suivi de mon blog
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

14/02/2015

J'ai failli ne jamais revoir Caissenols !

 

caissenols,bacchus,garbure,williamine

Bien que Gibus, mon fidèle compagnon de rando, soit parti pour quelques semaines sous d’autres cieux plus cléments, je ne renonce  pas pour autant  à aller baguenauder dans les hauts cantons,  surtout quand l’hiver a l’heureuse idée d’en saupoudrer les sommets d’un peu de neige, ce qui leur confère un air pyrénéen qui vous donne le sentiment d’être en haute montagne.

 

 

caissenols,bacchus,garbure,williamine

Ces conditions climatiques un peu rudes dissuadent de surcroît la plupart des randonneurs de la région d’aller arpenter les sentiers, ce qui fait que j’ai le bonheur de m’y retrouver seul. Ce n’est pas que je sois misanthrope, loin de là, mais j’éprouve alors une jouissance particulière à être en tête à tête avec Gaïa notre terre mère qui se laisse aller à des confidences. Elle ma ainsi confié qu’elle était fortement tentée de  se débarrasser de notre espèce bruyante, polluante, qui ne respecte pas les autres êtres et plantes qu’elle héberge et qui pour la plupart étaient là bien avant nous !  Elle m’a demandé de faire passer le message, mais je crains fort qu’il ne soit entendu que par vous mes chers lecteurs et que malgré notre bonne volonté nous ne soyons pas en mesure d’empêcher le sort funeste qui attend notre espèce.

 

 

caissenols,bacchus,garbure,williamine

Mais revenons à nos moutons ou plutôt, en l’occurrence à nos mouflons  car quand je vous dis que je suis seul,  à vrai dire je ne le suis pas vraiment, comme le montrent les traces d’une harde de ces magnifiques animaux farouches  qui m’ont précédé sur le chemin. Je me prends alors à rêver d’être l'un de ces quadrupèdes pour pouvoir grimper et dévaler à loisir les pentes enneigées qui m’entourent. Mais je suis condamné à la lourdeur de la bipèdie humaine et avance donc prudemment pour éviter de me retrouver le cul par terre, quelques plaques de glace étant dissimulées ça et là par la mince couche de neige.

 

 

caissenols,bacchus,garbure,williamine

 Je chemine sur le sentier de crête de la serre de More dont la dernière partie se faufile dans un chaos rocheux et devient un brin périlleuse du fait de la présence de la neige et la glace. La légère angoisse que j’éprouve alors en pensant qu’une mauvaise chute me mettrait en mauvaise posture se mêle d’une pincée d’adrénaline qui me procure une certaine jouissance. Le fait d’être seul dans une nature sauvage et de savoir que l’on ne peut  compter que sur soi même en cas de pépin décuplent le sentiment d’exister.

 

 

caissenols,bacchus,garbure,williamine

Mais au milieu du passage le plus délicat et alors que je suis concentré sur les endroits les plus appropriés pour poser les pieds une voix me hèle. Levant  la tête j’aperçois une femme entièrement voilée de blanc. « Qui êtes vous, que faites vous ici ? » lui dis je alors. « Je suis la Dame Blanche » me répond-t-elle, ce qui me me glace les os car selon une vieille légende allemande l’apparition de la dame Blanche  annoncerait votre mort prochaine. Voyant mon air effrayé elle me dit alors « Ne t’inquiète pas, tu ne vas pas mourir mais tu l’as échappé belle, car normalement tu aurais dû effectivement faire une chute mortelle ce matin en passant ce col, mais Bacchus t’a sauvé ». « Comment ça, Bacchus m’a sauvé ? » lui dis je, étonné. Elle m’explique alors « C’est simple, là haut chaque être humain est symbolisé par une boule avec un numéro et toutes les boules sont dans un immense bocal. Chaque matin le grand patron décide du nombre de boules qu’il faut prélever dans le bocal au hasard, ce qui provoque la mort des humains concernés. Mais Bacchus qui est le chambellan du grand patron et gère sa cave a le privilège, à ce titre, d’avoir un joker qui lui permet de remettre dans le bocal une boule tirée au sort. Et ce matin il a choisi d’épargner ta boule car il t’a à la bonne, vu que tu es un amateur de bons vins. On peut dire que boire du vin ta sauvé la vie, mon cher Ulysse » « Mais pourquoi tu m’en fais la confidence, tu n’es pas tenue au secret ? » lui dis je. « Si bien sûr, mais moi aussi je t’ai à la bonne car j’aime bien lire ton blog vu qu’on s’ennuie un peu là haut et tes lecteurs me sont également sympathiques et je voulais donc que tu leur fasse passer le message selon lequel boire du bon vin peut leur sauver la vie! ». Dont acte ! chères lectrices et lecteurs, vous savez ce qu’il vous reste à faire !

 

 

caissenols,bacchus,garbure,williamine

Ayant donc franchi sain et sauf le col, je descends vers le portail de Roquendouire, que mes fidèles lectrices et lecteurs connaissent bien, et à partir duquel part un confortable sentier qui mène au refuge de Caissenols.

 

 

caissenols,bacchus,garbure,williamine

La neige a quasiment fondu sur le sentier qui court sur le versant sud de la Serre de Majous  et je peux donc avancer en admirant le magnifique paysage alentour, tout en méditant sur le destin funeste auquel j’ai échappé, ce qui me donne au demeurant un air sérieux peu conforme à ma nature (la photo est prise avec le retardateur).

 

 

caissenols,bacchus,garbure,williamine

La neige devient plus présente au fur et à mesure que je m’enfonce vers le fond du vallon et illumine le cirque montagneux qui m’entoure.

 

 

caissenols,bacchus,garbure,williamine

Les rayons du soleil mordorent la brume qui enveloppe le paysage, créant une ambiance féérique, ce qui instille en mon âme un sentiment de félicité indicible.

 

 

caissenols,bacchus,garbure,williamine

Les pendentifs de glace qui ornent les rochers témoignent de la température ambiante. Mais la munificence de l’univers qui m’entoure me fait oublier la morsure du froid. Comme quoi la beauté peut anesthésier la douleur.

 

 

caissenols,bacchus,garbure,williamine

J’arrive enfin en vue du refuge de Caissenols où la neige est plus abondante, cette neige étant vierge de toute trace humaine.

 

 

caissenols,bacchus,garbure,williamine

Quel bonheur de fouler ainsi une neige vierge en un lieu sauvage et désert, ce qui me donne le sentiment d’être David Livingstone ou Pierre Savorgnan de Brazza , dont le récit des explorations a enchanté ma jeunesse.

 

 

 

caissenols,bacchus,garbure,williamine

Mais la température qu’il fait  aujourd’hui à Caissenols n’est pas celle qui régnait lors des aventures de ces célèbres explorateurs et je suis très heureux de me faire un feu et d’y faire chauffer une délicieuse garbure. Bien que j’ai une immense sympathie pour vous, je suis désolé mais je ne vous en ai pas gardée.

 

 

caissenols,bacchus,garbure,williamine

Le feu n’ayant guère réussit à élever la température du refuge, ce qui me prive de ma traditionnelle sieste, je m’empresse, pour ne pas geler sur place, de prendre  le chemin du retour.

 

 

caissenols,bacchus,garbure,williamine

Le soleil étant descendu sur l’horizon, l’ambiance est encore plus féérique qu’à l’aller et j’aperçois même mon vieil ami l’arbre mort  qui se dandine, soudainement ravigoté par la caresse de ses rayons. Comment ! Vous ne le voyez pas danser ? Bon il est vrai que pour me réchauffer j’ai agrémenté ma garbure d’un peu de "rouquin" et de quelques centilitres de Williamine, mais je vous assure que je l’ai vraiment vu se trémousser !

 

 

caissenols,bacchus,garbure,williamine

Mais ne nous attardons pas, car la baisse du thermomètre accompagne celle du soleil  et ayant ce matin même échappé à un sort funeste je ne veux pas prendre de risque de geler sur place. Je ne pense pas que le père Bacchus sortira son joker en ma faveur une deuxième fois !

 

Et maintenant si vous souhaitez vous réchauffer je vous invite à aller faire un tour à Madère sur mon blog PIQUESEL (cliquez sur le nom du blog).

 

Ou alors à aller écouter ma dernière chanson "LA TETE DANS LES ETOILES " sur mon blog OLD NUT (cliquez sur le nom du blog)

 

TEXTE & PHOTOS ULYSSE

05/02/2015

Sur les pas des Templiers - Ste Eulalie de Cernon (reprise d'archive)

Etant occupé par l'écriture de mon reportage sur mon périple à Madère, que j'ai commencé à publier sur mon blog de voyages PIQUESEL, je poste sur Eldorad'Oc une note tirée de mes archives.

DSC09420.JPG

Le Causse du Larzac apparaît aux voyageurs du nord pressés, qui le traversent en empruntant l’A75 pour se rendre sur les plages du littoral languedocien, comme un espace austère et quasi désertique. C’est pourtant un lieu qui abrite une flore et une faune exceptionnelles, ainsi qu’un patrimoine historique millénaire.

Occupé depuis la préhistoire, comme en témoignent les nombreux mégalithes que l’on y trouve, le Larzac a vu ensuite s’établir les Celtes, puis les romains qui y ont également laissé de nombreux vestiges.

Après une longue période d’abandon, cette région a connu un renouveau économique grâce à l’installation au douzième siècle de commanderies par l’Ordre des Templiers. La première d’entre elles fut édifiée en 1152 à Sainte Eulalie de Cernon, idéalement située dans une dépression du plateau à l’abri des vents du nord.

 

 

DSC09355.JPG

L’ordre du Temple était un ordre religieux et militaire créé en 1129 pour assurer la protection des pèlerins qui se rendaient à Jérusalem, suite à la conquête des lieux saints par les croisés. Il se nommait ainsi en raison de son installation dans la mosquée Al Asqua édifiée sur l’esplanade du temple de Salomon à Jérusalem. Il n’était soumis qu’à la seule autorité du pape et était exempt d'impôts vis à vis des souverains temporels.

Cet ordre  constitua à travers l’Europe chrétienne, à partir d’acquisitions et de dons fonciers, un réseau de monastères appelés commanderies pour financer ses activités en orient et recruter de nouveaux chevaliers. Sa prospérité en fit un interlocuteur financier privilégié des monarques de l’époque. La commanderie de Sainte Eulalie de Cernon créée en 1159 et dans laquelle nous allons pénétrer témoigne à merveille de cette puissance et prospérité.

 

 

DSC09367.JPG

Après avoir parcouru un dédale de ruelles sombres et étroites bordées d’édifices multiséculaires, on débouche sur une place typiquement méditerranéenne ombragée de platanes où gargouille une fontaine. On a peine à imaginer qu’en ce lieu aujourd’hui paisible régnait une activité effervescente du temps où les templiers s’y étaient établis.

 

DSC09372.JPG

L’église de style roman bâtie par les templiers est d’une très grande sobriété qui lui confère une suprême élégance. On aurait presque envie de prier si le dieu qu’elle est censée célébrer n’avait servi de prétexte à tant de massacres.

 

 

DSC09415.JPG

Face à la fontaine se dressent les bâtiments où vivaient le commandeur et les chapelains. Avant de les édifier, les templiers avaient acheté à l’abbaye de Gellone (aujourd’hui St Guilhem le Désert) le prieuré de Sainte Eulalie. Puis ils ont reçu de Raymond Bérenger roi d’Aragon et héritier des comtes de Millau toutes les terres que celui-ci possédait sur le Larzac ainsi que la permission d’y construire des villes et des places fortes. Les templiers étaient ainsi devenus les principaux propriétaires du Larzac où ils développèrent les activités agricoles et notamment le pastoralisme assurant ainsi sa prospérité économique.

 

 

DSC09394.JPG

Les règles de l’ordre étaient strictes et les chevaliers qui y entraient devaient prononcer les trois vœux d’obéissance, de pauvreté et de chasteté en vigueur dans tous les ordres religieux.

 

 

DSC09399.JPG

Ils étaient en particulier très à cheval, si l’on peut dire, pour ce qui concerne la bagatelle et celui qui y cédait était soumis à la vindicte publique et devait faire pénitence.

 

 

DSC09375.JPG

Les fornicateurs comme d’ailleurs tous ceux qui enfreignaient les lois de l’époque avaient droit au traitement de « faveur » du pilori. Les dignitaires de l’ordre des templiers ne se doutaient pas qu’au summum de leur puissance, ils subiraient le même sort.

En effet, suite à la reprise des lieux saints par les arabes en 1291, l’ensemble des templiers revinrent en occident occuper leurs commanderies. Ils possédaient alors une richesse immense et disposaient d’une formidable puissance militaire de 15 000 hommes dont 1500 chevaliers entraînés au combat et dévoués au pape. Le roi Philippe IV Le Bel prit ombrage de cette puissance qui ne lui était pas soumise et menaçait son autorité.

Il prit prétexte de révélations faites par un ancien templier affirmant que les pratiques de sodomie étaient courantes dans l’ordre pour faire condamner à mort en 1312 ses dignitaires, dont le grand Maître Jacques de Molay qui, sur le bûcher, déclara qu’il arriverait malheur à ceux qui les avaient accusés et condamnés à tort. Effectivement dans les décennies qui suivirent la dynastie capétienne des rois de France fut foudroyée, donnant naissance à la légende des « Rois maudits ».

 

 

DSC09401.JPG

Leurs biens furent confisqués par Philippe Le Bel, sauf certains d’entre eux qui furent confiés par décision du pape à l’ordre des Hospitaliers, dont notamment Sainte Eulalie de Cernon.

Cet ordre avait pour origine un hôpital religieux fondé à Jérusalem au début du douzième siècle pour venir en aide aux pèlerins malades ou blessés. Il fut reconnu par le pape sous le nom des hospitaliers de Saint Jean de Jérusalem. Ayant fui à l'instar des templiers les lieux saints repris par les arabes, l’ordre se réfugia à Chypre, puis à Rhodes et enfin à Malte, ce qui leur valut leur dernière dénomination de Chevaliers de Malte.

Installés à Sainte Eulalie de Cernon, ils édifièrent au XVème siècle les remparts protégeant la cité et aménagèrent ensuite la commanderie pour en augmenter le confort. C’est ainsi que furent percées des fenêtres « renaissance » qui laissent entrer la généreuse lumière du sud et confèrent à ces lieux une élégance et une atmosphère festive peu en accord avec la nature religieuse de l’ordre. Mais l’on sait bien que les religieux de l'époque mettaient rarement en pratique les préceptes qu’ils imposaient à leurs ouailles.

 

DSC09386.JPG

Ce sentiment que la vie des hospitaliers n'avait rien de monacale est confortée par la « galerie des fresques » où d’accortes personnages féminins sont censés représenter les vertus cardinales de la foi que sont la prudence, la justice, la force et la tempérance. On est un brin amer quand on pense à ces millions de gens auxquels l'église a promis l’enfer pour une miche de pain volée ou un signe de croix oublié ou pire encore à ceux qu'elle a soumis au supplice de la roue, comme le chevalier de la Barre pour avoir refusé de se découvrir devant une procession religieuse. Et je n’oublie pas les femmes de ces pays où l’on invoque sans cesse la miséricorde de dieu tout en les traitant comme des esclaves.

 A suivre….

Et si vous avez envie d'un intermède musical je vous convie à vous rendre sur mon blog musical OLD NUT pour écouter ma nouvelle chanson "Liberté, Fraternité, Charlie Cliquez :

ICI

Et pour finir j'aimerai juste donner un coup de pouce à un ami qui a besoin d'assistance pour mettre à jour son Macbook pro. Pour le joindre ou avoir ses coordonnées rendez vous sur son blog Lutin Bleu (cliquez sur le nom)

 

Texte & Photos Ulysse

 

19/01/2015

Suivez les papis flambeurs ….

caroux,rhum,banane,entropie

Ayant reçu de nombreuses lettres de protestation de la gent masculine se plaignant de ne pas pouvoir décrocher leurs épouses de leur écran de l’ordinateur depuis que j’y ai mis des photos de Gibus en collant rose saumon, j’ai demandé à mon ami d’en porter un  gris souris pour cette nouvelle randonnée, ce qui nuit pas au demeurant au galbe de ses mollets ! Très chères lectrices,  je suis ravi et honoré que vous lisiez mon blog mais, je vous en prie,  ne délaissez pas trop vos époux qui pourraient finir par me chercher querelle !

 

 

caroux,rhum,banane,entropie

Bon, cette fois vous n’aurez peut être pas trop envie de nous suivre car cette feuille dans sa prison de glace vous donne une idée de la température ambiante !  Mais vous auriez tort car, comme l’on dit, le froid conserve et nous avons le sentiment que ces journées passées en montagne freine l’entropie à laquelle sont soumis nos organismes, comme d’ailleurs l’ensemble de l’univers et que nous  en revenons toujours ragaillardis.

 

 

caroux,rhum,banane,entropie

 Il est tombé de la neige dans la nuit sur les sommets ce qui  réjouit les grands enfants que nous sommes car ineffable est le bonheur d’entendre le crissement de la neige fraiche sous nos pas.

 

 

caroux,rhum,banane,entropie

Sur le chemin nous apercevons une souris blanche  trop occupée à grignoter une feuille pour se soucier de notre présence. J’espère que cet adorable animal ne dissuadera pas les lectrices qui ont accepté de nous suivre de poursuivre la balade. Pourquoi je dis ça ? Ben, parce que il paraît que…….bon  je n’insiste pas !

 

 

 

caroux,rhum,banane,entropie

 

Le chemin que nous empruntons sinue dans une combe rocheuse qui donne à ce cher et très vieux Caroux l’allure d’une montagne fabuleuse, les failles et les fissures créant, selon les jeux d’ombre et de lumière, un bestiaire toujours renouvelé.

 

caroux,rhum,banane,entropie

 

Le gel orne notre vieille montagne de parures de glace sur lesquelles Eole vient rafraichir son haleine qu’il nous souffle ensuite dans le cou, nous faisant frémir de plaisir  car, vous l’avez compris, masos un peu nous sommes !

 

 

caroux,rhum,banane,entropieChaque fois que nous empruntons ce sentier, je vais rendre visite à ce petit arbrisseau, qui s’est installé solitaire dans cette combe rocheuse, afin de voir comment il se porte. C’est pour nous un exemple de courage et de détermination qui nous invite à résister aux voix des Sirènes appelées « Paresse » et «Facilité» qui pourraient nous tenter de rester bien au chaud à la maison. La seule maison où on risque de devoir rester un jour c’est une maison de retraite et encore avec Gibus on essaiera de faire le mur !

 

 

caroux,rhum,banane,entropie

Et nous voilà arrivés sur le plateau à marcher dans une neige immaculée ou seuls quelques mouflons ont peut être posé le sabot avant nous. Nous faisons provision de bois pour allumer le feu dans le refuge de Font Salesse dans lequel nous nous rendons.

 

 

caroux,rhum,banane,entropie

Pour ceux qui s’imaginent que nos randonnées nous font mener  une vie rude et spartiate, j’ai pris cette photo qui montre que nous sommes, Gibus et moi, les dignes enfants de Rabelais. N’étant pas certains que les placards et les caves du ciel soient aussi bien garnis que les nôtres  nous en profitons ici bas sans  réserve, ce sera toujours ça de pris.

 

 

caroux,rhum,banane,entropie

Et comme c’est devenu une tradition, nous nous régalons au dessert de bananes flambées au rhum en espérant que si nous devons aussi flamber en enfer ce sera également avec ce breuvage !  On peut dire d'une certaine manière que nous sommes des papis flambeurs !

 

 

 

caroux,rhum,banane,entropie

Le jus de canne distillé ayant remonté notre température corporelle, nous pouvons affronter le froid glacial qui continue de sévir malgré ce bon vieil Aton qui darde généreusement ses rayons sur notre région.

 

 

caroux,rhum,banane,entropie

J’avoue que je ne me lasse pas de voir et revoir cet océan de collines bleutées au pied desquelles on aperçoit  les  patchwork de champs et de vignes que l’homme a brodés. Quelque soit leur  importance et leur arrogance les œuvres des hommes ne feront pas le poids face au grand maëlstrom qui agite les tréfonds de la terre et qui un jour les balaiera et les réduira en poussière. Cela dit j’espère que ce sera après que j’ai bu la dernière bouteille de ma cave !

 

 

caroux,rhum,banane,entropie

Mais il nous faut quitter ce monde sauvage où nous ne sommes pas vraiment équipés pour survivre, afin de  rejoindre la terre des hommes où nous attendent nos douces compagnes …et la perspective d’un bon dîner ! (à chaque âge ses attentes et désirs)

 

 

caroux,rhum,banane,entropie

Le village de Saint martin de l’Arçon d’où nous sommes partis est en vue et déjà monte en nous l’impatience d’étreindre les deux blondes Heine et Kein qui nous attendent au frais dans le coffre de la voiture ! C’est la légitime récompense des papis sportifs !

 

Si vous avez envie d'un intermède musical je vous convie à vous rendre sur mon blog musical OLD NUT pour écouter ma derrière chanson  "I don't understand" et les autres si affinité!

(cliquez sur le nom du blog pour y accéder)

 

Texte & Photos Ulysse

 

 

09:09 Publié dans tourisme | Lien permanent | Commentaires (16) | Tags : caroux, rhum, banane, entropie

13/01/2015

Monts et merveilles à nuls autres pareils !

 

En référence aux évènements dramatiques de ces derniers jours, rappelons cette parole du président Franklin Roosevelt : "La seule chose dont il faut avoir peur est la peur elle même" et notre pays a montré  samedi et dimanche dernier qu'il n'avait pas peur.

 

 

 

 

 

 

rosis,caissenols,autruche,loup,isengrin

Je suis plus enclin dans mes billets à vous montrer les mollets ou la tête d’aventurier de mon copain Gibus que ma bobine. Et il faut dire que mes lectrices ne perdent rien au change, mais bon, pour une fois, je vais faire une exception pour avoir le plaisir de vous dire en tête à tête combien m’est chère votre fidélité à me lire et, pour certains d’entre vous, à me laisser un commentaire.  Et puis, je le fais aussi afin que ma mine débonnaire vous mette en confiance (enfin je l’espère) car nous allons traverser une forêt ou rodent quelques monstres qui pourraient effrayer mes lecteurs ou lectrices les plus impressionnables. J’espère que ça vous réconfortera de me savoir à vos cotés, enfin surtout mes lectrices et qu’elles se serreront contre moi (Oh, les maris ne soyez pas jaloux, je plaisante !).

 

 

rosis,caissenols,autruche,loup,isengrin

Parlant de monstres, voici d’ailleurs le premier d’entre eux : un loup de belle envergure qui pointe son museau et ouvre une gueule assez large pour enfourner une grand-mère, un petit chaperon rouge et le pot de confiture avec ! Si vous êtes grand mère vous avez donc intérêt à rester derrière moi ! Pour les petits chaperons rouges je ne me fais pas de souci car je pense qu’elles courent plus vite que ce loup un peu dépenaillé !

 

 

rosis,caissenols,autruche,loup,isengrin

Ce ptérodactyle qui a traversé les âges apparaît autrement plus redoutable et dangereux que messire Isengrin. Profitons du fait que ses ailes sont empêtrées  dans les branchages pour prendre la poudre d’escampette. Cela dit ne soyons pas égoïstes et laissons un peu de cette poudre pour ceux qui passeront ici après nous.

 

rosis,caissenols,autruche,loup,isengrin

Bon, ayant échappés aux serres du  piaf dinosaurien, nous tombons de Charybde en Scylla, car nous voici face à un vieux sanglier affamé qui n’a pas dû se mettre un gland sous la dent depuis quelques semaines. Je vous conseille, chères lectrices et chers lecteurs de renoncer à une partie de votre pique-nique si vous voulez que l’on puisse poursuivre notre balade. Vous vous montrez compréhensifs, voilà qui est bien ! Le mien est au fond de mon sac et je n’ai pas le temps d’aller le chercher mais je vous revaudrai ça à l’heure du repas, car  Gibus et moi vous réservons une surprise.

 

 

rosis,caissenols,autruche,loup,isengrin

Ouf! Nous voilà sortis de la forêt et donc d’affaire! Les monstres ne fréquentent guère les espaces ouverts d’où on les voit venir à des lieues à la ronde. Jean-Mi qui nous accompagne et ressemble a un chaperon rouge en est fort aise .

 

 

rosis,caissenols,autruche,loup,isengrin

Et puis en cet endroit, le vieux chef indien Sitting Bull a trouvé refuge. Il en a fait son territoire de chasse  et son habileté à l’arc dissuade tout prédateur à s’aventurer dans les parages. Il n’aime pas les visages pâles qui ont trahi et décimé son peuple mais il nous a à la bonne car il sait que nous partageons avec lui l’amour de la nature. Il vous fera donc aussi bonne figure, mais évitez de lui demander une autographe. Lisons plutôt l’un des discours qu’il a tenu à ses frères qu’il a défendus contre les « yankee » et qui est, hélas, toujours d'actualité : 

"Voyez Mes frères, le printemps est venu ; la terre a reçu l'étreinte du soleil, et nous verrons bientôt les fruits de cet amour!
Chaque graine s'éveille et de même chaque animal prend vie. C'est à ce mystérieux pouvoir que nous devons nous aussi notre existence; c'est pourquoi nous concédons à nos voisins, même à nos voisins animaux, le même droit qu'à nous d'habiter cette terre. 
Pourtant, écoutez-moi, vous tous, nous avons maintenant affaire à une autre race_petite faible quand nos pères l'on rencontrée pour la première fois, mais aujourd'hui grande et arrogante. Assez étrangement, ils ont dans l'idée de cultiver le sol et l'amour de posséder est chez eux une maladie. Ces gens-là ont établi beaucoup de règles que les riches peuvent briser mais non les pauvres. Ils prélèvent des taxes sur les pauvres et les faibles pour entretenir les riches qui gouvernent. Ils revendiquent notre mère à tous, la terre, pour leur propres usages et se barricadent contre leurs voisins ; ils la défigurent avec leurs constructions et leurs ordures. Cette nation est pareille à un torrent de neige fondue qui sort de son lit et détruit tout sur son passage.
Nous ne pouvons vivre côte à côte."

 

 

rosis,caissenols,autruche,loup,isengrin

Oui, comment ne pas  admirer et aimer la nature une fois que l’on y a mis le pied et découvert la munificence que peut prendre la simple ascension du soleil dans une étole de brume. Certes quand on a l’œil rivé sur un écran d’ordinateur qui vous donne l’évolution du cours du pétrole ou sur une tablette qui vous révèle le tour de poitrine de Lady Gaga on ne sait rien de cette beauté et on mène une vie de con.

 

 

rosis,caissenols,autruche,loup,isengrin

Pour l’heure, il nous faut suspendre notre contemplation et songer à rejoindre le refuge, ce qui vous vaut le plaisir d’apercevoir enfin les mollets de l’ami Gibus moulés dans un collant rose! Oh ! Ne défaillez pas chères lectrices, je ne pourrais en porter qu’une tout au plus et j’avoue que j’aurais du mal à choisir. Vous m’êtes toutes si chères !

 

rosis,caissenols,autruche,loup,isengrin

Pour ne pas courir le risque d’être troublée, contemplez plutôt le paysage qui sera encore en place quand les mollets de Gibus (et les miens bien évidemment) ne seront plus que poussière qui se  mélangera à celle des chemins.

 

 

rosis,caissenols,autruche,loup,isengrin

Bon, je me résigne, je vois que vous avez du mal à  détachez vos yeux admiratifs de mon ami chargé comme un baudet. Mais bon je vous signale que je porte aussi ma part de buches et je vous invite à aller le vérifier sur la première photo. Non mais !  Jaloux, un peu, je suis !!! Contemplez plutôt les pendentifs que l’hiver, ce galant amant, offre à Gaïa notre belle planète. Si vous le souhaitez je peux aller en cueillir un ou deux pour vous et vous les mettre autour du cou ! Je sais "coquinou" je suis aussi !

 

 

rosis,caissenols,autruche,loup,isengrin

Allez, je cesse de vous taquiner car nous arrivons au refuge et il faut que j’aide l’ami Gibus à allumer le feu, enfin du moins à couper du bois. Excusez moi de devoir  vous abandonner quelques instants.

 

 

rosis,caissenols,autruche,loup,isengrin

Allez venez c’est prêt ! Je vous invite  à vous mettre à table pour déguster la surprise que Gibus et moi vous avons réservée. Au cours de nos précédentes sorties, vous avez été nombreux(ses) à exprimer votre frustration d’arriver trop tard pour partager nos œufs au plat, aussi avons nous décidé d’emmener une douzaine d’œufs d’autruche afin qu’il y en ait cette fois ci pour tout le monde !   Allez y servez vous !

 

 

rosis,caissenols,autruche,loup,isengrin

Et tant qu’à faire, nous avons prévu aussi un dessert : bananes flambées au rhum et tant pis pour celles et ceux qui n’aiment pas ce divin breuvage, qui est à lui seul capable de transformer un refuge du pays d’oc – même couvert de neige - en « lolo » antillais ! Bon, je vois à la grimace de Gibus qu’il n’est pas tout à fait d’accord !

 

 

rosis,caissenols,autruche,loup,isengrin

Le rhum faisant son « petit effet » nous sommes heureux de trouver des cairns pour nous guider sur le chemin du retour (bon là aussi je plaisante !)

 

 

rosis,caissenols,autruche,loup,isengrin

Il suffit de contempler la foulée martiale de notre ami Jean Mi pour comprendre que nous ne sommes nullement affectés par nos agapes festives. Il faut dire que l’on s’est rendu compte vous aviez bon appétit et que vous ne suciez pas non plus de la glace chers lecteurs(triches), ce qui a considérablement réduit la portion qui nous est habituellement dévolue. Mais attention je ne vous en fait pas le reproche car j'aime la compagnie des gens un brin (voire deux) rabelaisiens !

 

 

rosis,caissenols,autruche,loup,isengrin

Bon à la demande générale je mets une dernière photo de mon ami Gibus en collant rose ! Je sens que mon blog va connaître un pic de consultations dans les jours à venir.

 

rosis,caissenols,autruche,loup,isengrin 

Mais il nous faut traverser à nouveau la forêt aux monstres et ne vous laissez pas impressionner par cette espèce d'énorme limace cornue qui n’est friande que de champignons. Donc si vous n’avez pas de mycoses sur les doigts de pied vous ne risquez rien ! Allez nous voilà à bon port, j’espère que vous avez apprécié la balade et que les œufs d’autruche ne vous resteront pas sur l’estomac ! A la prochaine ! Bises à mes lectrices.

 

 

Si vous avez envie d'un intermède musical je vous convie à vous rendre sur mon blog musical OLD NUT pour écouter ma derrière chanson "I don't understand" et les autres si affinité!

  

 (cliquez sur le nom du blog pour y accéder)

Texte & Photos Ulysse (toute utilisation ou  reproduction des éléments de ce blog est soumise à mon accord préalable)