suivi de mon blog
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

21/10/2009

Changement de décor : je vous emmène à Cahors

 

DSC07557.JPG


Durant toute ma scolarité, je me suis ennuyé pendant les cours d’histoire, sauf en classe de seconde où ma prof arborait de superbes décolletés que masquait, hélas, les jours d’hiver, une large écharpe blanche (à chacun ses madeleines !)

Ces litanies de batailles, de massacres, de souverains despotes et sanguinaires m’horrifiaient et me faisaient douter de l’intelligence de l’homme. Seuls les récits des expéditions des explorateurs : Magellan, Vasco de Gama, Christophe Colomb, Tintin et Milou et Corto Maltese trouvaient grâce à mes yeux.

Si l’on analyse les choses lucidement, on constate d’ailleurs qu’à quelques exceptions près, telles qu’Alexandre le Grand, Hadrien, Gandhi, Obama et Angela Merkel, les hommes (ou les femmes) de qualité ne recherchent pas le pouvoir suprême, qui n’intéresse généralement que les médiocres, qui y cherche une compensation à leur médiocrité. L’histoire de France récente en est hélas une parfaite illustration.

C’est en voyageant que j’ai pris goût à l’histoire, celle écrite par les hommes et les femmes « ordinaires » qui nous ont laissé en héritage cités, chapelles, châteaux, abbayes, ponts, mais aussi moulins, capitelles, murets, vignobles, toutes œuvres révélant et magnifiant les mille facettes du génie humain quand il sert les intérêts de la collectivité.


Et, en la matière Cahors est un beau livre d’histoire. Crée par les Cadourques (tribu gauloise) au 1er siècle avant notre ère, autour d’une source qui alimente encore la ville, elle prit son essor à l’époque romaine où elle devint Cadurca, qui au fil du temps a donné Caurs puis Cahors.

DSC07558.JPG

Paresseusement blottie dans un méandre du Lot, elle est aujourd’hui un peu à l’étroit et déborde sur l’autre rive où les maisons se tiennent en rang serré, épaule contre épaule, adossées aux falaises des collines au milieu desquelles le Lot a creusé son lit.

Cahors a donné son nom à une autre rivière de couleur sang alimentée par le cépage Cot et qui prend ensuite le chemin des barriques, des bouteilles puis des verres pour finir – tout est bien qui finit bien - dans nos gosiers !


DSC07561.JPG


Cette belle cité, aujourd’hui un brin assoupie, fut au XIIIème siècle l’une des plus grandes villes de France suite à l’arrivée de marchands et de banquiers Lombards, qui en firent l’une des grandes places bancaires d’Europe. La fièvre de l’or s’est alors emparée des « cahorsins » (synonyme à l’époque d’usurier) et cette frénésie fut stigmatisée par l’écrivain florentin Dante (1261-1321) qui précipita Cahors comme Sodome dans l’enfer de sa Divine comédie.

En cela Dante était visionnaire vu l’enfer dans lequel les banquiers ont plongé aujourd’hui une partie de l’humanité. Mais loin de faire amende honorable , voilà qu’ils recommencent à se « baffrer » ! Le veau d’or aura hélas encore et pour longtemps ses adorateurs.

Lors de la guerre de cent ans, Cahors fut obligée de se donner aux anglais - bien que leur ayant victorieusement résisté - suite à la signature par le roi de France Jean II du traité de Brétigny (1360) cédant le sud ouest de la France à Edouard III roi d’Angleterre. Ruinée par les « perfides albionais » Cahors ne revint dans le giron de la France que sous le règne d’Henri IV.

Mais la ville va longtemps vivoter et ce n’est qu’au XIXème siècle qu’elle retrouva un semblant de prospérité.


DSC07617.JPG

Cahors peut s’enorgueillir de posséder l’une des plus imposantes cathédrales romanes de France. Edifiée au XIIème siècle et dédiée à St Etienne, son allure de forteresse répondait à un souci de protection des habitants mais visait aussi à assurer le prestige de l’église catholique. Il est vrai que quand le comportement des membres d’une institution lui fait perdre tout crédit , il ne lui reste que les armes de la contrainte et de la puissance pour s'imposer. Hier on effrayait les âmes en les menaçant de l’enfer, aujourd’hui on manipules les esprits en utilisant les télés et les journaux.

DSC07582.JPG

Un sculpteur facétieux a placé à mi-hauteur sur le coté de la cathédrale loin de la vue des notables de l'église qui n'empruntent que le grand portail, la tête d’un « drôle » tirant la langue, sans doute à l’intention des bigots et bigotes qui s’en vont prier dieu pour leur salut mais ferme les yeux sur les malheurs de leurs congénères.

DSC07598.JPG


 Le cloître plus tardif (1509), de style renaissance, présente un mariage harmonieux du monde végétal et minéral magnifiés par le génie de l’homme. Les lignes géométriques des pelouses combinées aux arcatures ouvrant sur la pénombre des galeries créent un espace propice à la méditation : où allons nous dîner ce soir ?

DSC07622.JPG

A l’angle d’une rue trône un monument dédié au poète Clément Marot (1496 -1544), enfant du pays, qui célébra en quelques vers la présence dans le Quercy de l’ombrageux Lot et de la généreuse Dordogne, qui au vu des traits humains que leur a prêtés un sculpteur auraient bien aimé s'unir. Vous aurez deviné sans peine dans quelle rivière je préfèrerais me baigner !

DSC07656.JPG


Et puis nous arrivons au pied du joyau de Cahors, le pont de Valentré, magnifique bague de pierre passée au doigt du Lot . Véritable chef d’œuvre de l’art militaire du moyen age, avec ses tours à mâchicoulis s’élevant à 40m au dessus de l’eau, ses parapets crénelés et ses avants- becs rompant la succession des arches, ce pont séduit par son élégance et son harmonie.

DSC07667.JPG


A l’origine les tours extrêmes étaient fermées de portes et de herses et la tour centrale servait de poste d’observation. Il formait ainsi une sorte de forteresse commandant le passage du fleuve qui impressionna tant les anglais pendant la guerre de cent ans -peuple pourtant guère impressionnable qui affronta sans sourciller les V2 du sinistre moustachu - qu’il ne fut jamais attaqué.

DSC07668.JPG



La perfection et l’élégance des lignes de cet ouvrage subjuguent le Lot lui même qui s’écoule paisiblement sous ses arches

DSC07673.JPG


Vu les prouesses technique que représente la construction d’un tel ouvrage, la légende prétend que l’architecte avait passé un pacte avec le diable pour qu’il l’aide à construire le pont. Ce qui en quelque sorte revient à considérer Dieu comme un incapable, mais il faut dire que vu l'état du monde on peut légitimement se poser des questions sur ses capacités.

Toujours est-il qu'en échange de son âme, l'architecte aurait demander à Lucifer de porter de l’eau aux ouvriers, mais en lui remettant à son insu un seau troué (pas finaud non plus le diable !). Pour se venger Belzébuth aurait fait chaque jour tomber une pierre placée en haut de l’angle nord est de la tour centrale. Lors de la rénovation du pont au XIX ème siècle par Viollet – le - Duc on plaça à cet endroit une pierre représentant ce sinistre personnage.

 

DSC07678.JPG



La visite de Cahors s’achève . A vous de prendre le relais et d’aller flâner dans cette charmante ville du Quercy qui comporte bien d’autres merveilles au sein de ses ruelles moyenâgeuses, notamment de riches demeures qui sont comme un livre d’histoire et d’architecture en plein air .

Bonne balade !

Texte & photos Ulysse

18:04 Publié dans tourisme | Lien permanent | Commentaires (30) | Tags : cahors, lot, henri iv, dante

06/10/2009

Périple en Andorre- Dernière partie : Les lacs de Tristaina

 

 

 

DSC07111.JPG

Des quatre éléments  identifiés par les philosophes grecs : terre, air, feu et eau, celui qui sans conteste m’apparaît le plus  étonnant est l’eau. C’est au demeurant l’élément dominant de notre planète et le principal constituant de nos organismes. Elle me semble en outre supérieure aux autres éléments puisque  elle vole dans l’air sous forme de nuages, elle rend la terre fertile et éteint le feu. De surcroît elle modifie son apparence selon qu’elle est pluie, neige, glace ou vapeur d’eau.

 Et ce matin alors que nous partons pour faire le circuit des lacs de Tristaina, et éventuellement faire l’ascension du pic du même nom (2874m) réputé très difficile, l’eau nous offre le spectacle éblouissant d’une multitude de ruisselets  sinuant paresseusement au fond du vallon que nous longeons  pour rejoindre les lacs.

 

DSC07114.JPG

Quand on a gardé son âme d’enfant la nature vous livre ses secrets et ses merveilles . Pour ma part  je n’ai aucun problème vu que j’ai 8 ans d’age mental , mais heureusement plus de 18ans d’age « gosier-tal », ce qui m’autorise à consommer des breuvages bacchusiens, car mon admiration pour l’eau se limite à ses usages externes.

 Ainsi ce matin, les yeux encore éblouis par ces eaux miroitantes, j’aperçois dormant allongé sur la crête d’en face le visage d’un géant . Sans doute s’agit il du « Beau au mont dormant » dont parle une légende Andorrane et qui ne se réveille qu’une fois par mois lorsque la lumière de la lune rousse vient effleurer ses lèvres (d’où sans doute la réputation de sensualité que l’on attribue aux rousses)

 

 

DSC07126.JPG

Mais nous voici au bord du premier lac. Il est encore un peu tôt pour s’y baigner car l’air froid qui descend des cîmes n’a pas encore eu le temps d’être réchauffé par le soleil, ni l’eau du lac  à fortiori !

 

 

DSC07129.JPG

 

Nous prenons un peu d’altitude et découvrons le second lac de Tristaina, plateau d’argent suspendu au dessus du vide. On nous apprend dès l’enfance à attribuer une couleur fixe aux objets : l’orange est orange,  la tomate est rouge, les feuilles au printemps sont vertes , le ciel est bleu etc..

 Mais comme nous l’ont montré les impressionnistes les objets peuvent avoir une myriade de couleurs selon les jeux d’ombre et de lumière auxquels ils sont exposés. C’est ainsi que les lacs de montagne peuvent être blanc, gris, bleu, violet, vert, émeraude,argent, or , rose selon l’heure du jour et l’état du ciel. La sagesse populaire dit aussi que la nuit tous les chats, même les blancs, sont gris ! Qui a osé ricané en disant que la nuit Ulysse était aussi toujours gris ?  Attention je vous ai à l’œil avec ma webcam !

 

 

DSC07137.JPG

Parfaite et merveilleuse illustration de mes propos précédents le troisième lac de Tristaina aux eaux outremer teintées par endroits d’émeraude se révèle enfin  à nos yeux

 

 

DSC07146.JPG

 

 

DSC07155.JPG

Au fur et à mesure que nous grimpons, la vue sur les lacs s’élargit et ceux qui après avoir contemplé ce panorama  s’interrogeraient encore sur  l’utilité de «  marcher pour rien » en montagne sont à mon avis  à classer parmi ceux auxquels le sinistre Lelay pensait quand il disait qu’il offrait aux annonceurs de TF Hun « du temps de cerveau disponible ! »

Les plus observateurs de mes lecteurs et lectrices auront sans doute repéré une scène troublante concernant le lac  figurant à droite de la photo.

 

 

DSC07154.JPG

On voit en effet dans la partie inférieure droite du lac, la montagne poser une main affectueuse autour du cou d’un visage d’homme. De fait une légende prétend qu’une jeune femme Tristaina (d’où le nom des lacs) s’est noyée à cet endroit et que son amant inconsolable s’est aussitôt jeté dans les flots.

Mais la montagne est tombée amoureuse du jeune homme et le tient depuis ce temps dans ses bras l’empêchant de se noyer .  Selon la légende quiconque tenterait de le libérer serait enseveli aussitôt sous une avalanche de rochers. Courageux mais pas téméraires nous n’avons pas essayé ! (je sais je vous déçois un peu Mesdames mais je ne peux pas avoir toutes las qualités !)

 

 

photos marie 137.jpg

Nous arrivons près de la pancarte indiquant le sentier pour accéder au sommet du Pic de Tristaina qualifié de « molt difficile » (« molt » auquel correspond chez nous le terme ancien « moult » voulant dire très) et de fait selon nos renseignements pris la veille, il y a eu deux accidents mortels récents sur cet itinéraire.

Nous posons nos sacs et tergiversons pour savoir si nous tentons malgré tout l’ascension, quand soudain le « destin » décide pour nous …ou peut être est ce la montagne qui admirative de nos  exploits des jours précédents a voulu nous épargner un sort funeste !

 

 

DSC07163.JPG

En effet une énorme masse nuageuse déborde soudain de la crête et dévale la montagne...

 

DSC07165.JPG

La masse de nuages s’écrase au sol et commence à dévaler vers nous  comme la mer à marée montante au Mont Saint Michel.

 

 

DSC07167.JPG

Ce « tsunami » nuageux met fin à nos tergiversations et nous remettons prestement sur le dos nos équipements avec une seule idée en tête : redescendre le plus vite possible ! Nous pensons avec effroi à la difficile situation dans laquelle nous aurions été si ce phénomène météorologique avait été plus tardif et nous avait surpris au cours de l'ascension du Pic ! Une leçon  à tirer pour les apprentis montagnards : même par grand beau temps ne jamais partir sans sa boussole, son mobile, sa polaire, son coupe vent, son coupe-faim et bien sur son anti-gel !

 

DSC07171.JPG

Mais la masse nuageuse nous engloutit et nous pressons le pas afin de ne pas perdre notre chemin. Nous n’avons pas envie de jouer aux marmottes et de se terrer dans un creux du terrain en attendant que ce tsunami passe. Nous avons certes un peu de « soleil liquide » venant du pays d’oc dans nos sacs mais pas assez pour  maintenir longtemps nos corps  à une température vitale.  Car le cœur du nuage étant à 8°, ce ne sont pas les 13° du breuvage en question qui nous sauvera d’une hypothermie certaine.

 

DSC07177.JPG

Heureusement l’air tiède qui monte de la vallée stoppe pour un moment la vague nuageuse et nous pouvons faire une halte et reprendre notre souffle auprès du premier lac de Tristaina qui a de nouveau changé de couleur.  Preuve est faite que les objets n’ont pas de couleur propre. Celle-ci résulte de l’interaction de leur structure et de la lumière qui les touche. Mais ne sommes nous pas nous même multiple, notre « être » variant selon le milieu dans lequel ils se trouve ?

 

 

photos marie 142.jpg

Narguant les nuages arrêtés dans leur élan par la brise  ascendante, nous plongeons une tête dans le lac dont les eaux étonnamment tièdes (au moins 17°) témoignent du réchauffement climatique en cours. Au train où vont les choses, les générations futures connaîtront elles encore ce bonheur de jouer les grenouilles (en l'occurrence les crapauds!)  dans les lacs de montagne ?

 

DSC07184.JPG

Mais la masse de nuages accumulés finit par l’emporter sur la brise (certains gros nuages d’orage peuvent peser des millions de tonnes !) et à engloutir le pourtour du lac . Nous levons précipitamment le camp pour rejoindre  nos pénates.

 

P1100760.JPG

Sur le chemin du retour, nous surprenons soudain deux êtres étranges qui, profitant du brouillard ambiant, s’apprêtaient à s’embrasser. D’après une légende andorrane, il s’agirait de deux amants que la fée Armoise a transformé en pierres après que le jeune homme ait refusé ses avances.  Après avoir vu un  tel spectacle comment oser dire de quelqu’un d'insensible qu’il a un cœur de pierre ?

 

photos marie 146.jpg

 

 


Ayant retrouvé la sécurité de nos pénates, vous avez droit à une photo de notre groupe dont les mines réjouies témoignent des effets  bénéfiques de la randonnée…… ainsi que de la sangria sur le moral !

 

 

DSC07215.JPG

Le lendemain matin, au moment du départ, l’ensemble des nuages qui couvraient les monts sont tombés au fond de la vallée comme si la montagne voulait nous dissuader de retourner dans les miasmes du monde urbanisé.

Restez ! Jouissez de mes torrents ! Caracolez sur mes sommets ! Dévalez mes pentes ! Enivrez vous de mon air limpide ! semble-t-elle nous dire. Mais bon, nous n’avons pas la capacité qu’ont nos gouvernants  de financer leurs dépenses en creusant un peu plus l’abyssal  déficit public et il nous faut rentrer ! Mais c’est promis, si Nicolas ne casse pas notre tirelire on reviendra !

Merci de tout cœur chers lectrices et lecteurs de nous avoir accompagner ; lors de notre prochaine rencontre nous ne manquerons pas boire à votre santé (ça fera une occasion de plus !)

PS : pour un séjour en Andorre nous vous recommandons vivement de séjourner aux portes du parc Naturel de Sorteny à l’hotel Bringué (***) situé dans le village d’El Serrat fort calme et qui offre un excellent rapport qualité prix (salle de gym/piscine/sauna)

 

A la prochaine.....


Texte & Photos Ulysse (sauf celles signées J.M-P et Marie.B que je remercie pour leur copyright)

 

 

 

02/10/2009

Périple en Andorre – 4ème partie : le pic de l’Estanyo

 

DSC06976.JPG

Gonflés à bloc par l’ascension du Pic de la Serrera effectuée la veille, nous décidons au matin du 4ème jour d’entreprendre l’ascension du Pic de l’Estanyo qui avec ses 2915m est le 4ème sommet andorran. Notre base de départ se situant à 1780m, nos gambettes vont devoir grimper 1135m de dénivelé, ce qui fait près de 230 fois les marches du Carlton à Cannes. Autant dire que les « pipaule » qui font tout un fromage quand ils ont l’occasion de les monter une fois sont des rigolos.

 Sachant que la montée ne serait pas de tout repos, nous avons pris la précaution la veille au soir de faire le plein de San Miguel et de sangria. Nous devrions donc avoir une autonomie suffisante pour atteindre le sommet .

 Au moment où nous nous mettons en route, Gaïa sort à peine de son sommeil et Amon glisse ses doigts d’or dans la toison de pins qui recouvre le flanc de la montagne. 

 

 

DSC06982.JPG

Puis il dévale les pentes où il sème des paillettes l’or dans l’herbe emperlée de rosée (Dieu qu’elle était bonne la sangria !). Que savent les enfants des villes de la beauté d’une perle de rosée ?  Plutôt que de les bassiner avec les faits et surtout méfaits de la bande de scélérats qui, au cours des siècles ont gouverné la France, Henri IV mis à part, homme généreux et tolérant qui aimait le vin, la poésie et les femmes ainsi que ce pauvre Louis XVI qui se rêvait serrurier et a payé pour les autres, emmenons les contempler la nature et le monde que les hommes ignorés par l’Histoire ont forgé.

 Les bancèl ou restanques , les capitelles, les bergeries aux arcades gothiques soutenues par des charpentes ressemblant à des broderies, les glacières qui permettaient aux limonadiers d’avoir de la glace à Perpignan en plein mois d’août, les moulins à eau et à vent qui permettaient d’exploiter l’énergie des éléments, en apprennent plus sur le génie de l’homme et sa capacité à s’adapter à son environnement que les livres d’histoire.

 

 

DSC06984.JPG

Ainsi voit-on courir sur les pentes herbeuses, les lignes des murs de pierre qui délimitaient les parcelles autrefois cultivées. Il n’est pas question ici d’être nostalgique d’un monde révolu, mais de se remémorer que notre présence ici bas est due au courage et à la ténacité de ceux qui nous ont précédé. En hommage à ces générations oubliées, il est bon de perpétuer ce sens de l’effort et le respect de ce qu’ils ont accompli. Et puis qui sait si un jour nous n’aurons pas à affronter de nouveau les conditions de vie qu’ils connaissaient ? Vu le déficit abyssal que nos élites politiques sont en train de nous creuser nos petits enfants seront sans doute heureux d’avoir un champ de pomme de terres à cultiver !

 

 

DSC06992.JPG

Quelques gros nuages viennent raser nos têtes sans doute pour nous impressionner. Mais leur présence nous laisse de marbre, car comme ce bon vieux Noë nous avons déjà affronté le déluge et nous poursuivons notre ascension sans leur prêter attention.

 

P1100178.JPG

Ce qui nous inquiète plutôt, à l’image de Rémi qui n’est pourtant pas du genre impressionnable, c’est la pente qu’il va falloir gravir pour accéder au sommet de l’Estanyo.

 

 

DSC06909.JPG

Ce dernier, qui n’a pas oublié qu’hier nous l’avons snobé et lui avons tourné le dos,affiche sa mine des mauvais jours !

 

 

DSC07001.JPG

Mais ceux qui suivent fidèlement ce blog savent que nous sommes plutôt du genre entêtés et que pour nous faire renoncer il faudrait que le ciel nous tombe sur la tête et encore ! . Et puis il faut bien brûler le « carburant » stocké la veille si l’on veut pouvoir de nouveau faire le plein ce soir !

A ce sujet, d’ailleurs j’en profite pour faire passer le message aux viticulteurs que l’on apprécierait un geste commercial, vu la contribution que nous apportons au soutien des cours ! Ce n’est pas le cas de notre président qui ne boit que de l’eau, ce qui à mon avis lui jouera des tours car sa « raulaixe » va finir par rouiller !

Cela dit , vous avez noté la mine réjouie qu’affiche Gigi malgré la pente ! Comme je vous l’ai dit lors de la note précédente , la haute montagne c’est la volupté dans la souffrance !

 

DSC07003.JPG

Parvenus sur la serre del Roc del Rellotge nous faisons une pause pour contempler le lieu de nos exploits de la veille : le pic de la Serrera. Vu de loin le sommet des montagnes apparaît toujours lisse alors qu’ils sont généralement ravinés, à l’image des visages de nos ex monarques républicains, Chichi et Valy grands caresseurs, le premier, de vaches  et, le second, de princesses.

 

DSC07004.JPG

En dessous de nous l’étang de l’Estanyo ouvre son œil bleu séducteur mais nous réprimons nos envies de baignade car nous avons encore 400m à monter et l’eau n’est pas le meilleur dopant pour ce genre d’exercice.

 

 

DSC07006.JPG

Nous reprenons notre ascension en suivant le sentier qui chemine en haut de la serre, nous offrant une vue plongeante sur la vallée. La haute montagne a de commun avec les décolletés féminins,  qu’il faut faire un effort sur soi même pour ne pas y sombrer. La différence est que dans le premier cas les chutes sont souvent mortelles alors que dans l’autre cas le seul risque que l’on court est d’y rester piégé.

 

 

DSC07009.JPG

Par ailleurs  la haute montagne inculque des valeurs à l’inverse de nos sociétés où le leitmotiv est toujours d’être le meilleur par rapport aux autres mais jamais par rapport à soi même. Or chercher à être meilleur que les autres ne sert qu’à développer l’égo et  à nous monter les uns contre les autres.

 

 

 

DSC07038.JPG

Ayant laissé nos sacs au début de la serre nous pouvons affronter la pente finale avec plus d’aisance. Nous serions presque tentés d’imiter un vautour fauve, qui intrigué vient nous observer, et de  le suivre dans son vol !

 

 

 

DSC07024.JPG

Mais n’étant pas  consommateur « d’herbe » nous préférons garder les pieds sur terre pour poursuivre notre ascension vers le pays des nuages

Nous parvenons dans un monde minéral où la vie qui subsiste se réfugie sous les pierres. Cet univers préfigure peut être la terre que nous laisserons à nos petits enfants si nous continuons à la saccager comme nous le faisons.  Rappelons nous qu’au rythme actuel 25% des espèces animales et végétales auront disparu en 2025

On aimerait, entre autres exemples, que ceux qui transforment l’hiver leur appartement en sauna et l’été en frigidaire ou encore ceux qui arrosent leurs champs de maïs en plein midi en vidant les nappes phréatiques ou qui continuent d’aller acheter leur baguette et leurs cigarettes en 4X4 connaissent le même taux de disparition.

 

 

DSC07013.JPG

A force de mettre un pied devant l’autre, on arrive finalement au sommet , Gibus toujours  devant, comme le petit cheval blanc de Georges Brassens et nous autres derrière, bien évidemment ! L’Estanyo beau joueur reconnaît avec grâce sa défaite et nous accueille coiffé d’un magnifique ciel bleu

 

 

DSC07028.JPG

 

 

Gigi et jean Mi célèbrent l’événement en chantant l’Alleluia de Bach et les anges sortent leurs violons dans le ciel pour les accompagner.

 

 

P1100243.JPG

Etonnée et ravie d’avoir une telle audience Gigi se refait une beauté. On a beau être une montagnarde confirmée on n’en est pas moins femme ! Alors que pour les hommes la pratique de la montagne a tendance à faire ressortir leur coté « bouc » ! Sauf  chez nous bien sur qui pratiquons les bains de siège dans les lacs gelés !

 

 

P1100225.JPG

 

 

 

DSC07035.JPG

Et c’est la plongée vers la vallée au cours de laquelle il faut prendre garde de ne pas trébucher si l’on ne veut pas  finir son existence dans le ventre d’un vautour fauve qui tourne au dessus de nos têtes en l’attente du moindre faux pas ( il faut bien que je dramatise un peu si je  veux que mon blog ait l’audience de Koh Lanta !)

 

 

P1100555.JPG

Revenus au début de la serre, nous remettons un peu de carburant solide et liquide dans la machine et nous octroyons un « siestou » bien mérité. Avez vous noté qu’en occitan le mot qui désigne la sieste est du genre masculin. C’est sans doute parce que dans notre région les hommes s’honorent de ne rien faire alors que les nordistes veulent toujours faire croire qu’ils sont affairés.

Mais afin d’éviter que nous servions de pique nique aux vautours fauves nous tirons à la courte paille pour savoir qui va assurer la surveillance et  cette lourde responsabilité échoit à Chri-Chri  vous  vous en doutez en est absolument ravie !

 

 

DSC07073.JPG

Il suffit ensuite de se laisser doucement emporter par la force de la gravité jusqu’à la vallée….. en restant malgré tout vigilant lors de la traversée des torrents !

 

 

DSC07102.JPG

Revenus  à notre camp de base, Marie fort heureuse d’avoir retrouvé le plein exercice de sa cheville (mes fidèles lecteurs et lectrices sauront de quoi je parle) s’octroie sans vergogne une petite douceur ! Qui pourrait l’en blâmer ? Jusqu’à preuve du contraire on ne vit qu’une fois et si le paradis est peuplé de gens comme bénét XVI ça ne donne guère envie d’y  aller ! Et puis ce n’est pas sur que la haut près du soleil, il y ait des glaces au menu !

 

 

IMG_0040.jpg

 

 

Malgré les intenses efforts physiques de la journée, à l’heure de la sangria qui prélude à un solide repas montagnard tout le monde bien évidemment répond présent !

A suivre...


Texte et photos Ulysse (sauf celles signées J.M-P et Marie.B. que je remercie pour leur copyright))

 

28/09/2009

Périple en Andorre - 3ème partie : L’ascension de la Serrera 2.913 m

 

DSC06827.JPG

Nous voilà au matin du troisième jour de notre périple. Rappelons que, selon les écritures, c’est au matin du troisième jour que le Dieu des chrétiens créa la végétation dont Vitis Vinifera et rien que pour ça, on peut l’en féliciter. Au demeurant, vu son ancienneté, il doit avoir une de ces caves,  je ne vous dis pas ! Cela me fait saliver d’avance car je ne doute pas qu’il m’y invitera le moment venu, vu que j’ai toujours célébré les vignes du seigneur et le sang de son fils présumé (en l’absence de preuve ADN, mieux vaut être prudent).

 Mais revenons à l’objet de cette chronique qui est de vous conter par le menu notre ascension du jour qui a pour objectif le Pic de la Serrera,  qui domine de ses 2.913m le parc naturel du Val de Sorteny.

 Nous voilà donc partis dès potron-minet alors que les nuages s’étirent encore dans le fond des vallées, prêts à reprendre leur périple dans le ciel.  Pour ceux qui ne connaîtraient pas cette expression de « potron-minet » (ce qui est tout à fait excusable ) précisons qu’elle veut dire « dès que l’on voit poindre le cul du chat ». La locution d’origine était « dès le poitron-jacquet » ce qui en ancien français signifiait « dès que l’on voit poindre le derrière de l’écureuil » (le poitron était le postérieur et le jacquet : l’écureuil)  Les  chats étant aujourd’hui plus fréquents que les écureuils (n’est ce pas Jean Mi !) la locution s’est donc modernisée.

 

 

DSC06818.JPG

 

Après avoir dépassé le refuge de Borda de Santeny nous progressons en remontant le torrent qui donne son nom au vallon. Le fond de l’air est encore un peu frais pour y chercher une « gouille » (vasque en haut savayarois) et y faire trempette mais nous nous promettons de le faire à la descente.

 

 

DSC06864.JPG

Puis les choses sérieuses commencent ! Nous abordons  une pente plus rude qui mène à la portella des Méners à 2724m (en montagne, on n’arrondit pas, car chaque mètre compte !)  Soudain le sac se fait un peu plus lourd, surtout pour celui qui porte la bouteille de « fortifiant », cette honorable responsabilité étant confiée à tour de rôle à chacun des mâles du groupe (avoir des mollets de yéti n’empêche pas la galanterie !)

 La montagne est une école de volonté, je l’ai déjà dit et quand on aborde des pentes à 30% celle-ci est mise à rude épreuve ! La montagne trempe le caractère (quand ce ne sont pas nos os !) et pour citer Bergson elle nous aide à faire en sorte que pour nous l’avenir ne soit pas ce qui va arriver mais ce que nous voulons en faire.

 

DSC06875.JPG

Et pour ce qui concerne notre avenir immédiat , il se résume à un mot : grimper !  Mettre un pied devant l’autre et recommencer !  la montagne nous ramène à l’aube de l’humanité quand les premiers homo sapiens-sapiens ont colonisé le monde pédibus jambus . La sueur qui perle sur votre front, les râles de votre souffle court, la sensation de brûlures dans les muscles trop sollicités , l’inquiétude devant des nuages qui se font menaçants , rien n’a vraiment changé depuis 30.000ans, si ce n’est que nos peaux de bêtes et nos chausses portent les nom de Salomon, Technica, Millet , Lafuma….et que l’on mange du jambon Beurka et pas de l’auroch fumé.

 

DSC06883.JPG

C’est cela le grand bonheur de la randonnée en montagne : débrancher sa vie de tous les appendices technologiques qui,  sous prétexte de la faciliter, vous prive de vous même en vous emmaillotant dans des mondes virtuels où l’on ne se sent plus vraiment exister.  Que sait on encore de la pluie,  du vent , des senteurs des pins et de l’herbe quand on voyage à l’abri de vitres fumées, l’oreille collée à son mobile et l’œil rivé sur son GPS ?

Nous continuons de progresser vers le Portella en tournant le dos au Pic de l’Estanyo (2915m) qui arbore une mine sombre face à notre désinvolture. Sûr qu’il nous le fera payer cher demain, jour où nous avons prévu de l’ascensionner ! Mais à chaque jour suffit sa peine, et celle d’aujourd’hui vaut son pesant de cailloux et demain est un autre jour !

 

 

DSC06893.JPG

Nous voilà parvenus à la Portella dels Meners après avoir grimpé 900m de dénivelé . Il en reste encore un peu moins de 200 pour parvenir au sommet du Pic de la Serrera,  mais quand on aime on ne compte pas ! (c’est ce que disent généralement les amants pingres qui achètent des bagues à dix sous à leurs mal-aimées)

L’ascension ne semble pas présenter de difficulté majeure et c’est confiants que nous nous mettons en chemin, ou du moins en route, car la chemin se réduit à une vague trace au milieu des éboulis

 

 

DSC06890.JPG

 

Nous contournons tout d’abord une barre rocheuse où le pic arbore des chicots de pierre qui trahissent son age respectable. Quarante millions d’années pour une montagne c’est un peu équivalent à la quarantaine chez des humains : les première rides apparaissent et  les formes doucement s’affaissent

 

 

DSC06897.JPG

Quelques dépressions piègent l’eau de pluie qui se souvient qu’elle a été nuages et contemple avec nostalgie ses anciens congénères qui s’étirent voluptueusement dans le ciel.

 

DSC06902.JPG

Le sommet n’est plus qu’à quelques encablures et nous avons soudain des ailes à nos chaussures qui auparavant étaient lestées de plomb !

 

DSC06907.JPG

J’y suis  et j’ai bien envie d’y rester semble nous dire  Georges, mais qui arrosera alors mes tomates ? C’est ainsi souvent que des obligations triviales brisent de grandes destinées !

 

 

DSC06928.JPG

L’âme et le cœur réjouits d’avoir, notre devoir, envers nous même accompli (c’est le plus impérieux, car qui ne se respecte et ne s’aime pas ne peut aimer ni respecter les autres) nous entamons en roue libre la descension (c’est plus majestueux que « la descente » terme plus approprié pour les vulgaires escaliers) alors que lentement les nuages ensevelissent les cimes.

 

 

DSC06934.JPG

La descension est un moment de détente qui nous donne l’occasion d’admirer l’étonnante flore montagnarde, telles ces anémones pulsatilles que le vent a passablement décoiffées

 

 

DSC06949.JPG

Mais soudain un être étrange nous barre le chemin et nous interpelle en nous demandant d’où nous venons. Lui ayant précisé que nous avons fait l’ascension du Pic de la Serrera, il s’écrie « je suis mandaté par le co-prince d’Andorre, Nicolas, pour percevoir les droits d’ascension et de descension des sommets d’Andorre, ces droits étant destinés à financer les frais de chaussures des douaniers qui surveillent la frontière entre la France et l’Andorre. Vous êtes dix, ça fait 50 euros à moins que vous ne bénéficiez du bouclier fiscal! »

Eberlués,et n'étant pas fiscalement  "boucliérisés" mais plutôt "masse-d'armisés" nous dénonçons le scandale qui veut que d’honnêtes randonneurs financent des dépenses liées à la surveillance des malfrats. « Vous  payez bien  vos impôts sans sourciller depuis 40 ans pour payer le train de vie somptuaire des monarques de l’Elysée, vous n’allez pas faire un pataquès pour quelques paires de grolles de douaniers. » nous rétorque-t-il du tac au tac (pas gagnant celui là !)

Nous restons quelques instants cois devant cet imparable argument, puis osons timidement  une dernière remarque « Va, pour un droit à l’ascension , mais pour la descension ça nous apparaît abusif ! »

« Vous n’étiez pas obligé de redescendre » nous répond-t-il et sur ces paroles dites d’un ton comminatoire, il nous invite à payer. Piteusement nous nous exécutons, mais en nous disant dans notre fort intérieur « Nicolas, tu nous revaudras ça ! » (si tu me lis Nicolas et que tu nous envoies un chèque de 50 euros , on passera l’éponge)

 

 

DSC06958.JPG

Fort heureusement, nous retrouvons le torrent que nous avions suivi à la montée, dont les eaux aident à rafraîchir nos esprits échauffés…..

 

DSC06966.JPG


Nous retrouvons bien vite notre sérénité car nous savons qu’après cette eau bien fraîche d’autres « liquides » bien plus délicieux, car buvables, nous attendent à l’arrivée…

A suivre....


Texte & Photos Ulysse