suivi de mon blog
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

24/04/2013

Périple pyrénéen, 1ère partie : La montée au refuge de Barroude (2380m)

JE VOUS INVITE A SUIVRE LE RECIT DE MON PERIPLE EN ANDALOUSIE SUR MON AUTRE BLOG

 
 
PENDANT CETTE PERIODE JE POSTERAI DES NOTES TIREES DE MES ARCHIVES SUR ELDORAD'OC





http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC04901.JPG

Nous voilà à pied d'oeuvre, à la sortie du pittoresque village d'Aragnouet dans les Hautes Pyrénées, à 1350m d'altitude, prêts à rejoindre le refuge de Barroude niché à 2380m au pied du Pic de la Gela (2851m) au bord de deux lacs ayant le même nom que le refuge.

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC04902.JPG


Au contraire de nos paysages urbains et péri-urbains soumis aujourd'hui à un perpétuel changement, les paysages de haute montagne apparaissent, dans l'espace d'une vie d'homme, jouir de la permanence. Certes la neige vient dès l'automne les recouvrir et les torrents sont plus impétueux le printemps venu, mais ce ne sont que des modifications cosmétiques, leurs corps semblant sculptés pour l'éternité. Une seconde de notre vie est pour elles un millénaire.


Mais au cours de ces millénaires, insidieusement, sournoisement, inlassablement, le gel, le soleil, l'eau, le vent fendent, effritent, dépècent leurs masses minérales qui se délitent peu à peu en rochers qui deviennent cailloux puis sable porté par les rivières jusqu'à la mer où il forme les plage de nos côtes. Et donc, quand on se dore au soleil sur une plage de la Méditerranée, on repose sur des grains de sable issus pour l'essentiel des Alpes et des Pyrénées. Même ceux qui ne sont pas adeptes de la marche en montagne, peuvent ainsi en parcourir les anciens sommets sans se fatiguer !

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC04912.JPG

Ceux qui n'ont pas ou qui n'ont plus le goût de la marche et de l'effort, sont effrayés par la haute montagne. Ils la croient réservée aux alpinistes ou spécialistes qui, d'ailleurs, pensent-ils, finissent tous par y mourir, influencés par les medias qui font largement écho aux drames qui s'y produisent, Certes la haute montagne est un milieu difficile et sa fréquentation implique le respect. Il faut savoir que pour chaque mille mètres grimpés on remonte de 1000km vers le nord et qu'en conséquence le climat qui règne à 2500M dans les Pyrénées est celui de la Norvège. Les chutes de neige ou les averses de grêle sont à prévoir même en plein été !


Mais la bonne nouvelle est qu'avec un peu de courage et d'entraînement et doté d'un équipement adéquat la haute montagne se laisse apprivoiser. Je ne parle pas ici de certains sommets « d'opérette » fréquentés l'été par des hordes de touristes acheminés par les télécabines et télésièges et qui foulent les sommets en espadrilles et en T-shirt. Les seules montagnes qui comptent pour moi sont les montagnes vierges de toute prothèse métallique et que l'on conquiert à la force du mollet !

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC04935.JPG

La vallée de la Gela que nous remontons est une ancienne vallée glaciaire et avant d'atteindre le refuge nous franchissons d'anciennes moraines qui nous obligent à «tangoter » d'un pied sur l'autre, faisant plus cruellement sentir le poids du sac. A vrai dire, le sac est le point "névralgique" de la randonnée en haute montagne. Si vous envisagez de partir pour un circuit de plusieurs jours, il faut n'emporter que le strict nécessaire, si vous ne voulez pas être chargé comme trois baudets, à moins que vous n'ayez la constitution d'un yéti ou la résistance des sherpas du Tibet qui grimpent jusqu'au camp de base de l'Everest en tongs avec 30kg sur le dos !


Des petites astuces comme couper une partie du manche de sa brosse à dent, prendre un tube de dentifrice à moitié plein et une demi savonnette vous font gagner quelques précieux grammes. Le PQ (simple épaisseur) est toutefois un « must » ainsi que la lampe éléctrique avec dynamo incorporée (l'exctinction des feux se fait à 10h dans les refuges).


N'oubliez pas non plus les boules Kiès, sauf si vous vivez près d'une autoroute ou d'une gare de triage et que vous êtes habitués aux vibrations et vrombissements des TGV et des convois de 30 tonnes, car souvent l'appendice nasal du randonneur se transforme la nuit en trombonne à coulisse mal lubrifié. Par contre, il vous faut renoncer à votre after shave, anti-rides, vernis à ongles et autres frivolités d'homo ou de femmo sapiens urbanisé et accepter d'évoluer dans les odeurs naturelles dont le créateur, qui a mon avis devait ce jour là être enrhumé, nous a dotés.

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC04949.JPG

Nous arrivons en vue du grand lac de Barroude qui occupe le lit d'un ancien glacier et arbore des chicots de pierres qui le fait ressembler à une baie d'Along en miniature. La température de l'eau et de l'air ne sont pas toutefois en harmonie avec cette ressemblance.

 

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC05096.JPG


Posé en léger surplomb de ce lac, on découvre soudain le refuge. Quand vous venez de grimper 1000m de dénivelé avec votre barda sur le dos, ce spectacle traverse votre corps meurtri d'ondes euphorisantes et un chiffre s'inscrit en lettres givrées dans votre cerveau : 3328 ! Ce chiffre magique correspond aux deux « 1664 » que vous allez pouvoir déguster affalés sur la terrasse du refuge. La première pour vous désaltérer et le seconde pour le plaisir ( car on est sportif certes, mais ascète non !)

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC04947.JPG

Un séjour en refuge est un peu un retour à l'age heureux des cavernes où dans un espace restreint mais chaleureux on réapprend à cohabiter dans la plus intense proximité avec des congénères que l'on connaît ni d'Eve ni d'Adam. On fait table et lit (vaste planche) communs et pour se laver on a le choix entre l'unique lavabo ou le lac de montagne (la température de l'eau étant dans les deux cas la même).


Quant à satisfaire vos besoins fondamentaux d'être humain, il vous faut généralement faire la queue, parfois dans le blizzard, les « commodités » (comme l'on dit) étant parfois (comme à Barroude) fort malcommodément situées à l'extérieur. Aussi, je conseille à ceux que leur métabolisme condamnent à se lever la nuit à s'entraîner au préalable à monter et descendre dans l'obscurité des échelles de meunier et à subir des choc thermiques de moins vingt degrés sur leurs parties intimes (on peut pour cela s'exposer chaque jour 5mn nu devant la porte ouverte de son congélateur !)


http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC04960.JPG


Mais ces quelques impedimenta sont gommés par le bonheur de croiser des gens de chair et d'os aussi « fous » que vous, avec lesquels on échange récits de randonnées et d'ascensions et des informations précieuses sur les difficultés et attraits des itinéraires. Je ne connais pas d'autre endroit où la parole entre inconnus se libère aussi facilement, où l'atavique sentiment de solidarité qui devait exister entre les groupes de premiers hommes affrontant un monde hostile renaît spontanément. On est à mille années lumières du monde virtuel qui envahit peu à peu les vallées ou les gens ne se parlent plus que par mobiles et courriels interposés.

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC04963.JPG


Il faut donc saluer ces aventuriers des temps modernes que sont les gardiens de refuge, ces  «phares » de la haute montagne, qui passent quatre ou cinq mois de l'année à vivre dans des conditions spartiates (parfois avec conjoint et enfant) pour nous accueillir et nous permettre de jouir des bonheurs qu'offre la randonnée en haute montagne. Ce sont pour moi des saints laiques qui contribuent au bonheur et à l'épanouissement de l'humanité en nous permettant l'accès au ciel sur la terre. Sans eux, nous ne pourrions pas contempler ces aubes qui ensanglantent les parois rocheuses, ces mers de nuages qui envahissent les vallées, ces glaciers et névés (condamnés à disparaître hélas) qui baguent d'argent les sommets, ces pics qui défient le ciel et piquent les fesses des anges et les font pleurer;


http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC04964.JPG



A suivre.....

Texte & Photos Ulysse

17/04/2013

Haut les coeurs, haut ! Osez "El Canigo " !

JE VOUS INVITE A SUIVRE LE RECIT DE MON PERIPLE EN ANDALOUSIE SUR MON AUTRE BLOG

 
 
PENDANT CETTE PERIODE JE POSTERAI DES NOTES TIREES DE MES ARCHIVES SUR ELDORAD'OC


http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/_DSC7015.2.JPG


Rêvez vous de gravir un jour le Canigou, ce sommet emblématique des Catalans qui le dénomment d'ailleurs « El Canigo » (avec un accent sur le O que les claviers d'ordinateurs ne permettent pas d'afficher) . Ce nom de Canigo au demeurant sied mieux à la noblesse de ce sommet des Pyrénées que le nom francisé dont l'homonyme désigne une infâme nourriture pour canidés dégénérés.


Le débat fait rage d'ailleurs entre experts quant à l'origine du nom. On trouve d'un coté les méthodistes de l'étymologie qui, s'appuyant sur la mention du "Mont Canisgonis" en 875 dans le répertoire des lieux habités du Rousillon, attribuent une origine latine au nom qui signifierait : sommet en forme de croc de chien (de fait il présente, sur son flanc sud, cette forme)  sommet conique enneigé, oeil de chien, montagne blanche..


Balivernes, clament les linguistes qui donnent à ce nom une origine pré-indo-européenne remontant à l'invasion de la région au IIIème millénaire avant JC par les peuples de la mer (Sardons, Bébryces, Kérettes) pour lesquels « Khaln » siginifiait montagne compacte aux couleurs sombres au sous sol riche en métaux (ce qui est le cas ) « Kani » correspondait à chien, dent de chien et « Gonia » récepteur d'ondes cosmiques ou lieu sacré.


Mais laissons ces chers experts à leur querelle car vous vous doutez bien que qu'El Canigo lui même se soucie comme d'une guigne de savoir qui l'a baptisé. D'ailleurs vous verrez que sur le sujet j'apporte un élément nouveau qui, je pense, mettra définitivement à un terme au débat sur l'origine de ce nom.


http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC07988-1.2.JPG


Mais ce n'est pas tant son nom que sa présence elle même qui m'a obsédé durant des années pendant lesquelles il m'a nargué, dressant sa masse imposante au dessus de l'horizon quelque soit l'endroit où j'allais. J'ai ainsi aperçu son immense silhouette du haut du Caroux, du Tantajo, du Vissou, du Pic Saint Loup, et même du haut des colllines de la garrigue de Castelnau de Guers. A la frustration de le contempler ainsi sans pouvoir y mettre le pied, s'ajoutait la certitude que dans les deux jours le ciel allait nous tomber sur la tête, son apparition étant le signe annonciateur de l'arrivée d'une dépression.


Mais je m'étais juré de lui caresser un jour le dos à ce fier Canigo que le grand poète Catalan Vincent Verdaguer a surnommé « gégant ample d'espatlles » (le géant aux larges épaules) et dont Rudyard Kipling, lui même, qui séjourna à Vernet-les Bains en 1837 a dit de lui « je découvris dans le Canigou la montagne enchanteresse entre toutes et me soumis à son pouvoir !" Pendant longtemps les hommes ne se sont pas aventurés dans les hautes montagnes les croyant infestées de sorcières et de dragons. D'ailleurs le premier homme à avoir gravi El Canigo est Pere III, Grand roi d'Aragon, en 1285, qui prétend avoir rencontré et terrassé près du sommet un dragon qui lui aurait lancé des flammes. Pour célébrer cet événement un grand feu « La Trabada del Canigo » est allumé sur le sommet à chaque solstice d'été.

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC07035-1.2.JPG

Les catalans entretiennent un rapport affectif avec cette montagne qui est pour eux un pic (un vrai celui là, pas comme le pic de Nore !) totémique, un sommet protecteur, un immense cairn pour les montagnards et "un amer" pour les marins.

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC02964.JPG

Il faut le gravir fin juin, début juillet alors que les rodhodendrons et les genets sont encore en fleurs en passant par le refuge de Marialles, le Col Vert, le plateau du Cady, la cabane Arago et pour finir par la spectaculaire et sportive « cheminée » du Canigou (compter 8H AR). Il faut bien évidemment partir de bon matin car le Canigou a pour facheuse habitude de se coiffer d'un joli chapeau de nuages lorsque le soleil monte au zénith, effet de la condensation des masses d'air humide qui montent de la méditerranée dans laquelle ce mont se baigne presque les pieds.

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC02976.JPG

Les rayons du soleil dévalent alors les pentes créant un patchwork féérique d'ombres et de lumières où les silhouettes décharnées des arbres frappés par la foudre qui tombe souvent en cet endroit (El Canigo est un énorme tas de fer !) s'accrochent à la pente avant d'être impitoyablement ensevelis par les éboulis.

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC02970.JPG

Dans ce royaume minéral où le végétal rase le sol et adopte une forme tortueuse pour résister aux intempéries, le Lys des Pyrénées expose au randonneur chanceux sa magnifique corolle jaune d'or qui lui donne l'air d'une ballerine.

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC02988.JPG
Les genêts qui tapissent le vallon du Cady confèrent une touche de douceur au panorama d'une beauté austère.

 

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC03002.JPG

Mais la cîme d'El Canigo qui se découvre bientôt à nos yeux nous annonce l'approche d'un univers moins hospitalier.

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC03006.JPG

Le chemin suit bientôt un parcours chaotique dans un champ d'éboulis, les montagnes, comme les hommes, n'étant pas à l'abri des effets délètères du temps qui passe. La seule différence est que nous savons que nous allons mourir alors qu'El canigo, heureusement pour lui , ne sait pas qu'un jour il ressemblera au Mont Valérien.

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC03012.JPG

Nous voilà au pied de la célèbre cheminée qui permet d'accéder au sommet pour autant que l'on soit disposé à se transformer l'espace d'une petite demi-heure en homme ou femme araignée (de fait la dégrimpe est plus difficile que la montée, avis aux amateurs !)

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC03030.JPG

Mais parvenus en haut nous sommes récompensés par un panorama à couper le souffle (enfin façon de parler sinon le sommet deviendrait vite un cimetierre!) qui porte par temps clair (c'est à dire 3 jours par an) jusqu'au massif des Ecrins dans les Alpes situé à 400km de là !


http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC03024.JPG

Cerise sur le gateau, nous croisons sur le chemin du retour, en nous écartant quelque peu du sentier balisé, une harde d'Izards en si grand nombre qu'on croît un instant être victimes d'un mirage dû aux effluves de gentianes qui poussent sur les pentes du massif.. De fait, le gardien du refuge nous a appris après coup que les izards des pyrénées se réunissent une fois l'an en ce lieu pour se partager les zones de pâture !

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC03065.JPG

Un tel spectacle à lui seul justifie notre venue sur terre. J'invite ceux qui passent leur existence à aller de leur siège d'automobile à leur canapé en zappant frénétiquement pour vivre par procuration les bonheurs en pacotille des zombies de la téloche, à troquer , s'ils peuvent encore marcher, leur écran plat contre une paire de chaussures de rando et de faire l'ascension d'El Canigo. Ils en sortiront revigorés. Pour ceux qui ne peuvent plus marcher (cela m'arrivera aussi un jour !) je suis heureux de leur offrir ce petit aperçu.

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC03083.JPG

Nous accélérons le pas car les nuages s'amoncellent sur nos arrières et nous n'avons pas envie d'être transformés en éponges. Soudain nous apercevons gambadant au dessus du massif un énorme yéti-caniche et nous comprenons enfin pourquoi les anciens ont dénommé ce magnifique massif El Canigo . Je suppose que ce yeti ne se montre qu'à ceux qui comme moi croient à l'existence des Elfes, des Lutins, des Dragons et des Fées....autant dire à très peu de monde dans notre univers cartésien qui croient dur comme fer que deux et deux font quatre alors qu'ils font vingt deux !

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC03093.JPG


PS : je vous invite à jeter un oeil aux époustouflantes photos d'El Canigo prises par Bruno vu des Alpilles en cliquant  ICI et  vu de la Tour de César ( Nord Est d'Aix-en-Provence) en cliquant LA 

 



Texte & Photos Ulysse

11/04/2013

Le cercle des poètes disparus

 

JE VOUS INVITE A SUIVRE LE RECIT DE MON PERIPLE EN ANDALOUSIE SUR MON AUTRE BLOG

 
 
PENDANT CETTE PERIODE JE POSTERAI DES NOTES TIREES DE MES ARCHIVES SUR

ELDORAD'OC
 
DSC03068.JPG


Si vous avez vu le film « Le cercle des poètes disparus » (sorti en 1989) vous n’avez certainement pas oublié ce magnifique et surprenant professeur de lettres anglaises, John Keating, joué par Robin Williams. Cet enseignant de la prestigieuse et austère académie de Weston, ignorant le conformisme qui imprègne l’institution, encourage Todd Anderson, un élève timide et ses amis à refuser l’ordre établi et à ne pas sacrifier sa vie dans une quête vaine du pouvoir et de l’argent. Il leur fait ainsi découvrir les richesses de la poésie et bouleverse leur vie en leur faisant cette profession de foi :

« On ne lit pas et on n’écrit pas de la poésie parce que ça fait joli. Nous lisons et nous écrivons de la poésie parce que nous faisons partie de la race humaine  et que cette même race foisonne de passions. La médecine, la loi, le commerce et l’industrie sont de nobles occupations, et nécessaires pour la survie de l’humanité. Mais la poésie, la beauté et le dépassement de soi, l’amour : c’est tout ce pour quoi nous vivons. Écoutez ce que dit Whitman : « Ô moi ! Ô vie !... Ces questions qui me hantent, ces cortèges sans fin d’incrédules, ces villes peuplées de fous. Quoi de bon parmi tout cela ? Ô moi ! Ô vie ! ». Réponse : que tu es ici, que la vie existe. Que le spectacle continue et que tu peux y apporter ta rime.... Quelle sera votre rime ? »

DSC03069.JPG

Ainsi au cours de ma vie, j’ai eu, sans doute comme beaucoup d’entre vous, des activités professionnelles de nature plutôt « alimentaires » mais je n’ai jamais perdu de vue mes amis les poètes, dont les recueils écornés trônent en bonne place sur mes étagères. J’y reviens sans cesse car ils sont le contrepoint et l’antidote à un monde plus préoccupé par la réussite matérielle que par l’acquisition d’une certaine sérénité qui vous permet d’affronter les difficultés et les aléas de l’existence.

La poésie donne à ma vie et à mes humeurs la densité et la constance des arbres, nos maîtres en matière d’existence et de rayonnement vital. Voilà des êtres condamnés à l’immobilité qui dans leur frondaison abritent une myriade d’autres êtres, refuges et foyers d’une vie foisonnante et souvent discrète.

DSC03072.JPG


Aussi imaginez quel fut mon bonheur quand j’ai récemment découvert qu’en un endroit du massif du Caroux que je tiendrai secret, sous le couvert d’arbres séculaires, les poètes disparus se rencontrent chaque nuit du 10 novembre, date anniversaire de la mort d’Arthur Rimbaud, et s’assoient en cercle pour déclamer à haute voix leurs poèmes.

DSC03076.JPG

L’un des arbres qui les abritent connaît par cœur leurs oeuvres et lorsqu’un poète a un trou de mémoire (certains d’entre eux, tels François Villon ou Ronsard ont un age plus que respectable ) il leur souffle de sa voix tonitruante les vers qu’ils ont oubliés. Certains chasseurs qui sont passés par hasard dans les parages et les ont entendus prétendent qu’il s’agit du brâme des cerfs ou du grincement de vieux arbres agités par le vent ; mais que peut comprendre à la poésie quelqu’un qui a pour passion d’enlever la vie ?

DSC03077.JPG

Le lieu qu’ils ont choisi est l’un des plus sauvages et des plus beaux du Caroux. Les pierres qui bordent le chemin qui y mène nous parlent d’éternité et sont les sœurs des poètes. Ceux ci sont également immortels, même quand on les assassine comme Fédérico Garcia Lorca ou Robert Desnos, car comme l’a écrit Aragon :


Contre le chant majeur, la balle que peut elle,
Sauf contre les chanteurs que peuvent les fusils,
La terre ne reprend que cette chair mortelle,
Mais non la poésie…
.

DSC03078.JPG

Un chemin en part qui monte vers les cîmes sur lesquelles les poètes déambulent après leur réunion nocturne. En tendant son oreille dans le vent on entend de nouveau Aragon qui susurre :


Je vois sans yeux, je suis une clameur sans bouche,
Je suis le phare obscur que l’on appelle pensée,
J’ai fait de mon désir une force insensée,
Le mystère à mes pieds terre à terre se couche….


DSC03093.JPG

Mais vous vous demanderez probablement comment nous avons découvert que ce lieu était hanté par les poètes disparus ? Et bien, c’est un vieux mouflon qui, nous entendant chanter « Mon dieu que la montagne est belle de Jean Ferrat.. » et voyant donc en nous des amoureux de la poésie, nous en a fait la confidence.

Nos voix et nos conduites avenantes l'ont agréablement surpris lui qui est plutôt habitué aux coups de fusil des chasseurs (les seuls à parfois s’aventurer en ces lieux) et à leurs borborygmes (les jurons impliquent un minimum d’instruction) qu’ils profèrent quand par maladresse (ou par chance !) ils se tirent dans les pieds ou dans les fesses, ce qui vaut mieux que dans celles des autres. Aussi a-t-il volontiers fraternisé avec nous .

 

DSC03087.JPG

Soudain le chemin débouche sur une ruine et l’on croit entendre une course affolée dans les sous-bois . Aurait on surpris un poète assoupi dans sa rêverie ? Il faut dire que l’endroit est propice à la méditation.

DSC03092.JPG

Une magnifique toile d’araignée qui, à défaut de proie, a piégé les rayons du soleil témoigne de la tranquillité des lieux

DSC03096-1.JPG

Après nous y être reposés un instant espérant sans trop y croire au retour du poète enfui, nous reprenons nos pérégrinations dans cet univers minéral et végétal dont l’inexorable dissolution nous chuchote que les secondes sont sournoisement à l’œuvre au cœur de nos cellules et qu’un jour nos yeux seront de nouveau des pierres et retourneront à la nuit. Comme dit le poète « Nous serons arrêtés comme un train dans un tunnel de suie » (Aragon)

DSC03111.JPG

Mais en attendant cet instant funeste (ou qui sait heureux ?) jouissons des nourritures, plaisirs et breuvages terrestres y compris l’eau mais seulement pour s’y baigner quand elle prend la forme d’une délicieuse vasque alimentée par une fraîche cascade.

 

DSC03116.JPG

Revigorés par cette baignade où ne manquaient que les nymphes (mais sans doute préfèrent elles la compagnie des poètes) nous reprenons notre route et passons près d’une masure dont la fenêtre ouverte à tous les vents depuis fort longtemps nous offre une vue imprenable sur le roc Fourcat.

 

DSC03115.JPG

Puis nous plongeons dans le sous-bois où nous croisons un loup de belle envergure qui nous hurle sa rage contre nos hypocrites congénères, défenseurs des moutons pour mieux en faire des côtelettes, accusant lui le loup ou son frère l’ours, de crimes commis par de vulgaires chiens errants, pour toucher de grasses subventions.

Si notre monde prend le parti des soi disants défenseurs de moutons contre le loup et l’ours nous deviendrons nous mêmes moutons et un jour un berger prétendant assurer notre sécurité nous parquera pour mieux nous tondre et nous passer à la broche. N’entendez vous pas déjà les bêlements qui emplissent les plateaux de télé ?

DSC03140.JPG

Le ruisseau d’Héric que traverse notre chemin nous offre une dernière halte rafraîchissante et nous quittons à regret le pays où déambulent en secret les poètes disparus……Me reviennent alors en mémoire ces vers de Pablo Néruda (Chant général) :


« Je vois près de l’eau une rose, une petite coupe
Aux paupières vermeilles,
Un son aérien la maintient dans l’espace :
Une clarté de feuilles vertes touche les sources
Et transfigure la forêt avec des êtres solitaires,
Des êtres aux pieds transparents :
L’air n’est plus que vêtures claires
Et l’arbre instaure sa grandeur dans le sommeil. »


PS : je vous invite à signer la pétition visant à amener les autorités européennes à prendre les mesures pour protéger nos agriculteurs de la volonté de la société américaine  Monsanto de breveter les semences de  fruits et légumes en vue de les contraindre à les acheter chaque année. Cliquez ICI.



Texte & photos Ulysse (sauf citations de poètes)

 

05/04/2013

Quel matamore, ce Pic de Nore !

 
JE VOUS INVITE A SUIVRE LE RECIT DE MON PERIPLE EN ANDALOUSIE SUR MON AUTRE BLOG
 
 
EN ATTENDANT JE VAIS POSTER DES NOTES TIREES DE MES ARCHIVES SUR ELDORAD'OC
 
 
 
http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC02682.JPG
 
Quand on porte le nom de Pic on suscite des attentes, voire de l'appréhension chez les randonneurs qui convoitent de vous gravir. Si l'on met de coté les Pics hors concours comme le Pic du Midi ou le Pic d'Ossau qui relèvent plus del'alpinisme que de la randonnée, et que l'on s'attaque par exemple au Pic Baudille, au Pic d'Anjau, voire au Pic Saint Loup ou au Pic de Vissou, on a à l'esprit un sommet qui présente peu ou prou l'aspect d'un chapeau pointu dont la pente sommitale soumet vos gambettes et votre coeur à rude épreuve.


Donc l'autre jour, ayant sur la carte de notre cher pays d'Oc repéré le Pic de Nore (1210m), sommet de la Montagne Noire, je me suis soudain senti des fourmis dans les jambes et les ventricules en état d'exaltation. Je n'eus aucune difficulté à convaincre mon compère en chemins, Gibus (celui qu'on voit de dos sur les photos, vu qu'il est toujours devant !) d'ajouter le Pic de Nore à notre palmarès; Nous voilà partis de bon matin pour notre point de départ de la randonnée situé dans le charmant village de Pradelles-Cabardès.


Vue de la plaine de L'Aude la Montagne Noire a une allure imposante, accentuée par le le sombre manteau forestier qui la couvre et est , d'ailleurs, à l'origine de son nom. Ses forêts sont tellements vastes et denses que le loup s'y serait de nouveau établi depuis le début de cette année.

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC02674.JPG


Mais arrivés à pied d'oeuvre quelle déception ! Le fameux Pic de Nore a plutôt des allures de Ballon d'Alsace (au demeurant dégonflé) et on se demande quel Tartarin local a eu l'idée saugrenue de lui donner le nom de Pic ! Mes recherches sur le net après coup sur l'étymologie de ce nom sont restées vaines et si l'un de mes lecteurs a des lumières sur le sujet je suis preneur.

Certes, ce brave Pic de Nore n'y est pour rien si on l'a dénommé ainsi, mais il y a tromperie sur la marchandise de la part de ceux qui l'ont baptisé ! Vous vous levez dès potron-minet pensant gravir un jeune massif abrupt fraîchement sorti des entrailles de la terre et vous vous retrouvez au pied d'un vieillard hercynien avachi et ventripotent.

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC02640.JPG

Passé ce premier moment de déception, nous entamons malgré tout notre randonnée qui emprunte pour l'essentiel du parcours, des pistes forestières ombragées , fort agréables certes, mais qui relèvent plus d'un parc de maison retraite que d'un circuit montagnard.

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC02645.JPG

Mais pour être juste le circuit n'est pas sans intérêt, il vous permet de découvrir une superbe glacière du XVIIIème siècle dans laquelle autrefois on accumulait l'hiver la neige, qui tombe en abondance sur le massif, pour alimenter l'été les cafetiers, limonadiers et poissonniers de Carcassonne.

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC02651.JPG


Et puis les chemins sont bordés de magnifiques murs de pierre construits par les anciens et qui sont toujours pour moi source d'émerveillement. Le coeur et l'esprit de ces hommes étaient pétris par le courage, la ténacité et le souci de la collectivité, car ces murs qui tenaient les terrasses et protégeaient les chemins servaient à tous, alors que la laideur des murs de parpaings dont on s'entoure le nombril en dit long sur la médiocrité de nos esprits et de la déliquescence notre souci du bien commun

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC02656.JPG

D'énormes tas de grumes de bois ponctuent ça et là le chemin comme autant d'énormes jeux de mikado abandonnés par des géants.


http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC02654.JPG


Quand on émerge de la forêt, un relief paisible s'offre à vos yeux peuplé de belles de l'Aubrac qui se régalent de l'herbe tendre qui pousse abondamment en ces lieux. Car ici l'eau tombe généreusement des nuages venus de l'Atlantique, ce qui a permis au génial Pierre Paul Riquet d'utiliser la Montagne Noire comme château d'eau pour l'alimentation du canal du Midi


Ces belles semblent se soucier comme d'une guigne qu'on accuse leurs pêts et leurs rôts de contribuer au réchauffement climatique. Il est vrai que l'homme est prompt à toujours chercher des boucs émissaires plutôt que de remettre en cause son mode de vie énergivore.

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC02661.JPG


Et puis soudain nous entrons dans un paysage digne de l'album de Tintin « Objectif Lune » . Le sommet du Pic de Nore dont nous approchons est en effet coiffé de ce qui semble être une fusée prête à décoller pour les étoiles.

Nous comprenons vite qu'il s 'agit d'un relais hertzien qui permet aux terriens de la vallée de se laisser aspirer tous les soirs par le maelstrom pipolo-médiatique qui les anesthésie et leur fait oublier de vivre.

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC02672.JPG

Il faut reconnaître qu'avec cet appendice technologique, en ces temps où règne en maître la chirurgie esthétique, ce vieillard de Pic de Nore peut, revendiquer le nom de Pic

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC02676.JPG



Mais c'est un Pic pour les randonneurs en espadrilles qui peuvent de surcroît y grimper en voiture, car le Pic de Nore est doté d'une route qui vous mène à son sommet sans que vous ayez à mettre le pied par terre. Cela dit malgré notre déception, il faut reconnaître que la balade vaut malgré tout d'être faite pour les magnifiques forêts qui couvrent le massif et offrent pendant la période estivale une appréciable fraîcheur. Mais étant un brin maso (un brin seulement !) nous étions venus pour suer, souffler et souffrir, alors histoire de prendre un peu d'exercice nous sommes redescendus en courant du sommet , puis nous sommes allés noyer notre frustration dans les eaux fraiches du lac situé aux abords de Pradelles, que nous avons coupées.....d'une bouteille de rosé !

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC02684.JPG



Texte & Photos Ulysse