suivi de mon blog
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

18/05/2011

Divine la baignade à la cascade d’Albine !

 

albine,mouflon,colombières,caroux

Cela fait un sacré bail que mon ami Gibus et moi n’étions pas allés faire une virée sur le Caroux. Cet hiver, en effet, s’est passé sans chevauchée dans la poudreuse ni raid dans le blizzard. Vous deviez sans doute penser que le temps du déclin était venu et que nos articulations vieillissantes ne nous permettaient plus guère que d’arpenter les plaines viticoles (et les caveaux) du Languedoc.

 Que nenni ! (du moins pour les plaines, pas pour les caveaux) Simplement, l’hiver doux et maussade et le désir de changer d’air nous ont incités à découvrir d’autres lieux. Mais nous revenons aujourd’hui vers notre massif de prédilection en partant de Colombières-le-Haut dont l’orgueilleux clocher est une invitation à grimper au ciel.

 

albine,mouflon,colombières,caroux

Nous empruntons le sentier pentu et rocailleux qui traverse le Roueyras et arrive sur le plateau sommital par le Bel Plo. C’est le genre de chemin où l’on redevient par endroits quadrupède, ce qui est une bonne école d’humilité. Car, au contraire de la ville où la forfanterie et l’esbroufe vous assurent pignon sur rue, la montagne fait généralement payer très cher toute manifestation d’arrogance.

 

albine,mouflon,colombières,caroux

Une fois escaladée l’échelle de pierre qui sert de chemin, le plateau sommital s’offre alors à perte de vue sous son étole de verdure qui tarde à quitter sa couleur hivernale. Ici, à 1000 mètres d’altitude, le climat, soumis à l’influence des vents froids de l'Auvergne, perd ses atours méditerranéens .

 

 albine,mouflon,colombières,caroux

D’ailleurs, les rochers taraudés et les arbres courbés témoignent de la rigueur des intempéries qui sévissent en toutes saisons sur le plateau. Les hommes qui vivaient autrefois dans la région s'en accomodaient alors qu’aujourd’hui trois gouttes de pluie ou un peu de tramontane  nous font hiberner et le moindre jour de canicule fait vrombir nos climatiseurs. Le problème est qu’en rafraîchissant nos culs moites ces engins diaboliques réchauffent la planète !

 

PS: j'ai déjà photographié ce rocher au cours d'une précédente randonnée et je vous invite à aller découvrir sa métamorphose sous le pinceau enchanté de Maria D. 

 

albine,mouflon,colombières,caroux

Quel bonheur alors de suivre une piste que les "anciens" - experts en la matière - ont dessiné en suivant une courbe de niveau afin de ménager leurs bêtes ou leurs montures. Elle requiert du promeneur un effort minimum et lui permet de se laisser aller à ses rêveries. Ainsi, un(e) tel(le) pensera à sa déclaration d’impôt à faire avant la fin du mois de mai et tel(le) autre au rosé bien frais que l’on débouchera à l’heure du pique-nique. A chacun son tempérament !

 

albine,mouflon,colombières,caroux

Mais attention, danger ! Il ne faut rêver que d’un œil car dès que vous vous écartez du chemin un vide impressionnant s’ouvre sous vos pas .

albine,mouflon,colombières,caroux

 On entre ici dans le domaine des mouflons qui ne se privent pas de marquer leur territoire. D’ailleurs c’est la seule manifestation que nous verrons d’eux aujourd’hui. Pour nous consoler nous pique-niquons à cet endroit nous appropriant le somptueux panorama qui est habituellement le leur.

 

albine,mouflon,colombières,caroux

N’étant pas mouflons, il nous faut songer à redescendre vers la vallée en empruntant le chemin de Peyre Grosse qui mène au roc du Boutou.  J’aime cet endroit colonisé par les grands pins qui font chanter le vent et dispensent dans l’air l’odeur douce amère de leur résine.

 

DSC09310.JPG

 Puis nous empruntons le chemin qui descend vers les baraques de Caylus, bordé par endroits d’un vieux mur sur lequel un chêne vert appuie nonchalamment l’une de ses branches, En échange, son tronc lui sert de contrefort, bel exemple de solidarité rupestro-arboricole !

 

DSC09312.JPG

La température étant quasi estivale, Gibus m’invite à nous écarter du chemin pour rejoindre à travers d'antiques châtaigneraies la cascade d’Albine et s’y rafraîchir

 

albine,mouflon,colombières,caroux

La cascade qui n’est généralement qu’un maigre filet d’eau en été est en cette saison à son apogée et rebondit majestueusement de rocher en rocher.

 

albine,mouflon,colombières,caroux

Bien que le soleil éclaire généreusement son cours, ses rayons  sont sans grand effet sur la température de l’eau et, rafraîchissant, mais aussi divin, est effectivement le bain que nous y prenons. 

 

DSC09308.JPG

Nul besoin de vous dire que notre sang ayant été vigoureusement fouetté  nous n’avons pas traîné pour achever notre descente!

 

Texte & Phtos Ulysse

11/05/2011

Soudain sur l’Escandorgue : les grandes orgues !

 

escandorgue,figaret,saint amans,lavalette

Nous voilà de nouveau partis, entre amis, par un matin radieux, à l’assaut du massif de l’Escandorgue qui étale ses collines montueuses à l’ouest de Lodève.

 Le ciel est bleu donc, comme une tente Trigano à l’époque des vacances de ma jeunesse, mais les prévisions météo sont pessimistes. Mais hommes et femmes de peu de foi, tant à l’égard des créatures célestes que des experts quels qu’ils soient , nous avons haussé les épaules quand la radio matinale nous a annoncé des orages pour l’après midi.

 

 

escandorgue,figaret,saint amans,lavalette

Un éléphant, lointain descendant de ceux qu’Hannibal à entraîné avec lui dans la région,  qui déambule dans la forêt enveloppant le village de Villecun - notre point de départ – nous confirme que les rhumatismes qui rongent sa trompe l’avertissent d’un cataclysme prochain. Nous ignorons superbement sa mise en garde, sachant qu’un éléphant ça trompe énormément !

 

escandorgue,figaret,saint amans,lavalette

En chemin, nous faisons une halte à l’étonnante chapelle rupestre  de Notre Dame de Falgaret dédiée à Marie. Elle a été taillée par le curé de villecun en 1846 à l’intérieur d’un énorme rocher de grès  tombé de la falaise proche. L’abondance de fougères dans le secteur  serait à l’origine du nom de « Falgaret » .

 Même si nous étions croyants nous n’aurions pas demandé à Marie d’intervenir en notre faveur auprès du chef « météorologue » afin qu’il nous assure du beau temps, car il nous semble malséant de prier pour soi. Quelle idée incongrue que celle d’un dieu de miséricorde qui accorderait à certains humains des faveurs et resterait sourd aux demandes des autres !

 

 

escandorgue,figaret,saint amans,lavalette

Nous voici en vue de Lavalette modeste village de 59 âmes (selon l’expression consacrée) qui arbore un étonnant château d’allure médiévale. Ce village est mentionné pour la première fois en 1002, dans le cartulaire de Gellone.

 

escandorgue,figaret,saint amans,lavalette

Un premier château a été construit en 1162 puis modifié au XIIIème et XIVème siècle et enfin reconstruit au XVIIème par les Fabre de Latude, seigneurs de Lavalette, après sa destruction pendant les guerres de religions

 Sa disproportion par rapport au modeste village qu’il domine témoigne de l’exploitation éhontée de la population par la noblesse du temps de la monarchie. Certains me diront que les choses n’ont guère changé, l’exploitation des uns par les autres étant plus subtile et se faisant de façon hypocrite sous une bannière proclamant la liberté, l’égalité et la fraternité. Il reste effectivement bien des « Bastilles » à conquérir, mais il faut être lucide car notre pays est tellement perclus d’avantages acquis que l’on voit la « Bastille » dans l’œil du voisin mais pas le « Buckingam » qu’on a dans le sien !

 

escandorgue,figaret,saint amans,lavalette

 Face aux contradictions du monde qui se mêlent à nos propres contradictions, il est reposant et rafraîchissant d’admirer une orchidée. Sa beauté vous ramène à la pure existence et vous éloigne pour un instant de notre quête épuisante et déroutante sur la signification du monde et le sens de la vie. Un rosé bien frais en cette saison est aussi un bon remde.

 

 

 

escandorgue,figaret,saint amans,lavalette

Il est rare de voir une croix qui ne donne pas une image de la souffrance mais vous invite tout simplement à lever les yeux vers le ciel, non pas pour y chercher un éventuel créateur, mais pour y admirer ces merveilleux nuages qui sont, pour moi, l’une des plus belles oeuvres de l’univers.

  

escandorgue,figaret,saint amans,lavalette

Approchant du plateau sommital de l’Escandorgue, nous faisons une halte dans le sous bois pour y pique-niquer et y faire,  tradition printanière et estivale oblige, une sieste sur un tapis d’herbe qu’aucun palace ne saurait nous offrir.

 Vous rappelez vous quand, pour la dernière fois, vous avez fait une sieste à même le sol dans un patchwork d’ombre et de lumière dispensé par un feuillage printanier ? Vous n’en avez plus le souvenir !  A la prochaine occasion, essayez car c’est l’un des grands bonheurs que peut vous procurer l’existence. Vous avez en bruit de fonds le grizotis d’insectes bruisseurs sur lequel viennent se greffer les pépiements et turlutis d’oiseaux ainsi que les buzettis et vrombissements de mouches et d’abeilles. En prêtant attention à cette trame sonore vous vous dissolvez peu à peu dans l’univers qui vous entoure avec lequel vous ne faites plus qu’un. Envolés alors vos soucis !

 

escandorgue,figaret,saint amans,lavalette

 Parvenus sur le plateau, nous découvrons la chapelle de Saint Amans, « basse sur pattes » sans doute pour mieux affronter les effroyables blizzards qui soufflent ici l’hiver. Elle a été édifiée  au milieu du XIXème siècle sur l'emplacement d'un ermitage dédié à Amantius qui a évangélisé la région au Vème siècle. 

Bien que cette chapelle soit aujourd'hui le siège de pèlerinages destinés à demander au "ciel"  les conditions climatiques  favorables aux divers biens de la terre, nous n'avons pipé mot au sujet des orages annoncés. On a des convictions ou on en n'a pas ! 

Au demeurant la croix qui témoigne de sa dévotion au christianisme est fort modeste, comme si ceux qui l’ont édifiée n’étaient pas sûrs de leur croyance tant, sans doute, la vie était dure et injuste pour eux. Toujours cette même et lancinante question : comment un dieu aimant peut-il tolérer tant de misère et tant de crimes ?

 

DSC06771.JPG

 Et pourtant d’ici l'on a une vue magnifique sur le lac Salagou. Mais la beauté de l’univers n’est hélas pas un antidote à la violence. Elle rend au contraire fous de  jalousie et de rage ceux dont l’esprit est laid, corrompu par un dérisoire besoin de domination qui n’est au final qu’un esclavage.

 

DSC09211.JPG

Soudain un craquement terrible se fait entendre au dessus de nos tête , tandis qu’une énorme masse nuageuse monte à l’assaut de l’Escandorgue

 

DSC09217.JPG

Les experts, pour une fois, ne se sont pas trompés , un orage arrive qui fait déjà entendre dans le lointain ses « grandes orgues » !

 

DSC09239.JPG

Une avalanche de nuages au faciès belliqueux envahit le plateau nous enlevant toute possibilité de retraite. Nous nous préparons mentalement à ce qui était la crainte de nos ancêtres les gaulois : que le ciel nous tombe sur la tête !

 

DSC09221.JPG

 Nous efforçant à ne manifester aucune inquiétude malgré les grondements répétés du tonnerre, nous enfilons nos capes. Mais chez le peuple des moutons qui vit sur le plateau c’est la débandade !

 

escandorgue,figaret,saint amans,lavalette

 Ces animaux d’ordinaire si farouches qu’ils fuient à l’approche de  randonneurs se pressent au contraire autour de nous semblant nous supplier de faire taire l’effroyable boucan des cieux.  Ces animaux montrent bien là leur stupidité en s’imaginant que l’homme puisse ainsi commander à la nature. Certes, ce n’est pas que notre espèce n’ait pas cru en son pouvoir de dominer la nature, mais on voit aujourd’hui où cela la mène : à sa perte !

 

escandorgue,figaret,saint amans,lavalette

Comme le vrai courage face à l'inéluctable est de fuir, nous rentrons fissa à Villecun, les laissant seuls affronter la colère des cieux !

 

Texte & photos Ulysse

06/05/2011

De la Baie des Paullilles au Cap Béar

dynamite,gambetta,cap béar,paullilles

 Je ne me prive pas de critiquer la coupable négligence, voire la complaisance, des pouvoirs publics à l’égard des atteintes portées à l’environnement qui sont rarement sanctionnées. Mais je sais aussi saluer les initiatives exemplaires qu’ils savent parfois prendre en ce domaine. La réhabilitation du site de la Baie des Paullilles sur le littoral méditerranéen, entre Port Vendres et Banyuls-sur-Mer,  par le Conservatoire du Littoral avec le soutien déterminant du Conseil Général des Pyrénées Orientales, en est une.

 

Ce site a vu s’installer une fabrique d’explosifs en 1870 à l’initiative de Gambetta qui voulait augmenter les capacités de la France en ce domaine, suite à la débâcle de l’armée française contre la Prusse. A cet égard, notons qu'au cours de l’histoire de France, la plupart des victoires de notre armée - celles du « boucher corse » mises à part - l’ont été contre des peuples non armés, notamment  lors de la colonisation de l'Afrique noire, du Maghreb et de l'extrême orient.

L’emplacement de la baie des Paullilles était idéal pour une telle installation car il était isolé de toute agglomération, ce qui limitait les risques en cas d’explosion. En outre il était doté d’une rivière nécessaire à la fabrication de la nitroglycérine et il était situé à proximité d’un port permettant l’expédition sans risque des explosifs.

 

 

dynamite,gambetta,cap béar,paullilles

 Cinq générations de catalans vont se succéder sur le site jusqu’en 1984 pour produire de la dynamite qui va être expédiée sur les plus grands chantiers des deux derniers siècles : canal de  Panama, base spatiale de Kourou, site de tirs de Mururoa ou encore Port de Fos sur mer.

 

DSC07869.JPG

 

De fait un village de 300 à 400 personnes s’y est développé fonctionnant en autarcie avec ses logements, son école  et son église. Une émouvante photo de quelques habitants a été reproduite sur l’un des bâtiments restaurés. La vie n’y a pas été exempte de drames puisqu’une série d’explosions ont causé au total plus d’une trentaine de mort. De surcroît le contact avec des produits nocifs  affectait la santé des ouvriers qui n’arriveront à faire reconnaître leurs maladies professionnelles qu’en 1981. Si certains se gavent de bonus en faisant courir des risques aux autres, pour d’autres, comme le chante Maître jacques, qui courent des risques pour eux-mêmes, il n’y a que des cactus !

 

Lors de la fermeture de l’usine en 1984 un promoteur a acheté le site dans le but d’y édifier un complexe immobilier pharaonique (pour les gens à « bonus ») avec une marina de 500 anneaux. Ce projet fou ne verra heureusement pas le jour grâce à une forte mobilisation locale.

 

dynamite,gambetta,cap béar,paullilles

 C’est en 1998 que le site est finalement racheté par le Conservatoire du Littoral avec le soutien du département en vue de l’ouvrir au public et…. aux ânes catalans dont ils ont entrepris de sauver la race en voie d’extinction.  Des élus qui sauvent « des ânes si doux qui marchent le long des houx » chers au poète, ont droit à mon respect !

 

 

dynamite,gambetta,cap béar,paullilles

Outre une vaste prairie et une pinède, le site comporte un magnifique jardin qui entourait l’habitation du directeur du site et qui a été magnifiquement restauré et développé.

 

dynamite,gambetta,cap béar,paullilles

Le site donne directement sur  « la mer que l’on voit danser le long de golfes clairs avec des reflets changeants «  comme le chantait  Charles

 

 

dynamite,gambetta,cap béar,paullilles

On peut se baigner dans la baie des Paullilles où bien alors emprunter le chemin qui mène à la plage de Bernardi où est installé en retrait le domaine du Clos des Paullilles et où je vous conseille d’aller déjeuner ou dîner sur une terrasse où l'on entend murmurer la mer. On peut  également y acheter de divins nectars.

 

 

dynamite,gambetta,cap béar,paullilles

De la gauche de la plage de Bernardi (en regardant la mer)  part un magnifique sentier côtier qui vous mène en une heure au Cap Béar

 

 

dynamite,gambetta,cap béar,paullilles

Il faut l’emprunter de préférence au printemps lorsque les cistes et les genêts sont en fleurs et que les touristes ne sont pas encore trop nombreux, car il est parfois difficile de s ‘y croiser !

 

 

dynamite,gambetta,cap béar,paullilles

De petites criques sauvages où d’heureux terriens ont pu construire une maisonnette sont propices à la baignade, avec le risque toutefois de sortir de l’eau en ressemblant à une pelote d’épingles en raison de la présence d’oursins ! Donc prudence !

 

 

dynamite,gambetta,cap béar,paullilles

Par endroits le chemin gravit des falaises et vous amène à la hauteur des mouettes qui tentent de vous faire comprendre que vous entrez sur leur domaine.

 

dynamite,gambetta,cap béar,paullilles

 Mais ne vous laissez pas distraire par ces volatiles et regardez où vous mettez les pieds sinon vous risquez de faire un vol- sans plané- jusqu’à la mer !

 

dynamite,gambetta,cap béar,paullilles

On découvre enfin le cap Béar surmonté de son phare  et dans les replis duquel se niche un hameau qui est l’un des endroits sur tettre qui ressemble le plus à l’idée que je me fais du paradis !

 

Texte & photos Ulysse (éléments d’informations extraits du dépliant remis au superbe centre d’accueil du site des Paullilles, également lieu d’expositions)

 

 

29/04/2011

Derrière la carte postale paradisiaque, le cloaque !

 

DSC06865.JPG

Le 30 décembre 2008 j’avais posté un article ironique sur la merveille gastronomique qu’est l’huître de Thau, dont la capitale est Bouzigues. Le clocher de ce pittoresque village domine fièrement ses maisons colorées qui semblent flotter sur les eaux ultramarines de l’étang. Il pourrait bientôt sonner le tocsin pour annoncer la mort des huîtres qui l’ont rendu célèbre. Les naissains meurent, en effet, contaminés par le virus OsHV-1 dont le développement , d’après les experts,  serait favorisé par la dégradation de la qualité de l’eau et l’exploitation trop intensive.

 Quand on suit le bord de l’étang à partir du village en direction de Balaruc-le-Vieux, on n’est guère surpris par ce phénomène, car l’envers de cette carte postale qui nous fait rêver est un cloaque qui semble, au demeurant, laisser indifférent ceux qui y vivent comme ceux qui en ont la gestion.

 

 

DSC06791.JPG

 Et pourtant ici tout a été donné à l’homme pour en faire un paradis : Le climat est doux et les eaux riches et tempérées de l’étang étaient, à l’origine, favorables au développement des poissons et des coquillages.

 Une armada de petits pêcheurs et ostréiculteurs vivaient de cette manne, qui aujourd’hui, sous l’effet de la pollution et de la surexploitation, est en voie de disparition.

 

 

DSC06792.JPG

Le port de pêche devient peu à peu un musée où les barques anciennes ne voguent plus que sur les toiles des peintres du dimanche dont les pinceaux immortalisent un monde et un mode de vie en voie de disparition.

 

DSC06802.JPG

 Les pêcheurs à la ligne, désabusés, posent leurs cannes à terre et se perdent dans des rêveries en contemplant un horizon qui fut autrefois marin et qui est aujourd’hui dévoré par l’urbanisation galopante.

 

DSC06818.JPG

La nature, dans un  baroud d’honneur, essaie de faire illusion et dresse la toison rose de ses tamaris en fleurs pour pimenter la douce monotonie bleutée du ciel et de l’étang.

 

DSC06826.JPG

Mais les nombreux déchets qui jonchent les rives nous rappellent la présence délétère de l’homme .  Nous avons ainsi le choix entre la vue sur le village de Balaruc-le-Vieux avec roue équipée de son pneu ...

 

DSC06816.JPG

…ou bien avec bidons en plastique….

 

DSC06833.JPG

Ou encore avec vieux canapé rouillé sur lequel on ne peut même pas s’asseoir !

 

 

DSC06834.JPG

…ou bien, luxe suprême, avec contenu intégral d'une poubelle ….

 

DSC06830.JPG

…poubelle, que l’on retrouve d’ailleurs un peu plus loin. Ne manquent pour gâcher définitivement le paysage que la "bobine" des cancrelats qui ont abandonné ces déchets !

 

DSC06828.JPG

Admirons au passage ce bucolique petit rû qui se jette dans la Crique de l’Angle non loin de laquelle sont installés des parcs à huîtres....

 

DSC06829.JPG

 

....dont voici d'ailleurs l' embouchure !  On se demande, en voyant ces détritus, si celui qui a rédigé les prospectus vantant le goût de noisette des huîtres de Bouzigues en a vraiment mangé ! Ou alors il avait sacrément abusé du Picpoul qui est, au demeurant, un excellent antiseptique gastro-intestinal!

 

DSC06827.JPG

 Pour couronner le tout,  les gestionnaires locaux ont eu l’idée – fort louable au demeurant - de créer une piste cyclable reliant Bouzigues à Balaruc-le-Vieux . Sauf qu’au lieu de faire en sorte qu’elle s’intègre parfaitement au paysage, ils ont eu la lumineuse idée de la peindre en jaune canari . Imaginez un peu que l’on peigne les chemins de randonnée en vert pomme ou rouge cerise, ça serait d’un chic !

Il aurait été préférable de consacrer le budget « peinture «  au nettoyage des rives de l’étang que la piste longe, mais ces déchets apparemment ne dérangent personne !

  

DSC06863.JPG

 

De fait, ceci n’est qu’un exemple parmi tant d’autres de la manière dont on traite l’environnement en France avec la coupable indifférence des pouvoirs publics. On peut se demander ce qu’il est advenu de la révolution écologique promise par notre tsarounet Nicolaïev lors du lancement du « Grenelle de l’environnement ». Comme l’a écrit le chroniqueur Nicolas Delesalle, du point de vue mathématique, le président n’a pas menti si l’on considère qu’une révolution est un tour sur soi-même avec une arrivée au point de départ. Mais pour le reste, il a bien vite remis les pendules à l’heure en déclarant au salon de l’agriculture en 2010 que « l’environnement ça commence à bien faire ! »

 

Et c’est comme ça que notre pays reste le pays d’Europe le plus nucléarisé et où les énergies renouvelables sont le moins développées alors que le potentiel solaire et éolien est considérable, celui qui a la plus forte densité d’autoroutes  et le plus faible taux de fret ferroviaire, qui utilise le plus de pesticides et dont le taux d’incinération des déchets est le plus élevé.

Et si l’on continue sur notre lancée, cet arbre préfigure l’aspect de nos campagnes d’ici une cinquantaine d’années.

 

DSC06874.JPG

De même que ce quai inactif préfigure l’état de nos ports de pêche et de nos exploitations conchylicoles  demain.

 

 

DSC06849.JPG

Pourtant ces beautés qui nous entourent me sont aussi nécessaires que l’air que je respire  et j’avoue ne pas comprendre que l’on puisse leur être indifférent ou leur porter atteinte.

D’ailleurs, devant le spectacle désolant des rives de l’étang cet arbre, au moment où je passais,  voulait se noyer et je l’ai rattrapé par les branches de justesse !

 

DSC06845.JPG

Même les flamants roses qui n’ont pourtant qu’une cervelle d’oiseau se rendent compte de notre ignominie et s’envolent haut dans le ciel pour ne plus voir nos méfaits !

Notre pays se croit hautement civilisé et pourtant nous sommes loin du compte. Je conclurai par ce témoignage d'Yves Simon, auteur-compositeur et écrivain de talent qui écrit régulièrement une chronique dans un grand quotidien. De retour du japon, il racontait avoir vu dans la région où s'est produit le tsunami suivi de la catastrophe nucléaire de Fukushima, une jeune femme face à l'océan prier les mains jointes et demandant "Pardon à l'eau et à la mer , nous vous avons fait tant de mal ".

Nous aussi pourrions non seulement demander pardon mais  également changer notre comportement à l'égard de la nature si nous voulons éviter de futures catastrophes.

PS : Je vous invite à aller écouter Jean Ferrat  qui chante une chanson de circonstance sur ce lien que m'a communiqué Maria qui tient le superbe blog poétique " Mémoire du silence" et que je remercie chaleureusement

 Texte @ Photos Ulysse