suivi de mon blog
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

11/04/2006

Quand le Vidourle se repose, va de Sommières à Sauve (qui peut !)

medium_img_5253.jpg

Le fleuve Vidourle connaît parfois des colères terribles qui font la une des journaux et il vaut mieux à ces moments là ne pas fréquenter ses rives....mais lorsqu'il traîne paresseusement dans son lit, partez à la découverte des pittoresques villes de Sommières et de Sauve qui ont su préserver leurs trésors séculaires de ce fleuve prédateur.

Commençons la visite par Sommières (40KM au NE de Montpeillier) à laquelle on accède en franchissant un superbe pont que l'empereur Tibère fit construire au 1er siècle de notre ère sur le trajet de la voie romaine reliant Nîmes à Toulouse. Crée au Xème siècle au pied d'un imposant château d'où l'on a une magnifique vue d'ensemble (lieu idéal de pique nique), Sommières a conservé un caractère médiéval avec ses portes fortitiées, dont la superbe porte de l'horloge, ses ruelles étroites, ses places à arcades.

medium_img_5289.jpgmedium_img_5283.jpg

medium_img_5271.jpgmedium_img_5295.jpg

Témoignage insolite des guerres de religion qui ont affecté la ville un masque grimaçant haut perché sur la façade d'une maison place Saussine « tire la langue aux protestants » !

Procurez vous un plan de visite au syndicat d'initiative sur le quai F Gaussorgues où l'on peut se garer (à gauche de la Tour de l'Horloge ) ou sur le site
http://www.ot-sommieres.fr/planville.aspx et perdez vous dans les ruelles pleines de charme et de mystère aux nom souvent pittoresques.

Cette visite achevée empruntez la D35 en direction de Quissac, puis la D999 en direction de Sauve capitale mondiale de la fabrication de fourches en micocoulier. En chemin faites une halte à Salinelles (3km au nord de Sommières) pour admirer la ravissante chapelle de St Julien au milieu d'un environnement champêtre.
medium_img_5374.jpg

Arrivés à Sauve garez vous sur la grande place qui borde le Virdourle et franchissez le superbe pont médiéval pour entrer dans la vieille ville. Cheminez quelques instants au hasard dans les ruelles qui n'ont pas beaucoup changé depuis le moyen age et faites une halte à l'épicerie "chez Fouzia" (28 rue du Pont vieux)véritable caverne d'Ali Baba regorgeant de produits des 5 continents. Puis cherchez un panneau placé sous des arcades qui indique la direction de « la mer de rochers ». Vous allez progressivement grimper vers le haut du village pour emprunter un sentier qui s'engage dans la guarrigue et sinue bientôt au milieu d'une sidérante mer de rochers aux formes d'animaux fantastiques ou de chateaux en ruine...Empruntez le sentier fléché en jaune qui fait une boucle de 2 km et vous ramène à l'autre extrémité du village.

medium_img_5327.jpgmedium_img_5328.jpg
medium_img_5332.jpgmedium_img_5349.jpg

10:41 Publié dans tourisme | Lien permanent | Commentaires (2)

07/04/2006

Enfin un bon "truc" pour sauver le Bassin de Thau !

medium_img_5424.2.jpg
Le Midi Libre du 7 avril (édition de Sète) publie une information qui me ravit suite aux préoccupations que j'ai exprimées sur la situation du Bassin de Thau. En effet l'association "Le Truc" localisée à Balaruc-le-Vieux va organiser à la Maison des Associations dans le cadre du "Printemps de l'environnement" plusieurs manifestations : ainsi le 14 avril à 18H30 Jacques Berge ingénieur à la SDEI donnera une conférence sur "L'eau de la ressource à l'assainissement" et le vendredi 12 mai, Pierre Maigre de la Ligue de protection des oiseaux présentera le travail de sauvegarde et de protection effectué sur le bassin de Thau et en particulier sur la Crique de l'Angle. Mais surtout cet évènement se poursuivra par un nettoyage militant de la crique de l'Angle le samedi 13 mai. RDV devant l'ancien camping à 9H30

Pour tout renseignement 06 13 69 40 14 ou truc.balaruc@wanadoo.fr

15:55 Publié dans tourisme | Lien permanent | Commentaires (13)

05/04/2006

Balade autour du Roc de la Vigne...

medium_img_5475.jpg

Je vous invite aujourd'hui à effectuer l'un des plus beaux circuits du secteur de Saint Guilhem qui, après un bref passage en guarrigue, traverse de séculaires et magnifiques pinèdes et vous invite à rêver dans le pittoresque hameau fantôme de Lestagnol dont les vieilles maisons caussenardes vous conteront, si vous leur prêtez l'oreille, d'antiques légendes de bergers.

Rejoignez le Hameau des Lavagnes qui se situe sur la D122 à environ 10 km d'Arboras (près de Montpeyrroux) en direction de Saint Jean de Buèges. Garez vous sur le terre plein à gauche de la route où sont disposés des panneaux d'information touristiques sur le secteur.

medium_img_5564.jpgEmpruntez la route goudronnée en direction du Mas d'Aubert, gîte d'étape ouvert toute l'année situé à 500M. Dans le virage qui contourne le gîte empruntez sur la droite une large piste forestière (poteau vert avec une croix jaune) qui passe devant un menhir puis monte doucement en sinuant vers un replat. Poursuivez jusqu'à une citerne DFCI (n°417) et engagez vous dans la piste de droite puis peu de temps près à gauche dans un chemin qui descend légèrement vers le lieu dit « Pont d'agre » et entre dans la forêt domaniale de Saint Guilhem le Désert(panneau). medium_img_5469.jpg





medium_img_5476.jpgLe chemin qui traverse une magnifique pinède de pins de Salzman monte, après le passage d'une chicane en bois, en sinuant vers le Roc de la Vigne. Ignorez un chemin qui arrive de la droite marqué par un cairn (arrivée du raccourci éventuel de la fin de ballade - voir ci-après) et poursuivez jusqu'à un autre cairn qui signale le chemin à droite permettant d'aller au sommet du Roc de la Vigne (710m) d'où vous jouirez d'un somptueux panorama sur l'ensemble de la région jusqu'à la mer. Revenu du sommet, reprenez vers la droite le chemin précédent qui contourne en descendant le Roc par le nord est. Ignorez sur la gauche un chemin qui descend vers le mas d'Agre, et poursuivez sur le chemin qui zigzague dans le maquis jusqu'au pittoresque hameau quasi abandonné de l'Estagnol (lieu idéal de pique nique).
medium_img_5517.jpg medium_img_5519.jpg

Traversez le village et poursuivez tout droit par le chemin jusqu'à la jonction avec un chemin perpendiculaire que vous empruntez à droite (présence d'un panneau jaune Hameau de l'Estagnol) et qui contourne la combe de Legeaux avanr de remonter et de passer devant les ruines du mas de l'Arbousier envahies par les arbres. Poursuivez sur le chemin et arrivé à un cairn suivez le chemin de droite qui grimpe la combe de la Blande et qui après un long parcours fusionne avec un chemin venu de la droite qui mène au Roc de la Vigne (possibilité de raccourci pour revenir au chemin décrit précédemment ).
medium_img_5526.jpg

medium_img_5484.jpgJe vous invite à poursuivre tout droit sur le chemin qui se dirige vers le puech Buissou et passe devant un promontoire rocheux d'où la vue est splendide. Le chemin sinue ensuite au travers de magnifiques pins de lanzman jusqu'à une chicane en bois. Emprunter le chemin creux et empierré qui part à droite et rejoint peu après le GR74 (piste forestière) venant de Saint Guilhem. Empruntez le GR (marques rouge et blanche) qui quitte bientôt la piste forestière pour suivre à droite un chemin à caillouteux qui s'enfonce à travers bois et vous ramène aux lavagnes après un virage à droite en suivant un muret de pierres. Le tour prend 6 heures de marche (17km) ou 5heures avec le raccourci) et représente environ 500m de dénivelé cumulé.medium_img_5543.jpg

Cartes IGN : promenade Béziers Montpellier 65 et TOP 25 2642 ET ST Guilhem le Désert/Cirques de Navacelles

18:08 Publié dans tourisme | Lien permanent | Commentaires (24)

31/03/2006

Le Bassin de Thau côté "jardin" et côté "cour" ....

medium_img_5666.jpg Pourquoi cette photo d'un superbe coucher de soleil sur le bassin de Thau ornée d'un pneu d'automobile ? C'est pour appeler votre attention sur la double réalité de cette « merveille » du littoral languedocien, car sachez que j'ai trouvé le pneu à l'endroit même où il a été photographié!

J'ai pour habitude de célébrer les innombrables beautés de cette région, mais pour une fois je ne peux m'empêcher d'être ulcéré par l'indifférence dont fait l'objet la véritable situation du bassin. Dans les nombreux reportages ou les articles que lui consacrent les magazines et ouvrages touristiques, le bassin est toujours paré de ses plus beaux atours. L' eau est turquoise, outremer ou argent selon l'heure du jour et forme un merveilleux contraste avec les flamants roses tandis que les collines environnantes lui tissent un écrin de verdure.

Dans la presse gastronomique on célèbre l'huitre de Bouzigues au goût de noisette, ses daurades royales, ses bars, ses poulpes et sèches et autres délices maritimes. Et c'est vrai qu'il est beau ce bassin...mais vu d'en haut ! Par exemple du terre plein aménagé au bord de la N 113 qui domine Bouzigues ou du Parc des Terres Blanches sur la colline de Sète mais selon des angles bien choisis, comme le montre les photos ci-après : 

medium_img_5570.jpg medium_soleil_couchant_008.jpg Mais dès que l'on se promène au bord du rivage – en dehors des quelques zones bordant les villages cotiers comme Mèze, Balaruc et Marseillan où les municipalités malgré leurs faibles moyens font de notables efforts ainsi que dans la zone difficile d'accès des anciens salins – c'est un autre et désolant spectacle qui s'offre à vos yeux. Rendez vous notamment dans les zones où sont installés les conchyliculteurs et vous serez vite édifiés. On pourrait penser que les membres de cette noble profession qui vivent des produits du bassin en prennent un soin jaloux et veillent sur lui comme sur la prunelle de leurs yeux. Que nenni ! Les exploitations sont généralement constituées de bâtiments en parpaings brut de décoffrage et ressemblent plutôt à des déchetteries où gisent aux alentours et jusque dans l'eau du bassin de vieilles machines ou carrioles en train de rouiller, de vieux filets déchirés, des pneus et des bidons de plastique, des tas de coquilles d'huitres et de débris variés. Mais il en est de même en de nombreux autres endroits urbanisés ou « sauvages » comme dans la zone de « Maldormir » où une énorme décharge publique était en activité jusqu'en 2004 et reste depuis sans protection, permettant ainsi aux déchets légers de se disperser sous l'effet du vent et aux autres de lentement diffuser leurs éléments chimiques et autres dans le sous sol et donc dans le bassin. Quand on pense qu'il n'y a pas si longtemps le bassin était classé « A » on croît rêver ! Mais il est vrai que dans un pays bon dernier de la classe européenne en matière de protection de l'environnement (souvent au nom du respect des « traditions « !) il ne faut s'étonner de rien !

 

medium_img_5411.jpgmedium_img_5431.jpg medium_img_5585.jpgmedium_img_5594.3.jpg Rien ne justifie ce je «menfoutisme » et surtout pas des raisons économiques, du type « c'est à cause de la lourdeur des frais d'exploitation et des charges etc... » ou les difficultés du métier. Ces dernières sont réelles j'en conviens, mais allez voir les ostréiculteurs du bassin d'Arcachon ou de Bretagne qui bénéficient d'un climat moins favorable et vous y verrez en grande majorité des exploitations respectueuses de leur environnement et où pas une coquille ne traîne , comme le montrent les photos ci-après prises en Bretagne (je précise que je ne suis pas Breton!) medium_img_5992.jpg medium_img_5998.jpg Ayant fait ce triste constat, je ne suis pas étonné que les eaux du bassin aient été déclassées au niveau B par les pouvoirs publics, de même que ne me surprennent pas les épidémies de gastro entérites qui sévissent périodiquement dans la région, même si d'autres facteurs comme le ruissellement des pluies ont leur part dans la contamination. Et quand je lis un article vantant le goût de noisette des huitres de Bouzigues...je me dis que le journaliste n'a pas du s'approcher beaucoup du bord du bassin ! Le bassin s'est montré jusqu'à présent « bonne mère » et n'a pas mégotté ses bienfaits à ceux qui en vivent, mais à force de le négliger il pourrait très bien un jour devenir aussi stérile que la mer morte ..et on pourrait alors dire adieu aux huitres au goût de noisette ! Pour ceux qui auront eu le courage de me lire jusqu'au bout, je vous gratifie d'un coucher de soleil sur le bassin sans pneu usagé avec malgré tout l'espoir qu'un jour ce sera une réalité !

medium_img_5689.jpg
 
Texte & Photos Ulysse

15:40 Publié dans tourisme | Lien permanent | Commentaires (15)