suivi de mon blog
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

18/03/2008

Périple dans le "Grand Nord"....(1ére partie)

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC08579.JPG



Je vous ai confié l'autre jour comment pour une stupide question d'amour propre je

m'étais senti obligé de répondre à l'appel du Grand Nord (voir mon billet du ...°



Me voilà donc en route le lundi matin 10 mars, dès potron minet, pour le Cantal avec

un groupe d'amis qui n'ont pas voulu me laisser partir seul dans cette aventure. C'est d'ailleurs

à leur aptitude à vous suivre dans vos folies que l'on reconnaît les vrais amis. Notre objectif :

grimper en raquettes au sommet du Plomb du Cantal, ce qui vous me direz dénote sans doute

de notre part un manque de plomb dans nos cervelles, vu que les températures hivernales sur

ce massif sont généralement voisines de celle du Groenland .



D'ailleurs à peine avions nous franchi le pas de l'Escalette qui permet d'accéder sur le

plateau des Causses que déjà nous faisions un bond en arrière au coeur de l'hiver, les arbres

arborant encore leur tenue dépouillée et austère sans aucune fleur à la boutonnière
.

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC08501.JPG


Mais les conditions climatiques qui régnaient sur le Causse étaient clémentes

comparées à celles qui nous attendaient près de notre camp de base : le petit village

d'Albepierre-Bredons, situé au pied du massif du Plomb du Cantal, dont la route d'accès était

enneigée et balayée par un blizzard à débéquer un corbeau.


http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC08515.JPG


Le gite qui devait nous servir de refuge n'avait pas été occupé de tout l'hiver et la

neige en bloquait tous les accès. Heureusement la présence opprtune d'une échelle ensevelie

sous un tas de neige nous permit d'en gagner l'intérieur en passant par la cheminée. N'ayant pu

débloquer ni la porte ni la fenêtre nous dûmes jouer ainsi les pères noëls pendant tout notre

séjour !



Ceux qui me lisent régulièrement savent bien là que je galèje, car si j'ai effectivement

un (petit ? Je vous laisse juge...) grain qui me pousse parfois dans des périples un peu

« sportifs », s'agissant des aspects « matériels » je n'ai pas l'âme d'un moine trappiste et

recherche plutôt les endroits offrant bonne chère et bonne cave !



Et sur ce plan nous avons été comblés en installant nos pénates à l'hotel du Plomb du

Cantal dont les patrons heureux mais étonnés d'avoir des touristes (qui plus est venant du midi )

eu égard aux prévisions météo apocalyptiques ont été aux petits soins pour nous .


http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC08519.JPG


Après un premier repas du terroir qui fit honneur à la gastronomie auvergnate, nous

voilà vêtus comme des esquimaux pour aller nous dégourdir les jambes et explorer les environs

sous les yeux ahuris des hoteliers qui n'auraient pas oser mettre un ours dehors.


http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC08522.JPG


Enfin quand je dis explorer, c'est un peu abusif vu que la visibilité était limitée à

20 mètres et que la neige recouvrait les arbres, les maisons et les chemins. Disons plutôt que

nous avons battu la campagne environnante les yeux fixés sur le bout de nos chaussures pour

éviter le bombardement de flocons cinglants sur nos visages.


http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC08525.JPG


Le blizzard trop heureux de nous avoir sous la dent s'ingéniait à s'insinuer dans le

moindre des interstices pour y déposer de minuscules grêlons fondants se frayant un chemin

jusqu'à nos parties les plus intimes : il en résultait quelques frissons qui n'avaient rien de

voluptueux.


http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC08527.JPG


Par moments une haie d'arbres parvenait à créer un ilôt où régnait une relative

accalmie favorisant la remontée de nos températures corporelles proches de

l'hypothermie.



Nous mîmes un point d'honneur à tenir ainsi jusqu'à l'heure du vin chaud dont les épices

exotiques nous firent très vite oublier nos quelques heures passées dans le blizzard.


http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC08540.JPG


Le lendemain matin le blizzard n'ayant pas daigné quitter les lieux nous dûmes reporter

notre projet d'ascension du Plomb du Cantal et nous contenter de perfectionner notre

technique de raquettes sur les chemins des alentours.


http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC08559.JPG


L'inclinaison de certains arbres isolés croisés en chemin nous ont amenés à penser que

le blizzard fréquentait assidument cette région et que l'on aurait du mal à y

échapper....



Mais au moment où nous commencions à désespérer un arc en ciel, un peu faiblard à

vrai dire, a soudain jalli, signe avant coureur d'une amélioration du temps, nous laissant espérer

que nous pourrions partir le lendemain à la conquête du Plomb du Cantal .


http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC08581.JPG


A suivre ...

Texte & Photos Ulysse

10/03/2008

L'appel du Grand Nord !

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/IMG_3415.JPG


Cette nuit alors que, selon la formule consacrée, je dormais à poings fermés ( disons

que mes yeux étaient fermés, quant à mes poings pour être honnête je ne sais pas !) voilà

que sur le coup de 3 heures du matin, j'ai été réveillé par la sonnerie du

téléphone ....



Vous imaginez l'angoisse qui m'a alors saisi car quand on appelle à une heure pareille

c'est généralement pour vous annoncer une catastrophe : le décès d'un proche,

l'accroissement du déficit budgétaire déjà abyssal de la France ou la grève illimitée des

cavistes.



Le coeur battant à tout rompre je me suis précipité sur le téléphone situé dans la pièce

d'à côté en me payant au passage, en plein dans le pif, un battant de fenêtre laissée ouverte et

celui d'une porte à moitié fermée.



Pestant et à moitié groggy je me suis alors emparé du téléphone et la gorge nouée par

l'émotion j'ai dit faiblement « Allo qui est à l'appareil »?



« C'est un appel du Grand Nord » m'entendis je répondre !


« De qui ? « Fis je interloqué !


« du Grand Nord » me confirma-t- on en ajoutant « Le Grand Nord appelle au hasard les

gens afin qu'ils s'y rendent et cette nuit l'appel est tombé sur vous »



« mais je n'ai aucune intention d'aller dans le Grand Nord » répondis je « qu'y ferai

je ? »



« cher Monsieur on ne discute pas un appel du Grand Nord, quand on est appelé on y

va sans poser de question, prenez l'exemple d'un de vos glorieux prédecesseurs,

Jack London,

qui a répondu à l'appel sans barguigner ou, plus récemment, de l'un de vos compatriotes du

Maine et Loire Fabien Docet ! »



La référence à Jack London ébranla ma détermination car c'est un auteur qui a hanté

les nuits fiévreuses de mon adolescence et par amour propre j'entendais être fidèle à sa

mémoire et ne pas le décevoir. Songeant également à Fabien Docet je me suis dit que ce qu'un

mainéloirien était capable de faire, un autre mainéloirien (je suis né dans le 49) pouvait le

faire aussi



« Bon » répondis je « je veux bien répondre à l'appel du Grand Nord, mais sachez que

pour moi qui vit au bord de la grande Bleue qle grand Nord commence au Cantal et puis il faut

dire que mes jambes ne sont plus de la première jeunesse. De toute façon j'ai besoin de

quelques heures pour faire mon paquetage »



« Voilà qui est bien, OK pour le Cantal, mais vous avez jusqu'à 8 heures du matin pour

vous mettre en chemin ! » Ayant prononcé ces mots comminatoires, mon interlocuteur

raccrocha.



Et c'est la raison pour laquelle mon blog restera inactif qelques jours, car quand on a

l'âme aventurière et un peu d'amour propre on ne résiste pas à l'appel du Grand Nord !



PS: Conseil à celles et ceux qui n'ont pas l'âme aventurière: décrocher votre téléphone

au moment d'aller se coucher !






Texte & Photo Ulysse

03/03/2008

Au diable les préventions, osons le Merdanson !

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC07519.JPG


Quand l'envie me prend de me dégourdir les jambes et de m'aérer la tête et que je suis

à court d'idée quant à mon éventuelle destination je me livre à un jeu : je déplie sur mon bureau

une carte de la région, je ferme les yeux et je pose mon index au hasard sur la carte.



Ayant ainsi procédé l'autre jour, lorsque j'ai soulevé mon doigt pour découvrir quel

serait mon objectif, j'ai lu, quelque peu peu interloqué, le nom de « Merdanson! ».




Avouez qu'il y a de quoi a priori étre rebuté par un nom pareil, il faut effectivement être

un peu « dérangé » pour avoir envie d'aller se balader dans un tel endroit ! j'avoue avoir été

tenté de me donner une nouvelle chance, mais je me suis morigéné en me disant que, bonne ou

mauvaise pioche, les règles étaient les règles et qu'il fallait donc les appliquer.



En inspectant de plus près la carte je découvris que Merdanson était le nom d'une

rivière qui, a l'endroit sélectionné, descend vers le village de Sallèles du Bosc où il se jette

dans ...la Marguerite ! La présence de cette rivière au nom plus poétique ainsi que la mention

d'un dolmen à proximité me rasséréna quant à l'intérêt que pouvait présenter une balade en ces

lieux. M'emparant de la carte TOPO 25 du secteur j'improvisai un itinéraire à partir des chemins

y figurant sans savoir bien évidemment s'ils étaient encore tous pratiquables.



Une heure après, me voilà donc à pied d'oeuvre, ma voiture garée à la sortie du village

de Sallèles au bord d'une route menant vers la rivière. Disons deux mots, en passant, de Sallèles

qui comme de trop nombreux villages de l'Hérault offre un spectacle désolant : en effet, en

matière de construction et d'urbanisme c'est le laissez faire total, conduisant à un désastreux

bric à brac architectural. Tous les styles cohabitent, les maisons sont entourées de murs en

parpaings brut, souvent de guingois et de différentes hauteurs, les jardins ou les cours

ressemblent à des déchetteries, les cabanes et abris de jardin délabrés prolifèrent.



J'ai visité la quasi totalité de la France et je ne connais pas d'autre département où

règne un tel je m'en foutisme environnemental, les Antilles mises à part ! C'est d'autant plus

regrettable que la nature y est superbe et offre un remarquable potentiel touristique.



Mais revenons à notre périple et traversons La Marguerite qui à cet endroit se trouve

encore fortement influencée par le Merdanson vu qu'un fauteuil en plastique renversé trônait le

jour où je suis passé au milieu de son cours. Pour être honnête les berges avaient une allure

présentable, sous l'effet, sans doute, de l'ombre portée de sa rive ouest en surplomb qui

masquait les « détails ».




Dans ce secteur les ruffes rouges dominent le paysage (le salagou n'est qu'à quelques

kilomètres) et offrent un contraste saisissant avec la végétation. La silhouette pyramidale d'un

ancien volcan endormi arborant son cône figé de basalte domine de vénérables vignes. Ce

spectacle assez réjouissant nous met un peu de baume à l'âme après la traversée

déprimante de Sallèles.


http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC07482.JPG


Abordant la colline arborée où d'après la carte se dressait le dolmen j'ai passé une demi

heure à battre les fourrés extrêmement denses sans pouvoir le trouver. Y renonçant

provisoirement je me suis alors engagé sur le plateau dominant le secteur


http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC07490.JPG


Le spectacle qui m'y attendait me fit me réjouir de mettre livré à ce jeu de hasard. Je

peux aujourd'hui vous le dire que l'émotion est au rendez aux alentours du Merdanson !


http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC07495.JPG



Des pistes écarlates ensanglantent une toison dense de chênes verts et de genevriers

, tandis que le plateau domine un damier de champs et de vignes arborant un camaieu de

couleurs allant du duvet de lièvre au chocolat.


http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC07496.JPG


L'herbe illuminée par la lumière rasante de la fin d'après midi semblait fluorescente sur

la peau ensanglantée de la terre.



Et puis, heureuse surprise, après emprunté une descente ramenant en douceur vers

Sallèles, une sente s'offre à vous qui vous conduit si vous vous en écartez un peu au pied du

Dolmen envahi par la végétation
.

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC07503-1.JPG



Le temps et son cortège d'intempéries ont hélas mis à mal le travail héroïque de nos

ancêtres qui il y a près de 5000 ans ont édifié ce monument, sans doute en hommage à leurs

morts. Mais tel qu'il est, ce dolmen reste impressionnant et émouvant. Et l'on peste après la

frivolité et la néglignence des hommes d'aujourd'hui qui disposent à leur porte d'un trésor

préhistorique situé à quelques encablures du Lac Salagou fort fréquenté l'été et qui ne le

mettent pas en valeur. Mais il est vrai que l'Hérault a encore beaucoup de progrès à faire quant

à l'exploitation de son potentiel touristique.



Toujours est-il que c'est fort réjoui par mon périple que j'ai regagné mes pénates en me

disant que mon petit jeu de hasard avait du bon et que je recommencerais !



http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC07514.JPG


Le circuit détaillé figure en fichier joint

Texte & photos Ulysse