suivi de mon blog
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

05/04/2006

Balade autour du Roc de la Vigne...

medium_img_5475.jpg

Je vous invite aujourd'hui à effectuer l'un des plus beaux circuits du secteur de Saint Guilhem qui, après un bref passage en guarrigue, traverse de séculaires et magnifiques pinèdes et vous invite à rêver dans le pittoresque hameau fantôme de Lestagnol dont les vieilles maisons caussenardes vous conteront, si vous leur prêtez l'oreille, d'antiques légendes de bergers.

Rejoignez le Hameau des Lavagnes qui se situe sur la D122 à environ 10 km d'Arboras (près de Montpeyrroux) en direction de Saint Jean de Buèges. Garez vous sur le terre plein à gauche de la route où sont disposés des panneaux d'information touristiques sur le secteur.

medium_img_5564.jpgEmpruntez la route goudronnée en direction du Mas d'Aubert, gîte d'étape ouvert toute l'année situé à 500M. Dans le virage qui contourne le gîte empruntez sur la droite une large piste forestière (poteau vert avec une croix jaune) qui passe devant un menhir puis monte doucement en sinuant vers un replat. Poursuivez jusqu'à une citerne DFCI (n°417) et engagez vous dans la piste de droite puis peu de temps près à gauche dans un chemin qui descend légèrement vers le lieu dit « Pont d'agre » et entre dans la forêt domaniale de Saint Guilhem le Désert(panneau). medium_img_5469.jpg





medium_img_5476.jpgLe chemin qui traverse une magnifique pinède de pins de Salzman monte, après le passage d'une chicane en bois, en sinuant vers le Roc de la Vigne. Ignorez un chemin qui arrive de la droite marqué par un cairn (arrivée du raccourci éventuel de la fin de ballade - voir ci-après) et poursuivez jusqu'à un autre cairn qui signale le chemin à droite permettant d'aller au sommet du Roc de la Vigne (710m) d'où vous jouirez d'un somptueux panorama sur l'ensemble de la région jusqu'à la mer. Revenu du sommet, reprenez vers la droite le chemin précédent qui contourne en descendant le Roc par le nord est. Ignorez sur la gauche un chemin qui descend vers le mas d'Agre, et poursuivez sur le chemin qui zigzague dans le maquis jusqu'au pittoresque hameau quasi abandonné de l'Estagnol (lieu idéal de pique nique).
medium_img_5517.jpg medium_img_5519.jpg

Traversez le village et poursuivez tout droit par le chemin jusqu'à la jonction avec un chemin perpendiculaire que vous empruntez à droite (présence d'un panneau jaune Hameau de l'Estagnol) et qui contourne la combe de Legeaux avanr de remonter et de passer devant les ruines du mas de l'Arbousier envahies par les arbres. Poursuivez sur le chemin et arrivé à un cairn suivez le chemin de droite qui grimpe la combe de la Blande et qui après un long parcours fusionne avec un chemin venu de la droite qui mène au Roc de la Vigne (possibilité de raccourci pour revenir au chemin décrit précédemment ).
medium_img_5526.jpg

medium_img_5484.jpgJe vous invite à poursuivre tout droit sur le chemin qui se dirige vers le puech Buissou et passe devant un promontoire rocheux d'où la vue est splendide. Le chemin sinue ensuite au travers de magnifiques pins de lanzman jusqu'à une chicane en bois. Emprunter le chemin creux et empierré qui part à droite et rejoint peu après le GR74 (piste forestière) venant de Saint Guilhem. Empruntez le GR (marques rouge et blanche) qui quitte bientôt la piste forestière pour suivre à droite un chemin à caillouteux qui s'enfonce à travers bois et vous ramène aux lavagnes après un virage à droite en suivant un muret de pierres. Le tour prend 6 heures de marche (17km) ou 5heures avec le raccourci) et représente environ 500m de dénivelé cumulé.medium_img_5543.jpg

Cartes IGN : promenade Béziers Montpellier 65 et TOP 25 2642 ET ST Guilhem le Désert/Cirques de Navacelles

18:08 Publié dans tourisme | Lien permanent | Commentaires (24)

31/03/2006

Le Bassin de Thau côté "jardin" et côté "cour" ....

medium_img_5666.jpg Pourquoi cette photo d'un superbe coucher de soleil sur le bassin de Thau ornée d'un pneu d'automobile ? C'est pour appeler votre attention sur la double réalité de cette « merveille » du littoral languedocien, car sachez que j'ai trouvé le pneu à l'endroit même où il a été photographié!

J'ai pour habitude de célébrer les innombrables beautés de cette région, mais pour une fois je ne peux m'empêcher d'être ulcéré par l'indifférence dont fait l'objet la véritable situation du bassin. Dans les nombreux reportages ou les articles que lui consacrent les magazines et ouvrages touristiques, le bassin est toujours paré de ses plus beaux atours. L' eau est turquoise, outremer ou argent selon l'heure du jour et forme un merveilleux contraste avec les flamants roses tandis que les collines environnantes lui tissent un écrin de verdure.

Dans la presse gastronomique on célèbre l'huitre de Bouzigues au goût de noisette, ses daurades royales, ses bars, ses poulpes et sèches et autres délices maritimes. Et c'est vrai qu'il est beau ce bassin...mais vu d'en haut ! Par exemple du terre plein aménagé au bord de la N 113 qui domine Bouzigues ou du Parc des Terres Blanches sur la colline de Sète mais selon des angles bien choisis, comme le montre les photos ci-après : 

medium_img_5570.jpg medium_soleil_couchant_008.jpg Mais dès que l'on se promène au bord du rivage – en dehors des quelques zones bordant les villages cotiers comme Mèze, Balaruc et Marseillan où les municipalités malgré leurs faibles moyens font de notables efforts ainsi que dans la zone difficile d'accès des anciens salins – c'est un autre et désolant spectacle qui s'offre à vos yeux. Rendez vous notamment dans les zones où sont installés les conchyliculteurs et vous serez vite édifiés. On pourrait penser que les membres de cette noble profession qui vivent des produits du bassin en prennent un soin jaloux et veillent sur lui comme sur la prunelle de leurs yeux. Que nenni ! Les exploitations sont généralement constituées de bâtiments en parpaings brut de décoffrage et ressemblent plutôt à des déchetteries où gisent aux alentours et jusque dans l'eau du bassin de vieilles machines ou carrioles en train de rouiller, de vieux filets déchirés, des pneus et des bidons de plastique, des tas de coquilles d'huitres et de débris variés. Mais il en est de même en de nombreux autres endroits urbanisés ou « sauvages » comme dans la zone de « Maldormir » où une énorme décharge publique était en activité jusqu'en 2004 et reste depuis sans protection, permettant ainsi aux déchets légers de se disperser sous l'effet du vent et aux autres de lentement diffuser leurs éléments chimiques et autres dans le sous sol et donc dans le bassin. Quand on pense qu'il n'y a pas si longtemps le bassin était classé « A » on croît rêver ! Mais il est vrai que dans un pays bon dernier de la classe européenne en matière de protection de l'environnement (souvent au nom du respect des « traditions « !) il ne faut s'étonner de rien !

 

medium_img_5411.jpgmedium_img_5431.jpg medium_img_5585.jpgmedium_img_5594.3.jpg Rien ne justifie ce je «menfoutisme » et surtout pas des raisons économiques, du type « c'est à cause de la lourdeur des frais d'exploitation et des charges etc... » ou les difficultés du métier. Ces dernières sont réelles j'en conviens, mais allez voir les ostréiculteurs du bassin d'Arcachon ou de Bretagne qui bénéficient d'un climat moins favorable et vous y verrez en grande majorité des exploitations respectueuses de leur environnement et où pas une coquille ne traîne , comme le montrent les photos ci-après prises en Bretagne (je précise que je ne suis pas Breton!) medium_img_5992.jpg medium_img_5998.jpg Ayant fait ce triste constat, je ne suis pas étonné que les eaux du bassin aient été déclassées au niveau B par les pouvoirs publics, de même que ne me surprennent pas les épidémies de gastro entérites qui sévissent périodiquement dans la région, même si d'autres facteurs comme le ruissellement des pluies ont leur part dans la contamination. Et quand je lis un article vantant le goût de noisette des huitres de Bouzigues...je me dis que le journaliste n'a pas du s'approcher beaucoup du bord du bassin ! Le bassin s'est montré jusqu'à présent « bonne mère » et n'a pas mégotté ses bienfaits à ceux qui en vivent, mais à force de le négliger il pourrait très bien un jour devenir aussi stérile que la mer morte ..et on pourrait alors dire adieu aux huitres au goût de noisette ! Pour ceux qui auront eu le courage de me lire jusqu'au bout, je vous gratifie d'un coucher de soleil sur le bassin sans pneu usagé avec malgré tout l'espoir qu'un jour ce sera une réalité !

medium_img_5689.jpg
 
Texte & Photos Ulysse

15:40 Publié dans tourisme | Lien permanent | Commentaires (15)

17/03/2006

Les papilles s'affolent...à Pomerols !

medium_img_3626.jpg

Vous aimez déambuler dans les ruelles de villages séculaires et, à l'occasion, vous délecter de délicieuses spécialités régionales ? le village de Pomerols situé à 10km au sud de Pézenas et à 3km du bassin de Thau est fait pour vous !

D'ailleurs le nom du village vient des pommiers que l'on y cultivait dans un lointain passé (3 pommes figurent sur le blason du village) et tout le monde sait que la pomme est le fruit de la tentation !

medium_img_3632.jpgConstruit au XIIème siècle et entouré alors d'une enceinte dont il reste quelques vestiges, le village a subi de gros dommages au cours de la guerre de cent ans, puis lors des guerres de religion, à l'issue desquelles il fut rebâti. Muni du plan que vous vous procurerez au syndicat d'initiative situé sur la grand place, partez à la découverte de vieilles demeures datant du XVIème siècle, de l'église St Cyr et Ste Julite et de son retable du XVIIème siècle, de ses anciennes portes fortifiées, de la fontaine qui chante sur la place de la mairie, et de la pittoresque rue Provencale. medium_img_3685.jpg
Les noms des ruelles où les pas des chalands des siècles passés résonnent encore constituent un véritable inventaire à la Prévert : rue des Riches, de la Brèche, du Champ de l'Horte, du Château-Barbu, des Flots bleus, de la Quille, de l'Amour.....

medium_img_3652.jpgAu cours de vos pérégrinations rendez visite tout d'abord à la Boutique de Guy Bouzigues, boulanger-patissier de métier et grand expert « es » chocolaterie, Master d'or Européen 2004 et Trophée du concours Hérault Gourmand, qui, dans le secret de son « laboratoire », élabore avec du pur beurre de cacao venu du Brésil, de l'Equateur et du Mexique de délicieux chocolats de dessert et d'apéritif. Maître Bouzigues a eu l'idée originale et réjouissante pour nos papilles d'unir dans ses chocolats la banane et le poivre , le roquefort et la poire, l'olive et la poire, le chèvre et l'olive, le roquefort et la figue, qui accompagnés à l'apéritif d'un Picpoul ou au dessert d'un Saint-Chinian , d'un Faugères ou mieux encore (selon mon goût) d'un vin de Maury ou d'un Banyuls ou d'une Cuvée d'Eulalie (voir ci-après) offrent un festival inouï de saveurs. A Paques et à Noël sa boutique se transforme en arche de Noé en chocolat !(tel : 04 67 77 04 99 Email : guybouzigues@wanadoo.fr fermé le mercredi et le dimanche après-midi)
medium_img_5203.jpg


medium_img_5218.jpgAprès avoir dégusté les chocolats de Guy Bouzigues il vous reste à rendre visite à la cave coopérative Les Costières de Pomerols située à l'entrée du village (route de Florensac) et qui est classée dans les guides spécialisés parmi les meilleures caves coopératives de France (Guide hachette, Vins et santé, Gault Millau, Gilbert & Gaillard) . Ses vins sont d'ailleurs régulièrement primés au Concours Général Agricole de Paris. La cave est dotée d'une technologie de pointe qui lui a valu d'obtenir la norme ISO 9001 en 2003 et applique une démarche respectueuse du terroir. La cave coopérative exporte 68 % de sa production (Pays-bas, Allemagne, USA, Belgique , Grande-Bretagne, Canada) ce qui dans le contexte du marché mondial actuel dominé par les vins dits du « nouveau monde » est une performance remarquable et témoigne de la qualité des vins.

medium_img_5226.2.jpg

La gamme très diversifiée comprend des AOC Picpoul, des vins de pays de la gamme « Beauvignac », des vins effervescents ainsi qu'un vin doux naturel la « Cuvée d'Eulalie » et offre un excellent rapport qualité prix. Vous serez de surcroît très agréablement accueilli pour une dégustation (tel :04 67 77 01 59 Email: info@cave-pomerols.com) ( ouvert toute l'année de 8H30 à 12H00 et de 14H à 18H00 tous les jours de la semaine + Dimanche et jours fériés en juillet et août de 10H00 à 13H00 et de 16H00 à 19H00)

medium_img_3979.jpgVous pouvez également très agréablement agrémenter votre visite d'une ballade en calèche avec « les Attelages du Piquepoul » qui pourront, selon la saison et le temps dont vous disposez, vous faire faire le tour de Pomerols, vous emmener sur les pas des Romains vers la Via Domitia (voir une balade précédente de mon blog) ou vous faire faire la tournée des domaines viticoles de la région avec pique-nique dans la guarrigue (réservation la veille : 06 14 31 17 18)

10:11 Publié dans tourisme | Lien permanent | Commentaires (5)

10/03/2006

Partez à la conquête du chateau de La Roquette !

medium_img_4802.jpg

Si vous aimez jouer les funambules dans les ruines de chateaux posées en haut d'une falaise comme un nid d'aigle, le château de la Roquette (ou de Viviourès) est pour vous!

Ce château est en effet situé sur la crête méridionale de l'Hortus surplombant de plus de 200 m la vallée qui sépare ce massif du Pic Saint Loup. D'après une intéressante et exhaustive étude de Lucien Bayrou, le château, qui avait une vocation à la fois de défense et d'habitation, peut être daté de la fin du XIIIème ou du début du XIVème siècle. Sa construction serait due à Guillaume de Pian ancien sénéchal de carcassonne ou à ses descendants. Elle est intervenue dans le contexte de la grande période de construction qui a suivie l'acquisition par la monarchie capétienne du territoire du Languedoc qui s'est alors couvert de chateaux nobles et de forteresses royales de Najac à Puylaurens, de Carcassonne à Aigues-Mortes et Beaucaire.
medium_img_4772.jpg medium_img_4795.jpg
On peut gagner le château par 2 chemins, le premier part de la D 1 qui va de St Martin de Londres à St Mathieu de Tréviers au niveau de l'aplomb du château et le second, que j'ai personnellement emprunté, part de la D 122, 300m après son embranchement avec la D 1 précédente, en direction du village « Les camps ».

Le départ du chemin est marqué par trois grosses pierres auprès desquelles vous pouvez vous garer. Ignorez au départ un chemin qui monte à droite et poursuivez jusqu'à un embranchement avec un chemin de pierres blanches qui part sur la gauche et que vous empruntez
medium_img_4779.jpg
Peu de temps après être passé devant trois grosses pierres posées au bord du chemin, empruntez un autre chemin qui se faufile sur la droite entre des genévriers et vous mène jusqu'au château auquel vous accédez par une rampe qui part du chemin vers la droite.

Les arbres qui poussent dans l'embrasure des fenêtres et au milieu des salles autrefois consacrées aux réceptions confèrent au site un caractère éminemment romantiques et la chanson du vent dans leurs cimes rappelle le son des harpes qui devaient autrefois y résonner. Les points de vue sur les vallées environnantes et le Pic Saint Loup sont vertigineux.
medium_img_4786.jpg medium_img_4813.jpg
Profitez de votre séjour dans la région pour aller déguster les délicieux vins de Fabien Reboul du Domaine "Château de Valflaunès" (voir la rubrique Délices)
L'aller retour prend environ 1H sans tenir compte du temps de la visite. Les cartes IGN correspondantes sont la TOP 25 Ganges/StMartin de Londres/Pic St Loup et la carte de promenade N°66 Avignon/Montpellier

11:05 Publié dans tourisme | Lien permanent | Commentaires (3)