieurs millions d’années, poussant de quelques millimètres par an et elles ont donc été ridées dès leur adolescence. Ces rides nous racontent leur histoire. Notre société, atteinte de jeunisme et angoissée par la perspective de la déréliction de nos organismes veut conserver des visages et des corps lisses sans histoire et donc sans vie.

 

DSC07381.JPG

Nous voilà au sommet. Vous en êtes les premiers surpris ! Vous ne vous en pensiez pas capables et pourtant vous y êtes arrivés . Bon, il est vrai que je vous ai un peu aidé, mais la prochaine fois que vous irez seul, je ne doute pas que vous y parviendrez aussi  ! Essayez !

 

 

DSC07373.JPG

La grande fierté que l’on éprouve alors c’est d’être à la même hauteur que les nuages, ces infatigables et merveilleux voyageurs qui nous narguent quand on se traîne en bas dans la vallée.

 

 

DSC07401.JPG

La descente ensuite n’est que du bonheur ! Les jambes te l’esprit sont en « roue libre » et les lacs nous offrent leurs eaux rafraîchissantes.

 

 

DSC07425.JPG

Mais attention !  Que l’extase qui vous gagne à la descente ne se transforme pas en arrogance et vous entraîne à dire : " Finalement le Pic de Bassiès, c’était fastoche " car vous seriez instantanément transformé par les Oréades, nymphes des montagnes extrêmement susceptibles,  en statue de pierre, comme ce pauvre bougre que l'on aperçoit ici  condamné à rester à jamais dans ces lieux ! Mais finalement est-ce un si funeste destin que de devoir rester ici .....?

 A suivre…..

Texte @ Photos Ulysse


19/09/2011

Périple pyrénéen : 1) La montée au refuge de Bassiès

 

couleuvre,catalogne,racou,collioure

 Nous voilà partis (Gibus, Marie, Rémi, Suzanne, Jean Mi , Ghis, Jo et Bibi) pour le refuge de Bassiès, sis à 1647 mètres au cœur d’un cirque glaoiaire parsemé de lacs au sein des Pyrénées ariégeoises. La météo est favorable, attestant ainsi que l’Ariège n’est pas, comme le prétendent les mauvaises langues, la « Bretagne » pyrénéenne. Encore qu’il me souvient y avoir passé quinze jours de vacances pluvieuses, mais c’était il y a plus de quinze ans, il y a donc prescription.

 

 

couleuvre,catalogne,racou,collioure

Un superbe chemin caladé  mène au refuge, construit il y a plusieurs siècles sans doute pour permettre la transhumance des moutons, le cirque offrant des prairies généreuses.

 

 

couleuvre,catalogne,racou,collioure

Nous arrivons au bord de l’étang artificiel de l’Escalès dont les rives se prêtent à une pause picnic dyionisiaque.  Ses eaux bleutées idylliques nous invitent à la baignade en compagnie de truites qui attirent de nombreux pêcheurs. On voit ces derniers comme des gens pacifiques et respectables, amoureux de la nature, et pourtant chaque année  des plongeurs doivent retirer du lac les sacs d’ordures que certains d’entre eux y jettent pour ne pas avoir à les ramener. Tristes sires !

 

 

couleuvre,catalogne,racou,collioure

 Reprenant notre périple, nous dérangeons deux chevaux en liberté qui se désaltèrent  au bord de l’étang Long. Leur reflet  a tant de présence qu’on s’attend à les voir sortir de l’eau en s’ébrouant !

 

 

couleuvre,catalogne,racou,collioure

Quelle étonnante faculté a l’eau de dédoubler ainsi le monde environnant au point que l’on ne sait plus  vraiment où est le monde réel. N’en est-il pas de même parfois avec notre esprit qui donne vie à des fantasmes, des obsessions et des préjugés. Jetons leur mentalement une pierre pour qu’ils s’évanouissent.

 

 

couleuvre,catalogne,racou,collioure

Au terme de deux heures de marche, nous arrivons en vue de l’étang Majeur derrière lequel nous apercevons le toit gris du refuge de Bassiès. Les sacs à dos commençant à tirer sur les épaules, chacun apprécie la perspective de bientôt pouvoir les poser. Des visions de mousse blanche surmontant un liquide frais et doré…(mirage fréquent après un effort intense en montagne) envahissent alors nos esprits.

 

 

couleuvre,catalogne,racou,collioure

Mais pour le moment l’or est dans le lac où la chevelure d’invisibles sirènes forment à la surface de l’eau d’élégantes arabesques. Des esprits triviaux prétendront que ce ne sont que des algues, mais ces gens là sont  des rabats joies qui ne regardent que votre doigt quand vous leur montrez la lune.

 

 

couleuvre,catalogne,racou,collioure

Manifestement en ces lieux, il gèle l’hiver à pierre fendre et il faut avoir un cœur de pierre pour ne pas être ému par le sort de ce roc fendu. Magie de l’eau insaisissable et qui file entre nos doigts mais auquel le gel confère une puissance redoutable. Le gel n’est pas indispensable d’ailleurs. Car c’est en imprégnant d’eau des coins de bois fichés dans des entailles de la pierre que les anciens Egyptiens détachaient les pierres servant à fabriquer les obélisques des carrières

 

 

couleuvre,catalogne,racou,collioure

Nous voici enfin au refuge, cette « machine à remonter le temps ». Y séjourner c’est revenir à la vie d’autrefois. Pas de radio, pas de télé, pas de journaux, pas d’eau chaude pour se laver, et de la lumière avec parcimonie (1 heure le matin et 2 heures le soir) . Ajoutez y  la promiscuité humaine  chaleureuse mais sans « chichis » des dortoirs et des salles d’eau. Ces lieux ne sont pas fait pour les introvertis  et les nez délicats. 

couleuvre,catalogne,racou,collioureLa terrasse est l’endroit incontournable des refuges. De retour d’une randonnée, le grand plaisir est d’y traîner  en compagnie de jolies  et  pétillantes blondes ou brunes….ou pour les moins délurés, d’un café ou d’un chocolat. On y  lit aussi, on rêvasse, on discute des courses effectuées ou de celle que l’on fera demain, si la météo - ou pour les croyants Jehova, Vichnou ou Allah -  le permet (la météo n’étant au demeurant guère plus fiable que les dieux).

 

 

couleuvre,catalogne,racou,collioure

On y admire surtout le somptueux paysage tout en jouissant d’une tranquillité et simplicité  qu’aucun cinq étoiles au monde ne peut vous offrir, car ici les verroteries et ferrailleries qui s'entrechoquent ou pétaradent au sein ou devant les les palaces ne sont pas de mise.

 

couleuvre,catalogne,racou,collioureMais, signe des temps, on y rencontre parfois, hélas, quelques « crapouilles » qui abandonnent leurs mégots devant le refuge (comme ils le font d’ailleurs sur les plages ou dans les rues). Insondable, incompréhensible et incurable stupidité de certains homo sapiens qui doivent avoir dans leur patrimoine génétique des gènes du cancrelat. Les randonneurs et alpinistes (ou les pêcheurs comme on l'a vu tout à l'heure) ne sont pas hélas exempts de ce genre de comportement, comme en témoigne les immondices laissés en haut des sommets de l'Himalaya.

 

 

couleuvre,catalogne,racou,collioure

Le torrent voisin sert de douche aux plus courageux. Si la température de l'eau est proche de celle d'un pastis marseillais, on a en compensation – oh ! luxe suprême - le libre choix de la vasque. Quant à la qualité de l'eau, elle est de premier choix ! C’est comme si l’on prenait un bain dans de l’eau d’Evian ! Et ça, même dans les « Dix étoiles » on ne vous l’offre pas !

 

couleuvre,catalogne,racou,collioure

 Nous revenons au refuge au moment où un vent facétieux déverse quelques sacs de nuages dans la vallée. Mais en montagnards expérimentés nous ne nous laissons pas impressionner. Comme le dit un dicton local « Si tu vois  des nuages à midi, fuit, si tu en vois après dix sept heures, à la bonne heure ! »

 

 

couleuvre,catalogne,racou,collioure

Et c’est pourquoi nous préparons sereinement notre ascension du lendemain qui doit nous mener au sommet du Pic Rouge de Bassiès à 2676 mètres (de gauche à droite: Rémi, Gibus, Bibi, Jo et Jean-Mi ).

 

 

 

couleuvre,catalogne,racou,collioure

Mais la nuit tombe et les derniers oripeaux du jour se noient dans la rivière qui alimente les lacs, l’illuminant quelques instants avant de sombrer définitivement.  Ce sera bientôt l’extinction des feux dans le refuge et l’heure d’aller se coucher. Demain une rude journée nous attend !

 

 A suivre….

 

Texte et Photos Ulysse (sauf l’avant dernière Marie B)