suivi de mon blog
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

07/10/2007

Le mystère du potager !

medium_IMG_5092-1.JPG

Vous êtes un amateur de polars façon P.D. James ou Agatha Christie et vous vous sentez une âme d'hercule Poirot ?

Alors je soumets à votre sagacité la mésaventure d'un couple d'amis qui le printemps dernier avaient investi beaucoup de leur temps et un peu de leur argent pour se constituer un magnifique jardin potager. La belle saison venue, ils se réjouissaient à l'idée de profiter du fruit de leurs efforts et à se régaler de leurs carottes, salades, petits pois, tomates, haricots verts, melons et autres cucurbitacées.

Mais au fur et à mesure que leurs légumes murissaient des visiteurs nocturnes systématiquement les précédaient dans la cuillette les privant du bonheur de goûter à leur propre récolte.
medium_IMG_5089-1.JPG

Ils mirent cela sur le compte de lapins maraudeurs ou de voisins ou passants indélicats et installèrent un haut grillage surmonté de fils barbelés sans pour autant que les larcins cessent. Ils se mirent alors à veiller la nuit en instituant un tour de garde mais le sommeil à un moment ou à un autre les saisissait pour le plus grand bonheur des voleurs qui profitaient de leur somnolence.

Désespérés ils installèrent alors à grand frais un réseau de vidéo surveillance mais les voleurs qui n'étaient pas nés de la dernière pluie couvraient les caméras d'un morceau de sac à patates et continuaient de perpétrer leurs larcins incognito.
medium_IMG_5096-1.JPG

C'est alors qu'ils étaient prêts à vendre leur maison pour aller s'établir ailleurs que je leur rendis visite. Ils me firent part du malheur qui les frappait. Touché par leur désespoir je demandai à visiter leur jardin.Après en avoir fait dix fois le tour je remarquai d'étranges empreintes dans une allée où la nuit précédente deux magnifiques melons à point avaient disparu . Balayant du regard le jardin je me frappai soudain le front en m'écriant "mais bon sang c'est bien sur !".

Je fis part de mes soupçons à mes amis qui mesurèrent tout de suite les énormes implications de ma découverte. Elle signifiait que des milliers voire des millions de jardiniers se faisaient exploiter par ces prédateurs insoupçonnés envers lesquels ces gens avaient toute confiance ! Il était probable qu'un réseau international avait été mis en place qui depuis des décennies exploitaient à leur insu les jardiniers du dimanche.
medium_IMG_5099-1.JPG

Aujourd'hui les voleurs qui dévalisaient le potager de mes amis sont sous les verrous mais des millers d'autres sont en liberté et continuent de sévir;

Avez vous deviné qui sont les coupables ?

medium_IMG_5084-1.JPG


Texte & Photos Ulysse

05/10/2007

Faites une cure végétale d'Olargues au Farrials

medium_DSC06250-2.JPG

Les vacances sont déjà loin et vous vous êtes bon gré mal gré réadaptés à l'athmosphère de votre ville parfumée aux senteurs de diesel et de crottus canibus ainsi qu'à la cohue maussade des trains, des trams ou des bus. Vos soirées sont bercées par les bêlements de la star'ac que regarde votre voisin du dessus et les bruits de gare de triage qui émanent de votre jeune voisine du dessous, adepte de « house music »
medium_DSC06301.JPG

Vous éprouvez une soudaine envie de silence et de chlorophylle mais vous vous demandez si notre chère planète, un brin surpeuplée et atteinte de bétonisme, de 4-4-tisme et de quadisme aigüs, offre encore des endroits où jouir de tels privilèges. Soyez rassurés car j'en connais une foultitude en pays d'Oc qui ne sont pas près d'être contaminés par les charmes vénéneux de la société de loisirs industriels, vu qu'il faut user d'un peu d'huile de genoux pour y accéder.
medium_DSC06320-2.JPG

Le circuit que je vous propose aujourd'hui a pour point de départ le pittoresque village d'Olargues, pays de la chataigne et qui mérite une demi journée de visite avec son clocher du XIIIème siècle, son pont du Diable, ses ruelles médiévales et son intéressant musée sur les traditions et les métiers liés aux activités passées de la région.
medium_DSC06255.JPG

Après avoir cotoyé les rives verdoyantes du Jaur on commence à griimper au milieu d'une forêt de chataigners, qui jusqu'à la fin du XIXème siècle tenait une place primordiale dans la vie de la région. Son fruit contribuait à l'alimentation tant des hommes que des animaux d'élevage et son bois résistant et imputrescible servait à fabriquer les charpentes, les tonneaux et les barrières pour délimiter les champs.
medium_DSC06248-2.JPG

Bientôt le chemin prend de de l'altitude et domine la vallon du Jaur d'où émerge le clocher d'olargues pointé vers le ciel comme un doigt accusateur s'en prenant aux dieux pour le bazar qu'ils ont créé ici bas.
medium_DSC06259-1.JPG

Parfois un arbre qui s'est épris d'amitié pour les randonneurs leur tend un siège pour qu'ils s'y reposent et lui content les dernières nouvelles du monde qui ne parviennent point en ces lieux sauvages.
medium_DSC06264-2.JPG

Le glougloutis du Routelly soudain se fait entendre; le magnifique pont qui l'orne laisse penser que ce ruisseau famélique doit parfois connaître des débordements. Je suis toujours admiratif du souci d'harmonie que les anciens manifestaient dans la moindre de leur construction, souci qui, hélas, n'est guère partagé par leurs descendants qui parsèment la nature de leurs taudis de briques nues et de cairons souvent ornés de bagnoles, de tracteurs ou de caravanes délabrés.
medium_DSC06272.JPG

Sur les berges du Routelly nous croisons soudain le corps fossilisé d'un crocodile témoignage du climat tropical que connaissait la région il y a quelques millions d'années.
medium_DSC06281-1.JPG

Puis à l'approche du Hameau de la salle un arbre montre son coeur à nu sans doute d'avoir été éconduit par Artémis qui se serait réfugié en ces lieux depuis que les incendies ont ravagé les forêts grecques.
medium_DSC06289-1.JPG

Puis nous abordons les contreforts du Farrials qui culmine à 764m et dont le sommet arbore des chicots de pierre taraudés par la pluie et le vent.
medium_DSC06318-2.JPG

Il nous reste plus qu'à redescendre vers Olargues en jouissant des vues panoramiques sur le massif du Caroux en face,
medium_DSC06316-2.JPG

parfois un arbre foudroyé par un orage semble nous menacer de ses branches fourchues
medium_DSC06312-2.2.JPG

Mais nous arrivons sans encombre en vue d'Olargues où nous nous régalons d'une tarte aux marrons.

Le circuit détaillé figure en fichier joint

Texte & Photos Ulysse

02/10/2007

Que deviennent nos rêves ?

medium__DSC8539-1.JPG

L'été a déposé ses baisers brûlants,
Sur la chevelure d'herbe des campagnes,
Qui ondulait comme une mer sous le vent,
Et aujourd'hui se meurt et devient paille.

Ainsi passe également notre vie éphémère,
A peine sommes nous sortis du néant,
Qu'après quelques printemps, nous devenons poussière,
La trace de nos pas, balayée par le vent.

Que deviennent alors nos pensées et nos rêves,
Le souvenir de nos amours, de nos passions,
Vont ils secrètement enrichir la sève,
Qui dresse vers le ciel fleurs et frondaisons?

Se peut il que la grâce de l'asphodèle,
Le parfum de la rose, du muguet, du lilas,
Soit le tendre souvenir de celles,
Que nous avons un instant tenues dans nos bras ?

medium_IMG_6879.JPG


Texte & Photos Ulysse