suivi de mon blog
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

04/05/2015

Les petits loups au Salagou

 

IMG_3186.JPG

Hello ! chères lectrices et chers lecteurs d’Ulysse (qui se trouve être notre papi) nous voici de nouveau de bon matin sur les chemins, moi, Romain, suivi par ma grande sœur, Emilie, à la découverte du vaste monde sur les pas de notre ancêtre.  Vous allez sans doute penser qu’il a une recette magique pour parvenir à nous priver de grasse matinée pendant les vacances et effectivement il en a une : nous avons droit, les jours de randonnée, à une chocolatine de Stéphane Pibre, boulanger à Castelnau de Guers, devant lequel nous passons en partant pour nos pérégrinations. Et nous pouvons vous dire qu’une fois que l’on a goûté à une chocolatine de Stéphane, on est prêt à faire le tour du monde pour recommencer !

 

 

IMG_3215.JPG

En chemin nous longeons un enclos où paissent tranquillement des ânes. Ma sœur Emilie, qui n’est pas encore sortie de l’âge des "doudous", se prend d’affection pour l’un d’entre eux dont la généreuse toison est douce à caresser. Je sais que ça rend mon papi un peu jaloux parce que son crâne d’œuf ne présente pas le même attrait pour sa petite fille !

 

 

IMG_3221.JPG

Des amis de papi et mamie et de Gibus et Marie, qui sont aussi de la partie, nous accompagnent et nous discutons en chemin des choses de la vie. Ce n’est pas parce que j’ai neuf ans que je n’ai pas d’opinion sur la façon dont va le monde.  Par exemple, vu que l’on paie grassement des sénateurs qui ne servent à rien (c’est aussi l’avis de notre papi),  je ne vois pas pourquoi on n’offrirait pas au goûter, à tous les enfants des écoles primaires de  France et de Navarre, une chocolatine de Stéphane. 

 

 

IMG_3227.JPG

Après avoir basculé de l’autre coté du plateau d’Auverne, nous découvrons le lac du Salagou entouré de « ruffes » rouges, roches sédimentaires un peu plus vieilles que notre papi, puisqu’elles ont été formées il y a environ 200 millions d’années.

 

 

IMG_3232.JPG

C’est un vrai bonheur pour nous, petits parisiens, de pouvoir librement courir dans ces vastes espaces sans se préoccuper de la qualité de l’air que l’on respire. C’est quand même un comble que les hommes dépensent des milliards  pour fabriquer des bombes capables de faire sauter mille fois la terre alors que les trois quarts de l’humanité sont obligés de boire et de respirer de l’air et de l’eau pollués ! Quand on voit comment vivent nos cousins les chimpanzés, les gorilles ou les bonobos qui passent leur temps à se faire des câlins en mangeant des bananes, les hommes auraient mieux fait de ne pas descendre des arbres.

 

 

IMG_3240.JPG

Ce qu’il y a de merveilleux au Salagou c’est que l’on se croit transporté de l’autre côté de la Terre en plein cœur du continent australien, sauf qu’ici les kangourous c’est nous ! Enfin disons que c'est comme ça que me surnomme mon papi car je n'arrête pas de sauter. Je pense qu'il est un peu jaloux car il est à peu près aussi souple qu'un fer à repasser ! 

 

IMG_3241.JPG

Nous ne connaissons pas un autre coin de France qui présente une telle diversité de couleurs. On y retrouve toute la palette des bonbons Haribo ! Et comme l’on dit : Haribo c’est beau la vie,  pour les grands et les petits!

 

 

IMG_3245.JPG

Et puis, pour nous qui sommes encore à l’école, une balade au Salagou est une façon amusante de s’instruire, car c’est un livre de géologie à ciel ouvert ! On y voit au cœur des « ruffes » d’anciens  sols lagunaires dont la dessiccation au cours de périodes de sécheresse intense a été conservée par la fossilisation. On a, en quelque sorte, sous les yeux, la météo d’il y a deux cent millions d’années.

 

 

IMG_3246.JPG

Autre leçon de géologie : cette capitelle que vous apercevez a été édifiée avec des pierres provenant des coulées de lave basaltiques qui ont recouvert les ruffes il y a environ deux millions d’années.

 

 

IMG_3247.JPG

Mais nous ne sommes pas venus ici uniquement pour nous instruire mais pour y prendre aussi du plaisir, à l’exemple de nos ancêtres pour lesquels toute randonnée est l’occasion de faire la fête ! La petite différence entre nous est que nous sommes plutôt « bonbons » que « flacons » ….

 

 

IMG_3250.JPG

Requinqués par cette pause épicurienne, nous nous remettons en route et sans vouloir être désobligeant, je vous ferai remarquer que ma foulée, malgré mon jeune âge, a beaucoup plus d’allant  que celle du senior qui me suit !

 

 

IMG_3251.JPG

Je ne souhaite pas, comme disent les anciens, enfoncer le clou  - d’autant qu’à mon âge je ne suis encore qu’un piètre bricoleur – mais je ne tarde pas à prendre de l’avance, aucun obstacle n’étant en mesure d’arrêter ma fougue juvénile.

 

 

IMG_3255.JPG

Je suis tenté un moment donné de piquer une tête dans les eaux émeraudes du Salagou mais la Tramontane qui souffle violemment fait naître des vagues qui m’en dissuadent.

 

 

IMG_3264.JPG

Remontant sur le plateau de l’Auverne, un cheval esseulé dans un pré aperçoit ma soeurette. Tombant manifestement sous son  charme  il se précipite à sa rencontre.

 

 

IMG_3275.JPG

Emilie sensible à sa crinière « peluchienne » ne se fait pas prier pour lui prodiguer des caresses que le bel équidé semble apprécier. Il y a au fond de l’âme humaine une mystérieuse attirance pour la douceur des "doudous" qui doit remonter à un âge où l’homme était encore velu comme ses frères du monde animal.

 

 

IMG_3280.JPG

Puis nous passons devant la capitelle de Laulo, chef d’œuvre de l’art pastoral du XIXème siècle, édifiée par des bergers ou des vignerons pour y ranger leurs outils, leur affaires et provisions et s’y abriter en cas de mauvais temps. La complexité de l’édifice n’est pas nécessaire à sa fonctionnalité et réponds seulement à un souci esthétique qui montre que ces hommes étaient de véritables artistes.

 

 

IMG_3285.JPG

Nous redescendons vers le village de Laulo, d’où nous sommes partis, et ma soeur Emilie qui n’a pas cessé de flâner pendant toute la balade, met un point d’honneur à me passer devant, aidée par ses grandes gambettes, histoire de faire la « fièrote » et de parader à l’arrivée. Ainsi sont les filles d’aujourd’hui, on leur a accordé la parité, mais c’est sûr, qu’au final, les garçons vont se faire «bouffer » !

 

Et maintenant nous vous invitons à aller  écouter la dernière chanson de notre papi  "Je descendais la rivière" sur son blog OLD NUT (cliquez sur le nom du blog)

Et si vous cherchez une idée de sortie pour votre prochain week-end consultez le magnifique blog d'Ornella (cliquez sur le mot "blog")

 

Texte & Photos Ulysse