suivi de mon blog
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

01/05/2008

A travers la garrigue de Castelnau de Guers (première partie)

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC06088-1.JPG


L'urbanisation galopante du monde ramène l'humanité au rang des fourmis et des

abeilles, à la différence près que nous ne travaillons pas pour une reine, sauf les anglais qui ne

font jamais rien comme tout le monde. Mais, comme elles, nous consacrons la majeure partie de

notre vie à aller de l'alvéole où nous travaillons à celle où nous vivons pour assurer la

subsistance de nos rejetons. De surcroît quand nous allons de l'une à l'autre nous passons

notre temps à nous curer le nez dans nos cercueils à roulettes bloqués dans les embouteillages

ou serrés comme des manchots empereurs dans les wagons bondés des trams, des métros et

des trains de banlieue.



Et pendant tout ce temps nous rêvons de grands espaces et de nature vierge. Notre

esprit revêt sa tenue d'indiana jones et nous transporte au pied des Mitaines de monument

Valley au coeur de l'Arizona ou sur l'Eden Rock en plein coeur du bush australien.



Le problème est qu'avec l'envolée des cours du pétrole et la déconfiture des

promesses présidentielles, nos compte bancaires sont frappés d'anorexie et nous permettent

tout juste de faire un aller retour à Palavas les Flots



On se console en se disant que de toute façon il est plus dangereux de voyager sur des

avions américains que de traverser l'Iraq ou l'afghanistan en bus et qu'il n'est pas bon pour la

ligne de manger du kangourou pendant trois semaines; mais bon, notre rêve est tenace et la

mélancolie nous envahit .



Mais réjouissez vous car je connais un endroit à deux pas de Montpellier aussi

beau et dépaysant que les grands espaces américains ou australiens : il s'agit de la garrigue de

Castelnau de Guers.



Ce lieu est un véritable patchwork botanique et géologique qui a été bousculé par le

surgissement des Pyrénénes puis des Alpes. On y trouve des ruffes rouges, des dolomies, des

grès, des roches volcaniques, des "conglomérats" et des calcaires coquilliers provenant du fond

d'une ancienne mer qui recouvrait la région il y a 35 millions d'années.


Suivez moi à la découverte de ce « micro-continent » paradisiaque où se cotoient la garrigue,

les pinèdes et les vignes entretenues avec passion par les hommes depuis deux millénaires (la

via domitia la traverse!)


http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC06083-1.JPG


Il faut tout d'abord grimper sur la butte qui domine la Font du Loup (photo

d'introduction) pour mesurer l'étendue du lieu et apprécier la diversité de ses paysages


http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC07766-1.JPG


La garrigue se présente alors dans toute sa beauté et sa diversité. La vigne y occupe

bien sur une place de choix (nous sommes au coeur d'une vieille civilisation !) mais ici

l'intelligence des hommes la laisse cohabiter avec les autres "peuples" du monde vert. Ces

plantations diversifiées maintiennent dans le sol les micro-organismes nécéssaires au maintien de

sa fertilité et font une vertueuse concurrence à la vigne contrainte d'aller chercher ses aliment

au plus profond des sols, donnant naissance à des nectars venus du coeur de la terre. Elles

offrent en outre le gite et le couvert à toute une faune d'insectes et d'oiseaux propices au

développement des vocations de botanistes et d'entomologistes. Enfin, au connaisseur

gastronome elles offrent salades, asperges, baies et condiments de toutes sortes.


http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC07389-2.JPG


Les amandiers parsèment le paysage, impassibles guetteurs dont les fleurs blanches

signalent le retour des beaux jours.


http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC07392.JPG


D'une vigne à l'autre le sol change de nature et de couleur, mais n'allez pas croire que

les sols blancs soient faits pour les vins blancs et les sols de « ruffes » pour les rouges !



http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC07393.JPG


Au détour d 'un chemin, entre un bosquet de thym et de romarin, une belle aux allures

très exotique prend parfois la pose. Mon bouquin de botanique ne la connaissant pas, je fais

appel à mes lecteurs et mes lectrices pour m'en donner le nom !


http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC09354-1.JPG


Si l'envie vous prend de jouer les ermites et de faire retraite en ce lieu, les logis

pittoresques ne manquent pas


http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC07753-1.JPG


Vous avez le choix entre la maison méditerranéenne dans la pinède, ou bien la maison

de vigeron (avec un supplément pour avoir libre accès à la cave!)


http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC09402.JPG


Ou bien si vous avez la nostalgie de votre enfance, vous pouvez vous offrir aussi la

petite maison dans la prairie !


http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC09661.JPG


La clé se trouve généralement sous une tuile placée devant la porte d'entrée

pour éviter les pies voleuses. Prière de laisser l'endroit aussi bucolique que vous l'avez trouvé !




La suite dans quelques jours !


Texte & photos Ulysse

28/04/2008

L'oppidum de Nages

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC09173.JPG


La plupart d'entre nous vivent aujourd'hui dans le confort douillet de leurs habitations

avec le seul risque de voir débarquer de temps en temps un voleur de « poules » (les poules

ayant dorénavant la forme de TV , DVD, portable ou mobile !) )



Mais, dans un lointain passé, nos ancêtres sédentarisés vivaient avec la peur

permanente de voir débouler de l'horizon des hordes hostiles, prêtes à les massacrer pour

s'emparer de leurs récoltes et de leurs biens.



C'est pourquoi, quand la topographie de la région le permettait, ils implantaient leurs

villages sur le sommet de collines.


http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC09167.JPG


Ces villages fortifiés sont nombreux en pays d'Oc, mais il en est un dont je vous

recommande la visite, l'oppidum de Nages dit aussi des Castels. Outre qu'il occupe un site

magnifique, cet oppidum a été remarquablement restauré par les soins de l'archéologue Michel

Py dans les années soixante.



Le site a été occupé de la période néolithique jusqu'à la fin du premier siècle après J-C.

L'oppidum y a été édifié au milieu du IIIéme siècle avant J-C par la tribu gauloise des Volques

Arécomiques, probablement venue de la région du Danube.


http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC09176.JPG



Ils ont bâti des remparts ayant, par endroits, six mètres de large qui se rejoignaient en

une énorme tour de guet. Trois entrées, protégées par trois tours, permettaient l'accés à

l'intérieur du village. Les rues étaient bordées de maisons confortables ainsi que de magasins

aux pièces multiples et des drains servaient de tout à l'égout
.

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC09179.JPG


Il existait un fanum, petit temple celtique, où l'on a trouvé des céramiques ,des dollia

(récipients en terre cuite) pour l'huile, des poteries campaniennes,des amphores italiques

ainsi que des monnaies romaines, marseillaises, gauloises, Volques Arécomiques et nîmoises.


L'intensification de la présence romaine avec la création de la Via Domitia au Ier siècle après J-C

contribua à renforcer la sécurité de la région. La tribu gauloise déserta peu à peu l'oppidum pour

aller vivre à Nemausus (Nîmes) qu'ils avaient fondée dans la plaine.


http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC09186.JPG


Le sommet de la colline où est édifié l'oppidum offre des vues splendides sur la plaine de

la Vaunage. Sur la ligne d'horizon on aperçoit la dent de requin du Pic Saint Loup qui semble

vouloir dévorer la falaise de l'Hortus qui lui fait face


http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC09166-1.JPG


Sur l'arête nord de la colline on trouve également les antiques mutrailles de la roque de

Vif, qui semblent avoir servi d'avant-poste à l'oppidum.



http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC09198.JPG


Aujourd'hui les seuls résidents permanents de cet oppidum sont les scarabés qui se

régalent du nectar des fleurs de cistes le printemps venu.



Pour visiter cet oppidum, le mieux est de se garer près de la mairie du village de Nages-

et-Solorgues
(panneau d'information sur le site) puis d'emprunter le chemin de l'oppidum qui

grimpe sur la colline et de suivre le balisage jaune qui fait le tour du site en redescendant par la

superbe combe de Dionisy (compter deux heures de marche et visite)



Texte (Source Wikipédia) & photos Ulysse

21/04/2008

A Ambrussum sur le chemin de Rome !

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC09207.JPG


La Via Domitia, dont j'ai déjà parlé sur ce blog (voir ma note du 20 janvier 2006 dans les

archives ) et qui reliait Cadix à Rome, traversait tout le Languedoc-Roussillon en passant,

notamment, par Narbo Martius (Narbonne) Sextantio (Castelnau-Le-Lez) Nemausus (Nîmes) et

Ambrussum situé à quelques kilomètres au nord-est de Lunel.



Le nom d'Ambrussum nous est connu grâce à des documents d'origine romaine qui

précisent qu'il s'agissait d'un simple relais -un mutatio- permettant notamment de changer de

chevaux.


http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC09205.2.JPG


La voie empruntait le pont dit d'Ambroix construit au 1er siècle de notre ère et qui

comportait à l'origine 11 arches qui ont peu à peu été détruites par les crues catastrophiques

du Vidourle qu'il permet de traverser.


http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC09210.JPG


La voie domitia grimpait sur la colline dominant le Vidourle et sur laquelle ont été

découvertes de nombreuses habitations gallo-romaines.


http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC09236.JPG


La pente abrupte qui menait au pont d'Ambroix imposait aux charettes

« descendantes »de freiner et les pavés de la via gardent la trace de ces freinages répétés.

Certains promeneurs qui se sont égarés dans les lieux par temps de brouillard prétendent avoir

entendu le crissement des charrois et des vociférations en latin de laquais fouettant leurs

montures !


http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC09234.JPG


Les résidents de l'oppidum aimaient leur confort au vu de la dimension des habitations,

toutes construites avec un jardin intérieur. Il n'en reste pas grand chose certes mais on peut se

faire une idée de leur importance en suivant les fondations des murs.


http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC09225.JPG


Les temps étant à l'époque fort troublés, tout ce petit monde vivait à l'abri de solides

murailles, qui n'ont pas plus que les habitations qu'elles protégeaient, résisté aux outrages du

temps. Mais ces maigres ruines sont quand même plus esthétiques que les horribles murs de

parpaings que les occois d'aujourd'hui élèvent pour protéger leur intimité.


http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC09235.JPG


Pour se rendre à Ambrussum : A partir de Lunel prendre la direction de Sommières, puis Villetelle et suivre les panneaux "oppidum d'Ambrussum"


Texte & Photos Ulysse

09:20 Publié dans tourisme | Lien permanent | Commentaires (22)

07/04/2008

Du Saut du Loup au Roc de l'Aigle

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC09066-1.JPG


Je trouve étonnant que l'homme, roi des prédateurs, qui n'a jamais admis que quiconque

puisse lui contester sa domination sur la nature et qui a , au cours de sa brève

existence, passé son temps à massacrer les lions, les tigres, les loups, les ours, les bisons, les

rapaces, les baleines, les thons, les requins et tant d'autres espèces, ait donné à des sites ou

des lieux le nom des ses infortunées victimes
.


Notamment, nombreux sont en France les noms tographiques faisant référence au Loup

à l'Aigle et à l'Ours Est ce l'effet d'un remords inconscient qui pousse ainsi l'homme à donner

le nom de ses victimes à des lieux remarquables ou est ce pour se dédouaner à bon compte de

ses forfaits en se disant « je te tue mais je t'honore ». Cette attitude me fait penser au vers

d'Aragon « ....aux cadavres jeté ce manteau de paroles, » extrait du superbe poème "Un jour, un

jour"
magnifiquement mis en chanson par jean Ferrat.


http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC09001-1.JPG


Ces réflexions m'ont été inspirées par une magnifique randonnée que j'ai faite l'autre

jour à partir du petit village de Madières situé sur le cours de la Vis et qui passe près d'un

rocher dénommé « le Saut du Loup » surplombant en un lieu vertigineux un ruisseau du même

nom qui se jette dans La Vis. Ce même circuit longe ensuite un superbe site rocheux appelé Roc

de l'Aigle
!



Selon la légende le rocher du saut du Loup tiendrait son nom d'un loup qui, pourchassé

par un chasseur, se serait jeté dans le vide plutôt que de mourir sous les balles du sinistre

bipède
.

http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC09006-1.JPG


C'est sans doute en souvenir de ce drame que les chemins de ce circuit tissent des fils

de sang au travers d'un plateau calcaire dont les pierres se désagrègent comme des morceaux

de sucre sous l'effet des intempéries.


http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC09011-1.JPG




Dans ce monde minéral où l'eau s'évanouit dans les failles de la pierre on est étonné de

voir surgir les ruines d'une antique bergerie dont la beauté austère nous révèle la décadence

urbanistique de nos contemporains devenus des adorateurs du parpaing brut.



Ces anciens connaissaient la valeur de l'eau et avaient construit des citernes qui

permettaient de recueillir l'eau de la moindre pluie courant sur les toits de lauze.


http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC09012.JPG



Cette ancienne bergerie n'est pas loin du Roc de l'Aigle malheureusement aujourd'hui fréquenté

par les seuls deltaplanes, l'homme cherchant à imiter le vol majestueux de ces magnifiques

oiseaux qu'il a exterminés (notons à ce sujet que récemment un aigle de Bonelli, espèce

menacée et protégée, a été retrouvé avec 34 plombs dans le corps dont 2 de gros calibres.

Les chasseurs responsables de ce forfait ont plus de plomb dans leurs cartouchières que dans

leur cervelle !)


http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC09019-1.JPG


http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC09021-1.JPG


Sur ces hauts plateaux arides et quasiment stériles balayés par les vents, les arbres se

courbent et développent à l'horizontale leurs bouquets de branches tortueuses.
.


Les anémones qui se nichent à leur pied apportent une note de douceur et de fraicheur

à cet univers hostile;


http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC09024-1.JPG


http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC09027-1.JPG


Les versants exposés au nord qui plongent vers la vallée sont colonisés par d'immenses

pins qui font une course vers le ciel pour y trouver la lumière.


http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC09038-1.JPG



Après la traversée d'impressionnants pierriers où l'on marche sur d'anciennes cîmes

aujourd'hui érodées, on arrive au bord de la Vis, dont les eaux limpides vous invitent

traitreusement à la baignade qui se révèle ...frigorifique, cette rivière sortant à quelques lieues

de là des entrailles de la terre.


http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC09039-1.JPG


http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC09042-1.JPG



En tous lieux, en cette région, même en des endroits aujourd'hui sauvages, on trouve

des vestiges de l'esprit industrieux et du sens de la beauté de nos ancêtres qui, pendant des

dizaines de générations, ont dressé des murets, des capitelles et des ouvrages de pierre sans

ferraille et sans béton défiant les lois de la pesanteur, telle cette magnifique arche qui semble

avoir été édifiée pour le simple plaisir des yeux.


http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC09060-1.JPG


http://eldorad-oc.midiblogs.com/images/DSC09059-1.JPG


Le circuit détaillé figure en fichier joint

Texte & Photos Ulysse

09:55 Publié dans tourisme | Lien permanent | Commentaires (26) | Tags : madières, loup, aigle, vis