suivi de mon blog
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

31/10/2015

A l'école du Caroux ....

 

caroux,mouflon,école,coca cola,hamburger

La fin des vacances approche et nous voilà partis pour une dernière rando sur le Caroux avec Maxime et Colin, les petits enfants d’amis de nos grands parents. L’or des feuillages compense largement le manque d’ardeur du soleil automnal.

 

 

caroux,mouflon,école,coca cola,hamburger

Les rochers gris blanc du massif sont illuminés par des guirlandes végétales d’un magnifique camaïeu d’oranges et de pourpres. Sur le caroux c'est Noël avant l'heure !

 

 

caroux,mouflon,école,coca cola,hamburger

Dans cette immense cour de récréation où jamais la sonnerie infernale de la reprise des cours ne sonne, nous courrons à perdre haleine, ivres de cette liberté dont nous sommes trop souvent privés.

 

 

caroux,mouflon,école,coca cola,hamburger

On peut rêver d’une civilisation où les écoles seraient à ciel ouvert et où l’on apprendrait les mathématiques en comptant les pierres, les pommes de pins ou les mouflons, la littérature en écoutant et en racontant des histoires le soir autour d’un feu de bois, l'histoire et la géographie en étudiant le paysage. Une telle civilisation  a d’ailleurs existé, celle des amérindiens, mais elle a été exterminée pour que l’humanité puisse se gaver de hamburgers et de coca-cola.

 

 

 

caroux,mouflon,école,coca cola,hamburger

Heureusement, il reste des terres vierges non contaminées par l’esprit de compétition et le consumérisme yankee, et ce n’est pas en Inde, ni en Chine ou au Brésil, non c’est sur le Caroux, mais chut, ne le crions pas trop fort si l’on veut en préserver la beauté sauvage et unique.

 

 

caroux,mouflon,école,coca cola,hamburger

En ces lieux on apprend à faire des choses inutiles, au demeurant les seules qui vaillent et qui vous enrichissent, à savoir : marcher pour le seul plaisir de marcher, grimper sur des rochers pour le seul plaisir de grimpe. On y apprend aussi la patience, l'endurance et la solidarité. Le Caroux est  vraiment l'école idéale !

 

 

 

caroux,mouflon,école,coca cola,hamburger

On y découvre aussi que, vue dans haut, notre magnifique planète est vraiment bleue et que les réalisations humaines, aussi ambitieuses et arrogantes soient elles, n’ont pas plus d’importance que les crottes de mouflons que l’on aperçoit ici et là au milieu des rochers.

 

 

caroux,mouflon,école,coca cola,hamburger

Ainsi la montagne nous apprend-t-elle l’humilité mais fait naître aussi en nous l’ivresse de pouvoir en un regard appréhender une si vaste partie du monde.

 

caroux,mouflon,école,coca cola,hamburger

L’automne par la sénescence qui affecte le feuillage de certaines essences d’arbres révèle l’harmonieuse cohabitation du genre arboricole dont le genre  humain ferait bien de s’inspirer.

 

 

caroux,mouflon,école,coca cola,hamburger

Et nous voici parvenus au point le plus haut (1091m) du plateau du Caroux où des esprits facétieux ont eu l’idée incongrue de mettre un banc (c'est à  ma connaissance la seule montagne au monde qui possède un banc à son sommet !) ce qui permet d’admirer à loisir le Canigou dont on aperçoit le profil bleuté dans le lointain.

 

 

caroux,mouflon,école,coca cola,hamburger

Et c’est la lente descente vers notre point de départ, pendant laquelle défilent devant nos yeux éblouis de somptueux paysages qui ne sont d’aucune utilité mais qui participent à notre bonheur de vivre.

 

 

caroux,mouflon,école,coca cola,hamburger

 

 

 

caroux,mouflon,école,coca cola,hamburger

 Rendez vous aux prochaines vacances !

 ******** 

Si vous appréciez ce blog je vous invite à aller écouter mes chansons dont la dernière "Reprends la barre" est un spam et qui sont diffusées sous mon nom d'artiste "OLD NUT" sur 

DEEZER 

Vous pouvez aussi les écouter sur mon nouveau blog musical 

OLD NUT

Cliquez sur les mots "Deezer" ou "Old Nut" pour y accéder) 

 

TEXTE EMILIE ET ULYSSE & PHOTOS ULYSSE  

 

 

 

24/10/2015

Jeunes et moins jeunes guibolles sur le chemin de Caissenols !

 

caissenols,rosis,feu,civilisation

Hello ! pour les lecteurs de ce blog qui ne me connaissent pas encore je m’appelle Emilie, petite fille d’Ulysse, qui m’a délégué le soin de vous conter notre dernière aventure .

Normalement, les vacances sont une période pendant laquelle on a le droit de se laisser aller, de flemmarder, de faire la grasse matinée sauf quand on a le malheur d’être les petits enfants d’Ulysse. Bon, je galèje parce que même si c’est un peu dur de se lever aux aurores pour partir en rando,  la simple perspective d’aller déguster des saucisses grillées dans le merveilleux refuge de Caissenols nous dédommage de ce sacrifice !

 

 

caissenols,rosis,feu,civilisation

Vous me voyez là en compagnie de mon jeune frère Romain et de Tom, le petit fils de Gibus et Marie, au moment où après une heure de marche on fait une pause « chocolatines » grâce à la délicatesse de Gibus qui a eu l’excellente idée de les acheter le matin même. Les anciens ont parfois la mémoire qui défaille mais pas pour les choses essentielles.

 

 

caissenols,rosis,feu,civilisation

Quand je vois ce magnifique terrain de jeu, j’ai une pensée pour mes amis qui sont restés à Paris pour les vacances. Même s’ils ont des tablettes ou des jeux video à leur disposition ç’est vraiment du pipeau par rapport à ce que la nature nous offre : vent caressant, soleil régénérateur, nuages vagabonds, frondaisons multicolores, espaces infinis.

 

 

caissenols,rosis,feu,civilisation

Et puis il y a ces chemins  séculaires que des générations d’hommes ont parcouru dont on capte l’énergie et qui vous donnent le sentiment qu’en prenant de l’élan on va pouvoir voler !

 

 

caissenols,rosis,feu,civilisation

A celles et ceux condamnés aux tristes horizons urbains, j’offre cette vue somptueuse sur la montagne de Rosis où l’esprit vole de cime en cime et s’enivre de la beauté du monde.

 

 

caissenols,rosis,feu,civilisation

Nous passons un col orné d’un cairn en équilibre plutôt instable. Il suffirait d’enlever une pierre à la base pour que l’ensemble s’écroule. D’après ce que m’a dit mon papi c’est un peu ce qui se passe avec la nature dont nous détruisons par inconscience des éléments qui permettent notre existence.

 

 

caissenols,rosis,feu,civilisation

Si l’on n’y prend garde la vie, qui partout foisonne et prend des aspects et des formes extraordinaires, va s’effilocher et nos sentiers ne traverseront bientôt plus que des déserts. Ce ne sera pas alors la peine de dépenser des milliards pour aller sur la planète rouge car nous y serons déjà !

 

 

caissenols,rosis,feu,civilisation

Mais revenons à des préoccupations plus triviales dont l’une – tout à fait prioritaire - est de faire cuire les saucisses et pour cela il faut du bois. Comme les garçons sont restés en arrière pour servir de gardes du corps aux mamies qui progressent à leur rythme, je participe avec Gibus et mon papi à la corvée de bois.

 

caissenols,rosis,feu,civilisation

Et voici l’un des moments les plus attendus de nos randonnées : celui où l’on se met à table devant un feu de bois ! C’est un bonheur qu’aucune technologie aussi sophistiquée soit elle n’arrivera à nous procurer. Il est inscrit dans le génome de l’humanité depuis l’invention du feu. Et puis ce qui est fondamental, c’est que le feu de bois est une technologie qui ne demande aucune superstructure à la fois hyper sophistiquée et terriblement fragile comme celles dont dépendent aujourd’hui nos existences.

 

 

caissenols,rosis,feu,civilisation

Et voilà notre « Graal » du jour : des chipos et des merguezs grillées, heureux symbole d’une cohabitation pacifique de deux cultures qui vont contribuer à notre félicité. Dans ce qui vient d’un autre monde, regardons ce qui nous enrichit plutôt que ce qui nous sépare.

 

 

caissenols,rosis,feu,civilisation

La mimique de mon frérot vous dit combien ce repas fut gargantuesque même si, vu notre jeune âge, nous n’avons pas eu droit aux nectars liquides qui l’accompagnaient.

 

 

caissenols,rosis,feu,civilisation

Au retour, on fait une pause auprès d’un arbre mort dont la ténacité à rester debout impressionne mon papi. A chaque fois il en prend une photo car il y voit une exhortation à ne jamais baisser les bras, à ne jamais renoncer à affronter les intempéries pour aller randonner, à ne jamais laisser du vin au fond d’une bouteille pour célébrer le bonheur d’être en vie et de pouvoir marcher !

 

 

caissenols,rosis,feu,civilisation

Il faut dire que vu le somptueux spectacle que nous offre ce massif, je comprends que mon papi et Gibus y passent une bonne partie de leur vie.  

 

 caissenols,rosis,feu,civilisationEt puis, comme Alice au pays des merveilles, on y fait  d’étonnantes rencontres, tel cet éléphant perdu de la horde qui accompagnait Hannibal  dans son périple pour aller conquérir Rome.

 

 

caissenols,rosis,feu,civilisation

 

Puis nous repassons au travers du portail de Roquendouire avant de redescendre vers la vallée où nous allons retrouver la « civilisation » dont on sait un peu mieux combien elle est superficielle et fragile et dépendante de la préservation du berceau naturel  où elle a éclôt.

 

  ******** 

Si vous appréciez ce blog je vous invite à aller écouter mes chansons dont la dernière "Reprends la barre" est un spam et qui sont diffusées sous mon nom d'artiste "OLD NUT" sur 

DEEZER 

Vous pouvez aussi les écouter sur mon nouveau blog musical 

OLD NUT

Cliquez sur les mots "Deezer" ou "Old Nut" pour y accéder) 

 

TEXTE EMILIE ET ULYSSE & PHOTOS ULYSSE  

 

10/10/2015

Grandiose est le spectacle au cirque du Brias !

 

brias,tournemire,soulzon,roquefort,vautour fauve

Aujourd’hui je fais une infidélité aux monts du Haut Languedoc pour vous emmener sur le causse du Larzac. Nous partons de Tournemire, petit village blotti au pied du cirque du Brias, nom qui lui vient de la petite rivière souterraine qui en sort sur sa façade nord–est. Mes compagnons de rando que vous apercevez, guère plus gros que des fourmis, sur le chemin qui grimpe vers le plateau, vous donnent une idée de la taille de ce grandiose amphithéâtre minéral. 

 

brias,tournemire,soulzon,roquefort,vautour fauve

Ce cirque résulte de l’érosion de roches sédimentaires laissées par l’ancêtre de la mer Méditerranée qui recouvrait la région il y a plus de cent millions d’années. La nature dolomitique de ces roches, constituées d’un double carbonate de calcium et de magnésium dont la solubilité varie, explique ces reliefs ruiniformes qui nous donnent le sentiment, par endroits, d’être au pied des remparts d’un formidable château.

 

brias,tournemire,soulzon,roquefort,vautour fauve

Après avoir ahané sur l’étroit sentier qui mène au sommet et laissé au passage quelques décilitres de sueur qui ont poursuivi l’érosion du cirque (bon, là je galèje, mais les ahans eux étaient réels !) nous parvenons sur le plateau du Causse d’où la vue vertigineuse nous récompense de nos efforts. Quand on voit ainsi le chemin parcouru, un sentiment de fierté et de plénitude nous envahit.  La marche est une activité simple à la portée de tous qui porte en elle sa récompense.

 

 

brias,tournemire,soulzon,roquefort,vautour fauve

En longeant le bord du plateau nous découvrons Tournemire et la vallée du Soulzon, petite rivière dans laquelle se jette le Brias. Dans le damier irrégulier des prairies entourées de haies d’arbres, on aperçoit, minuscules silhouettes, quelques vaches qui ont un sort autrement plus heureux que celles qui sont parquées dans l’enfer des fermes industrielles. Ces dernières sont une pure abomination qui, outre la souffrance animale qu’elles occasionnent, conduisent à un désastre écologique. Après cette imprécatoire digression, j’en ferai une autre plus paisible sur ces étonnantes marnes grises érodées que l’on aperçoit sur les collines qui nous font face et qui remontent au jurassique inférieur, soit environ 200 millions d’année. La rando, source de joies et d’épanouissement, est aussi une formidable machine à remonter le temps !

 

 

brias,tournemire,soulzon,roquefort,vautour fauve

La mine réjouie de mes compagnons du jour témoigne du bonheur qu’il y a à naviguer ainsi par monts, plaines et vaux avec la nature pour seul horizon, loin de l’asphalte et du béton qui constitue généralement le décor familier de nos vies.

 

 

brias,tournemire,soulzon,roquefort,vautour fauve

Cette vue générale du cirque vous montre ce qu’une minuscule rivière, le Brias a pu accomplir avec le temps. Sans doute son cours a-t-il été plus torrentiel au cours des âges, ce qui a lui a facilité la tâche. En découvrant l’ampleur du cirque, me revient en mémoire la morale de la fable « Le lion et le rat » de la Fontaine : « patience et longueur de temps font plus que force ni que rage ». C’est un peu la devise du marcheur qui en mettant calmement et sereinement un pas devant l’autre peut faire en deux ans le tour de la terre et parcourir en un peu moins de vingt ans la distance qui sépare la terre de la lune. Cela dit mon esprit n’a pas besoin d’autant de temps pour s’y rendre, il y a même une résidence secondaire !

 

 

brias,tournemire,soulzon,roquefort,vautour fauve

La pluie et le vent ont sculpté, sur le rebord de la falaise, une gargouille au visage bienveillant qui sourit d’aise à la vue du magnifique paysage qui s’offre à ses yeux. Les paysans d’autrefois avaient une profonde connaissance des lois de la nature et en respectaient les contraintes et les nécessités. Ainsi ont-ils bordé leurs parcelles d’arbres les protégeant du vent, du ruissellement de l’eau et servant d’abris à des oiseaux mangeurs d’insectes ou de petits mammifères. Cette connaissance et ce respect ont été, en d’autres lieux, perdus ; l’arrogance, l’ignorance et la cupidité l’ont emporté, les haies ont disparu et les sols ont été asphaltés ou bétonnés, conduisant aux catastrophes qui sévissent ici et là dorénavant chaque année.

 

 

brias,tournemire,soulzon,roquefort,vautour fauve

En admirant ce paysage façonné par des siècles d’exploitation humaine, on se dit que notre pays est un paradis dont nous devons prendre soin et veiller à le perpétuer pour que les générations futures puissent en jouir et bénéficier de ses fruits. Mais ce paradis dépend d’un environnement plus global qu’il faut préserver et je vous invite à cet égard à regarder la vidéo que Nicolas Hulot a réalisée sur le sujet.

 

brias,tournemire,soulzon,roquefort,vautour fauve

Après notre pique-nique pris en contemplant ce paysage, nous nous installons dans les bras de Morphée et nous octroyons une sieste bien méritée.

 

 

brias,tournemire,soulzon,roquefort,vautour fauve

Un vautour qui passait par là, voyant nos corps immobiles s’imagine sans doute un instant qu’il s’agit de carcasses dont il va faire un festin, mais nous entendant ronfler il déchante vite et poursuit son vol dépité.

 

 

brias,tournemire,soulzon,roquefort,vautour fauve

Nous nous remettons en route et allons jeter un œil à la magnifique ferme caussenarde des Fournials, que l’on peut louer pour y passer quelques jours, dépaysement et tranquillité garantie !

 

brias,tournemire,soulzon,roquefort,vautour fauve

On y trouve alentour une vieille charrue rongée par la rouille et envahie par les herbes, témoignage de l’activité humaine qui animait autrefois ce lieu.

 

 

brias,tournemire,soulzon,roquefort,vautour fauve

Puis nous redescendons par un chemin creusé par les anciens dans le flanc de la falaise, un peu inquiets qu’une roche ne nous tombe sur le carafon.

  

brias,tournemire,soulzon,roquefort,vautour fauve

Mais nous arrivons sains et saufs à Tournemire et passons avec regret devant la boulangerie fermée du village car la vue des miches exposées en vitrine  fait naître en nos estomacs l’envie d’y goûter ! Il n’ y a pas d’âge pour faire « quatre heures » surtout quand on a bien marché !

 

  ******** 

Si vous appréciez ce blog je vous invite à aller écouter les chansons que j'ai composées  qui sont diffusées sous mon nom d'artiste "OLD NUT" sur 

DEEZER 

Vous pouvez aussi les écouter sur mon nouveau blog musical 

OLD NUT

Cliquez sur les mots "Deezer" ou "Old Nut" pour y accéder) 

 

TEXTE & PHOTOS ULYSSE

03/10/2015

Faut pas être un gringalet pour suivre le sentier du Grand Caballet !

P1010721 - Copie (3).JPGJe dédie cette note à mon ami belge, Marc, que j’ai connu grâce à notre passion commune du Caroux et qui vient de nous quitter.  Il continuera de cheminer en pensée à mes cotés sur les sentiers qu’il a tant aimés….

 

P9120051.JPG

La perspective d’aller randonner dans le Caroux fait courir dans mes jambes, la nuit qui précède, des fourmis qui m’empêchent de dormir. J’ai beau parsemer mon lit de feuilles de basilic, de menthe et des brins de lavande, qui sont réputés éloigner ces hyménoptères, rien n’y fait, les fourmis continuent d’aller et venir le long de mes guiboles  jusqu’à ce que j’ai commencé d’arpenter les chemins. Elles disparaissent alors comme par enchantement, bien que je n’en vois aucune se carapater.  Il faut dire que pour suivre l’ami Gibus, je remue sacrément mes guiboles et les fourmis n’aiment pas qu’on les asticote!

 

 

P9120060.JPG

En un rien de temps, on prend de l’altitude et on fait la nique à un nuage étourdi qui s’est scratché sur les collines d’en face.

 

 

P9120073.JPG

Nous empruntons (gracieusement, car le Caroux est généreux !) le chemin du Grand Caballet, l'un des sentiers les plus sportifs du Caroux mais qui offre de superbes perspectives sur les aiguilles qui dominent les gorges d’Heric. J’espère que mon ami Marc continue de pouvoir les admirer d’en haut.

 

 

P9120075.JPG

 

On voit les arbres comme des êtres statiques, mais certains sont de sacrés grimpeurs qu’aucune cime n’effraie.

 

 

P9120079.JPG

Contemplons cette magnifique toison dont les chênes verts ornent cet univers minéral et qui reste verte en toutes saisons, adoucissant la sauvage et austère beauté de ce massif.

 

 

P9120080.JPG

Heureux comme des gamins nous sommes, Gibus et moi, d’avoir à notre disposition un tel terrain de jeux. Nos randonnées sont des parenthèses de totale insouciance et liberté pendant lesquelles nos soucis sont emportés par le vent, dissous par la pluie ou évaporés par le soleil.

 

P9120086.JPG

Le Caroux, modeste massif si l’on se réfère à la hauteur de son sommet (1091m) n'a rien à envier aux Alpes ou aux Pyrénées quant à son aspect. On y trouve de formidables aiguilles et de vertigineux précipices qui ravissent les alpinistes. De grandes figures de l'escalade ou de l’alpinisme y sont d’ailleurs venus : Fraissinet, Azéma, Desmaison, Flematti entre autres et 250 voies d’escalade y sont ouvertes.

 

P9120088.JPG

 

C’est aussi l’une des plus vieilles montagnes de France, vestige du massif hercynien qui recouvrait une grande partie de notre pays il y a 350 millions d’années.  Après avoir été complètement érodé, ce massif a de nouveau été soulevé par la surrection des Pyrénées et des Alpes il y a environ 50 millions d’années. Et depuis il connaît de nouveau une lente érosion dont on voit partout les effets. Comme nous, les montagnes naissent et meurent, mais sur une autre échelle du temps.

 

 

P9120093.JPG

Nous avons la chance de surprendre un grand rapace perché tout en haut de l’aiguille rocheuse qui nous fait face, sans doute un aigle royal ou un aigle de Bonelli présents dans le secteur.

 

P9120093 - Version 2.JPG

Parlant de « rapace » je trouve choquant que les hommes utilisent ce terme pour qualifier ceux des leurs qui se conduisent avec cruauté et cupidité, alors que ce sont des animaux d’une grande beauté et que seule la nécessité de se nourrir conduit à tuer. C’est un travers que nous avons de prêter aux animaux nos propres vices. C’est ainsi que l’on dit que le l’homme est un loup pour l’homme, prêtant au loup une cruauté qu’il n’a pas envers ses propres congénères. Nous sommes, de fait, le plus impitoyable des prédateurs qui détruit les autres espèces pour le seul plaisir de tuer ou tout simplement parce que nous n’avons aucun respect pour ces co-locataires de notre berceau céleste. Mais nous paierons cher un jour notre cruauté et notre inconscience.

 

 

P9120096.JPG

Un randonneur facétieux s’est amusé à édifier un cairn sur le haut d’un gros rocher, qui défie les intempéries et la pesanteur. Ce sympathique cairn est à l’image de nos vies suspendues au dessus du néant dans lequel elles peuvent à tout moment sombrer. Il nous invite à méditer ces magnifiques vers de ce cher Alphonse de Lamartine :

 

Le livre de la vie est le livre suprême

Qu'on ne peut ni fermer, ni rouvrir à son choix ;

Le passage attachant ne s'y lit pas deux fois.

Mais le feuillet fatal se tourne de lui-même ;

On voudrait revenir à la page où l'on aime

Et la page où l'on meurt est déjà sous vos doigts.

 

 

P9120098.JPG

Les nuages qui envahissent peu à peu le ciel diffusent une lumière crépusculaire qui s'accordent à ces beaux vers de Lamartine et magnifient le paysage. Malgré la beauté des lieux nous pressons le pas pour regagner la vallée car des orages ont été annoncés pour la soirée et bien que nous ne soyons pas des gringalets nous ne sommes pas désireux d'affronter un orage sur le Caroux !

 

******

Pour ceux qui connaissaient Marc ou celles et ceux de mes lectrices et lecteurs qui ont apprécié le récit de nos rencontres franco-belges sur le Caroux et ailleurs, je mets les liens vers les notes qui les relatent (cliquez sur les "note")

Note 1

 Note 2

Note 3

Note 4

 ******** 

Si vous appréciez ce blog je vous invite à aller écouter les chansons que j'ai composées  qui sont diffusées sous mon nom d'artiste "OLD NUT" sur 

DEEZER 

Vous pouvez aussi les écouter sur mon nouveau blog musical 

OLD NUT

Cliquez sur les mots "Deezer" ou "Old Nut" pour y accéder) 

 

TEXTE & PHOTOS ULYSSE