suivi de mon blog
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

24/12/2006

L'hiver est sur le talus !

medium_garrigue12-06_073.jpg


Un vent glacial
Brode
Sur la robe
Végétale
D'un talus
Pentu
Des échardes d'argent.

Les rayons du soleil
Qui s'éveille
S'y blessent
Et laissent
Couler le sang or
De l'aurore
Dans les champs.
medium_garrigue12-06_082.jpg


Texte & Photos Ulysse

12/12/2006

Que la vie est brève !

medium_automne_008.jpg


Que reste-t- il de l'été
Qui nous a enchanté ?
Les fleurs se sont évanouies,
Que je t'avais cueillies,
La danse des abeilles,
N'enchante plus nos oreilles.
Il reste quelques feuilles,
Pour en porter le deuil
Elles imitent le soleil,
Qui déserte le ciel,
Et prennent sa couleur,
Sans avoir sa chaleur,
Puis tombent sur le sol,
Mélancolique symbole,
D'un cycle qui s'achève;
Dieu, que la vie est brève !

medium_automne_022.jpg


Texte & photos Ulysse

24/11/2006

Amon et le vieux cep (fable languedocienne)

medium_vignesoir_016.jpg

Amon en allant se coucher
Un joli soir de novembre
Comme un bleu s'est fait prendre
Par un vieux cep rusé.
Ce cep un brin frileux
Voyait avec effroi venir l'hiver
Qui mettrait ses feuilles à terre
Et dénuderait son corps noueux.
Aussi en bon stratège
Il entrelaça ses sarments
En fit un noeud coulant
Subtil et redoutable piège.
Quand vint le soir fatidique
Où cet imprudent Amon
Laissa traîner ses rayons
Au travers du vieux cep maléfique,
Le noeud coulant se referma
Prenant au piège quelques rayons
Que piteusement ce cher Amon
Au vieux cep abandonna.
Depuis lors sur le coteau
Où ce vieux cep prospère
On ne connaît plus d'hiver
Il y fait toujours chaud!

PS :Photo et texte d'Ulysse

11/11/2006

Soyez loués vieux ceps...

medium_garrigue10-06_039.jpg

Soyez loués vieux ceps,
Qui pendant la canicule,
Etes allés chercher aux forceps,
Dans les failles et vestibules,
Des tréfonds de la terre,
L'eau qui manquait au ciel,
Pour verser dans mon verre,
Ce nectar sans pareil,
A la robe pourpre ou or,
Aux saveurs subtiles et racées,
Dont je me régale encore et encore,
Sans jamais me rassasier !