suivi de mon blog
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

22/08/2007

Allez de Valquière à Dio, sac au dos !

medium_DSC06366.JPG


Je vous invite aujourd'hui à aller de Valquières à Dio sac au dos, mais pas en empruntant la route, ce serait trop fastoche ! Au demeurant, venant de ma part, une telle proposition vous paraîtrait supecte ! Fidèle à mes habitudes je vous suggère, une fois de plus, de prendre les « cols buissonniers » et de passer par le Puech Caubel et le Plo de Laurier histoire de vous faire faire un électrocardiogramme et un test de l'effort « in vivo » qui ne creusera pas le trou de la sécu.
medium_DSC06382.JPG

Mais n'ayez pas trop d'inquiétude, la balade que je vous propose est du genre bucolique avec écran panoramique sur les monts d'Orb et de l'Escandorgue au nord, la plaine de l'Hérault et la mer au sud et, quand les prévisions météo sont mauvaises, les Pyrénées au loin à l'ouest. Seul petit problème, l'ombre est une denrée rare sur ces hauts plateaux et il vaut mieux programmer cette sortie quand la température n'excède pas 25° au soleil De même il vaut mieux éviter les jours où la Tramontane montre ses biceps, si l'on ne veut pas être transformé en ULM.
medium_DSC06369.JPG

Mais quand les conditions sont idoines, c'est une balade paradisiaque, à la différence que personne ne sera là pour vous chasser des lieux si par hasard l'envie vous prend de croquer une pomme en chemin. Vos seuls témoins seront les vaches de Salers dont la discrétion est légendaire.

On commence par prendre un peu de hauteur pour savourer la vue du village de Valquières niché sur les contreforts du Puech Caubel. De fait, comme de trop nombreux villages de l'Hérault défigurés par cinquante ans de laisser faire, il faut voir Valquières de haut pour en avoir une vue pittoresque, car la distance masque les nombreux rajouts de bric et de broc qui défigurent trop souvent l'urbanisme de la région.

Tout en grapillant (l'été) de savoureuses mures, on grimpe alors doucettement vers le puech Caubel, malheureusement défiguré par des antennes pour satisfaire les besoins impérieux de communication des hommes qui se parlent sans cesse mais ne s'entendent plus.
medium_DSC06375.JPG

Les flancs du Puech sont colonisés par un champ de fleurs que le ciel de ses lèvres de nuage semblent vouloir embrasser. Parvenus au sommet, le regard prend alors possession du monde. A l'encontre de ces singes naïfs et incultes qui prétendent prendre possession d'un territoire en y plantant un drapeau, la contemplation est à mon avis la seule possession qui vaille, car l'on fait alors entrer l'univers en soi. Il devient source d'émotions et élargit votre esprit et votre âme jusqu'au ciel et la ligne d'horizon.
medium_DSC06392.JPG

Bientôt au loin apparaissent les corps graciles d'éoliennes posées sur le Plo de Laurier comme d'immenses échassiers à la huppe tournoyante. Descendantes des moulins à vent, elles sont la preuve que l'homme, quand il veut s'en donner la peine, sait parfois allier la beauté et la technologie.
medium_DSC06411.JPG

Puis le chemin surplombe le village de Dio dont la chapelle St Jean de Prades et l'imposant château rappellent que ces terres aujourd'hui quasi désertiques ont connu dans le passé une certaine prospérité. Le château fut construit au XIIème siècle sur les ruines d'une forteresse wisigothique puis racheté et embelli au XVème siècle par la famille Fleury dont l'un des membres fut le premier ministre de Lousi XV.
medium_DSC06440.2.JPG

Pour clore les découvertes culturelles, le chemin passe à proximité d'une magnifique capitelle intégrée dans le flanc du coteau sur lequel des générations d'hommes à la force de leurs bras ont entaillé jusqu'au sommet une cascade de terrasses autrefois cultivées.
medium_DSC06444.JPG

Les seuls êtres qui s'activent encore en ces lieux brûlés par le soleil sont d'imposants criquets peu farouches et qui vous dévisagent avec curiosité.
medium_DSC06453.JPG

Mais, passé le dernier col, voici que le clocher de la chapelle de Valquières se découvre annonçant la fin du périple. La beauté et l'immensité des paysages parcourus restent en nous longtemps après que l'on ait quitté ses chaussures couvertes de leur poussière.
medium_DSC06459.JPG


Le circuit détaillé est en fichier joint

Texte & Photos Ulysse

11:55 Publié dans tourisme | Lien permanent | Commentaires (22)

12/08/2007

Troquez votre plateau de fruits de mer contre le plateau de Guilhaumard !

medium_IMG_5278-1.2.JPG

Vous voilà enfin au bord de la mer, cela fait un an que vous rêviez de ce moment et vous restez affalé sur le sable à jouir de la caresse du soleil sur votre couenne. Entre les pieds de votre voisin vous apercevez la mer et vous vous dites que c'est le paradis !
medium_DSC05405.JPG

Mais en êtes vous sur ? Avez vous jamais pensé aller jeter un petit coup d'oeil dans l'arrière pays ? je pense que vous ne seriez pas déçu. La mer c'est beau mais c'est salé et il y a souvent des méduses, le sable c'est chaud mais c'est plein de mégots et de bactéries en tout genre !

En revanche, dès que l'on quitte le rivage pour gagner l'arrière pays, on découvre le long de mille sentiers parfumés par la garrigue environnante, des lacs, des sources d'eau fraiche, des champs de fleurs, des océans de vignes, des chênaies, chataigneraies ou pinèdes qui vous offrent leur ombre protectrice, des falaises vertigineuses, des pics babéliens, des volcans endormis (d'un oeil ?), des capitelles audacieuses sans oublier ces hameaux et villages pittoresques dont les indigènes vous régalent, pour des prix dérisoires, de leurs délices ancestraux (charcuteries, fromages, miels, breuvages bacchusiens) .

Vous demandez à voir ? Alors prenez la direction du plateau de Guilhaumard et suivez mes pas .
medium_IMG_5222-1.JPG

Partant du village du Mas Raynal on traverse tout d'abord un plateau dolomitique que la pluie et le vent ont transformé en atelier de sculpture..Puis on aborde une zone de collines où le labeur séculaire des hommes a dessiné un immense damier sur lequel la nuit venue les dieux de l'Olympe doivent sans doute jouer aux échecs
medium_IMG_5219-1.JPG

On découvre ensuite la resurgence de la Sorgues (à ne pas confondre avec celle du Vaucluse) dont les eaux, après un long et mystérieux voyage souterrain sous le causse, jaillissent au pied de la falaise qui surplombe le hameau du même nom.
medium_IMG_5239.JPG

Dans cet endroit sauvage et romantique une magnifique batisse se dresse qui offre chambres et table d'hôte. Voilà un endroit où il doit faire bon rester quelques jours.
medium_IMG_5231-1.JPG

La pureté des eaux de la Sorgue permet l'élevage de milliers de truites que l'on aurait envie de taquine, mais je pense que les heureux éleveurs feraient alors entendre à vos oreilles une musique qui ne serait pas de Schubert.
medium_IMG_5249-1.JPG

Mais vos papilles ne rentreront pas frustrées de la balade, car on trouve un peu plus loin dans le hameau St Rome de Berlières une fromagerie produisant des tommes de brebis qui sont un vrai nectar ! La mondialisation n'aura pas raison des fromages traditionnels si les consommateurs se liguent pour aller soutenir pédibus jambus ces producteurs locaux qui respectent et la nature et le client.
medium_IMG_5276-1.JPG

La dégustation de cette superbe tomme vous donne des jambes de brebis pour gravir le bien nommé Pas de Tirecul qui vous emmène sur le magnifique plateau du Guilhaumar dont la flore et la faune ailée est l'une des plus riches du milieu méditerranéen. A vous les grands espaces, les horizons infinis et, selon la saison, les prairies parsemées d'orchidées, d'iris, d'anémones, de valérianes et de cardabelles. Quand j'y suis passé les champs étaient couverts de « cheveux d'anges » (stipes pennées)  qui se mouvaient comme les vagues de la mer sous le vent.
medium_IMG_1980.JPG

Vous n'avez plus alors qu'à vous laisser guider par le chemin, veine de terre rouge dans cet océan végétal, en ouvrant les vannes de votre âme et de votre esprit au vent, à la lumière et à la beauté des lieux pour les nettoyer des miasmes de la vie moderne. Il vous ramène en douceur au Mas Raynal où vous attend un comité d'accueil très couleur locale !
medium_IMG_5285-1.JPG


Je serais très étonné que vous n'y reveniez pas l'an prochain !

Le parcours détaillé figure en pièce jointe.

Texte & Photos Ulysse

10:00 Publié dans tourisme | Lien permanent | Commentaires (18)

06/08/2007

A califourchon sur les falaises de St Martin de l'Arçon

medium_IMG_5042-1.JPG

Dans notre vie, si l'on n'y prend garde, passées les années fougeuses de la jeunesse où l'on prend tous les risques, on fait peu à peu comme l'eau qui contourne les obstacles, on choisit les solutions de facilité. On brûle du pétrole quand on pourrait utiliser l'huile de genou, on prend l'ascenseur alors que l'on pourrait utiliser la pompe de son coeur, on cesse de courir après une balle ronde ou ovale en cuir pour partir en quête d'autres sphères plus douces, on se marrie pour avoir un frigidaire toujours plein, on met au clou son VTT pour se vautrer dans un canapé et ingurgiter les fadaises tiédasses du tube à images. On lit Paris Vaches au lieu de se replonger dans « Crime et châtiments de Dostoievsky, d'écouter Purple haze de Jimmi Hendrix où de parcourir des yeux la voute céleste à la recherche de la Grande Ourse.
medium_IMG_5008.JPG

Et quand on est comme moi randonneur, on fait de même pour les balades Avec les années qui passent on cherche à ménager ses articulations qui grincent et la vue des sommets vous impressionne. Votre subconscient nourri aux slogans soporifiques de la société de consommation vous fait quitter les chemins de chèvres pour des chemins de moutons et puis un jour on se surprend à traverser les prairies à vaches (celles de Normandie pas de l'Aubrac qui ont droit à tout mon respect!).
medium_IMG_4996.JPG

Et sans crier gare vient un matin où l'on a du mal à enfiler son pantalon de randonnée et l'on comprend soudain qu'il est temps de réagir sous peine de finir bientôt dans un fauteuil roulant. On se plonge alors dans les cartes Topo 25 de l'IGN à la recherche d'un circuit en forme de montagnes russes histoire de lancer un défi à son subconscient lobotomisé par les médias et tout en enfilant ses godillots de randonnée on lui susurre « on va voir ce que l'on va voir !
medium_IMG_5026-1.JPG

C'est ainsi que je me suis retrouvé l'autre jour avec quelques amis sur les hauteurs de Saint Martin de l'Arçon à tenter d'imiter les mouflons qui hantent les lieux, car l'itinéraire que nous avions choisi convenait plus à des quadrupèdes qu'à des bipèdes.
medium_IMG_5027-1.JPG

Pour corser l'aventure il avait plu la veille et les pierres du chemin (quand il y en avait un) et les rochers sur lesquels nous avons « rampé » étaient glissants comme des savonnettes.
medium_IMG_5040.JPG

Mais nous n'avons pas regretté notre périple car lorsque l'on sort des sentiers battus et que l'on est contraint de se concentrer sur chacun de ses pas et chacun de ses gestes en recherchant les points d'appui on se redécouvre soi même (c'est ainsi que je me suis rendu compte que je sous estimais largement le poids de mes fesses !). De fait on puise dans son énergie intérieure la force de vaincre la loi de la pesanteur.
medium_IMG_5029-1.JPG

On atteint ainsi le but ultime des moines boudhistes qui est de vivre pleinement dans l'instant « ici et maintenant » sans avoir besoin d'aller suivre un stage hors de prix dans un monastère Tibétain sous la direction d'un gourou généralement né en Californie ou à Saint Germain des Prés.
medium_IMG_5051-1.JPG

Et puis en quittant les chemins balisés on franchit le miroir d'Alice au pays des merveilles pour pénétrer dans un univers où des bergers de pierre méditent en haut des falaises en surveillant d'un oeil leur troupeau d'étoiles.
medium_IMG_5045-1.JPG

un univers où certains arbres sont des fenêtres sur le monde d'en dessous
medium_IMG_5066.JPG

et où d'autres prennent la forme d'animaux fabuleux.
medium_IMG_5073.JPG

Et c'est revigorés et rassérénés que l'on a retrouvé la plaine et ses vignes, promesse d'une soirée festive entre amis pour célébrer notre jeunesse retrouvée.
medium_IMG_5081-1.JPG


Le détail sur l'itinéraire est en fichier joint

Texte & Photos Ulysse

09:50 Publié dans tourisme | Lien permanent | Commentaires (10)

11/07/2007

Un poème de pierres : l'abbaye de Valmagne !

medium__DSC8173.JPG

Certains hommes écrivent des poèmes avec des mots d'autres avec des pierres...Ainsi en est il de certaines chapelles, églises ou abbayes dont l'audace, la puissance ou l'élégance des façades, des colonnes et des voutes font sur notre esprit un effet semblable à la poésie. Ils nous donnent le sentiment d'apercevoir ou comprendre l'essence du monde au delà des apparences. Les arabesques de pierres comme les assemblages de mots ouvrent des portes sur l'indicible et l'invisible.

Laissons nous aujourd'hui emporter au delà du monde matériel en visitant l'Abbaye de Valmagne fondée en 1138 par Raymond Trancavel, Vicomte de Béziers. Je laisse à l'excellent site qui lui est consacré le soin de vous conter son histoire et vous invite simplement à un voyage poétique en découvrant ce lieu magique.
medium__DSC8112-1.JPG

Certes la première vision que l'on en a, quand on l'aperçoit solidement installée au milieu des champs, ne laisse pas une impression de grâce ou de légèreté. Mais cette allure un peu pataude a sans doute été recherché par ses bâtisseurs qui n'ont pas voulu attirer sur elle l'attention des bandes de maraudeurs qui sévissaient à l'époque de sa prospérité.
medium__DSC8210.JPG

Puis quand on s'en approche, ce coté un peu balourd prend de la majesté et les mensurations impressionnantes de l'église (23m de haut 89m de long) laissent notre esprit pantois d 'admiration.
medium__DSC8199.JPG

La contemplation de sa nef intérieure nous donne à la fois un sentiment d'humilité mêlé d'un sentiment de puissance de voir que l'être humain puisse ainsi imaginer des formes capables de vaincre les lois de la gravité et de maintenir des pierres en l'air par le seul jeu de la répartition des forces.
medium__DSC8146.JPG

Mais notre esprit reçoit un plus grand choc encore quand on franchit la modeste porte qui mène de la nef au cloître. Les colonnades qui s'offrent alors à nos yeux créent un univers chaleureux et chatoyant d'ombres et de lumières qui soulignent l'extrême élégance et harmonie des dentelles de pierres qui leur donnent vie.
medium__DSC8189.JPG

Au milieu du cloître trône une fontaine lavabo véritable broderie de pierres dont on se demande quelle couturière céleste l'a réalisée.
medium__DSC8158.JPG

On se pince alors pour se demander si par mégarde on n'aurait pas franchi un passage secret menant au paradis.
medium__DSC8197.JPG

Il faut alors démbuler le long des galeries et laisser son esprit s'impréginer de l'harmonie du lieu. Un sentiment de plénitude et de sérénité vous gagne alors car vous comprenez le sens caché du monde et de la vie comme lorsque vous lisez ou écoutez de la poésie.
medium__DSC8166.JPG

J'ai eu le privilège de pouvoir la visiter à la nuit tombée et la magie de ce lieu est alors magnifiée par le jeu des ombres des lumières sur les volutes de pierrres qui semblent dans ce clair obscur d'une infinie légéreté.

medium_mai_07_076.jpg


medium_mai_07_081.jpg


medium_mai_07_077.jpg


medium_mai_07_061.jpg


Texte & Photos Ulysse

07:50 Publié dans tourisme | Lien permanent | Commentaires (9)