suivi de mon blog
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

21/12/2011

Conte de Noël : l’enlèvement des rennes du Père Noël

 

sarkozy,obama,merkel,noël,renne

Nous sommes  à l’aube de l’avant veille de Noël.

A peine le père Noël aperçoit-il une lueur blafarde ronger la nuit à travers la fenêtre de sa chambre qu’il tapote les fesses chaudes, douces et nues  de Noella et lui dit : «Faut qu’on se lève ma Bibiche, on a encore beaucoup à faire. Je dois notamment commencer à harnacher les rennes et  tu dois préparer les hottes » .

Noella émet alors un soupir languissant et lui répond «  Barbichon, tu ne veux pas qu’on se fasse un petit câlin avant de se lever ». Au son de sa voix amoureuse Noël  est sur le point de  se laisser tenter mais  ils doivent impérativement se lever tôt ce matin et la mort dans l’âme il lui répond  « Bibiche on n’a pas de temps pour la bagatelle, faut qu’on se magne les miches, on part dans deux jours et rien n’est prêt. Va nous préparer un café pendant que je me taille la barbe »

Sa barbe taillée et son café bu, Noël embrasse tendrement Noella,  en jetant un œil amoureux sur le décolleté généreux de sa chemise de nuit et sort résigné pour se rendre à l’étable des rennes.  Approchant du bâtiment il est étonné de voir les portes grandes ouvertes. « Diantre, je les avais pourtant fermées hier soir, que se passe-t-il ! » .  Il entre dans l’étable et découvre avec stupeur qu’elle est vide.  « Ils ne se sont quand même pas enfuis dans la nuit glaciale alors qu’ici il fait chaud et qu’ils ont du bon foin à foison,  ils ne sont pas suicidaires mes rennes ! ». S’apprêtant à ressortir pour aller explorer les alentours, il aperçoit un papier plié en deux cloué sur l’intérieur de la porte. Intrigué, il l’arrache,  le déplie et découvre avec stupeur le message suivant : 

 A l’attention du Père Noël ,

Nous sommes des membres de la  SDR, la Société de Défense des Rennes et nous sommes venus cette nuit enlever vos rennes pour les soustraire au supplice que vous leur infligez à Noël . Vous les obligez, en effet, cette nuit là, à parcourir des milliers de kilomètres en quelques heures sans aucune pause, au mépris des lois internationales qui régissent le travail de nuit. Etant néanmoins respectueux de la propriété d’autrui, nous vous les restituerons le 25 décembre au matin, à la condition que vous vous engagiez à ne plus les faire travailler à l’avenir la nuit de Noël.

                                                                                              Le président Jack London

Abasourdi Noël s’écrie « Ah ! les gredins, les anacoluthes, les bachi-bouzouks, ils s’imaginent que je vais me laisser faire ! Quelle ignominie de me traiter de tortionnaire de rennes alors qu’ils mènent chez moi une vie de sénateurs. Ils travaillent une seule nuit par an et passent le reste du temps à dormir et faire des galipettes ». A ces derniers mots, il a une pensée émue pour Noella. « Qu’ils prennent garde à leurs abattis, ils vont voir de quel bois je me chauffe !

Noella, qui déguste tranquillement sa deuxième tasse de café auprès d’un bon feu qu’elle vient d’allumer, l’entend rentrer précipitamment avec fracas et en tempêtant. Noël, ayant du mal à garder son calme, lui explique l’affaire.  « Ne t’en fais pas mon barbichon » lui dit- elle, en lui caressant la nuque pour l’apaiser, « je vais régler vite fait cette affaire, je vais appeler ma copine Divina »

« Allo Divina, c’est moi Noella, on a un "big" problème, un gang vient de nous chouraver nos rennes sous prétexte que nous les maltraitons la nuit de Noël. Tu pourrais pas demander à ton copain Dieu, qui voit tout et qui sait tout, où ils se planquent ces enfoirés ? »

 « Noella je suis désolée mais Dieu ne veut plus entendre parler de tout ce qui touche de près ou de loin à ces malotrus de terriens. Ils sont en train de lui saccager sa plus belle planète, aussi il ne bougera pas le petit doigt pour vous aider. Il sera même heureux que ces fichus bipèdes soient privés  pour une fois  de Noël, ça leur fera  - c'est le cas de le dire - les pieds ! " 

Noella n’insiste pas auprès de Divina, sachant que son mec est du genre inflexible. Noël  décide alors d'appeler les dirigeants du monde, estimant qu’ils ne peuvent rester insensibles à son problème. En effet, ils risquent d’être confrontés à de graves troubles sociaux. si leurs populations, déjà sévèrement affectées par la crise, sont privées de cadeaux de noël. Avec leurs satellites espions et leurs drones ils devraient pouvoir sans difficulté repérer l’endroit où sont séquestrés ses rennes.

Il choisit d’appeler tout d’abord le plus puissant d’entre eux et le plus sympa aussi, Barak  Obama,  auquel il expose son problème. Celui-ci lui répond : « Mon vieux Noël je ne peux rien pour toi, tous mes moyens d’observation sont  déjà employés en Afghanistan et ces analphabètes du  parti républicain me tiennent par la culotte au plan budgétaire. Ils n’accepteront pas que je dépense un sou de plus, surtout si c’est pour t’aider à distribuer des cadeaux à des millions d’enfants dans le monde. Les seuls cadeaux qui les intéressent sont les cadeaux fiscaux » "Ah ! Barak tu me casses ma baraque" lui dit Noël en raccrochant dépité.

Se tournant désespéré vers Noella il lui dit « Si le plus puissant d’entre eux se défile, nous sommes mal barrés ma bibiche. Pas question d’appeler les présidents chinois ou russe et les régimes arabes, car je ne traite pas avec des régimes qui ne respectent pas les droits de l’homme et surtout ceux de la femme. Les Japonais dépendent des américains pour leurs moyens d’observation et de toute façon, comme ils sont shintoïstes, ils ne célèbrent pas la naissance de Jésus.  La France a les moyens  suffisants, mais les pots de vin y sont une tradition et Nicolas va me demander en compensation d’apporter une Rolex à sa petite Giulia, ce que je refuse.  La perfide Albion a également les moyens techniques idoines, mais leur île est en train de sombrer et ils vont bientôt faire la manche (hi! hi! hi!); S’ils retrouvent mes rennes, ils risquent de les transformer en rosbifs pour le  repas du réveillon. Les autres pays, Espagne, Italie Portugal etc… du fait de la crise, sont dans la mouise. Quant aux pays en développement, qui ne mangent pas à leur faim,  ils ont d’autres chats à fouetter que de nous aider à retrouver nos rennes. Il ne reste donc que cette chère tante Picsou, Angela Merkel, mais comme c’est une femme, je préfère que tu l’appelles, tu sauras mieux t’y prendre que moi. »

Noella  décroche donc le téléphone « Allo Angela , c’est moi Noëlla , tu vas bien ?  je t’ai vu l’autre jour au G8 tu avec ta  robe  rose, tu étais magnifique ! »

« Noella, arrête tes flatteries,  je ne portais pas robe ce jour là, j’étais en pantalon. Tu es comme Nicolas - pas le saint qu'on honore chez nous mais le gaulois excité - qui me passe la main dans le dos à chaque fois qu’il me voit pour me piquer mes sous. Tu as quelque à me demander, je le sens ». 

Noella  explique l’affaire à Angela qui lui répond :

« Noella j’ai déjà demandé à mon peuple au cours des années passées beaucoup de sacrifices pour sauver l’Allemagne de l’Est; aujourd’hui c’est la Grèce et demain ça sera peut être l’Italie ou l’Espagne, alors, désolée, mais je ne peux pas dépenser un seul copeck pour vous aider ».

« Mon barbichon, c’est cuit, Elle a un cactus dans son porte`monnaie l'Angela »  dit Noella en raccrochant la mine dépitée.

Ils plongent alors, tous deux, dans un profond silence, le regard fixé sur la pointe de leurs bottes, songeant avec tristesse à tous ceux qui leur ont écrit et qui ne recevront pas leurs cadeaux de Noël. Leur réputation sera ruinée à jamais et ils passeront l’éternité à se morfondre. Les galipettes c’est sympa mais ça va un moment,  donner du bonheur aux petits et aux grands c’est quand même plus gratifiant.

Soudain le téléphone se met à sonner. Fébrile Noël décroche et entend « Allo, ici Jack London, président de la SDR…. »

« Anthropopithèque, emplâtre, crétin des Alpes, doryphore, naufrageur, moricaud»  hurle alors Noêl dans le téléphone ne laissant pas le temps à son interlocuteur de s’exprimer…

Jack London laisse Noël vociférer jusqu’à l’extinction de voix puis reprend « Du calme Noël, je viens m’excuser et réparer mon erreur. Depuis que j’ai les enlevés, vos rennes refusent de s'alimenter et me font la gueule. Manifestement, vous leur manquez. Moi qui pensais les aider en leur épargnant de travailler la nuit de Noël, je m’aperçois que je les ai traumatisés. Aussi je venais vous prévenir que j’allais vous les rendre »

Follement heureux  de retrouver ses rennes, Noêl oublie sa colère et dit à Jack London « OK venez , on vous attend »

Une heure plus tard les rennes sont de retour, attelés au traîneau de Jack.  Noël et Noella se précipitent vers eux et tapotent avec tendresse l'encolure de chacun d'eux: tout d'abord Wenceslas qui guide le traîneau et penche la tête à gauche ou à droite quand le père Noël veut tourner, puis Heinrich, Geoffroy, Habib, Rudolf, Vodka, Patafiole et Taddeus. Ceux-ci, en retour, leur lèchent le visage, manifestant ainsi leur bonheur d'être de retour au bercail.

Puis sans rancune, Noël et Noella invitent Jack London à boire un vin chaud, puis deux, puis trois (il n' y a pas d'alcootest pour les conducteurs de traîneau) ce qui fait que cette affaire finit par une franche rigolade. Jack les aide ensuite à rattraper le retard pris dans leurs préparatifs.

Ce dernier parti, Noëlla jette un regard complice à son compagnon et lui dit « Puisqu’on est quasiment prêts, on a un peu de temps pour les galipettes ». Noël lui sourit et la prend par la taille…..

Terriens dormez sur vos deux oreilles, le père Noël sera fidèle au rendez-vous !

 

Texte & Photos Ulysse

(Reproduction interdite sans autorisation de l'auteur) 

 

INFORMATION POUR CEUX QUI SERAIENT SUR LE POINT D'ACHETER UN APPAREIL PHOTO SONY

J’ai acquis il y a un an un réflex SONY Alpha 55 qui est tombé en panne quinze jours avant le terme de la garantie . SONY a  refusé l’application de cette garantie en s’appuyant  sur l’avis de l’atelier de réparation qui prétend qu’il y a eu un mauvais usage de l’appareil et demande l’équivalent du prix de l’appareil pour le réparer. Or la panne s’est produite au cours d’une séance photo  pendant  laquelle j’avais pris 200 photos sans incident particulier.

En consultant des sites de consommation sur les produits SONY il apparaît que cet appareil a de graves  problèmes de capteur et que sa construction est jugée « légère » . Consultez notamment ce SITE .

AUSSI JE DECONSEILLE VIVEMENT L’ACHAT D’APPAREILS PHOTOS DE LA MARQUE SONY

 

27/09/2010

Quand les lions sont lachés dans le Golfe du Lion !

REPRISE D'ARCHIVE
http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC09309.JPG

Dans une note précédente, je vous ai raconté à quelle occasion le Golfe du Lion avait été baptisé de son nom par le philosophe grec Platon, qui l'avait traversé en se rendant à Agathé (Agde).

Mais les colères qui saisissent de temps en temps la Méditerranée en cet endroit, et qui lui donnent des allures qui n'ont rien à envier aux « 40èmes rugissants » du Cap Horn, justifient égaleme nt pleinement ce nom.

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC09433.JPG


Ainsi, au début de cette semaine le Grec (je parle du vent qui vient du sud-est), qui en bon sudiste avait passé l'été assoupi à l'ombre des oliviers du Péloponèse, s'est soudainement réveillé et s'en est venu parader dans la région occupée jusqu'alors par la Tramontane.

Voulant montrer qu'il était toujours de ce monde et qu'il fallait compter avec lui, il nous a fait une éclatante démonstration de sa puissance virile.

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC09430.JPG


Dès qu'elle a senti son haleine chaude et parfumée sur son échine, la Méditerranée s'est mise à frissonner. Il faut dire qu'elle commençait à se languir de ce vieux mais ardent compagnon. Le Grec sentant qu'il faisait toujours autant d'effet à sa vieille maîtresse a alors accentué ses caresses. L'effet ne se fit pas attendre et la Méditerranée fut bientôt traversée par d'intenses ondes de plaisir.

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC09205.JPG


Elle se mit alors à rugir comme un troupeau de Lions en chasse, précipitant se vagues sur les rochers de la côte et les submergeant d'immenses voiles d'écume.

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC09323.JPG


Le Grec, en amant attentionné, retenait par moments son souffle pour permettre à sa maîtresse de reprendre ses forces, simple prélude à une nouvelle explosion de plaisir.

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC09320.JPG



Les mouettes, un brin voyeuses, se régalaient du spectacle de cet accouplement dantesque, se riant des violentes rafales du Grec .

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC09395.JPG



Sur chacune des vagues de la Méditerranée le Grec venait poser ses baisers passionnés, soulevant une pluie d'écume qui bientôt se mit à recouvrir les rochers de la côte,

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC09367.JPG



puis le rivage lui même, d'un manteau de neige salée !

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC09374.JPG



Ce jour là la côte Méditerranéenne ressemblait à la mer Baltique !

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC09369.JPG


Le Lion de pierre aperçu par Platon, et qui l'a conduit à donner au golfe son nom,  contemplait ravi le spectacle de la mer déchainée. A un moment donné j'ai même cru l'entendre rugir !

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC09423.JPG


Texte & Photos Ulysse

24/05/2010

Connaissez vous le peuple des coquelicots ?

 

DSC04540.JPG

Nous avons souvent tendance à simplifier, caricaturer et à faire des amalgames, l’intensité de ce travers variant en fonction de notre éducation, notre environnement socio-culturel et nos centres d’intérêt. Ainsi pour les femmes toutes les voitures se ressemblent tandis que pour les hommes tous les bijoux se valent. Pour les intellos tous les footeux ont la cervelle dans les crampons et pour les footeux tous les intellos ont une tête d’œuf. Pour les citadins toutes les vaches sont semblables comme pour les fans de Nanar Academy la musique de Richard Clederman vaut celle de Mozart. Pour nous, français, les asiatiques sont des stakanovistes du boulot qui consacrent leur vie à fabriquer des chaussettes à deux balles, tandis que pour eux nous partageons notre temps entre les vacances, les RTT, les grèves et les congés-maladie . De même nous voyons nos voisins d'outre-rhin comme d'austères bonnets de nuit luthériens tellement disciplinés qu'ils installent des passages cloutés jusque dans les rues piétonnières alors qu'eux nous considèrent comme un peuple braillard et si désordonné qu'il a perdu le soutien gorge de Marianne.

 

DSC00387.JPG

Les idées toutes faites, les préjugés évitent de réfléchir – activité épuisante - et sont souvent la cause de mépris et de tensions qu’un brin d’objectivité réduirait à néant. Le problème est qu’elles donnent à bon compte un sentiment de supériorité et c’est pourquoi elles sont dures à extirper.

 

 

DSC04479.JPG

Ainsi parmi les fleurs, il en est une que l’on croit volontiers simplette avec sa robe rouge de soubrette et que l’on méprise souvent vu qu’elle traîne dans les champs. Notre mépris a d’ailleurs failli la faire disparaître, bombardée qu’elle est de pesticides et d’insecticides déversés sans retenue par ceux qui sont pourtant ses confrères : les paysans. Certains d’entre aux ont toutefois retrouvé la raison et leur font aujourd’hui un peu de place dans leurs champs.

 

 

DSC01258.JPG

Or, pour qui est fin observateur le peuple des coquelicots apparaît infiniment diversifié. Pour s’en rendre compte il suffit de s’asseoir au bord d’un talus et de longuement les observer. La variété de leurs comportements ne manquera pas de vous stupéfier

 

 

DSC04452.JPG

Vous observerez ainsi le two’oclock-licot, romantique en diable et qui passe son temps en tête à tête avec, selon son sexe, une ou un de ses congénères.

 

 

DSC04462.JPG

Vous verrez aussi le baroque-licot aux manières un peu surannées

 

 

DSC04542.JPG

Si vous apercevez un coquelicot au comportement un peu louche , c’est un équivoque-licot

 

 

DSC04525.JPG

Si son comportement est déjanté, c’est un débloque-licot

 

 

DSC04504.JPG

Si le coquelicot semble prendre plaisir à jouer avec le vent , c’est un foc-licot

 

 

DSC04532.JPG

S’il danse de façon endiablé c’est un rock-licot

 

 

DSC01165.JPG

S’il est bagarreur , c’est un estoc-licot

 

 

DSC04438.JPG

S’il se rit de la pluie , c’est un pébroque-licot

 

 

DSC04548.JPG

Si vous l’entendez se parler à lui même c’est un soliloque-licot

 

 

DSC04479.JPG

S’il jette ses pétales aux orties, c’est un défroque-licot

 

 

IMG_6412.JPG

S’il est un brin railleur c’est un moque-licot

 

 

DSC04469.JPG

Et enfin, si vous avez de la chance, vous apercevrez peut être le rarissime cataploc-licot qui préfère habituellement les champs de course mais qui s’égaie parfois dans la nature. Mais peut être en connaissez vous d’autres et je serais heureux que vous me les présentiez !


Texte & Photos Ulysse

 

 

09/05/2010

Homme libre toujours tu chériras la mer …

 

DSC08810.JPG

 

 

Homme libre toujours tu chériras la mer,

La mer est ton miroir ; tu contemples ton âme

Dans le déroulement infini de sa lame,

Et ton esprit n’est pas un gouffre moins amer.

........

Ainsi parlait le poète Charles Baudelaire et aujourd’hui des millions de gens suivent ce précepte et se précipitent dès qu’ils le peuvent au bord de la grande bleue. Les uns, enfants décomplexés des « soixante-huitards qui ont cherché la plage sous les pavés du quartier latin, sont adeptes du « sea, sex and sun » et les autres, zombies broyés par le rouleau compresseur du capitalisme financier, pratiquent avec résignation le « sea, sieste and sun ».

Et les vagues de la mer, autrefois si souvent meurtrières, ne font plus aujourd’hui que bercer de leur clapotis des idylles saisonnières incluses dans les forfaits des clubs-vacances et qui faneront quand tomberont les premières feuilles mortes.

 

 

DSC08811.JPG

Dans les temps anciens un homme qui se prétendait fils de dieu a, selon les légendes chrétiennes, réussit l’exploit de marcher sur l’eau et, par ce miracle, remisé au placard les dieux de l’Olympe. Aujourd’hui avec l’aide d’Eole, qui prend ainsi sa revanche, tout un chacun peut défier les lois de la pesanteur et glisser sur les flots.

 

 

DSC08817.JPG

Les lames de leurs skis tracent sur l’épiderme de la mer, qui magnanime les laisse faire, de longues blessures ourlées d’écume blanche.

 

 

DSC08833.JPG

L’homme en tire un fallacieux sentiment de puissance. Il croit être le maître de cette mer immense dont il écume les richesses sans vergogne . Mais son pouvoir n’est qu’un fétu de paille, car ce que la mer a décidé de prendre ou de reprendre, rien n’y personne ne peut l’en empêcher.

 

 

DSC00758.JPG

Par un incessant travail de sape, elle ronge , grignote, démantèle, dissout caps et falaises qui finissent en tas de sable

 

 

DSC00677.JPG

Sous le regard ébahi d’un vieux pirate, elle engloutit peu à peu des îles dont les lambeaux servent d’égouttoir aux cormorans qui viennent y faire sécher leurs ailes détrempées.

 

 

DSC08132.JPG

Mais elle sait se montrer avenante quand une belle sirène africaine s’y baigne …..

 

 

DSC05438.JPG

 

 

…sous le regard émoustillé d’un descendant de King-kong qui s’est jeté à la mer pour échapper à la vindicte des humains.

 

 

DSC08170.JPG

Quant elle en a assez d’être pillée et polluée elle envoie vers les rivages une vague solitaire annonciatrice de sa colère qui menace.

 

 

DSC00346.JPG

 

 

Nul port n’est alors à l’abri de ses langues salées qui peuvent happer et engloutir n’importe quel bateau comme un vulgaire bulot.

 

 

DSC06649.JPG

Et ce n’est pas le lion du golfe, aussi vaillant soit-il, qui peut l’amadouer et la soumettre.

 

 

DSC06533.JPG

Elle se déchaîne alors, donnant toute la mesure de sa puissance et on comprend que sa beauté sauvage ait inspiré à la plume de Victor l’immortel « Océnano nox »

 

 

DSC06754.JPG

Les mouettes sont alors à la fête et se gaussent des bipèdes pliés en deux par dessus les bastingages en se tenant les entrailles et implorant son pardon pour lui avoir manqué de respect

 

 

DSC08055.JPG

Et puis s’étant défoulée, la mer s’apaise. Les dieux pétochards qui s’étaient réfugiés sur l’Olympe, viennent s’en assurer en jetant un œil à travers les nuées. Les humains peu à peu s’enhardissent et reviennent sur la plage

 

 

DSC07819.JPG

Les bateaux de pêche profitent alors lâchement de la trêve pour jeter leurs filets, accompagnés par une nuée de mouettes qui réclament à grands cris leur part du butin

 

 

DSC07950.JPG

D’humeur badine la mer s’entend alors avec Eole pour faire « mariner » un voileux présomptueux parti à sa conquête.

 

 

soleil tamarissière 079.jpg

Et puis le soir tombant , elle s'offre à la caresse des rayons du soleil couchant

 

 

DSC08235.JPG

 

 

C’est l’heure où les voiles des bateaux des pseudo marins se prennent à rêver du cap Horn au pied de mâts orgueilleux qui n’ont jamais reçu d’embruns.

 

DSC08238.JPG

 

 

Texte & Photos Ulysse

 

09:42 Publié dans Divagations | Lien permanent | Commentaires (33) | Tags : mer, baudelaire, hugo, lion