suivi de mon blog
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

21/12/2014

Dieu est un fumeur de havane....(conte de Noël)

 En attendant de vous conter notre dernière escapade avec nos petits loups descendus de Paris, je vous remets, pour vous distraire, un conte de Noël tiré de mes archives et que j'ai  actualisé

*****

DSC00322.JPG 

Saint Pierre, qui est confortablement assis sur un nuage en train de siroter un café près des portes du paradis, voit soudain arriver Divina, la tendre et belle compagne de Dieu, qui lui dit .

 « Hello Pierre ! le  Boss  voudrait te voir de suite »

 « Sais tu à quel propos ? » 

 « Non il ne me l’a pas dit, mais il a l’air soucieux » 

Intrigué et vaguement inquiet, Saint Pierre se lève, vérifie que les portes du paradis sont fermées à clef afin que personne ne s’introduise pendant son absence, encore que les arrivées soient de plus en plus rares depuis quelques temps,  et il prend le chemin du bureau de Dieu. 

Il frappe à la porte et entendant une voix tonitruante qui  l’invite à entrer, il pénètre dans la pièce. Dieu qui est au téléphone, lui fait signe de s’asseoir.

Saint Pierre comprend très vite que le « boss » est en conversation avec François, son représentant sur terre : 

« Ecoute François » lui dit-il  « tu viens d'assouplir la position de l'église vis à vis des divorcés et des homosexuels, c'est une bonne chose mais il faut maintenant que tu lâches du lest sur le mariage des prêtres et la féminisation du clergé sinon nous allons perdre toutes nos ouailles et les arrivées au paradis vont se tarir, or on a besoin d’un peu de sang neuf ici. Il paraît qu'Allah fait le plein depuis qu'il organise de super méchouis arrosés de gris de Boulaouane. Alors fais un effort, sinon je t’envoie un nouveau prophète qui va  remettre les pendules à l’heure !"

Sur ces propos Dieu raccroche et se tourne l’air irrité vers Pierre qui se sent dans ses petits souliers  : « Dis moi Pierre, il paraît que tu as accordé un sursis à Georges en échange de capsules de café, c’est vrai cette histoire ? »

Pierre rouge de confusion commence à bredouiller en disant « Ca fait une éternité que je suis assis à l’entrée du paradis et je m’y ennuie comme un rat mort. Je ne suis plus très jeune et j’ai tendance à m’assoupir, aussi je bois du café pour rester éveillé. Et comme les stocks étaient épuisés j’ai passé un marché avec George un grand amateur de café et ambassadeur d’une des meilleures marques et de surcroît adepte de notre religion : je lui ai fait comprendre que s'il ne m’offrait pas quelques capsules on précipiterait son arrivée chez nous.  Mais je te promets que je vais mettre fin à ce chantage »

 « Pierre je ne t’ai pas convoqué pour te blâmer,  je comprends que tu aies besoin de café pour tenir le coup, car il est vrai  que  les arrivées  chez nous se font rares. Les gens préfèrent aller chez Allah ou Boudha voire chez Lucifer où il y a paraît-il une ambiance d'enfer ! Non, ce que je voudrais c’est que tu te débrouilles pour trouver de semblables arrangements avec un producteur de vin de pays d’OC et de cigares de la Havane, car mes réserves sont également épuisées. Castro est mal en point, vois si tu peux négocier avec lui et essaie de trouver un bon vigneron qui veuille bien nous livrer son nectar"

Saint Pierre soulagé de ne pas avoir à renoncer à ses capsules de café lui répond qu’il va faire le nécessaire de suite et  prend congé de son patron. Il se déguise alors en infirmier pour ne pas attirer l'attention et se rend au chevet de Castro. Il lui sussure à l’oreille « Fidel  tes jours sont comptés mais si tu souhaites une rallonge, je peux arranger ça. Il te suffit de nous livrer régulièrement quelques boites de Havanes et tu retrouveras la santé »

Fidel lui répond alors « Ca ne m’intéresse pas, j’en ai assez de vivre, j’ai tout raté dans ma vie, emprisonné des innocents et affamé mon peuple  et je ne vais pas en plus les spolier de Havanes qui sont les seules choses qu’ils peuvent vendre à prix d’or. Je mérite ce qui m’arrive et de plus je te rappelle que je suis communiste donc pour moi tu n’existes pas ! Du balai !"

Dépité Saint Pierre se rend alors en Languedoc  pour trouver un vigneron avec qui négocier, mais partout il ne voit que des producteurs affectés par la crise et qui ont du mal à joindre les deux bouts. Il a des scrupules à leur faire  du chantage et à les taxer de quelques flacons produits à la sueur de leur front. Avec Georges, il en va différemment, c'est un homme fortuné qui peut faire le sacrifice de quelques capsules sans être gêné.

Il s’en retourne au paradis dépité ne sachant pas comment annoncer la mauvaise nouvelle au « boss ».  Alors qu’il est perdu dans ses tristes pensées, il croise Divina qui l’interpelle « Que t’arrive-t-il Pierre tu as l’air désemparé ? » « Ah ! Divina je suis soucieux car ton cher et tendre m’a demandé de lui procurer du vin du pays d’Oc et des Havanes, mais je n’ai trouvé personne avec qui négocier »

« T’inquiète, je vais en parler au Père Noël à qui  j’ai rendu un petit service et lui demander de me rendre la pareille. Figure toi qu’il m’a avoué l’autre jour qu’il était très inquiet car la population humaine n’arrête pas de croître et il craignait de ne pas pouvoir distribuer tous les cadeaux en temps et en heure, ce qui nuirait grandement à sa réputation. Je lui ai proposé de mettre à sa disposition trois brigades d’anges et il m’a chaudement remerciée. Dès que j’aurai pu lui parler  je te ferai savoir ce qu’il en est »

Le lendemain Saint Pierre voit Divina revenir vers lui radieuse, qui lui annonce que tout est arrangé et que le Père Noêl pourvoira le « boss » en cigares et en vin de pays d’Oc à volonté. Mais ajoute-t-elle : "Pierre,  j’ai à mon tour un petit service  à te demander  »

 « Je serai très heureux de le satisfaire, Divina que puis je faire pour toi ? »

« Et bien » lui murmure Divina » la prochaine fois que tu verras Georges j’aimerais bien t’accompagner…..

 

PS : Et pour celles et ceux qui doutent que Dieu est un fumeur de havane en voici un incontestable témoignage !

 

 

 J'ai posté la suite de ma visite "décoiffante " de Paris sur mon blog 

PIQUESEL 

 

Et si vous avez envie d'un intermède musical je vous convie à vous rendre sur mon blog musical OLD NUT pour écouter ma derrière chanson La fille de la montagne et les autres si affinité 

  

 (cliquez sur le nom des blogs pour y accéder)

Texte & Photos Ulysse (toute utilisation ou  reproduction des éléments de ce blog est soumise à mon accord préalable)  

 

19/11/2014

Vous voulez du bleu ? en voilà sacrebleu ! (reprise d'archive)

 

JE M'ABSENTE UNE DIZAINE DE JOURS ET REPONDRAIT A VOS COMMENTAIRES A MON RETOUR.

MERCI DE VOTRE PASSAGE

 

Un ami de la blogosphère m'a jeté un sort qui menace de transformer en H2O le nectar des divins flacons de ma cave si je ne satisfais pas à sa demande de concocter une note à la gloire du « bleu ». Pas le bleu d’Auvergne ni des Causses, pas non plus le bleu des bleus de chauffe, des bas bleus ou des bleusailles. Non il s’agit tout simplement de célébrer la couleur "bleu" !

Me demander ça à moi qui n’aime que trois couleurs : blanc (si, si, c’est une couleur) rosé et rouge surtout quand elles sont dans mon "verre" (hi hi !) c’est comme de demander à un chasseur d'écrire un poème. Cela dit, mais je vais m’exécuter car la transformation de ma cave en source d’eau claire équivaudrait pour moi à la fin du monde, vu que le seul usage que je fasse de l’eau est pour me nettoyer le museau (et un peu plus si affinité) et accessoirement laver mes salades (j'ai horreur des limaces). Alors lâchement je me soumets à l’infâme dictat et vous livre ma symphonie en bleu..

tunisienov04 062.jpg

Voici, tout d'abord, gisant sur le bâbord, le bleu naufrage qui incite à être sage....

 

IMG_0552.JPG

 Puis voici le bleu Millau, plutôt vertigo,

 

 

IMG_4179.JPG

Vient ensuite le bleu rosace, plein de grâce

 

 

malavieille 021.jpg

Mais peut être  lui préférerez vous le bleu Salagou ? « Ah ! que  il est beau" , comme dirait ce cher "Jauni" !!

 

 

peil doux 003.jpg

Quant au bleu Jonas , « c’est assez »  classe, mais ça me fiche des angoisses !

 

 

_DSC7015.JPG

 Le bleu Canigou, lui  domine tout !

 

 

DSC07833.JPG

 Le bleu catalan, un brin décadent, est réservé aux vieux gréements !

 

 

thau 097.jpg

 Quant au  bleu flamant rose : quelle métamorphose !

 

IMG_7840.JPG

Pour le bleu ancolie : bonjour mélancolie !

 

 

soleil couchant 009.jpg

 Le bleu golfe du lion est à utiliser avec précaution !

 

IMG_4305.JPG

 Le bleu nuage : ça change le paysage !

 

DSC07525-1.JPG

 Le bleu lac d’altitude : convient à ceux qui aiment la solitude !

 

DSC09715.JPG

 Le bleu mer tropicale :  un conseil, rincer les pinceaux au mescal

 

DSC08730.JPG

 Le bleu mare aux ibis s’accorde avec le rouge écrevisse

 

DSCN2703.jpg

 Le bleu pause du randonneur : calme les douleurs !

 

Et si vous avez envie d'un intermède musical je vous convie à vous rendre sur mon blog musical OLD NUT pour écouter ma nouvelle chanson "Gaïa Blues" (nouvelle version pour ceux qui la connaissent déjà)

Cliquez :

 

ICI

 

 

Texte & Photos Ulysse (toute utilisation ou  reproduction des éléments de ce blog est soumise à mon accord préalable)

 

23/03/2014

...and the flamingo rose !!!

  

 

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC09494-1.JPG

Ne vous êtes vous jamais posé la question de savoir pourquoi on appelait le flamant rose ainsi alors que le flamant est toujours rose (sauf les jeunes impubères qui sont blancs) ? De fait, on parle de panthère noire parce qu'il en existe également des tachetées ou de perdrix rouge parce qu'il y il y en a aussi des grises. Mais quand on veut désigner l'éléphant ou la girafe on ne dit pas  l'éléphant gris ou la girafe tachetée car il ou elle sont toujours ainsi. Alors pourquoi dit-on : des flamants  roses?

 

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC00014.JPG


Et bien l'explication est assez cocasse, Elle remonte à l'époque où le Docteur Livingstone en 1871 explorait la Tanzanie. Il découvrit un jour une lagune aux eaux saumatres dans laquelle pateaugeaient une colonie de magnifiques volatiles roses qu'il ne connaissait pas. Il s'agissait bien sur de flamants inconnus à l'époque en Europe, car ces volatiles ne s'y étaient pas encore aventurés au cours de leurs pérégrinations migratoires (le « Christophe Colomb » des flamants n'était pas encore né en quelque sorte).



http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC00009.JPG

Dès qu'ils virent le Docteur Livingstone les flamants s'envolèrent en cancanant pour s'installer un peu plus loin dans la lagune, comme nous les voyons faire aujourd'hui dans le bassin de Thau dès qu'un quidam veut les approcher (sur ce point pour ceux qui sont intéressés par le langage des flamants roses je les invite à lire dans mes archives mon article du 30 janvier 2007)

Ce manège se produisit à chaque fois que le bon docteur Livingstone s'approchait d'eux pour mieux les observer (il ne disposait pas à l'époque des appareils photos et des jumelles de Yann Arthus Bertrand). Il constata aussi que lors de leur envol l'écartement des ailes faisait apparaître des bandes de plumage rouge sur leurs flancs ressemblant à des flammes. Il leur donna donc le nom de « Flamingo ».
 
 Prenant des notes sur l'allure et le comportement des ces magnifiques volatiles il écrivit donc, en anglais bien sûr, dans son carnet de voyage « as soon as I came near them, the flamingo rose in the sky... » ce qui veut dire « dès que je m'approchais d'eux, les flamants s'élevaient dans le ciel... » (le verbe anglais s'élever est « rise » au présent et « rose » à l'imparfait)

 

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/ste_marie_037.jpg

 

Lorsque quelques jours plus tard, le 10 novembre 1871 pour être précis, affaibli et malade il rencontre par hasard Stanley, journaliste du Hérald Tibune, parti à sa recherche, il lui fait part de son étonnante découverte. Un article sur les «flamingos » paraît quelques jours après dans le Herald tibune avec mention des notes de Livingstone.

Ce numéro du Hérald Tribune vint à tomber entre les mains d'un ornithologue français qui comme la plupart de ses compatriotes ne connaissait de la langue anglaise que les mots « God save the queen ».

 

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC09123-1.JPG

Cet ornithologue, dont par égard pour ses descendants je tairai le nom, cru comprendre en lisant ce reportage que Livingstone avait donné le nom de "flamingo rose" à ces bestioles et ce nom francisé par ses soins est devenu flamant Rose.

 

DSC00551.JPG

Depuis lors les flamants ont découvert l'Europe et se sont installés dans les lagunes du midi de la France pour notre plus grand bonheur. On continue de les appeler "flamant rose" alors qu'ils peuvent être rouges !

 

******* 

Si mes élucubrations sémantiques vous ont plu, peut être apprécierez vous mes divagations musicales sur mes blogs Piquesel et Old Nut (cliquez sur l'un des noms )

 

Texte & photos Ulysse

06/01/2014

Chut ! Je pars pour une mission secrète....

 

Chères lectrices, chers lecteurs,

Je vous avais annoncé une pause.... je me décide enfin à la faire, ce qui veut dire que jusqu'à la fin du mois de février je vais lâchement vous repasser mes archives ! En effet l'année 2014 s'annonce rude et si je veux aller jusqu'au bout je dois ménager ma monture. Nous allons donc de nouveau faire ensemble le tour des volcans d'Auvergne (périple réalisé au printemps 2009) mais il faut reconnaître que cette région mérite que l'on y revienne. Que ceux qui n'ont jamais pris deux rations de Saint Nectaire lèvent la main! Bon il est vrai que c'est moins sûr pour le Saint Pourçain, encore que j'en ai goûté de très bons! Et puis les nouveaux lecteurs n'y trouveront sans doute rien à redire, eux qui avaient manqué ce magnifique périple. Je me ferai pardonner cet abandon de poste en vous offrant à mon retour des aventures qui j'en suis sûr vous décoifferont. Vous pourrez alors emprunter sa coiffure au Marquis des Bourdils qui vous salue et vous dit à bientôt !

DSC02885.JPG



L'autre soir, à l'heure où la grande ourse s'apprêtait à quitter le ciel héraultais pour aller grapiller le miel dans le secteur d'Aldébaran, voilà que le téléphone se met à sonner, provoquant en mon fort intérieur stupeur et irritation.

Il faut dire que je ne reçois quasiment jamais d'appels aussi tardifs, mes amis et mes proches sachant pertinamment 1) que j'ai horreur du téléphone et 2) que mon horreur est décuplée quand il se met à sonner après l'heure du dîner, moment sacré où je consacre toute mon énergie à digérer en savourant les douces effluves vineuses montant du tréfonds de mon estomac.

De fait, je n'ai ces derniers mois toléré que deux exceptions, comme je vous l'ai conté, en faveur du Nord et de l'Ouest, points ayant le rang de cardinaux, ce qui implique un certain respect même de la part d'un mécréant comme moi.

En effet, ceux qui me lisent régulièrement se souviennent sans doute que son éminence « Nord » et son compère « Ouest » m'ont appelé nuitamment pour m'inviter à leur rendre visite en invoquant, le premier, les mânes de Jack London, grand écrivain et explorateur, qui n'avait pas résisté à l'appel du nord et, le second, celles de Jack Kerouac, autre écrivain que j'affectionne, dont le « motto » était « Go west man ».

Mais étant déterminé à ne plus accepter de dérogation et à boycotter tout nouvel appel abusif, je laisse donc ce soir là, sonner le téléphone, attendant que mon appelant anonyme se décourage et raccroche (je n'ai pas de répondeur n'ayant généralement aucune envie de rappeler).

Quand la sonnerie enfin cesse, je pousse un énorme soupir qui incommode la mouche qui tournait à ce moment là autour de moi et ne supporte manifestement pas les vapeurs d'alcool (pourtant un excellent Glenlivet 12 ans d'age !) et je me replonge dans la lecture du magnifique récit « Désert solitaire » d'Edward Abbey.

A peine ai je repris le fil de ma lecture, que le téléphone sonne à nouveau. La fureur alors me gagne et oubliant ma résolution je m'empare du combiné en hurlant « Si vous êtes l'Est ou le Sud, et que vous voulez me refaire le coup de vos copains du Nord et de l'Ouest , allez vous faire voir, cardinaux de mes deux ! »

Mon interlocuteur bredouille des excuses et se présente comme le président du CAVA. L'énoncé de ce simple vocable a pour effet de me rendre aussi tendre qu'une éponge, car le Cava est le nom du champagne espagnol, dont mon gosier comme mon porte monaie raffole (les bulles espagnoles sont 50% moins chères que les bulles champenoises, les Rèmois étant passés maîtres dans l'art de vendre de l'air à prix d'or)

« Président du Cava ! » lui dis d'une voix réjouie, que me vaut cet honneur (combien vénal je suis parfois ! )

« Et bien le Comité d'Auscultation des Volcans Auvergnats est en grande difficulté et a besoin de votre aide » me répond-t-il.

Patatras ! Je comprends tout de suite ma méprise et constate avec horreur que je suis piégé, ne pouvant plus être odieux après avoir été aimable (ça m'apprendra à jouer les faux culs!). « Mais en quoi puis aider le CAVA cher monsieur, je n'ai aucune compétence en matière de vulcanologie ! »

« De telles compétences ne sont pas indispensables, votre totale disponibilité et votre capacité à marcher comme une mule sont pour nous des atouts très précieux pour nous permettre de pallier les difficultés que nous traversons » me répond-t-il alors.

Un brin chiffonné par la comparaison avec une mule je lui demande un peu sèchement quelles sont ces difficultés que le CAVA rencontre.

« Et bien voilà » me dit-il « le gouvernement a supprimé les crédits à tous les chercheurs dont les travaux sont susceptibles de déboucher sur l'annonce de mauvaises nouvelles pour les affecter à des chercheurs chargés de trouver des bonnes nouvelles. On nous a donc demandé de restituer tous nos capteurs et sismographes chargés de surveiller les volcans d'Auvergne. Car ces volcans, vous le savez sans doute, sont susceptibles de se réveiller un jour ce qui causerait un séisme d'ampleur nationale et le gouvernement, qui doit déjà faire face à la crise, ne veut surtout pas que l'opinion soit troublée par des rumeurs qui pourraient courir à ce sujet.

Nous les soupçonnons en outre de voir dans un éventuel séisme un moyen radical de régler une fois pour toutes les problèmes de déficit de la sécu, des caisses de retraite et du budget.

Mais nous voulons éviter cela car c'est au CAVA qu'on s'en prendrait pour n'avoir pas prévenu la population concernée à l'avance si jamais un tel drame se produisait»

« Mais je ne vois toujours pas comment je peux vous aider ! » protestai-je alors

« C'est simple » me rétorque-t-il « nous allons vous faire parvenir un stéthoscope de médecin et nous allons vous demander de faire le tour des volcans d'Auvergne pour les ausculter en toute discrétion. Comme vous avez l'habitude de faire une petite sieste pendant vos randonnées après l'heure du déjeuner, vous profiterez de cet instant pour sonder les entrailles du volcan sans que votre manège n'attire l'attention. Vous nous communiquerez les résultats au retour de votre périple »

un peu mesquin, je lui rétorque alors « mais quel bénéfice en tirerai je ? »

« L'immense honneur de contribuer à sauver des millions de vie humaine et puis sur votre parcours, pour vous désaltérer, on vous fera livrer quelques flacons de Saint Pourcain, de Chateaugais ou de Chanturgues à votre convenance » me dit il imparablement .

La perspective de sauver des millions de mes congénères (surtout si vous en êtes chers lecteurs et lectrices) me réjouissait le coeur. Mais disposer, en outre, du breuvage de Bacchus gratos, la proposition alors là devenait irrésistible ! Je l'ai donc acceptée et je pars demain ausculter les volcans d'Auvergne !

Mais chut ! N'ébruitez surtout pas l'affaire, car si les « oreilles » du pouvoir avaient vent de ma mission, on pourrait me faire subir le sort du masque de fer pour atteinte à l'ordre public et je me retrouverai à croupir dans les geôles de la République (mais, en sommes nous encore une ?)

Je vous ferai  un compte rendu de mes pérégrinations à mon retour, si le GIGN ne me tombe pas sur le poil ou si les volcans d'Auvergne ne se réveillent pas d'ici là !

 

DSC02887.JPG


Texte et 1ère photo Ulysse