suivi de mon blog
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

14/01/2017

En remontant les millénaires dans les gorges de Colombières

 

 

colombières,caroux,arles,gaïa,sécadou

Marcher dans les plaines et vallons c’est marcher au cœur de l’histoire de l’homme, tant ce dernier y a façonné le paysage. Marcher en montagne c’est parcourir l’histoire de la Terre, comme on va le voir en randonnant dans les gorges de Colombières. Certes, l’homme a aussi laissé son empreinte dans les montagnes, tel ce magnifique sentier caladé (pavé de cailloux) qui permettait autrefois aux troupeaux d’accéder aux estives sommitales. Mais cette empreinte est fragile et furtive et serait vite balayée si les randonneurs ne prenaient aujourd’hui le relais des troupeaux disparus.

 

colombières,caroux,arles,gaïa,sécadou

D’ailleurs, on voit ici à l’œuvre l’entropie qui mène notre univers à sa perte. Les branches mortes, les feuillages, le ravinement des pluies torrentielles auraient vite fait de balayer ces chemins si les bénévoles des Fédérations Départementales de Randonnées ne les entretenaient pas. Qu’ils en soient remerciés !

 

colombières,caroux,arles,gaïa,sécadou

Autre modeste manifestation de l’activité passée de l’homme en ces lieux : un abri en ruines qui pouvait servir à entreposer les outils nécessaires aux cultures sur les quelques terrasses aménagées par les anciens et aujourd’hui disparues. Il pouvait s’agir aussi d’un abri pour les charbonniers qui fabriquaient du charbon de bois ou bien d’un « sécadou » pour sécher les châtaignes, élément important de la nourriture des anciens de la région.

 

colombières,caroux,arles,gaïa,sécadou

Une fois dépassés les lieux cultivables ou exploitables, on entre dans le monde du minéral et donc dans l’histoire de la Terre. Ici sont visibles les soubresauts qu’elle a connu au long de sa vie mouvementée. Je crois y voir l’enclume sur laquelle Vulcain forgeait des bijoux pour les nymphes, mais nous sommes loin de l’Etna où celui ci résidait. Ce n’est donc de ma part qu’un effet de la paréidolie, cette propension que j’ai à voir des choses familières dans des formes désorganisées (merci Chinou)

 

 

colombières,caroux,arles,gaïa,sécadou

Combien de millions d’années a-t-il fallu au vent, au gel, à la pluie pour sculpter ces pitons de pierre ? Il arrivera un instant où un seul grain de matière emporté par les éléments suffira à les précipiter vers l’abime. Mais il y aura aussi un moment où un nouveau soubresaut de la Terre les portera à la hauteur des nuages qui les survolent, comme ce fut le cas dans un lointain passé où les monts du Haut Languedoc dépassaient les 6000 mètres ! J’ai lu avec stupeur dans un article scientifique que dans deux cent cinquante millions d’année, la pangée - le continent unique à l’origine des continents actuels qui dérivent sur le magma sous-jacent - sera reformée !   Le réchauffement climatique en cours, à coté, c’est de la « gnognotte » !!

 

colombières,caroux,arles,gaïa,sécadou

Ayant accédé au sommet des Gorges de Colombières, nous basculons sur l’autre versant pour rejoindre notre point de départ. Il est curieux que ces gorges portent ce nom alors que c’est le torrent d’Arles, dont on aperçoit les eaux argentées qui les a creusées. De fait, cette dénomination leur vient du village éponyme que l’Arve traverse en contrebas et qui est le point de départ de la randonnée.

 

colombières,caroux,arles,gaïa,sécadou

Le sentier, qui descend dans les gorges, offre de somptueuses vues sur les reliefs déchiquetés. C’est aussi un couloir à vent et la Tramontane glaciale qui y soufflait violemment le jour de notre randonnée nous a amené à couvrir nos oreilles !!!

 

colombières,caroux,arles,gaïa,sécadou

Mais on oublie le vent et le froid quand on a en face des yeux de tels panoramas. La luminosité et la pureté de l’air hivernal créent un superbe effet de profondeur et de relief.

 

colombières,caroux,arles,gaïa,sécadou

Le sentier traverse des chaos rocheux, issus d’éboulements anciens, qui nous font lever la tête avec inquiétude vers le haut des falaises, conscients qu’à tout moment ils peuvent se reproduire.

 

colombières,caroux,arles,gaïa,sécadou

Grisé par l’air vif chargé d’oxygène mon cerveau « paréidolien » aperçoit un vieux chef indien qui semble avoir trouvé refuge dans nos montagnes. Je ne peux qu’approuver son exil, vu le dangereux cow-boy que les yankees ont choisi pour président !

 

colombières,caroux,arles,gaïa,sécadou

L’un des avantages de l’hiver (outre le fait que l’on y boit du vin chaud) est que l’on y découvre de somptueux paysages - masqués par les frondaisons des arbres durant l’été - telles ces impressionnantes falaises, sur le sommet desquelles nous cheminions quelques heures plus tôt.

 

colombières,caroux,arles,gaïa,sécadou

La falaise derrière nous illustre l’histoire mouvementée de Gaïa, notre planète, en exposant les différentes couches sédimentaires et rocheuses qui se superposent en de vastes arcs de cercle.

 

colombières,caroux,arles,gaïa,sécadou

C’est grâce aux hommes du passé qui ont édifié ce chemin vertigineux à flanc de falaise et à ceux d'aujourd'hui qui l'entretiennent que nous pouvons admirer ces fantastiques paysages de notre région. Qu’ils en soient une nouvelle fois remerciés !

*****

Si vous appréciez ce blog, je vous invite à découvrir les chansons de mon nouveau CD "Ne perds pas tes rêves en chemin" sur :

Deezer (cliquez sur le nom)

ou les autres plateformes musicales Itunes, Spotify, Google play, Amazon...

Mes autres blogs:

Old Nut (Wix) où vous pouvez écouter librement toutes mes précédentes chansons

Canta-la-Vida où j'illustre certaines chansons en photos.

La dernière chanson mise en ligne s'intitule "Le coupeur de cannes"

Piquesel : "bloc-note photos" où les photos sont accompagnées de commentaires humoristiques ou poétiques.

Vous pouvez y accéder en cliquant sur les noms figurant en haut de la colonne de droite

 

Texte & Photos Ulysse