suivi de mon blog
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

12/11/2013

Etes vous d’attaque à nous suivre dans le ravin des Arcs ?

 

lamalou,pic saint loup,scolopendre,échelle

Cet été avec nos « petits loups »  nous vous avons emmené à la découverte de l'étonnant Ravin des Arcs où coule  le Lamalou, petite rivière fantasque qui se jette dans l’Hérault.  Fantasque car son cours varie selon les saisons, allant de la plus grande furie après de violents orages à celui d’un train d’un sénateur  (ils sont 70% à avoir entre 60 et 80 ans !) c’est à dire n’être plus qu’une suite de trous d’eau croupissante. Cette fois ci nous allons Gibus et moi explorer son cours en empruntant le chemin en balcon qui domine les parois vertigineuses de le gorge dans laquelle il coule.

 

lamalou,pic saint loup,scolopendre,échelle

Il faut avoir effectivement le pied sûr et le cœur bien accroché pour suivre ce chemin. Mais pour qui ne craint pas le vertige il offre des panoramas extraordinaires.

 

lamalou,pic saint loup,scolopendre,échelle

Sur le parcours, une échelle permet d’accéder à une grotte ce qui ravit notre âme, nourrie au cours de notre jeunesse au « Club des cinq ».

 

lamalou,pic saint loup,scolopendre,échelle

Cette magnifique grotte a dû offrir un refuge inexpugnable à nos ancêtres bien que je n’ai trouvé aucune documentation à ce sujet. Si certains de mes lecteurs ont des infos sur ce point , elles sont les bienvenues.

 


lamalou,pic saint loup,scolopendre,échelle

 Les grandes hampes florales qui ornent les flancs abrupts des gorges confèrent au paysage un caractère exotique. Etonnante est notre région qui sur un espace restreint offre des paysages aussi diversifiés que ces gorges impressionnantes, les ruffes  vermillons du Salagou, les plaines et plateau viticoles, les montagnes comme le Caroux, l’Espinousse où les Cévennes.

 

lamalou,pic saint loup,scolopendre,échelle

On croise le chemin d’un impressionnant scolopendre ceinturé redoutable prédateur d’escargots dont la morsure est douloureuse. Mieux vaut donc éviter de se balader en nu-pieds dans les parages !

 

lamalou,pic saint loup,scolopendre,échelle

Mais il ferait bien de se mettre à l’abri des pierres du chemin car un couple de rapaces jaillit soudain au dessus de nos têtes, l’un d’entre eux tenant son déjeuner dans son bec, mais l’autre étant apparemment bredouille.

 

lamalou,pic saint loup,scolopendre,échelle

Nous parvenons à l’un des plus beaux point de vue des gorges qui permet d’apercevoir dans le lointain le Pic Saint Loup, montagne emblématique des montpelliérens.

 

lamalou,pic saint loup,scolopendre,échelle

De voir des vues plongeantes sur le Lamalou nous donne envie d’y faire un plongeon, il est temps de songer à se rapprocher  de son cours pour aller « goûter » son eau !

 

lamalou,pic saint loup,scolopendre,échelle

Nous parvenons au niveau de l’impressionnante arche qui fait la renommée du vallon.  Oui vraiment le Lamalou n’est pas toujours comme un sénateur pour avoir accompli un tel travail d’érosion.

 

lamalou,pic saint loup,scolopendre,échelle

Une belle vasque tranquilles est là qui nous tend les bras et nous ne manquons pas d’aller en troubler la sérénité. Carpe Diem !

 

Texte & Photos Ulysse 

06/11/2013

Voulez vous que je l’on vous ravisse ? Suivez nous à Rosis !

rosis,mouflon,casselouvre,canyoning,chasse

En ces temps où la morosité règne en tous lieux et où notre capitaine qui est censé tenir la barre a perdu le cap, il est revigorant, quand on a l’infini privilège d’être libre de son temps, d’aller se plonger au cœur de la nature à la fois immuable et  changeante. Immuable, car roches, torrents, animaux, arbres nous donnent le sentiment d’une permanence qui nous rassure dans notre monde instable et imprévisible.  Changeante car la ronde des saisons lui confère un charme renouvelé sans modifier en rien son essence. A vous, chères lectrices et lecteurs, qui n’avez peut être pas cette liberté, j’offre donc cette parenthèse virtuelle d’immersion dans la nature, en espérant qu’elle vous apportera un brin de « zénitude ».

 

rosis,mouflon,casselouvre,canyoning,chasse

Sur le chemin des Banissous, que nous empruntons en vue d’accéder à la montagne de Rosis, nous rencontrons ce que je pensais être une magnifique amanite panthère, mais qui serait en fait une coulemelle, d'après deux de mes lecteurs, Alain et Daniel, que je remercie pour cette précision.  La belle n’a pas froid aux yeux de s’installer ainsi sur le chemin où elle risque de se faire bousculer par les randonneurs, heureusement rares en cette saison.  

 

rosis,mouflon,casselouvre,canyoning,chasse

Puis nous traversons le ruisseau d’Aussière dont la douce chanson égaie cet univers végétal gagné par la mélancolie automnale. Chaque fois que je rencontre un cours d’eau je pense à l’étonnant voyage de cette matière protéiforme qui va sans cesse des nuages aux océans où dans les profondeurs de la terre et dont le cycle perpétuel a permis l’éclosion de la vie sur la terre.

 


rosis,mouflon,casselouvre,canyoning,chasse

Après avoir accédé à la Plane (1029m) l’un des sommets de la montagne de Rosis, nous suivons la sente qui court sur la ligne de crête avant de redescendre vers notre point de départ. Les premiers froids de l’automne commencent à roussir les bruyères et les feuilles des hêtres (aussi dénommés fayards). Etant également  à l’automne de nos existences nous nous sentons en harmonie avec notre environnement. Espérons néanmoins que pour ce qui nous concerne l’hiver ne viendra pas trop vite !!

 

rosis,mouflon,casselouvre,canyoning,chasse

Seuls les genets restent verts pendant la « morte saison ». De fait, leur vitalité et leur prolifération pose un problème d’environnement car ils envahissent peu à peu les massifs du haut Languedoc au détriment des autres végétaux. Autrefois les troupeaux de moutons permettaient de limiter leur extension. Ils ont vite fait de recouvrir les chemins et il faut l’œil avisé de Gibus pour ne pas perdre la trace qui doit nous mener à bon port.


 

rosis,mouflon,casselouvre,canyoning,chasse

Cette sente passe par les croupes rocheuses qui émaillent la ligne de crête et qui nous ramènent à l’état de quadrupède, nos mains servant autant que nos pieds dans ce genre de situation.

 

rosis,mouflon,casselouvre,canyoning,chasse

Quand je fais référence aux quadrupèdes, je devrais préciser : genre mouflon pour l’ami Gibus qui survole les obstacles et plutôt hippopotame pour ce qui concerne votre serviteur. Mais bon j’arrive à passer quand même !

 

rosis,mouflon,casselouvre,canyoning,chasse

Nous évoluons dans un paysage qui évoque une peinture chinoise « shanshui » qui  célèbre la montagne, symbole de la force et l’eau, symbole de vitalité. Bien que l’eau ne soit pas ici visible, elle coule en contrebas dans le vallon et nous en apercevons parfois le cours.

Selon Confucius « L'homme avisé aime l'eau, l'homme vertueux, les montagnes. L'homme avisé se meut comme l'eau, l'homme vertueux est stoïque comme la montagne. L'homme avisé est heureux ; l'homme vertueux a une longue vie. ». Nous qui aimons l’eau et les montagnes serions nous donc avisés et vertueux ? Je répondrai avec sincérité pour ce qui me concerne : pas toujours !

 


rosis,mouflon,casselouvre,canyoning,chasse

Au sommet de l’une des croupes rocheuses nous tombons sur un tas de crottes fraîches de mouflon, mais c’est hélas la seule trace que l’on verra ce jour de ce noble animal.



rosis,mouflon,casselouvre,canyoning,chasse

Mais afin que vous ne soyez pas trop frustrés et que vous ayez envie de revenir nous voir, je vous mets une photo d’un magnifique mâle prise  l’an passé à la même époque et dans ce secteur.

 

rosis,mouflon,casselouvre,canyoning,chasse

Passant au pied des ruines du vieux château de Nébuzon  nous y grimpons espérant y découvrir un somptueux panorama.

 

rosis,mouflon,casselouvre,canyoning,chasse

Et nous apercevons, en effet, le cours du Casselouvre que nous avons descendu cet été en canyoning (voir ma note du 8 août dernier)

 

rosis,mouflon,casselouvre,canyoning,chasse

Nous ne manquons pas à la descente d’aller y plonger une tête …..et d’en ressortir vite fait, l’eau étant à une température compatible avec le pastis ! Nous en ressortons plus petits de quelques centimètres…..

 

rosis,mouflon,casselouvre,canyoning,chasse

Après avoir parcouru ensemble ces merveilleux paysages que recèle le Haut Languedoc, je vais malheureusement devoir partager avec vous un coup de gueule contre quelques individus qui relèvent plus de la race des cancrelats que de l’humanité. Ces "goujats" ont déposé sur le parking du hameau de Cours le Haut où nous étions garés des « encombrants » à coté même d’un panneau d’interdiction informant les habitants de l’organisation d’un dispositif de ramassage à domicile. Je sais bien que mon coup de gueule n’aura aucun effet car ces individus pour agir de la sorte ne doivent même pas savoir lire !

 

rosis,mouflon,casselouvre,canyoning,chasse

Tout aussi méprisables sont les chasseurs qui ont abattu ce faucon crécerelle dont la photo m’a été communiquée par un ami randonneur Daniel qui les a surpris juste après qu’ils aient commis leur forfait. Mon ami les a interpellés mais ils se sont carapatés comme des cancrelats pour ne pas être identifiés, car c’est un délit. Le faucon est d’autant plus facile à atteindre qu’il a un vol stationnaire afin de repérer ses proies et tirer sur lui est une ignominie. Cet acte n'est hélas pas un cas isolé et vous lirez ICI une liste de bavures et incidents de chasse recensés par la « Buvette des Alpages »

 Ceci dit je ne veux pas diaboliser tous les chasseurs. Même si c’est une activité que je réprouve, elle est légale et tant que les personnes qui la pratiquent  respectent la réglementation et les autres usagers des espaces naturels, on ne peut les condamner. Je dois reconnaître que la majorité de ceux que je croise sont courtois et disposés à cohabiter avec les randonneurs. Mais il serait bien que les fédérations fassent la « chasse » à ceux de leurs membres qui commettent de tels actes.

 

Texte & Photos Ulysse


 

30/10/2013

Et aujourd’hui on va où ? Au Mouscaillou !

 

rosis,mouflon,crocodile,internet

Alors que l’hiver s’avance à pas de loup il est bon de pouvoir faire, grâce à internet, un petit saut temporel en arrière et revenir ainsi en mai dernier pour partir à l’assaut du Mouscaillou. Bon, le terme « assaut » n’est pas vraiment approprié car le Mouscaillou est un modeste sommet de 806 mètres qui fait partie de la montagne de Rosis.

 

rosis,mouflon,crocodile,internet

D’ailleurs nos épouses nous accompagnent, ce qui vous garantit qu’il n’ y aura rien de scabreux dans notre périple. Pas de pic à franchir ni de ravin ou de torrent à dévaler, rien que des bons sentiers qui  permettent d’admirer le paysage ou de papoter, caractéristique qui permet de distinguer de loin un randonneur d’une randonneuse. Bon je sens que je me suis fait plein d’amies !!! Mon compteur face-de-bouc  va exploser !

 

rosis,mouflon,crocodile,internet

Le ciel est un peu laiteux ce qui ne met pas en valeur l’or des genêts qui couvrent les flancs de la montagne. Le paysage et notre rythme de progression sont propices à la méditation, exercice salutaire qui permet de faire un petit lavage-rinçage de nos neurones fortement sollicités par notre monde "hyper-technologisé" où l’on se sent coupable de ne pas répondre dans l’instant au moindre SMS qui nous arrive !

 

rosis,mouflon,crocodile,internet

Mais ce paysage paisible et harmonieux n’est pas exempt de « scorie » qui témoigne de l’imbécillité humaine, comme cet affût de chasseurs qui permet à des bipèdes ventripotents de massacrer sans prévenir des animaux dont ils sont loin d’avoir l’intelligence et la dignité.

 

rosis,mouflon,crocodile,internet

Nos épouses passent devant un génie grimaçant sans être autrement impressionnées. Les femmes, généralement plus effrayées par une souris que par un éléphant sont toujours, pour les hommes, une source de perplexité.

 

rosis,mouflon,crocodile,internet

Les roches déchiquetées qui bordent le chemin témoignent du passé tourmenté de la région. Ici un bloc de quartz s’est retrouvé coincé entre deux rocs de schistes. Il n’est pas près de se libérer !


 

rosis,mouflon,crocodile,internet

Par endroits le chemin s’enfonce dans le sous-bois, véritable bain de chlorophylle rafraîchissant et revigorant.


 

rosis,mouflon,crocodile,internet

Nous rencontrons deux magnifiques chevaux blancs et noirs qui ne parlent pas un mot de français, ce qui ne nous permet pas de savoir d’où ils viennent. Mais peut être que l’un de mes lecteurs ou lectrices saura me le dire ?

 

rosis,mouflon,crocodile,internet

Replongeant dans le sous bois nous tombons nez à nez avec un crocodile des forêts, fort heureusement assoupi .

 

rosis,mouflon,crocodile,internet

Puis nous troublons les ébats d’un couple de tipules, grands moustiques inoffensifs, plus communément appelés "cousins" fort occupés à assurer sa descendance. On ne peut pas dire que leur rapport soit très fusionnel, c’est un peu à la manière « british » « for the Queen and the kingdom » !

 

rosis,mouflon,crocodile,internet

Puis nous surprenons deux jeunes mouflons pas encore avertis de la dangerosité de l’homme et dont l’innocence nous permet de longuement les observer. Un de ces grands bonheurs que la montagne nous offre !

 

rosis,mouflon,crocodile,internet

Nous redescendons par le chemin des Banissous, bordé d’un superbe mur de pierres comme savaient en construire les anciens et sur lequel s’appuient d’extraordinaires chênes verts multiséculaires qui sans lui dévaleraient la pente !

 

rosis,mouflon,crocodile,internet

De retour au village de Cours–le-Bas, point de départ de notre périple, nous retrouvons la trace du passage de « bêtes à fusil » manifestement plus  bêtes que les bêtes à corne. Ce qui n’empêchera pas certains de vous dire  que la chasse est une noble tradition !

 

Texte & photos Ulysse (sauf une Buffler)

 

 

 

 

 

 

23/10/2013

Au pays des ruffes et des volcans

  

 

ruffes,neck,basalte,volcan,mérifons

L’Hérault où je vis est un livre ouvert sur l’histoire de la terre.  Sa géologie a été particulièrement tourmentée par plusieurs incursions de la Méditerranée puis par les plissements provoqués par la surrection des Pyrénées et des Alpes il y a environ quarante millions d’années. Enfin un épisode volcanique, qui a commencé il y a deux millions d’années et s’est arrêté il y a environ cinq cent mille ans, a enrichi le paysage de coulées de lave et de « necks » comme celui érodé que l’on aperçoit en haut de ce monticule qui fut autrefois un volcan. Aux alentours s’étendent ces « ruffes rouges » terres argileuses sédimentaires contenant de l’oxyde de fer et provenant de lagunes qui ont occupé les lieux de moins trois cent millions à moins deux cent millions d’années.

 

ruffes,neck,basalte,volcan,mérifons

Nous sommes aux alentours du hameau de Mérifons situé non loin du lac Salagou. Par endroits les ruffes ont conservé la marque d’intenses périodes de sécheresse qui les ont craquelées.

 

ruffes,neck,basalte,volcan,mérifons

En d’autres endroits, comme sur la plaque de la Lieude on aperçoit des empreintes laissées par des mammaliens, ancêtres des dinosaures, qui vivaient en ces lieux marécageux.

 

ruffes,neck,basalte,volcan,mérifons

La tête fossilisée de l’un d’eux émerge du sol….du moins pourrait-on le croire ! Mais  il ne s’agit que d’un roc de basalte volcanique sculpté par les intempéries.

 

ruffes,neck,basalte,volcan,mérifons

Ici on croit voir un mur dressé par les anciens mais il s’agit également d’une coulée de lave mise à la verticale, probablement par la surrection des massifs alpin ou pyrénéen.

 

 

ruffes,neck,basalte,volcan,mérifons

Là nous sommes face à un morceau d’ancien plateau sédimentaire d’une composition différente des ruffes – ce qui témoigne d’un changement climatique intervenu dans la région -  également bousculé par la surrection des massifs voisins. Gaïa a eu une jeunesse tumultueuse et elle a encore par moments des défoulements intempestifs qui font quelques dégâts et malheureusement de nombreuses victimes.

 

 

ruffes,neck,basalte,volcan,mérifons

Non loin de là, un superbe « neck » dénommé la « Roque haute » se dresse dans le paysage.

 

 

ruffes,neck,basalte,volcan,mérifons

Vu sous un autre angle il ressemble à un ours dressé, sans doute l’un des seuls qui survivra au massacre programmé de toutes les espèces animales comme on le voit partout : ours, loups, éléphants, tigres, rhinocéros, grands singes, requins sont  pourchassés ou exterminés par la cupidité et la stupidité de l’espèce humaine. Les hommes ne supportent que les animaux qu’ils «bouffent», exploitent ou dominent et exècrent ceux qui  les narguent par leur noblesse et leur goût de la liberté à laquelle ils ont eux mêmes depuis longtemps renoncé. 

 

 

ruffes,neck,basalte,volcan,mérifons

Dans ce paysage étonnant l’eau creuse des ravins qui vous donnent le sentiment de contempler les entrailles vivantes de Gaïa.

 

 

ruffes,neck,basalte,volcan,mérifons

Quand les ravins deviennent « canyons » les arbres s’y réfugient car ils y trouvent l’humidité et la relative fraîcheur qui leur permettent de survivre à la fournaise estivale.

 

 

ruffes,neck,basalte,volcan,mérifons

Sur les berges des canyons les coulées de lave s’effritent sous l’effet des intempéries et roulent pierre après pierre au fond des canyons. De là ces pierres érodées par l’eau qui y coule par intermittence commenceront leur lent chemin vers la mer. Les roches, que l’on croit immobiles, sont, comme les nuages, de grands voyageurs.

 

 

ruffes,neck,basalte,volcan,mérifons

Le vent et la pluie offrent à Gaïa de jolis mamelons et broderies diverses dont je vous laisse apprécier la beauté et la diversité.

 

 

ruffes,neck,basalte,volcan,mérifons


Et si cette note vous a plu je  vous invite à découvrir

sur mon blog PIQUESEL le récit de mon péripleà travers

le parc des Bardenas Reales en Espagne.


 

Texte & Photos Ulysse