suivi de mon blog
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

22/12/2017

L'Oranger de Pomerols

DSC07504.JPG

 (Reprise d'archive)


Nous sommes en avril 1908, au lendemain de la crise viticole qui a conduit aux tragiques évènements de 1907 et laissé l'économie du Languedoc exsangue. Victor Marchand, suivant l'exemple de nombreux jeunes gens de la région, après quelques jours de réflexion et d'hésitation, prend la route un matin, espérant trouver bonne fortune ailleurs. Après une journée de marche, il se retrouve sur le port de Sète où il s'engage comme matelot sur un cargo en partance pour Alger. Les années passent sans que sa famille n'ait aucune nouvelle. Tous ceux qui l'ont connu pensent ne jamais le revoir, quand un soir de décembre 1912, alors que les parents de Victor sont attablés pour le dîner, on frappe à la porte.

Dans la pénombre qui règne dehors, la mère ne reconnaît pas de suite son fils mais l'homme qui est dehors lui ouvre les bras et elle est soudain saisie d'une joie indicible. « C'est Victor ! » crie-t-elle. Victor se retrouve vite entraîné à l'intérieur, débarrassé de son sac et de son manteau, enlacé par son père et sa mère puis, après que l'émotion des retrouvailles soit apaisée, harcelé de questions. Il raconte sa vie en Algérie où il a trouvé du travail comme mécanicien agricole . Ayant économisé un bon pécule, il a décidé de revenir au pays avec l'intention de créer son propre garage dans la région.

« On va fêter dignement ton retour » dit le Père, « nous allons réunir toute la famille pour le réveillon de Noël ». Lui adressant un grand sourire et soulevant son énorme sac, Victor lui rétorque alors « c'est une excellente idée, d'autant que je vais pouvoir jouer au Père Noêl ! »

Le soir de Noêl, la famille de Victor est donc rassemblée chez ses parents. Il y a là, la grand mère maternelle (ses autres grands parents étant décédés), son oncle et ses deux tantes, ses deux soeurs et leurs maris et leurs quatre enfants. Victor est enlacé, embrassé, harcelé de questions tant et si bien que dix heures sonnent sans qu'ils aient commencé à dîner.

La mère de Victor, entendant la cloche de l'église se lève soudain et s'écrie « Mon dieu «  j'ai oublié ma dinde dans le four, elle va être brûlée ». C'est le signal de ralliement autour de la table. La dinde fort heureusement se révèle exquise et le reste du repas aussi. Quand le dessert arrive et que le père de Victor met sur la table des bouteilles de Blanquette de Limoux, bien meilleure selon lui que le meilleur des Champagnes. Victor se lève alors et dit à la cantonnade « je vous ai ramené quelques présents d'Algérie ».

Les enfants se mettent à crier et si les adultes ne manifestent pas leur exitation, leurs yeux parlent pour eux. Victor fait un peu de place sur la table pour y poser son sac et distribue les présents qu'il a rapportés. Les femmes reçoivent ainsi de superbes djellabas et les hommes des babouches en cuir ornées d'arabesques. Aux enfants Victor a ramené des poupées arabes pour les trois filles et un superbe couteau pour le garçon (à l'époque la question du "genre" n'était pas d'actualité).

DSC07519-1.JPG


Une fois ces cadeaux distribués, il reste sur la table une boite mystérieuse en bois ajouré de trente centimètres de haut sur dix de large. Intrigués les membres de la famille regardent Victor. « Et cette boite qui reste, c'est pour qui ? » demande alors le garçon, lançant la question que personne n'osait poser .

« Ah ça » dit Victor « C'est le plus beau cadeau que l'on puisse faire, un présent digne des mille et une nuits, et je le réserve à ma mère et mon père : c'est un arbre magique qui, à la saison de Noêl, se pare lui même de magnifiques boules d'or et dont la beauté surpasse tous les sapins de Noêl »

« Comment cela se peut-il ? » s'écrient en choeur les membres de sa famille « montre nous vite cette       merveille ! » Victor ouvre alors la boite et en sort fièrement un minuscule arbrisseau dans un pot de terre.

«  Quoi, c'est ça ta merveille ! » s'esclaffent en riant ses soeurs ! Ses parents, à qui le cadeau est destiné, et les autres membres de la famille n'osent quant à eux rien dire, mais ils sont un peu étonnés de l'apparence dérisoire de ce cadeau dont Victor fait si grand cas.


Victor, qui à vrai dire s'attendait à la réaction de ses soeurs, ne se laisse pas démonter « Riez , riez mes chères soeurs, Ignorantes que vous êtes ! il s'agit d'un oranger et vous verrez que d'ici quelques années sa parure d'oranges vous émerveillera ! »

De fait, après quelques années l'oranger prospéra et se couvrit d'oranges à chaque Noêl, faisant l'admiration de la famille et la régalant de ses fruits.

Un siècle après, il est toujours vaillant et constitue l'un des joyaux de Pomerols, pittoresque village de l'Hérault.

DSC07522.JPG

Je souhaite un très joyeux Noêl à toutes celles et tous ceux qui passent sur mon blog en les remerciant de leur fidélité.

PS : je remercie les propriétaires de l'oranger de m'avoir autorisé à le photographier et à publier ce conte qui n'est que pure fiction pour illustrer les photos.

 

*****

Si vous aimez ce blog, peut être aimerez vous aussi mes chansons ?

Mon dernier album Canta la Vida est disponible sur les plateformes musicales

dont DEEZER (cliquez sur le nom)

Vous pouvez aussi écouter mes autres chansons sur mes autres blogs

1) CANTA-la -VIDA

La dernière chanson mise en ligne chantée par les Petits Loups étant

"Dis papa y a-t-il un monde? "

(blogs de chansons illustrées par des photos)

2) OLD NUT WIX

(intégralité des chansons - sauf le dernier album - classées par album)

(cliquez sur les liens dans le haut de la colonne à droite)


Texte & Photos Ulysse



16/12/2017

Il neigeait dru ce matin là….

Un méchant refroidissement m'ayant privé de sorties, je réédite une note sur mes randonnées hivernales.... 

espinousse,alexandrin,poésie,victor hugo

 Il neigeait dru ce matin là sur l’Espinousse,

J’y suis monté à l’aurore, vieux loup solitaire,

Sur mon front ridé, comme la neige était douce,

Baisers de la nature  qui rendent aimable l’hiver.

 

 

espinousse,alexandrin,poésie,victor hugo

 Vers les nuages noirs qui couraient dans les cieux,

Les pins rugueux dressaient leurs fûts gigantesques,

Quand les hommes auront coupé le dernier d’entre eux,

La Terre connaîtra alors une époque dantesque.

 

 

espinousse,alexandrin,poésie,victor hugo

 Dans cet univers chaotique et minéral

Où s’efface aussitôt  l’empreinte de nos pas,

Ici et là  se dresse un cairn comme un fanal

Qui tisse un lien secret entre ceux qui passent là.

 

 

espinousse,alexandrin,poésie,victor hugo

 

Les hêtres tortueux aux troncs ourlés de neige

Supportent vaillamment la morsure du vent,

En attendant que jaillisse à nouveau la sève

Qui leur donnera leur parure de printemps.

 

 

espinousse,alexandrin,poésie,victor hugo

 Un vieux loup édenté, affamé, tire la langue

Et reconnaît en moi un frère compatissant.

Mais je ne peux rien pour lui et le laisse exsangue ;

L’univers où l’on vit n’a pas de sentiment

 

 

espinousse,alexandrin,poésie,victor hugo

 Les ruines d’un vieux mas se dressent solitaires

A travers lesquelles la Tramontane gémit.

Où sont les mains qui ont dressé ces murs de pierre,

Où sont les âmes qui ont rêvé et aimé ici ?

 

 

espinousse,alexandrin,poésie,victor hugo

 J’arrive au Plo des Brus, lieu empli de mystère,

Où Brutus dit-on édifia un camp romain.

Aujourd’hui y règne  en maître la bruyère,

Où les abeilles l’été font un royal festin.

 

 

espinousse,alexandrin,poésie,victor hugo

 Jusqu’à l’horizon les montagnes se succèdent,

De notre Terre mère orgueilleux mamelons

Que j’aime à parcourir, faible et humble bipède

Qui trouve, dans l’effort, l’âme et le cœur d’un lion.

 

 

espinousse,alexandrin,poésie,victor hugo

 Mais en ces lieux hostiles le plus fort reste frêle,

Comme ce hêtre  géant que l’on voit foudroyé.

Pensons chaque jour que nous sommes mortels,

Et vivons le comme si c’était le dernier.

 

 

espinousse,alexandrin,poésie,victor hugo

 A l’aube de notre vie la route nous paraît belle,

Bordées de merveilles qui restent à découvrir.

Quand hélas les chagrins aux bonheurs s’entremêlent,

Souvenons nous de nos premiers désirs.

  

 

espinousse,alexandrin,poésie,victor hugo

 Et ne perdons jamais espoir car il arrive,

Qu’un arc en ciel surgisse d’on ne sait où,

Et croyant se noyer on aborde une rive,

Où le ciel est plus bleu et l’air est plus doux.

 

 

espinousse,alexandrin,poésie,victor hugo

 Sans doute chacun de nous a-t-il un ange gardien,

Dont le corps subtil se fond dans le paysage,

Qui au moment fatal sagement nous retient,

Et nous empêche de partir au delà des nuages.

 

 

espinousse,alexandrin,poésie,victor hugo

 Parfois, le but nous apparaît  inaccessible,

Mais il faut néanmoins poursuivre son chemin.

Pas à pas on accomplit alors l’impossible,

Quand on  ne renonce pas, le monde nous appartient.

 

 

espinousse,alexandrin,poésie,victor hugo

Loin des méga-cités, immenses fourmilières,

La nature offre son inaliénable beauté,

Qui nous invite à briser  sans tarder les fers,

Qui entravent nos âmes et nos cœurs étiolés.

 

 

espinousse,alexandrin,poésie,victor hugo

 D’étonnantes merveilles alors  se révèlent,

A ceux qui on gardé une âme d’enfant :

Des nuages  forment des visages dans le ciel,

Et la neige se transforme en mouton blanc.

 

 

espinousse,alexandrin,poésie,victor hugo

 Mais le ciel se couvre, ramenant la tempête

Que mon âme accueille avec sérénité.

C’est lorsque, face aux éléments, nous tenons tête,

Que notre existence a le plus d’intensité.

 

Addendum

   

espinousse,alexandrin,poésie,victor hugo

  De retour à la barrière du col de l’Ourtigas

Le soleil est de nouveau au rendez-vous.

A mes petits enfants, je rends aujourd'hui hommage

Ici, ils m’ont payé le passage en bisous !

 

 

 

*****

Si vous aimez ce blog, peut être aimerez vous aussi mes chansons ?

Mon dernier album Canta la Vida est disponible sur les plateformes musicales

dont DEEZER (cliquez sur le nom)

Vous pouvez aussi écouter mes autres chansons sur mes autres blogs

1) CANTA-la -VIDA

La dernière chanson mise en ligne chantée par les Petits Loups étant "Dis papa pourquoi ? "

(blogs de chansons illustrées par des photos)

2) OLD NUT WIX

(intégralité des chansons - sauf le dernier album - classées par album)

(cliquez sur les liens dans le haut de la colonne à droite)

  

Texte & Photos Ulysse 

 

10/12/2017

J’ai marché sur les eaux à Peyriac-de-Mer

 

peyriac,flamant rose,jésus,salins

N'allez pas croire chères lectrices et chers lecteurs, en lisant le titre de cette note, qu'après avoir médité au monastère de Grandmont (voir ma note précédente), je suis devenu mystique et j'ai pu rééditer l'exploit de Jésus de marcher sur les eaux ! Si j'ai effectivement marché sur les eaux de l’étang de Peyriac-de-Mer, c'est en empruntant les passerelles sur pilotis qui traversent les anciens salins qui occupaient une partie de l’étang ! 

 

peyriac,flamant rose,jésus,salins

Peyriac-de-Mer était autrefois un comptoir maritime où sont passés les grecs, les carthaginois, les ibères et les romains. De fait, à l’époque antique l’ensemble des étangs du secteur constituaient un golfe ouvert sur la mer, lieu d’un intense trafic maritime lié au port de Narbonne, l’un des plus importants de la Méditerranée. Le nom de Peyriac vient probablement des collines pierreuses qui surplombent les salins (Peyre en occitan veut dire pierre)

 

peyriac,flamant rose,jésus,salins

Le site des salins a été exploité jusqu’à la fin des années 1970 puis acheté par le Conservatoire du Littoral en 1981 afin d’éviter son urbanisation qui aurait conduit à la destruction d’un site unique sur la cote languedocienne.

 

 

peyriac,flamant rose,jésus,salins

Les différents bassins des salins dénommés « chauffoirs » étaient séparés par des langues de terre et un système de vannes régulait le niveau de l’eau à l’intérieur. On aperçoit au loin l’une des « baraquettes »  dans lesquelles les sauniers rangeaient leurs râteaux pour récolter le sel ainsi que les « banastes », grands paniers qu’ils portaient sur la tête pour le transporter. Le sel est, depuis l’aube de l’humanité, une denrée précieuse car il permet de conserver les aliments. Les soldats romains recevaient d’ailleurs une partie de leur solde – variable en fonction de leur mérite - sous forme de sel : le « salarium » (d’où vient le mot salaire). Comme quoi les « bonus » ne datent pas d’hier !  Philippe VI en a fait en 1342   l’objet d’un monopole royal. Les récoltes étaient depuis lors contrôlées par un douanier qui leur appliquait un impôt, la gabelle, supprimé à la révolution.. De là, sans doute, vient l’expression « la note est salée » que l’on applique à une dépense que l’on juge exorbitante !

 

peyriac,flamant rose,jésus,salins

Derrière les collines qui entourent l’étang le Canigou pointe son nez  poudré de neige.  Du fait de la perspective il domine toute  la chaîne des Pyrénées - bien qu’il n’en soit pas le plus haut sommet – ce qui flatte son égo démesuré . 

 

 

peyriac,flamant rose,jésus,salinsA cette heure matinale, les mouettes en sont encore au petit-déjeuner et elles traquent  les poissons qui  ne s’attendent probablement pas à cette menace venue du ciel.

 

peyriac,flamant rose,jésus,salins

Les langues de terre  qui séparent les différents bassins sont imprégnées d’eau salée et recouvertes de salicornes et de soude , plantes halophiles adaptées à ce type de sol, dont les couleurs rougeoyantes illuminent le paysage hivernal.

 

 

peyriac,flamant rose,jésus,salins

Les passerelles  permettent de pénétrer au cœur de cet univers aquatique, véritable havre de paix et  garde-manger  pour les oiseaux . Un héron en train de méditer – du moins en a-t-il l’air - ne s’inquiète guère de ma présence. Il attend le dernier moment pour s’envoler, le miroir des eaux magnifiant la grâce de son envol.

 

 

peyriac,flamant rose,jésus,salins

Grimpant sur le Mour, modeste colline de 58 mètres qui domine l’étang,  j’y trouve deux arbres qui s’y sont installés pour jouir de la vue. L’un d’eux est penché vers l’autre dans une attitude affectueuse : les arbres tombent-ils amoureux ? Pour ne pas les gêner et troubler leur tête à tête je leur tourne le dos et contemple le paysage.

 

 

peyriac,flamant rose,jésus,salins

La vue que l’on a de l’étang de Doul, situé en contrebas justifie la grimpette . Cet étang «hyperhalin » est une petite Mer Morte dont il a la salinité (80g de sel par litre contre 36g en moyenne pour la Méditerranée). Cette haute salinité est due au très faible échange d’eau avec l’étang de Peyriac-de-Mer qui fait lui-même partie du vaste étang de Bages et Sigean.

 

 

peyriac,flamant rose,jésus,salins

Sa plage souvent ourlée d’écume délicieusement salée est très fréquentée l’été par les baigneurs car on peut y  faire la sieste dans ses eaux portantes.

 

 

peyriac,flamant rose,jésus,salins

Redescendant du Mour, suivons la rive de l’étang d’où l’on aperçoit le village de Bages derrière les nasses à anguilles qui sèchent au soleil. Quel étonnant poisson qui parcourt plusieurs milliers de kilomètres pour se reproduire dans la mer des Sargasses, sa progéniture effectuant ensuite le voyage inverse en quelques mois. Mais il est hélas en voie de disparition en raison de sa surpêche qui menace également beaucoup d’autres espèces.

  

peyriac,flamant rose,jésus,salins

Des quotas ont heureusement été fixés et aujourd’hui les bateaux de pêche se languissent sur  la berge sous la surveillance des mouettes qui s’impatientent de les voir reprendre de l’activité.  Car ces volatiles rapides et futés prennent leur dîme quand les pécheurs remontent les filets.

 

 

peyriac,flamant rose,jésus,salins

Des pêcheurs ont fait en vain le voyage de Nice espérant trouver ici les poissons qui ont déserté les rivages de la Riviera où ne subsistent plus que quelques sirènes pendant la période du festival de cannes.

 

 

peyriac,flamant rose,jésus,salins

Les seuls pêcheurs heureux sont les flamants roses qui, il est vrai, ne sont pas difficiles et se contentent  de crevettes et de minuscules mollusques. 

 

 

peyriac,flamant rose,jésus,salins

Ce sont des oiseaux qui sont aussi hautains et sexy que des mannequins de mode et  qui ont le niveau d’intelligence de certains présentateurs  de variétoche qui sévissent sur la T.N.T.

 

 

peyriac,flamant rose,jésus,salins

Ils sont de surcroît très froussards et s’enfuient dès qu’un bipède se montre à l’horizon, bien qu’aucun d’eux n’ait jamais mangé un flamant rose !  Qui oserait d’ailleurs manger une volaille qui doit avoir le goût de crevette ? 

 

peyriac,flamant rose,jésus,salins

Mais leur morphologie  rend leur envol difficile et c’est un spectacle divertissant de les  voir  se précipiter en titubant…

 

peyriac,flamant rose,jésus,salins

…avant de prendre péniblement leur envol !

  

 

peyriac,flamant rose,jésus,salins

Mais une fois en l’air c’est une métamorphose et comme leurs congénères, les Albatros, ils deviennent alors « les rois de l’azur »

 

 

peyriac,flamant rose,jésus,salins

Envolons nous alors avec eux et contemplons ce merveilleux paysage, camaïeu de gris, de verts et de bleus, où les collines se voilent de brume qui les nimbe de mystère et où l’étang se fait miroir pour dissimuler à nos regards la vie multiforme d’un univers aquatique où  nos ancêtres sont nés.

 

 

peyriac,flamant rose,jésus,salins

Devant cette immensité liquide, l’homme prend conscience qu’il n’est qu’un fétu de paille que balaiera peut être un nouveau déluge s’il continue de maltraiter cette bonne vielle terre. Mais il n’y aura alors peut être pas d’autre Noé pour le sauver. A titre de précaution je dors sur un matelas pneumatique, on ne sait jamais !

 

peyriac,flamant rose,jésus,salins

Mais le soleil entame doucement son amerrissage et il est temps de retrouver le plancher des vaches, expression qui n’est pas au demeurant appropriée au cas présent vu qu’à Peyriac-de-Mer on n’y voit pas de vaches ! Cette formule qui s’écrivait à l’origine « plancher aux vaches » a été créée par les marins qui ne rencontraient jamais ce doux mammifère sur le plancher du pont de leur bateau et désignaient donc la terre ferme de cette façon car c’était pour eux le seul endroit où ils en voyaient ! Cela dit s’il n’y a pas de vaches à Peyriac-de-Mer les couchers de soleil pour parler trivialement y sont « vachement » beaux, comme vous pouvez le constater !

 

 

*****

Si vous aimez ce blog, peut être aimerez vous aussi mes chansons ?

Mon dernier album Canta la Vida est disponible sur les plateformes musicales

dont DEEZER (cliquez sur le nom)

Vous pouvez aussi écouter mes autres chansons sur mes autres blogs

1) CANTA-la -VIDA

La dernière chanson mise en ligne étant "Gaïa a le blues  "

(blogs de chansons illustrées par des photos)

2) OLD NUT WIX

(intégralité des chansons - sauf le dernier album - classées par album)

(cliquez sur les liens dans le haut de la colonne à droite)

 

Texte & Photos Ulysse

 

 

 

04/12/2017

Méditations au prieuré de Saint Michel de Grandmont

 

DSC00962.JPG

Le charme de notre région ne réside pas seulement dans la diversité de ses paysages mais aussi dans la richesse des édifices historiques que l’on y trouve dans les endroits les plus reculés et les plus sauvages. Mais ne soyons pas angéliques : de pittoresques chemins vous conduisent aussi à des tas d’immondices, de gravats ou de vieux pneus, des carcasses d’engins divers, abandonnés par des « cancrelats » dans la nature .  Et ces « cancrelats » sont aussi bien des villes que des champs, l’exercice d’une activité agricole ou viticole ne conduisant pas toujours, hélas, au respect de l’environnement, bien au contraire.

Mais pour en revenir aux lieux enchanteurs, il en est un, situé  à quelques kilomètres de Lodève - pittoresque bourgade blottie au pied du plateau de l’Escandorgue - le long de la départementale 149E qui grimpe à  près de 500 mètres sur le plateau du Larzac et  traverse de magnifiques châtaigneraies. Il s’agit de l’élégant prieuré de St Michel de Grandmont qui domine la vallée de la Lergue.

  

DSC00951.JPG

Datant du 12ème siècle il est l'un des mieux conservés des 150 monastères édifiés par l’ordre de Grandmont, fondé en 1125 par Étienne de Muret et qui a participé au renouveau du monachisme aux XIème et XIIème siècles. Une élite spirituelle contestait à cette époque la vie monastique installée dans le confort matériel et recherchait la solitude pour la prière et la contemplation, à l'exemple des ermites des premiers temps de la chrétienté.

Jeûner, marcher pieds nus, vivre dans  un silence perpétuel et la pauvreté absolue étaient quelques uns des préceptes appliqués par l’ordre de Grandmont. J’avoue que j’aurais eu du mal à être des leurs car si j’adore marcher pieds nus, c’est sur le sable chaud et si je suis capable de jeûner c’est entre le déjeuner et le dîner. Quant aux exigences de silence et de pauvreté  je ne  remplis pas non plus les conditions, bien que pour  le dernier critère  je fasse d’année en année de gros progrès grâce à notre  très efficace administration des Impôts. 

 

DSC00942.JPG

Le cloître de style roman est d’une grande  sobriété et ne comporte aucune sculpture afin de ne pas distraire l’esprit des ermites qui venaient y méditer.  Il serait sans doute salutaire pour nous qui sommes en permanence soumis à un flot d’informations triviales et de messages frivoles de passer quelques jours en ces lieux pour faire une cure de désintoxication et méditer sur les  choses essentielles de l’existence. Comme par exemple de s’interroger pour savoir s’il est moralement condamnable de dévorer en une seule fois une tablette de chocolat noir ?

 

DSC00945.JPG

L’ église, également très sobre,  est le type même de l'église grandmontaine avec sa nef en berceau brisé et son chevet en cul-de-four que l’on voit sur la photo prise à l’extérieur. Son acoustique est remarquable et tous les ans des concerts  y sont donnés, dans le cadre du festival de Montpellier. Si vous y allez, mettez vous au cœur du chevet et chantez : vous serez étonné (ou effrayé selon votre talent)  par l’amplitude que prendra votre voix.

Mais les exigences très strictes de l’ordre vont au fil du temps décourager les candidats à la vie érémitique qui n'étaient plus que quatre à la fin du XVIème siècle. En 1772, l’Ordre fut supprimé et le monastère, son domaine et ses revenus attribués au Chapitre de la Cathédrale de Lodève puis  adjugés en 1791 comme « Bien National » à un négociant de Lodève pour être finalement partiellement transformé en chais. Que le vin ait coulé à flots en ce lieu où vivaient des ascètes est pour moi un merveilleux symbole : nul ne peut résister au charme des vins du pays d’Oc. Racheté en 1957 par la famille Bec, l’édifice a été réhabilité avec l'aide de la Caisse Nationale des Monuments Historiques et sert actuellement pour des rencontres culturelles .

 

DSC00969.JPG

On trouve aussi dans l’immense et magnifique parc du prieuré des mégalithes qui témoignent de l’intérêt porté à ce lieu par les hommes depuis la nuit des temps. Pour moi, le choix des bâtisseurs de mégalithes n’était pas anodin et tenait compte des forces telluriques. Et de fait quand j’y suis allé en octobre dernier il y avait dans l’air, me semblait-il,  une  vibration particulière qui stimulait mon énergie. Mais peut être était ce simplement la beauté de lieux qui agissait sur moi.

 

DSC00975.JPG

Il faut dire que la vue de ces pierres superposées de plusieurs tonnes me fait toujours une très forte impression. L’homme, cet être frêle à l’aune de la création, tire de son esprit, une force illimitée qu’il peut employer pour le bien comme pour le mal. Pour éviter le mal les meilleurs antidotes que je connaisse sont le savoir et la beauté, et c’est sans doute parce que tant de gens en sont privés qu’il y a autant de violence dans le monde.

  

 

DSC00957.JPG 

Le parc comporte plusieurs plans d’eau où les arbres peuvent se mirer. Quand l’automne vient ils dépriment d’apercevoir leur ramure dépouillée. Eole, qui a  prêté main forte à l’automne pour les dénuder, prend alors pitié d’eux et souffle sur les eaux pour  brouiller leur reflet.

 

 

DSC00983.JPG

Ce lieu où les chasseurs n’ont pas droit de cité est un havre de paix pour les animaux qui se laissent ainsi approcher, rencontres  précieuses qui sont de plus en plus rares dans les lieux non protégés de l’homme. Je saisis l’occasion pour pousser un cri d’alarme car je fais d’année en année le constat de la raréfaction progressive des oiseaux dans les jardins et les campagnes, signe incontestable du lent tricotage de la biodiversité  dont dépend pourtant notre survie.

 

 

DSC00979.JPG

Quelle douce émotion nous envahit alors de pouvoir longuement croiser le regard de ces êtres si doux et graciles.  L’appareillage technologique des sociétés modernes, dont je ne méprise pas pour autant les bénéfices, est incapable d’offrir à nos vies des instants d’une telle richesse.  Il est nécessaire  de temps en temps de débrancher tout !

 

 

DSC00986.JPG

Dans ce morceau de paradis, une beauté en appelle une autre et la nature, sensible au respect que mes amis et moi lui manifestions, nous a gratifiés ce soir là  d’un crépuscule wagnérien. Ne s'attend on pas, en effet, que des eaux noires de ce lac sorte soudain un vaisseau fantôme ?

 

 

DSC01008.JPG

J’appliquerai pour la fin de cette note la règle du silence qui prévalait autrefois au Prieuré, considérant que mes mots ne feraient qu‘édulcorer la somptueuse beauté du ciel ennuagé qui s’est alors offert à nos regards.

 

 

DSC01012.JPG

C’est ainsi que moi le mécréant,  je suis entré en méditation en ce lieu magique du prieuré de Saint Michel de Grandmont !

 

 

DSC01013.JPG

 

*****

Si vous aimez ce blog, peut être aimerez vous aussi mes chansons ?

Mon dernier album Canta la Vida est disponible sur les plateformes musicales

dont DEEZER (cliquez sur le nom)

Vous pouvez aussi écouter mes autres chansons sur mes autres blogs

1) CANTA-la -VIDA

La dernière chanson mise en ligne étant "Danse ! "

(blogs de chansons illustrées par des photos)

2) OLD NUT WIX

(intégralité des chansons - sauf le dernier album - classées par album)

(cliquez sur les liens dans le haut de la colonne à droite)

 

Textes & Photos Ulysse