suivi de mon blog
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

11/02/2017

Balades à la Blanche et à Pierre-Grosse !

 

queyras,prats-hauts,pierre grosse,vin chaud,cadran

Nous voilà repartis pour une semaine de randos – raquettes dans le Queyras. Notre camp de base est le douillet et chaleureux gîte de la Vie Sauvage à Prats-Hauts (près de Molines) dont les patrons, Claudine et Marc, traitent les vacanciers qui viennent chez eux comme des amis. Aujourd’hui le temps étant au beau fixe, nous décidons de nous rendre au refuge de la Blanche, ce qui représente une virée de 18 km avec 500 mètres de dénivelé, une belle promenade de santé !

 

queyras,prats-hauts,pierre grosse,vin chaud,cadran

La neige vierge est un livre sur lequel les animaux inscrivent leurs allées et venues. Ici nous voyons la trace d’un lièvre qui a grimpé le talus, les deux empreintes de devant ayant été formées par les pattes avant, puis arrières, qui se superposent dans la course du lièvre, tandis que la queue, qui sert d’appui pour bondir, laisse la trace finale.

 

queyras,prats-hauts,pierre grosse,vin chaud,cadran

Un peu plus loin figurent les traces de la descente de cet animal, légèrement déformées du fait du léger dérapage provoqué par la pente. N’apercevant aucune empreinte de renard dans les parages, notre lièvre n’a, semble-t-il, fait aucune mauvaise rencontre au cours de ses pérégrinations nocturnes .

 

queyras,prats-hauts,pierre grosse,vin chaud,cadran

Arrivés environ à mi-parcours, nous apercevons la chapelle de Clausis dominée par la Tête de Toillies ( dénommée aussi Tête Noire) superbe pic qui culmine à 3175 mètres.

 

queyras,prats-hauts,pierre grosse,vin chaud,cadran

Nous admirons la symétrie qui existe entre le toit pentu de la chapelle et le pic. Le clocheton et la croix qui surplombent le toit sont le symbole de l’aspiration des hommes vers le ciel, où certains y placent leur créateur, tandis que le pic est le témoin des colossales forces telluriques qui poussent les entrailles de Gaïa vers ce ciel qui fascine les hommes. Gaïa serait–elle aussi mystique ?

 

queyras,prats-hauts,pierre grosse,vin chaud,cadran

Ayant grimpé sur l’épaule rocheuse où est juchée la chapelle, nous abordons un vaste plateau que traversent au loin trois skieurs de fond. Comme ils paraissent frêles, perdus dans cette immensité minérale et neigeuse et, pourtant, inépuisable semble l’énergie qui les anime. Etonnant est l’homme, ce bipède qui se complait à conquérir l’inutile, comme l’a si bien décrit Lionel Terray, l’un des pionniers de l’alpinisme, dans son récit autobiographique. A Georges Mallory, autre alpiniste légendaire, mort lors d’une ascension de l’Everest, à qui un journaliste demandait pourquoi il voulait le gravir, celui-ci répondit « Parce qu’il est là »

 

queyras,prats-hauts,pierre grosse,vin chaud,cadran

Ayant atteint le refuge de la Blanche, nous nous y régalons en premier lieu d'un vin chaud pour réchauffer nos abattis gelés, puis des inégalables « frichtis » et  Génépi de François, qui en est le sympathique patron.

 

queyras,prats-hauts,pierre grosse,vin chaud,cadran

Nous sommes de retour à Prats-Hauts alors que l’air froid qui descend des cimes tisse, par condensation de l’humidité de l’air, une belle écharpe au pic de Rochebrune (3315m) qui domine la vallée.

 

queyras,prats-hauts,pierre grosse,vin chaud,cadran

Un dicton proclame que « Souvent femme varie, bien fol qui s’y fie »; il en est de même du temps en montagne qui, d’un jour à l’autre, peut vous faire passer de l’été à l’hiver. Ainsi aujourd’hui nous affrontons une tempête de neige pour nous rendre au pittoresque village de Pierre-Grosse, situé à deux heures de marche de Prats-Hauts.

 

queyras,prats-hauts,pierre grosse,vin chaud,cadran

En chemin, nous traversons le hameau de Gaudissart dont certaines maisons sont ornées de cadrans solaires, comme il est de tradition dans cette région. Celui-ci nous fait sourire, vu les conditions météorologiques que nous affrontons.

 

queyras,prats-hauts,pierre grosse,vin chaud,cadran

Cet autre cadran affirme que les amis sont bienvenus à toute heure. N’étant pas, hélas,  amis des propriétaires des lieux, nous n’osons pas frapper à la porte pour s’y faire offrir un café !

 

queyras,prats-hauts,pierre grosse,vin chaud,cadran

Nous poursuivons notre chemin, bien que le temps ne montre aucune amélioration. A celles et ceux qui seraient légitimement étonnés d’une telle obstination, je dirai qu’indicible est le bonheur de sentir les baisers glacés des flocons de neige caressant le visage, d’ouïr le silence ouaté qui règne dans cet univers enneigé et de fouler le tapis moelleux de poudreuse vierge de toute trace, comme si nous étions les premiers hommes à passer en ces lieux

 

 

queyras,prats-hauts,pierre grosse,vin chaud,cadran

Mais Zeus, sans doute admiratif de notre obstination, se décide à déchirer le voile de nuages pour nous révéler un coin de ciel bleu.

 

queyras,prats-hauts,pierre grosse,vin chaud,cadran

Et la neige a cessé ce tomber lorsque nous arrivons au village de Pierre Grosse, nous permettant de baguenauder tranquillement dans ses ruelles bordées d’antiques chalets.

 

queyras,prats-hauts,pierre grosse,vin chaud,cadran

Ici l’église et l’école se font face, autrefois lieux de confrontation quand la religion imposait ses dogmes et entendait régir la vie sociale. Mais aujourd’hui les églises sont la plupart du temps fermées, les hommes cherchant dorénavant le chemin du paradis sur la Terre sans attendre d’y être invités au ciel.

 

queyras,prats-hauts,pierre grosse,vin chaud,cadran

Et d’ailleurs ce cadran solaire ornant un chalet nous invite à bien profiter de notre passage sur Terre (Le temps passe, passons le bien).

 

queyras,prats-hauts,pierre grosse,vin chaud,cadran

Décidés à mettre en pratique ce sage conseil, nous cherchons un café-bar pour y prendre le vin chaud de fin d’après-midi, traditionnel dans ces contrées, mais nous ne trouvons que cet antique abreuvoir comme débit de boisson.

 

queyras,prats-hauts,pierre grosse,vin chaud,cadran

C’est sous un soleil radieux que nous prenons le chemin du retour. Mais il ne nous faut pas trainer car l’ombre commence à envahir le fond de la vallée.

 

queyras,prats-hauts,pierre grosse,vin chaud,cadran

Nous nous sommes réjouis trop vite du beau temps revenu car Eole, dieu imprévisible et facétieux, lance quelques bourrasques neigeuses glaciales à notre rencontre, qui redoublent notre désir d’un bon vin chaud. Notre courage et notre obstination ont quand même des limites !

 

queyras,prats-hauts,pierre grosse,vin chaud,cadran

Mais tout est bien qui finit bien et c’est en contemplant à travers la baie vitrée de notre gîte le coucher de soleil sur les cimes, que nous dégustons finalement l’excellent vin chaud préparée par Claudine, notre maîtresse de maison .

A suivre…

 

PS :  Vous avez aimé la fantaisie et la créativité des cadrans solaires, alors vous apprécierez la peinture onirique et fantastique de mon amie Yllen sur son site. Cliquez ICI

*****

Si vous appréciez mes récits et mes photos, je vous invite à découvrir les chansons de mon nouveau CD "Ne perds pas tes rêves en chemin" sur :

Deezer (cliquez sur le nom)

ou les autres plateformes musicales Itunes, Spotify, Google play, Amazon...

Mes autres blogs:

Old Nut (Wix) où vous pouvez écouter librement toutes mes précédentes chansons

Canta-la-Vida où j'illustre certaines chansons en photos.

La dernière chanson mise en ligne s'intitule "Laisse encore un peu..."

Piquesel : "bloc-note photos" où les photos sont accompagnées de commentaires humoristiques ou poétiques.

Vous pouvez y accéder en cliquant sur les noms figurant en haut de la colonne de droite

Texte  & Photos (sauf celle du "frichtis" prise par C.Harmoy) Ulysse

 

 

07/02/2017

Bien fol qui se baigne en janvier à Vezoles ! (reprise d'archive)

 

DSC02868.JPG

La randonnée est une activité de plein air ouverte à tous. Elle ne nécessite aucun talent particulier sinon de pouvoir se servir de ses jambes et n’implique pas de dépenses somptuaires, encore qu’il ne faille pas mégotter sur la qualité des chaussures et des vêtements que l’on porte, ni des vins que l’on emporte en pique-nique . 

En outre, elle est bénéfique pour la santé et n'expose  ses pratiquants qu’à des risques modérés : prendre une bonne saucée, attraper (au début) quelques ampoules et quelques courbatures ou quelques coups de soleil, ou bien se perdre et être obligé de traverser pierriers, ronciers et terrains fangeux et revenir chez soi crotté et balafré comme un bagnard évadé de Cayenne .

Dans des cas exceptionnels toutefois, le « ciel » risque de vous tomber sur la tête  à l’instar de cet arbre balayé par la chute d’un rocher. Mais il ne faut pas que cet accident rarissime vous dissuade de vous lancer sur les sentiers, car les beautés qui vous attendent vous récompensent au multiple des efforts accomplis et des quelques risques encourus.

  

DSC02878.JPG

Nous vous invitons donc aujourd’hui, Gibus et moi,  à nous suivre sur l’un des plus beaux parcours de notre région  qui remonte les gorges du torrent de Vezoles et permet d’accéder au lac du même nom, perché à  1000m d’altitude dans les monts du Sommail.

 

 

DSC02884.JPG

Il est vrai que ce sentier est un peu "technique" pour les débutants, mais avec un peu d’entraînement et en évitant les jours de pluie ou de gel on a de bonnes chances d’arriver sain et sauf au sommet .

  

DSC02900.JPG

Le plus grand danger qui vous guette sur ce parcours est le lion du Sommail perché sur son monticule. Mais comme il est d’un age vénérable et se déplace avec difficulté, si vous n’allez pas le narguer de trop près il vous laissera tranquille.

 

DSC02909.JPG

Même les gens du nord, habitants d'un plat pays, qui n’ont que de vieux terrils pour montagne et sont plus coutumiers des "cols" de leurs bocks de bière que des cols montagnards, empruntent ce chemin, ce qui ne peut que vous encourager à suivre leur valeureux exemple ! 

 

DSC02911.JPG

Parvenus sur le plateau sommital nous sommes remboursés - sans franchise - de nos efforts (c’est mieux que la sécu !) . Le regard porte alors jusqu’aux sommets enneigés de la chaîne des Pyrénées qui barre l’horizon. Face à un tel panorama notre existence jusque là ratatinée, ratiocinée, gangrenée par les soucis triviaux et les verbiages cancaniers et vains du monde, s’oxygène, se dilate, et est gagnée par la douce euphorie que suscite la beauté.

 

DSC02919.JPG

Mais aujourd’hui, un spectacle plus beau encore nous attend : le lac de Vézoles est aux trois quarts gelé et recouvert par endroits de neige.

 

DSC02921.JPG

La toile bleutée de la glace est déchirée par des flèches d’eau libre reflétant la neige couvrant les rives, blanc lumignon plongé dans les eaux sombres du lac.

 

DSC02923.JPG

Les épicéas qui bordent par endroits les rives du lac et qui, habituellement, s’enorgueillissent de leurs majestueux reflets, souffrent de ne plus voir que leurs pointes dans une déchirure de la glace.

 

DSC02926.JPG

Peut être ne sont-ils pas non plus très heureux d’avoir les pieds dans la neige, car ils se sont établis dans le sud pour y trouver la chaleur et ne plus avoir à affronter les frimas de leur contrée d’origine.

 

DSC02935.JPG

Apercevant une petite zone d’eau libre au bord du lac, l’idée  soudain nous traverse l’esprit de nous baigner. C’est en quelque sorte un défi lancé à l’hiver qui s’éternise de façon inhabituelle dans notre région.  Mais ce bain n'est pas sans risque car une fois dans l’eau, celle-ci commence à se transformer en glace, selon le phénomène bien connu de surfusion dont ont été victimes les chevaux du lac Ladoga

Mais fort heureusement les rayons du soleil se mettent soudain et à notre grande surprise à chauffer plus fort, ce qui nous permet de nous libérer de l’emprise de la glace. Le vent colporte alors des murmures bizarres qui nous intriguent. Nous allongeant sur de larges pierres de la rive pour nous faire sécher, un bref assoupissement nous saisit pendant lequel Gibus fait un rêve étrange qui nous donne la clé de ce curieux événement (voir le fichier joint)

 

DSC02949.JPG

Rhabillés de pied en cap, nous traversons un bosquet de vieux fayards  bordant le lac et qui se tordent de rire. Ils nous demandent "N'avez vous rien perdu dans l'eau ?". Rougissant devant cette allusion ironique à « notre pistolet à bébés » escamoté par l’eau glacée, nous leur rétorquons "Ce que l’hiver a gelé, le printemps le fera revivre".  Nous croyons alors entendre dans le vent des rires féminins, mais regardant de tous cotés nous ne voyons personne !

  

DSC02951.JPG

Nous poursuivons alors notre périple autour du lac dont la partie la moins profonde est recouverte d’un voile argenté.

 
DSC02954.JPG

Nous avons conscience de vivre là des moments précieux, inhabituels dans notre région. Inattendues et innombrables sont les merveilles qui vous sont offertes quand on met un pied devant l’autre et que l’on part à la découverte du monde !

 

DSC02957.JPG

Le soleil  gommera  bientôt ce paysage unique et éphémère. Aussi, nous le savourons à pleines pupilles et ralentissons notre pas habituellement martial pour ne pas en perdre une miette Nous sommes très heureux de pouvoir partager ces moments avec vous !

 

*****

Si vous appréciez ce blog, je vous invite à découvrir les chansons de mon nouveau CD "Ne perds pas tes rêves en chemin" sur :

Deezer (cliquez sur le nom)

ou les autres plateformes musicales Itunes, Spotify, Google play, Amazon...

Mes autres blogs:

Old Nut (Wix) où vous pouvez écouter librement toutes mes précédentes chansons

Canta-la-Vida où j'illustre certaines chansons en photos.

La dernière chanson mise en ligne s'intitule "Jennifer"

Piquesel : "bloc-note photos" où les photos sont accompagnées de commentaires humoristiques ou poétiques.

Vous pouvez y accéder en cliquant sur les noms figurant en haut de la colonne de droite

 

Texte & photos Ulysse (sauf le conte joint 'A Vezoles les saisons s'affolent" écrit par Gibus)

 

10:37 Publié dans tourisme | Lien permanent | Commentaires (39) | Tags : vezoles, lion, langlade, ladoga

27/01/2017

« Tranquillou » sur le Caroux

 

caroux,neige,loup,douch,font salesse

A lire le titre de cet article, vous allez vous dire chères lectrices et chers lecteurs, que je suis devenu « mou du genou » et que je suis bon pour m’inscrire dans un E.H.P.A.D. Je vous rassure tout de suite, cette balade « tranquillou » n’est qu’une parenthèse, dues aux circonstances, dans mes pérégrinations aventureuses. La raison en est qu’il avait neigé l’avant veille sur le Caroux et qu’il faisait un froid de canard avec une Tramontane désireuse de nous faire danser la valse malgré nos gros godillots. Avec l’ami Bernard, qui au demeurant souffrait d’un refroidissement, nous nous sommes dit que nous nous contenterions, pour le coup, d’une balade contemplative et photographique sur la plateau sommital, avec déjeuner au chaud dans le refuge de Font Salesse. Nous voici donc tranquillement partis, provision de bois sec sur le dos, à l’assaut du sommet arrondi du plateau carrousien.

 

caroux,neige,loup,douch,font salesse

Le sommet, matérialisé par un imposant cairn, offre une vue circulaire sur les environs. Si Dali avait connu ce lieu, sans doute l’aurait-il désigné comme étant le centre du monde plutôt que la gare de Perpignan. Car ici aucun obstacle ne bouche la vue et l’on voit aussi loin que la courbure de la terre le permet.

 

caroux,neige,loup,douch,font salesse

Nous nous dirigeons ensuite vers le Lucadou en empruntant une piste qui domine les vertigineuses gorges d’Héric. Un tapis élimé de neige recouvre le pelage roux du Caroux, tandis qu’au loin un polochon de nuages se traine sur le Sommail et la Montagne Noire.

 

caroux,neige,loup,douch,font salesse

Puisque l’humeur du jour est à la contemplation, nous nous arrêtons un instant pour admirer l’océan de collines bleutées qui vient battre les flancs du Caroux.

 

caroux,neige,loup,douch,font salesse

Le tapis de neige est un livre dont les pages blanches racontent, à ceux qui savent le lire, la vie intense qui va et vient en ces lieux quand l’homme, ce prédateur sans pitié craint de tous, n’y est pas.

 

caroux,neige,loup,douch,font salesse

L’heure du déjeuner approchant, nous ramassons quelques branches mortes pour compléter notre fagot de bois et nous prenons possession du refuge de Font Salesse où un feu réchauffe bientôt nos abattis transis. Je ne dirai jamais assez la colère que m’inspire les stupides graffitis que des promeneurs se croient obligés de laisser pour immortaliser leur passage. Alors que les animaux urinent pour marquer leur territoire, ce qui n’a aucun effet délétère sur l’environnement et ne laisse aucune trace, l’homme lui y laisse ses immondices et vomissures matérielles ou cérébrales.

 

caroux,neige,loup,douch,font salesse

Nous repartons en direction du secteur des Barmelles qui offre une vue somptueuse sur la vallée de l’Orb. Un arbuste installé au bord de la falaise y jouit d’une vue imprenable sur la mer qui gît comme un filon d’or au bout de la plaine bleutée.

 

caroux,neige,loup,douch,font salesse

Non loin de là, un aigle reste niché dans son aire indifférent à notre présence. Sans doute attend-il la sortie de ses proies habituelles, serpents, lapins, mulots et autres campagnols, blottis dans leurs terriers du fait des conditions hivernales.

 

caroux,neige,loup,douch,font salesse

En cheminant sur le plateau le matin même, Bernard m’avait indiqué que, selon des observateurs, le loup serait revenu dans notre région. Ce n’est donc qu’à moitié étonnés que nous le surprenons soudain au détour d’un chemin, à l’affût, gueule ouverte, attendant le passage de mouflons. Soit le bienvenu oh ! loup, toi qui, contrairement aux légendes, n’a jamais croqué de grand-mère, ni de chaperon rouge ni quiconque d’ailleurs ! Je te crains bien moins que les « nemrods » en vadrouille qui chaque année tuent ou blessent nombre de leurs congénères (146 en 2016 !!). Et ce ne sont pas les quelques moutons que tu croques ici et là (grassement indemnisés) qui me feront changer d’avis. Ce n’est qu’une peccadille - au demeurant justifiée par la nécessité de te nourrir – par rapport aux massacres de masse perpétrés par l’homme dans le monde animal et qui font qu’en l’espace de 40 ans plus de la moitié des vertébrés ont disparu de la planète. La génération à naître ne verra plus de lion, de guépard, d’éléphant, de rhinocéros, d’ours blanc ainsi que nos cousins les singes et bien d’autres espèces autrement que dans les zoos.

 

 

caroux,neige,loup,douch,font salesse

Bernard m’emmène ensuite à la découverte du dolmen du Caroux qui atteste que ces lieux sont fréquentés et appréciés par l’homme depuis des millénaires. Il n’ y a pas de plus bel endroit pour y mettre une dépouille mortuaire afin qu’une fois dissoute par le gel, la pluie et le soleil ses atomes rejoignent le grand bal des atomes de l’univers.

 

caroux,neige,loup,douch,font salesse

Nous traversons le cours de l’Albine dont les eaux en partie gelées offrent à Gaïa de magnifiques pendentifs de cristal.

 

caroux,neige,loup,douch,font salesse

 Ceux qui ont vu au cinéma, le Seigneur des Anneaux reconnaitront tout de suite Golum que l’on aperçoit juché sur une énorme tortue à la recherche de son anneau magique perdu. J’aurais bien aimé le trouver moi même pour me rendre invisible et approcher ainsi les mouflons sans les effaroucher.

 

caroux,neige,loup,douch,font salesse

Nous traversons le ruisseau de Combe Gairau qui lui aussi offre à Gaïa une magnifique parure en cristal. L’homme qui maltraite notre belle planète ferait bien de suivre l’exemple de ces modestes ruisseaux et respecter et honorer celle qui lui a permis de naître.

 

caroux,neige,loup,douch,font salesse

Cet arbuste, que le hasard a fait naître dans l’étroite faille d’un rocher, atteste de la puissance de la vie. Il nous incite à faire face vaillamment à nos soucis et problèmes, à lutter avec courage contre le sort contraire qui peut nous assaillir. « Ne lâchez rien, ne cédez pas au découragement » semble-t-il nous dire   et me vient alors à l’esprit le souvenir de mon ami Marc qui fit preuve de tant de courage face à la maladie funeste qui l’a emporté. 

 

caroux,neige,loup,douch,font salesse

 

caroux,neige,loup,douch,font salesse

Nous reprenons notre marche, petits hommes perdus sur ce vaste plateau, enivrés par l’air vif, éblouis par la lumière radieuse et la beauté austère des champs de bruyère fanées saupoudrées de neige.

 

caroux,neige,loup,douch,font salesse

Nous nous arrêtons un instant pour admirer la beauté simple et subtile de ces graminées dorées jaillissant de la neige et y projetant leurs fines ombres bleutées.

 

caroux,neige,loup,douch,font salesse

Et c’est le retour à notre point de départ dans le vallon de Douch, où la lumière rasante du soleil illumine les ramures dénudées des hêtraies qui occupent les flancs et le creux du vallon, leur conférant une apparence de boules de coton poussées là par le vent !

 

NB: Je pars faire de la  rando-raquette dans le Queyras et répondrai à vos commentaires à mon retour

 

*****

Si vous appréciez ce blog, je vous invite à découvrir les chansons de mon nouveau CD "Ne perds pas tes rêves en chemin" sur :

Deezer (cliquez sur le nom)

ou les autres plateformes musicales Itunes, Spotify, Google play, Amazon...

Mes autres blogs:

Old Nut (Wix) où vous pouvez écouter librement toutes mes précédentes chansons

Canta-la-Vida où j'illustre certaines chansons en photos.

La dernière chanson mise en ligne s'intitule "Jennifer"

Piquesel : "bloc-note photos" où les photos sont accompagnées de commentaires humoristiques ou poétiques.

Vous pouvez y accéder en cliquant sur les noms figurant en haut de la colonne de droite

 

Texte & Photos (sauf 1, 6 et 16 Bernard R.) Ulysse

 

21/01/2017

On n’a rien vu en haut du Montahut !

 

IMG_3178.jpg

L’internet, qu’on le veuille ou non, est devenu incontournable dans nos existences. Il peut véhiculer le pire mais aussi le meilleur. C’est le cas de ce blog qui m’a permis de nouer des liens d’amitié avec Annick, Françoise, Marc (hélas disparu) et sa fratrie, ainsi que Bernard. La rencontre avec ce dernier - qui tient un superbe blog photo-poétique « de monts en mots » - mérite d’être contée. Nous déjeunions, Gibus et moi, un jour d’hiver dans le refuge de Font Salesse au sommet du Caroux, quand soudain un randonneur y entra. Nous saluant, il nous regarda d’un oeil rieur et nous dit « Ne seriez vous pas Ulysse et Gibus dont je lis les pérégrinations sur Eldorad’oc ? ». C’est ainsi qu’un lecteur de mon blog est devenu un ami avec lequel je chemine de temps à autre. Aujourd’hui, Bernard, qui randonne dans la région depuis un demi siècle, m’a proposé, avec l’un de ses amis Henri, de me faire découvrir l’ancien chemin de la Coste Fraissinède, ignoré par les cartes, qui permet d’accéder au Montahut (1055m) en passant par le col d’Ourliades.

 

IMG_3184.jpg

Nous empruntons tout d’abord la sente aléatoire qui chemine sur la ligne de crête de la serre de Ramendure. Cette vague piste nous mène de chaos rocheux en chaos rocheux et me permet de tester l’état de mes vieilles articulations. Le bilan n’est pas trop défavorable et je pense que je ne suis pas encore prêt pour déposer ma candidature à un Ehpad , ni mon ami Bernard d’ailleurs, d’un souffle mon aîné !

 

IMG_3188.jpg

Des aiguilles rocheuses émaillent le paysage autour de nous mais elles ne parviennent pas, malheureusement, à percer l’édredon de nuages qui recouvre le ciel.

 

IMG_6874.jpg

Pierrier après pierrier, nous progressons le nez plus souvent plongé sur le bout de nos souliers que sur le paysage, rendu, au demeurant, un brin tristounet par le temps maussade.

 

IMG_3189.jpg

Cette vue arrière sur le chemin parcouru vous donne une bonne idée du terrain sur lequel nous progressons cahin-caha. Vous aurez sans doute du mal à me croire si je vous dis que nous y prenons plaisir ! Il faut de tout pour faire un monde, y compris de vieux briscards un peu maso qui préfèrent les chaos rocheux au confort douillet d’un canapé !

 

IMG_3192.jpg

Le soleil arrive, à l’horizon, à percer l’édredon de nuages, nous faisant espérer une amélioration de nos conditions météorologiques.

 

 

IMG_3194.jpg

La difficulté est de repérer les cairns posés à des endroits inattendus qui nous indiquent le chemin à suivre. Il en a fallut des tâtonnements et des aller-retours à ceux qui les ont posés pour trouver le meilleur cheminement. Bernard est d’ailleurs l’un de ceux qui ont tracé et entretiennent ces parcours réservés aux randonneurs aguerris.

 

IMG_3205.jpg

En traversant les pierriers, il nous faut prendre garde, non seulement, aux rochers qui peuvent à tout moment basculer, mais aussi aux arbres morts - qui ont réussi, on se demande comment, à y pousser - et qui peuvent à tout moment nous tomber sur le crâne !

 

IMG_3210.jpg

Nous quittons la serre de Ramendure, pour nous engager sur un ancien chemin qui serpente en balcon sur la coste Fraissinède et que Bernard a récemment débarrassé des ronces, genêts et fougères qui l’envahissaient. Malgré ce nettoyage le repérage du chemin implique un excellent sens de l’observation tant la nature a vite fait d’envahir les espaces délaissés par l’homme.

 

IMG_3213.jpg

Ce chemin, qui permettait aux anciens d’accéder à des terrasses qu’ils avaient aménagées sur les flancs relativement fertiles des montagnes, sinue aujourd’hui dans une magnifique hêtraie. Les arbres ne peuvent enterrer leurs morts qui restent là où ils tombent, providence pour une myriade d’insectes qui vont s’empresser de rendre à la terre les éléments dont ils se sont nourris.

 

IMG_3215.jpg

Nous approchons du Roc d’Ourliades, magnifique pyramide rocheuse derrière laquelle on aperçoit le Montahut, but de notre randonnée.

 

IMG_3227.jpg

Approchant du sommet du Montahut, je constate que malgré le brouillard qui y règne, la sorcière qui veille sur les lieux est toujours perchée sur son rocher. Elle est inoffensive à condition de ne pas croiser son regard sous peine d’être transformé en mouflon. Il se dit que nombre de chasseurs, généralement peu finauds, se sont laissés ainsi prendre, ce qui n’est pas pour me déplaire car ils connaissent ainsi à leur tour la terreur d’être chassés !

 

IMG_6878.jpg

Nous atteignons enfin le sommet, événement que, malgré la vue complètement bouchée, je célèbre en buvant du champagne à même ma gourde ! Comment pensez vous que je puisse à mon âge grimper avec autant de légèreté autrement qu’en transportant et en avalant des bulles !

 

 

IMG_3233.jpg

Le brouillard qui règne est tellement dense qu’un pigeon s’est posé en attendant des meilleures conditions de vol. Certains diront que le champagne ne fait pas que de me donner des ailes !

 

IMG_3236.jpg

Redescendus du sommet, nous nous dirigeons vers le refuge des Bourdils, où nous avons prévus de pique-niquer, en empruntant une piste souverainement carrossable, ce qui nous repose du parcours chaotique de la matinée.

 

IMG_6888.jpg

Puis nous redescendons à notre point de départ par le confortable sentier dit de la Tourre qui traverse une immense hêtraie et dont les pierres et les troncs d’arbres moussus qui le bordent témoignent du climat humide et frais qui y règne en toutes saisons. Mais il n’est pas certain qu’avec le réchauffement climatique en cours, les hêtres, chênes blancs, et autres arbres aimant les sols frais et humides puissent longtemps encore prospérer dans notre région. Et comme le dit le poète « Un seul hêtre vous manque et tout est dépeuplé » ! (ça aussi c’est l’effet du champagne !)

 

IMG_3238.jpg

En face de nous se dressent les falaises de la serre de Mourre, en haut desquelles nous évoluions le matin même.

 

IMG_3248.jpg

Nous parvenons à l’ancienne bergerie de Mazot, constituée de deux édifices dont l’appareillement des murs fait mon admiration.

 

IMG_3249.jpg

Seules les charpentes rongées par la vermine ont cédé. Peut être que les pierres gardent au sein de leurs atomes l’écho des voix, des rires, des chants et des murmures de ceux qui y ont vécu.

 

IMG_3258.jpg

Puis nous rejoignons le Tourre, ce modeste torrent dont nous avons surplombé le cours. Un amas de feuilles mortes résiste vaillamment au courant, à l’image de nos vies qui luttent contre le courant du temps. En attendant qu’il nous emporte, vivons et partageons le plus souvent possible ce bonheur simple et intense d’une randonnée avec des amis.

 Et voici pour conclure deux haïkus et un poème postés dans leurs commentaires par Monique, Tmor et Huguette, trois de mes fidèles lectrices et lecteur :

Haïku de Monique

L'amitié faisant

pour un seul et même chemin

Joie sur les hauteurs

Haïku de Thierry

Gris sur gris arbre et pierre.
On s'y retrouve, on s'y repère.
Bonne route.

Poème d'Huguette

Au sommet des montagnes

Où renait le printemps

Au sommet des montagnes

Il est là, il t'attend

Redis-lui que tes rêves

Ne sont pas terminés

Dès que la nuit s'achève

Tout peu commencer.

*****

Si vous appréciez ce blog, je vous invite à découvrir les chansons de mon nouveau CD "Ne perds pas tes rêves en chemin" sur :

Deezer (cliquez sur le nom)

ou les autres plateformes musicales Itunes, Spotify, Google play, Amazon...

Mes autres blogs:

Old Nut (Wix) où vous pouvez écouter librement toutes mes précédentes chansons

Canta-la-Vida où j'illustre certaines chansons en photos.

La dernière chanson mise en ligne s'intitule "Bidochon dream"

Piquesel : "bloc-note photos" où les photos sont accompagnées de commentaires humoristiques ou poétiques.

Vous pouvez y accéder en cliquant sur les noms figurant en haut de la colonne de droite

 

Texte & Photos (sauf 4, 13 et 16 Bernard R.) Ulysse 

 

09:17 Publié dans tourisme | Lien permanent | Commentaires (25)