suivi de mon blog
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

13/02/2016

Randos en raquettes dans le Queyras : 1 – Le refuge de la Blanche (2500mètres)

queyras,saint véran,cadran solaire,raquettes,vin chaud,frichti

Nous voici partis, mon épouse et moi ainsi qu’un couple d’amis, pour une semaine de randos en raquettes dans le Queyras. Nous nous installons au gîte-auberge de la Vie Sauvage, situé dans le hameau de Prats-Hauts, non loin de Ville Vieille. Cet établissement, excellemment géré par Claudine et Marc Laurans, organise et encadre de multiples activités hivernales et estivales. Je vous recommande vivement cette adresse pour la chaleur de l’accueil, l’excellence et la générosité de la cuisine, la qualité de l’organisation et la beauté de l’environnement.

 

 

queyras,saint véran,cadran solaire,raquettes,vin chaud,frichti

Notre premier jour de séjour étant un dimanche, nous avons quartier libre et nous décidons donc de nous dérouiller les gambettes en nous rendant au refuge de la Blanche (2500mètres), sage précaution en prévision de la semaine de randos raquettes que nous avons réservée avec un guide de montagne. Nous partons de Saint Véran, plus haute commune d’Europe (2040 mètres) classée, à juste titre, parmi les plus beaux villages de France.

 

queyras,saint véran,cadran solaire,raquettes,vin chaud,frichti

Le charme de Saint Veran doit beaucoup aux nombreuses fontaines en bois alimentées par des sources, que l’on découvre au hasard des places et des rues. J’imagine que le paradis est à cette image, sauf que j’espère que les fontaines y sont alimentées par les vignes du « Seigneur » et non par des sources de montagne !

 

queyras,saint véran,cadran solaire,raquettes,vin chaud,frichti

 queyras,saint véran,cadran solaire,raquettes,vin chaud,frichtiqueyras,saint véran,cadran solaire,raquettes,vin chaud,frichti

 

 

 

 

 

 

 

queyras,saint véran,cadran solaire,raquettes,vin chaud,frichti

queyras,saint véran,cadran solaire,raquettes,vin chaud,frichti

 

Pittoresques aussi sont les nombreux cadrans solaires peints et imagés qui ornent les murs des chalets.

 

 

 

 

 

queyras,saint véran,cadran solaire,raquettes,vin chaud,frichti

De même que les antiques chalets en bois de mélèzes aux toits couverts de lauzes, situés dans une environnement montagnard exceptionnel. Il est réconfortant de visiter un village dont les habitants veillent à ce que leur habitat soit en harmonie avec la beauté de l’environnement, au contraire des ces villages du Languedoc, d’où je viens, qui – à de rares exceptions près - sont défigurés par de hideux murs en parpaings bruts qui entourent les maisons.

 

queyras,saint véran,cadran solaire,raquettes,vin chaud,frichti

Bien que nous soyons au cœur de l’hiver, la neige n’est pas très abondante mais néanmoins suffisante pour que nous puissions nous rendre en raquettes au refuge de la Blanche, situé à neuf kilomètres du village et à 2500 mètres d’altitude. Une belle virée en perspective !

 

queyras,saint véran,cadran solaire,raquettes,vin chaud,frichti

Nous remontons une vallée d’origine glaciaire où coule le torrent de l’Aigue Blanche, dominée par une impressionnante chaine de montagnes dont les sommets, aujourd’hui masqués par le brouillard, oscillent autour des 3000 mètres.

 

queyras,saint véran,cadran solaire,raquettes,vin chaud,frichti

En approchant du fond du cirque glaciaire nous découvrons la chapelle N.D. de Clausis juchée sur un promontoire dont l’ascension sollicite nos ventricules. La montagne a de commun avec l’amour qu’elle accélère notre pouls et nous fait haleter, mais à sa différence elle ne nous brise jamais le cœur ! La Tête de Toillies (3175 mètres) domine les lieux de sa masse imposante.

 

queyras,saint véran,cadran solaire,raquettes,vin chaud,frichti

Ayant grimpé sur le promontoire, un vaste plateau enneigé s’offre à nos raquettes, mais notre progression est un brin ralentie par une vive bise qui dévale des sommets et nous oblige à courber l’échine.

 

queyras,saint véran,cadran solaire,raquettes,vin chaud,frichti

Il nous reste un dernier ressac rocheux à franchir avant d’apercevoir le refuge. La fatigue commence à se faire sentir mais la perspective d’un repas montagnard concocté par François, gardien du refuge, nous donne des (petites !) ailes !

 

queyras,saint véran,cadran solaire,raquettes,vin chaud,frichti

Le temps en montagne est imprévisible car souvent les sommets séparent des zones climatiques très différentes. Nous en faisons ici l’expérience, les sommets marquant la frontière avec l’Italie. Or les pentes italiennes descendent vers la plaine du Pô où l’évaporation est importante. Cette humidité se condense en altitude donnant naissance à de nombreux nuages que le vent pousse de temps à autre sur notre territoire . Les nuages ces merveilleux voyageurs se soucient comme d’une guigne des frontières !

 

queyras,saint véran,cadran solaire,raquettes,vin chaud,frichti

Mais le ciel se découvre aussi vite qu’il s’est chargé et nous découvrons bientôt le refuge installé sur un promontoire au bord d’un lac pour l’heure gelé et recouvert de neige.

 

queyras,saint véran,cadran solaire,raquettes,vin chaud,frichti

Ayant déchaussé les raquettes, nous prenons, en guise d’apéritif, un excellent vin chaud qui ramène notre température interne, abaissée par la bise glaciale, à son niveau normal !  

 

queyras,saint véran,cadran solaire,raquettes,vin chaud,frichti

Puis nous nous régalons du divin « frichti » du père François dont on parle dans toutes les vallées du Queyras, accompagné, ça va de soi, d’un bon « rouquin «  que je ne peux vous montrer sous peine d’être accusé par notre ministre de la Santé d’incitation à la débauche. Le vin, ce divin breuvage multimillénaire célébré par la Bible et les dieux de l’Olympe, est devenu chez nous un produit diabolique que nos dirigeants n’osent même plus boire quand les barbus du moyen-orient leur rendent visite !

 

queyras,saint véran,cadran solaire,raquettes,vin chaud,frichti

 

Bien que nous aimerions prolonger notre séjour dans le douillet cocon de ce convivial refuge, l’heure tourne et il nous faut repartir. Ah ! quelle galère, quand on a la panse bien remplie, de se plier en deux pour chausser et ajuster les raquettes !

 

 

queyras,saint véran,cadran solaire,raquettes,vin chaud,frichti

Nous sommes tentés un instant de faire du traineau-stop mais notre sens de l’honneur reprend vite le dessus et nous entamons la descente.

 

queyras,saint véran,cadran solaire,raquettes,vin chaud,frichti

Nous sommes redescendus juste à temps car le soleil entame sa descente derrière la formidable muraille de montagnes et une ombre glaciale envahit la vallée qui nous pousse à presser le pas. Revenus à « la vie sauvage » un second vin chaud n’est pas de trop pour calmer les frissons qui ont commencé à nous envahir et nous réconforter après environ 20 kilomètres en raquettes agrémentés de 500 mètres de dénivelé ! Pas mal "is not it " pour des "seniors" !

  

A suivre……

 

*****

Si vous appréciez ce blog, peut être aimerez vous aussi mes chansons dont je viens de poster trois nouvelles : "T'es trader" "Monsieur Jésus"  et  "Ado-blues" sur le site musical:

 DEEZER (Cliquez sur le nom du site pour y accéder)

(De nombreuses autres chansons sont postées également sur DEEZER sous le nom de OLD NUT)

 

Vous pouvez également écouter mes chansons (sauf les nouvelles ) sur mon blog :

OLD NUT (en accès libre )

 

Texte & Photos Ulysse  

 

07/02/2016

Le jour où le Caroux était une île.....

caroux,brouillard,consumérisme,châtaignier,mouflon

A force d’arpenter le massif du Caroux depuis une dizaine d’années, certains de mes lecteurs pourraient penser que je n’ai plus rien à y découvrir et que je vais finir par m’en lasser. C’est aussi parfois ce que je me dis, mais cet étonnant massif s’évertue à chaque sortie à me surprendre. Il en a été une nouvelle fois ainsi aujourd’hui. Parti aux aurores, j’en commence l’ascension sous un ciel maussade, par l’un de ces antiques chemins bâtis par les anciens, pour lesquels j’ai à chaque fois une pensée reconnaissante.

 

caroux,brouillard,consumérisme,châtaignier,mouflon

Je passe devant une ancienne ferme à laquelle le brouillard confère un caractère fantasmagorique. Désertée par les hommes, elle est probablement devenue le refuge des lutins, trolls, elfes, farfadets, sylphes et fées, tous ces membres du « petit peuple » qui hante les châtaigneraies, autrefois exploitées par l’homme. Vous pensez que je galèje, que j’affabule, mais comment expliquez vous qu’il n’y ait plus de châtaignes à terre, sinon qu’elles ont servi de festin à tout ce petit monde.

 

 

caroux,brouillard,consumérisme,châtaignier,mouflon

Arrivé à 800 mètres d’altitude, je sors du brouillard d’où émergent les aiguilles et éperons rocheux dont est hérissé le plateau sommital.

 

caroux,brouillard,consumérisme,châtaignier,mouflon

Je rends visite, comme à chaque fois que je passe dans ce secteur, à ce frêle arbuste, né d’une graine apportée par le vent ou un oiseau et qui pousse au dessus de l’abime. Sa vaillance et sa résistance au vent, à la canicule, au gel, à la neige me rend admiratif. Il ne doit pas regretter d’être né en un lieu aussi périlleux car il jouit, pour l’heure, d’un somptueux spectacle sur la mer de nuages qui entourent le Caroux.

 

caroux,brouillard,consumérisme,châtaignier,mouflon

Cette mer forme des baies où je m’attends à voir, d’un moment à l’autre, un voilier prendre le large.

 

caroux,brouillard,consumérisme,châtaignier,mouflon

Sans doute fasciné par ce spectacle inhabituel, un arbuste, probablement de la même famille que mon petit « protégé », semble tendre ses deux branches torturées au dessus des rochers pour mieux l’admirer .

 

caroux,brouillard,consumérisme,châtaignier,mouflon

J’ai l’impression d’être dans un avion volant au dessus des nuages et cette sensation me fait penser à la magnifique chanson de Charlélie Couture « Comme un avion sans aile ».

 

 

caroux,brouillard,consumérisme,châtaignier,mouflon

Je poursuis ma progression vers le cœur du plateau sommital et la nature – qui est toujours d’une générosité extrême à l’égard de ceux qui l’aiment et la respectent - m’offre le spectacle d’un groupe de mouflons qui gambadent sur les rochers situés en amont. Contrairement à leur habitude, ils ne semblent pas effrayés par ma présence. Mais ils sont encore jeunes et n’ont pas encore pris conscience que nous sommes le plus impitoyable des prédateurs, le seul qui tue pour le plaisir.

 

caroux,brouillard,consumérisme,châtaignier,mouflon

Ils me font une démonstration de leur agilité, ce qui me rend un brin jaloux, mais je me console en me disant que je suis gâté par la vie de pouvoir accéder à de tels lieux et contempler les beautés de la nature quand tant de mes congénères en sont privés.

 

caroux,brouillard,consumérisme,châtaignier,mouflon

Je m’installe pour pique-niquer en face d’une île rocheuse qui émerge de la mer de nuages.

 

caroux,brouillard,consumérisme,châtaignier,mouflon

Et je déguste mon frugal repas en contemplant le ballet des nuages qui tourbillonnent autour de cette île, aspirés par les courants créés par le réchauffement de la roche.

 

 caroux,brouillard,consumérisme,châtaignier,mouflon

A part quelques grands corbeaux qui passent au dessus de ma tête en poussant leurs chants gutturaux, je suis seul. Sans doute que le temps maussade a dissuadé les randonneurs de partir à l’assaut du Caroux. Après une courte sieste où je me sens un peu comme Robinson sur son île déserte, je me décide à contrecoeur à redescendre vers la grisaille qui règne en contrebas.

 

 caroux,brouillard,consumérisme,châtaignier,mouflon

Le brouillard devient plus épais mais heureusement les cairns me permettent de repérer plus facilement le chemin. Leur présence réconforte le pèlerin solitaire ; ils nous tendent en quelque sorte les mains secourables de ceux qui les ont édifiés .

 

caroux,brouillard,consumérisme,châtaignier,mouflon

Après avoir dévalé quelques pierriers et traversé sans encombre le torrent de l’Albine, ce qui peut être problématique quand il y a de gros orages, je rejoins la partie plus confortable du parcours.

 

caroux,brouillard,consumérisme,châtaignier,mouflon

La mousse qui recouvre pierres et arbres nous révèle que le soleil s’aventure rarement en ces lieux, du fait de la densité des frondaisons.

 

caroux,brouillard,consumérisme,châtaignier,mouflon

Mais il fut un temps où les hommes vivaient ici, travaillant une terre ingrate et élevant quelques moutons. Leur vie était rude mais pas dépourvue de moments de bonheurs, car ils étaient libres et leurs satisfactions étaient, la plupart du temps, à la hauteur de leurs attentes. Nous, hommes « modernes » sommes souvent insatisfaits, déprimés voire malheureux, car le monde dans lequel nous vivons s’ingénie à faire naître de la frustration dans nos esprits consuméristes et tourmentés.

 

 ******

Celles et ceux d'entre vous qui ont une progéniture ont, sans aucun doute, pendant la prime enfance de leurs rejetons, été assaillis de question toutes plus embarrassantes les unes que les autres, qui ont vite appris à nos jeunes têtes brunes et blondes que les adultes, en fait, ne savent pas grand chose et sont loin d'être exemplaires ! J'ai fait une chanson intitulée "Dis papa pourquoi?" tirée de ma propre expérience que mes petits enfants Emilie (12ans ) et Romain (10 ans ) ont bien voulu chanter....Je vous invite à l'écouter sur mon blog

PIQUESEL

Si vous l'appréciez je vous invite à aller écouter mes autres chansons diffusées sous mon nom d'artiste "OLD NUT" sur mon blog

OLD NUT

Vous pouvez aussi en écouter ou télécharger certaines sur

DEEZER

(ou Itunes, Spotify, Google play, Amazon....)

 

( Cliquez sur les mots "Deezer" ou "Old Nut" pour y accéder)

 

Texte & Photos Ulysse

  

26/12/2015

Les chevaux du Caroux

caroux,jasse,chevaux,rolex,dior,cardin,ferrari

Chers lectrices et lecteurs, je veux vous dire aujourd’hui combien j’apprécie vos visites et vos commentaires sur mes récits de randonnées qui font écho aux émotions que j’ai ressenties à les faire et en prolongent le plaisir. Pour vous remercier, j’ai cherché le cadeau que je pourrais vous offrir pour cette fin d'année. J’ai tout de suite écarté les Rolex, Ferrari, sac Vuiton et autre babioles futiles qui n’intéressent que les ectoplasmes  qui ont besoin de signes extérieurs de richesse pour exister. Et je me suis dit qu'étant, comme moi, amoureux de la nature, le seul cadeau qui pourrait vous ravir serait de partager de nouveau avec vous une fabuleuse rencontre que j'ai faite il y a trois hivers avec les chevaux libres du Caroux, alors que celui ci était recouvert de neige. Je dédie également cette note à mon ami Marc qui nous a quitté  cette année (et qui avait posté lors de sa première publication un commentaire sur cette note)  et je salue amicalement au passage ses proches et ses amis avec lesquels j'ai parcouru les sentiers de ce beau massif. 

caroux,jasse,chevaux,rolex,dior,cardin,ferrari

 

caroux,jasse,chevaux,rolex,dior,cardin,ferrari

Partons donc à la rencontre de ces chevaux aux alentours de la jasse d’Alingri (ancienne bergerie)  où ils  paissent au milieu d’une ginestière, dont les fibres servaient autrefois à fabriquer le «grisaoudo », genre de grande cape que portaient alors les bergers, mais dont le seul  attrait aujourd’hui est de couvrir d’or les montagnes du Haut Languedoc lors de leur floraison en mai.

 

caroux,jasse,chevaux,rolex,dior,cardin,ferrari

Sous le piétinement des chevaux, la neige a partiellement fondu faisant apparaître de maigres et rares touffes d’herbes rases et gelées dont ils se nourrissent. De temps en temps, pour se réchauffer ils se lancent dans une brève cavalcade, magnifique ballet plein d’énergie et de grâce, dont on comprend qu’il ait fasciné l’homme depuis la nuit des temps, comme en témoignent les peintures rupestres des grottes de Lascaux ou de Chauvet.

 

caroux,jasse,chevaux,rolex,dior,cardin,ferrari

Mais les chevaux se sont rendu compte de ma présence et me regardent intrigués, espérant peut être que je viens leur apporter de quoi améliorer leur chiche pitance. Ces nobles animaux, plus généreux et intelligents que certains bipèdes,  ne semblent pas faire cas de la couleur de leur pelage et vivent, blancs, noirs ou alezans, en parfaite harmonie. Certains arborent des crinières dont je dois avouer que je suis un peu jaloux. L’hiver est certes une saison rude pour eux mais qui présente l’énorme avantage d’être exempte de mouches et ça, pour un quadrupède qui n’a que sa queue pour les chasser, c’est un énorme avantage !

 

caroux,jasse,chevaux,rolex,dior,cardin,ferrari

Constatant que j’ai les mains vides, les chevaux reprennent le cours de leur « déjeuner » sauf une pouliche,  plus effrontée que les autres, qui s’approche de moi en semblant me dire « T’as vraiment rien dans ton gros sac à dos qui ferait mon affaire ? ». Flatté d’avoir attiré son attention, je me dis que je pourrais bien faire le sacrifice d’une partie de mon sandwich, mais je crains de provoquer une ruée sur ma frêle personne et de me retrouver le cul dans la neige avec une quinzaine de chevaux faisant assaut d’affection, perspective qui ne me réjouit guère, même s’il y a dans le lot de jolies pouliches. Et puis de toute façon ce n’est pas un quignon de pain qui changera son existence à laquelle, au demeurant, elle semble fort bien adaptée. Je me contente de lui caresser le museau, ce qu’elle semble apprécier, mais elle retourne très vite à sa préoccupation première qui est de se sustenter ! Au contraire des humains les animaux ne  peuvent pas vivre que d’amour et d’eau fraîche !

 

caroux,jasse,chevaux,rolex,dior,cardin,ferrari

Je reste alors tranquillement à les admirer,  leurs robes – vêtement unisexe chez cet animal -  contrastant avec le vert intense des genêts. Conscientes de mon admiration, les juments du groupe se prêtent au jeu et défilent devant moi comme des mannequins, sauf que ces belles équidées ont sacrément plus de grâce et de beauté que les sacs d’os aux minois sinistres, empaquetés dans du Cardin ou du Dior, que l’on voit aux défilés de mode.

 

caroux,jasse,chevaux,rolex,dior,cardin,ferrari

La reine de la horde est sans conteste cette magnifique jument rousse à la crinière blonde qui arbore un foulard, offert sans doute par un admirateur.

 

caroux,jasse,chevaux,rolex,dior,cardin,ferrari

Elle se campe devant moi semblant me dire « Tu n’as pas envie de faire le tour du Caroux, ça me réchaufferait ! »  Je regrette amèrement  de ne pas avoir appris à grimper à cheval car j’aurais volontiers fugué avec elle ! Il n’ y  a pas d’âge pour perdre la tête !

 

caroux,jasse,chevaux,rolex,dior,cardin,ferrari

Mais soudain, j’aperçois de gros nuages qui déboulent en face de la montagne d’Aret poussés par la Tramontane et je m’empresse de relever le col de ma parka car je sais le sort qui m’attend pour l’avoir vécu plusieurs fois.

 

caroux,jasse,chevaux,rolex,dior,cardin,ferrari

En quelques minutes, je suis immergé dans un brouillard glacial et il n’est pas question que j'aille me réfugier dans la jasse pour y pique-niquer vu l’état de sa toiture. Je décide d’aller m’abriter dans le refuge de Fontsalès à une demi-heure de la pour y casser la croûte auprès d’un bon feu de cheminée. J’abandonne donc quelques instants mes compagnons à leur funeste sort, dont au demeurant ils ne semblent pas se soucier. Je ne regrette plus de ne pas avoir fugué avec la jolie jument rousse !

 

caroux,jasse,chevaux,rolex,dior,cardin,ferrari

Rassasié et réchauffé, je retourne les voir et les trouve au même endroit, continuant  placidement à brouter des herbes glacées qui sont, peut être,  finalement pour eux une friandise comme le sont pour nous les sorbets !

 

caroux,jasse,chevaux,rolex,dior,cardin,ferrari

Mon retour parmi eux ne passe pas inaperçu et je sens dans leur regard naître de l’affection pour le bipède que je suis et qui ose affronter les intempéries hivernales du Caroux pour venir les admirer. 

 

caroux,jasse,chevaux,rolex,dior,cardin,ferrari

Mais la Tramontane redouble de violence et mes amis quadrupèdes courent se mettre à l’abri des rares arbres qui ornent le plateau. Malgré ces conditions climatiques difficiles, leur sort est malgré tout plus enviable que ceux qui ont péri lors de la retraite de Russie ou dans les eaux glacées du lac Ladoga.

 

caroux,jasse,chevaux,rolex,dior,cardin,ferrari

Je reste encore quelques instants à admirer ces magnifiques créatures qui font face avec bravoure aux éléments. Me vient alors aux lèvres cette émouvante chanson de Georges Brassens  « Le petit cheval blanc » que je vous offre chantée en duo avec Nana Mouskouri en guise de bonus à mon cadeau de fin d'année.

 

*******

Si vous  appréciez ce blog je vous invite à aller écouter mes chansons diffusées sous mon nom d'artiste "OLD NUT" sur mon blog

OLD NUT

Vous pouvez aussi en écouter ou télécharger certaines sur

DEEZER

(ou Itunes, Spotify, Google play, Amazon....)

 

( Cliquez sur les mots "Deezer" ou "Old Nut" pour y accéder)

Texte & Photos Ulysse

  

07/11/2015

Omelette aux cèpes au sommet !

 

IMG_5634.JPG

Après avoir fait mille et une virées dans le Caroux, Gibus et moi ne pensions pas que ce vieil ami avait encore des secrets pour nous. Et bien nous étions dans l’erreur car aujourd’hui nous avons eu droit à une magnifique et éprouvante surprise ! Laissez moi vous conter notre aventure ! Nous voici donc partis, Gibus et moi, en ce matin frisquet, de Saint Martin de l’Arçon, pittoresque village ancré sur le contrefort du versant méridional du Caroux. Notre objectif est d’aller déjeuner au refuge de Font Salesse en empruntant successivement la piste dite du ruisseau de Saint Martin de l’Arçon puis celles des Biterrois, du Garrel et enfin du Peyro-Grosso, un itinéraire  assez sportif mais sans difficulté technique particulière.

IMG_5644.JPG

Mais le sort ou les dieux (je vous laisse le choix selon vos croyances)  en décide autrement. En effet, parvenus à l’embranchement d’où part notre itinéraire, nous apercevons un cairn placé sur un rocher qui émerge dans le sous bois en amont, que nous n’avions jamais repéré jusqu’alors. Généralement les cairns signalent une voie d’accès et, toujours à l’affut de nouveaux itinéraires, nous nous décidons à suivre la direction indiquée.
 

 

IMG_5645.JPG

Très vite nous découvrons qu’il n’ y a pas à proprement parler de chemin, les cairns nous conduisant peu à peu vers un chaos rocheux qui suit la ligne de crête d’un repli montagneux montant jusqu’au sommet du Caroux.

 

 

IMG_5653.JPG

Nous progressons donc en grimpant et dégrimpant des amas de rochers en équilibre plus ou moins stable et dont nous craignons à tout moment qu’ils ne basculent sous nos pieds .

 

 

IMG_5659.JPG

Malgré notre goût pour l’imprévu nous sommes un tantinet inquiets car nous craignons que chaque monticule rocheux que nous escaladons ne débouche sur le vide. Nous serions alors obliger de faire demi tour, n’ayant pas de corde qui nous permettrait de descendre en rappel. Mais comme disent nos très chers amis « britishs » « so far so good »  et nous enchainons nos promontoires rocheux sans trop de difficulté ni de frayeur. 

 

IMG_5662.JPG

Ayant basculé de l’autre coté d’un promontoire nous avons même l’immense bonheur d’apercevoir, sur le repli montagneux parallèle au nôtre,  un mouflon et deux mouflonnes fort étonnés de nous voir en un tel lieu. Nullement inquiets, vu la distance et le relief qui nous séparent, ils nous offrent le loisir de les admirer longuement, rare échange pacifique entre l’homme et des animaux sauvages plus  habitués à être lâchement assassinés par des Nemrods qui ont plus de plomb autour de leur bedaine que dans leur carafon !

 

 

IMG_5666.JPG

Après cette rencontre inespérée et rassérénante,  une mauvais surprise nous attend. Après avoir en effet grimpé un amas rocheux un peu plus élevé et pentu que les autres, nous débouchons sur une paroi qu’il est risqué de descendre sans corde. Ce n’est pas tant qu’elle soit très haute (environ six mètres) mais le replat sur lequel elle débouche est bordé par le vide et toute chute pourrait donc nous y précipiter.

 

 

IMG_5670.JPG

Nous rebroussons chemin et cherchons un passage  contournant ce promontoire. Nous finissons par le trouver en rampant quasiment dans le taillis de chênes verts qui couvrent les flancs du repli montagneux. Une cinquantaine de mètres en amont nous retrouvons avec soulagement les cairns en espérant ne pas tomber sur d’autres obstacles aussi techniques. Mais la chance ou les dieux  sont avec nous et la fin de notre périple s’achève sans trop de difficultés.

 

 

IMG_5672.JPG

Ce type de parcours très sportif dans un environnement montagnard somptueux fait tout le charme de ce petit et modeste massif qu’est notre très cher Caroux. Je comprends que notre ami Marc qui nous a récemment quitté en soit tombé amoureux. J’espère que là où il est il peut le parcourir à loisir sans avoir à se mettre à quatre pattes voire à plat ventre comme nous l’avons fait ce matin Gibus et moi .

 

 

IMG_5683.JPG

Parvenus sur le plateau l’ami Gibus, auquel rien n’échappe, aperçoit un magnifique bolet au pied d’un hêtre dont nous avons le malheur de croiser le chemin. Car le pauvre bougre ne sait pas que nous avons dans nos sacs à dos une poêle et des œufs pour se faire une omelette qu’il va donc agrémenter. Je sais, certains me feront le reproche de prendre la défense des mouflons et d’accepter sans état d’âme de sacrifier un champignon. Mais « nobody’s perfect » !

 

 

IMG_5685.JPG

Et voici, histoire de vous mettre l’eau à la bouche, quelques images sur la préparation du « plat du jour »  servi à l’auberge du refuge de Font Salesse : Couper le champignon en fines lamelles et le faire cuire sur le feu …..

 

 

caroux,cèpe,épicure,omelette

 Battre les œufs dans le récipient à votre disposition, en l’occurrence nos verres ……

 

IMG_5691.JPG

Puis verser les œufs battus sur les morceaux de champignon.....

 

 

IMG_5692.JPG

Laisser cuire en veillant à conserver le moelleux de l’omelette - ce qui n'est pas évident sur un feu de bois - en se régalant du fumet qui envahit le refuge….

 

 

 

IMG_5695.JPG

Couper en veillant à faire deux parts équitables pour ne pas gâcher une longue et belle amitié…..

 

 

IMG_5696.JPG

Et se régaler en accompagnant l’omelette d’un verre de rosé d'Oc, le rouge d'Oc étant réservé pour le fromage qui suivra....(vous avez là le secret de notre éternelle jeunesse !)

 

 

IMG_5697.JPG

Ayant festoyé nous reprenons tranquillement le chemin du retour l’âme ouverte aux merveilles de ce monde que l’on trouve au bout de nos chaussures .

 

 

IMG_5698.JPG

Car après ces délices épicuriens, la nature  offre à nos yeux éblouis son magnifique patchwork de végétation multicolore.

 

 

IMG_5701.JPG

Et du chemin en balcon qui nous ramène à bon port on contemple la galaxie bleutée de monts et collines qui ornent notre région, baignés d’une brume qui efface toute trace humaine et nous donne le sentiment d’être seuls au monde.

 

 

 

******** 

Si vous appréciez ce blog je vous invite à aller écouter mes chansons dont la dernière "Reprends la barre" est un spam et qui sont diffusées sous mon nom d'artiste "OLD NUT" sur 

DEEZER 

Vous pouvez aussi les écouter sur mon nouveau blog musical 

OLD NUT

Cliquez sur les mots "Deezer" ou "Old Nut" pour y accéder) 

 

TEXTE & PHOTOS ULYSSE