suivi de mon blog
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

24/11/2013

Au royaume de Vitis Vinifera...

bacchus,ayatollah,jésus,vin

Après notre ascension la semaine passée de l’arête de Razigade qui fut, j’en conviens un peu sportive, vous avez mérité, chères lectrices et chers lecteurs, une petite pause. Nous allons donc, aujourd’hui, tranquillement baguenauder à la découverte du vignoble qui s’étend autour de la jolie ville de Gignac. Une balade balisée d’environ 15 kilomètres  permet d’en découvrir  tous les aspects (consultez la rando-fiche ICI)

  

bacchus,ayatollah,jésus,vin

Ce terroir est situé au cœur d’une zone où l’on trouve deux des plus beaux terroirs du Languedoc, avec au nord, les Terrasses du Larzac (Domaines Alain Chabanon, Terrasse d’Elise, Pas de l’Escalette, Château Jonquières.....) et à l’Est le secteur d’Aniane (Domaines Daumas Gassac, La Grange des Pères, Château Capion.).

 

bacchus,ayatollah,jésus,vin

Les vignerons qui oeuvrent en ces lieux font preuve d’un sens artistique collectif qui marrie harmonieusement, en cette saison automnale, l’étonnante palette de couleurs des différents cépages, en jouant avec les ondulations du sol. Ici et là un cyprès ou un chêne vert apporte un contre-point plus sombre dans cette mer végétale multicolore. C'est un pays où Bacchus aurait aimé vivre !

 

bacchus,ayatollah,jésus,vin

Aucun  autre breuvage que le vin  ne naît d’une pareille beauté, aucun autre n’est autant le produit de l’histoire, de la géographie et du génie de l’homme. Aucun, quand il est bu avec en bonne compagnie et avec modération, ne réjouit autant l’esprit et le cœur de l’homme ! Ce qui n’empêche pas certains "hygiénistes" de vouloir nous en priver. Rappelons à ces « hypocrites » qui doivent en cachette se "pinter" au whisky, à la vodka ou au gin, alcools qui rendent idiots, que le vin est une boisson « divine » qui a été offerte par Yavé à Noé et dont Jésus lui même nous a recommandé la consommation.

  

bacchus,ayatollah,jésus,vin

Imaginez un instant que ces « hygiénistes » finissent par imposer leurs vues, ces magnifiques paysages disparaîtraient de nos horizons. Ce serait un crime contre l’humanité.

 

bacchus,ayatollah,jésus,vin

J’appelle donc à la mobilisation générale des « «gosiers » afin de sauver ce chef d’œuvre naturel mis en place au fil des siècles par des hommes et des femmes qui n’ont pas ménagé leur peine.  En buvant -  avec Modération, notre meilleure amie- la boisson préférée de Bacchus, vous leur rendrez hommage et contribuerez à la préservation de ce qui fait partie du patrimoine mondial de l’humanité.


bacchus,ayatollah,jésus,vin

Ayant ainsi déclamé ma diatribe, je vais vous laisser parcourir en silence ces lieux dont la beauté et l’harmonie réjouissent le cœur et l’âme de celles et ceux qui y sont sensibles. 

 

 

bacchus,ayatollah,jésus,vin


 

bacchus,ayatollah,jésus,vin

 

 

bacchus,ayatollah,jésus,vin



 

bacchus,ayatollah,jésus,vin



 

bacchus,ayatollah,jésus,vin


 

bacchus,ayatollah,jésus,vin



 

bacchus,ayatollah,jésus,vin

La balade vous a réjoui, chères lectrices et chers lecteurs, je n’en doute pas, vous qui aimez la beauté et la nature. C’est ainsi qu’il faut jouir des quelques moments qu’il nous est donné de vivre sur cette terre et qui passent si vite. Souhaitons nous donc, un verre à la main – pourquoi pas du « Joly rouge » de l’ami Virgile (domaine Bio) - de pouvoir partager ensemble, encore quelques années, de tels moments, de telles beautés.

  

Texte & Photos Ulysse


09:30 Publié dans tourisme | Lien permanent | Commentaires (28) | Tags : bacchus, ayatollah, jésus, vin

18/11/2013

On ne gambade pas sur l’arête de Razigade !

 

razigade,castanet-le-haut,rolex,pas de la lauze

Ca fait un bouquet d’années que l’ami Gibus et moi arpentons les monts du Haut Languedoc et nous n’avons pourtant pas fini d’en découvrir tous les itinéraires. Ainsi l’autre jour, consultant nos grimoires, nous découvrons un circuit conseillé aux seuls randonneurs expérimentés, qui emprunte l’arête de Razigade permettant, à partir du hameau de Castanet-le-Haut, d’accéder au magnifique Plo (plateau) des Brus, dont l’origine du nom vous est contée ICI. De fait, cet itinéraire est décommandé à ceux qui n’aiment pas les pentes à plus de 50° et qui ont besoin d’un balisage pour ne pas se perdre .

 

razigade,castanet-le-haut,rolex,pas de la lauze

Les « marioles » (comme nous qualifient nos petits fils) qui, comme nous, sont prêts à affronter ces conditions sont récompensés de leurs efforts par le somptueux panorama sur les barres rocheuses du massif de l’Espinousse que l’on découvre au fur et à mesure de l’ascension.

 

razigade,castanet-le-haut,rolex,pas de la lauze

Mais surtout, comme c’est un endroit très rarement fréquenté par les bipèdes, on y rencontre ce magnifique animal qu’est le mouflon  qui prospère en ce massif. C’est habituellement un animal craintif mais ceux que nous apercevons ce matin là sont tellement sidérés de nous voir en de tels lieux qu’ils en restent coi (ah ! quelle est belle notre langue) ce qui nous permet de les observer à loisir (On aperçoit le dos de Gibus qui vous prouve, s'il en est besoin, que la photo est prise "in situ").

 

razigade,castanet-le-haut,rolex,pas de la lauze

Mais il se décident en définitive à nous fausser compagnie sans trop se précipiter, histoire sans doute de nous exposer longuement leur derrière pour nous montrer l’estime qu’ils ont pour le genre humain. S’ils ont croisé dans leur existence des chasseurs on comprend leur sentiment ! (on verra in fine une photo éloquente sur ce point )


 

razigade,castanet-le-haut,rolex,pas de la lauze

Nous poursuivons notre ascension de barre rocheuse en barre rocheuse, l’ami Gibus naviguant, avec art, au flair pour trouver le meilleur itinéraire. Heureusement que nous avons gardé, en même temps que nos âmes, nos tailles de jeune homme, car nous sommes parfois obligés de passer dans des anfractuosités larges comme le chas d’une aiguille. Bon, je sais que j’exagère vu que l’on pouvait passer à coté, mais bon si on se fait pas « mousser » un peu, qui le fera pour nous, hein ?

 

razigade,castanet-le-haut,rolex,pas de la lauze

Il y a des passages un peu plus techniques que d’autres  qui, je vous l’avoue, suscite chez moi quelques poussées d’adrénaline mais tout ce qui fait revenir «Aline » est bienvenu, n’est ce pas ! C’est Christophe, mon pote de jeunesse,  qui va être content. Fallait oser la faire celle là et j’ai osé !

 

razigade,castanet-le-haut,rolex,pas de la lauze

Bon, si vous avez le vertige je vous déconseille de regarder sur les cotés. Retenez votre respiration et filez droit devant vous en fixant le dos de Gibus. C’est personnellement ce que j’ai fait.

 

 

razigade,castanet-le-haut,rolex,pas de la lauze

 Ouf, après 1heure 40mn de grimpe nous voilà arrivés sur le Plo des Brus dont les bruyères, à cette saison malheureusement fanées, offrent l’été un somptueux spectacle.

 

razigade,castanet-le-haut,rolex,pas de la lauze

Ayant décidé de revenir par le ravin du Pas de la Lauze, autre itinéraire que nous ne connaissons pas encore, nous rejoignons la route de l’Espinousse qui y mène et qui offre une vue imprenable sur le vallon du Vialay. On y aperçoit le roc Fourcat au pied duquel se cache le magnifique lac Blond, où nous vous avons emmenés l’année passée à vos risques et périls ! C’est d’ailleurs étonnant qu’aucun de nos lecteurs ne nous ait encore fait un procès. Vous êtes vraiment des gens biens !

 

razigade,castanet-le-haut,rolex,pas de la lauze

Après avoir pique-niqué au refuge de Nostre Seigne  nous entamons la descente, qualifiée par notre grimoire de « dangereuse en cas de pluie ». Comme il fait grand beau, nous n’avons aucune appréhension et nous avons bien raison car nous allons effectuer l’un des plus beaux parcours en sous bois du Haut Languedoc.

 

razigade,castanet-le-haut,rolex,pas de la lauze

La sente que nous empruntons sinue, en effet, au milieu d’une magnifique forêt de hêtres qui a trouvé un lieu propice au pied de barres rocheuses qui permettent d’entretenir une constante fraîcheur et humidité.

 

razigade,castanet-le-haut,rolex,pas de la lauze

Comme ce lieu est aussi peu fréquenté que l’arête de Razigade, une bonne vieille vache, lassée de se faire traire à tout va, y a trouvé refuge. Nous la saluons au passage et lui demandons son nom. « Contribuable » nous répond-t-elle ! Un peu interloqués au début nous trouvons finalement  que c’est un nom qui convient bien à une vache à lait, vous ne trouvez pas ?

 

razigade,castanet-le-haut,rolex,pas de la lauze

Puis nous poursuivons notre descente dans un paysage féerique, le mot n’est pas excessif, bien que je l'avoue, nous n'ayons vu aucune fée !

 

razigade,castanet-le-haut,rolex,pas de la lauze

La seule crainte que nous ayons est qu’un rocher ait la malencontreuse idée de se décrocher sur notre passage et de nous transformer en crèpe (au rhum vu que le Ti-Punch est notre breuvage préféré !). Vous haussez les épaules mais la photo qui suit, que j’ai prise lors d’une précédente randonnée, vous montrera que ce genre d’incident  arrive parfois, hélas.

 

razigade,castanet-le-haut,rolex,pas de la lauze

L’enquête menée par la gendarmerie de Lodève, dont dépend le secteur où a été prise la photo, n’a pas encore permis déterminer l’identité de la victime dont on aperçoit la main sous le rocher. Mais, ne soyez pas trop affligés, car comme c’était un homme de plus de cinquante ans et qu’il ne portait pas de Rolex sa vie ne valait pas la peine d’être vécue !

 

 

 

razigade,castanet-le-haut,rolex,pas de la lauze

Nous, qui sommes encore en vie (et j’espère encore pour longtemps bien que nous n’ayons pas de Rolex)  nous jouissons pleinement du spectacle que la nature nous offre. Et là je dois dire que nous sommes bien plus privilégiés que ces couillons qui se payent à prix d’or des « gadgets de luxe » que n’importe quel chinois qui vend des chaussettes trouées à deux balles peut se payer .


razigade,castanet-le-haut,rolex,pas de la lauzeLe torrent de la Lauze qui a creusé le ravin offre de belles cascades et vasques malheureusement inaccessibles et je regrette donc de ne pas pouvoir offrir, à mes chères lectrices qui le réclament, la photo de Gibus se baignant en tenue d’Adam dans l’une d’elles. Ce sera pour une prochaine fois !

 

razigade,castanet-le-haut,rolex,pas de la lauze

Et pour finir, dans la série « Défense et illustration de cette noble tradition qu’est la chasse » vous avez droit cette semaine à une vue sur une magnifique collection de cartouches « oubliées » par les chasseurs. Que ces gens sont étourdis !

 

Texte & Photos Ulysse


 

12/11/2013

Etes vous d’attaque à nous suivre dans le ravin des Arcs ?

 

lamalou,pic saint loup,scolopendre,échelle

Cet été avec nos « petits loups »  nous vous avons emmené à la découverte de l'étonnant Ravin des Arcs où coule  le Lamalou, petite rivière fantasque qui se jette dans l’Hérault.  Fantasque car son cours varie selon les saisons, allant de la plus grande furie après de violents orages à celui d’un train d’un sénateur  (ils sont 70% à avoir entre 60 et 80 ans !) c’est à dire n’être plus qu’une suite de trous d’eau croupissante. Cette fois ci nous allons Gibus et moi explorer son cours en empruntant le chemin en balcon qui domine les parois vertigineuses de le gorge dans laquelle il coule.

 

lamalou,pic saint loup,scolopendre,échelle

Il faut avoir effectivement le pied sûr et le cœur bien accroché pour suivre ce chemin. Mais pour qui ne craint pas le vertige il offre des panoramas extraordinaires.

 

lamalou,pic saint loup,scolopendre,échelle

Sur le parcours, une échelle permet d’accéder à une grotte ce qui ravit notre âme, nourrie au cours de notre jeunesse au « Club des cinq ».

 

lamalou,pic saint loup,scolopendre,échelle

Cette magnifique grotte a dû offrir un refuge inexpugnable à nos ancêtres bien que je n’ai trouvé aucune documentation à ce sujet. Si certains de mes lecteurs ont des infos sur ce point , elles sont les bienvenues.

 


lamalou,pic saint loup,scolopendre,échelle

 Les grandes hampes florales qui ornent les flancs abrupts des gorges confèrent au paysage un caractère exotique. Etonnante est notre région qui sur un espace restreint offre des paysages aussi diversifiés que ces gorges impressionnantes, les ruffes  vermillons du Salagou, les plaines et plateau viticoles, les montagnes comme le Caroux, l’Espinousse où les Cévennes.

 

lamalou,pic saint loup,scolopendre,échelle

On croise le chemin d’un impressionnant scolopendre ceinturé redoutable prédateur d’escargots dont la morsure est douloureuse. Mieux vaut donc éviter de se balader en nu-pieds dans les parages !

 

lamalou,pic saint loup,scolopendre,échelle

Mais il ferait bien de se mettre à l’abri des pierres du chemin car un couple de rapaces jaillit soudain au dessus de nos têtes, l’un d’entre eux tenant son déjeuner dans son bec, mais l’autre étant apparemment bredouille.

 

lamalou,pic saint loup,scolopendre,échelle

Nous parvenons à l’un des plus beaux point de vue des gorges qui permet d’apercevoir dans le lointain le Pic Saint Loup, montagne emblématique des montpelliérens.

 

lamalou,pic saint loup,scolopendre,échelle

De voir des vues plongeantes sur le Lamalou nous donne envie d’y faire un plongeon, il est temps de songer à se rapprocher  de son cours pour aller « goûter » son eau !

 

lamalou,pic saint loup,scolopendre,échelle

Nous parvenons au niveau de l’impressionnante arche qui fait la renommée du vallon.  Oui vraiment le Lamalou n’est pas toujours comme un sénateur pour avoir accompli un tel travail d’érosion.

 

lamalou,pic saint loup,scolopendre,échelle

Une belle vasque tranquilles est là qui nous tend les bras et nous ne manquons pas d’aller en troubler la sérénité. Carpe Diem !

 

Texte & Photos Ulysse 

06/11/2013

Voulez vous que je l’on vous ravisse ? Suivez nous à Rosis !

rosis,mouflon,casselouvre,canyoning,chasse

En ces temps où la morosité règne en tous lieux et où notre capitaine qui est censé tenir la barre a perdu le cap, il est revigorant, quand on a l’infini privilège d’être libre de son temps, d’aller se plonger au cœur de la nature à la fois immuable et  changeante. Immuable, car roches, torrents, animaux, arbres nous donnent le sentiment d’une permanence qui nous rassure dans notre monde instable et imprévisible.  Changeante car la ronde des saisons lui confère un charme renouvelé sans modifier en rien son essence. A vous, chères lectrices et lecteurs, qui n’avez peut être pas cette liberté, j’offre donc cette parenthèse virtuelle d’immersion dans la nature, en espérant qu’elle vous apportera un brin de « zénitude ».

 

rosis,mouflon,casselouvre,canyoning,chasse

Sur le chemin des Banissous, que nous empruntons en vue d’accéder à la montagne de Rosis, nous rencontrons ce que je pensais être une magnifique amanite panthère, mais qui serait en fait une coulemelle, d'après deux de mes lecteurs, Alain et Daniel, que je remercie pour cette précision.  La belle n’a pas froid aux yeux de s’installer ainsi sur le chemin où elle risque de se faire bousculer par les randonneurs, heureusement rares en cette saison.  

 

rosis,mouflon,casselouvre,canyoning,chasse

Puis nous traversons le ruisseau d’Aussière dont la douce chanson égaie cet univers végétal gagné par la mélancolie automnale. Chaque fois que je rencontre un cours d’eau je pense à l’étonnant voyage de cette matière protéiforme qui va sans cesse des nuages aux océans où dans les profondeurs de la terre et dont le cycle perpétuel a permis l’éclosion de la vie sur la terre.

 


rosis,mouflon,casselouvre,canyoning,chasse

Après avoir accédé à la Plane (1029m) l’un des sommets de la montagne de Rosis, nous suivons la sente qui court sur la ligne de crête avant de redescendre vers notre point de départ. Les premiers froids de l’automne commencent à roussir les bruyères et les feuilles des hêtres (aussi dénommés fayards). Etant également  à l’automne de nos existences nous nous sentons en harmonie avec notre environnement. Espérons néanmoins que pour ce qui nous concerne l’hiver ne viendra pas trop vite !!

 

rosis,mouflon,casselouvre,canyoning,chasse

Seuls les genets restent verts pendant la « morte saison ». De fait, leur vitalité et leur prolifération pose un problème d’environnement car ils envahissent peu à peu les massifs du haut Languedoc au détriment des autres végétaux. Autrefois les troupeaux de moutons permettaient de limiter leur extension. Ils ont vite fait de recouvrir les chemins et il faut l’œil avisé de Gibus pour ne pas perdre la trace qui doit nous mener à bon port.


 

rosis,mouflon,casselouvre,canyoning,chasse

Cette sente passe par les croupes rocheuses qui émaillent la ligne de crête et qui nous ramènent à l’état de quadrupède, nos mains servant autant que nos pieds dans ce genre de situation.

 

rosis,mouflon,casselouvre,canyoning,chasse

Quand je fais référence aux quadrupèdes, je devrais préciser : genre mouflon pour l’ami Gibus qui survole les obstacles et plutôt hippopotame pour ce qui concerne votre serviteur. Mais bon j’arrive à passer quand même !

 

rosis,mouflon,casselouvre,canyoning,chasse

Nous évoluons dans un paysage qui évoque une peinture chinoise « shanshui » qui  célèbre la montagne, symbole de la force et l’eau, symbole de vitalité. Bien que l’eau ne soit pas ici visible, elle coule en contrebas dans le vallon et nous en apercevons parfois le cours.

Selon Confucius « L'homme avisé aime l'eau, l'homme vertueux, les montagnes. L'homme avisé se meut comme l'eau, l'homme vertueux est stoïque comme la montagne. L'homme avisé est heureux ; l'homme vertueux a une longue vie. ». Nous qui aimons l’eau et les montagnes serions nous donc avisés et vertueux ? Je répondrai avec sincérité pour ce qui me concerne : pas toujours !

 


rosis,mouflon,casselouvre,canyoning,chasse

Au sommet de l’une des croupes rocheuses nous tombons sur un tas de crottes fraîches de mouflon, mais c’est hélas la seule trace que l’on verra ce jour de ce noble animal.



rosis,mouflon,casselouvre,canyoning,chasse

Mais afin que vous ne soyez pas trop frustrés et que vous ayez envie de revenir nous voir, je vous mets une photo d’un magnifique mâle prise  l’an passé à la même époque et dans ce secteur.

 

rosis,mouflon,casselouvre,canyoning,chasse

Passant au pied des ruines du vieux château de Nébuzon  nous y grimpons espérant y découvrir un somptueux panorama.

 

rosis,mouflon,casselouvre,canyoning,chasse

Et nous apercevons, en effet, le cours du Casselouvre que nous avons descendu cet été en canyoning (voir ma note du 8 août dernier)

 

rosis,mouflon,casselouvre,canyoning,chasse

Nous ne manquons pas à la descente d’aller y plonger une tête …..et d’en ressortir vite fait, l’eau étant à une température compatible avec le pastis ! Nous en ressortons plus petits de quelques centimètres…..

 

rosis,mouflon,casselouvre,canyoning,chasse

Après avoir parcouru ensemble ces merveilleux paysages que recèle le Haut Languedoc, je vais malheureusement devoir partager avec vous un coup de gueule contre quelques individus qui relèvent plus de la race des cancrelats que de l’humanité. Ces "goujats" ont déposé sur le parking du hameau de Cours le Haut où nous étions garés des « encombrants » à coté même d’un panneau d’interdiction informant les habitants de l’organisation d’un dispositif de ramassage à domicile. Je sais bien que mon coup de gueule n’aura aucun effet car ces individus pour agir de la sorte ne doivent même pas savoir lire !

 

rosis,mouflon,casselouvre,canyoning,chasse

Tout aussi méprisables sont les chasseurs qui ont abattu ce faucon crécerelle dont la photo m’a été communiquée par un ami randonneur Daniel qui les a surpris juste après qu’ils aient commis leur forfait. Mon ami les a interpellés mais ils se sont carapatés comme des cancrelats pour ne pas être identifiés, car c’est un délit. Le faucon est d’autant plus facile à atteindre qu’il a un vol stationnaire afin de repérer ses proies et tirer sur lui est une ignominie. Cet acte n'est hélas pas un cas isolé et vous lirez ICI une liste de bavures et incidents de chasse recensés par la « Buvette des Alpages »

 Ceci dit je ne veux pas diaboliser tous les chasseurs. Même si c’est une activité que je réprouve, elle est légale et tant que les personnes qui la pratiquent  respectent la réglementation et les autres usagers des espaces naturels, on ne peut les condamner. Je dois reconnaître que la majorité de ceux que je croise sont courtois et disposés à cohabiter avec les randonneurs. Mais il serait bien que les fédérations fassent la « chasse » à ceux de leurs membres qui commettent de tels actes.

 

Texte & Photos Ulysse