suivi de mon blog
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

22/02/2011

Divines étaient les saucisses au Peyre Martine !

 

peyre martine,chomsky,cairn,séranne

Hello ! C’est moi Louna que vous apercevez de dos en compagnie de Gibus cheminant de bon matin pour faire l’ascension du Peyre Martine qui domine le Cirque de la Séranne du haut de  ses 785 mètres.

Pour une fois, nous faisons des infidélités au Caroux car j’avais envie de voir d’autres paysages. Comme le dit mon papy les voyages forment la jeunesse et même si je n’ai pas encore beaucoup de printemps à mon compteur, mieux vaut que je m’y prenne de bonne heure si je veux conserver ma jeunesse d’esprit. Car quand je vois les difficultés de mes « ancêtres »  à maîtriser leur « mulot » et  leur téléphone portable, je me dis qu’il faut que je me bouge pour retarder le plus possible le processus du vieillissement !

 

 

peyre martine,chomsky,cairn,séranne

Léo, mon grand frère est aussi de la partie avec quelques amis de mon papy et de ma mamy. Pour nous qui venons de Paris, on découvre avec bonheur que le ciel peut être bleu en hiver et qu’on peut aller se balader sans gants ni manteau ni bonnet. C’est une véritable injustice alors qu’il est écrit dans la constitution française que tous les français sont égaux en droit ! A mon retour de vacances, je vais saisir le Conseil Constitutionnel afin que toutes les écoles soient transférées dans le sud de la France !

 

 

peyre martine,chomsky,cairn,séranne

 

Quand on est enfant, on idéalise les adultes, surtout ceux qu’on aime, or cette randonnée a été pour moi l’occasion d’une des plus grosses déceptions de ma jeune existence.

En effet, alors que mon Papy et Gibus nous ont annoncé une  rando « relax » pour ménager nos jeunes jambes, le confortable chemin que  nous suivons depuis une heure se  révèle être une impasse.  Voilà donc deux être chers que je croyais infaillibles en matière de chemins et qui se plantent comme deux débutants. Quand survient un tel événement dans votre vie comment voulez vous avoir confiance dans l’avenir ?

Comme nous avons déjà grimpé plus de 300 mètres de dénivelé, personne n’a alors envie de faire demi-tour. Repérant une vague sente qui se dirige tout droit vers le sommet du Peyre Martine nous l’empruntons.  Elle nous oblige bien vite à nous transformer en quadrupèdes, ce qui ne me gène pas trop vu que c’est un état que je pratiquais il y encore quelques années. Mais pour mes « ascendants » l’ascension n’est pas aussi aisée,  paradoxe sémantique qui aurait ravi Noam Chomsky père de la grammaire générative et transformationnelle (et oui il est au programme du CM2 !)

 

 

peyre martine,chomsky,cairn,séranne

Je suis malgré tout admirative de voir des gens qui ont un demi siècle de plus que moi (une éternité, en quelque sorte !) réaliser une telle grimpette ! Je vais finir par croire mon papy qui prétend que le vin est un élixir de jouvence  et je me dis qu’avec la cave qu’il  a il est parti pour grimper les montagnes au delà de cent ans, si les montagnes sont encore là !

 

 

peyre martine,chomsky,cairn,séranne

Nous quittons la zone rocheuse pour aborder un grand pierrier, ce qui nous fait passer de Charybde en Scylla (j’ai beau n’être qu’en CM2 j’ai des « lettres » !) ou comme dirait mon papy de « Jacques  en  Nicolas » mais là je ne sais pas trop à quoi il fait référence ! Les pierriers sont, en effet,  les endroits les plus traîtres de la montagne car le sol s’effondre sous vos pieds et il vous faut faire trois pas pour avancer d’un seul.

 

 

peyre martine,chomsky,cairn,séranne

Après deux heures trente d’ascension nous arrivons sur une petite plateforme où l’on peut dresser notre campement pour le pique-nique et d’où l’on jouit d’une vue imprenable sur  la vallée de la Buège. De toute façon vu la difficulté pour y accéder, je doute que quelqu’un ait envie de nous la prendre cette vue !

 

 

peyre martine,chomsky,cairn,séranne

Gibus nous allume un feu  et aidé de Jo y fait griller les saucisses prévues au menu et que les « anciens » ont vaillamment portées sur le dos avec le reste du menu !  J’avoue que l’odeur des saucisses grillées qui effleure mes narines ranime toute mon estime et ma considération pour Gibus et mon papy!

N’allez pas croire que je suis vénale, mais je me dis qu’après tout  l’erreur est humaine  et que notre erreur de parcours est somme toute profitable puisqu’elle m’a permis de vérifier de quel exploit j’étais capable malgré mon jeune age ! Pour une petite parisienne, je suis assez fière de moi (j’ai mis « assez » pour ne pas paraître prétentieuse ) Mon frère aussi s’en est bien sorti, mais c’est un pré-ado déjà presque aussi grand que mon papy, il a donc moins de mérite !

Assurément divines sont les saucisses et je doute fort qu’aucun jeu vidéo puisse un jour me  donner le bonheur que j’éprouve à les croquer ainsi au soleil en si joyeuse compagnie. Je suis d’accord avec mon papy qui se désole de voir que des milliards sont engloutis de par le monde  pour mettre au point des jeux permettant de « singer » les activités humaines devant une "téloche" alors qu’il suffit d’enfiler une paire de chaussures de randonnées pour se sentir pleinement vivre ! A tous mes petits camarades je dis : " Mettez vos consoles à la poubelle et sortez, le bonheur est sur les sommets!"

 

 

peyre martine,chomsky,cairn,séranne

Revigorés par ces agapes « dyionisiaques » - cet adjectif valant surtout pour les anciens du groupe dont les saucisses ont vogué sur les flots de divins nectars - nous reprenons notre périple pour gagner le sommet du Peyre Martine.  Ayant atteint notre objectif, je célèbre cet exploit sur les épaules de Gibus, histoire de faire la pige à mon grand frère qui me prend toujours de haut ! (Ah ! si vous saviez comme est funeste le sort des cadets !)

 

 

peyre martine,chomsky,cairn,séranne

Un parapente passe à ce moment là au dessus de nous et je l’envie un peu quand je pense au chemin du retour.

 

 

peyre martine,chomsky,cairn,séranne

Je ferme alors les yeux et me mets à rêver que je suis un oiseau, mais hélas ça ne marche que dans les films d’Harry Potter !  Je suis donc condamnée à redescendre « pédibus cum jambis » avec le groupe !

 

 

peyre martine,chomsky,cairn,séranne

Pour corser un peu les choses, nous avons de nouveau un problème d‘orientation. Nous tombons, en effet, sur  un cairn placé au beau milieu  d’une plaque rocheuse sans pouvoir déterminer la direction à prendre car l’endroit est entouré d’un océan de buis dans lequel on ne voit pas le moindre chemin.

 

 

peyre martine,chomsky,cairn,séranne

Gibus et mon papy sont perplexes, mais là je dois reconnaître que leur compétence n’est pas en cause et nous nous engageons au hasard dans cet océan végétal  à la recherche d’un hypothétique chemin. Nous faisons vite marche arrière car le maquis dans lequel  nous progressons devient de plus en plus impénétrable.

 

 

peyre martine,chomsky,cairn,séranne

Revenus sur la ligne de crête, nous faisons une tentative dans une autre direction qui se révèle fructueuse car nous retrouvons enfin le chemin à mon grand soulagement. Il faut dire que vu ma petite taille le groupe risquait de me perdre dans les buissons. Je me demande d’ailleurs si ce n’était pas  leur  intention  pour  retrouver un peu de tranquillité car il faut que je vous avoue que dans la famille on me surnomme « Calamity  Louna ».

 

 

peyre martine,chomsky,cairn,séranne

 

Quand je parle de chemin, il s’agit en fait d’une vague piste qui descend le long de la ligne de crête et qui est presque aussi escarpée que celle  emprunté à la montée.

 

 

peyre martine,chomsky,cairn,séranne

Tous ces efforts m’ont desséché le gosier. Et moi qui suis d’ordinaire sobre comme une chamelle, au contraire  de mon papy qui boit sans  soif  et rarement de l’eau, je vide ma gourde en quelques secondes !

 

 

peyre martine,chomsky,cairn,séranne

 

Petit à petit la vallée se rapproche ravivant mon courage qui commençait à défaillir ! Il faut dire qu’avec mes petites jambes j’ai fait au moins deux fois plus d’efforts que le reste du  groupe. J’espère en conséquence avoir double ration de chocolat pour le goûter,  mais cela n’est pas gagné d’avance. Je vais devoir sortir mon sourire enjôleur qui a un effet dévastateur sur la volonté de mon papy

DSC05016.JPG

Vous allez encore penser que je suis prétentieuse mais cette photo vous montrera qu’il est difficile de résister a mon sourire !  Bon, cela dit connaissant la faiblesse des hommes je n'en abuse pas,  je ne  l’utilise à des fins utilitaires que pour les bonbons et le chocolat !

 

Texte de Louna et photos d’Ulysse et de Marie

 

 

10/02/2011

J’ai marché sur les eaux à Peyriac-de-Mer


peyriac,flamant rose,jésus,salins

 En lisant mon titre vous avez sans doute pensé qu‘un fusible avait sauté dans mon cortex cérébral et que je me prenais pour Jésus. Et bien soyez rassuré (ou peut être déçu) ce n’est pas le cas  !  J’ai effectivement marché sur les eaux de l’étang de Peyriac-de-Mer……….mais  en empruntant les passerelles sur pilotis qui traversent les anciens salins qui occupaient une partie de l’étang ! 

 

peyriac,flamant rose,jésus,salins

Peyriac-de-Mer était autrefois un comptoir maritime où sont passés les grecs, les carthaginois, les ibères et les romains. De fait, à l’époque antique l’ensemble des étangs du secteur constituaient un golfe ouvert sur la mer, lieu d’un intense trafic maritime lié au port de Narbonne, l’un des plus importants de la Méditerranée. Le nom de Peyriac vient probablement des collines pierreuses qui surplombent les salins (Peyre en occitan veut dire pierre)

 

peyriac,flamant rose,jésus,salins

 

Le site des salins  a été exploité jusqu’à la fin des années 1970 puis acheté par le Conservatoire du Littoral en 1981 afin d’éviter son urbanisation qui aurait conduit à la destruction d’un site unique sur la cote languedocienne.

 

peyriac,flamant rose,jésus,salins

 

Les différents bassins des salins dénommés « chauffoirs » étaient séparés par des langues de terre et un système de vannes régulait le niveau de l’eau à l’intérieur. On aperçoit au loin l’une des « baraquettes »  dans lesquelles les sauniers rangeaient leurs râteaux pour récolter le sel ainsi que les « banastes », grands paniers qu’ils portaient sur la tête pour le transporter.

 Le sel est, depuis l’aube de l’humanité, une denrée précieuse car il permet de conserver les aliments. Les soldats romains recevaient d’ailleurs une partie de leur solde – variable en fonction de leur mérite - sous forme de sel : le « salarium » (d’où vient le mot salaire). Comme quoi les « bonus » ne datent pas d’hier !  Philippe VI en a fait en 1342   l’objet d’un monopole royal. Les récoltes étaient depuis lors contrôlées par un douanier qui leur appliquait un impôt, la gabelle, supprimé à la révolution.. De là, sans doute, vient l’expression « la note est salée » que l’on applique à une dépense que l’on juge exorbitante !

 

peyriac,flamant rose,jésus,salins

 

Derrière les collines qui entourent l’étang le Canigou pointe son nez encore poudré de neige à cette saison de l’année.  Du fait de la perspective il domine toute  la chaîne des Pyrénées - bien qu’il n’en soit pas le plus haut sommet – ce qui flatte son égo démesuré .

 

peyriac,flamant rose,jésus,salins

A cette heure matinale, les mouettes en sont encore au petit-déjeuner et elles traquent  les poissons qui   ne s’attendent probablement pas à cette menace venue du ciel.

 

peyriac,flamant rose,jésus,salins

 

Les langues de terre  qui séparent les différents bassins sont imprégnées d’eau salée et recouvertes de salicornes et de soude , plantes halophiles adaptées à ce type de sol, dont les couleurs rougeoyantes illuminent le paysage hivernal.

 

peyriac,flamant rose,jésus,salins

Les passerelles  permettent de pénétrer au cœur de cet univers aquatique, véritable havre de paix et  garde-manger  pour les oiseaux . Un héron en train de méditer – du moins en a-t-il l’air - ne s’inquiète guère de ma présence. Il attend le dernier moment pour s’envoler, le miroir des eaux magnifiant la grâce de son envol.

 

peyriac,flamant rose,jésus,salins

 

Grimpant sur le Mour, modeste colline de 58 mètres qui domine l’étang,  j’y trouve deux arbres qui s’y sont installés pour jouir de la vue. L’un d’eux est penché vers l’autre dans une attitude affectueuse : les arbres tombent-ils amoureux ? Pour ne pas les gêner et troubler leur tête à tête je leur tourne le dos et contemple le paysage.

 

peyriac,flamant rose,jésus,salins

La vue que l’on a de l’étang de Doul, situé en contrebas justifie la grimpette . Cet étang « hyperhalin » est une petite Mer Morte dont il a la salinité (80g de sel par litre contre 36g en moyenne pour la Méditerranée). Cette haute salinité est due au très faible échange d’eau avec l’étang de Peyriac-de-Mer qui fait lui-même partie du vaste étang de Bages et Sigean.

 

peyriac,flamant rose,jésus,salins

Sa plage souvent ourlée d’écume délicieusement salée est très fréquentée l’été par les baigneurs car on peut y  faire la sieste dans ses eaux portantes.

 

peyriac,flamant rose,jésus,salins

 

 Redescendant du Mour, suivons  la rive de l’étang d’où l’on aperçoit le village de Bages derrière les nasses à anguilles qui sèchent au soleil. Quel étonnant poisson qui parcourt plusieurs milliers de kilomètres pour se reproduire dans la mer des Sargasses, sa progéniture effectuant ensuite le voyage inverse en quelques mois. Mais il est hélas en voie de disparition en raison de sa surpêche qui menace également beaucoup d’autres espèces.

 

 

peyriac,flamant rose,jésus,salins

 

Des quotas ont heureusement été fixés et aujourd’hui les bateaux de pêche se languissent sur  la berge sous la surveillance des mouettes qui s’impatientent de les voir reprendre de l’activité.  Car ces volatiles rapides et futés prennent leur dîme quand les pécheurs remontent les filets.

 

peyriac,flamant rose,jésus,salins

 

Des pêcheurs ont fait en vain le voyage de Nice espérant trouver ici les poissons qui ont déserté les rivages de la Riviera où ne subsistent plus que quelques sirènes pendant la période du festival de cannes.

 

peyriac,flamant rose,jésus,salins

Les seuls pêcheurs heureux sont les flamants roses qui, il est vrai, ne sont pas difficiles et se contentent  de crevettes et de minuscules mollusques. 

 

peyriac,flamant rose,jésus,salins

Ce sont des oiseaux qui sont aussi hautains et sexy que des mannequins de mode et  qui ont le niveau d’intelligence des présentateurs de variétoche de TF Hun (là où TF Hun passe, l’esprit trépasse !).

 

 

peyriac,flamant rose,jésus,salins

 

Ils sont de surcroît très froussards et s’enfuient dès qu’un bipède se montre à l’horizon, bien qu’aucun d’eux n’ait jamais mangé un flamant rose !  Qui oserait d’ailleursmanger une volaille qui doit avoir le goût de crevette ? peut être François Hollande dont le visage est aussi rose que celui que l’on voit sur les vieilles publicités du savon Cadum)

 

peyriac,flamant rose,jésus,salins

 Mais leur morphologie  rend leur envol difficile et c’est un spectacle divertissant de les  voir  se précipiter en titubant…

 

 

peyriac,flamant rose,jésus,salins

 

…avant de prendre péniblement leur envol !

  

peyriac,flamant rose,jésus,salins

 

Mais une fois en l’air c’est une métamorphose et comme leurs congénères, les Albatros, ils deviennent alors « les rois de l’azur »

 

peyriac,flamant rose,jésus,salins

 

Envolons nous alors avec eux et contemplons ce merveilleux paysage, camaïeu de gris, de verts et de bleus, où les collines se voilent de brume qui les nimbe de mystère et où l’étang se fait miroir pour dissimuler à nos regards la vie multiforme d’un univers aquatique où  nos ancêtres sont nés.

 

peyriac,flamant rose,jésus,salins

 

Devant cette immensité liquide, l’homme prend conscience qu’il n’est qu’un fétu de paille que balaiera peut être un nouveau déluge s’il continue de maltraiter cette bonne vielle terre. Mais il n’y aura alors peut être pas d’autre Noé pour le sauver . A titre de précaution je dors sur un matelas pneumatique, on ne sait jamais !

 

peyriac,flamant rose,jésus,salins

 

Mais le soleil entame doucement son amerrissage et il est temps de retrouver le plancher des vaches, expression qui n’est pas au demeurant appropriée au cas présent vu qu’à Peyriac-de-Mer on n’y voit pas de vaches ! Cette formule qui s’écrivait à l’origine « plancher aux vaches » a été créée par les marins qui ne rencontraient jamais ce doux mammifère sur le plancher du pont de leur bateau et désignaient donc la terre ferme de cette façon car c’était pour eux le seul endroit où ils en voyaient !

 Cela dit s’il n’y a pas de vaches à Peyriac-de-Mer les couchers de soleil pour parler trivialement y sont « vachement » beaux, comme vous pouvez le constater !


PS : Je vous invite à aller sur mon autre blog, Piquesel, pour découvrir la suite de mon périple en Suisse (cliquez sur le nom).


Texte & Photos Ulysse

 

 

 

04/02/2011

Méditations au prieuré de Saint Michel de Grandmont

DSC00962.JPG

 

Le charme de notre région ne réside pas seulement dans la diversité de ses paysages mais aussi parce que l’on que l’on y trouve, dans les endroits les plus reculés et les plus sauvages, des édifices historiques de toute beauté. Mais ne soyons pas angéliques : de pittoresques chemins vous conduisent aussi à des tas d’immondices, de gravats ou de vieux pneus, des carcasses d’engins divers «abandonnés par des « cancrelats » dans la nature .  Et ces « cancrelats » sont aussi bien des villes que des champs, l’exercice d’une activité agricole ou viticole ne conduisant pas toujours, hélas, au respect de l’environnement, bien au contraire.

 Mais pour en revenir aux lieux enchanteurs, il en est un situé  à quelques kilomètres de Lodève - pittoresque bourgade blottie au pied du plateau de l’Escandorgue  - le long de la départementale 149E qui grimpe à  près de 500 mètres sur le plateau du Larzac et  traverse de magnifiques châtaigneraies. Il s’agit de l’élégant prieuré de St Michel de Grandmont qui domine la vallée de la Lergue.

 

DSC00951.JPG

 

Datant du 12ème siècle il est l'un des mieux conservés des 150 monastères  édifiés par l’ordre de Grandmont,  fondé en 1125 par Étienne de Muret et qui a participé au renouveau du monachisme aux XIème et XIIème siècles. Une élite spirituelle contestait à cette époque la vie monastique installée dans le confort matériel et recherchait la solitude pour la prière et la contemplation, à l'exemple des ermites des premiers temps de la chrétienté.

 Jeûner, marcher pieds nus, vivre dans  un silence perpétuel et la pauvreté absolue étaient quelques uns des préceptes appliqués par l’ordre de Grandmont. J’avoue que j’aurais eu du mal à être des leurs car si j’adore marcher pieds nus, c’est sur le sable chaud et si je suis capable de jeûner c’est entre le déjeuner et le dîner. Quant aux exigences de silence et de pauvreté  je ne  remplis pas non plus les conditions, bien que pour  le dernier critère  je fasse d’année en année de gros progrès grâce à notre  tsarounet  rolexé Nicolaëv, roi des bonimenteurs.

 

DSC00942.JPG

 

Le cloître de style roman est d’une grande  sobriété et ne comporte aucune sculpture afin de ne pas distraire l’esprit des ermites qui venaient y méditer.  Il serait sans doute salutaire pour nous qui sommes en permanence soumis à un flot d’informations triviales et de messages frivoles de passer quelques jours en ces lieux pour faire une cure de désintoxication et méditer sur les  choses essentielles de l’existence. Comme par exemple de s’interroger pour savoir s’il est moralement moins condamnable  de dévorer en une seule fois une tablette de chocolat au lait plutôt qu’ une tablette de chocolat noir ?

 

DSC00945.JPG

 

L’ église également très sobre  est le type même de l'église grandmontaine avec sa nef en berceau brisé et son chevet en cul-de-four que l’on voit sur la photo prise à l’extérieur. Son acoustique est remarquable et tous les ans des concerts  y sont donnés, dans le cadre du festival de Montpellier. Si vous y allez, mettez vous au cœur du chevet et chantez : vous serez étonné (ou effrayé selon votre talent)  par l’amplitude que prendra votre voix.

 Mais les exigences très strictes de l’ordre vont au fil du temps décourager les candidats à la vie érémitique qui n'étaient plus que quatre à la fin du XVIème siècle En 1772, l’Ordre fut supprimé et le monastère, son domaine et ses revenus  attribués au Chapitre de la Cathédrale de Lodève puis  adjugés en 1791 comme « Bien National » à un négociant de Lodève pour être finalement partiellement transformé en chais.. Que le vin ait coulé à flots en ce lieu où vivaient des ascètes est pour moi un merveilleux symbole : nul ne peut résister au charme des vins du pays d’Oc .

 Racheté en 1957 par la famille Bec, l’édifice a été réhabilité avec l'aide de la Caisse Nationale des Monuments Historiques et sert actuellement pour des rencontres culturelles .

DSC00969.JPG

On trouve aussi dans l’immense et magnifique parc du prieuré des mégalithes qui témoignent de l’intérêt porté à ce lieu par les hommes depuis la nuit des temps. Pour moi, le choix des bâtisseurs de mégalithes n’était pas anodin et tenait compte des forces telluriques. Et de fait quand j’y suis allé en octobre dernier il y avait dans l’air, me semblait-il,  une  vibration particulière qui stimulait mon énergie. Mais peut être était ce simplement la beauté de lieux qui agissait sur moi  ?

 

 

DSC00975.JPG

 

Il faut dire que la vue de ces pierres superposées de plusieurs tonnes me fait toujours une très forte impression. L’homme, cet être frêle à l’aune de la création, tire de son esprit, une force illimitée qu’il peut employer pour le bien comme pour le mal. Pour éviter le mal les meilleurs antidotes que je connaisse sont le savoir et la beauté, et c’est sans doute parce que tant de gens en sont privés qu’il y a autant de violence dans le monde.

  

DSC00957.JPG 

 

Le parc comporte plusieurs plans d’eau où les arbres peuvent se mirer. Quand l’automne vient ils dépriment d’apercevoir  leur ramure dépouillée. Eole, qui a  prêté main forte à l’automne pour les dénuder, prend alors pitié d’eux et souffle sur les eaux pour  brouiller leur reflet.

 

DSC00983.JPG

 

Ce lieu où les chasseurs n’ont pas droit de cité est un havre de paix pour les animaux qui se laissent ainsi approcher, rencontres  précieuses qui sont de plus en plus rares dans les lieux non protégés de l’homme. Je saisis l’occasion pour pousser un cri d’alarme car je fais d’année en année le constat de la raréfaction progressive des oiseaux dans les jardins et les campagnes, signe incontestable du lent tricotage de la biodiversité  dont dépend pourtant notre survie.

 

DSC00979.JPG

 

 Quelle douce émotion nous envahit alors de pouvoir longuement croiser le regard de ces êtres si doux et graciles.  L’appareillage technologique des sociétés modernes, dont je ne méprise pas pour autant les bénéfices, est incapable d’offrir à nos vies des instants d’une telle richesse.  Il est nécessaire  de temps en temps de débrancher tout!

 

DSC00986.JPG

 

Dans ce morceau de paradis, une beauté en appelle une autre et la nature sensible au respect que mes amis et moi lui manifestions nous a gratifiés ce soir là  d’un crépuscule wagnérien. Ne s'attend on pas, en effet, que des eaux noires de ce lac sorte soudain un vaisseau fantôme ?

 

DSC01008.JPG

 

J’appliquerai pour la fin de cette note la règle du silence qui prévalait autrefois au Prieuré, considérant que mes mots ne feraient qu‘édulcorer la somptueuse beauté du ciel ennuagé qui s’est alors offert à nos regards.

 

DSC01012.JPG

 

C’est ainsi que moi le mécréant,  je suis entré en méditation en ce lieu magique du prieuré de Saint Michel de Grandmont !

 

DSC01013.JPG

 

Textes & Photos Ulysse

 

30/01/2011

Dans Arles où sont les Alyscamps ...(suite et fin)

Reprise d'archive
http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC06906.2.JPG



On ne peut parler d'Arles ou la visiter sans évoquer la mémoire de Frédéric Mistral (1830-1914) cet écrivain provençal fondateur en 1854 de « Lou Félibrige » association littéraire ayant vocation à assurer la défense des cultures régionales traditionnelles et la sauvegarde de la langue d'Oc. Après avoir reçu le prix nobel de littérature en 1904, il fonda à Arles le "Museon Arlaten" consacré à l'art de vivre dans l'ancienne Provence et contenant des collections représentatives des arts, de l'ethnologie et de l'histoire du pays d'Arles.

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC06913.JPG


Sa statue trône sur la place du forum où Van Gogh, qui vécut à Arles de février 1888 à mai 1889, a peint son magnifique tableau intitulé « Terrasse du café le soir » qui montre une terrasse de café illuminée sous un somptueux ciel étoilé.

Que vous soyez ou non croyant, il faut aller visiter l'église St Trophime située au coeur de la vieille ville et dont le portail est l'un des chefs-d'oeuvre de l'école romane provençale de la fin du XIIème siècle ainsi que son cloitre. Saint-Trophime, premier évêque d'Arles, aurait été un des sept missionnaires envoyés par Rome pour évangéliser la Gaule, sous le règne de l'empereur Dèce. Il serait arrivé à Arles en 46

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC06916.JPG



On découvre au centre du tympan le Christ qui, d'après les commentaires officiels, bénit l'assistance les deux doigts levés en tenant l'évangile sur ses genoux. Il est entouré des symboles des quatre évangélistes : l'aigle de Saint jean, le lion de St Marc, le boeuf de St Luc et l'ange de St Mathieu.


Quant à moi, qui suis un parfait mécréant, j'ai plutôt l'impression que ce pauvre Jésus semble nous dire « arrêtez un peu vos âneries et vos querelles de chiffonniers et faites un effort pour vous entendre car je ne reviendrai pas une seconde fois pour vous épargner les colères de mon père qui risque un jour de perdre patience et de vous  envoyer tous rôtir dans les chaudrons de Lucifer ! »

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC06838.JPG



Bien évidemment quand on va à Arles une visite s'impose aux Alyscamps immortalisés par les vers de Jean Paul Toulet (1867- 1920) :


Dans Arles, où sont les Alyscamps

Quand l'ombre est rouge, sous les roses,

Et clair le temps,

Prends garde à la douceur des choses,

Lorsque tu sens battre sans cause

Ton coeur trop lourd,

Et que se taisent les colombes:

Parle tout bas si c'est d'amour,

Au bord des tombes.



Le nom de ce « cimetière » étonnant vient d'Alysii campi (c'est-à-dire les champs Elysées, la voie qui conduisait au royaume des morts les guerriers valeureux)Son implantation remonte à l'antiquité, les cimetierres étaient à l'époque toujours construits à l'extérieur des cités le long des grands axes routiers afin que l'on puisse en permanence rendre hommage aux morts.

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC06843.JPG



A Arles dès le début de l'empire les sarcophages et les mausolées s'égrenèrent au bord de la via Aurelia, pratique qui s'est ensuite perpétuée à l'époque chrétienne avec l'installation de la sépulture des premiers évêques d'Arles entourée par des milliers de tombes pressées sur plusieurs rangs


Cette sépulture est devenue en 1040 un prieuré sous le nom de Saint Honorat qui fut lui même au XIIème siècle transformé en église de style roman couronnée par une splendide tour lanterne octogonale.

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC06853.JPG


Devenue une étape obligée du pélerinage de Saint jacques de Compostelle, son charme romantique a attiré de nombreux artistes, dont Gauguin et Van Gogh qui y posèrent leurs chevalets.

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC06847.JPG



Pour conclure en beauté une visite d'Arles il faut faire pédibus jambus un pélerinage à l'un des sites les plus pittoresques également immortalisé par Van Gogh : il s'agit du pont basculant « Réginel » situé sur le canal d'Arles à Port le Bouc

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC06924.2.JPG



Vincent Van gogh lui a donné le nom de pont Langlois qui était le nom de celui chargé d'actionner le pont, il l'a peint car il lui rappelait son pays natal la Hollande. Certes à l'époque ce site avec ses lavandières et sa voiture à cheval avait plus d'allure qu'aujourd'hui !

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC06922.JPG



Si vous aimez ce peintre vous pouvez également visiter à Arles sa chambre reconstituée telle qu'il l'a peinte, aller faire un tour à la magnifique Fondation Van Gogh et suivre un cheminement piétonnier dans la ville comportant une dizaine de haltes où figurent des reproductions d'oeuvres qu'il a peintes (voir le circuit au SI)

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC06790.JPG



C'est avec regret que nous quittons cette cité si vivante où le cheminement dans ses ruelles nous fait franchir les siècles et où rode l'ombre tourmentée de Vincent Van Gogh.

 

PS: Je suis absent quelques jours et prendrait connaissance de vos commentaires à mon retour. je vous remercie de votre visite

Texte & Photos Ulysse