suivi de mon blog
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

08/08/2006

La stratégie de l'escargot ....

medium_img_8420.jpg

L'observation du monde sauvage nous réserve sans cesse des surprises ....Au cours de mes nombreuses promenades estivales j'ai souvent observé, à mon grand étonnement, des grappes d'escargot perchés sur les herbes de la garrigue ...Au début j'ai pensé qu'ils étaient morts surpris par la canicule et qu'ils étaient restés ainsi collé aux herbes à la suite d'une sortie imprudente après un épisode de pluie. Mais pas du tout, en parcourant un ouvrage sur la faune et la flore de la garrigue, j'ai découvert qu'iil s'agissait au contraire d'une stratégie d'adaptation des escargots. En effet, en se suspendant ainsi aux herbes, les escargots trouvent un relative fraîcheur dans le vent qui, dans notre région, souffle régulièrement alors que le sol reste surchauffé du fait du stockage la chaleur du soleil. (on constate nous même cet effet sur les plages où le sable peut être brûlant alors que lla température de l'air reste supportable) En outre, la fraicheur relative de l'air par rapport au sol est accentué la nuit. Ainsi paradoxalement les escargots prennent ils un bain de soleil pour rester au frais !

medium_img_8446.jpgmedium_img_8449.jpg

05/08/2006

Haro sur les mégoteurs !

medium_img_1919.jpg

Ayant un penchant pour les endroits calmes et sauvages je n'avais pas mis les pieds sur la plage depuis le début de la saison touristique. Mais hier je me suis décidé à aller vérifier que la mer était toujours là et quelle ne fut pas ma stupeur de découvrir que le rivage était jonché d'un genre particulier de coquillages : le mégot de cigarettes ! Au delà de l'impact néfaste pour l'environnement, ce comportement pose aussi un problème de santé publique, notamment pour les enfants grands ratisseurs de sable. Aussi je ne peux résister à revenir sur un sujet qui à déjà nourri l'une des premières chroniques de mon blog.

De fait, ce geste mécanique et désinvolte accompli par certains fumeurs me laisse perplexe. Croient ils ces "innocents" que les mégots qu'ils jettent se transformeront en pieds de « plante à Nicot » (dans ce cas plante à Nigaud !) leur permettant ainsi de fumer gratis ? Depuis le temps que leurs tentatives sont stériles ils devraient pourtant être convaincus de l'inanité de leurs espoirs ! Mais peut être s'agit-il tout simplement d'un réflexe atavique déterminé par les gènes de leurs ancêtres paysans (nous sommes, quasiment tous petits fils de paysans..). Le résultat est que les rues et les plages sont jonchés de leurs résidus que la Méditerranée, en raison sans doute du soleil accablant, a la flemme de nettoyer au contraire de l'océan qui a le courage deux fois par jour de faire le ménage sur ses plages!

Quoi qu'il en soit, pour les débarasser de cette facheuse habitude, ne mégottons pas ! je suggère que l'on crée une prime de 5 centimes pour chaque mégot ce qui inciterait nos chers mégotteurs à les ramener à leur buraliste. Certains vont penser que mon idée est fumeuse, moi je pense au contraire qu'elle devrait faire un tabac !!

05/07/2006

Haro sur les massacreurs d'hirondelles !

medium_img_0558.3.jpg

Je fais écho à un article du Midi LIbre du 4 juillet consacré au cri d'alarme lancé par Philippe Formairon, président pour l'Hérault de la Ligue de Protection des Oiseaux au sujet du massacre en cours des hirondelles causé par la destruction de leurs nids.

En effet (je cite l'article) « dans plusieurs communes de l'Hérault des nids d'hirondelle de cheminée ont été fracassés à coup de batons, les oeufs ont été brisés et les poussins abandonnés. L'hirondelle des fenêtres a ainsi perdu en France 84% de ses effectifs et l'hirondelle des cheminées 42%. La destruction des nids est motivé par des raisons d'esthétique et de salubrité en raison des déjections produites par les oiseaux. Mais il suffirait de mettre une planche sous les nids le temps de la couvaison pour régler le problème » Or, PH. Fornaison rappelle que cet acte est un délit pasible de 9000 € d'amende, l'hirondelle étant une espèce protégée.

Ce nouvel épisode de l'intolérance humaine à l'égard du monde sauvage m'inspire quelques commentaires. Certes la mort d'hirondelles n'est rien comparé aux drames qui affectent de nombreux peuples sur la terre mais elle pose la question de savoir dans quel monde nous souhaitons vivre.

Trop d'humains ne voient dans la nature qu'un moyen de subsistance ou un tiroir caisse. Ils veulent une nature aseptisée, pesticidée, ogéèmisée, taillée au cordeau comme un jardin à la française, exempte de prédateurs qui contestent leur prétendue suprématie. Ainsi pourchasse -t- on (entre autres) le loup et l'ours au motif qu ils s'arrogent le droit de croquer de temps à autre quelques brebis (au demeurant largement indemnisées) On fait de même avec les rapaces pour leur faire payer les quelques perdrix qu'ils prélèvent et aussi par pure bêtise parce que l'on rentre bredouille d'une partie de chasse ! Et pour quelques crottes tombées sur un rebord de fenêtre ou sur un pas de porte on tue les hirondelles.

Or je donne fort à parier que parmi ces massacreurs d'hirondelles, ces tristes croisés défenseurs de lieux « sains » vierges de toute pollution oiselière, nombreux sont ceux à ne pas se géner pour jeter leurs mégots sur les plages ou les trottoirs, à confier leurs boites de bière ou de coca-cola au buisson d'à coté ou encore à laisser leurs toutous séniles déposer leurs " pâtés" devant le portail du voisin, jamais le leur ! (des études récentes montrent que l'intelligence des oiseaux est supérieure à celle des chiens, mais je reviendrai sur le sujet).

Imaginez vous un soir de printemps ou d'été sans un ciel strié par les flèches d'une escadrille d'hirondelles et sans leurs cris stridents destinés sans doute à terroriser les moustiques et autres insectes dont elles se régalent ! Comme ce serait morne et triste !.Et puis si toutes les hirondelles disparaissaient., selon le dicton populaire qui dit « qu'une hirondelle ne fait pas le printemps » et bien avec pas d'hirondelle du tout il n'y aurait plus de printemps ! Alors mobilisons nous pour sauver les hirondelles !

02/07/2006

Mettez la main à la poche !

medium_img_5591.jpg

Pour une fois que l'on nous demande de mettre la main à la poche et que l'on nous donne quelque chose en échange, l'initiative est à saluer. Car en général les appels de ce genre émanant d'un service public sont généralement sans aucune contrepartie ! J'oserais même dire que nos contributions servent le plus souvent à remplir le tonneau des Danaïdes! Certes dans le cas présent, le but est de permettre d'empaqueter les cadeaux que les chiens offrent régulièrement à leur maître pour s'attacher leur affection..mais bon ne faisons pas le difficile, au moins en accomplissant ce geste, le bienheureux propriétaire de Milou ou de Médor pourra garder pour lui ses porte-bonheurs !