suivi de mon blog
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

27/09/2012

Images d'Aubrac (2ème partie)

Avant de vous emmener à la découverte des cîmes andorranes, je poste une dernière note estivale qui fait suite à celle publiée en août dernier....

IMG_3188.JPG

Le plateau de l’Aubrac est sillonné de milliers de chemins accessibles aux mollets et aux cœurs les moins aguerris. Ici pas de pic ou d’abîme, pas de côte vertigineuse, mais de molles ondulations qui renouvellent sans cesse la vue que l’on a du paysage. Certains chemins sont ombragés et on les suit non pas pour fuir le soleil, qui en ce pays n’est jamais ardent, mais pour s’imprégner de leur mystère. Les murs moussus qui les bordent nous ramènent quelques siècles en arrière et notre âme se mêle à celles de tous ceux qui au cours des âges sont passés par ici.

 

IMG_3187.JPG

L’Aubrac est une immense éponge et d’ailleurs son nom lui viendrait du vieux mot occitan « brac » qui veut dire boue. L’eau qui aime la facilité emprunte souvent les chemins.  Mieux vaut donc que vous soyez du genre amphibien pour prendre plaisir à y baguenauder. Pour ma part, ayant au cours de ma longue carrière de randonneur essuyé moult déluges, je ne crains pas l’eau, du moins tant qu’elle n’atteint pas le niveau de mon gosier.

 

IMG_3201.JPG

Poussés par le vent et ne rencontrant aucun obstacle les nuages déferlent au dessus de cet océan d’herbe, en prenant garde toutefois à ne pas se griffer aux piquets qui bornent les champs.


 

IMG_3212.JPG

Les rares promontoires ont la rondeur et la douceur d’un sein (non siliconé !) l’Aubrac ayant été raboté par d’immenses glaciers il y a près de vingt mille ans.

 

IMG_3214.JPG

Le ballet des nuages crée un jeu d’ombres et de lumière qui varie sans cesse. C’est le paradis de rêveurs et des nonchalants qui peuvent y faire un voyage immobile !

 

IMG_3217.JPG

L’Aubrac est un défi lancé aux peintres pour reproduire ce prodigieux camaïeu de verts.

 

IMG_3254.JPG

Mais il arrive que le ciel soit vierge de tout nuage en Aubrac, alors ce pays  ressemble à l’image que je me fais du paradis. D’ailleurs n’entendez vous pas les belles blondes et rousses qui batifolent dans les prés claironner : « On est vachement bien ici ! »

 

IMG_3237.JPG

Parlant du paradis je vous invite à visiter le village de Saint Urcize situé sur le chemin de Compostelle et son église Saint Michel qui arbore un étonnant clocher-peigne qui porte l’une des plus anciennes cloches de France (1583). 

 

IMG_3229.JPG

Bâtie au XIIème siècle,  elle est ornée de magnifiques vitraux modernes représentant des animaux bibliques, dont la colombe qui ramena à Noé un rameau d’olivier attestant que les eaux du déluge avaient enfin reflué et qu’il pourrait bientôt aborder la terre ferme.

 

IMG_3233.JPG

Par contre je ne connais pas la symbolique liée à ce cerf, mais j’ai été subjugué par sa beauté et je souhaitais vous faire partager cette émotion. J’espère que les humains qui prennent plaisir à tuer ces animaux se retrouvent après trépas dans un endroit où ce sont eux les proies !

 

Texte & Photos Ulysse

09:49 Publié dans tourisme | Lien permanent | Commentaires (47)

21/09/2012

Images de Corrèze et de Dordogne

 

curemonte,bergerac,sarkozy,sarlat

Après avoir visité Collonges la Rouge  nous arrivons à Curemonte, la blanche, ce joyau médiéval situé sur un promontoire qui domine les vignobles vallonnés de Branceilles. Et oui, on fait du vin en Corrèze et du bon, notamment à la cave au nom évocateur  des «  Mille et une pierres »  car son vignoble s’étend sur des coteaux couverts de cailloux blancs.

Il faut goûter en particulier au vin « paillé » issu d'une tradition du Moyen-Age. Les meilleures grappes sont récoltées à la main, puis  déposées sur des clayettes avant d’être mises à sécher dans des locaux aérés.  Lors du passerillage, le raisin se déshydrate et se concentre en sucre et en arômes.  A l’approche de Noël, les raisins sont pressés, le Vin Paillé est ensuite élevé pendant deux ans minimum. Appelé aussi « Miel des Muses », ce vin peut être servi en apéritif, en accompagnement de foie gras… Un vin idéal pour les fêtes à venir .

Héritage de son prestigieux passé, Curemonte possède rien moins que trois châteaux, trois églises, sept "maisons nobles", une halle, ainsi qu’un bel ensemble de maisons rurales ayant conservé leur authenticité. L’un des  châteaux a été construit au milieu du XVIème siècle par Jean de Plas qui fut, excusez du peu,  ambassadeur de Louis XII et de François 1er en Ecosse. Cela devait être pittoresque  d’entendre annoncer à la cour d’Ecosse la venue de l’ambassadeur par un « Mister Plas from Curemonte »

C’est dans ce château que Colette s’est réfugiée pendant l’exode pour y écrire son livre autobiographique « Journal à rebours » dont je vous invite à lire ce délicieux extrait. Quelle langue ! Quelle concision et limpidité dans le style dont pourraient s’inspirer certains abscons et besogneux écrivaillons d’aujourd’hui.

 

curemonte,bergerac,sarkozy,sarlat

Ce village est à l’écart des circuits touristiques et l’on peut tranquillement déambuler dans ses ruelles pour admirer ses richesses architecturales, telle que son église romane du XIIème siècle munie d’un clocher-mur appelé aussi clocher-peigne. 


 

curemonte,bergerac,sarkozy,sarlat

On découvre dans cette église un étonnant retable du XVIIème siècle qui n’est pas un chef d’œuvre, certes, mais qui surprend et séduit par ses couleurs vives et son style « sud américain ». Au risque de choquer les croyants, je dirais que la scène est presque festive et que l’artiste semble avoir été plus soucieux de montrer ses talents de coloriste que d’exprimer de la compassion à l’égard du Christ et de Marie. 

 

curemonte,bergerac,sarkozy,sarlat

Les villas contemporaines construites sur les flancs de la colline respectent le style des maisons du village pour en préserver l’harmonie. On ferait bien de s’en inspirer dans  mon département l’Hérault où prolifèrent des lotissements sans âme et sans unité entourés d’hideux murs en cairons bruts. 


 

curemonte,bergerac,sarkozy,sarlat

Nous voici au pied du village de Turenne dont le château domine les maisons disposées en amphithéâtre sur les flancs abrupts d’une colline. Son nom lui vient d’ailleurs du terme celtique « turra » qui veut dire hauteur. C'est un lieu de séjour idéal pour visiter la région et si vous êtes à la fois gourmet et romantique  (et vous l'êtes puisque vous lisez mon blog) je vous conseille de faire une halte à la Maison des Chanoines, magnifique demeure du XVIème siècle transformée en hôtel de charme.


curemonte,bergerac,sarkozy,sarlat

Les vicomtes de Turenne, dont on voit ici les ruines du château, ont compté quelques hommes illustres : tout d’abord Henri de Bouillon, lieutenant d’Henri IV et chef des Huguenots du Limousin et  surtout son fils le « grand » Turenne, maréchal de France, aux faits d’armes légendaires, et qui sauva maintes fois le royaume.

Un troisième « Turenne » est également célèbre, mais pour de mauvaises raisons : il s’agit du frère aîné du maréchal qui, lorsqu’il hérita de la vicomté, organisa une fête d’une telle munificence qu’elle resta dans les mémoires sous le nom de « semaine folle de Turenne » et qu’il fallut prélever l’équivalent de deux années d’impôts pour rembourser les dépenses occasionnées. 

 

curemonte,bergerac,sarkozy,sarlat

On ne peut traverser la Dordogne sans visiter Sarlat-la-Canéda, capitale du Périgord Noir, dont les ruelles médiévales sont  bordées d’hôtels particuliers de style gothique ou renaissance, d’églises, de belles demeures « bourgeoises » et d’une multitude de restaurants, passés maîtres dans l’art de cuisiner la truffe et le foie gras.


 

curemonte,bergerac,sarkozy,sarlat

On y vient des quatre coins du monde et on y voit même des volailles qui,  à leurs risques et périls, ne peuvent résister à l’attrait de visiter ce temple de la gastronomie où elles sont à l’honneur.

 

curemonte,bergerac,sarkozy,sarlat

La densité des visiteurs est telle qu'il faut parfois jouer des coudes pour avancer dans ses ruelles étroites. Certains d'entre eux feraient bien d'être sur leurs gardes car leur tenue vestimentaire laisse voir des cuisses, des magrets et des manchons qui pourraient intéresser des restaurateurs du genre de ceux qui officiaient à la célèbre Auberge Rouge.

Mieux vaut d’ailleurs y aller hors saison si l'on veut pouvoir faire ses emplettes sur le gargantuesque marché  qui s’y tient tous les matins. Un « must » pour les gourmands est de faire le « marché au gras » (où, je vous rassure, les minces sont également admis) qui se tient tous les jours de décembre à février sur la grand place.

 

curemonte,bergerac,sarkozy,sarlat

Beaucoup plus calme et bercée par les flots bleus de la Dordogne, voici Bergerac, aussi  plaisante à visiter que le vin qui porte son nom l’est à boire. Je vous recommande, en  particulier, ceux produits par le Château de la Jaubertie qui appartient à des anglais. S’il est un  domaine dans lequel on peut faire confiance aux représentants de la perfide Albion c’est bien celui du vin. Bergerac est aussi  - hélas - la capitale française de la culture de l’herbe à Nicot,  « but  nobody’s perfect!».


curemonte,bergerac,sarkozy,sarlat

Sur la place qui jouxte l’église St Jacques se dresse la statue de Cyrano de Bergerac qui n’a pourtant rien à voir avec cette cité. En effet le personnage créé par Edmond Rostand est inspiré d’un écrivain du XVIIème siècle, Hercule Savignin Cyrano de Bergerac, qui est né à Paris. Le terme « Bergerac » accolé à son nom vient de la dénomination d’une parcelle de terre possédée par sa famille, dans la vallée de Chevreuse .

La ville s’est ainsi approprié ce héros, kidnapping que l’on veut bien lui pardonner car elle rend ainsi service à la littérature en immortalisant ce personnage dont la tirade du « nez » est un monument ! En voici les premiers vers à écouter en dégustant  un verre….. de Bergerac :

 

Cyrano répond au Vicomte qui lui a dit que son nez était…très grand :

 

Ah ! Non ! C'est un peu court, jeune homme !


On pouvait dire... oh ! Dieu ! ... bien des choses en somme..

En variant le ton, —par exemple, tenez :


Agressif : « moi, monsieur, si j'avais un tel nez,


Il faudrait sur le champ que je me l'amputasse ! »


Amical : « mais il doit tremper dans votre tasse :


Pour boire, faites-vous fabriquer un hanap ! »


Descriptif : « c'est un roc ! ... c'est un pic... c'est un cap !


Que dis-je, c'est un cap ? ... c'est une péninsule ! »


Curieux : « de quoi sert cette oblongue capsule ?


D'écritoire, monsieur, ou de boîte à ciseaux ? »


Gracieux : « aimez-vous à ce point les oiseaux


Que paternellement vous vous préoccupâtes


De tendre ce perchoir à leurs petites pattes ? »

 ……..la suite à écouter ICI dite par Gérard Depardieu


curemonte,bergerac,sarkozy,sarlat

Le charme de Bergerac tient beaucoup au fait qu’il s’agit d’une ville-port dont les maisons s’étagent sur les rives de la Dordogne. Elle a longtemps été un grand centre de batellerie et sa bourgeoisie a d’ailleurs fait fortune dans le commerce fluvial du vin et du tabac qui a prospéré jusqu’à la crise du phylloxera et le développement du chemin de fer.

Aujourd’hui les gabarres ne transportent plus que les touristes qui viennent goûter à la douceur de vivre de cette magnifique région. D’ailleurs une gabarre est à quai qui vous attend……

 Texte  & Photos Uysse

(Toute reproduction interdite sans autorisation de l’auteur)

12/09/2012

Voici venir la période de Chasse : rentrez vos vaches ! (reprise d'archive)

A peine de retour des Pyrénées me voici reparti vers d'autres horizons. Je vous remercie de votre visite et prendrai connaissance de vos commentaires à mon retour.

IMG_0043.JPG

Dès que l'été tire à sa fin je sors couvert ! Entendez par là que pour mes randonnées je me coiffe d'un superbe casque moto et me vêts d'un gilet pare-balles car grands sont les risques que ma trajectoire croise celles des tirs des Nemrods au petit pied qui hantent monts et vaux.

A cette époque de l'année, en effet,  notre pays dit civilisé déclare la guerre aux êtres qui ont le malheur d'ête habillés de plumes et de poils (c'est pourquoi je ne porte ni barbe ni moustache) et les porteurs de fusils arpentent le territoire en conquérants, occasionnant parfois des dégâts "collatéraux" comme l'on dit dans le jargon  géopolitique.


Si ces dégats collatéraux  se limitaient aux pieds et aux fesses des chasseurs ce serait comique. Le problème est que le bilan est beaucoup plus lourd et comporte de nombreuses victimes parmi les non chasseurs comme le révèlent les statistiques pour la saison 2011-2012 relatées par la Buvette des Alpages dont le compte rendu révèle l'amateurisme et la dangerosité de nombreux chasseurs.

Certains trouveront mes propos injustes voire injurieux et m'opposeront la nécessité de réguler les espèces qui causent des dégâts aux cultures ou aux forêts. Certes je ne nie pas ce problème, encore qu'il faut se souvenir que l'explosion de la population des sangliers a été favorisée par les chasseurs eux mêmes friands de gros gibiers.


D'autres mettront en avant le souci de préserver les caractères culturels de la ruralité et les traditions. Cela me fait sourire (jaune) quand on voit la proliféraion de fédérations de chasseurs dont les membres sont des professions libérales « apatrides » qui se bâtissent en Sologne, sur les Causses ou ailleurs des « empires » de « chasse réservée » entourés de barbelés où ils se rendent en 4X4 "z'urbains". De même, on rit aux éclats quand au cours d'une balade en forêt des faisans nourris au grain et lâchés de l'avant veille se dirigent vers vous dans l'espoir que vous leur donniez de la nourriture.

Quant au mot « tradition » si ce vocable couvre souvent des pratiques respectables il est aussi malheureusement invoqué pour justifier des choses indéfendables comme la corrida, le port de la burkha,  l'exision, le mariage forcé des femmes ou dans ce cas précis, le massacre généralisé des espèces avec lesquelles nous partageons cette planète et qui n'ont pas moins de droits que nous à en jouir et à en disposer.

Notons que la France est le seul pays d'europe où l'animal soit, par le code civil, considéré comme une "chose" et qu'il est l'un des rares pays au monde a avoir établi une liste des animaux susceptibles d'être classés comme nuisibles par arrêté préfectoral. Cette liste comprend au demeurant des animaux protégés ailleurs.


DSC06144.JPG

PHOTO PRISE DANS UN ABRI DE CHASSE DANS LE SECTEUR DE LA MAISON FORESTIERE DES PLOS

 

Cela dit la régulation de certaines espèces est sans doute nécessaire dans la mesure où leurs prédateurs naturels (loups, lynxs, ours)  ont disparu de la plupart de nos régions, exterminés d'ailleurs par les chasseurs qui ne supportent aucun «concurrent ». De surcroit l'emprise grandissante de l'homme sur le territoire laisse aux espèces sauvages un espace de plus en plus limité. Mais  il faut  confier cette régulation  à des chasseurs « professionnels » (agents de l'ONF ou autres) qui interviendraient certains jours déterminés à l'avance, ce qui permettrait aux autres usagers de la nature d'en jouir les autres jours en toute sécurité.


Ainsi mettrait-on fin aux débordements des chasseurs « amateurs » causés par leur maladresse, leur méconnaissance de la faune et leur incivilité : accidents de chasse, panneaux et bouteilles mitraillés, cartouches abandonnées, tirs sur espèces protégées etc....


En attendant que cette réforme se fasse (je n'y crois pas trop, vous vous en doutez) sortez couverts et rentrez vos vaches !

IMG_0051.JPG


UN DES NOMBREUX PANNEAUX SUR LESQUELS LES CHASSEURS S'ENTRAINENT A TIRER !!!


Texte Ulysse/Photos Ulysse & Marie B.