suivi de mon blog
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

19/01/2010

Va, cours, vole au lac de Vézoles !

 

DSC06514.JPG

Avec ce temps maussade qui sévit jusqu’aux latitudes méditerranéennes, ça ne vous dirait pas de faire un saut temporel en plein cœur de l’été 2009 ?

Grâce à la photographie, géniale invention de Niepce, nous pouvons accomplir cet exploit en toute sécurité et vous pouvez même, pour ce qui vous concerne garder vos pantoufles. Nous sommes donc début juillet 2009 et je vous propose de vous emmener au lac de Vézoles , niché au creux des Monts du Somail où vous pourrez, si le cœur vous en dit, vous baigner (mais n’oubliez pas dans ce cas d’enlever vos pantoufles, car mon assurance ne couvre pas ce type de véhicule).

Nous partons du hameau des Rouvials (au nord de Prémian) pour rejoindre le sentier des Gardes menant au GR7 qui, en mille « marches » ( c'est le nom du sentier ) assez irrégulières et souvent bancales vous mène sur le plateau sommital .

 

 

DSC06539.JPG

Après un superbe passage en corniche, le chemin sinue au milieu de rocs arrachés aux monts du Somail par le maigre ruisseau de Bureau qui montre bien que « patience et longueur de temps  font plus que force ni que rage » ainsi que nous l’a enseigné Maître Jean dans sa fable " le lion et le rat".

Je vous invite au passage à lire et relire ce fabuliste qui a su mieux que personne peindre de façon jubilatoire les mesquineries et fourberies de l’homme, sous le couvert d’histoires animalières. Il en existe une superbe édition chez Taillandier qui reprend les illustrations composées en 1905 par Benjamin Rabier  qui ont illuminé mon enfance.

Comme vous le remarquerez les marches ne datent pas d’hier et ont été battues par des myriades de semelles. Certaines d’entre elles, qui en ont assez de se faire marcher dessus, vous font un croc en jambe  et on les comprend un peu,

J’en entends certains ricaner et dire dans leur barbe (les barbus sont – on le le sait - des gens perfides) « Ulysse, il faut arrêter de mettre de l’eau de vie de marc du Languedoc dans le café du matin ». Je réponds à ces propos médisants par un haussement d’épaule, car ceux qui me connaissant bien savent que je ne bois jamais de marc avant 11 heures du matin.

Aussi je vous recommande la plus grande délicatesse et la plus grande vigilance en abordant ces marches, si vous ne voulez pas vous retrouver à quatre pattes en faisant semblant de ramasser les châtaignes pour ne pas perdre la face.

 

DSC06528.JPG

Nous longeons un peu inquiets des empilements de rocs instables emportés par l’érosion.  Sans doute faudra-t-il quelques siècles, voire quelques millénaires pour qu’ils reprennent leur course folle vers le fond de la vallée puis encore des millions d’années pour qu’ils rejoignent la mer éclatés en une myriade de pierres.

Par rapport au temps des roches, notre vie n’est qu’un battement de cil, un clignement d’œil, un souffle et pourtant l’amour, la joie,  la tristesse ou la souffrance qu’on peut y mettre est infinie.

 

 

DSC06519.JPG

Et parce que nos existences sont brèves , nous sommes  dévorés par le souci de laisser une trace de notre passage. Musiques, dessins, poèmes, récits  mais aussi palais, jardins, cathédrales ne sont  que des tentatives désespérées de tromper la mort . Et ceux qui n’ont rien à dire,  à bâtir ou à chanter laissent leurs noms sur les murs et les arbres, leur existence étant un instant ranimée par les regards de ceux qui passent.

 

DSC06547.JPG

Au milieu de ce chaos de rocs,  trône un  lion  dressé sur son séant, qui s’expose au soleil, nostalgique de la savane africaine d'où il vient, sans doute emporté avec le sable du désert par une fabuleuse tempête ou bien emmené avec l’armée d'Hannibal lors de sa tentative de conquête de Rome qui s’acheva par une débâcle.

 

 

DSC06558.JPG

En approchant du plateau sommital, la pente se fait plus raide et le torrent utilisant la voie la plus directe tombe de cascade en cascade. Chacun sait que rien n’arrête l’eau qui trouve toujours un chemin - le vin aussi d’ailleurs pour ce qui me concerne – et c’est pour ça que les plombiers sont les vrais rois du monde. C'est d'ailleurs aussi difficile d'obtenir un rendez-vous avec un-bon- plombier qu'avec le président de la République, sauf pour ce dernier si l'on possède un yacht !

 

DSC06562.JPG

Cette cascade qui se dédouble évoque pour moi un site vu dans le parc du Grand Téton dans le Wyoming (U.S.A) ou un  torrent appelé « Twoo ocean creek » se divise en deux branches qui part l’une vers l’ocan Atlantique et l’autre vers l’océan Pacifique. C'est ainsi que nos existences prennent parfois un cours radicalement différent suite à un événement impromptu.

 

DSC06584.JPG

Enfin le lac de Vézoles se révèle à nos yeux émerveillés ( je sais la formule est facile et éculée, mais émerveillés vraiment nous étions) . Comment, se dit-on alors, un si petit ruisseau peut-il donner naissance à un aussi grand lac ! Certes l’homme l’a aidé un peu en barrant son cours mais on voit que, là encore, s’applique la sage morale de notre bon Jean de la Fontaine : patience et longueur de temps….etc

Ainsi, quand au début de l’automne mon marchand de bois déverse cinq stères sur ma pelouse qui prennent la forme du Mont Fuji (pardonnez cette audacieuse comparaison honorables blogonautes japonais qui passez par ici)  je pense ne jamais en venir à bout et pourtant en deux heures de temps tout est mis à l’abri et parfaitement rangé. De fait aucune tâche n’est vraiment insurmontable quand on a, bien sûr, autre chose que de l'eau pour se désaltérer !

 

 

DSC06580.JPG

C’est en flânant que nous entamons alors le tour du lac, en ayant le sentiment d’être à 10.000 lieues de là en plein cœur du Canada. Mes nos vies ne sont- elles pas que rêves et fantasmes et ne les passons nous pas à lorgner par la fenêtre de nos ateliers ou de nos  bureaux la femme ou le nuage qui passe (à chacun  selon ses passions) en imaginant une vie d’aventures exotiques ou romantiques.

 

DSC06586.JPG

Combien serait fade ce cliché sans ces lambeaux de nuages effilochés. Sans eux le ciel serait morne et la photo sans vie. Mais leur discrète présence lui donne de la densité, une réalité qui fait naître le sentiment d’y être immergé.  Ils sont comme la tache rouge que Monet ajoutait à certains de ses tableaux pour les dynamiser. Ou comme la « mouche », ce faux grain de beauté  que les belles aristocrates se mettaient autrefois sur la joue pour faire ressortir la blancheur de leur visage et dont la position avait une signification. Ainsi appelait-on celle posée au coin de la lèvre « la baiseuse ».

 

 

DSC06590.JPG

La beauté de ce lac tient surtout à l’écrin de verdure dans lequel il est serti. Voilà un paysage que l’on croît sauvage et qui a été entièrement composé par l’homme. Comme quoi il ne faut pas désespérer de cet inconséquent bipède, capable du pire comme du meilleur. Ainsi, les hommes peuvent-ils aussi bien semer des champs de pneus et d’ordure que créer des morceaux de paradis. Formulons le souhait, oh ! sœur de Marie, que ces derniers finissent par l’emporter , mais c’est loin d’être gagné !

 

 

 

DSC06599.JPG

Autre éclatante  démonstration du rôle joué par les nuages en photographie ! Celle ou celui perché "la haut" a quand même bien fait les choses : inventer un truc qui remplit d’eau les citernes, de jus les grains de vitis vinifera et d’aise les photographes. Il ou elle est quand même très doué(e), il faut le reconnaître ! Alléluia !

 

 

DSC06601.JPG

Et nous voilà revenus au temps d’avant "la pomme" , avant que l’on ne soit chassés du paradis….Oh !  je sais hélas que ce n’est qu’une illusion mais comme je le disais tout à l’heure  les illusions sont le sel de notre vie !

 

DSC06525.JPG

Et voilà, notre périple est fini, il nous faut redescendre et reprendre le fil de notre vie…pas si désagréable que ça, vous vous en doutez, même si nous ne sommes plus au paradis !


PS: La balade du tour du lac de Vézoles est décrite dans le TopoGuides "L'Hérault à pied" de la FFR . Pour partir du chemin  des Gardes  et emprunter le superbe chemin dit des "mille marches" utiliser la carte IGN 2443 ET

 

Texte & Photos Ulysse

14/01/2010

Il fait un temps de caribou, allons sur le Caroux !

 

DSC00796.JPG

Notre société se dit « développée », parce qu’elle recourt sans mesure aux technologies modernes et aux produits sophistiqués : moyens de transports mécaniques, électricité, télécommunications, informatique, papier toilette parfumé, faux ongles et faux seins ! Mais de fait, elle est surtout fragile.

En effet, que tombent 5 cm de neige et voilà les autoroutes bloquées, les aéroports fermés, les TGV en rade, les lignes électriques coupées et Nicolas énervé parce que les français, rois du monde des râleurs, mettent ça sur son compte. Il faut dire que lui qui se voyait en Roi Soleil est plutôt devenu un président « purée de poix ».

Mais il faudrait sans doute que l’on réapprenne à vivre avec les intempéries, vu que la Conférence de Copenhague a échoué et que l’on se dirige tout droit vers des perturbations atmosphériques qui mettront en péril notre survie.

 

 

DSC00788.JPG

 

Avec mon ami Gibus on se prépare donc au grand chambardement climatiques en sacrifiant chaque année à la tradition du bain du 31 décembre et allant taquiner les sommets du Caroux, dès qu’il y fait un temps à ne pas mettre un mouflon dehors.

L’avantage est qu’il n’y a pas non plus, ces jours là, d’autres bipèdes et, qu’alors, le monde nous appartient. Ce n’est pas que l’on n’aime pas nos semblables, bien au contraire, mais un tête à tête avec mère nature nous donne un sentiment inouï de plénitude, avec le sentiment de vivre des moments privilégiés.

Donc avant hier matin, mardi 12 janvier, où le thermomètre affichait – 8°au pied du Caroux, nous voilà partis aux aurores vers les sommets.

La brume qui traînasse dans les vallées confère au reste du monde une apparence de douceur trompeuse qui gomme les tragédies qui s’y déroulent pourtant chaque jour..

 

 

DSC00799.JPG

La neige et le froid ornent l’épiderme rocheux de notre cher Caroux de dagues de glace. Mais nous savons que nous n’avons rien à craindre de ce massif d’un age respectable ( 340 millions d’années) et d’un tempérament débonnaire. On sait qu’il ne profitera pas que l’on ait le dos tourné pour nous en asséner un coup dans l’occiput , vu que nous avons toujours respecté les lieux et ses habitants (mouflons, chevreuils, sangliers, lapins, rapaces etc…. Mais si nous étions chasseurs, on se méfierait !

 

 

DSC00800.JPG

Au fur et à mesure que nous prenons de l’altitude le monde d’où nous venons se transforme en un océan de collines bleutées. Un peu inquiets nous nous demandons si nous en retrouverons à notre retour le chemin d’accès !

Mais si jamais nous étions condamnés à vivre le reste de nos existences sur le Caroux sans doute nous transformerions nous en mouflons, ce qui, finalement, ne serait pas un sort détestable vu le nombre de mouflonnes qui y vagabondent.

 

 

DSC00805.JPG

Arrivant près du sommet, un spectacle nous émeut, comme à chaque fois, immanquablement : celui d’un arbrisseau accroché à la roche au milieu de la « colette » de Luchet (petit col) et sur lequel semble veiller les mamelons rocheux environnants, impressionnés par son courage.

 

 

DSC00804.JPG

Il faut dire que de là où il est , il a une vue imprenable sur la vallée et que malgré le froid et le vent il ne cèderait pour rien au monde sa place. Cet arbre est pour nous un exemple de courage et de ténacité mais aussi, à la fois, de la vulnérabilité et de la prodigieuse énergie de la vie. Son exemple nous incite à poursuivre malgré le froid mordant qui nous agresse alors dans cette zone balayée par le vent.

 

 

DSC00812.JPG

Et nous voilà sur le plateau sommital, foulant une neige fraîche légère et scintillante qui fait renaître nos plaisirs d’enfants. Honte à ceux qui, dans les villes, sous le fallacieux prétexte d’assurer la sécurité des « citoyens, interdisent, dès qu’il neige, l’accès aux parcs et jardins et privent les enfants de cour de récréation de peur qu’ils ne glissent et tombent.

 

 

DSC00814.JPG

Au nom de ce principe de sécurité on devra bientôt nous interdire de respirer car l’air sera trop pollué. Nos gouvernants sont des avortons et des crânes d’œuf qui ne sont jamais écorchés les genoux ayant été élevés dans la soie. Ayant peur de leur ombre, ils veulent nous imposer une vie sans risque, de fait, une vie de zombie !

 

 

DSC00819.JPG

Pour quelques instants je vais me taire (ça va être dur !) pour vous laisser contempler ce paysage aux sublimes camaïeux de verts, de gris, de bruns et de blancs……………………………………………...........................................................................................................

Qui a parlé ? chut ! on se tait ! …………………………………………….........................................................................................................

 

 

DSC00827.JPG

Nous empruntons un chemin qui traverse les bruyères brûlées par le gel et où l’on peut « lire » les pérégrinations nocturnes des habitants des lieux.

Ainsi y voit-on les traces d’un lièvre et celles d’un renard et plus loin, des traces de sang, témoin d’un drame ! Jeannot a-t-il été attaqué par Goupil ? Mais que fait le gouvernement ? Il devrait interdire aux renards d’attaquer nuitamment les lapins !

Après le fabuleux succès du plan banlieue , il faudrait lancer un plan « Caroux » en le confiant à la madone du PS, Ségolène, pour qu’elle aille demander pardon aux lapins des crimes commis par les renards.

 

 

DSC00828.JPG

Ca ne vous donne pas envie de nous suivre des chemins pareils ? Voilà la recette  : il faut un bon réveil , un bon petit déjeuner, savoir lire une carte topographique (il y a de bons bouquins sur le sujet) et utiliser une boussole, un peu d’entraînement, un brin de courage, un sifflet, un briquet, un bon sac à dos et des vêtements imperméables et chauds (en toutes saisons !) un vieux journal (pour démarrer le feu) et un copieux pique-nique solide et liquide !

Au début les pentes vous paraîtront un peu dures mais les paysage que l’on découvre la haut vous récompensent au centuple de vos efforts. C’est le plus beau et le meilleur retour sur investissement que vous puissiez faire !

 

 

DSC00830.JPG

Mais je bavarde et l’heure tourne, il est temps maintenant de se diriger vers le refuge de Fontsalès qui dispose d’une cheminée auprès de laquelle nous pourrons nous réchauffer.

 

 

DSC00837.JPG

N’hésitez pas entrez ! J’ai le plaisir de vous présenter mon inséparable compagnon de sentiers, Gibus, que vous voyez toujours de dos vu qu’il est toujours devant, étant déjà à moitié mouflon.

 

 

DSC00846.JPG

Ayant transféré le contenu de nos sacs dans nos estomacs (Au menu : vin chaud, potage, salade de pâtes, fromage, fruit, café/thé et chocolat et vin de pays d’Oc) nous prenons le chemin du retour au moment où le brouillard venu de la vallée commence à envahir les sommets.

 

 

DSC00849.JPG

Quand on est en montagne et que le temps se détériore on éprouve très vite un sentiment de fragilité à l’instar, sans doute, de celui qu’éprouve un marin pris dans une tempête. La température et la visibilité chutent soudainement et il en faut peu en effet pour perdre son chemin. J’avoue que je ne déteste pas ces instants où l’on éprouve une délicieuse angoisse qui magnifie votre sentiment d’existence. On est ainsi ramené à l’aube de l’humanité quand l’homme était démuni face à son environnement.

 

 

DSC00853.JPG

On en apprécie d’autant plus le vin chaud (ou la bière fraîche selon la saison) que l’on prendra une fois revenu à bon port . Cet arbrisseau lui n’a pas la chance qu’ont les humains de pouvoir se déplacer et va devoir affronter jusqu’au bout les frimas de l’hiver !

Dieu fasse que je ne sois pas arbrisseau dans ma prochaine vie , non pas tant à cause du froid pour lequel ils sont adaptés que pour le vin chaud ou la bière dont ils sont privés.

 

 

DSC00856.JPG

Nous avons heureusement retrouvé le fil d’Ariane de notre chemin qui nous ramène au point de départ. A nous donc le vin chaud et à vous le récit de notre périple !


Texte & Photos Ulysse

 

09/01/2010

Douce est la vie le long du canal du Midi (fin)

 

DSC08550.JPG

Revigorés par notre pause gastronomique, nous flânons quelques instants le long du Canal qui traverse Castelnaudary. Le soleil enfin revenu illumine les façades colorées des habitations bordant ses rives, conférant au lieu un air vénitien.

 

DSC08565.JPG

Puis c’est le retour vers Bram . Les platanes semblent se livrer à un concours de beauté, comparant leurs reflets dans les eaux quasiment immobiles du canal. Ils sont, au demeurant,  forts marris de ne susciter aucun intérêt  de la part de la belle qui passe, plus préoccupée de maîtriser son guidon que de contempler le paysage !

 

 

DSC08572.JPG

Il y a deux appareils qui permettent aux hommes de se croire plus intelligents que les femmes : le vélo avec changement de vitesses et l’appareil photo à réglage manuel ! Car effectivement il semble y avoir une incapacité chromosomique féminine à comprendre et maîtriser les subtilités du braquet et du diaphragme. Pour le reste c’est sûr, nous sommes constamment en infériorité, exception faite bien évidemment de la lecture des cartes routières ! Mais hélas avec l’invention du GPS nous avons perdu cet avantage !

 

 

DSC08577.JPG

Malgré la vision idyllique que l’on peut avoir, en lisant ce reportage, d’une balade en vélo le long du canal du Midi, je dois honnêtement mettre en garde celles et ceux qui ne sont pas des pratiquants de la bicyclette.

Car cet engin se transforme très vite en instrument de torture pour votre fondement. Vous pouvez acheter la Rolls Royce des selles, et la recouvrir d’un matelas de gelée, rien n’y fait ! Au bout de 20 km vous commencez à avoir l’impression que l’on vous empale !

Il s’agit là de l’inévitable effet de la loi de la gravité dû au fait que vous avez entre 50 et 80 kilogrammes de muscles et d’os (pour certains ce n’est pas que du muscle !)  qui reposent sur quelques centimètres carrés !

 

 

DSC08597.JPG

Deux solutions s’offrent alors à vous : Soit supporter stoïquement le supplice en se disant qu’avec le temps votre postérieur deviendra insensible, ce qui nécessite d’adopter un régime avec selle et de s’y tenir ! De toute façon, au prix où sera bientôt le pétrole, on risque de tous y venir !

L’autre solution est  de vous mettre en « danseuse » à l’exemple des grimpeurs du Tour de France, mais la technique n’est pas de tout repos et il faut aimer danser !

 

DSC08602.JPG

Vous avez aussi bien sûr la possibilité à tout moment de vous arrêter et de contempler le paysage environnant le canal.  Mais ce n’est que reculer pour mieux sauter, car les kilomètres restant à parcourir n’en rétrécissent pas pour autant.

 

DSC08607.JPG

Cela dit la sérénité et la beauté des lieux compensent largement cet inconvénient. Et puis si jamais vous craquez, il vous est toujours possible de faire du bateau stop !

 

 

DSC08621.JPG

A chaque écluse, vous avez amplement le temps de faire connaissance et de choisir un bateau correspond à votre standing et des membres d’équipage à votre goût.  Le seul problème, et il n’est pas mince, est que ceux-ci soient d’accord pour vous inviter à bord, le bateau, comme vous le savez sans doute, étant le plus redoutable test que puisse subir une amitié.

 

 

DSC08624.JPG

Pour notre part, nous avons préféré rester sur nos vélos mais il est vrai que nous avons le fondement un peu endurci par une pratique régulière ...dudit vélo !

 

DSC08635.JPG

Le canal est ourlé de ponts, véritables bagues de pierre qui permettent de le traverser à pied sec .  Au total 328 ouvrages d’arts ont été construits : ponts, déversoirs, canelets, épanchoirs, aqueducs qui ont permis d'assurer au travers des âges son bon fonctionnement et cela, par tous les temps.

 

 

DSC08634.JPG

Ainsi se termine notre périple le long de ce canal, pari fou, pari gagné d’un homme de relier deux mers, trait d’union d’eau entre les villes et les hommes où il fait bon aujourd’hui flâner…

Y-t-il des hommes aujourd'hui prêts à engager leur réputation, leurs biens et leur vie pour servir l'intérêt général, personnellement je n'en connais point. Ils oeuvrent anonymement dans les ONG ou ailleurs et ne fréquentent pas les palais de la République.

Texte & Photos Ulysse

05/01/2010

Douce est la vie le long du Canal du Midi (1ère partie)

 

DSC08431.JPG

Nous allons commencer l'année 2010 en douceur car comme dit le proverbe italien  "chi va piano, va sano e va lontano ". Je vous invite donc aujourd’hui à une escapade vélocipédique le long du Canal du Midi, œuvre du génial Pierre Paul Riquet, qui y consacra ses biens et sa vie et mourut hélas peu de temps avant son inauguration.

D’excellents sites existent qui vous diront tout de cette œuvre unique, inscrite au patrimoine mondial de l’humanité, aussi je me limiterai, dans mon récit aux aspects bucoliques et pratiques, de ce lieu.

Bien que parfaitement plat, le canal du Midi n’est pas pour les vélocrates qui ne prennent leur biclou que pour aller chercher leur baguette, histoire de faire croire à leur jeune et jolie boulangère que ce sont de grands sportifs. Le canal fait, en effet, plus de 600km de long ponctués par d’innombrables écluses et ouvrages d’art.

 

 

DSC08450.JPG

Il faut donc de bons mollets pour en venir à bout, ainsi qu’un minimum de pratique et un excellent sens de l’équilibre pour déjouer les pièges tendus par les racines de platanes qui ornent ses rives, hormis sur certains tronçons restaurés, comme celui que nous allons parcourir aujourd’hui qui va de Bram à Castelnaudary (32km A.R.)

Le canal du Midi est un lieu de quiétude en marge du monde, sauf quand des abrutis en « quad » ou en motos dites « vertes » envahissent ses rives. Mais il faut hélas se résigner à ce que certains bipèdes ne puissent vivre que dans le vacarme et la fumée qui compensent le silence et le vide sidéral qui règne dans leur lobe frontal.

 

 

DSC08498.JPG

Le canal est un lieu pour ceux qui chérissent la lenteur, surtout quand on le parcourt en bateau...

 

DSC08467.JPG

La vie s’écoule alors au rythme de la respiration des écluses, vastes sabliers aquatiques qui s’emplissent et se vident d’eau pour permettre le passage des bateaux

 

 

DSC08487.JPG

Les méandres du canal offrent un spectacle sans cesse renouvelé de jeux d’ombres et de lumières et de reflets aquatiques.

 

 

DSC08494.JPG

C’est un terrain de jeux idéal et un lieu de bombance pour les  canards qui quémandent leur pitance aux plaisanciers .

 

 

DSC08509.JPG

Jeunes qui cherchez un emploi d’avenir non menacé par les délocalisations qui dévastent industries et services, devenez éclusier, car le canal du Midi, malgré le réchauffement climatique annoncé, n’est pas près d’être asséché !  En outre vous  ferez chaque jour de nouvelles rencontres et vous serez logé, avantage inestimable en ces temps de crise du logement.

 

 

DSC08516.JPG

Que serait le canal sans les platanes :  qu'un morne serpent d’eau verdâtre ! Mais avec leurs bataillons de fûts élancés et leurs frondaisons denses, il prend l’allure d’une Amazone domptée.

 

 

DSC08521.JPG

Hélas, un sort funeste menace ces vénérables arbres  car le chancre coloré, sans doute introduit en France dans les caisses de l’armée américaine en 1945, a gagné le sud de la France et a commencé a les décimer. Il n’existe pas de remède sinon de couper et de brûler les sujets malades pour éviter que cette « peste » ne se propage !

 

 

DSC08546.JPG

Mais nous voilà arrivés à Castelnaudary dont l’immense « réservoir » dominé par la collégiale Saint Michel  était autrefois le principal port du Laurageais. De ses quais partaient des barges chargés de céréales à destination de Narbonne et de Béziers.

 

 

DSC08537.JPG

Aujourd’hui on y fait halte pour célébrer un des chefs d’oeuvre de la gastronomie française :  le cassoulet ! Vous savez sans doute que ce plat est objet de litige entre Castelnaudary, Toulouse et Carcassonne, qui revendiquent toutes trois d’en être à l’origine et d’avoir la seule vraie recette de cassoulet !

Pour arbitrer cette rivalité, Prosper Montagné, grand chef languedocien du début du XXème siècle a forgé une métaphore :

« Le cassoulet, c'est le Dieu la cuisine occitane, Dieu le père c'est le cassoulet de Castelnaudary, Dieu le fils c'est celui de Carcassonne et le saint esprit c’est celui de Toulouse. »

Quant à celui que nous avons dégusté dans un restaurant de Castelnaudary , qui nous a été recommandé par un éclusier et qui se nomme  l'Escapade,  il était effectivement divin !

PS : ce restaurant  se trouve au 2, Avenue François Mitterrand à 200m, à droite sur la route qui mène au centre ville, quand on quitte la berge du canal juste avant d’arriver au réservoir (04 68 23 45 58 et 06 23 37 46 95)

A suivre …

Texte & Photos Ulysse