suivi de mon blog
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

06/01/2006

Plateau de Grézac

Cette ballade dite « du Plateau de Grézac » vous emmène dans la région de Lodève (située au nord du lac Salagou à environ 50 km au NO de montpellier) le départ se faisant au lieu dit « La Fous » situé à environ à 5km sur la D 902 menant de Lodève à Roquededonde (environ 600m après l'embranchement avec la D 35 E qui mène aux Plans). On peut garer sa voiture sans problème à l'endroit même où un poteau indique le départ de la ballade.

C'est une ballade d'environ 11 km, balisée en jaune et bleu avec un dénivelé de 350 m le point culminant étant de 640 m. Elle ne présente pas de difficulté et peut être bouclée en 3H – 3H30 (la carte IGN correspondante est la 2643 ouest Le Caylar/la couvertoirade)

La ballade suit tout d'abord un chemin d'exploitation qui, après quelques virages à cheveux, vous mène à un superbe point de vue sur le massif de l'Escandorgue. Puis elle passe au travers d'une forêt de cèdres, d'une pinède, de prairies pour offrir, après une brève descente dans la garrigue, à l'endroit d'un belvédère rocheux dénommé « Les Dalles » (à environ 1h du départ, endroit idéal pour un pique nique ou une tasse de thé selon l'heure à laquelle vous passez), un panorama somptueux de la vallée de Lodève jusqu'au Mont Saint Clair de Sète, Elle se poursuit par un chemin louvoyant dans la garrigue et qui, après un virage vers le sud puis vers l'est contournant des falaises, longe un oppidum émaillé d'anciens masets et de capitelles dont l'une est un merveilleux « tricotage » de pierres que vous découvrez après avoir joué les équilibristes sur une vieille muraille . Le chemin vous ramène ensuite en direction du nord- ouest à votre point de départ.





Commentaires: Les capitelles, sous leur aspect rustique, sont des merveilles d'architecture. Elles sont en effet construites exclusivement avec des pierres sèches, sans une once de ciment, en utilisant la technique de l'encorbellement des roches. Elles servaient autrefois aux bergers et aux agriculteurs à s'abriter de la pluie ou de l'orage et à ranger des outils. La pierre sèche est la matière première de nos régions et l'on voit partout dans nos garrigues des « clapas » vastes monticules de pierres extraites des champs et des vignes et qui ont permis, outre l'édification des capitelles, la construction des milliers de kilomètres de murs de pierre qui balisent les chemins de nos régions. Les « capitelles » sont aussi dénommées « bories » en provence et « oustalets » en Ardèche.

14:40 Publié dans tourisme | Lien permanent | Commentaires (6)