suivi de mon blog
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

28/02/2012

Oh ! Qu'ils sont hauts les châteaux cathares !(1ère partie)

Je vous invite à aller lire la cinquième partie de mon reportage sur Karukera sur mon autre blog PIQUESEL

quéribus,peyrepertuse,carcassonne,cathares

 Hello ! C’e sont les vacances et donc me revoilà, moi Louna  la parigote pâlichonne, descendue dans le sud avec mon frère Léo pour mettre un peu d’ambiance dans la maison de mes grands parents et les sortir de leur hibernation. Car il faut dire que depuis qu’il est revenu de Karukera mon grand père a tout du plant de canne à sucre. C’est probablement un effet de mimétisme car je sais qu’il a un gros faible pour le rhum. Il reste figé dans son fauteuil enroulé dans trois couvertures à attendre que le thermomètre dépasse les 25° pour sortir. C’est pour ça que sur son blog il vous ressert ses vieux rogatons car les seules « rando »  qu’il fait c’est en savates devant sa cheminée.

 Mais en arrivant j’ai mis le holà ! Je l’ai menacé de lui planquer les clés de sa cave s’il ne sortait pas de sa torpeur. Je sais que ce chantage est odieux car mon papy sans clés de cave c’est comme un dentiste sans roulette, une infirmière sans seringue ou un homme politique sans main à serrer.  Mais qui veut la fin veut les moyens. D’ailleurs ça a marché, parce qu’aussitôt il nous a demandé « Où voulez vous aller  ? »

 

quéribus,peyrepertuse,carcassonne,cathares

« On aimerait bien visiter des châteaux » lui a-t-on répondu en cœur. On est comme ça Léo et moi, on vit à Paris dans un modeste immeuble du 20ème mais on a un faible pour les châteaux, éléments incontournables des  contes de notre enfance. Mais à vrai dire qui ne rêve pas de château en Espagne ou ailleurs.  Ce sont des lieux de pouvoir et surtout de mystère, souvent bâtis sur des promontoires où leurs formidables remparts frappent l’imagination.

 Nous voilà donc partis pour le château de Quéribus, l’un des châteaux dits « cathares » qui ont servi de refuge à ces  biens nommés « Bonshommes »  dont mon papy vous a déjà conté l’histoire en mai 2007 à l’occasion de son périple sur le sentier Cathare qui relie la Méditerranée à la ville de Foix.

  

quéribus,peyrepertuse,carcassonne,cathares

Ce château se dresse à plus de sept cents mètres sur la ligne de crête d’une montagnette qui domine la rive nord de la rivière de Maury -  cru de vin doux naturel qu’affectionne particulièrement le gosier de mon « ancêtre » mais quel nectar son gosier n’aime-t-il pas – et d’où l’on jouit d’une vue grandiose sur le massif du Canigou.

 

quéribus,peyrepertuse,carcassonne,cathares

Construit au début du XIème siècle par un vassal du roi d’Aragon,  ce château fut le dernier refuge des cathares, jusqu’à ce qu’il tombe en 1255 aux mains des croisés français. Ces derniers ont impunément mis à sac une région, massacrant au nom de leur dieu des pauvres bougres qui ne demandaient qu’à vivre en paix, alors que moi on me morigène si je ne me lave pas les dents, le monde est vraiment injuste !

 Quéribus est ensuite devenu une pièce maîtresse du dispositif défensif du roi de France  dont le centre de commandement était Carcassonne. Il était d’ailleurs l’un des « cinq fils » de cette cité avec les châteaux de Peyrepertuse (où l’on ira tout à l’heure) Aguilar, Puylaurens et Termes .

 

quéribus,peyrepertuse,carcassonne,cathares

Le château a beau être ébréché et rapiécé de toutes parts,  sa vue  vous fait un sacré choc. Nous qui vivons dans le monde de l’éphémère où les chanteurs ont des carrières d’un quart d’heure et où les services marketing des sociétés de cosmétique inventent un nouvel un anti-rides révolutionnaire par semaine, ça nous laisse « babas » Léo et moi de contempler des murs qui ont près de mille ans d’existence !

 

quéribus,peyrepertuse,carcassonne,cathares

Et ici pas d’ascenseur, pas de « stick » comme dans les jeux vidéos débiles qui vous vous font croire que vous êtes des super héros  volants tout en vous transformant en poireaux de canapés.  Faut  grimper pédibus jambis sans rechigner des dizaines de marches d’escalier.  Mon papy me dit que ça me fera de beaux mollets, mais je me suis laissé dire que les mollets ç’est pas ce que les garçons regardent le plus chez les filles !

 

quéribus,peyrepertuse,carcassonne,cathares

Mais la vue dont on jouit une fois là haut vous récompense de vos efforts. Si les fanas de jeux vidéo  savaient ça, je suis sûre qu’ils échangeraient leurs consoles  contre une paire de chaussures de randonnée.

 

quéribus,peyrepertuse,carcassonne,cathares

Vous pensez que j’exagère ? Alors rejoignez moi et  jetez un œil, enfin façon de parler, car je sais que vos yeux vous sont précieux et que vous voulez les garder ! Etonnante la langue française, vous ne trouvez pas ?

 

quéribus,peyrepertuse,carcassonne,cathares

Ca vaut le coup, n’est ce pas !  Vous voilà convaincus maintenant ! Bon si vous cherchez une paire de chaussures de randonnée taille 38 j’en ai une à vous céder car je viens juste de passer au 39 ! D’ailleurs ça m’inquiète un peu car si ça continue à ce rythme je suis partie pour avoir les pieds de mon papy et ça pour une fille c’est pas un atout !

 

quéribus,peyrepertuse,carcassonne,cathares

On s'imagine que ces forteresses à l’aspect guerrier étaient habitées exclusivement par des soldats frustes et belliqueux. Mais les élégantes fenêtres géminées largement ouvertes sur l'extérieur qui ornent la façade témoignent au contraire d’un certain raffinement des mœurs,  dû probablement à la présence de femmes,  car il est bien connu que notre appendice nasal est plus sensible que celui des garçons.  


 

quéribus,peyrepertuse,carcassonne,cathares

Et, de fait, en prenant du recul, ces bâtiments que l’on jugeait rustiques et massifs apparaissent sobres et élégants. Bon,  ils manquent certes d'un élément de confort essentiel : une salle de bains ! L'avantage pour les hommes de l'époque est qu'ils n'avaient pas à attendre des heures leurs dulcinées.


 

quéribus,peyrepertuse,carcassonne,cathares

Quand on pénètre au cœur du donjon on reçoit un choc esthétique en découvrant un salle gothique dont la voûte soutenue par un unique pilier central comporte quatre croisées d’ogives retombant sur des culots à type pyramidal (j’ai bien retenu la leçon d’architecture de mon papy !). Après avoir vu une telle merveille comment peut-on encore, même à douze ans,  s’intéresser aux frasques de Lady Gaga  ou au dernier bruitage de David Guetta ,

 

quéribus,peyrepertuse,carcassonne,cathares

En regardant vers le nord, on découvre au loin le château de Peyrepertuse perché à 800 mètres sur la crête du roc de Sagnes et dont les murailles bâties dans le prolongement de la falaise se confondent avec elle. Ca vous dit d’y aller faire un tour ? Suivez moi, mais prenez garde en descendant les marches d’escalier car certaines sont un peu usées.

 

quéribus,peyrepertuse,carcassonne,cathares

Peyrepertuse est une formidable forteresse, aussi vaste que la cité deCarcassonne. Elle domine une vallée qu’affectionne également mon papy parce qu'y coule le Verdouble, nom qui le fait rêver. On y trouve aussi le village de Cucugnan rendu célèbre par Alphonse Daudet.

 

quéribus,peyrepertuse,carcassonne,cathares

Ce site aurait été occupé par les romains au 1er siècle avant J.C. mais il ne reste rien de leurs constructions dont les pierres ont été récupérées pour bâtir le  château aux environs de 1070. Possession du comte de Narbonne, vassal du roi d’Aragon, il a subi le même sort que Quéribus en 1240 et est donc tombé dans l’escarcelle du roi de France, Saint Louis, le mal nommé. Somme toute l’histoire de France (comme, hélas, celle de tant d’autres pays) n’est qu’une longue litanie de guerres, de crimes crapuleux et de trahisons. Faut pas que les parents s’étonnent après ça que frères et sœurs se chamaillent comme chiens et chats !

 

quéribus,peyrepertuse,carcassonne,cathares

Saint Louis a complété la forteresse en édifiant un second donjon dénommé San Jordi  sur la partie de la montagne qui domine le « donjon vieux »  entouré de remparts que l’on aperçoit au dessus de nous.

Pour la visite, il faudra revenir car c’est l’heure de la pause pique-nique que je ne manquerais pour rien au monde vu qu’il y a des chips et du poulet grillé !

 A suivre....

 Texte Louna/Ulysse & Photos Ulysse


12/02/2012

Les Orgues d'Ille sur Têt (reprise d'archive)

Hello, je vous invite à aller suivre le deuxième volet de mon reportage sur Karukera sur mon autre blog PIQUESEL
 
http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC01947.JPG

Oubliez un instant le Taj Mahal, oubliez Versailles, oubliez Le Parthénon, Pétra, Abou Simbel, toutes ces oeuvres où l'homme a déployé son génie, je vous emmène aujourd'hui dans un pays de chateaux et de colonnades féériques créés ....par le vent et  la pluie !

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC01959.JPG

Nous voici à Ille sur Têt là où il y a 5 millions d'années les granites du plateau de Montalba se sont peu à peu désagrégés pour venir se déposer sous forme de sable sur les rives de l'ancêtre de la Méditerranée.


http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC01953.JPG

Sous l'effet des pressions telluriques ce sable s'est transformé en roche friable recouverte d'une couche plus dure que la pluie a lentement percée, érodant progressivement la roche plus tendre sous jacente.

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC01960.JPG

Ainsi peu à peu la pluie, aidée par le vent,  sculpte dans l'épais manteau du plateau ce que les géologues nomment poétiquement des demoiselles « coiffées », mais aussi des draperies de pierres, des colonnes, des tours dont l'audace et l'exhubérance n'on rien à envier à la Sagrada Familia du génial Antoni Gaudi.


http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC01962.JPG

Les gens de la région éblouis par cette splendeur ont donné au site le nom d'orgues. Il est vrai qu'il a, par endroits, l'apparence d'orgues monumentales créées par la nature pour chanter les louanges de celui ou celle (car n'en déplaise aux religieux mysogines de tout poil, le créateur est peut être de sexe féminin !) qui a créé le monde.

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC01965.JPG

Mais comme les oeuvres humaines, ces « orgues » naturelles subissent l'effet du temps. Inlassablement, la pluie, grain de sable après grain de sable, poursuit son oeuvre de sculpteur et modifie en permanence le spectacle somptueux qu'elle nous offre.

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC01975.JPG

Ainsi dans cent ans, dans mille ans, ce prodigieux paysage aura changé et je reviendrai y faire un tour pour en témoigner...

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC01980.JPG
PS  Je vous informe de la publication du premier volet de mon reportage sur l'ïle de Karukera sur le blog consacré à mes voyages hors du pays d'Oc : PIQUESEL. Pour ce qui concerne Eldorad'Oc je continuer d'exploiter les archives  en espérant que vous ne m'en voudrez pas trop de cette pause.

 

Texte & Photos Ulysse

(reproduction interdite sans autorisation de l'auteur)


29/01/2012

Il a neigé dru sur le plo des Brus (fin)

   ACTUALISATION D'ARCHIVE

Etant indisponible jusqu'au début du mois de  février j'ai programmé quelques "archives" pour vous faire patienter. Merci de votre visite


DSC01539.JPG

(Suite de la note précédente)

Quittant la hêtraie qui préfère les versants au nord plus frais et humides, nous basculons vers le sud et  pénétrons au cœur d’une sapinière. Les troncs  sont ornés de mouchetis de neige qui captent et renvoient la lumière donnant un aspect féerique à ce lieu habituellement austère et sombre.


DSC01543.JPG

Nous croisons deux duellistes saisis par le gel. Quelle était donc la cause de leur querelle ? Une rivalité en amour ? Une affaire d’honneur ? Nous ne le saurons jamais comme nous ne saurons jamais de notre vivant si le vin est à volonté et gratuit au paradis ! (C’est pour cette raison que je prends un peu d’avance ici-bas !)


DSC01546.JPG

Même ce lièvre des neiges, familier des lieux, n’a pu nous donner le fin mot de l’histoire ! Avouez que c’est assez énervant de ne pas savoir ! Je lance un appel à celles et ceux qui auraient des informations sur ce drame de me mettre un commentaire. Il ou elle aura droit à ma gratitude éternelle (ce n’est pas rien !)


DSC01548.JPG

Nous ne prenons même pas la peine de poser la question à cet éléphant rescapé de l’armée d’Hannibal car chacun sait que les éléphants ça trompent énormément.

 

DSC01549.JPG

Cet « Ent-chataigner » séculaire aurait, peut être, pu nous tuyauter mais il a oublié la langue des humains apprise dans sa jeunesse du temps où les hommes vivaient dans le vallon et s’occupaient de lui en échange de ses châtaignes. Qu’allons nous devenir si les hommes et les arbres ne peuvent plus communiquer entre eux ?


DSC01550.JPG

Le chemin traverse le ruisseau de l’Ourtigas et Gibus, plus audacieux que je ne le suis, emprunte la passerelle branlante et couverte de neige masquant traîtreusement une couche verglacée. Il en sort indemne en se rattrapant aux branches tandis que je prends le parti moins glorieux de franchir le ruisseau au niveau d’un gué.


DSC01553.JPG

Et c’est l’arrivée à Caissenols le Haut, promesse d’un bon feu de cheminée , agrémenté d’un vin chaud que nous buvons à votre santé chères lectrices et lecteurs en saluant votre fidélité à nous suivre.



DSC01558.JPGIl est toujours émouvant de penser que des gens au cours des siècles passés ont été assis face à ce foyer la tête emplie de soucis, d’espoirs, de rêves. Qu’ils ont ri, discuté, pleuré, qu’ils se sont querellés, embrassés, aimés. Nous nous joignons en pensée à ce peuple de fantômes sachant qu’un jour viendra où nos visages s’estomperont dans le néant comme les flocons de neige dehors dès que reviendra le printemps. Vivons ! vivons ! il est plus tard que nous le croyons ! (cliquer sur la photo pour l'agrandir et vous verrez, enfin, nos bobinettes. Laquelle de vous, chères lectrices, a poussé un soupir de déception ?).

 

DSC01561.JPG

Réchauffés et rassasiés nous prenons le chemin qui mène au portail de Roquenduire. La remise en route, en cette saison qui ne nous permet pas de sacrifier à la sacro sainte tradition de la sieste, est un peu difficile, d’autant que l’ascension du matin a été rude.

 

DSC01567.JPG

Notre chemin traverse le ruisseau de la Raille auquel le gel a brodé de magnifiques suspensions de glace, chefs-d’œuvre éphémères et rares en notre contrée

 

DSC01572.JPG

Les œuvres qui ornent le ruisseau de la Taillade n’ont rien à leur envier. L’hiver doit être follement amoureux de Gaïa pour lui sculpter de tels pendentifs ! Sans doute craint-il d’être bientôt éconduit en raison de l’irresponsabilité des hommes.

 

DSC01575.JPG

Les yeux éblouis par tant de merveilles je marche par inadvertance sur la queue d’un chat sauvage qui s’en prend à mes mollets me forçant à précipiter l’allure

 

DSC01576.JPG

Nous arrivons en vue de la Serre de Majous qui dépasse les 800 mètres mais que l’hiver a déserté du fait d’une généreuse exposition au soleil. Ainsi en quelques kilomètres nous changeons de zone climatique, parfaite illustration de ce patchwork de micro-climats que constitue la zone des hauts-cantons située à la croisée des influences océanique, montagnarde et méditerranéenne.

 

DSC01582.JPG

Sur le versant couvert de genets Gibus qui a un regard d’aigle repère un intrus qui nous observe. Saurez vous vous aussi le repérer?

 

DSC01583.JPG

Nous franchissons enfin l’étonnant portail de Roquandouire pour redescendre en direction de Nougayrol. Vous l'avez déjà franchi en ma compagnie au moins une dizaine de fois mais on ne s'en lasse pas, n'est ce pas ?

 

DSC01588.JPG

Quelle meilleure façon de tirer le rideau sur cette randonnée que de vous montrer ce rideau de glace tissé par le ruisseau du Devois du Fayet que nous traversons avant d'arriver. Il est vrai qu’avec un nom pareil on a le droit de parader !

 

Texte & Photos Ulysse

A ceux qui envisagent l'achat d'un appareil photo je déconseille l'achat d'un appareil SONY qui comme le souligne ce site sont de fabrication légère, ce que je confirme car mon SONYAlpha 55 a eu une panne fatale alors qu'il était encore sous garantie que la société a refusé d'appliquer prétextant un mauvais usage de l'appareil. 

 

Remonter



24/01/2012

Il a neigé dru sur le Plo des Brus (1ère partie)

  ACTUALISATION D'ARCHIVE

Etant indisponible jusqu'au début du mois de  février j'ai programmé quelques "archives" pour vous faire patienter. Merci de votre visite

 
DSC01445.JPG

Parcourir les chemins du haut-languedoc c’est revisiter son histoire. Il ne s’y trouve guère de lieu qui, par sa végétation, l’aménagement de l’espace ou les ruines que l’on y trouve, ne parle des siècles passés.

Nous voilà donc partis, Gibus et moi, pour un haut lieu à la fois géographique et historique de notre région : le plo des Brus, perché à plus de 1000 mètres dans le massif de l’Espinousse. En lisant ce nom, les esprits retors pourraient s’imaginer (aurais je l’esprit retors ?) que sur ce plateau (plo) haut perché, autrefois les brus en délicatesse avec leurs belles mamans (ce sont des choses qui arrivent, n’est ce pas !) venaient s’y échanger des recettes de soupe à la cigüe et autres « délices » pour mettre fin à leur problème, d’où le nom donné à ce lieu.

Que nenni ! l’origine en est beaucoup plus passionnante et viendrait de l’existence d’un camp romain qui aurait été commandé par Brutus, l’un des lieutenants de César (et plus tard l’un de ses assassins)  avec la mission de réduire les Ruthènes et les Avernes, soulevés par Vercingétorix.

Car ce plo situé sur le chemin menant de Béziers à Cahors occupait une position stratégique et présentait sur la majeure partie de son périmètre des défenses naturelles inexpugnables. Des restes de fortifications, des traces de roues de chars  gravées dans les dalles du sol et d’innombrables fragments de porteries attestent de cette présence romaine (Source « Mon Blason de Jules Anton Ed.  les Amis des Cévennes).

 

DSC01451.JPG

Nous partons donc du vieux moulin de Nougayrol situé au bord de la Mare (affluent de l’Orb) quelques kilomètres après Andabre et grimpons vers la chapelle de St Eutrope, notre  première étape. Derrière nous s’élève la montagne de Marcou (1087m) coiffée de neige qui donne une note de fantaisie à son allure habituellement austère.

 

DSC01463.JPG

La plateforme rocheuse sur laquelle est installée la chapelle nous permet de reprendre notre souffle. La croix qui la coiffe est comme un  défi de l’esprit au monde minéral et inhospitalier qui l’entoure .

 

DSC01473.JPG

Mais nous avons nous aussi un défi à relever qui est de franchir  sans encombre la formidable barre rocheuse qui protège le plo des brus, malgré la neige qui recouvre ses pentes

 

DSC01478.JPG

A peine sommes nous en route sur une vague trace encombrée de rocs, que nous apercevons un vénérable mouflon qui doit se trouver très heureux, en nous voyant tanguer sur le sentier, d’avoir quatre pattes plutôt que deux ! Malgré les cornes qu’il nous faudrait porter, sûr que l’on aimerait nous aussi à ce moment être mouflons !

 

DSC01485.JPG

Il rejoint nonchalamment sa harde qui se réchauffe la couenne au soleil, sans doute heureuse de retrouver un temps plus clément après les tempêtes des derniers jours.

 

DSC01497.JPG

La pente se fait plus raide et la neige plus profonde, ce qui ne facilite pas notre progression. Mais la tramontane est en congé et le froid reste supportable, ce qui nous permet de nous concentrer sur le sentier.

 

DSC01502.JPG

A l ‘approche de la dernière barre rocheuse les choses se corsent car la couche de neige rend les roches sous jacentes glissantes et, oh stupeur ! Gibus, qui habituellement semble flotter sur les chemins, patine un peu dans la semoule ….Quant à moi je progresse à quatre pattes  sur un air de tango, deux pas en avant, un pas en arrière !

 

DSC01506.JPG

Mais de nos efforts nous sommes largement récompensés par la vue que l’on a une fois parvenus sur le plo.  On comprend que les romains aient choisi d’installer leur camp à cet endroit qui offre une vue à 360° (voire plus) sur le paysage environnant.

 

DSC01508.JPG

Vu d’ici, l’orgueilleux Marcou n’est plus qu’un pauvre tas de caillou, lointain cousin du Mont valérien (il faudra que je me méfie la prochaine fois que j’irai lui gratter le dos, si jamais on lui rapporte mes propos !). Comme quoi tout est affaire de perspective : tel problème dont on se faisait une montagne nous fait sourire après l'avoir surmonté !

 

DSC01520.JPG

Nous nous arrachons à grand peine à cette vue ensorcelante pour descendre vers le hameau de Caissenols le Haut, où nous avons prévu de pique-niquer.

 

DSC01516.JPG

Alors que nous suivons les traces d’un mouflon, je vérifie la véracité d’un dicton languedocien qui dit que si l’on met ses pas dans ceux de cet ongulé , on peut lire dans ses pensées. Je n’ose le dire, mais ayant agi de la sorte, je vis apparaître le postérieur d’une mouflonne ! Comme quoi les mouflons et les hommes ont des valeurs communes !

 

DSC01528.JPG

Nous croisons un hippopotame des neiges, descendant d’une espèce qui occupait les lieux il y deux cents millions d’années alors que le climat était tropical. La faculté d’adaptation du monde vivant est étonnante. Qui pourrait imaginer que nos avortons politiques actuels sont des descendants de Vercingétorix et de Charlemagne?

 

DSC01529.JPG

Etre ou ne pas être, voilà une question que ne se pose pas ce formidable hêtre qui a lui seul constitue une forêt. Les arbres sont dans le monde vivant les êtres qui ont la vie intérieure la plus riche et la plus intense, du fait de leur immobilité qui les conduit  à passer leur existence à méditer en faisant fi des éléments. D’ailleurs, faites l’essai un jour d’enlacer un bel arbre pendant plusieurs minutes et vous en serez revigoré.

La tempête Klaus de janvier 2009 l’a malheureusement sérieusement blessé mais pas terrassé et je lui souhaite  de voir passer de nombreuses générations de randonneurs.

A suivre....

Texte & photos Ulysse

A ceux qui envisagent l'achat d'un appareil photo je déconseille l'achat d'un appareil SONY qui comme le souligne ce site sont de fabrication légère, ce que je confirme car mon SONYAlpha 55 a eu une panne fatale alors qu'il était encore sous garantie que la société a refusé d'appliquer prétextant un mauvais usage de l'appareil. 

 

Remonter