suivi de mon blog
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

08/10/2016

Périple andorran – 4 – Du pic de la Casamanya (2740m) au pic de l’Estanyo (2915m) (fin)

 

andorre,serrera,estanyo,casamanya

Dans ma dernière note, nous vous avions laissés, chères lectrices et chers lecteurs, sur un vaste plateau rocheux d’où nous apercevions dans le lointain le but de notre équipée : le pic de l’Estanyo (2915m). Nous nous doutions que l’affaire ne serait pas des plus faciles et nous n’avons pas été « déçus » sur ce point ! Nous voici en effet au sommet d’une barre rocheuse qui par chance a été équipée de chaines par des montagnards prévenants - qu’ils en soient remerciés - pour que l’on puisse la descendre sans mettre trop en péril notre existence.

 

andorre,serrera,estanyo,casamanya

Gibus en tête, nous nous engageons prudemment dans un goulet fort pentu - pas vraiment fait pour les grands-pères de mon âge - soucieux avant tout de ne pas déraper sur une pierre, incident qui ferait le bonheur des vautours qui planent au dessus de nos têtes (Il faut bien dramatiser un peu n’est ce pas, pour avoir de l’audience !)

 

andorre,serrera,estanyo,casamanya

Mais après quelques poussées d’adrénaline, nous arrivons en vue d’un second plateau qui semble devoir nous permettre de retrouver notre statut de bipède, alors que pour le moment nous sommes plutôt du genre « coccypède » !

 

andorre,serrera,estanyo,casamanya

Et c’est donc avec une joie non dissimulée que nous foulons le sol de ce plateau, laissant derrière nous la barre rocheuse qui nous a valu quelques délicieuses frayeurs (mais nous sommes tous un peu masos).

 

andorre,serrera,estanyo,casamanya

Nous traversons alors un monde idyllique peuplé de chevaux quasi sauvages et nous croyons un court instant être entré par inadvertance au paradis !

 

andorre,serrera,estanyo,casamanya

Mais ni Saint pierre ni aucun ange ne viennent à notre rencontre et nous en concluons que nous sommes encore sur notre bonne vieille planète.

 

andorre,serrera,estanyo,casamanya

Je me dis que si les hommes le voulaient vraiment, toute notre Terre pourrait devenir comme ce lieu enchanteur. Mais je crains que cela ne reste à jamais un vœu pieux, quand on voit la barbarie qui sévit à nos portes et un peu partout dans le monde.

 

andorre,serrera,estanyo,casamanya

Mais nous nous étions réjouis trop vite, car cet ersatz de paradis mène en fait à un enfer minéral : la ligne de crête qui doit nous mener jusqu’au sommet de l’Estanyo, dont le sommet frôle les nuages en haut de la photo. Nous nous lançons vaillamment à l’assaut de ce chaos rocheux qui va nous servir de « chemin » jusqu’à notre objectif .

 

andorre,serrera,estanyo,casamanya

Nous apprécions finalement d’avoir emmené nos bâtons de marche, qui nous ont quelque peu gênés lors de la descente de la barrière rocheuse. Car ils nous servent mainteant de garde-fou face aux abimes qui nous cernent des deux cotés.

 

andorre,serrera,estanyo,casamanya

Par endroits de gros rochers nous obligent à quelques contorsions peu élégantes, mais à part les vautours, personne n’est là pour nous observer .

 

andorre,serrera,estanyo,casamanya

Chacun de nous vérifie de temps à autre que celui qui le suit n’a pas de difficulté. Les montagnards sont comme les mousquetaires, leur devise est « tous pour un, un pour tous ».

 

 

andorre,serrera,estanyo,casamanya

Gibus qui est toujours devant - comme le petit cheval blanc de la chanson de Georges - recherche le meilleur itinéraire, nous évitant ainsi de nous engager dans des endroits trop risqués.

 

andorre,serrera,estanyo,casamanya

Mètre après mètre, nous progressons, concentrés sur les endroits où poser nos pieds et inconscients du temps qui passe. Faisant de temps en temps une pose pour souffler, nous sommes étonnés de voir le chemin parcouru malgré les difficultés. La montagne développe notre endurance, fortifie notre mental et nous enseigne la patience, la persévérance ainsi que la solidarité. C’est la plus belle école de la vie.

 

andorre,serrera,estanyo,casamanya

A l’approche du sommet, les choses se corsent encore un peu plus, les amas rocheux deviennent plus chaotiques et les pentes latérales plus raides.

 

andorre,serrera,estanyo,casamanya

A certains endroits les bâtons deviennent une gêne et l’entraide est de rigueur.

 

andorre,serrera,estanyo,casamanya

Et nous, fiers bipèdes, rois de la création, redevenons de piètres quadrupèdes se trainant lamentablement de rocher en rocher.

 

andorre,serrera,estanyo,casamanya

Mais ouf ! Nous arrivons enfin au sommet, fourbus mais envahis d’un bonheur immense d’être parvenus au but sans qu’aucun de nous n’ait finit ses jours dans le ventre d’un vautour ! (ça c’est un commentaire d’écrivaillon pour dramatiser un peu notre aventure).

 

andorre,serrera,estanyo,casamanya

Cet « exploit » mérite que l’on vous montre notre bobine afin que nous ayons tous notre quart d’heure de célébrité mondiale (Eldorad’Oc est lu à travers le monde !), comme l’avait prédit Andy Warhol.

 

andorre,serrera,estanyo,casamanya

Nous avons en face de nous le pic de la Serrera (2913m) que nous avons gravi deux jours auparavant et qui nous demble être aujourd’hui une grosse colline que l’on peut grimper à cloche-pied (bon là j’avoue que je me vante un peu !).

 

andorre,serrera,estanyo,casamanya

Le Pic de la Serrera et les montagnes qui le prolongent marquent la frontière avec l’Ariège dont les vallées sont submergées par les nuages.

 

andorre,serrera,estanyo,casamanya

Magique est le spectacle des sommets émergeant de cette mer de nuages. Mais nous préférons ne pas trop nous attarder, car si les nuages avaient la malencontreuse idée de dévaler les pentes andorannes, cela rendrait problématique notre descente vers la plaine.

 

andorre,serrera,estanyo,casamanya

Nous décidons donc de « plier bagages » et d’aller retrouver nos compagnes qui – le supposons nous - doivent commencer à s’inquiéter (nous nous croyons tous irremplaçables).

 

andorre,serrera,estanyo,casamanya

Le temps restant finalement au beau, nous prenons néanmoins le temps de nous rafraîchir et surtout de ravigoter nos abattis fourbus dans l’eau plus que fraîche du lac de l’Estanyo.

 

andorre,serrera,estanyo,casamanya

Revigorés par ce bain « cryogénique », le retour se fait ensuite au pas de course, pressés nous sommes de retrouver nos compagnes mais également nos chères blondes du nord : Heine et Kein ! Aucun membre du groupe ne vous avouera, à ce moment précis, vers lesquelles vont ses pensées !

 

*****

Si vous appréciez ce blog, je vous invite à découvrir mes autres blogs:

 

Old Nut (Wix) où vous pouvez écouter librement toutes mes chansons

Canta-la-Vida où j'illustre certaines chansons en photos.

Piquesel : "bloc-note photos" où les photos sont accompagnées de commentaires humoristiques ou poétiques.

Vous pouvez y accéder en cliquant sur les noms figurant en haut de la colonne de droite.

 

 

Texte & Photos Ulysse (sauf Gibus 1,4,19 )

Commentaires

J'ai suivi votre ascension avec beaucoup de plaisir certes mais de peur aussi pour vous moi qui ne suis pas du tout une montagnarde. J'aime marcher mais sur le plat ou sur de petites collines. J'admire donc. Quelle belle récompense ses beaux paysages. Belle semaine

Écrit par : Martine 85 | 08/10/2016

Aride, certes, rando très minérale, oui mais terre inhospitalière ? , je ne pense pas car lorsque'on aime la nature, la montagne, la rando on se sent bien partout ; Je suis avec vous par la pensée et savoure tout votre périple.

Écrit par : Chinou | 08/10/2016

Wouhaaa ! Le rencontre avec les chevaux sauvages me fait rêver !
J'espère que le monde entier va se régaler autant que moi ...
Tes photos sont vraiment très belles et l'immortalisation le méritait.
Andy doit en baver d'envie. ;-)
Par contre, le rafraichissement des abatis, heu ... non merci, surtout avec la température d'aujourd'hui.
Bon week end, avec une tit' laine ...
Bisoux, ulysse

Écrit par : dom | 08/10/2016

Wahoo ça devient sévère ! Je me demande toujorus comment les aniamxu (les chevaux ici) ont fait pour arriver là...

Écrit par : tmor | 08/10/2016

Sacré Gibus, un véritable isard qui ne donnera aucune pitance aux vautours
Jolies photos et texte savoureux
BonApm Ulysse

Écrit par : H-IL | 08/10/2016

Bravo ! Il faut vraiment être en forme pour faire une pareille ballade !

Écrit par : gazou | 08/10/2016

Bonjour Ulysse ,
Vous en avez du courage tous pour gravir de tels sommets ! MAGIQUE..on ne sait plus que penser en voyant votre périple plus ardu de jours en jours parmi les crêtes un peu plus élevées de monts en vallées !
Quant à Gibus , souvent à poils ...c'est bien un Isard ..cette bête là !!
En tout cas, une belle bande de joyeux drilles bien sympathiques ..
Quand allez vous vous reposer ?
A bientôt et merci pour ce parcours sans "failles"..
Bien a vous
Pat

Écrit par : pat | 08/10/2016

dans l'eau fraîche...ouf ....
et heureusement que tout ce soit bien passé... un peu dangereux tout cela...! vous n'avez plus 20 ans

Écrit par : ♥*¨*•.¸¸❤ ♥*¨*•.¸¸❤ | 08/10/2016

Un "truc de fous", cet endroit et sa montée. Mais vous étiez 6 à vous entraider et à vous donner du courage car je comprends que cela soit dur à certains moments. Bravo à vous tous.

Écrit par : Elisabeth | 08/10/2016

Pour le guide-organisateur que je suis, le meilleur moment de la randonnée n'est pas l'arrivée au sommet, mais le retour au pied de la montagne avec l'équipe complète et sans autres dégâts que quelques égratignures !!!

Écrit par : GIBUS | 08/10/2016

Martine 85 oui la récompense ce sont les paysages que l'on découvre à nuls autres pareils !

Chinou la nature peut être rude mais si on la respecte on fait corps avec elle

Dom le bain dans le lac est pourtant un bain de jouvence

Tmor les chevaux prennent leur temps pour monter par des sentiers antiques qui font des tours et des détours ce que nous n'aimons pas trop faire

Hil nous sommes trop maigres pour intéresser les vautours

Gazou il faut la forme et surtout l'envie....

Pat on se reposera la veille du jugement dernier !

Brigitte j'ai trois fois et demi vingt ans ....et donc trois fois et demi plus fou !

Elisabeth l'union fait la force

Gibus et j'ajouterai que le meilleur moment est aussi quand on aperçoit Heine et Kein

Écrit par : Uysse | 08/10/2016

et toujours le bain final.. vous n'avez pas le vertige!!!

Écrit par : photodilettante | 09/10/2016

C'est une superbe ascension et pas facile, et vous aviez bien mérité un bon bain dans ce lac, même un peu froid, sans doute, en effet on se croirait dans un autre monde, peuplé d'animaux pacifiques, loin des laideurs de la "civilisation" !
J'ai retrouvé ton lien.
Bonne journée Ulysse

Écrit par : marine D | 09/10/2016

Mais alors, vous n'êtes pas revenus par le même chemin, puisque ce fut au pas de course ?
Il faut être chevronné pour faire une telle rando et en forme aussi.
Je félicite donc le papi que tu es !
Bon dimanche.

Écrit par : Clara65 | 09/10/2016

Bonsoir Ulysse, c'est sur l'ordi de mon gendre dans l'Aisne, où je suis toujours que je découvre ce périple. Vous êtes intenables, j'ai eu de ces frayeurs ! vous êtes de sacrés grimpeurs et je vous imagine très bien monter quatre à quatre la montagne à cloche-pied !
J'ai découvert ton article sur ta page Facebook, ma boite mail Free n'arrive pas à avaler toutes mes newsletters !
J'ai hâte de rentrer, en voiture cette fois, pour ouvrir ma boîte aux lettres et ... t'écouter ♪
A bientôt donc et gros bisous

Écrit par : AnnickAmiens | 09/10/2016

Photodilettante en rando le bain est aussi indispensable que le rosé

Clara chevronné est le mot car ce sont des sentiers pour les chèvres ou les isards !

Annick désolé de t'avoir créé des frayeurs mais tant que ma cave est pleine je ne la laisserai pas tomber !

Écrit par : ulysse | 09/10/2016

Un petit coucou pour te souhaiter un bon début de semaine avec le froid qui s'est installé !
Va falloir s'y habituer ...
Bisoux, ulysse

Écrit par : dom | 10/10/2016

Coucou Ulysse .... et à toute l'équipée

moi qui suis si sujette au vertige.... comment faites vous ???
Mais c'est vrai que nous ne savons pas boire, à part quelques bières du Nord et que nous n'avons pas de cave ... pffff... l'eau ça rouille !
Je suis restée en haleine dès les premières lignes et surtout photos... me tardais de vous voir à l'arrivée pour pouvoir respirer un peu !
Merci pour ce morceau de bravoure et bcp de bisous à toute l'équipe

Écrit par : luciole 83 | 10/10/2016

Les hommes qui tutoyaient les montagnes ! ;-)

Écrit par : Loqman | 11/10/2016

Ma famille directe est originaire d'Andorre, et plus précisément d'Ordino et de Llorts.
... c'était il y a longtemps.
Mais j'aime toujours autant aller humer l'air de ces montagnes, et je suis contente que ce blog mette à l'honneur cette Andorre qui vaut mieux, bien mieux, que sa réputation de "souk".
Où aviez-vous votre "camp de base"? Et quelle carte topo ? Avez-vous fait le chemin Verdaguer ?
Merci de toutes ces belles choses que j'aimerai vivre un jour.

Écrit par : geneviève | 11/10/2016

Dom bonne fin de semaine à toi

Luciole il suffit de ne pas regarder le vide pour ne pas avoir le vertige ! Merci pour les bisous que je vais distribuer ! Bises

Loqman et le ciel aussi !

Geneviève bienvenue sur mon blog Nous étions dans le canton d'Ordino à El serrât dans l'un des hôtels de la famille Bringuer (à recommander absolument pour le site, la qualité de l'accueil et des prestations). Nous venons en Andorre régulièrement car nous y aimons l'ambiance bucolique et pacifique ainsi que la beauté de la nature. Le nom de verdaguer me dit quelque chose mais je n'ai pas de souvenir précis. Nous avons un ami (Gibus) qui a acheté les cartes et les guides de rando et qui nous sert de guide et nous nous laissons donc guider

Écrit par : ulysse | 11/10/2016

, mais à part les vautours, personne n’est là pour nous observer .
Si nous, on est là, des milliers, que dis-je, des millions, tapis derrière notre écran à nous (à me demander) quelle folie douce pousse des hommes à escalader des tas de pierrailles. L'ivresse des cimes peut-être, tout aussi enivrante que dames Heine et Keine.
Mais, faut bien dire, qu'une fois au sommet, on en prend pleins les yeux. Merci à vous tous, surtout au sieur Gibus qui sait choisir les chemins les plus "faciles" pour vos gambettes de sportifs aguerris.

Écrit par : julie | 11/10/2016

 À l'avenir, chacun aura droit à 15 minutes de célébrité mondiale. »
En 1979, Warhol réitère sa déclaration :
« … ma prédiction des années soixante s'est réalisée : à l'avenir tout le monde sera célèbre pendant quinze minutes. »

Bravo, vous avez eu bien plus de 15mn de célébrité, car, c'est à chaque article que nous sommes ébahis, époustouflés par vos exploits, votre camaraderie, votre sens de l'entre-aide (Ulysse, tu as tellement d'autres talents, que toi, tes 15mn se transforment vite en heures, entre tes talents de chanteur, poète, humoriste, écrivain, etc....)..Ouais, suis un peu "faux-cul sur les bords"..
Et moi, quand donc aurai-je mes 15 mn de célébrité à moins que je ne les ai déjà eu, mais que je ne m'en suis point rendue compte ! C'est ballot, ça !

Écrit par : julie | 11/10/2016

Ulysse, à la lecture de ce récit, j'ai dit moi aussi OUF ! A côté le Montahut est une simple balade.

Écrit par : bernard | 11/10/2016

Julie t'es vraiment une "faux cul" que j'adore ne serait ce parce que tu remets toujours les pendules à l'heure ! Je pensais avoir des milliards de lecteurs et tu me parles de millions ! Quelle déception .....par contre toi tu es mondialement connue car tout le monde sait que la grande majorité des hommes sur cette terre a une "Julie" !!!

Bernard oui c'est une promenade de santé pour le septuagénaire que je suis !

Écrit par : ulysse | 11/10/2016

oh la la la Ulysse que c'est impressionant, j'aurais presque des vertiges á regarder les photos, il y a de quoi etre fier en arrivant au sommet, ces beaux sommets qui ne connaissent pas que les hommes en font des fronteires pour s'attaquer les uns les autres :(
la nature elle continue sa course dans le temps au moins par là elle se defend pas mal de l'invasion des humains...
bonne journée
Angie

Écrit par : Angie | 12/10/2016

Bonjour Ulysse,
Bel exploit!!! Tout à l'inverse du dicton qui dit qu'à vaincre sans difficulté on vainc sans gloire :-)
Bonne semaine,
Frans

Écrit par : Frans | 13/10/2016

Angie oui en ces lieux les humains n'ont pas fait encore de dégâts...

Frans on a eu les difficultés mais pas la gloire ...

Écrit par : ulysse | 13/10/2016

Génial, je vois que vous n'avez pas le vertige hommes courageux ! Un brin d'inquiétude m'envahit, il n' y a pas eu la moindre collation au sommet ? Ah, les bonnes habitudes se perdent mon brave monsieur... BRAVO et MERCI pour ce voyage, à bientôt Ulysse. brigitte

Écrit par : Plumes d Anges | 13/10/2016

Bonne fin de semaine, marre de ne pouvoir rien faire ...
Heureusement que thierry est plus patient.
Bisoux, ulysse

Écrit par : dom | 14/10/2016

Salut Ulysse,
Je suis toujours épaté de votre courage et ne suis pas certain que j'oserais vous accompagner sur les crêtes qui conduisent à l'Estanyo. Que d'incroyables paysages.
Bonne semaine,

Écrit par : Eric | 16/10/2016

Wouaw! Quelles images! Des paysages d'une beauté à couper le souffle. Et pourtant, il vous en fallait pour grimper tout là-haut
Magnifique!
merci ,Ulysse
;)

Écrit par : Martine | 17/10/2016

Je suis revenue avec plaisir admirer ces rochers, ces ciels de toute beauté, ces paysages fantastiques
Bonne journée Ulysse

Écrit par : marine D | 17/10/2016

Plumes d'Anges pour nous donner du courage la collation avait été faite au sommet de la Casamanya d'où nous sommes partis (voir la note précédente)

Eric entouré d'amis tout est possible !

Martine heureusement que le paysage ne nous a pas coupé le souffle nous n'aurions pas pu redescendre !

Marine reviens quand tu veux c'est un plaisir pour moi

Écrit par : ulysse | 17/10/2016

Écrire un commentaire