suivi de mon blog
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

08/01/2006

L'ïle Sainte Lucie

medium_ballade_ste_lucie_11-2005_023.jpgPar ce temps d'hiver je vous invite à aller flâner dans l'Ile Sainte Lucie ....non pas celle qui se trouve au large de la Guadeloupe mais dans l'Aude au mileu des étangs de Bages et de Sigean. Certes, notre île audoise ne jouit pas, à cette saison, du climat de son homonyme antillaise, mais elle présente avec ses falaises et sa végétation luxuriante autant de dépaysement et de charme.....sans toutefois le ti punch !!

Pour s'y rendre deux moyens : soit à vélo, en partant du sud de Narbonne (par la D32) et en suivant le canal de la robine (vous pouvez aussi garer votre voiture à divers endroits le long du canal vers Craboules ou Craboulette ou au Petit Mandirac repérables sur la carte de promenade IGN 72 Béziers Perpignan - maximum 16 km par trajet), soit en voiture, en empruntant la N 9 puis la N 139 en direction de Port la Nouvelle. Après avoir franchi la voie ferrée Montpellier-Perpignan puis un pont sur le canal, empruntez la petite route indiquée « canal de la Robine » jusqu'à un parking obligatoire. L'accès à l'île se trouve alors à 300m à pied.

Vous passez dans l'île à pied ou en vélo.... en utilisant la passerelle de l'écluse. Un paradis de pinèdes et de garrigues émaillées d'oliviers et d'amandiers s'offre alors à vous. En faisant le tour de l'ïle (le plan des chemins est indiqué mais vous pouvez utiliser la carte IGN TOP 25 2546 OT) ne manquez pas d'aller au Roc Saint Antoine qui offre un magnifique panorama sur les étangs jusqu 'aux Pyrénées, puis de longer les falaises surplombant le pittoresque domaine de Sainte Lucie niché au milieu des palmiers( un chemin y conduit) Quelques bâtiments subsistent témoins d'activités aujourd'hui révolues (cantine des « salins » , bergerie..) mais hélas il ne reste rien des galères grecques et romaines et des bateaux phéniciens qui accostaient dans l'anse de la Cauquenne (sur la gauche de l'île) qui était à l'époque un avant port de Narbonne !! medium_ballade_ste_lucie_11-2005_006.3.jpgmedium_ballade_ste_lucie_11-2005_024.3.jpg

17:35 Publié dans tourisme | Lien permanent | Commentaires (1)

06/01/2006

Plateau de Grézac

Cette ballade dite « du Plateau de Grézac » vous emmène dans la région de Lodève (située au nord du lac Salagou à environ 50 km au NO de montpellier) le départ se faisant au lieu dit « La Fous » situé à environ à 5km sur la D 902 menant de Lodève à Roquededonde (environ 600m après l'embranchement avec la D 35 E qui mène aux Plans). On peut garer sa voiture sans problème à l'endroit même où un poteau indique le départ de la ballade.

C'est une ballade d'environ 11 km, balisée en jaune et bleu avec un dénivelé de 350 m le point culminant étant de 640 m. Elle ne présente pas de difficulté et peut être bouclée en 3H – 3H30 (la carte IGN correspondante est la 2643 ouest Le Caylar/la couvertoirade)

La ballade suit tout d'abord un chemin d'exploitation qui, après quelques virages à cheveux, vous mène à un superbe point de vue sur le massif de l'Escandorgue. Puis elle passe au travers d'une forêt de cèdres, d'une pinède, de prairies pour offrir, après une brève descente dans la garrigue, à l'endroit d'un belvédère rocheux dénommé « Les Dalles » (à environ 1h du départ, endroit idéal pour un pique nique ou une tasse de thé selon l'heure à laquelle vous passez), un panorama somptueux de la vallée de Lodève jusqu'au Mont Saint Clair de Sète, Elle se poursuit par un chemin louvoyant dans la garrigue et qui, après un virage vers le sud puis vers l'est contournant des falaises, longe un oppidum émaillé d'anciens masets et de capitelles dont l'une est un merveilleux « tricotage » de pierres que vous découvrez après avoir joué les équilibristes sur une vieille muraille . Le chemin vous ramène ensuite en direction du nord- ouest à votre point de départ.





Commentaires: Les capitelles, sous leur aspect rustique, sont des merveilles d'architecture. Elles sont en effet construites exclusivement avec des pierres sèches, sans une once de ciment, en utilisant la technique de l'encorbellement des roches. Elles servaient autrefois aux bergers et aux agriculteurs à s'abriter de la pluie ou de l'orage et à ranger des outils. La pierre sèche est la matière première de nos régions et l'on voit partout dans nos garrigues des « clapas » vastes monticules de pierres extraites des champs et des vignes et qui ont permis, outre l'édification des capitelles, la construction des milliers de kilomètres de murs de pierre qui balisent les chemins de nos régions. Les « capitelles » sont aussi dénommées « bories » en provence et « oustalets » en Ardèche.

14:40 Publié dans tourisme | Lien permanent | Commentaires (6)